La montée de l'Asie et la marginalisation du paria Us

26-06-2019 lesakerfrancophone.fr 10 min #158300

Par  Nicolas Bonnal - Juillet 2019 - Source  nicolasbonnal.wordpress.com

Le roquet euro-américain se ridiculise sur tous les champs de bataille verbaux. On imagine mal comment on attaquerait l'Iran après s'être dégonflé/ridiculisé en Syrie et au Venezuela. Pour rentabiliser le pétrole pourri de Wichita peut-être ? Tout cela ne durera pas longtemps entre la dette, notre agressivité brouillonne et notre dépeuplement. L'Europe c'est 4% de la population du monde, a rappelé Giscard, quand c'était 25% du monde en 1914 (elle payé cher ce surpeuplement du reste). Et mon ami Blondet rappelle qu'en Italie 50% des femmes n'ont pas d'enfants. La prostitution explose partout, et la natalité a baissé de 40 % en Espagne depuis la Crise de 2007. En Amérique comme je l'ai rappelé avec Hamilton, cela ne va pas mieux. Ce qui désole plus c'est la définitive disparition des indiens.

Voyons le sujet du jour. Le roquet occidental aboie (Trump, Merkel, Macron, les britishs, tous dans le même sac), la caravane passe, et la caravane aujourd'hui c'est l'Asie. J'ai trouvé dans la presse israélienne de droite (elle est souvent très bonne et beaucoup plus tempérée que la presse US ou française - défense de rire) un texte passionnant sur la marginalisation du paria américain, l'unification de l'Asie et la montée d'une grand ensemble dont personnellement je n'attends rien de bon sur le plan spirituel et rien de brillant sur le plan matériel. Mais on ne refera pas le monde moderne. Il aura dissous les âmes puis les corps, les noumènes puis les phénomènes (Nietzsche).

On lit donc le  Jérusalem post :

Si vous vouliez savoir à quoi ressemblerait un monde sans influence américaine, vous auriez pu assister au sommet de l'Organisation de la coopération de Shanghai à Bichkek vendredi, puis vous rendre le lendemain à Douchanbé, la capitale du Tadjikistan, pour la Conférence sur les mesures de renforcement de la confiance et de la confiance en Asie (CICA).

La cible, comme disent nos amis iraniens («vous n'êtes plus une menace mais une cible»), ce sont les États-Unis en piteux état :

Ensemble, ces sommets rassemblent plus de 30 États membres et observateurs et constituent un forum pour une alliance émergente composée de la Russie, de la Chine, de la Turquie et de l'Iran, afin de débattre de questions régionales et mondiales en l'absence des puissances occidentales. Ceci est important parce que tous ces pays, pour des raisons différentes, ont été confrontés à des défis de Washington ces dernières années.

Le roquet Bolton aboie et menace tout le monde. Et comme dit Donald (débarrasse-t-'en, Donald...), « si je l'écoutais il faudrait que je fasse la guerre au monde entier ». C'est à se demander si ce Bolton ne le fait pas exprès, n'est pas payé pour achever l'empire !

L'article continue sur des banalités :

Le président russe Vladimir Poutine et le président chinois Xi Jingping ont rencontré vendredi les dirigeants des pays d'Asie centrale, ainsi que ceux de l'Inde et du Pakistan, afin de discuter de questions régionales et mondiales. Ils ont adopté la Déclaration de Bichkek qui visait à souligner la nécessité de combattre «trois forces du mal», notamment le séparatisme, le terrorisme et l'extrémisme. L'agence de presse russe Tass a estimé qu'il était important de le noter.

Prends garde, Amérique :

En outre, les pays s'efforcent de lutter contre la «criminalité transfrontalière» et de «créer un ordre mondial multipolaire». Washington prend note. L'«ordre mondial multipolaire» vise à contester le leadership mondial des États-Unis après des décennies pendant lesquelles les États-Unis étaient une superpuissance mondiale hégémonique. Pas plus, peut-être, si la réunion de l'OCS est un indicateur. Outre la Chine, la Russie, l'Inde et le Pakistan, les pays voisins du Kirghizistan, du Kazakhstan, du Tadjikistan et de l'Ouzbékistan étaient également présents.

Tous les participants ne sont pas politiquement corrects :

En outre, l'OCS avait des observateurs venus d'Afghanistan, du Belarus, d'Iran et de Mongolie.

Tout cela aboutit à une réduction de l'influence US (l'empire crèvera, mais sa matrice durera, vous verrez, voyez Rome ou l'anglais) :

Il s'agit du 19ème sommet annuel du groupe, dont les membres ont cherché à signer une feuille de route pour la coopération avec la reconstruction en Afghanistan. Les États-Unis tentent de mettre fin à 19 années de guerre civile dans le pays par le biais d'un accord avec les talibans. L'OCS pourrait entrer dans le pays alors que les États-Unis y réduit son influence...

Les iraniens se sont énervés :

Alors que la Russie et la Chine cherchaient à renforcer la coopération régionale, l'Iran a profité de la réunion de l'OCS pour critiquer les États-Unis. Le président iranien Hassan Rouhani a déclaré au sommet que les États-Unis «violaient toutes les structures et règles internationales et utilisaient leurs ressources économiques, financières et militaires, avaient adopté une approche agressive et présentaient un risque grave pour la stabilité dans la région et dans le monde.»

Et vient le mot curieux de paria. On voit que les israéliens sont beaucoup plus subtils ici que les néocons (idem pour les relations avec la Russie d'ailleurs) :

Un jour après que Washington ait accusé l'Iran d'avoir attaqué deux pétroliers, cela montre à quel point l'Iran cherchait à présenter les États-Unis comme un paria mondial devant un public plus réceptif. Le prochain sommet de l'OCS aura lieu en 2020 en Russie.

Toujours habile et ennuyeux (il ennuie son peuple...), Poutine cherche à s'entendre avec tout le monde, y compris avec l'Iran paria :

Rouhani a tenu une réunion avec Poutine pour discuter des liens économiques, selon Press TV en Iran. L'Iran a déclaré que les relations allaient sur un « bon rythme » et qu'il y avait une commission conjointe Iran-Russie pour la coopération se déroulant dans une semaine en Iran. Les États-Unis ont cherché à imposer des sanctions à Téhéran. Le message de l'Iran était que cela ne fonctionnait pas.

Les autres participants aussi refusent la partition occidentale (s'il y en a une, parce qu'entre Macron, Juncker ou Trump, l'occident est mal barré, c'est le moins qu'on puisse rire !) :

Au Tadjikistan samedi, le président chinois Xi Jinping a appelé à de nouveaux efforts en matière de sécurité et de développement parmi les pays participants à Douchanbé. La réunion de la CICA était importante pour l'Iran, la Turquie, le Qatar et d'autres pays. Erdogan a rencontré Rouhani, Jinping et l'émir qatari Tamim bin Hamad al-Thani.

Si même le Qatar fait des siennes... On continue :

La Turquie a profité de la réunion de la CICA pour condamner les actions des États-Unis reconnaissant Jérusalem comme capitale d'Israël. L'Iran a profité de la réunion pour avertir qu'il ne pouvait rester à l'intérieur du JCPOA - l'accord sur le nucléaire iranien - si d'autres pays le violaient. « Les autres pays doivent également payer leur part pour sauver cet accord important », a déclaré Rouhani.
Le Qatar a rencontré samedi le dirigeant iranien et a souligné l'importance du dialogue. Il s'agit d'une des nombreuses réunions de haut niveau organisées pour les Qataris avec Poutine, Erdogan et la Chine, d'après les photos publiées par l'agence de presse Qatar. Doha a souligné l'importance des relations bilatérales stratégiques avec la Turquie et des relations bilatérales avec les autres pays.

L'article poursuit :

La réunion semblait particulièrement importante pour la Chine et la Russie. Press TV en Iran a rapporté que le président Xi Jinping a célébré son 66e anniversaire avec Poutine. Ils ont échangé du thé et de la crème glacée. La prochaine réunion de l'ICCA, qui réunira 27 pays, aura lieu en 2022.

Et de conclure sur le reflux occidental et le refus d'obtempérer oriental (que Guénon annonce déjà dans Orient et occident) :

Ces deux réunions du week-end montrent à quel point l'influence des États-Unis est à la fois remise en cause et affaiblie, à mesure que la Chine, la Turquie, la Russie et l'Iran se sentent plus tournés vers l'avenir en Asie centrale, et moins en Europe et aux États-Unis. Les États-Unis ont giflé les barrières douanières sur la Chine, sanctionné l'Iran, menacé la Turquie d'un accord S-400 avec la Russie et sanctionné la Russie... Certaines des poignées de main à Bichkek et à Douchanbé ont pu être symboliques, mais beaucoup représentent des réunions importantes dans le but de défier les États-Unis et leurs alliés. Ils représentent également un consensus sur la lutte contre le terrorisme et la construction d'un ordre mondial multipolaire pour le XXIe siècle.

Que dire ? Que McKinder avait raison, « qui tient l'île-monde tient le monde ». L'occident à bout de souffle démographique, économique et militaire, à bout de souffle aussi sur le plan spirituel/intellectuel, n'est pas à même de contrer l'ascension asiatique. John Mearsheimer avait aussi souligné la catastrophe pour les USA du rapprochement sino-russe sous la présidence du fluet Obama ; un Obama auquel aura succédé un président encore plus nul et mal conseillé !

 lesakerfrancophone.fr

 Proposer une solution