Medvedev déclare à l'Anase que la Russie est sceptique quant au concept « indo-pacifique » des États-Unis

05-11-2019 reseauinternational.net 11 min #163924

par Andrew Korybko.

L'interview que le Premier Ministre russe Medvedev a accordée au Bangkok Post lors de sa récente visite en Thaïlande pour assister au Sommet de l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE) a servi à rappeler à tous le scepticisme de la Russie à l'égard du concept « indo-pacifique » des États-Unis, qui selon lui réduit le rôle central du bloc dans les affaires régionales et fait également inutilement pression auprès des pays qui le composent pour les faire sortir de leur position historique de non alignement. Cependant cette approche ne saurait être interprétée comme indiquant que la Russie est opposée aux objectifs publiquement déclarés par cette stratégie du libre échange et d'amélioration des relations régionales.

Les observateurs enthousiastes savaient déjà que le Ministre russe des Affaires Étrangères Lavrov avait qualifié le concept « indo-pacifique » des États-Unis de «  construction imposée artificiellement » en février dernier, mais il s'est passé tellement de choses dans le monde depuis lors que les gens ordinaires sont pardonnés soit de ne jamais en avoir entendu parler, soit de l'avoir rapidement oublié peu après. Le Premier Ministre Medvedev a rappelé cette position de principe dans une interview accordée le week-end dernier au  Bangkok Post au cours de sa visite en Thaïlande, où il avait participé au sommet de l'ANASE. Selon lui, « cela peut affaiblir la position de l'Association et la priver de son statut d'acteur clé dans la résolution des problèmes de sécurité régionale«, tout en étant « en contradiction avec les principes fondamentaux de l'ANASE, tels que le non-alignement et le statut de non-aligné«. La Russie ne le dira pas trop ouvertement par considération pour les différents degrés de  coordination de ses partenaires de l'ANASE et de l'Inde avec les États-Unis à travers cette initiative, mais deux des objectifs de l'Association non déclarés sont «  contenir » la Chine et exclure la Russie de cette vaste région, ce qui ne faisait pas partie des concepts précédents de l'Asie Pacifique, c'est pourquoi Moscou est contre son remplacement par « l'Indo-Pacifique ».

Les représentants de la Russie doivent être conscients en tout temps que l'ANASE et les autres pays qui participent à « l'Indo-Pacifique » le font parce qu'ils croient que cette stratégie sert leurs propres intérêts tels qu'ils les comprennent, et qu'aucun d'eux n'admettra jamais ouvertement « contenir » la Chine ou exclure la Russie de cette région élargie, d'où le fait que Medvedev et Lavrov n'aient jamais porté des accusations directes mais les aient fortement insinué. Le scepticisme à l'égard du concept « indo-pacifique » ne signifie pas pour autant que la Russie ne s'intéresse pas à certains de ses autres concepts, tels que le renforcement du commerce avec les nombreux pays de cette région étendue du Rimland, puisque Medvedev a expliqué dans son interview les moyens par lesquels Moscou entend étendre son influence en Asie du Sud-Est. Notamment par une coopération militaire (en particulier navale) plus étroite, par l'exportation éventuelle de technologies de centrales nucléaires flottantes et par la conclusion d'accords de libre-échange entre l'Union Eurasienne (UEA) et certains membres de l'ANASE tels que Brunei, le Cambodge, les Philippines et la Thaïlande afin d'élargir la portée régionale du partenariat existant qu'elle a déjà avec le Vietnam, la dernière approche mentionnée est la promotion d'un Grand Partenariat Eurasiatique, que la Russie envisage en remplacement de « l'Indo-pacifique ».

