Reconnaissance faciale : 56% des Américains ont confiance en son utilisation par la police

12-09-2019 usbeketrica.com 10 min #161573

Si les Américains ont majoritairement confiance en la police, ils se montrent plus craintifs vis-à-vis des entreprises, révèle une nouvelle étude du Pew Research Center  publiée le 5 septembre.

Grâce aux progrès  réalisés dans le domaine de l'intelligence artificielle, la reconnaissance faciale  prend de l'ampleur outre-Atlantique. Utilisée par les GAFA et de grandes entreprises, elle tombe peu à peu dans les mains des forces de l'ordre, qui y voient un précieux outil pour la sécurité intérieure. Au Texas, en Floride et dans l'Illinois, le FBI a recours à la reconnaissance facile et  a l'autorisation de scruter dans les bases de données fédérales les photos de permis des Américains répertoriés pour les identifier. A Baltimore, cette technologie a déjà permis à la police de reconnaître et arrêter des individus durant des manifestations,  rappelle le média Vox.

Une utilisation de la technologie qui serait soutenue par la majorité des Américains, détaille une nouvelle étude du Pew Research Center  datée du 5 septembre, réalisée sur un échantillon de 4 272 personnes. Selon elle, 56% des Américains ont confiance en la reconnaissance faciale, tant qu'elle est utilisée par la police. 59% d'entre eux sont même favorables à l'idée de l'utiliser à des fins de surveillance de l'espace public, afin de prévenir les menaces à la sécurité publique. Une opinion surtout partagée par les Américains blancs de plus de cinquante ans et républicains.

Un sujet encore méconnu

Mais ce chiffre tombe à 36% lorsque la reconnaissance faciale  est utilisée par des entreprises de haute technologie et à 18% pour les agences de publicité. Les entreprises privées ont en effet fait face à plusieurs scandales ces dernières années, liés à leur utilisation des données personnelles. On pense notamment à IBM, qui  a exploité des centaines de milliers de photos tirées de Flickr sans autorisation pour entraîner son IA. Plus récemment, en juillet dernier, l'application russe FaceApp - capable de vieillir les visages -  a été accusée de ne pas respecter les réglementations européennes relatives à la vie privée.

Les Américains adultes, blancs, Républicains et plus âgés ont plus confiance en l'utilisation de la reconnaissance faciale par les force de l'ordre que les autres groupes sociaux

Ces données sont à nuancer avec le niveau de connaissance des Américains sur le sujet. Car si 86% d'entre eux ont « au moins déjà  entendu parler » de la reconnaissance faciale, seulement 25% de cet échantillon en ont « beaucoup entendu parler ». Les plus éduqués sur le sujet étant les hommes américains ayant un diplôme universitaire et des revenus importants.

Confiants envers les forces de l'ordre, la majorité des Américains (73%) croit aussi que la reconnaissance faciale est au moins un peu, voire très efficace, dans son rôle d'identification des individus. Or, des biais existent, notamment en fonction de la couleur de peau. « Des études montrent déjà que la reconnaissance faciale fonctionne différemment selon l'âge, le genre et la couleur de peau de la personne. Il y a donc un risque que les Afro-américains soient davantage touchés par des erreurs d'identification »,  alertait en mai dernier le site America Under Watch, à l'origine d'une enquête sur les technologies de reconnaissance faciale installées par les villes de Détroit et Chicago.

Une  étude du MIT Media Lab  a en effet montré que les erreurs de reconnaissance faciale concernant les logiciels de Microsoft concernaient à 93,6% les personnes à la peau foncée. Des disparités qui touchent aussi au genre : toujours selon le MIT, les IA de Microsoft, IBM et Face ++  voient juste à 99,3% pour les hommes, contre 78,7% pour les femmes. La faute à un manque de diversité dans les images fournies aux algorithmes.

 usbeketrica.com

 Commenter