Une histoire du 21ème siècle

04-11-2019 mondialisation.ca 12 min #163902

Dans les années 1990, à la suite de l'abandon du jusqu'au-boutisme soviétique par Gorbatchev, l'Union Soviétique s'est effondrée. Eltsine a alors servi de fantoche de Washington, pendant qu'Étasuniens et Israéliens pillaient la Russie.  Le scénario de réarrangement du Moyen-Orient des néocons, était parti avant les événements du 11 septembre 2001.

Les néocons écrivirent que le lancement de leurs guerres au Moyen-Orient, nécessitait « un nouveau Pearl Harbor. » Le prétexte serait d'instaurer la démocratie là-bas, le vrai dessein étant  de se débarrasser des gouvernements qui gênent l'expansion d'Israël.

La principale cible d'Israël étant les ressources en eau du Sud-Liban, son armée essaya d'occuper le Sud-Liban. Mais chassée par la milice du Hezbollah, elle dut s'enfuir en Israël. Les Israéliens en conclurent qu'ils se serviraient de leur vassal étasunien pour renverser l'Irak, la Syrie et l'Iran, soit les gouvernements parrains du Hezbollah. Une fois que le pantin étasunien aurait enlevé les obstacles en travers de l'extension d'Israël, privé de soutien financier et militaire, le Hezbollah pourrait être attaqué en toute sécurité par l'armée israélienne, qui n'est bonne qu'à tuer les femmes et les enfants palestiniens désarmés.

Le 11 septembre fut le nouveau Pearl Harbor des néocons.

Le général Wesley Clark, le général étasunien 4 étoiles qui tenait lieu de commandant suprême des forces alliées de l'OTAN, révéla à la télévision que 10 jours à peine après le 11 septembre, se trouvant au Pentagone, un général qui travaillait auparavant sous ses ordres, lui confia que la décision d'envahir l'Iraq avait été prise. C'était avant qu'aucun des liens présumés et non prouvés entre l'Iraq et le 11 septembre ne sortent de la manipulation de la pressitutée par les néocons.

Autrement dit, l'invasion de l'Irak avait été planifiée bien avant le 11 septembre. Tout avait déjà été préparé pour lancer l'opération sous faux drapeau.

Quelques semaines plus tard, après le bombardement sur l'Afghanistan par le régime Cheney / Bush,  le général Clark expliqua à la télévision qu'il avait revu son ancien subordonné au Pentagone. Le général avait un mémo décrivant « comment nous allons éliminer sept pays en cinq ans, en commençant par l'Irak, puis la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et terminer par l'Iran. »

Avec ses 4 étoiles, Clark était l'un des généraux consacrés. Il pensait pouvoir dire la vérité, mais sa révélation n'eut aucun effet. Je suis surpris qu'il n'ait pas été arrêté et torturé comme Julian Assange, pour avoir révélé des 'secrets confidentiels'.

Oussama ben Laden, un agent de la CIA qui se battait contre les Soviétiques en Afghanistan, et Al-Qaïda, un groupe de miliciens parrainé par la CIA, en lutte contre les Soviétiques en Afghanistan, furent tenus responsables des attentats du 11 septembre, malgré le démenti de ben Laden. Tout le monde sait que les vrais terroristes revendiquent la responsabilité de tout ce qui se passe, qu'ils y soient ou non pour quelque chose. C'est ainsi qu'ils développent leur mouvement. Il est absolument illogique que le supposé chef terroriste ben Laden, ne s'attribue pas la paternité d'une victoire sans précédent dans l'histoire, contre la 'seule superpuissance mondiale'.

Selon les notices nécrologiques de partout au Moyen-Orient, en Égypte et de Fox News, Oussama ben Laden a succombé en décembre 2001, des suites d'insuffisance rénale et de diverses autres maladies. J'ai publié ces notices nécrologiques largement répandues, sur mon site Internet.

Oussama ben Laden est un homme qui a claboté deux fois. Sa mort en décembre 2001, n'a pas empêché le régime corrompu de Obama de le tuer à Abbottabad, au Pakistan, dix ans plus tard, en 2011, au moment où Obama avait désespérément besoin d'être légitimé. À cause de l'échec de son premier mandat, sa nouvelle nomination était menacée par les challengers.

On nous a montré Obama et les plus hauts responsables de son administration devant un écran de télévision en train de regarder les SEAL zigouiller un ben Laden sans défense. Montrer cette scène bidon était une ânerie, tout le monde voulant que le film de la mort de ben Laden soit rendu public. Personne n'avait pas pensé aux relations publiques. Comme il n'y avait pas de film, le régime Obama s'est mis dans l'embarras. Une rectification a été publiée. C'était un faux reportage de presse, selon lequel Obama et son équipe regardaient le film de l'attaque des SEAL contre les quartiers de ben Laden. D'après la nouvelle histoire, ils écoutaient les informations parlant de l'attaque contre ben Laden.

D'autres problèmes ont surgi. La télévision pakistanaise a interrogé le voisin d'à côté des prétendus 'quartiers de ben Laden', à propos de ce qu'il a vu la nuit où les SEAL auraient atterri, occis Oussama ben Laden, puis emporté son cadavre pour l'inhumer en mer depuis un porte-avions.

Le voisin a dit que trois hélicoptères avaient survolé l'endroit et qu'un seul avait atterri. La langue des soldats de l'hélicoptère qui s'était posé était le 'pachtou'. Les SEAL ne savent pas le pachtou. Il n'y avait pas de forces SEAL.

