De «théorie du complot» à fait avéré : oui, Facebook a bien écouté des conversations privées

15-08-2019 francais.rt.com 4 min #160363

Facebook a reconnu avoir écouté les conversations privées d'utilisateurs sur l'application Messenger, afin d'améliorer son ciblage publicitaire. Mark Zuckerberg avait jusqu'alors nié les faits, qu'il avait qualifiés de «théorie du complot».

La rumeur enflait depuis des mois, à mesure que les utilisateurs partageait leurs troublantes expériences sur les réseaux sociaux. Après avoir nié écouter les conversations privées de ses utilisateurs pour améliorer son ciblage publicitaire - Mark Zuckerberg allant jusqu'à évoquer une «théorie du complot» à ce sujet devant les sénateurs américains : «Nous ne faisons pas ça» - Facebook a fini par reconnaître avoir bel et bien utilisé cette méthode.

Dans un communiqué  transmis à l'agence Bloomberg le 13 août, l'entreprise de Palo Alto a ainsi avoué avoir fait retranscrire des enregistrements sonores de conversations. Mais le réseau social estime être dans son bon droit, et soutient que les utilisateurs concernés avaient coché une option de l'application Messenger autorisant Facebook à retranscrire leurs dialogues.


Auteur: RT France

Malgré tout, conscient que cette information pourrait être un coup de canif supplémentaire dans une relation de confiance déjà bien entamée avec ses utilisateurs, Facebook s'est empressé de faire savoir que cette pratique avait été «gelée» début août. «Tout comme Apple ou Google, nous avons gelé la pratique de faire écouter les enregistrements sonores par des humains la semaine dernière», a ainsi fait savoir l'entreprise, rappelant incidemment qu'elle n'était pas la seule à recourir à ce genre de procédé parmi les GAFA.

Selon Bloomberg, Facebook sous-traitait ce travail, dont le but affiché était de vérifier si l'intelligence artificielle du réseau interprétait correctement les messages. Les employés à qui revenait cette tâche, qui ne savaient ni où ni comment les enregistrement avaient été obtenus, se seraient inquiétés des implications éthiques de leur travail, selon l'agence.

Facebook est la cible de critiques depuis des mois à la suite de diverses révélations sur ses pratiques controversées, de la  censure d'utilisateurs accusés d'inciter à la haine à son  mode de gouvernance.

 Lire aussi : Gilets jaunes : une importante page Facebook désactivée, son administrateur confie sa surprise

 francais.rt.com

 Commenter