Israël: préoccupation relative à l'avancée syrienne sur Deraa

09-07-2018 investigaction.net 4 min #143413

08 Juil 2018

Article de :  Stefano Mauro

"Israël s'inquiète de l'évolution de la crise dans le sud-ouest de la Syrie". Le chef d'état-major de l'armée israélienne, Gadi Eizenkot, a exprimé les inquiétudes de Tel Aviv concernant la situation actuelle à Deraa.

Eizenkot a également confirmé la création d'une coordination conjointe avec les Etats-Unis dans le but de lancer d'éventuelles opérations militaires contre la Syrie "si les accords concernant le positionnement des troupes iraniennes dans la région ne sont pas respectés" et a envoyé de nouveaux contingents militaires le long de la frontière nord.

La presse israélienne accorde une attention particulière ces dernières semaines à l'avancée de l'armée syrienne dans la région de Deraa, une bataille qui pourrait déterminer la conclusion finale de "cette zone de sécurité" tant souhaitée par Tel Aviv pour la sécurité de ses frontières septentrionales.

Le journal Yedihot Aharonot a écrit il y a quelques jours que "lorsque l'armée syrienne aura conquis la région de Deraa et Nassib, à la frontière avec la Jordanie, la victoire de Damas sera presque certaine sur tout le territoire syrien".

Une défaite pour les nombreux groupes djihadistes de la région - de ceux affiliés à Al-Qaïda comme Hayat Tahrir à Sham (ex- Al Nusra) jusqu'à Daech - mais surtout pour Israël. Pendant toutes ces années, grâce aux nombreux rapports des observateurs de l'ONU, ces groupes ont été soutenus militairement par Tel Aviv dans le but de «défendre les frontières israéliennes et les hauteurs du Golan». Un soutien logistique, militaire et sanitaire pour éviter ce qui est en train de se passer durant ces derniers jours: l'avancée des troupes loyalistes de Bachar al-Assad avec les milices du Hezbollah et les pasdarans iraniens. La semaine dernière par exemple, une médiation du gouvernement Netanyahu a conduit à une «suspension des hostilités» entre les différentes factions ennemies djihadistes afin de mieux résister aux troupes de Damas. Tout récemment, l'armée de Tel-Aviv a envoyé du matériel logistique et sanitaire pour les blessés après les combats de ces derniers jours.

Une bataille jugée cruciale par Assad qui a désigné à la tête des opérations militaires Suheil al Hassan, commandant du bataillon d'élite syrien des "Qawat al Nimr" (Forces des tigres) et impliquant un autre bataillon d'élite, le Radwan du Hezbollah, tel que rapporté par le journal al Masdar. Une plus grande inquiétude pour Tel Aviv a été l'intervention massive de l'aviation russe dans toute la région pour confirmer l'alliance militaire de l'Axe de la résistance représenté par les Syriens, les Iraniens, le Hezbollah, les Irakiens du Hached Chaabi (Unité de Mobilisation Populaire) et l'armée russe.

Prendre le contrôle de la région de Deraa et du col de Nassib signifie en effet que Damas prendra définitivement le contrôle de ses frontières méridionales avec Israël et la Jordanie alors que, pour l'Axe de la résistance, il s'agit de consolider le corridor Téhéran, Bagdad, Damas, Beyrouth avec une plus grande sécurité en termes de fournitures militaires et de lutter contre les groupes djihadistes disséminés dans le désert.

Les développements de ces derniers jours en Syrie confirment ce qu'a déclaré vendredi dernier le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui a prédit une nette victoire à Deraa entraînant la défaite des groupes djihadistes et une avancée de l'axe chiite dans la région de la Syrie au Yémen.

"Ce qu'Israël considère comme une présence néfaste de la Résistance" - a déclaré Nasrallah - "est seulement la réponse du peuple au projet expansionniste israélien qui couvre tous les fronts: de Gaza au Liban, de la Syrie à la Cisjordanie".

Selon l'éditorialiste du journal en ligne Rai Al Youm, Abdel Bari Atwan, la victoire de Deraa confirme la fin des groupes djihadistes, abandonnés par leurs commanditaires respectifs (arabes, américains ou israéliens) sur le territoire syrien. "Il y a deux zones rebelles: celle à l'est de l'Euphrate et d'Idlib" - conclut Atwan - "bientôt le front se déplacera vers les deux zones pour la conclusion définitive du conflit en Syrie puisque c'est juste une question de temps".

Traduit de l'italien par Stefano Mauro

Source : Investig'Action

 investigaction.net

 Ajouter un commentaire
newsnet 18/07/09 12:59

les mecs ne cachent même plus que Al-Quïda c'est eux