La jeep était en retard Vie quotidienne en Cisjordanie occupée

13-09-2019 tlaxcala-int.org 5 min #161582

 Amira Hass عميرة هاس עמירה הס

Lorsque vos enfants sont trop paresseux pour aller à l'école, parlez-leur de l'homme à la chemise jaune et de l'homme à la chemise violette portant l'inscription "Regavim Ba'emek", qui est armé de deux chiens bergers allemands.

 facebook.com

Non, ce n'est pas pour que vos enfants aient peur, mais pour qu'ils se fassent une idée des enfants d'un autre monde, très loin, à une heure et quart de Jérusalem, pour qui marcher jusqu'à l'école et rentrer chez eux sont des actes de bravoure.

Ce sont les enfants de Tuba, un village de pasteurs et d'agriculteurs caché entre collines et rochers au sud de la ville de Yatta, dans le sud de la Cisjordanie. L'école est située dans le plus grand village d'At-Tuwani, à environ deux kilomètres à pied sur une route en partie pavée et en partie en terre.

Cela aurait pu être une promenade agréable, surtout quand l'automne murmure entre les nuages blancs. Mais les membres de l'ordre des seigneurs, en jaune et violet, les attendaient en embuscade ce dimanche matin. Deux voitures ont bloqué le chemin. L'un d'eux a poussé les enfants jusqu'à la clôture, puis un homme armé en est sorti et, avec le conducteur de la deuxième voiture, ils ont poursuivi les enfants et exigé qu'ils s'identifient.

Les 11 enfants - les plus jeunes de 6 ans, les plus âgés de 16 et 17 ans - ont surmonté leur peur et ont continué à marcher. Deux volontaires féminines de l'organisation italienne de paix et de justice Operazione Colomba se sont approchées d'eux avec des caméras. Les seigneurs ont essayé de les bloquer elles aussi, pendant qu'elles filmaient et documentaient chaque mouvement.

Les autorités policières israéliennes ont décidé il y a longtemps de ne pas enquêter, trouver, détenir ou juger les voyous pour qui de tels actes de harcèlement contre les Palestiniens, ainsi que des actes beaucoup plus violents, sont monnaie courante. Nous faisons référence ici aux Juifs israéliens qui, il y a environ 19 ans, ont fait irruption à plusieurs reprises dans la zone de l'avant-poste illégal et non autorisé de Maon Farm, un descendant de la colonie illégale de Maon, et qui, avec des chaînes, des coups, des menaces et des chiens ont empêché les déplacements des Palestiniens entre les deux villages.

Les enfants effrayés ont choisi de se rendre à l'école à pied par une longue route de contournement, glissante en hiver au point d'être dangereuse. Après environ trois ans, les parents se sont rebellés et ont porté la question à l'attention du Comité d'éducation de la Knesset, qui a été choqué. C'est ainsi qu'une tradition surprenante a vu le jour il y a environ 15 ans : En compensation de l'impuissance volontaire des autorités face à l'ordre suprême et violent, il a été décidé qu'une jeep des Forces de défense israéliennes escorterait les enfants. Deux fois par jour. Cinq jours par semaine. Pendant toutes les saisons de l'année. En partant de l'hypothèse que nos brutes bien-aimées n'interviendraient pas contre les soldats.

Dans l'incident décrit ci-dessus, dimanche dernier, l'escorte du matin ne s'est pas matérialisée comme prévu à 7 h 30 (le porte-parole des FDI a confirmé que l'arrivée de l'escorte avait été retardée). Les volontaires italiens, qui escortent les enfants pendant une partie du trajet, ont contacté l'armée pour demander ce qui s'était passé. "La jeep est en route", leur a-t-on dit. La jeep n'est pas arrivée. À 8h15, les enfants ont commencé à marcher vers l'école et, comme prévu, ils se sont retrouvés face aux seigneurs.

Trois semaines se sont écoulées depuis le début de l'année scolaire palestinienne, et l'escorte militaire a déjà été en retard cinq fois - de 15 à 45 minutes - toujours en début d'après-midi, quand il est temps de rentrer à la maison. Le 1er septembre, les enfants en ont eu assez d'attendre la jeep et ont commencé à rentrer à pied, accompagnés des volontaires.

En chemin, deux enfants israéliens sont descendus de l'avant-poste et se sont approchés des enfants avec une attitude menaçante, les insultant. Un Israélien dans une voiture qui passait par là a également effrayé les enfants. La jeep militaire est arrivée alors que les enfants et leurs escortes avaient déjà parcouru environ les deux tiers du chemin à pied.

Il n'y a aucune raison d'être impressionné par la générosité des FDI. Le chemin est encore fermé aux adultes. Cela vaut la peine pour le gouvernement israélien de gaspiller des ressources en escorte au lieu de punir les Juifs violents, parce qu'ils ont un objectif commun : couper les communautés palestiniennes éloignées les unes des autres et pourrir la vie des habitants jusqu'à ce qu'ils aillent vivre dans des enclaves de la zone A, de sorte qu'un territoire plus grand soit libéré pour l'ordre des seigneurs.

Courtesy of  Tlaxcala
Source:  haaretz.com
Publication date of original article: 10/09/2019

 tlaxcala-int.org

 Commenter