Le témoin - tout cela est passé à la télévision pakistanaise, et j'ai des liens dans mes archives, en supposant qu'ils n'ont pas été effacés par Google ou un autre serviteur de l'Empire du Mal - a expliqué que les occupants de l'hélicoptère qui s'était posé sont entrés dans la maison de son ami, qui n'était absolument pas ben Laden, et sont revenus dans les 20 minutes. Il a dit que l'hélicoptère a explosé en décollant, qu'il n'y avait pas de survivants, qu'il y avait des bouts de corps partout. Puis l'armée pakistanaise est arrivée et a nettoyé la zone proche des observateurs. Le témoin a dit qu'aucun autre hélicoptère n'avait atterri.

Le gouvernement des États-Unis a reconnu qu'un hélicoptère avait explosé et s'être démené avec le Pakistan pour faire rapatrier les restes de l'hélicoptère aux États-Unis. Le régime Obama a prétendu que les autres hélicoptères avaient atterri et avaient ramené les corps des SEAL et de ben Laden sur un porte-avions. Les témoins pakistanais sur les lieux ont signalé qu'il n'y avait rien eu de tel. Le seul hélicoptère, dont a fait état la télévision pakistanaise, est celui qui a explosé et il n'y a pas eu de survivants.

Dans ces conditions, comment des SEAL ont-il pu s'échapper avec le corps de ben Laden, pour ensuite le jeter à la mer à partir d'un porte-avions étasunien ?

Le coup de pub de cette fausse nouvelle du régime Obama, a soulevé de nombreux problèmes.

Les deux ou trois mille marins qui se trouvaient sur le fameux porte-avions d'où ben Laden a paraît-il été inhumé en mer, ont écrit chez eux qu'aucune inhumation d'un ben Laden n'avait été faite à partir de leur navire. Sur les porte-avions, comme sur tous les navires de la marine de guerre, des marins sont éveillés à toute heure du jour et de la nuit. Sur ces navires, on ne cesse pas toute activité et on ne va pas se pieuter pendant que se déroulent des inhumations secrètes.

En outre, comme le demandaient ceux qui sont assez intelligents pour en avoir eu l'idée, pourquoi le 'cerveau' sans défense a-t-il été zigouillé sans raison, alors qu'il détenait tant de précieuses informations ? Pourquoi son corps a-t-il été jeté, au lieu de s'en servir de preuve ? Pourquoi s'être débarrassé du cadavre qui aurait prouvé que l'individu mort il y a dix ans vivait toujours, malgré son insuffisance rénale, et qu'enfin, après dix ans de traque, il a été assassiné dans un pays étranger non soumis au droit étasunien ? Ces questions n'effleuraient pas la pressetituée, pas plus que le régime Obama.

Sans la presse, les gens sont désarmés. Personne ne leur signale ce qui se trame.  La CIA le savait et sa subversion de la presse a donné les pleins pouvoirs à Washington. Les Étasuniens n'apprennent que les informations qui renforcent leur lavage de cerveau.

Nous avons ensuite appris que l'unité SEAL de l'affaire ben Laden, s'est embarquée dans un hélicoptère de transport de troupes de l'époque du Viêt-nam, en violation du règlement interdisant aux membres d'unité SEAL de se trouver ensemble dans le même aéronef. Et tous ont été tués quand l'ancien hélicoptère non blindé a été abattu au-dessus de l'Afghanistan.

Les familles des SEAL ont fait du raffut. Elles ont signalé avoir reçu des messages de leurs fils disant qu'un truc clochait, qu'ils se sentaient en danger. Les familles voulaient qu'on leur explique pourquoi le règlement interdisant d'embarquer tous les membres d'unité SEAL dans le même aéronef, avait été enfreint. Pourquoi ont-ils survolé un territoire hostile à bord d'un hélicoptère antédiluvien ? J'ai rapporté cette information à l'époque, et elle a depuis disparu de Google. Il est évident que les SEAL se demandaient entre eux, « Avez-vous participé à la mission qui a dégommé ben Laden ? » Et aucun n'y avait participé. Washington a donc dû se débarrasser de cette unité SEAL.

Washington s'est dégoté un soi-disant membre de l'équipe SEAL qui a 'fait la peau à ben Laden', et l'a envoyé en tournée de conférences. Un livre a été pondu. Un film a été tourné. La pressetituée domptée par la CIA a appuyé la véracité du conte de fées. Les crédules ont été heureux d'apprendre que Oussama ben Laden avait été réexpédié ad patres, juste dix ans après être parti les pieds devant des suites d'insuffisance rénale.

Une population aussi naïve que les Étasuniens n'a aucune chance de discerner la vérité de la fiction. Ce peuple perdu a pour destin la tyrannie. Et ils penseront vivre dans la vérité.

 Grâce à la censure de la presse, comme en témoignent le livre 'Operation Mockingbird' et Udo Ulfkotte, la CIA a réussi à transformer la population des États-Unis en béni-oui-oui soumis à leur gouvernement, ne s'intéressant qu'à leurs soucis d'apparence et domestiques. Cela permet à l'État profond de contrôler la nation, mais cette armée de zombies est incapable de faire face aux forces armées russes et chinois. L'établissement militaro-sécuritaire s'est emparé des manettes en transformant une fière nation en moutons de Panurge au courant de rien.

Cette histoire, écrite dans les derniers mois de la deuxième décennie du 21e siècle, est la dernière histoire indépendante disponible avant l'âge de la tyrannie.

Paul Craig Roberts

Article original en école :  A History of the 21st Century, le 31 octobre 2019.

Traduction par Pétrus Lombard. Version française publiée par  Réseau international.

Photo: Robert O'Neill, un ex-membre des forces spéciales américaines, a affirmé avoir porté le coup fatal à Ben Laden en 2011

La source originale de cet article est  paulcraigroberts.org
Copyright ©  Dr. Paul Craig Roberts,  paulcraigroberts.org, 2019

 mondialisation.ca

 Commenter