La mort de la « fille bleue » iranienne met en lumière l'absurdité de l'interdiction de stade pour les femmes

12-09-2019 tlaxcala-int.org 7 min #161530

 Center for Human Rights in Iran Centre pour les droits humains en Iran کمپین حقوق بشر ایران

10 septembre 2019 - La mort de Sahar Khodayari, une femme qui s'est auto-immolée par le feu à Téhéran parce qu'elle pensait devoir purger une peine de prison pour avoir essayé d'assister à un match de football, a mis en lumière les coûts d'une politique discriminatoire de l'État contre laquelle les Iraniennes protestent depuis des décennies.

Assez de promesses vides : la FIFA devrait demander à l'Iran de lever son interdiction une fois pour toutes

« Cette tragédie absurde devrait être un tournant pour le gouvernement iranien, qui a ignoré les appels de son peuple à lever son interdiction discriminatoire à l'égard des femmes dans les stades, et qui doit maintenant faire face aux coûts humains de cette politique3, a déclaré Hadi Ghaemi, directeur exécutif du Centre pour les droits humains en Iran (CHRI).

« La FIFA ne doit pas se laisser manipuler par l'Iran, qui assouplit ponctuellement son interdiction aux femmes pour parer aux pressions nationales et internationales », a déclaré Ghaemi. « Elle devrait faire respecter ses statuts contre la discrimination une fois pour toutes ».

Khodayari, 29 ans, est décédée le 10 septembre 2019 dans l'unité de soins intensifs de l'hôpital Motahari de Téhéran après s'être immolée devant un tribunal à Téhéran. Peu de temps après, sa sœur a déclaré à un organe de presse iranien que les autorités avaient ignoré les documents présentés par sa famille concernant son état de santé mentale.

« Ma sœur est bipolaire et elle est sous la surveillance d'un médecin depuis deux ans «, a déclaré la sœur de Khodayari (dont le nom est inconnu) ai site d'information de Rokna le 4 septembre. « Nous avions fourni tous les documents à la cour, mais elle était poursuivie en tant que personne en bonne santé uniquement parce qu'elle avait insulté les gardes ».

Originaire de la ville de Qom, Khodayari a été convoquée au palais de justice pour être jugée après avoir été arrêtée pour avoir essayé de suivre son équipe de football préférée, le FC Esteghlal, au stade Azadi de Téhéran en mars 2019. Elle s'est brûlée « après avoir appris qu'elle devait rester en prison pendant six mois », a dit sa sœur à Rokna.

Khodayari a été surnommée la "Fille bleue" sur les réseaux sociaux parce qu'elle portait la couleur bleue de l'équipe le jour de son arrestation.

Dans une déclaration, la FIFA a adressé ses condoléances à la famille Khodayari et a réitéré son « appel aux autorités iraniennes pour qu'elles garantissent la liberté et la sécurité de toutes les femmes engagées dans cette lutte légitime pour mettre fin à l'interdiction de stade pour les femmes en Iran ».
L'Iran est le seul pays au monde qui interdit l'accès des femmes aux stades et la FIFA lui a récemment dit qu'il devait prendre des mesures pour lever cette interdiction afin de se conformer aux statuts de la FIFA interdisant la discrimination. Mais la FIFA n'a pas expliqué ce qui se passera si l'Iran ne lève pas l'interdiction.

« Cette protestation ne concerne pas seulement les stades, elle fait partie d'un mouvement grandissant de femmes en Iran visant à obtenir les droits humains fondamentaux, y compris l'égalité ainsi que la liberté d'expression et d'expression », a dit Ghaemi.

Les médias sociaux, des personnalités publiques et des députés iraniens critiquent l'interdiction

Selon Niki Mahjoub, journaliste de la BBC en persan, les médias iraniens ont appris qu'ils ne pouvaient plus rendre compte de l'histoire de Khodayari après que celle-ci a fait la une au niveau international. L'ordonnance a été rendue après que des personnalités publiques de premier plan eurent condamné publiquement la mort de Khodayari.

« Là où les hommes déterminent le sort des femmes et les privent de leurs droits humains fondamentaux, et où il y a des femmes qui aident les hommes dans leur tyrannie, nous sommes toutes responsables de la détention et de l'immolation de filles comme elle dans le pays », a tweeté la célèbre parlementaire réformatrice Parvaneh Salashouri le 10 septembre 2019.

Sur Instagram, le célèbre ancien footballeur iranien Ali Karimi a écrit qu'il n'entrerait plus dans un stade iranien "jusqu'à nouvel ordre".

Dans une interview accordée le 5 septembre 2019 au quotidien "Iran", l'ancien directeur de la Fédération iranienne de football (1994-1997), Dariush Mostafavi, avait également critiqué les autorités pour avoir poursuivi Khodayari et entamé la réputation internationale de l'Iran.

« La devise du Comité National Olympique est la liberté pour l'humanité. Que vont-ils penser de notre société si [le Président Gianni] Infantino et ses amis de la Confédération Asiatique de Football découvrent cet incident ? Comment vont-ils réagir face à notre fédération ? », a-t-il dit.

La réélection du Président Hassan Rouhani, le 19 mai 2017, était due en grande partie au avaient fait que les citoyens iraniens avaient l'impression que son gouvernement s'efforcerait de faire respecter et d'améliorer les droits de la personne et les droits des femmes en Iran.

« Le président Rouhani s'est montré silencieux et inefficace face aux protestations incessantes de femmes et d'hommes iraniens en faveur de leurs droits fondamentaux «, a déclaré Ghaemi.

Aucune loi iranienne n'interdit spécifiquement aux femmes d'assister à des matchs sportifs dans les stades, mais cette politique non officielle est soutenue et mise en œuvre par des forces religieuses et de sécurité dures et conservatrices depuis 1981, deux ans après la révolution islamique dans le pays.

En réponse aux appels à la levée de l'interdiction, certains responsables ont déclaré que les stades iraniens ne "conviennent" pas aux femmes parce qu'ils n'ont pas de travées ni de toilettes réservées aux femmes.

Ces fonctionnaires n'ont pas expliqué pourquoi ils n'ont pas pris de mesures pour mettre en œuvre ces exigences.

« Tout le monde, y compris les femmes en Iran, devrait avoir le droit de profiter du beau jeu et d'assister à des matchs sportifs aux côtés des supporteurs masculins », a déclaré Ghaemi. « Les contestataires, y compris les footballeurs et les supporteurs, devraient élever la voix pour la fille bleue iranienne et toutes les femmes iraniennes qui risquent tout pour protester contre cette interdiction », a-t-il ajouté.

 ►Page facebook de la campagne "Let Iranian women enter their stadiums" (Laissez les femmes iraniennes entrer dans leurs stades)

Courtesy of  Tlaxcala
Source:  iranhumanrights.org
Publication date of original article: 10/09/2019

 tlaxcala-int.org

 Commenter