Bachar el-Assad fustige les pays de l'Ue qui apportent «leur soutien aux terroristes en Syrie»

09-11-2019 francais.rt.com 7 min #164124

Au cours d'une interview exclusive pour RT, le président syrien a critiqué l'UE pour sa peur des migrants alors qu'elle soutient, selon lui, «les terroristes en Syrie». Il lui reproche de se ranger derrière Erdogan par crainte de flux de réfugiés.

Dans une interview exclusive accordée à RT, le président syrien, Bachar el-Assad, a souligné qu'il était hypocrite, de la part des nations de l'Union européenne (UE), d'avoir peur que la Turquie «ouvre les portes» du Vieux continent aux migrants, comme  l'a plusieurs fois laissé entendre le président Recep Tayyip Erdogan, alors que les pays en question apportent, selon Damas, «leur soutien aux terroristes en Syrie».

Bachar el-Assad 🇸🇾 : «Les relations entre #Erdogan 🇹🇷 et l'#UnionEuropéenne 🇪🇺 sont ambiguës»#Syrie #Turquie #djihadistes

«Comment pouvez-vous [les pays de l'UE] avoir peur de ces quelques millions [de migrants], alors que la majorité d'entre eux sont des modérés []... pendant que vous soutenez directement des dizaines voire des centaines de milliers de terroristes en Syrie dont vous n'avez pas peur qu'ils se retournent contre vous ?», s'est ainsi interrogé le chef d'Etat syrien au micro d'Afshin Rattansi.

Lire aussi

Sur la ligne de front d'Idleb, Bachar el-Assad promet de ramener l'unité territoriale en Syrie

Reconnaissant qu'il y avait tout de même «quelques terroristes» parmi les flux de «réfugiés» ayant fui le pays déchiré par la guerre et les attentats, le président syrien a fait valoir que «la chose la plus dangereuse pour l'Europe» était d'apporter «son soutien aux terroristes en Syrie».

Enfin, Bachar el-Assad est revenu sur la relation entre l'Union européenne et la Turquie. «La relation entre Erdogan et l'UE se résume en deux points : ils [les pays de l'UE] le détestent mais ils ont besoin de lui. Ils le détestent car ils savent que c'est un fanatique islamiste, ils le savent très bien, mais ils savent aussi qu'il peut leur envoyer des extrémistes voire des terroristes», a analysé le dirigeant syrien.

Alors que la situation semble s'être stabilisée dans le nord du pays depuis  la fin de l'offensive turque contre les Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG) suivie par la mise  en place de patrouilles communes entre la Russie et la Turquie - et que la première  réunion du Comité constitutionnel syrien s'est tenue le 30 octobre à Genève - Ibrahim Kalin, le porte-parole de la présidence turque, a annoncé, le 8 novembre,  la tenue d'un sommet quadripartite réunissant Emmanuel Macron, Recep Tayyip Erdogan, Boris Johnson et Angela Merkel. Il est prévu pour le mois prochain, à Londres, en marge du sommet de l'OTAN qui se tiendra les 3 et 4 décembre. Le sort des Kurdes devrait y être largement discuté. La veille, le ministre turc de l'Intérieur, Süleyman Soylu,  avait assuré vouloir «renvoyer» dans leur pays d'origine les combattants étrangers du groupe Etat islamique détenus par Ankara, et ce dès le 11 novembre.

 Lire aussi : La Turquie annonce renvoyer dans leur pays les soldats étrangers de Daech à partir du 11 novembre

 francais.rt.com

 Commenter
 Se réfère à : 1 article

 Référencé par : 1 article