Les promesses de vente du nouveau Mig-35 explosent

11-09-2019 reseauinternational.net 5 min #161491

Les sanctions à l'encontre de la Russie continuent de tourner au fiasco pour le camp occidental. Après le succès du tout nouvel avion de chasse russe de 5e génération, le Su-57, au salon MAKS, les clients se précipitent pour acheter le nouveau MiG-35. Avec ces nouvelles ventes annoncées, nous assistons au renforcement de la sphère prorusse sur une partie du globe. Six principaux clients potentiels de l'Inde, de la Malaisie, à la Corée du Nord en passant par la Biélorussie, l'Égypte et l'Iran, ont annoncé leur volonté d'acheter le tout nouveau MiG-35.

Le nouveau MiG-35 se présente comme une alternative à l'offre du Su-57 tout en intégrant de nombreuses technologies identiques. Les premiers MiG-35 ont intégré l'armé russe en 2019. De nouvelles commandes nationales sont attendues même si la Russie montre sa préférence pour les chasseurs de la gamme «plus lourde» comme les Su-30SM, Su-34, Su-35 ou Su-57.

Le nouveau MiG-35 devrait néanmoins être un chasseur extrêmement attrayant pour l'export. En effet, le MiG-35 est l'un des trois seuls avions au monde à intégrer des systèmes tridimensionnels de vectorisation de poussée tout en étant de la gamme «poids moyen» ce qui lui confère une grande capacité de survie au combat. Doté d'un puissant radar AESA, montant à 19 km d'altitude, avec une charge utile de huit missiles, le Mig-35, qui peut décoller de pistes courtes ou improvisées à proximité des lignes de front, possède des systèmes de guerre électronique.

Le chasseur est particulièrement prisé pour ses faibles besoins en maintenance et ses coûts d'exploitation. Bien qu'il puisse présenter des problèmes de performances par rapport au Su-57, le MiG-35 bénéficie d'un taux de sortie plus élevé et peut être entretenu par moins de personnel et à moindre coût contrairement aux nouveaux avions de guerre occidentaux. Le MiG-35, qui remplace le MiG-29, est au contraire plus facile et beaucoup moins coûteux à maintenir que ses prédécesseurs de la quatrième génération. Les exploitants du MiG-29 pourraient bien réduire leurs dépenses à long terme en acquérant le MiG-35 et en éliminant progressivement les anciens avions à réaction.

Inde, Iran, Égypte, Biélorussie, Corée du Nord et Malaisie choisissent le MiG-35.

L'Inde est en train de négocier son achat et deviendra probablement le plus gros exploitant du MiG-35 avec l'armée de l'air russe. Le MiG-35 devrait équiper le prochain porte-avions indien INS Vikrant et sera un poids redoutable contre le JF-17 Block 3 du Pakistan.

Pour l'Iran, le MiG-29 est l'appareil de combat le plus moderne de la flotte de combat iranienne. Une acquisition de MiG-35 pourrait potentiellement permettre de réduire les coûts de maintenance et donnerait à l'Iran un atout contre le F-35I israélien et le F-35SA saoudien tout en remplaçant les F-5 et F-4 utilisés depuis plus de 40 ans.

L'Égypte, qui montre son intérêt pour le Su-35, retire les F-16 et les Mirage III, MiG-23 et F-4 de sa flotte après avoir commandé 50 chasseurs MiG-29M en 2013. L'Égypte pourrait passer bientôt une commande de MiG-35 car le pays privilégie aussi les avions à faibles coûts capables d'affronter le F-35 israélien.

En Biélorussie, le MiG-29 constitue actuellement le gros de la flotte de chasseurs biélorusses, avec environ 35 appareils en service aux côtés d'un escadron d'élite en formation composé d'une douzaine de Su-30SM. La Biélorussie recherche à minimiser ses coûts et à contrer la Pologne avec ses F-35 via l'achat de MiG-35.

La Corée du Nord possède actuellement le MiG-29. Même si le MiG-29 est capable d'affronter les F-35A et F-15K sud-coréens ainsi que le futur chasseur furtif KF-X du pays, le MiG-35 pourrait ainsi fournir à Pyongyang un rapport coût-efficacité réduit. Bien que les États-Unis aient rédigé des résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies interdisant actuellement la vente de nouveaux avions de combat au pays, la durée d'interdiction de ces ventes et la capacité du régime de sanctions à rester en place à long terme sont extrêmement discutables. La Corée du Nord pourrait devenir un client de premier plan pour le MiG-35 dans les années 2020, probablement pour ne pas remplacer mais plutôt pour compléter sa flotte, si les résolutions de l'ONU devaient être levées dans les années 2020.

Exploitant déjà le MiG-29 l'Inde, l'Iran, l'Égypte, la Biélorussie et la Corée du Nord possède déjà les structures pour recevoir le MiG-35 ce qui permet de réduire les dépenses. A signaler la Malaisie, qui malgré l'affaire du MH17 a décidé, comme l'indique le site  Malay Mail, d'acheter des MiG-35 lors du Forum Économique Oriental qui vient d'avoir lieu à Vladivostok.

source :  observateurcontinental.fr

envoyé par Olivier Renault

 reseauinternational.net

 Commenter