Les F-35 étaient dans l'agenda secret de Pompeo à Rome

08-10-2019 mondialisation.ca 6 min #162700

Photo : Mike Pompeo, au symposium au Vatican (1er octobre), fait une communication sur "Dignité Humaine et Foi dans les Sociétés Libres"

Le chasseur furtif (stealth) F-35 se rend invisible non seulement aux radars mais aussi à la politique : dans les communiqués des rencontres du secrétaire d'état étasunien Mike Pompeo à Rome on n'en trouve pas trace. Le Corriere della Sera révèle cependant que Pompeo a demandé à l'Italie de payer les arriérés sur les chasseurs acquis et de débloquer l'ordre pour un achat ultérieur, recevant de Conte l'assurance que "nous serons fidèles à nos pactes".

L'Italie a acheté jusqu'à présent 14 chasseurs F-35 de la société étasunienne Lockheed Martin, dont 13, déjà livrés, sont "complètement financés". La précision a été faite au Sénat le 3 juin dernier par la ministre de la Défense de l'époque, Elisabetta Trenta (M5S), annonçant d'autres achats qui porteront le total à 28 chasseurs d'ici 2022. L'Italie s'est engagée à en acheter 90, avec une dépense prévue à environ 14 milliards d'euros. À cette dépense s'ajoute celle de la mise à jour continuelle du software (l'ensemble des programmes opérationnels) du chasseur sur lequel Lockheed Martin garde l'exclusivité : rien que pour celui des aéronefs jusqu'ici achetés l'Italie doit déjà dépenser environ un demi milliard d'euros. L'Italie n'est pas seulement acquéreur mais aussi fabriquant du F-35, en tant que partenaire de second niveau. La société Leonardo (ex-Finmeccanica) - la plus grande industrie militaire italienne, dont le Ministère de l'économie et des finances est le principal actionnaire avec un pourcentage d'environ 30% -gère la ligne d'assemblage et essai des F-35 sur le site de Faco di Cameri (Piémont), d'où sortent les chasseurs destinés à l'Italie et aux Pays-Bas.

Leonardo produit aussi les ailes complètes pour des avions assemblés aux USA, en utilisant des matériaux produits dans les établissements de Foggia (Pouilles), Nola (Campanie) et Venegono (Lombardie). Le gouvernement étasunien a sélectionné l'établissement de Cameri comme centre régional européen pour l'entretien et la mise à jour du fuselage.

L'emploi à l'usine de Faco est d'environ un millier de travailleurs, dont de nombreux précaires, soit un sixième de celui prévu. Les dépenses pour la réalisation de l'établissement et l'achat des chasseurs sont de très loin supérieures au montant des contrats stipulés par des société italiennes pour la production du F-35. Et on n'oubliera pas que, tandis que les gains vont presque entièrement dans les caisses de sociétés privées, les dépenses sortent des caisses publiques, faisant gonfler la dépense militaire italienne qui a atteint les 70 millions d'euros par jour.

Le secrétaire d'état Mike Pompeo, dans les rencontres avec le président Mattarella et le Premier ministre Conte, a souligné la nécessité pour l'Italie et d'autres pays européens, d'"augmenter leurs investissements dans la défense collective de l'Otan". Certainement, dans les rencontres réservées, cette requête a-t-elle été faite par Pompeo sur des tons non pas diplomatiques mais péremptoires. Certainement, tandis que le Département d'état encense l'Italie parce que "elle accueille plus de 30 mille militaires et salariés du Pentagone dans cinq grandes bases et plus de 50 sous-installations", Mike Pompeo a-t-il demandé, dans les rencontres réservées, de pouvoir installer en Italie d'autres bases militaires (peut-être en échange de quelque allègement des taxes USA sur le parmesan italien).

Certainement, dans l'agenda secret de Pompeo, entrait aussi la mise au point de la prochaine arrivée en Italie des nouvelles bombes nucléaires étasuniennes B61-12, qui remplaceront les actuelles B-61.

Une nouvelle arme nucléaire projetée en particulier pour les chasseurs-bombardiers F-35A, dont six, appartenant à l'Aéronautique italienne, ont reçu en octobre l'attestation OTAN de totale capacité opérationnelle.

Mike Pompeo à Rome ne s'est pas occupé seulement de choses matérielles, comme le F-35 et le parmesan. Dans un symposium au Vatican il a tenu le 1er octobre une oraison sur "Dignité Humaine et Foi dans les Sociétés Libres" : il a affirmé que "les États-Unis sont arrivés un peu après Saint Pierre, mais ont depuis toujours protégé la liberté religieuse" et, avec elle, la "dignité humaine" ; il a accusé Chine, Cuba, Iran et Syrie de réprimer ces libertés. Paroles prononcées, sur fond de grande croix, par un saint homme qui, au moment de devenir chef de la Cia, déclarait au Congrès qu'il allait considérer "la réintroduction du waterboarding (simulacre de noyade, supplice par l'eau) et d'autres mesures d'interrogatoire poussé", c'est-à-dire de la torture.

Manlio Dinucci

Édition de mardi 8 octobre 2019 de il manifesto

 ilmanifesto.it

Traduit de l'italien par Marie-Ange Parizio

La source originale de cet article est  ilmanifesto.it
Copyright ©  Manlio Dinucci,  ilmanifesto.it, 2019

 mondialisation.ca

 Commenter