19/05/2020 les-crises.fr  14 min #174109

La grippe espagnole (1918-1919) dans les journaux français

Source :  Guerres mondiales et Conflits contemporains - Cairn

Avec plus de 20 millions de morts dans le monde, un milliard de malades, la pandémie de la grippe espagnole reste encore un mystère... On ne sait ni comment le virus est apparu ni pourquoi il a brutalement disparu. Néanmoins, son origine, asiatique et aviaire, est certaine.

La grippe espagnole déferle sur la France en trois vagues successives : une première vague qui s'étend d'avril à août 1918 ; une seconde vague, la plus meurtrière, qui va de septembre à novembre 1918 et enfin une troisième vague qui touche le pays en février-mars 1919.

Mais qu'en a-t-on dit dans les journaux ?

I. LA PREMIÈRE VAGUE DE GRIPPE SE RÉPAND APPAREMMENT SANS CONSÉQUENCE GRAVE (AVRIL-AOÛT 1918)

En France, les premiers cas de grippe sont signalés en avril 1918 à plusieurs endroits du territoire : à Villers-sur-Coudun dans l'Oise au sein de la IIIe armée, parmi les troupes américaines débarquées à Bordeaux-Bassens, à l'hôpital complémentaire de Fontainebleau, et au camp d'instruction automobile de Fère-Brianges dans la Marne.

« Le 30 avril, 23 indigènes se présentant à la contre-visite se plaignent de symptômes morbides apparus brusquement dans les heures précédentes - fièvre de 38o à 40o, céphalées, courbatures ; congestion de la face des conjonctives et du pharynx (...). La convalescence est longue et les malades présentent de nouveaux symptômes : toux de plus en plus impérieuse, pneumonies. Persistance de râles de congestion.

Seule ou à peu près dans les affections épidémiologiques, la grippe pourrait être prise en considération », conclut le médecin chargé du service médical du Centre d'instruction automobile dans son rapport du 12 mai 1918 [1]. Le bilan de l'épidémie de Fère-Brianges, qui dure du 30 avril au 11 mai, est lourd. 30 % des Européens et 80 % des Indochinois sont malades. Il y a même eu deux morts chez les Indochinois.

Les médecins tentent de trouver des explications à cette importante morbidité : la saison restée tardivement fraîche et surtout le manque d'hygiène et l'encombrement du cantonnement.

Bien que le nombre de malades se multiplie dans tous les corps d'armée, les explications se veulent encore rassurantes. Car la mortalité est faible en ce mois de mai, ce qui fait écrire à un médecin de Saint-Eusoye (182e compagnie des travailleurs italiens) : « Cette petite manifestation morbide mérite à peine le nom de foyer... » [2].

Pourtant, les Services de santé de l'Armée vont être rapidement débordés. À la mi-mai, c'est l'ensemble des Armées qui est touché par la grippe. Le pourcentage des soldats grippés est variable mais très élevé : 10 %, 50 %, voire même 75 % des unités sont frappées.

Et pourtant, dans la presse nationale, les articles sur l'épidémie de grippe sont quasi inexistants jusqu'à la fin du mois de mai. Nous n'avons trouvé aucun article dans Le Petit Parisien, Le Matin et Le Journal, trois journaux à grand tirage. Et aucun article non plus dans Le Figaro, La Croix et L'Humanité.

Il faut dire que la France vit des moments décisifs pour l'issue de la guerre : le 21 mars, a débuté la première grande offensive allemande à l'ouest ; le 9 avril, l'armée allemande a lancé une seconde offensive contre l'armée britannique dans les Flandres ; et le 27 mai, les Allemands sont parvenus jusqu'à la Marne.

De plus, les Parisiens traversent des heures particulièrement pénibles. Depuis la fin du mois de janvier, ils sont la cible des gothas, les bombardiers allemands et, depuis mars, ils subissent les tirs de la Grosse Bertha, le « canon monstre » [3].

On comprend alors que, dans ces conditions, la grippe espagnole ne soit pas le premier souci des Français... et des journalistes.

Fin mai 1918, des renseignements alarmants arrivent d'Espagne. Le 28 mai, Le Journal s'en fait l'écho, mais en bas de la page 3 seulement. L'article relate que l'Espagne est touchée par une épidémie grippale. Une épidémie qui toucherait 30 % de la province de Madrid. Une épidémie qui ralentirait la vie du pays : théâtres et salles de spectacle presque déserts, service des tramways restreint suite à l'indisposition d'une partie du personnel.

Même le roi d'Espagne Alphonse XIII aurait contracté la maladie en assistant à un office à la chapelle du palais en présence d'une foule nombreuse. Mais, ajoute le journaliste, la grippe présente un « caractère bénin ». Le 29 mai, c'est au tour de La Croix de faire mention de l'épidémie de grippe qui sévit en Espagne ; le 1er juin, le quotidien catholique publie des chiffres : 120 000 malades pour la seule capitale espagnole.

Et toujours rien dans les journaux sur l'épidémie de grippe en France. Comme si le pays était miraculeusement épargné. Ou comme si la censure était passée par là. Mais la consultation des archives de la censure montre qu'il n'en est rien. D'avril à fin juin, un seul article a été censuré mi-juin sur la grippe espagnole : il évoquait l'épidémie de grippe qui touchait les Annamites [4]. Ce silence est-il dû au fait que la grippe est une maladie qui ne fait pas peur, comme c'est le cas du choléra, du typhus ou encore de la peste. C'est fort possible.

Il est vrai aussi que pendant cette première phase, qui s'étend d'avril à fin juin 1918, la maladie, même si elle se caractérise par une diffusion très importante et une très forte contagiosité, connaît une évolution brève et bénigne, et est rarement mortelle.

En juillet 1918, beaucoup en France pensent même que l'épidémie est en voie d'extinction, car le nombre de cas de grippe a diminué comme en témoignent les rapports du Service de santé des Armées. Ainsi, on croit avoir échappé au pire...

En réalité, si la grippe semble en voie de décroissance, les malades présentent de plus en plus de complications pulmonaires graves et mortelles. En mai, un grippé sur huit seulement présente des complications. En août, c'est un sur deux ! [5]

La presse se montre à présent un peu plus bavarde. Ainsi, en juillet-août, quelques articles sur la grippe sont publiés dans les journaux : un dans Le Journal, trois dans La Croix, sept dans Le Petit Parisien, mais aucun dans Le Figaro et dans L'Humanité.

Et toujours, presque rien sur la France. Les journaux mentionnent surtout les manifestations de la grippe à l'étranger, notamment en Angleterre, en Suisse et en Allemagne.

Ainsi, début juillet, les Français apprennent grâce au Matin, un des quatre grands quotidiens de l'époque, que, dans plusieurs établissements londoniens, la moitié du personnel est absent car... alité.

Le 4 juillet 1918, dans Le Matin toujours, les Français peuvent lire qu'à Londres, un médecin qui avait 52 malades jeudi dernier en avait la veille 184. Que 10 % du personnel des grands magasins sont absents. Qu'à Dudley, 4 000 enfants sont atteints et que toutes les écoles sont fermées. Qu'à Manchester, 70 tramways ne circulent pas par suite de l'absence de 3 000 conducteurs. Qu'à Berlin, les registres du bureau d'assurances contre la maladie montrent, qu'en quinze jours seulement, le nombre de malades a augmenté de 18 000.

Mais, ajoute le journaliste, que les lecteurs se rassurent, les Français ont une constitution qui résiste bien au virus de la grippe. Ainsi, dans Le Matin du 6 juillet 1918, on peut lire qu'en France, la grippe est bénigne, ce qui n'est pas le cas outre-Rhin : « Nos troupes, en particulier, y résistent merveilleusement. Mais de l'autre côté du front, les Boches semblent très touchés. Est-ce un symptôme de lassitude, de défaillance d'organismes dont la résistance s'épuise ? Quoi qu'il en soit, la grippe sévit en Allemagne avec intensité. »

Les journaux tentent de trouver les responsables. Plusieurs d'entre eux accusent l'Allemagne. « Il est à noter que cette prétendue grippe espagnole a éclaté il y a plusieurs mois en Allemagne où elle a trouvé un terrain tout préparé par l'insuffisance de la nourriture. Elle a causé dans ce pays de grands ravages qui ont été soigneusement cachés », peut-on lire dans Le Petit Parisien du 7 juillet.

En août, alors que les cas compliqués de grippe se multiplient un peu partout, la presse n'est guère plus bavarde. Ainsi, dans La Croix du 4 août, on apprend que cette maladie a fait son apparition à Ratisbonne, à Nuremberg, à Passau, à Ingolstadt et dans le duché de Hesse, dans la banlieue de Dresde, et à Berlin.

