L'épidémie de suicides d'infirmiers et la crise des soins de santé aux États-Unis

09-09-2019 wsws.org 8 min #161382

Par Kate Randall
9 septembre 2019

Je suis victime d'épuisement professionnel et de Trouble de stress post-traumatique (TSPT)... J'ai pleuré toute la matinée à cause d'une douleur si profondément enfoncée et enfermée en moi. J'ai vu mon dernier patient mourir il y a trois jours et j'ai laissé dans son sillage une famille brisée qui a vraiment plongé dans la misère et la souffrance» «Mon histoire de surmenage» (allnurses.com).

Ces mots ont été écrits par une infirmière de l'unité des soins intensifs cardiovasculaires (IA de l'USIIC) qui avait six ans d'expérience à l'époque et qui avait démissionné «à cause des expériences, de la mort et de la souffrance en particulier» endurées au travail. L'histoire de cette infirmière n'est pas unique.

Il y a 3,9 millions d'infirmiers auxiliaires accrédités et enregistrés et aux États-Unis. Une étude menée en 2014 auprès de 3.300 d'entre eux a révélé qu'un grand nombre étaient stressés et surmenés la majorité ont déclaré avoir un mauvais régime alimentaire et rarement bénéficié d'une nuit de repos décente.

De nouvelles études montrent que les suicides d'infirmières atteignent des proportions épidémiques. La pression sur la santé mentale de ces travailleurs de la santé pousse un nombre croissant d'entre eux à s'enlever la vie. Crédit: Wavebreakmedia pour Getty Images, via Canva Pro)

Ces conditions de travail et d'autres y compris la violence, l'intimidation de la direction et le fardeau émotionnel des soins aux patients mènent à une épidémie croissante de suicides d'infirmières. Des chercheurs de l'École de médecine de l'Université de Californie à San Diego (UCSD) ont mené la première enquête nationale sur les suicides dans ce secteur depuis plus de 20 ans, et les résultats sont alarmants.

Les chercheurs de l'UCSD ont constaté que l'incidence du suicide chez les infirmières était significativement plus élevée que dans la population générale. Chez les infirmières, l'incidence du suicide était de 11,97 pour 100.000; chez les infirmiers, elle était plus de trois fois supérieure, soit 39,8 pour 100.000.

Qu'est-ce qui explique ce bilan tragique? Comment se fait-il qu'un nombre important de personnes qui ont suivi une formation et qui ont choisi un domaine de la santé souffrent de crises physiques et mentales à un point tel qu'elles se suicident?

Le récent article du World Socialist Web Site sur les suicides d'infirmières a été l'un de nos articles les plus lus. Ce sujet a touché les travailleurs de la santé et notre lectorat en général. Une entrevue de suivi avec Judy Davidson, infirmière scientifique, IA, DNP, une des chercheuses de l'UCSD, a suscité un flot de commentaires, dont les suivants de deux infirmières:

Craig: «Nous sommes conditionnés à mettre de côté nos propres besoins. Cela favorise une culture des infirmiers qui cachent tout problème émotionnel ou physique. Plutôt que de nous occuper de nos problèmes, nous les refoulons en nous-mêmes jusqu'à ce que nous ne puissions plus les retenir. Comme une poubelle qui a besoin d'être, mais au lieu de ça, il devient de plus en plus compact jusqu'à ce qu'il explose.»

Kathy: «Recherchez sur la DÉPRESSION des infirmiers. La direction n'en tient pas compte. Si vous êtes obligé de travailler jour après jour dans des situations où le personnel est peu nombreux, votre esprit serait anéanti aussi. Je suis infirmière depuis 39 ans. Auparavant, il était rare que vous deviez travailler en sous-effectif. Maintenant, c'est une occasion rare quand il y a le plein les effectifs.»

Et ceci de la part d'un lecteur qui n'est pas infirmier:

Clara: «Rien de mieux qu'une bonne infirmière quand on est malade ou quand quelqu'un qu'on aime est malade. Ils doivent être valorisés et bien traités. Ils devraient avoir un salaire décent, des heures de travail décentes et être reconnaissants de rester au travail.»

Mais le système de santé américain va à l'encontre de tout ce que ce dernier intervenant dit nécessaire. Les patients sont continuellement ajoutés à la charge de travail des infirmières. Le rythme effréné, la surcharge de travail et l'augmentation du ratio patients/infirmiers se confondent pour entraîner l'épuisement professionnel. Le personnel infirmier en est victime. Par conséquent, il y a un faible taux de rétention du personnel infirmier et d'autres travailleurs de la santé. On s'attend à ce que les infirmières fassent plus de travail sans augmentation de salaire voire même des réductions de salaire et malgré les attaquent contre avantages sociaux, y compris leurs propres soins de santé.

En mai, les infirmiers et le personnel de soutien ont fait grève à l'hôpital Mercy Health Saint Vincent de Toledo, en Ohio, à cause des salaires, d'un manque de personnel et d'heures supplémentaires obligatoires qui, selon eux, nuisaient aux soins aux patients. Pendant la grève, les infirmiers ont dit aux WSWS qu'ils avaient été obligées de travailler jusqu'à 26 heures consécutives et que certaines devaient dormir dans leur voiture avant de pouvoir rentrer chez elles en toute sécurité. Le nombre de patients par infirmière avait augmenté, doublant même au cours de l'année.

Bien qu'ils aient reçu un large soutien dans la communauté, y compris l'appui des travailleurs de l'automobile au complexe Fiat Chrysler Jeep voisin, leur grève de six semaines a été trahie. La grève s'est terminée par un accord pourri qui diffère peu de l'offre initiale de Mercy Health.

L'United Auto Workers (UAW - les Travailleurs unis de l'automobile), qui représente les infirmiers et les autres membres du personnel de l'hôpital, a renvoyé au travail le personnel de soutien en juin. Il a forcé les infirmiers à revenir un mois plus tard, malgré leur vote écrasant de rejeter le contrat. Des centaines de travailleurs se sont retirés de l'UAW par dégoût ou ont quitté leur emploi à la suite de leur trahison flagrante par le syndicat.

Alors que certains hôpitaux aux États-Unis sont nominalement «à but non lucratif», l'ensemble du système de santé est orienté vers l'enrichissement des cadres hospitaliers, des directeurs généraux d'assurance et des sociétés pharmaceutiques. Le Dr David Torchiana a gagné une rémunération totale de 4,7 millions de dollars en 2016. C'était sa première année de travail à titre de PDG de Partners HealthCare, le plus important système de santé «sans but lucratif» du Massachusetts.

Daniel Loepp, PDG de Blue Cross/Blue Shield du Michigan, a reçu 19,2 millions de dollars en compensation l'an dernier. L'assureur est considéré comme un organisme sans but lucratif. Ken Frazier, PDG de la société pharmaceutique Merck & Co. a reçu 20,9 millions de dollars en rémunération l'an dernier.

De tels profits obscènes ne peuvent pas simplement être attribués à l'avidité personnelle de ces dirigeants, bien qu'il s'agisse certainement d'un facteur. L'inégalité sociale vaste et croissante aux États-Unis est une caractéristique intrinsèque du mode de production capitaliste. Cela provient du fait que la grande majorité des travailleurs vendent leur capacité à travailler à la classe capitaliste, ne rapportant chez eux qu'une fraction de la valeur qu'ils produisent.

Les conditions dans les hôpitaux et les cliniques nuisent au bien-être mental des infirmiers. Mais aussi, à la capacité des médecins, des infirmiers et des autres membres du personnel de santé de fournir aux patients des soins attentifs et de qualité. Le système de santé à but lucratif aux États-Unis se gouverne par le principe qui consiste à tirer le maximum de profit de ses activités. La vie et la santé des travailleurs de la santé et des patients sont subordonnées à ces profits.

Plus de 150.000 Américains sont décédés des suites de décès et de suicides causés par l'alcool et les drogues en 2017, la dernière année des chiffres complets du Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC). C'est plus de deux fois plus qu'en 1999 et le nombre le plus élevé depuis le début de la tenue de documents cette année-là.

Cette montée en flèche du taux de «décès par désespoir» qui comprend un nombre record de décès par surdose d'opioïdes est emblématique d'une société malade au sens propre comme au sens figuré. L'espérance de vie aux États-Unis, baromètre de la santé d'une société, est en baisse depuis trois ans.

Comme la grande majorité des professionnels de la santé, les infirmiers se lancent au domaine des soins avec le désir de faire une différence positive dans la santé et la vie de leurs patients. La hausse tragique des suicides des infirmiers est le résultat de l'intersection de la vie et du travail de cette main-d'œuvre avec la brutalité du système capitaliste. Le système actuel valorise le profit avant les progrès de la science médicale, le développement de médicaments pour combattre les maladies et la santé de la population.

Les soins de santé socialisés ne seront pas réalisés grâce aux politiques des Démocrates comme Bernie Sanders, qui promettent la lune. Mais ils n'ont nullement l'intention de mettre fin au système capitaliste et d'exproprier les chaînes géantes de soins de santé, l'assurance maladie et les industries pharmaceutiques.

L'épidémie de suicides d'infirmières souligne le besoin urgent de travailleurs de la santé et de la population dans son ensemble pour lutter en faveur d'une solution socialiste à la crise de la santé en Amérique. L'administration des soins de santé doit être retirée des mains de l'oligarchie qui profite du rationnement des soins et de l'exploitation du personnel de santé, dans le cadre de la transformation socialiste de la société.

(Article paru d'abord en anglais le 7 septembre 2019)

 wsws.org

 Commenter