Un pare-feu sino-russe contre les interférences américaines

14-08-2019 reseauinternational.net 10 min #160334

par M.K. Bhadrakumar.

La Chine a explicitement accusé les États-Unis et la Grande-Bretagne d'avoir fomenté les manifestations « pro-démocratie » à Hong Kong. Pékin s'est saisi de la question par la voie diplomatique et a exigé que les services de renseignements américains cessent d'inciter et de soutenir les manifestants de Hong Kong. La semaine dernière, des preuves photographiques ont été publiées dans les médias montrant la conseillère politique du Consulat des États-Unis à Hong Kong, Julie Eadeh discutant dans le hall d'un hôtel de luxe local avec les dirigeants étudiants impliqués dans le mouvement pro-démocratie de Hong Kong.

Washington s'indigne que la couverture de Julie Eadeh ait été démasquée. C'est apparemment une experte qui a organisé des « révolutions de couleur » dans d'autres pays et il a été révélé qu'elle était impliquée dans des « actes subversifs » dans la région du Moyen Orient. Le Global Times a écrit  un éditorial cinglant. Il disait :

« L'administration américaine a joué un rôle honteux dans les émeutes de Hong Kong. Washington soutient publiquement les manifestations et ne condamne jamais la violence qui vise la police. Le Consulat Général des États-Unis à Hong Kong intensifie son ingérence directe dans la situation de Hong Kong. L'administration américaine est à l'origine de la tourmente à Hong Kong, comme elle l'a fait dans d'autres endroits dans le monde«.

L'allégation chinoise est-elle plausible ? Dans  un article paru dans le Asia Times, le célèbre universitaire, économiste et auteur canadien Ken Moak a récemment fait valoir à juste titre que les protestations sont généreusement financées et que leur logistique et leur organisation sont d'une telle ampleur que « seuls des gouvernements étrangers ou de riches individus qui pourraient en tirer profit » s'y engageraient. Il a décrit des exemples passés de tentatives anglo-américaines de déstabilisation de la Chine.

Moak anticipe à l'avenir des opérations subversives « plus intenses et plus violentes » des États-Unis contre la Chine.

En effet, des agents provocateurs calibrent les manifestations presque quotidiennement, comme l'incendie du drapeau chinois et l'occupation de l'aéroport de Hong Kong. Le plan de jeu est de forcer Pékin à intervenir pour que le déluge suive - sanctions occidentales, et al.

Avec la technologie 5G sur le point d'être déployée, c'est le moment opportun pour les États-Unis de faire de la marche des grenouilles avec leurs alliés occidentaux un boycott économique de la Chine alors que des pays comme l'Allemagne et l'Italie qui ont des liens florissants avec la Chine en matière de commerce et d'investissement ont du mal à rejoindre le mouvement américain.

Francesco Sisci, journaliste et auteur italien bien connu et observateur de longue date de la Chine basé à Pékin,  a écrit récemment que Hong Kong est en réalité la « soupape de sécurité » de Pékin et que l'étouffer peut provoquer l'asphyxie du système chinois dans son ensemble. Sisci compare Hong Kong à « une chambre de compensation, une soupape de sécurité entre l'économie fermée de la Chine continentale et les économies ouvertes du reste du monde«.

Si la Chine a pu se mondialiser avec avidité tout en gardant son économie fermée, c'est parce qu'elle avait Hong Kong, qui était complètement ouverte et constituait le troisième plus grand marché financier du monde. Si une fuite massive de capitaux se produit à Hong Kong, la Chine devra négocier ses futurs arrangements financiers avec des pays sur lesquels elle n'a pas de contrôle politique. Pour citer Sisci :

« Le statut actuel de Hong Kong peut aider Pékin à gagner du temps, mais la question cruciale reste le statut de la Chine. Le temps d'entrer et de sortir du système commercial mondial grâce à une architecture complexe d'accords spéciaux s'épuise rapidement«.

En termes simples, les troubles à Hong Kong deviennent un modèle de  l'approche de pression maximale des États-Unis pour briser la dynamique de croissance de la Chine et sa domination en tant que rivale mondiale de la technologie au XXIe siècle.  Les mains influentes chinoises aux États-Unis ouvrent déjà la bouteille de champagne affirmant que « la révolution est dans l'air à Hong Kong » - et, elle marquera « la fin du communisme sur le sol chinois ».

Coïncidence ou pas, de petits incendies sont allumés ces derniers temps dans les rues de Moscou également, et  ils se propagent en manifestations importantes contre le Président Vladimir Poutine. Si la loi d'extradition a servi de prétexte à la tourmente de Hong Kong, c'est l'élection à la Douma de Moscou (assemblée législative de la ville) qui a apparemment déclenché la protestation russe.

Tout comme il existe un mécontentement économique et social à Hong Kong, la popularité de Poutine a récemment diminué, ce qui est attribué à la stagnation de l'économie russe.

Dans les deux cas, le programme américain est un « changement de régime » flagrant. Cela peut paraître surprenant, puisque les leaderships chinois et russes semblent solides comme le roc. La légitimité du Parti Communiste Chinois présidé par le Président Xi Jinping et la popularité de Poutine font toujours l'envie de tout homme politique dans le monde, mais la doctrine des « révolutions de couleur » n'est pas fondée sur des principes démocratiques.

Manifestations à Moscou

Les révolutions de couleur ont pour but de renverser un ordre politique établi et n'ont aucun rapport avec le soutien de masse. La révolution de couleur est un coup d'État par d'autres moyens. Il ne s'agit même pas de démocratie. Les récentes élections présidentielles et parlementaires en Ukraine ont montré que la révolution colorée de 2014 était une insurrection que la nation désavoue.

Bien sûr, les enjeux sont très importants lorsqu'il s'agit de déstabiliser la Chine et la Russie. Rien de moins que l'équilibre stratégique mondial n'est en jeu. La stratégie de double confinement des États-Unis contre la Russie et la Chine est essentiellement le projet du Nouveau Siècle Américain - l'hégémonie mondiale des États-Unis au XXIe siècle.

Les États-Unis ont parié que Moscou et Pékin auraient du mal à faire face au spectre des révolutions de couleur et que cela les isolerait. Après tout, les régimes autoritaires sont exclusifs et dans le sanctuaire de leur politique intérieure, même leurs amis ou alliés les plus proches ne sont pas admis.

C'est là que Moscou a réservé une mauvaise surprise à Washington. La porte-parole du Ministère russe des Affaires Étrangères, Maria Zakharova, a déclaré vendredi à Moscou que la Russie et la Chine devraient échanger des informations sur l'ingérence américaine dans leurs affaires intérieures. Elle a signalé que Moscou est au courant des déclarations chinoises selon lesquelles les États-Unis s'immiscent dans les affaires de Hong Kong et traite cette information « avec sérieux ».

« En outre, je pense qu'il serait juste et utile d'échanger ces informations par l'intermédiaire des services respectifs«, a déclaré Zakharova, ajoutant que les parties russe et chinoise discuteraient bientôt de cette question. Elle a ajouté que l'agence de renseignement américaine utilise la technologie pour déstabiliser la Russie et la Chine.

Plus tôt vendredi, le  Ministre russe des Affaires Étrangères avait convoqué le chef de la section politique de l'ambassade américaine Tim Richardson et lui avait présenté une protestation officielle contre les États-Unis, encourageant un rassemblement non autorisé de l'opposition à Moscou le 3 août.

En effet, Moscou a beaucoup plus d'expérience que Pékin dans la neutralisation des opérations secrètes des services secrets américains. C'est une caractéristique de la grande compétence d'expertise ainsi que de la ténacité du système russe que pendant toute l'ère de la guerre froide et la période « post-soviétique », il n'y a jamais rien eu de tel que l'agitation sur la place Tiananmen à Pékin (1989) ou à Hong Kong (2019) provoquée par les renseignements américains.

Le message de Moscou à Pékin est direct et franc : « Unis, nous restons debout, divisés, nous tombons ». Il ne fait aucun doute que les deux pays se sont consultés et qu'ils voulaient que le reste du monde le sache. En effet, le message que Zakharova a transmis - sur un pare-feu commun contre les interférences américaines - est d'une importance capitale. Elle élève l'alliance russo-chinoise à un niveau qualitativement nouveau, créant ainsi un nouveau fondement politique pour la sécurité collective.

 M.K. Bhadrakumar

Source :  A Sino-Russian firewall against US interference

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter