Le retour des Condottieri ?

12-10-2019 lesakerfrancophone.fr 16 min #162896

Comment les drones militaires changent le monde

Par Ugo Bardi - Le 24 septembre 2019 - Source  CassandraLegacy

Un groupe d'attaque autour d'un porte-avion américain

Sa construction  coûte environ 30 milliards de dollars et son fonctionnement peut coûter environ  2 à 3 milliards de dollars par an. Ces valeurs peuvent être optimistes et il y a 10 groupes américains comme celui-ci en opération aujourd'hui. Et, à l'heure actuelle, toute cette quincaillerie ne vaut peut-être guère plus que son poids en tant que ferraille.

Parfois, la secte à laquelle j'appartiens, celle des catastrophistes, tend à rejeter le progrès technologique comme un facteur mineur dans la trajectoire du système mondial, principalement déterminé par le changement climatique et l'épuisement des ressources. C'est une position raisonnable : peu importe combien d'argent est jeté aux reines de l'aide sociale en blouse blanche dans l'espoir qu'elles sauveront le monde, elles ne semblent pas être en mesure de faire beaucoup plus que de produire des communiqués de presse survitaminés sur une nouvelle technologie merveilleuse qui, un jour, peut-être, potentiellement, résoudra un quelconque problème. Mais seulement s'ils peuvent obtenir plus d'argent pour poursuivre leurs recherches.

Ainsi, le progrès technologique n'est souvent qu'une ruse pour payer le salaire des scientifiques. Mais il est vrai aussi que, parfois, cela change le monde. C'est juste que ça ne fonctionne pas comme les gens s'y attendent. Le progrès technologique n'est pas un supermarché où l'on trouve tout ce que l'on veut si l'on paie. C'est plus comme la pêche en mer : la plupart du temps, on y trouve peu de choses, mais on peut trébucher sur le gros marlin qui change l'histoire d'un vieil homme malchanceux.

La technologie change le monde d'une manière généralement rapide et destructrice, mais jamais complètement inattendue. Pensez à ce qui est arrivé à Blockbuster lorsqu'ils étaient confrontés à la concurrence de Netflix. Chez Blockbuster, ils ne pouvaient pas ne pas voir que leur technologie était obsolète, mais ils ont refusé de croire que le changement pouvait être si rapide. Et ils ont été éliminés du marché.

En matière militaire, ce type de révolutions rapides est encore plus courant et, dans ce cas, être "anéanti" peut prendre un sens tout à fait littéral. Récemment, nous avons vu un soupçon de ce qui va arriver avec les  attaques menées contre les installations pétrolières saoudiennes par un essaim de drones lancés depuis le Yémen. Il y a différentes interprétations d'un événement qui peuvent cacher beaucoup plus que ce qui a été rendu public. Mais une chose est claire : les drones se sont révélés d'une efficacité impressionnante en termes de rapport dégâts/coût. Ils ont soudain rendu obsolètes les avions et les porte-avions conventionnels.

Bien sûr, on s'y attendait. La montée en puissance des robots militaires était en vue, même si l'organisation militaire traditionnelle a essayé de détourner le regard, comme c'est le cas pour les grandes organisations qui ont déjà investi dans de vieilles technologies. En ce sens, l'US Navy n'est pas différente de Blockbuster, juste beaucoup plus grande. Ainsi, il y a quelques années, en 2012, j'ai écrit un court texte pour le livre de Jorgen Randers « 2052 » sous le titre «  Le futur de la guerre et la montée en puissance des robots«. Bien sûr, je n'ai pas été le premier à examiner ces questions, mais je pense que mon texte était original en essayant d'examiner comment la réduction du coût de la guerre pourrait affecter la société. Ma prédiction était que

Les guerres futures pourraient être plus fréquentes, mais probablement aussi plus petites et moins destructrices. Il est possible que les armes robotiques rendent obsolète le concept d'État-nation, qui sera remplacé par des structures semblables à celles des entreprises d'aujourd'hui.

Je ne suis pas prophète, mais la première partie de ce paragraphe décrit très bien ce qui se passe. Ce qui est remarquable dans les attaques récentes contre l'Arabie saoudite, c'est qu'aucune perte humaine n'a été signalée. C'était du matériel contre du matériel : des machines détruisant d'autres machines. Et la victoire est allée au côté ayant le matériel le moins cher. Pour la deuxième partie, l'externalisation des guerres à des entreprises privées n'est pas encore une tendance claire, mais elle est peut-être déjà en marche.

En repensant à ces questions aujourd'hui, je pense que nous pouvons, comme d'habitude, apprendre quelque chose de l'histoire ancienne et que les drones modernes commencent peut-être une trajectoire similaire à celle des armes à feu en Europe. Les armes à feu existent depuis plusieurs siècles, elles sont apparues dès le 12e siècle. Au départ, il s'agissait d'outils assez coûteux qui nécessitaient l'intervention de spécialistes. Néanmoins, les armes à feu étaient plus efficaces que la technologie dominante précédente, celle des chevaliers en armure, qui ont été éliminés du champ de bataille.

Au cours de cette phase, on a assisté au développement d'organisations militaires privées, dirigées par les " condottieri" (mercenaires) qui intégraient plusieurs méthodes de combat différentes, mais qui étaient en général les plus avancées sur le plan technologique, notamment pour l'utilisation des armes à feu. Avec le temps, les armes à feu sont devenues de moins en moins chères et pouvaient être utilisées pour armer le conscrit moyen. À ce moment-là, la victoire d'une guerre est devenue principalement une question de nombre de soldats déployés et les États-nations étaient les seules entités capables de déployer et de contrôler de grandes armées. Les gouvernements ont donc repris les affaires de la guerre et les mercenaires privés ont disparu.

Les drones suivent-ils la même trajectoire ? C'est possible : pour l'instant, ils sont clairement en train de rendre obsolète l'équivalent moderne des vieux chevaliers en armure : les gigantesques, chers et vulnérables groupes autour de porte-avion. Mais les drones nécessitent des connaissances techniques spécialisées, ce qui peut impliquer l'émergence d'entreprises privées qui contrôlent les drones, peut-être en vendant leurs services à des gouvernements, des seigneurs de guerre, des groupes religieux, ou quiconque peut payer. Cela pourrait porter un dur coup aux États-nations qui pourraient devenir aussi désuets que les nobles du Moyen-Âge.

Et si les drones tueurs devenaient si bon marché que tout le monde puisse se les payer ? C'est un concept qui porte le nom de «  robots tueurs », des drones minimalistes qui n'ont qu'un seul but : identifier une victime et la tuer. Ce qui est, après tout, le même travail que les armes à feu (les drones ne tuent pas les gens, les gens tuent les gens, avec des drones). Alors, verrons-nous des drones tueurs devenir aussi diffus que des fusils parmi les banlieusards aux États-Unis ? Peut-être un amendement à la constitution américaine impliquant le droit de porter des drones ? Qui sait ? La seule chose certaine, c'est que la technologie change parfois le monde d'une façon qui est inattendue pour tout le monde.

«  L'avenir de la guerre et la montée en puissance des robots« par Ugo Bardi (version révisée 2016)

