Climat : les scientifiques démontrent que l'écart entre les objectifs et la réalité s'accroît

11-10-2019 news.un.org 5 min #162848

22 septembre 2019

 Changement climatique

A la veille du Sommet Action Climat de l'ONU, les principaux organismes climatologiques mondiaux ont publié dimanche un rapport dans lequel ils mettent en relief l'écart flagrant - et croissant - entre les objectifs convenus pour lutter contre le réchauffement de la planète et la réalité.

Ce rapport, intitulé  Unis dans la science, contient des détails sur l'état du climat et présente les tendances en matière d'émissions et de concentrations des principaux gaz à effet de serre dans l'atmosphère. Il souligne l'urgence d'une transformation socio-économique fondamentale dans des secteurs clés tels que l'utilisation des terres émergées et l'énergie afin d'éviter une augmentation dangereuse des températures mondiales, dont les impacts pourraient être irréversibles. Les outils permettant de faciliter à la fois l'atténuation et l'adaptation y sont également analysés.

« Ce rapport fournit une évaluation unifiée de l'état de notre système terrestre sous l'influence croissante du changement climatique anthropique, de la réponse de l'humanité à ce jour et des modifications profondes qui devraient intervenir dans notre climat selon les projections scientifiques », a déclaré le  Groupe scientifique consultatif sur le climat du Sommet Action Climat organisé par le Secrétaire général de l'ONU.

« Les données et conclusions scientifiques figurant dans le rapport sont les toutes dernières informations faisant autorité sur ces sujets. Il met en avant la nécessité urgente d'élaborer des mesures concrètes pour mettre un terme aux pires effets du changement climatique », a précisé le groupe dans un communiqué.

Le rapport souligne plusieurs faits importants. La température moyenne mondiale de la période 2015-2019 devrait être la plus élevée jamais enregistrée toutes périodes équivalentes confondues.

L'étendue de la banquise arctique en été a diminué à un taux d'environ 12 % par décennie entre 1979 et 2018 et la perte de masse des glaciers pour 2015-2019 est la plus élevée jamais enregistrée pour une période quinquennale. L'élévation du niveau de la mer et l'acidification de l'eau de mer se sont accélérées.

Les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère ont atteint des records. En 2018, les émissions de dioxyde de carbone ont augmenté de 2 % pour atteindre un niveau record de 37 milliards de tonnes de CO2. Elles ne montrent toujours aucun signe de plafonnement, même si leur croissance est plus lente que celle de l'économie mondiale.

Le Groupe scientifique consultatif sur le climat est coprésidé par le Secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale ( OMM), Petteri Taalas, et par Leena Srivastava, ancienne vice‑rectrice de l'École des hautes études relevant de l'Institut de l'énergie et des ressources (TERI). Il se compose d'experts des sciences naturelles et sociales hautement reconnus et respectés, spécialistes de différents aspects du changement climatique, y compris l'atténuation et l'adaptation.

Établi etcoordonné par l'OMM, ce rapport de synthèse vise à présenter de façon accessible des données scientifiques de pointe faisant autorité et pouvant conduire à des mesures concrètes. Il rassemble les dernières données sur le climat de l'OMM, du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat ( GIEC), du Projet mondial sur le carbone (GCP), de l'initiative Future Earth, de l'alliance Earth League et du Cadre mondial pour les services climatologiques.

Les contributions à ce rapport ont été dévoilées ensemble lors d'une réunion scientifique de haut niveau, le 22 septembre à l'ONU et seront de nouveau présentées devant les dirigeants mondiaux participant au Sommet Action Climat, le 23 septembre.

 news.un.org

 Commenter