Et que parmi les malades, il y aurait le Kaiser lui-même ainsi que plusieurs membres de sa famille. Dans un article du 7 août 1918 publié dans Le Journal, on peut lire que la grippe n'est pas si grave. Que c'est une grippe « pure et simple » et que l'on s'en défend par des soins du nez, de la gorge et en s'abstenant d'assister à de grandes réunions.

Le 18 août, Le Petit Parisien publie un petit entrefilet de l'Agence Havas sur la grippe : « La grippe espagnole est signalée à Cahors et dans les environs. Des cas mortels, au nombre d'une dizaine, dont trois dans une même famille du village de Trespoux, se sont déjà produits. » Le lendemain, Le Petit Parisien explique que le rapatriement des rapatriés français internés en Suisse est retardé pour cause de grippe.

Le 31 août, Le Matin parle d'une « petite épidémie ». Et pourtant, fin août 1918, l'épidémie s'aggrave brutalement dans le sud de la France, à Marseille, à Toulon, à Hyères, à Aubagne et ailleurs. Militaires, civils, prisonniers. Personne n'échappe à la grippe.

La maladie défie tout pronostic. Un cas qui semblait bénin se transforme du jour au lendemain en cas grave avec une évolution fatale. Un responsable du secteur médical dans le sud de la France écrit : « Le plus souvent, brusquement, parfois après quelques jours de maladie, un individu jeune, vigoureux et jusque-là bien portant est atteint de fièvre et d'accident pulmonaire. (...) Quelques heures après la mort, le cadavre se violace, la face se bouffit, et presque toujours une spume [écume] rose et sanglante fait tissu par la bouche et les narines. L'autopsie montre des poumons gonflés, tuméfiés, d'une coloration noire, violet. » [6]

Mais, les titres des journaux sont toujours, et surtout, consacrés aux combats : avance victorieuse des Britanniques, victoires françaises.

II. À PARTIR DE SEPTEMBRE 1918, L'ÉPIDÉMIE PREND UN TOUR DRAMATIQUE

Courant septembre, la pandémie s'étend en Afrique du Nord, en Afrique du Sud et en Amérique du Sud. Au ministère des Affaires étrangères, des télégrammes arrivent du monde entier, de Porto-Rico, d'Éthiopie, de Libye, du Brésil, et de Mascate où le responsable consulaire signale que la grippe a fait à Bombay jusqu'à 750 victimes et s'est propagée dans tout le golfe Persique. Tous les pays peinent à faire face à l'afflux des malades.

En France, la grippe se propage à la faveur du déplacement des troupes. « Il est incontestable », indique un rapport daté du 27 septembre, que "le contact intime de la population civile avec les éléments militaires, et la circulation intensive dans les trains bondés, favorise la diffusion de l'épidémie et rend impossible toute prophylaxie générale". » [7] Comme les hôpitaux de la zone des armées sont embouteillés, car il faut libérer des lits pour les blessés, on évacue les grippés sur les hôpitaux de l'Intérieur. Et au total, on ne fait qu'étendre les ravages.

En septembre, il y a toujours peu d'articles sur la grippe dans la presse. Ce sont surtout des entrefilets. Mais on sent à leur lecture que la situation s'aggrave. Le Figaro compare l'épidémie à celle de 1889 qui avait fait de nombreuses victimes. La Croix du 1er septembre rapporte que, dans un petit village de l'Allier, 20 personnes sur les 40 que comprend le village sont grippées ; et 4 sont décédées. Le 4 septembre, La Croix signale 70 décès parmi les militaires de Toulon.

Cette fois, c'est surtout la grippe en France qui intéresse les journaux.

En octobre, la grippe prend une tournure dramatique. Il y a de plus en plus de cas compliqués, et de plus en plus de morts. Partout, les hôpitaux peinent à faire à l'afflux de grippés. Les médecins manquent, de même que les médicaments de base comme la quinine, l'antipyrine, le formol ou encore l'huile de ricin.

Pendant tout le mois, chaque jour ou presque, les journaux publient des articles sur la grippe. Nous en avons compté 18 dans Le Figaro, 18 dans La Croix, 18 aussi dans Le Journal et 9 dans L'Humanité.

Les journaux publient des conseils de prophylaxie collective et de prophylaxie individuelle. On recommande de se laver les mains, de se rincer la bouche régulièrement et de se nettoyer les dents après chaque repas. On conseille de faire des gargarismes matin et soir avec de l'eau oxygénée ou de l'eau dentifrice, de faire des aspirations nasales d'eau chaude additionnée d'eau de Javel, et d'éviter le refroidissement.

Si un cas se déclare dans une famille, on conseille d'isoler immédiatement le malade et, si le logement est trop étroit, de le faire hospitaliser. On demande aussi aux gens de tout désinfecter, et de laver les vêtements en particulier ceux qui sont directement en contact avec la peau. On conseille aussi de mettre un masque protecteur car il limite la diffusion des germes et si on ne dispose pas de masques, on peut aussi, écrit un médecin, dans Le Matin remplacer ce masque par « une simple compresse hydrophile trempée dans l'eau bouillie, posée sur le nez et la bouche et attachée par-dessus les oreilles avec un cordonnet ».

L'hebdomadaire L'Illustration aussi y va de ses conseils : recueillir les crachats du malade dans un récipient d'eau mélangée de formol du commerce, faire moucher le malade dans des compresses qui seront jetées dans un récipient d'eau formolée. Les journaux conseillent aussi de ne plus balayer les lieux publics à sec, pas plus du reste que les appartements privés. Enfin, on recommande d'éviter les réunions de personnes nombreuses aussi bien en plein air que dans des lieux fermés comme les lieux consacrés aux cultes, les théâtres, les cinémas, les grands magasins, le chemin de fer [8].

En l'absence de connaissances scientifiques suffisantes, on cherche des remèdes. On tâtonne. Les journaux citent le cas de la Grande-Bretagne où, sur avis des médecins impuissants à arrêter le mal, le ministre anglais du Ravitaillement a rendu libre la vente des alcools comme le whisky, le gin ou le brandy. En France, c'est avec du rhum que l'on pense faire reculer le mal.

On apprend aussi dans les journaux que ce sont les personnes de 20 à 30 ans qui paient le plus lourd tribut. Car plus personne n'ignore en France que la grippe tue un peu plus chaque jour. Régulièrement, les journaux publient les chiffres de la statistique municipale. C'est ainsi que le 17 octobre, les lecteurs du Journal peuvent lire : « Le nombre de cas de grippes augmente.

Aujourd'hui, on en compte jusqu'à 700 par jour, alors que la semaine dernière il n'y en avait guère que 400. D'autre part, la statistique qui paraîtra demain au "Bulletin municipal" accuse 1 445 décès pour la semaine qui vient de s'écouler au lieu de 989 pour la semaine précédente. Rappelons que la moyenne en temps normal pour la saison précédente est de 721 décès. »

Dans l'ensemble, les journaux critiquent peu la façon dont les autorités luttent contre la grippe [9]. Parmi ces articles, il y a celui du Journal du 19 octobre, en page 1, qui accuse le gouvernement de se contenter de donner des conseils comme éviter les rassemblements, prendre des grogs au rhum, de l'aspirine et de la quinine, et appeler le médecin au premier malaise. « C'est facile à dire, poursuit le journaliste, le rhum est hors de prix : vous n'en trouverez pas à moins de 16 F le litre et si vous voulez une "marque", ce sera 20 ou 25 F.

De plus, vous ne pouvez acheter moins de 2 l à la fois - excellente mesure n'est-ce pas contre l'alcoolisme. Les médicaments sont quasi introuvables. Quant au médecin, difficile d'en trouver un. » Le même jour, en page 2 cette fois, Le Journal accuse les autorités de s'être contenté de placarder des affiches et de publier des circulaires mais de ne pas avoir lancé de lutte sérieuse. Le journaliste pense qu'il faut prendre des mesures plus fortes comme le licenciement des écoles, l'interdiction des rassemblements et un cordon sanitaire aux frontières et dans les ports. Et le journaliste conclut : « L'heure n'est pas aux demi-précautions. »

C'est aussi au cours du mois d'octobre que les réclames sur les médicaments pour soigner la grippe espagnole sont les plus nombreuses.

Le 26 octobre, Le Petit Parisien publie la formule d'un traitement qui marche. Pour le fabriquer, il faut de nombreux ingrédients : aspirine, citrate de caféine, benzoate de soude... et des tisanes d'orge, de chiendent, de queues de cerises, sans compter de la teinture de cannelle, de la teinture de quinquina, du sirop d'écorce d'orange amère... Le prix de cette recette merveilleuse : 45 F ! L'article a fait affluer chez les pharmaciens un grand nombre de gens qui réclament que leur soit délivré les produits dont la liste occupe une demi-colonne du quotidien.

Il y a aussi la « Farine tutélaire » : « La maladie n'a de prise que sur les tempéraments débilités. » La suralimentation s'impose donc pour se préserver des grippes de quelques nationalités qu'elles soient. Par ces temps de restrictions, un seul aliment est possible pris entre les repas ou à tous les repas : « La Farine tutélaire sucrée, lactée ou non lactée ». Ou encore la Fluatine fabriquée par les laboratoires des Phocéens : « On est certain d'éviter ou d'enrayer la grippe espagnole et toutes les maladies épidémiques - choléra, peste, typhoïde, variole, rougeole, scarlatine, etc. » si on mélange à sa boisson un peu de Fluatine.

Quant au puissant Rheastar, il guérit aussi bien la tuberculose que la grippe espagnole : « Non toxique, bon pour l'estomac, bienfaiteur surtout des alvéoles pulmonaires, le Rheastar a vite fait d'atteindre le siège du mal, à cause de sa douceur, il est accueilli en ami par nos cellules...

La grippe guérit en faisant place à la gaieté messagère de la santé », « aussi, dès les premières cuillerées on se sent mieux, puis les migraines, névralgie, coryza disparaissent, la toux mûrit et cesse, la fièvre tombe, la faiblesse, les courbatures s'évanouissent, l'appétit reprend, la grippe guérit en faisant place à la gaieté messagère de la santé ». On peut aussi prendre les pilules Dupuis qui « chasseront la grippe et ses innombrables conséquences », les gouttes livoniennes qui soignent aussi les rhumes, la toux, les bronchites, la grippe, les catharres et l'asthme ou encore l'Elixir Bleu Hera.

Fin octobre-début novembre, la presse parle de décroissance des cas de grippe, et citent des chiffres à l'appui : à Paris, dans la semaine du 20 au 26 octobre, 2 566 décès dont 1 778 sont directement imputables à l'épidémie, ce qui fait une moyenne de 254 décès par jour. Les 27 et 28 octobre, on compte 495 décès en deux jours, soit une moyenne de 247 par jour. Le 29 octobre, on compte encore 306 morts mais le 30 octobre on en compte seulement 189 et, le 31 octobre, 209.

En novembre, la grippe entame vraiment sa décroissance. Les journaux s'en font l'écho : onze articles dans La Croix, dix dans Le Journal, neuf dans Le Figaro et quatre dans L'Humanité.

Le 13 novembre, deux jours après la signature de l'armistice, Le Journal titre : « La grippe est en déroute ainsi que les Boches. »

Début décembre, on observe une recrudescence de la maladie et puis à nouveau une baisse. Le nombre d'articles consacrés à la grippe diminue sensiblement : on en compte quatre dans Le Journal, trois dans La Croix et dans L'Humanité, et aucun dans Le Figaro. La Croix publie le bilan de la grippe : 6 millions de victimes dont 3 millions de morts en Inde. Le Journal revient sur les mesures à prendre en cas de grippe. Mais aucun journal ne fait le point sur le nombre de total de victimes de la grippe à Paris.

III. UNE RÉPLIQUE MORTELLE VA AVOIR LIEU EN FÉVRIER ET MARS 1919

Malheureusement, le drame n'est pas fini. En 1919, une troisième vague mortelle touche les dernières régions encore épargnées.

Au cours de ces deux mois - février et mars 1919 -, les articles consacrés à la grippe portent essentiellement sur le nombre de victimes à Paris, semaine après semaine : 901 décès la dernière semaine de février, 649 au cours de la première semaine de mars, puis 296 et 161 décès au cours des deux semaines suivantes. Les journaux citent aussi le nom des personnes atteintes de la grippe comme Mme Caillaux ou encore le préfet de police de Paris.

On s'étend sur les funérailles d'Edmond Rostand, décédé de la grippe espagnole le 2 décembre 1918 alors qu'il suivait les répétitions de L'Aiglon au théâtre Sarah Bernhardt. Le Figaro consacre un long encadré au Pr Chantemesse mort de la grippe espagnole. On cite les chiffres des victimes de la grippe en Inde : 6 millions de morts ! Un chiffre que l'on considère aujourd'hui comme correspondant à la réalité.

On commence à mesurer l'ampleur de la deuxième épidémie de grippe. Ainsi L'Illustration dans un numéro de 1919 raconte en détail le drame de Tahiti où la pandémie a pris des proportions dramatiques. Le 16 novembre 1918, un paquebot, le Navua, venant de San Francisco accoste à Papetee. Il y a plusieurs grippés à bord. Pourtant, le débarquement est autorisé. Malgré la mort de plusieurs marins, les autorités minimisent l'affaire.

Elles autorisent même l'organisation de fêtes en l'honneur de la victoire de la France sur l'Allemagne. La suite est épouvantable... En moins de douze heures, la moitié de la population de l'île tombe malade. L'hôpital est submergé par l'afflux de grippés. Les trois seuls médecins de l'île meurent. Les magasins ferment. Bientôt, il est difficile de se procurer des vivres et du pain. Tout manque. Les rues se vident. Seuls circulent encore les chariots qui transportent les cadavres jusqu'à la fosse commune. Les secours arrivent trop tard. On déplore plus de 1 000 morts sur une population de 5 000 habitants. Soit 20 fois plus de victimes que le cyclone de 1906 !

Et comme pendant la deuxième vague, les charlatans vantent des médicaments miracles. Ainsi le Grippécure qui « coupe rapidement la fièvre et provoque, dès le premier jour, l'évacuation de l'intestin, qui débarrasse l'organisme des humeurs peccantes. Il arrête le rhume et fait disparaître les maux de tête. C'est un tonique puissant qui rétablit les forces physiques et, par suite, relève rapidement le moral ». Ou encore, le « Révulsif boudin » qui soigne les grippes, les rhumes... mais aussi les lumbagos, les névralgies et les sciatiques. Ce produit qui s'applique au pinceau, soulage immédiatement et ne laisse aucune trace sur la peau.

Au mois de mai 1919, la mortalité a considérablement diminué. Mais l'épidémie a marqué les mémoires comme en témoigne cet article publié dans Le Matin du 18 mars 1919 : « Les journaux médicaux de la Suisse signalent la fréquence extrême d'une curieuse complication de la grippe, qui se manifeste par la chute plus ou moins complète des cheveux.

Cet accident apparaît de huit à dix semaines après la guérison, se montre particulièrement fréquent dans la convalescence des cas graves, dure environ un mois, et peut aboutir à la calvitie complète. Cet accident est vraisemblablement dû à l'action toxique de l'infection sur le bulbe pileux, et la chute ne se produit que tardivement lorsque le cheveu, frappé de mort, est chassé hors de son alvéole par le cheveu nouveau.

Il ne s'ensuit pas qu'on doive, comme on l'a souvent fait, pratiquer systématiquement le sacrifice de la chevelure, cette mutilation n'étant d'aucun intérêt thérapeutique. Au contraire, la médication générale par l'arsenic, que préconise M. Thibierge, les frictions de térébenthine, et les pulvérisations résorcinées seront souvent d'un grand secours dans le traitement de cette curieuse complication. » Longtemps après la guerre, la grippe va continuer à frapper les esprits.

Aujourd'hui encore, personne n'est d'accord sur l'origine de la maladie [10] et sur le nombre de victimes. Mais plus que jamais, la grippe espagnole est un sujet d'actualité. Car tous ceux, médecins et chercheurs, qui travaillent sur la grippe aviaire y font référence. Pour montrer que la grippe est une maladie beaucoup plus dangereuse qu'on ne le croit généralement.

Notes

[1] Archives du Service de santé des Armées du Val-de-Grâce, carton 810.

[2] Archives du Service de santé des Armées du Val-de-Grâce, carton 810.

[3] Le 31 mars 1918, Le Journal titre à la Une « Le canon monstre hier encore a bombardé Paris ».

[4] SHAT, 5N441-5N444, rapports journaliers d'échoppage.

[5] Archives du Service de santé des Armées du Val-de-Grâce, cartons 810, 813, 814.

[6] Archives du Service de santé des Armées du Val-de-Grâce, carton 811, rapport du médecin-major 1re classe, Ravaut, 31 août 1918.

[7] Archives du Service de santé des Armées du Val-de-Grâce, carton 813.

[8] Le Journal, 13 octobre 1918, p. 2.

[9] Cette absence de critiques n'a pas pour raison la censure comme nous avons pu le constater dans les Archives du Service historique de l'Armée de terre.

[10] En 1918, la rumeur court que la grippe aurait été envoyée par les Allemands dans les boîtes de conserve, ou qu'elle serait arrivée jusqu'en France par sous-marin, ou encore que les premiers cas auraient été observés à la prison de Sing-Sing aux États-Unis et que de là, elle aurait gagné l'Europe à bord des bateaux qui transportaient les militaires américains.

Source :  Guerres mondiales et Conflits contemporains - Cairn

 les-crises.fr

 Commenter