Il est facile de prédire que, dans quarante ans, les êtres humains auront peu de place sur le champ de bataille. Ils seront en grande partie remplacés par des armes robotisées - une tendance déjà en marche avec l'utilisation croissante des drones militaires télécommandés ou "UCAV" (véhicules aériens de combat sans pilote). On peut s'attendre à ce que le terme « arme sans pilote » devienne aussi étrange que l'est aujourd'hui le terme « voiture sans cheval ». Cependant, il est plus difficile de prédire comment les armes robotiques affecteront la guerre et la structure de la société. Les guerres futures pourraient être plus fréquentes, mais probablement aussi moins importantes et moins destructrices. Il est possible que les armes robotiques rendent obsolète le concept d'État-nation, qui sera remplacé par des structures semblables à celles des entreprises actuelles. Ces développements se produiront d'abord dans les pays riches où les niveaux de corruption sont faibles et les coûts de main-d'œuvre élevés. Pour examiner l'avenir de la guerre, nous pouvons utiliser les méthodes de simulation utilisées dans l'étude « Limites à la croissance », publiée en 1972 - des méthodes qui prédisent le comportement dans un système donné et, en particulier, qui décrivent comment le système économique mondial transforme les ressources naturelles en déchets ou pollution.

Le secteur militaire fait partie du système industriel. Généralement, au cours des derniers siècles, le secteur militaire a absorbé environ 5 à 10 % du PIB de la plupart des États puissants, alors qu'en temps de guerre, cette fraction peut atteindre 30 à 40 %, voire plus. En temps de guerre, les activités militaires génèrent une énorme pollution sous forme de destruction des infrastructures. Avec le développement d'armes de plus en plus destructrices, et en particulier d'armes nucléaires, le coût de la guerre en termes de pollution peut atteindre des valeurs plusieurs fois supérieures à la pollution résultant du PIB de n'importe quel État. Ainsi, alors que l'on s'attend à ce que le secteur militaire suive la taille de l'économie mondiale, les guerres peuvent accélérer le déclin mondial en raison de la grande quantité de pollution qu'elles génèrent. Une guerre nucléaire pourrait faire en sorte que les scénarios les plus pessimistes des « Limites à la croissance » se déroulent presque instantanément. Malheureusement, le déclenchement d'une guerre coûte beaucoup moins cher que le nettoyage après coup.

La robotisation peut annuler ces tendances en réduisant le coût de la pollution de la guerre. Les armes robotiques sont intrinsèquement des armes de précision. Elles peuvent être contrôlées pour réduire les dommages collatéraux et, par conséquent, la pollution. À cet égard, les robots du XXIe siècle sont bien meilleurs que l'arme emblématique du XXe siècle : l'ogive nucléaire. Il y a aussi d'autres avantages potentiels. Les systèmes actuels de commandement et de contrôle sont basés sur des modèles mis au point aux XVIIIe et XIXe siècles pour convaincre les êtres humains d'accomplir des activités qui ne leur sont pas naturelles : obéir aux ordres, marcher sous le feu ennemi et rester immobile pendant un bombardement, pour n'en citer que quelques-uns. Les méthodes qui permettent d'obtenir ces résultats sont appelées " formatage". Mais le formatage n'est pas seulement un processus lent et coûteux, il est aussi très difficile à défaire. Ainsi, une fois que la lutte a commencé, il est très difficile de convaincre les gens d'arrêter. En raison de cette inertie, les guerres ont souvent tendance à se poursuivre jusqu'à la destruction quasi totale du côté le plus faible. Au contraire, les robots n'ont pas besoin de propagande. Ils peuvent être facilement reprogrammés et, par conséquent, la décision de s'engager ou de se désengager dans un conflit peut être très rapide. Si les guerres peuvent être facilement stoppées dès que l'on sait qui gagne, il peut en résulter une grande réduction des dommages et, par conséquent, de la pollution.

Dans l'ensemble, les guerres deviendront moins coûteuses avec l'utilisation des robots, mais cela ne signifie pas une réduction de leur fréquence. De nouvelles grandes guerres, même nucléaires, ne peuvent être exclues pour l'avenir. Les guerres futures pourraient devenir plus fréquentes, même si le système industriel mondial se détériore progressivement en raison de l'épuisement des ressources. Nous pourrions voir la guerre devenir endémique et dispersée dans un grand nombre de petits conflits. En outre, le faible coût de la guerre peut faire disparaître la distinction entre « temps de paix » et « temps de guerre ». Les guerres futures pourraient être classées comme des actions de polices contre des groupes définis comme "voyous". Il s'agit, de toute évidence, de tendances déjà en cours.

Nous pouvons donc nous attendre à des changements radicaux dans la façon dont les guerres seront gérées et menées. Les armées nationales pourraient être remplacées par des entreprises privées jugées plus aptes à gérer des armes robotiques de haute technologie dans le type de conflit à petite échelle qui pourrait devenir la norme à l'avenir. Ces mercenaires n'auront pas besoin d'être limités à servir un gouvernement national spécifique et pourraient bien vendre leurs services au plus offrant, comme c'est déjà le cas. Les États-nations pourraient donc aussi décliner et peut-être disparaître, car il n'y aura pas besoin de propagande pour convaincre les gens de se sacrifier au combat. De plus, les États-nations ont évolué spécifiquement dans le but de » défendre les frontières « lorsque la principale source de richesse était l'agriculture, et donc le territoire. Ces derniers temps, cependant, la guerre s'est davantage concentrée sur le contrôle des ressources minérales, avec plusieurs guerres récentes qualifiées, à juste titre, de guerres pour le pétrole. Il est possible que la structure considérée comme la mieux adaptée à la gestion de la guerre et des ressources, dans ces conditions, ne soit pas l'État-nation, mais quelque chose de semblable aux sociétés modernes - peut-être plus efficace que les États pour employer des mercenaires militaires de haute technologie dans les conflits à petite échelle.

La réduction de la puissance destructrice de la guerre est une amélioration par rapport à la situation actuelle. Lorsque les combattants humains deviendront désespérément surpassés par les robots, la plupart des humains cesseront simplement d'être des cibles intéressantes, tandis que les robots seront utilisés principalement pour combattre d'autres robots. Cela ne signifie certainement pas que la guerre ne fera plus de victimes humaines ; les dirigeants militaires et politiques resteront en danger, et la décision de cibler l'infrastructure civile pourrait encore être considérée comme une option. Le terrorisme, c'est-à-dire les actions militaires visant délibérément des civils, peut s'avérer être une tâche particulièrement appropriée pour les drones, qui pourraient facilement être programmés pour l'extermination de groupes ethniques, religieux ou politiques spécifiques. D'autre part, le fait que les actions des robots soient enregistrées et traçables pourrait créer un obstacle à leur utilisation aveugle contre les civils, ce qui est un plus si l'on considère la violence, la torture, le viol et autres excès typiques des troupes humaines. Ainsi, même si la guerre devient plus fréquente, il n'est pas nécessaire qu'elle devienne plus violente. En effet, la tendance à éviter autant que possible les dommages collatéraux aux civils est déjà en cours. C'est une évolution positive après l'accent mis sur les tapis de bombes au XXe siècle.

La guerre est si profondément ancrée dans le système économique mondial qu'on peut s'attendre à ce qu'elle existe tant qu'il y aura des ressources naturelles pour lesquelles on peut rivaliser. Les robots ne changeront pas cela, tant qu'ils seront contrôlés et programmés par des humains. Dans un avenir plus lointain, cependant, l'expérience du champ de bataille est susceptible de donner aux robots des capacités accrues pour agir de manière autonome et une chance de devenir quelque chose de très différent de ce que le terme "drone" implique. Cela ne veut pas dire que les robots prendraient le contrôle de leurs maîtres humains. Mais cela signifie que les humains ne seraient pas nécessaires comme combattants. Il est impossible de dire comment une telle société pourrait se développer à l'heure actuelle. La seule certitude est que les guerres sont parmi les plus imprévisibles des activités humaines et que l'avenir est, comme toujours, plein de surprises.

Ugo Bardi enseigne la chimie physique à l'Université de Florence, en Italie, et il est également membre du Club de Rome. Il s'intéresse à l'épuisement des ressources, à la modélisation de la dynamique des systèmes, aux sciences climatiques et aux énergies renouvelables.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter