Épargner, investir, spéculer, commercer ou parier ?

12-08-2019 lesakerfrancophone.fr 10 min #160277

Par Doug Casey − Le 3 août 2019 − Source  International Man

Depuis quelque temps, je dis que l'économie est «dans l'œil du cyclone», et quand il émergera, le climat sera beaucoup plus rude qu'en 2008. Les milliers de milliards d'unités monétaires créées depuis 2007, combinées à une suppression artificielle des taux d'intérêt, ont tempéré la situation. Mais seulement temporairement. Lorsque l'économie se retrouvera à la lisière du cyclone, la tempête sera bien différente, bien pire et plus durable que ce que nous avons connu en 2008 et 2009.

À certains égards, les effets immédiats et directs de cette création monétaire semblent bénéfiques. Par exemple, non seulement en évitant un effondrement complet des marchés financiers et du système bancaire, mais en portant le marché boursier à des sommets sans précédent. Cela a permis aux particuliers et aux gouvernements d'emprunter davantage et de vivre encore plus au-dessus de leurs moyens. Cela pourrait même créer ce que l'on appelle un  «crack-up boom», [hyperinflation]

Mais un économiste compétent - par opposition à un apologiste politique, dont beaucoup se font passer pour des économistes - considérera correctement la prospérité actuelle comme une illusion. Au mieux, il le reconnaîtra comme une reprise cyclique naturelle : un « rebond technique ».

Cependant, ce qui nous intéresse vraiment, ce ne sont pas les effets immédiats et directs du QE - «Quantitative Easing» [planche à billets], et de la politique de taux zéro (ZIRP). Bien que j'aime la façon dont ils fabriquent ces acronymes et euphémismes, ce qui nous intéresse vraiment, ce sont leurs effets indirects et différés. En particulier, comment en profitons-nous ? Que va-t-il se passer ensuite dans l'économie ? Quels sont les marchés susceptibles de monter et ceux qui risquent de baisser ?

Et maintenant ?

Je suis à la recherche de bonnes affaires partout dans le monde et sur tous les types de marché. Et, oui, vous pouvez certainement trouver une action ou un bien immobilier qui remplit les conditions requises. Mais, s'agissant d'une catégorie d'actifs donnée, rien n'est bon marché pour le moment, à l'exception des matières premières de base.

Vous pouvez demander, comment cela est-il possible ? Il est presque métaphysiquement impossible que «tout» soit cher, ne serait-ce que pour poser la question : «Par rapport à quoi ?». Néanmoins, nous sommes dans une véritable zone crépusculaire économique et financière, où rien n'est bon marché et tout est à haut risque. C'est très inhabituel car il y a généralement quelque chose de l'autre côté de la balance. [la dette, NdT]

La raison de cette anomalie est le «QE» mondial à une échelle sans précédent, de la part de pratiquement tous les gouvernements. Tant d'argent a été créé ces dernières années qu'il a coulé dans presque tous les secteurs de tous les marchés - actions, obligations et immobilier. L'argent lui-même est surévalué - le problème, c'est qu'il garde toute sa valeur, bien que des milliers de milliards de dollars aient été créés récemment dans le monde et que beaucoup d'autres sont encore à venir.

Beaucoup de gens, et la plupart des entreprises, restent en monnaie liquide simplement parce que cela leur permet d'agir rapidement - ce qui est important lorsque vous êtes assis sur un volcan financier -, et il semble préférable de subir une perte certaine d'environ 5% par an plutôt qu'une perte inattendue de 50% sur un marché instable. Ce n'est pas non plus une bonne alternative, bien sûr. Mais j'y ai réfléchi et j'ai l'impression de pouvoir vous guider.

Encore une fois, un économiste essaie de voir les effets indirects et différés des actes. Mais ce n'est pas un exercice académique. Ainsi, même si nous voudrions penser comme des économistes, nous voulons agir comme des spéculateurs.

Un spéculateur profite parfois des effets immédiats et directs de ses actes, mais ce n'est pas son vrai point fort ; presque tout le monde peut prédire cela, ce qui tend à devenir un terrain de jeu encombré. Courir avec la foule limite votre potentiel de profit - il est peu probable que la foule entière s'enrichisse. Et c'est dangereux, car les foules peuvent changer de direction rapidement et piétiner les moins agiles.

Le spéculateur réfléchi préfère plutôt rechercher les effets indirects et différés des distorsions politiques sur les marchés. Parce que les effets sont retardés, nous avons plus de temps pour nous positionner. Et comme beaucoup moins de gens sont attentifs à ce qui est susceptible de se produire à l'horizon qu'à ce qu'ils ont sous nez, le potentiel tend à être beaucoup plus grand.

Le spéculateur est un contrarien naturel car peu de gens ont tendance à partager son point de vue et il court rarement avec la foule. Il cherche toujours quelque chose de similaire à l'argent métal en 1965, lorsque les États-Unis le fixaient à 1,29$, ou à l'or en 1971, quand il était assuré à 35$. Bien que les distorsions garanties par la politique soient préférables, toutes les autres façons de procéder conviendront - en particulier celles provoquées par des manies, lorsque les choses montent trop haut, ou la panique, quand les choses tombent beaucoup trop bas.

Le dicton célèbre de Rothschild «Achetez quand le sang coule dans les rues» est la devise du spéculateur.

