Le Ministère des rites et l'Homme de compassion

15-04-2019 lesakerfrancophone.fr 20 min #154814

Par Ben Hunt − Le 17 mars 2019 − Source  Epsilon Theory

William H. Macy et Felicity Huffman

L'Homme de compassion

Il était une fois un Homme de compassion qui attrapa une tortue. Il
voulut en faire de la soupe, mais ne voulant pas être accusé de mort, il
fit bouillir une casserole d'eau et, posant une tige sur la casserole,
dit à la tortue: « Si tu arrives à traverser la casserole, je te
libère. »

La tortue ne se faisait aucune illusion quant aux intentions de l'homme.
Mais elle ne voulait pas mourir. Alors, rassemblant toute sa volonté,
elle accomplit l'impossible.

« Bien joué ! » dit l'Homme de compassion. « Mais s'il te plait... essaie
encore ! »

Cheng Shi (c. 1150 après JC)

Dans la Chine du 12ème siècle, il fallait être un peu plus circonspect dans ses critiques de l' État nounou et de l'oligarchie nounou. Mais c'est bien de la même lutte et de la même résistance dont il s'agit il y a 1 000 ans, comme dans 1000 ans. Et c'est aussi la même réponse :  Les yeux bien ouverts, hauts les cœurs, nous ne pouvons pas perdre.

Bienvenue chez Epsilon Theory, Cheng Shi.

Bientôt, il n'y aura plus de Juifs, d'Aryens, d'Hindous, de Musulmans, de Mexicains ou de Noirs. Il y aura juste des riches et ceux qui se sont fait baiser, et notre petit-fils est déjà l'un de ces derniers.

Frank Gallagher (William H. Macy), Sans honte, Saison 6 : Le Paradis du souteneur.

William H. Macy et Felicity Huffman aiment leurs filles. William H. Macy et Felicity Huffman feraient n'importe quoi pour leurs filles. William H. Macy et Felicity Huffman ont saisi le sens de la blague. William H. Macy et Felicity Huffman sont riches.

Le problème pour William H. Macy et Felicity Huffman est qu'ils ne sont pas suffisamment riches.

Charles and Jared Kushner
Personne, au bureau administratif de l'école, ne pensait qu'il avait les capacités d'entrer à Harvard. La moyenne de ses notes ne le justifiait pas, ses scores au  test SAT ne le justifiaient pas. Nous étions certains qu'il n'avait aucune chance. Et puis, voilà, Jared a été accepté.

Ancien fonctionnaire de la Frisch School à Paramus, dans le New Jersey, comme cela a  été relaté à Daniel Golden.

Charles Kushner aime son fils. Charles Kushner ferait n'importe quoi pour son fils. Charles Kushner comprend la blague. Charles Kushner est riche.

Charles Kushner est assez riche. Pour  ce crime, au moins.

Quand je dis que William H. Macy, Felicity Huffman et Charles Kushner ont saisi la blague, qu'est-ce que je veux dire, au juste ?

Je veux dire qu'ils comprennent qu'il existe un seul et unique moyen de s'assurer que leurs propres enfants soient porteurs de la carte de membre de l'équipe d'élite : c'est de les inscrire dans une université de prestige.

Est-ce le seul moyen de s'assurer que leurs propres enfants soient au club ? Non, mais c'est le moyen le plus sûr.

Est-ce juste ou bon que ce soit le sens social moderne de l'enseignement supérieur, c'est-à-dire que les universités de prestige soient le principal mécanisme d'accréditation de la société de masse au XXIe siècle ? Non, mais c'est néanmoins la réalité.

Quelque chose à propos de ce scandale est-il à même d'atténuer ce mécanisme d'accréditation des universités de prestige ? Quelque chose à propos de ce scandale est-il à même d'infléchir les comportements d'une quelconque manière ? Sans rire.

Le gouvernement fédéral a prétendu qu'USC était victime d'un stratagème ourdi contre l'université [par cinq employés]. Pour le moment, nous n'avons aucune raison de croire que les employés des admissions ou les cadres supérieurs étaient au courant du stratagème, ou qu'ils aient pris part à des actes répréhensibles - et nous pensons que le gouvernement partage ce point de vue. Le gouvernement nous a répété à plusieurs reprises qu'il considérait USC comme une victime, et que ces employés ont délibérément trompé USC.

Lettre du 3/12/19 à la communauté USC de Wanda Austin, Présidente par Intérim

Allez, les gars, finissez en avec ce programme ! Ne comprenez-vous pas que les universités sont ici les vraies victimes ?

Tout cela n'est pas nouveau.

Pendant plus de MILLE ANS, en Chine, le statut de membre de l'équipe d'élite fut déterminé par la performance aux examens scolaires administrés par le Ministère des rites.

La difficulté et le type de ces examens variaient selon le poste et l'ancienneté du poste. Par exemple, un clerc devait mémoriser 9 000 idéogrammes. Un jeune magistrat pouvait être amené à rédiger une série d'essais acceptable en huit parties, sur des questions de politique ou de philosophie (« ouverture du sujet » ; « réception du sujet » ; « début de la discussion » ; « première partie » ; « partie intermédiaire » ; « partie suivante » ; « dernière partie » ; « conclusion »). Un magistrat de haut niveau pouvait avoir besoin d'écrire un brillant essai, à soumettre au jugement d'un ensemble de magistrats de plus haut rang.

Le Ministère des rites administrait et notait les divers examens une fois tous les trois ans, dans les centres d'examens provinciaux pour l'accréditation des jeunes postulants (juren), dans les grands centres d'examens métropolitains pour l'accréditation de niveau moyen (gongshi), et sur le lieu même de l'université pour la plus haute accréditation, pour les postes administratifs nationaux (jinshi).

Oh, Chinois étranges, et tant imprégnés des temps anciens ! Un Ministère des rites, avez-vous dit ? Pourquoi pas un Ministère des promenades stupides ? Haha, comme c'est drôle !

Alors, laissez-moi carrément vous dire... ces jeunes hommes devaient étudier un certain programme pendant trois ans, ou six ans s'ils faisaient un peu trop la fête ou s'ils avaient besoin d'un an ou deux pour « mieux se sentir dans leur assiette », puis rédiger des essais et mémoriser des symboles inutiles, afin de devenir un Homme recommandé (juren) ? Pourquoi donc cette expression, « Homme recommandé »... cela semble si bête, n'est-ce pas ? Et ensuite, ces « Hommes recommandés » obtenaient des emplois administratifs prestigieux et bien rémunérés en province, de la part d'autres « Hommes recommandés », simplement parce qu'ils avaient réussi le même examen ?

Attendez un peu... vous êtes en train de me dire que s'ils passaient un examen encore plus prestigieux d'un programme scolaire encore plus prestigieux, ils appartiendraient à un club encore plus prestigieux d'administrateurs nationaux, où ils s'intervieweraient et s'embaucheraient les uns les autres pour gérer le pays ? Et tout le monde s'accommodait de cela ?

C'est fou, non ?

Pendant plus de MILLE ANS, les examens scolaires ont été le principal mécanisme d'accréditation de la société de masse chinoise.

Pendant plus de MILLE ANS, le seul et unique moyen de s'assurer que vos fils soient titulaires d'une carte de l'équipe d'élite, en Chine impériale, revenait à s'assurer qu'ils réussissent à l'examen de niveau juren, administré par le Ministère des rites.

Y a-t-il eu des scandales de pots de vin impliquant le Ministère des rites, où peut-être un riche artiste d'une capitale provinciale fut pris en flagrant délit de payer une importante somme d'argent, pour qu'un imposteur passe l'examen à la place de sa fille son fils, ou que l'examen soit noté de manière indulgente ? Bien sûr ! Et ces scandales de pots de vin étaient punis sans pitié, généralement par une honte publique exécution publique du riche artiste hypothétique de cette capitale provinciale.

Y a-t-il eu des scandales « étouffés » de pots-de-vin au Ministère des rites, où hypothétiquement un oligarque ultra-riche dans une capitale provinciale minora les dépenses d'un nouveau programme de bourses bâtiment ministériel à construire, où son collégien de fils serait reçu recevrait ensuite un poste ? Bien sûr ! Et ces scandales de pots-de-vin étouffés n'ont pas du tout été punis, parce que faire CELA aurait signifié que Harvard le Ministère des rites était l'auteur de ce simulacre plutôt que sa victime.

Pourquoi un système d'accréditation existe-t-il dans une société de masse ? Pourquoi l'enseignement supérieur est-il le système d'accréditation dominant dans une société de masse riche et stable comme la Chine impériale ou les États-Unis aujourd'hui ?

Parce qu'autrefois et maintenant, il s'agit d'un mensonge hautement efficace de la hiérarchie ou  Structure du pouvoir.

C'est la promesse d'une mobilité sociale méritocratique dans un monde soigneusement conçu pour limiter la mobilité sociale méritocratique, quand elle menace l'État et l'oligarchie.

Regardez, ce n'est pas complètement un mensonge. Bien sûr que non, parce que tous les mensonges de la Hiérarchie du pouvoir doivent être revêtus de vérité. Notre système d'accréditation universitaire de prestige (y compris celui de la Chine impériale également) EST un outil de mobilité sociale. Il coopte un flot constant de braves enfants extrêmement compétents issus du parti externe, pour utiliser la typologie d'Orwell. Il satisfait les parents du parti interne, tout en offrant des voies légales afin de garder leurs enfants dans le club. Il satisfait les
parents des prolos et du parti externe, en donnant le spectacle occasionnel de parents du parti externe qui trichent contre le système.

Mieux encore, personne n'a à débourser d'argent réel pour tout cela. Les parents ont accès à un financement illimité pour financer l'éducation de leurs enfants, ce qui signifie qu'il n'y a aucune limite aux niveaux de scolarité, ce qui signifie qu'il n'y a aucune limite à ce que les universités peuvent dépenser pour rejoindre les rangs des instituts d'accréditation de prestige.

Oh, le petit Jimmy va intégrer une université de second ordre d'il y a 20 ans ? J'ai entendu dire de très bonnes choses à propos de cette école. Toutes nos félicitations !

Merci ! Nous sommes tous très heureux. En fait, tout le monde sauf mon compte bancaire. Hahaha !

C'est vrai, tout le monde est TRÈS satisfait du système actuel.

L'accréditation universitaire de prestige est une soupape de sécurité (soupirs) comme les élections.

C'est l'offre de l'Homme de compassion à la tortue.

C'est le traitement réservé par la Divinité à l'Homme bon.

La Divinité et l'Homme bon

Dans le temple au bord de la route d'un village, il y avait une image en bois d'une divinité. Un homme qui passait là trouva un fossé en travers de son chemin, il a donc arraché l'image et l'a placée au-dessus du fossé en guise de pont. Un autre passant vit l'image sur le sol et, désolé pour elle, la remit à sa place. Mais l'image en prit ombrage, parce qu'il ne lui avait offert aucun sacrifice, et lui jeta donc un sortilège lui causant une très mauvaise migraine.

Les esprits du royaume des abysses en furent perplexes. « Vous avez laissé tranquille celui qui vous a piétiné, mais vous avez puni celui qui vous a aidé. Pourquoi ? ».

« Vous ne comprenez pas », dit la divinité. « Il est si facile d'intimider un Homme bon. »

Xiao Zan (c. 1580 AD)

Nos divinités sont aujourd'hui l' État nounou et l'oligarchie nounou. Nous les adorons aussi sûrement que le villageois chinois adorait un totem naturel, et ils nous intimident aussi sûrement et sans relâche.

Ainsi, dans la tradition séculaire des victimes de brimades partout dans le monde, nous, les bonnes gens, nous nous réjouissons lorsque de mauvaises gens, comme tous ces parents, sont impliqués dans le scandale des admissions au collège, car cela satisfait, ne serait-ce qu'un instant, notre sens de la justice.

Il est juste que nous ayons ce sentiment, et il est juste qu'ils soient punis.

Mais ce n'est pas suffisant.

Nous devons voir notre système d'enseignement supérieur avec un r egard lucide.

