Irak: le commandant des opérations spéciales dans la province d'Al-Anbar fournissait les positions de ses unités et celles des milices de la mobilisation populaire à la Cia

07-07-2019 reseauinternational.net 2 min #158812

Le tropisme des généraux irakiens pour la CIA ou l'Agence centrale des renseignements US n'a jamais cessé depuis le début des années 2000. La chute de Bagdad en avril 2003 fut d'ailleurs la conséquence directe de la défection de 90 % du haut commandement militaire avant même le début des hostilités.

Cette fois-ci, c'est le commandant des opérations spéciales dans la province d'Al-Anbar limitrophe de la Syrie qui vient d'être mis en cause dans le ciblage de certaines unités irakiennes ainsi que des milices pro-iraniennes et pro-syriennes par les forces aériennes de la coalition internationale.

Selon ces enregistrements, le général Mahmoud Falahi fournissait les coordonnées de ses propres unités et celles des Kataeb Hezbollah d'Irak et la milice du Hachd Chaabi (mobilisation populaire) à des agents de la CIA américaine. Ces coordonnées ont servi a orienter des raids aériens menés par des avions de combat US, britanniques et français contre des dizaines d'objectifs en Irak occidental qui n'avaient aucun lien avec la lutte contre Daech.

D'après les enregistrements des discussions sur messagerie dévoilés par un site internet, l'agent traitant de la CIA se faisait appeler Abou Assad (père du lion) et est un parfait arabophone. Le général Falahi lui fournissait des coordonnées précises et lui demandait de veiller à ce que les États-Unis le débarrassent des forces du Hachd Al-Chaabi et des brigades du Hezbollah d'Irak qui se sont positionnés en Irak occidental pour empêcher la rupture du continuum stratégique entre l'Iran et la Syrie.

source: strategika51.org

 reseauinternational.net

 Proposer une solution