Ce concept est particulièrement critique pour le moment. Vous devez décider - essentiellement maintenant - de la manière dont vous allez jouer vos cartes au cours des prochaines années. Si vous ne le faites pas, vous allez vous retrouver à agir de manière ad hoc dans ce qui sera probablement un chaos. Si tel est le cas, vous risquerez de vous tuer dans un accident de la route financier.

Trois actions réalistes s'offrent à vous : épargner, investir et spéculer. Je vous exhorte à graver les distinctions dans votre conscience. Lorsque les gens ne comprennent pas bien les mots qu'ils utilisent, ils ne peuvent pas comprendre les concepts qu'ils véhiculent ; le résultat est la confusion.

Épargner

Épargner signifie prendre l'excès de ce que vous produisez par rapport à ce que vous consommez et le mettre de côté. C'est fondamental et essentiel, car cela crée du capital. C'est le capital, à son tour, qui vous permet d'avancer au niveau suivant. Un individu ou une société qui n'épargne pas se retrouvera bientôt en difficulté.

Cependant, un problème majeur se profile, qui transcende le fait que beaucoup, voire la plupart des gens n'épargnent pas. C'est que ceux qui épargnent le font presque toujours sous forme de monnaie - dollars, euros, yen, etc. Si ces monnaies disparaissent, les économies disparaissent avec, dévastant les plus productifs et les plus prudents. C'est exactement ce que je pense qui se produira partout dans le monde au cours des années à venir. Avec des conséquences prévisibles catastrophiques.

Investir

Investir est le processus qui consiste à affecter des capitaux à une entreprise productive, dans l'attente de créer davantage de richesse. Cependant, vous ne pouvez pas investir sauf si vous avez un capital, qui ne provient généralement que de l'épargne.

Investir devient nécessairement plus difficile, plus imprévisible et moins susceptible de réussir à mesure que les interventions gouvernementales, sous forme d'inflation monétaire, de fiscalité et de réglementation, augmentent. Et tous les trois vont considérablement augmenter dans les années à venir.

En outre, à mesure que la société se réorganisera pour adopter des modèles de consommation différents et réduits, la plupart des entreprises connaîtront une baisse importante de leurs bénéfices et beaucoup feront faillite. Investir, un acte qui prospère dans une atmosphère stable et propice aux affaires, sera un sillon difficile à creuser.

Spéculer

Il s'agit de tirer parti des distorsions des marchés causées par les pouvoirs publics. Dans une société de marché libre, les spéculateurs auraient peu d'opportunités. Mais ce n'est pas le genre de monde dans lequel nous vivons, alors les spéculateurs auront de nombreuses occasions à saisir.

Malheureusement, les spéculateurs ont une réputation peu recommandable auprès des non initiés, la populace. C'est vrai pour plusieurs raisons. Leurs gains sont souvent démesurés, suscitant l'envie. Ils sont souvent réalisés en temps de crise, ce qui incite les ignorants à présumer qu'ils ont provoqué la crise. Et comme les spéculateurs agissent généralement à l'encontre des souhaits des gouvernements et de leur propagande, ils ont l'air d'être antisociaux.

En fait, j'aimerais que nous vivions dans un monde où la spéculation serait redondante et inutile - mais ce serait un monde où l'État ne serait pas impliqué dans l'économie.

Dans l'état actuel des choses, cependant, le spéculateur est en réalité un héros et un peu un bon Samaritain mal aimé. Lorsque tout le monde veut acheter, il se tient prêt à offrir ce que les autres veulent. Et quand tout le monde veut vendre, il se tient prêt avec de l'argent au moment opportun. C'est un peu comme un pompier - ses services ne sont généralement pas nécessaires, mais quand ils le sont, c'est typiquement en cas de danger.

Une erreur commise par les novices est de confondre un spéculateur avec un commerçant [trader], ou pire, avec un joueur. Encore une fois, définissons nos termes.

Un trader est généralement un acteur du marché, un acteur à court terme qui cherche à acheter bas et vendre haut, souvent en accapareur - achetant de grandes quantités à l'avance avec la seule intention d'assécher le marché pour revendre plus cher -, en s'appuyant généralement sur une analyse technique ou une lecture de l'humeur du marché. Il existe des traders extrêmement performants, mais c'est une véritable spécialité.

Je ne suis pas disposé à trader pour deux raisons. Premièrement, il faut nécessairement beaucoup de temps et d'attention, et donc s'épuiser psychologiquement. Deuxièmement, vous ramez toujours contre le courant en gérant beaucoup de commissions et d'écarts entre offre et demande. Un trader et un spéculateur sont deux choses très différentes.

Un joueur s'appuie sur le bizarre, ou parfois simplement sur la chance, pour tenter de gagner de l'argent. Bien que la chance et les probabilités statistiques fassent partie de la plupart des aspects de la vie, elles ne devraient pas jouer un grand rôle dans vos activités financières. Les personnes qui le pensent sont soit des ignorants, soit des perdants qui veulent attribuer leur manque de succès à la volonté des dieux.

Les années à venir vont être pénibles pour tout le monde, mais le spéculateur a de loin les meilleures chances de s'en sortir.

Doug Casey Auteur à succès, spéculateur de renommée mondiale et philosophe libertaire, Doug Casey a acquis une réputation bien méritée pour son érudition (et souvent controversée) perspicacité dans la Politique, l'économie, et les marchés d'investissement.

Traduit par jj, relu par Hervé pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter