Venezuela: Des banques internationales reçoivent une amende pour avoir travaillé avec le Venezuela

10-10-2019 mondialisation.ca 5 min #162774

L'application des mesures unilatérales par le Gouvernement de Donald Trump a provoqué l'application d'amendes de plusieurs millions à des banques qui prêtent des services de correspondance et d'intermédiaire, ce qui constitue des actions punitives qui provoquent l'incertitude en limitant les relations et l'ouverture de comptes, une crime contre l'humanité contre le Venezuela, note le rapport Sanctions et Blocus élaboré par le Conseil Juridique de Petróleos de Venezuela (PDVSA).

Ce rapport souligne la fermeture du compte de l'entreprise Kabuco qui fournit du tourteau de soja (la matière première de l'aliment équilibré pour les animaux) par la banque suisse Hyposwiss Private Bank qui a donné comme justification que le paiement 15 900 000 euros pour un bateau contenant plus de 90 000 tonnes de tourteau de soja venait du Venezuela.

Le document ajoute que, entre le 24 et le 26 décembre 2017, les autorités colombiennes ont empêché le transport au Venezuela de plus de 1 700 tonnes de jambon qui devaient être distribuées au peuple vénézuélien.

Les mesures contre la fourniture d'aliments au Venezuela s'ajoutent à la mise en place d'obstacles légaux et administratifs dans les organismes et les institutions internationales pour retarder et rendre impossible le paiement des cotisations et ne pas permettre l'accès aux crédits.

« Ces actions sont destinées à discréditer la République au sein des organismes internationaux, à imposer des obstacles bureaucratiques et/ou les campagnes de discrédit de la part d'institutions et d'organismes comme la BID, la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International, le CAF. »

Les sanctions ont conduit au blocage d'actifs financiers, de capitaux, de filiales et d'entreprises associées au Venezuela : « Nous avons été l'objet du blocage d'actifs des entreprises d'Etat comme PDVSA, de banques et d'institutions vénézuéliennes. »

On a aussi appliqué la limitation ou le refus de transactions financières par des banques internationales ou de servir d'intermédiaire dans des opérations en provenance ou à destination du Venezuela en monnaies différentes du dollar étasunien.

Maintenant, la banque internationale a imposé des obstacles administratifs et des retards aux opérations financières sans garantie qu'elles soient finalement exécutées.

Dans les banques correspondantes, on a vu une augmentation du coût de la fourniture de ce service en plus du coût des opérations. Cela impacte les contrats de correspondance avec nos institutions qui, en conséquence, doivent payer ces dépenses. »

Par exemple, le rapport cite le fait qu'entre le 15 et le 28 décembre 2017, des opérations de 29 700 00 dollars ont été renvoyées vers divers fournisseurs par des banques d'Europe. Des paiements destinés à payer des aliments pour le programme alimentaire CLAP (Comités Locaux d'Approvisionnement et de Production.)

La banque étasunienne JP Morgan a refusé d'accepter des ressources de l'ordre de 28 100 000 dollars destinées à payer des bateaux d'aliments pour l'approvisionnement de la population vénézuélienne.

Source en espagnol :

 albaciudad.org

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

La source originale de cet article est  albaciudad.org
Copyright ©  Alba Ciudad,  albaciudad.org, 2019

 mondialisation.ca

 Commenter