Notre système social d'enseignement supérieur n'est que cela : un système social. Ce n'est pas un ascenseur social méritocratique. Ou plutôt, c'est cela, ET c'est AUSSI le principal système d'accréditation qui soutient l'État et l'oligarchie. Ce n'est ni bon ni mauvais. C'est simplement la réalité.

Et ce que ce système EST n'a jamais été aussi important pour la carrière d'un jeune.

C'est la seconde munition du conseil en trois parties que je donne à tous les jeunes que je connais, y compris mes propres enfants. Il y a aussi une quatrième instruction, la plus importante, que vous pouvez trouver avec ces munitions : « Oh, Martha, vas-y, brûle-toi la cervelle si tu veux ».

  • Construisez votre propre capital intellectuel. J'ai rencontré dans ma vie tant de gens qui ont une énorme puissance intellectuelle, mais qui étaient si pressés de se rendre quelque part, qu'ils n'ont jamais construit leur propre capital intellectuel. Alors, quand ils arrivaient partout en hommes pressés... ils n'avaient rien à dire au-delà des limites étroites de leur travail quotidien. Et ils le savaient. C'est l'un des résultats les plus décevants de la vie - avoir beaucoup de succès dans le domaine que vous avez choisi, mais le trouver étrangement vide AINSI que vous-même. Pouvez-vous vous rattraper ? Pouvez-vous être un apprenant tard dans la vie ? Bien sûr. Mais tout comme perdre 10 kilos grâce à un régime devient exponentiellement plus difficile avec l'âge, il en va de même pour ajouter de manière significative à votre capital intellectuel. Construisez-le MAINTENANT.
  • Faites tamponner votre passeport. Nous vivons dans un monde de références. Je ne dis pas que c'est une bonne ou une mauvaise chose. Je dis simplement que cela EST. Le titre le plus important que vous puissiez obtenir aujourd'hui est une sorte de diplôme d'une université d'élite. Peu importe qu'il s'agisse d'un diplôme de premier ou de deuxième cycle, et je ne vais pas me disputer avec qui que ce soit pour savoir si une école est ou non d'élite. Le deuxième diplôme le plus important pour un jeune est un séjour de plus de 2 ans dans une institution d'élite dans une ville d'élite. Encore une fois, ne me demandez pas pourquoi. Il existe des solutions de rechange et des substituts efficaces à ces deux mécanismes de reconnaissance des titres de compétences. Mais votre chemin sera infiniment plus facile si vous faites tamponner votre passeport d'équipe d'élite MAINTENANT.
  • Entraîne ta propre voix. Et utilise-la. Encore une fois, c'est l'un des résultats les plus décevants de la vie : savoir que vous êtes une personne créative, avoir quelque chose d'important qui va vous brûler de l'intérieur si vous ne la partagez pas avec le monde..., par manque des mots ou de la musique ou de l'art nécessaires à le faire. D'après mon expérience, les personnes les plus malheureuses au monde sont les créateurs muets. Pour paraphraser Langston Hughes, ils se ratatinent parfois. Parfois, ils s'infectent. Et parfois, ils explosent. Chaque créatif doit créer un blog pour exprimer et développer son art. Ne le distribuez pas. N'en faites pas la publicité. Ne jouez pas  le jeu de l'ego. Effacez-le tous les six mois si besoin est, car vous n'avez probablement rien d'intéressant à dire ! Mais commencez à entraîner votre propre voix MAINTENANT, car un jour vous aurez votre mot à dire.

Nous devons soutenir nos enfants avec T out notre cœur.

L'action Tout notre cœur comporte deux composantes.

  • Promouvoir la réciprocité, j'entends par là un jeu de rôles potentiellement coopératif.
  • Promouvoir l'identité, j'entends par là une autonomie d'esprit.

Si vous préférez, les principes fondamentaux de l'action de Tout notre coeur sont de faire aux autres ce que vous voudriez qu'ils vous fassent, et de vous connaître vous-même. Pas vraiment de nouvelles idées, quoique si elles étaient assez bonnes pour Jésus et Socrate...

Agir pour la réciprocité dans le jeu des admissions dans les collèges est assez simple. Nous respectons les règles. Oui, nous savons qu'il s'agit d'un système, un système quelque peu truqué, où ses éléments méritocratiques sont en jeu quand cela convient aux besoins de l'Homme de compassion, et absents quand ce n'est pas le cas. Mais tromper le système est un jeu à courte vue, même si nous pouvons nous en sortir. Pourquoi ? Parce qu'une fois que nous avons commencé à instrumentaliser les autres - et en particulier lorsque nous commençons à instrumentaliser nos propres enfants et les autres enfants - nous ne pouvons plus jamais revenir en arrière. Jamais. Et ce chemin se termine TOUJOURS par des larmes. Si ce n'est pire.

Agir pour l'identité dans le jeu des admissions dans les collèges est un
peu plus complexe, car ce n'est pas notre identité que nous promouvons
ici, mais l'identité de nos enfants. Que signifie agir pour l'identité
d'un autre ? Cela signifie que nous écoutons leur « Je suis », et que
nous soutenons CELA.

Je déjeunais avec Siegfried qui raconta cette histoire à propos de sortir avec une femme. Je suppose qu'il a vu un air interrogateur sur mon visage et il a dit dans son accent allemand avec ses cheveux bien coiffés : « Je ne suis pas gay. Je ne suis pas hétéro. Je suis Siegfried. » Je pense que c'est la seule vérité que j'ai jamais entendue.

Penn Jillette, interview de David Marchese pour Vulture (14 août 2018)

« Je ne suis pas gay. Je ne suis pas hétéro. Je suis Siegfried. »

Penn a raison. C'est la seule vérité que j'ai jamais entendue. C'est ce que signifie promouvoir l'identité et l'autonomie d'esprit de nos enfants... quand ils disent « je suis », nous écoutons et nous soutenons CELA.

Quel que soit leur « je suis ».

Quand bien même leur « Je suis » soit ou non lié à la reconnaissance des diplômes de l'enseignement supérieur. Quand bien même leur « Je suis » peut nous embarrasser devant nos amis, ou ne pas être à la hauteur de nos opinions quant à l'intelligence, la beauté, les accomplissements ou le mérite de nos enfants.

Parce que toutes ces émotions relèvent de l'ego, et qu'elles sont le lot des failles de notre PROPRE identité, qui n'a rien à voir avec l'identité de notre enfant.

Bien sûr, ces émotions proviennent de l'amour. William H. Macy et Felicity Huffman aiment leurs enfants. Charles Kushner aime ses enfants.

Aimer nos enfants n'est pas suffisant.

Voici une citation de la  Hiérarchie du pouvoir, car je ne saurais trouver de meilleure formule :

Peu importe l'argent que nous avons ou que nous n'avons pas, nous pouvons rejeter l'idée selon laquelle nous pouvons être 'Quelqu'un qui compte pour le monde', et adopter plutôt l'idée que nous devons être quelqu'un 'Qui compte pour le peloton'. Maintenant peut-être que votre peloton EST le monde. Probablement pas, mais peut-être. Si tel est le cas, soyez audacieux et soyez important pour le monde. Mais plus probablement, il s'agit de votre famille. Plus probablement, ce sont vos amis. Plus probablement, ce sont vos partenaires et vos employés. Plus probablement, c'est votre église. Plus probablement, c'est votre école. Plus probablement, c'est votre pays. Ce n'est sûrement pas votre parti
politique. Ce n'est sûrement pas un oligarque.

Nos enfants sont les membres les plus importants de notre peloton. Toujours et de toutes les manières. Plus que tout autre être humain, nous devons traiter nos enfants comme des fins autonomes en soi, et non comme un moyen d'atteindre une fin. Aucune fin que ce soit. Et certainement pas ces fins qui servent notre ego.

Faites seulement CELA, et vous serez étonné de la façon dont le processus d'admission au collège se déroule parfaitement. Parce que vous le verrez clairement pour ce qu'il est. Et vous agirez en plénitude de cœur jusqu'au bout.

Bien à vous au service du peloton.

Ben Hunt

Traduit par Carpophoros pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Proposer une solution