Secret des affaires : Un accord en catimini sur le dos de nos libertés

28-05-2018 4 articles ldh-france.org 3 min #141842

Communiqué de la Coalition Stop secret des affaires dont la LDH fait partie

La Commission mixte paritaire (CMP) s'est prononcée jeudi 24 mai sur la proposition de loi « Secret des affaires » portée par le député Raphaël Gauvain. Les députés et les sénateurs (LR et LREM) se sont mis d'accord sur un texte proche de celui élaboré par l'Assemblée nationale.

Aucun des amendements proposés par notre coalition pour protéger les libertés n'a été retenu, contrairement aux engagements pris par l'Elysée.

Pourtant, plus de 550 000 citoyen.ne.s ont signé une pétition dénonçant ce projet de loi et le 16 avril 52 organisations et 23 SDJ ont interpellé le président de la République.

Les parlementaires ont ainsi manifesté leur refus de circonscrire l'application du texte au vol d'informations dans un but de concurrence déloyale. Raphaël Gauvain et le gouvernement ont, au contraire, privilégié une application la plus large possible du secret des affaires.

Ainsi :

  • La définition large et floue du secret des affaires permettra aux entreprises de retirer l'essentiel des informations sur leurs activités du débat citoyen
  • Les lanceurs d'alerte devront faire la preuve de leur bonne foi devant les tribunaux
  • Les représentant.e.s du personnel pourront être poursuivis pour avoir diffusé des informations aux salarié.e.s
  • Des organes de presse pourront être poursuivis devant des tribunaux de commerce pour avoir révélé des secrets d'affaires
  • Les salarié.e.s pourront voir leur mobilité réduite avec l'interdiction d'utiliser leurs savoirs et savoirs faire, considérés comme des secrets d'affaires
  • Les délais de prescription longs et mal définis permettront des poursuites 5 ans après la révélation de secrets d'affaires

Cette loi permettra aux entreprises de poursuivre toute personne ayant obtenu ou révélé des informations sensibles. Ce texte porte gravement atteinte au droit d'informer et d'être informé des citoyen.ne.s français, en privant de source les journalistes et en privilégiant de facto l'autocensure.

Il met en danger l'équilibre démocratique et constitutionnel de notre pays en érigeant le secret des affaires en un principe général et en reléguant la liberté d'information au rang de simple exception.

Alors que la proposition de loi sera soumise au vote final des parlementaires dans le courant du mois de juin, nous les interpellons solennellement : ne votez pas ce texte en l'état, ne laissez pas les entreprises dicter l'info !

Paris, le 28 mai 2018

 Retrouvez la lettre ouverte au président de la République,  signez la pétition !

 ldh-france.org

 Ajouter un commentaire

Articles associés plus récents en premier
14-06-2018 liberation.fr 8 min #142451

Secret des affaires : monsieur le Président, en marche vers la censure ?

Par Le collectif Stop Secrets des Affaires

Nous en sommes persuadés. Comme nous, vous considérez la liberté d'informer comme un pilier de la démocratie. Comme nous, vous êtes favorable à l'équilibre des pouvoirs et à l'intérêt général.

Pendant des mois, nous avons défendu ces valeurs - dont vous êtes l'un des garants - pour amender la loi sur le secret des affaires, votre loi, portée par le député Raphaël Gauvain (LREM), ancien avocat d'affaires.

12-06-2018 multinationales.org 6 min #142394

Secret des affaires : dernière ligne droite et quelques leçons

12 juin 2018 par  Olivier Petitjean

L'Assemblée nationale s'apprête à adopter définitivement le secret des affaires, malgré les alarmes de la société civile. À court terme, c'est un nouveau moyen pour les entreprises pour traîner lanceurs d'alerte, associations ou journalistes devant les tribunaux. À long terme, c'est l'instauration d'un véritable « droit au secret » pour les milieux d'affaires, qui met en danger tout le fragile édifice de régulation des multinationales.

11-06-2018 acrimed.org 11 min #142337

La loi dite « secret des affaires » : extension du domaine de la répression, restriction du champ des investigations

L'émergence des poursuites-bâillons

Cette proposition de loi, aussi potentiellement délétère soit-elle pour la liberté d'informer, ne saurait surprendre. Elle s'inscrit en effet dans une tendance durable de la part des détenteurs du pouvoir économique à mobiliser les ressources du droit pour dissuader les enquêtes portant sur la façon dont ils mènent leurs affaires et soustraire ainsi à l'attention du public des informations d'intérêt général.