Ce concept stratégique est un concept global qui ne vise aucun pays tiers et, selon les termes de Medvedev, « il s'agit de créer tout un espace économique et culturel où les gens peuvent librement communiquer, commercer, voyager et découvrir de nouvelles opportunités pour eux-mêmes«. Essentiellement, le Grand Partenariat Eurasiatique est censé incarner les principes proclamés publiquement de « l'Indo-Pacifique » qui sont sapés par les objectifs non déclarés de facto de son dirigeant US contre la Chine et la Russie, et la modalité par laquelle la Russie veut remplacer le concept de son rival est de le coopter tacitement avec l'aide de l'Inde. Il s'agit d'une stratégie risquée qui n'a pas de garantie de succès et qui pourrait même se retourner contre elle si elle finit par compenser le délicat « équilibrage » du pays entre la Chine et l'Inde, mais elle présente néanmoins l'opportunité la plus réaliste que la Russie ait dans ces circonstances. Malgré le pivot pro-US de l'Inde ces dernières années, elle conserve encore quelques vestiges de sa politique de « multi-alignement » de plus en plus dépassée en donnant récemment la priorité à la relance des relations avec la Russie, comme en témoigne la participation du Premier Ministre Modi au Forum Économique Oriental en septembre dernier en tant qu'invité d'honneur du Président Poutine.

Les deux pays se sont mis d'accord pour porter leur nouveau «  partenariat mondial » à un niveau supérieur en créant le  Corridor Maritime Vladivostok-Chennai (VCMC), qui pourrait en pratique concrétiser la vision de 2015 de l'auteur d'un «  Arc Maritime Asiatique » reliant cette ville portuaire d'Extrême-Orient à l'ANASE (et bien sûr l'Inde plus lointaine), faisant de la Russie un acteur plus actif dans les affaires régionales contrairement aux souhaits « indo-pacifiques » des États-Unis. Le piège stratégique, cependant, est que la Russie continuera également d'y mener une «  diplomatie militaire » en  vendant davantage d'armes aux États de l'ANASE, notamment  l'exportation éventuelle de missiles de croisière supersoniques Brahmos, dans le but « d'équilibrer » leurs capacités avec celles de la Chine afin de faciliter le règlement politique de leurs différends territoriaux dans la mer de Chine méridionale contrairement au but des livraisons US qui visent plutôt à perturber cet équilibre au profit des partenaires régionaux des États-Unis.

Renforçant son statut de « non-aligné neutre », la Russie pourrait même inclure ces pays dans le «  nouveau Mouvement des non-alignés » (Néo-NAM) que certains de ses stratèges envisagent de diriger conjointement avec l'Inde, mais malgré ces efforts bien intentionnés pour promouvoir la paix et la stabilité dans le coin sud-est du supercontinent eurasiatique, Il est compréhensible que la Chine perçoive les choses différemment puisque la Russie améliorerait objectivement les capacités militaires des pays de l'ANASE contre la Chine tout en les encourageant à unir leurs efforts en vue d'établir un « équilibre » entre la République Populaire et les États-Unis.

Il va sans dire que la Russie doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour communiquer clairement ses intentions à la Chine et l'apaiser de tout soupçon latent quant à une quelconque emprise de l'Inde pro-US, soit délibérément (ce qui est complètement improbable), soit par inadvertance dans le sens où New Delhi pourrait pousser Moscou à l'échec en l'amenant à trop « équilibrer » l'Inde au détriment de la Chine avant de la délaisser à Washington, se retrouvant à faire l'erreur stratégique de « perdre » la Chine et l'Inde en même temps. Il n'y a rien de mal à ce que la Russie « équilibre » de la manière décrite dans cette analyse, et on peut même soutenir que c'est peut-être la politique la plus responsable qu'elle pourrait mener compte tenu des incertitudes actuelles liées à la transition systémique mondiale en cours, mais Moscou doit toujours se rappeler les risques énormes que cela comporte si Pékin devait croire que ces mesures sont prises à ses dépens. C'est pourquoi il est important de s'assurer que le soutien de facto de la Russie aux objectifs de libre-échange et de connectivité régionale proclamés publiquement par l'Indo-Pacifique ne finisse pas par être interprété à tort comme son soutien de facto à l'objectif non déclaré de « contenir » la Chine dans sa région historique, d'où le rôle central que ses diplomates sont destinés à jouer en veillant à ce qu'aucun dilemme de sécurité ne se pose tout au long de la quête de leur pays, au XXIe siècle, pour devenir  la force suprême « d'équilibrage » en Afrique et en Eurasie.

 Andrew Korybko

source :  Medvedev Told ASEAN That Russia Is Skeptical Of The US' 'Indo-Pacific' Concept

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter