Le sénateur Cruz cuisine un cadre de Google au sujet d'une histoire de taupe

05-10-2019 les-crises.fr 9 min #162587

Source :  Project Veritas, 25-06-2019

Le 25 Juin 2019

Le 25 juin 2019, au cours  d'une audience de la commission sénatoriale américaine, le sénateur du Texas Ted Cruz a interrogé Mme Maggie Stanphill, directrice de Google User Experience, au sujet des conclusions du  récent rapport d'enquête du Projet Veritas, qui présentait des témoignages de personnels Google, une vidéo en caméra cachée d'une cadre de Google et des documents internes qui avaient fait l'objet de fuites. Le sénateur Cruz a précisé :

« Eh bien, je pense que ces documents soulèvent de sérieuses questions concernant les parti-pris politiques. »

Vous pouvez voir un extrait vidéo de l'audition ici :

projectveritas.com

Voici une transcription partielle de l'échange entre le sénateur Cruz et Mme Stanphill.

CRUZ : Êtes vous au courant du rapport publié hier par Veritas, comprenant un lanceur d'alerte au sein de Google ainsi que des vidéos d'une cadre supérieure de Google, et comprenant aussi des documents qui seraient des powerpoints internes de Google ?

GOOGLE : Oui j'ai entendu parler de ce rapport aux informations.

CRUZ : Avez-vous vu ce rapport ?

GOOGLE : Non je ne l'ai pas vu.

CRUZ : Vous n'avez donc pas examiné le rapport pour préparer cette rencontre ?

GOOGLE : J'ai eu une journée chargée et j'ai un emploi principal qui est Digital Well-being chez Google donc j'essaie de m'assurer que...

CRUZ : Et bien je suis désolé que cette rencontre empiète sur votre emploi quotidien.

GOOGLE : C'est une grande chance, je vous en remercie.

CRUZ : Une des choses dans ce rapport, et je recommanderais aux personnes intéressées par les parti-pris politiques chez Google de prendre connaissance de l'ensemble du rapport et de juger par elles-mêmes, est qu'il y a une vidéo d'une femme, Jen Gennai, une vidéo en caméra cachée qui a été enregistrée, Jen Gennai si j'ai bien compris est à la tête de l'innovation responsable pour Google. Connaissez-vous Mlle Gennai ?

GOOGLE : Je travaille dans l'expérience utilisateur et je crois que le groupe d'IA [Intelligence Artificelle, NdT] travaille sur les principes de l'IA. Mais c'est une grosse société et je ne travaille pas directement avec Jen.

CRUZ : Vous la connaissez ou non ?

GOOGLE : Je ne connais pas Jen.

CRUZ : D'après ce que j'ai compris, on la voit dans la vidéo disant, et c'est une citation, « Elizabeth Warren dit qu'on devrait briser Google. Et, enfin, je l'aime bien, mais elle est bien mal conseillée, enfin, ça n'arrangera pas les choses. Ça ne fera que les empirer. Parce que toutes ces petites entreprises qui n'ont pas les mêmes ressources que nous, ce sera à elles d'empêcher la prochaine élection de Trump. Et, enfin, une petite entreprise ne peut pas faire ». Pensez-vous que c'est le boulot de Google de prononcer « empêcher la prochaine élection de Trump ? »

GOOGLE : Merci, Monsieur le sénateur. Je ne suis pas d'accord avec ça. Non Monsieur.

CRUZ : Et donc un autre individu, un lanceur d'alerte identifié simplement comme un membre de Google connaissant l'algorithme, a été cité dans le même rapport comme disant, Google est, ouvrez les guillemets, « déterminé à ne plus jamais laisser quelqu'un comme Donald Trump arriver de nouveau au pouvoir ». Pensez-vous que c'est le boulot de Google de s'assurer que, ouvrez les guillemets, « quelqu'un comme Donald Trump n'arrive jamais au pouvoir ? »

GOOGLE : Non, Monsieur, je ne pense pas que ce soit le travail de Google et nous développons pour tout le monde, y compris chaque croyance religieuse, chaque groupe démographique,chaque région géographique et bien sûr chaque orientation politique.

CRUZ : Eh bien je dois dire que cela ne semble absolument pas être le cas. Parmi les cadres supérieurs de Google, en connaissez-vous un seul qui ait voté pour Donald Trump ?

GOOGLE : Merci, Monsieur, le sénateur. Je suis directrice de l'expérience utilisateur et je travaille Digital Well-being chez Google, je peux vous dire que nous avons des usages divers...

CRUZ : Avez-vous entendu parler de quiconque ayant voté pour Trump ?

GOOGLE : Je connais bien sûr des gens qui ont voté pour Trump.

CRUZ : Parmi des cadres supérieurs de Google.

GOOGLE : Je ne parle pas politique avec mes collègues.

CRUZ : Dois-je prendre ça pour un non ?

GOOGLE : Pardon est-ce un non à quoi ?

CRUZ : Connaissez-vous un cadre supérieur, même un seul cadre supérieur de la compagnie qui ait voté pour Trump ?

GOOGLE : En tant qu'experte de Digital Well-being, je ne pense pas qu'il soit de mon ressort de commenter... Je ne sais absolument pas...

...

CRUZ : Parlons d'un des PowerPoints qui a fuité. Dans le rapport Veritas, Google dit en interne : « Je propose de centrer intentionnellement l'apprentissage machine sur l'humain et d'intervenir pour l'équité ». Ce document est-il exact ?

GOOGLE : Merci Monsieur, je n'ai pas eu connaissance de ce document donc je ne sais pas.

CRUZ : D'accord, je vais vous demander de répondre par écrit au comité par la suite pour savoir si ce PowerPoint et les autres documents inclus dans le rapport Veritas sont exacts. Et je reconnais que vos avocats peuvent vouloir rédiger des explications, vous êtes invitée à écrire toute les explications que vous voulez, mais je veux aussi une réponse simple et claire, ce document précis a-r-il été produit par Google. Êtes-vous d'accord avec le sentiment exprimé dans ce document ?

GOOGLE : Non Monsieur.

CRUZ : Nous allons vous en lire un autre, également dans ce rapport, qui indique que Google, selon ce lanceur d'alerte, fait délibérément des recommandations si quelqu'un fait une recherche de commentateurs conservateurs, et fait délibérément une substitution de recommandations de sorte qu'au lieu de référencer d'autres commentateurs conservateurs, Google recommande des organisations comme CNN ou MSNBC ou des médias politiques de gauche. Est-ce que c'est quelque chose qui existe ?

GOOGLE : Merci Monsieur, je ne peux pas commenter, je ne peux pas commenter des algorithmes de recherche ou des recommandations étant donnée ma compétence en tant que responsable de Digital Well-being. Mais je peux cependant le rapporter à mon équipe.

CRUZ : Est-il du ressort de Digital Well-being que les recommandations de recherche reflètent l'orientation souhaitée par l'utilisateur plutôt que de changer délibérément d'orientation ?

GOOGLE : En tant que professionnels de l'expérience utilisateur, nous nous concentrons sur la réalisation des objectifs des utilisateurs. Nous essayons donc de nous mettre à l'écart et de nous concentrer sur la tâche à accomplir.

CRUZ : Donc, une dernière question, l'un de ces documents qui a été divulgué explique ce que fait Google et qu'il a une série de marqueurs, de données de formation, collectées et classées, que des algorithmes sont programmés, les médias filtrés, classés et agrégés, et cela se termine avec des gens, entre parenthèses, comme nous, qui sont programmés. Est-ce que Google considère qu'il relève de son travail de programmer des gens au moyen des résultats de recherche ?

GOOGLE : Merci Monsieur le sénateur. Je ne peux pas parler au nom de toute l'entreprise, mais je peux vous dire que nous faisons en sorte que nos utilisateurs passent en premier dans la conception.

CRUZ : Je pense que ces questions, ces documents soulèvent des questions très sérieuses sur les parti-pris politiques.

Source :  Project Veritas, 25-06-2019

Traduit par les lecteurs du site  www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

 les-crises.fr

 Commenter