L'Otan est-elle en morceaux ? L'Europe implose-t-elle ?

Luigi Tedeschi

Source:  centroitalicum.com

Mais surtout, qui tombera dans le "piège de Thucydide", la Russie ou les États-Unis ?

Depuis le début de la guerre d'Ukraine, l'interprétation de l'évolution du conflit par le courant dominant occidental est sans ambiguïté : la stratégie de Poutine visant à diviser l'Occident a échoué, étant donné l'unité granitique de l'OTAN face à l'ennemi commun, et les sanctions conduiraient bientôt au défaut de paiement de la Russie, avec la déstabilisation politique du régime de Poutine qui en découlerait. Aujourd'hui, nous devons constater l'absence totale de fondement de ces prédictions. Les sanctions, plutôt que la Russie, ont plutôt conduit à une crise énergétique et à une récession économique imminente en Europe, avec des résultats imprévisibles. L'unité même de l'OTAN et de l'UE, au-delà de la rhétorique pro-occidentale et russophobe, est tout à fait apparente. De profonds clivages et des conflits potentiels sont évidents entre les membres de l'OTAN et de l'UE. Il faut s'attendre à ce que l'Occident sorte de cette crise profondément divisé.

L'OTAN est-elle en morceaux ?

Au sein de l'OTAN, on peut distinguer plusieurs zones géopolitiques aux histoires et aux intérêts très divers et conflictuels.

La région balte se compose de l'Estonie, de la Lettonie, de la Lituanie et de la Pologne, dont l'adhésion à l'UE a été conçue comme une conséquence directe et nécessaire de l'adhésion à l'OTAN. Ces pays constituent une zone d'influence des États-Unis, qui ont remplacé l'URSS sur le plan militaire. La présence de l'OTAN dans la région balte est donc configurée comme un avant-poste stratégique et idéologique occidental (en tant que zone la plus nettement russophobe de l'OTAN), en opposition à la Russie.

En revanche, la région scandinave, dans laquelle l'OTAN a été renforcée par la récente adhésion de la Suède et de la Finlande, est une zone d'influence anglo-saxonne-britannique depuis la Seconde Guerre mondiale, opposée à la Russie, mais également encline au compromis avec Moscou. Étant donné la culture pacifiste qui prévaut chez les peuples scandinaves, l'éventualité de conflits guerriers avec la Russie est hautement improbable.

La zone d'Europe centrale et occidentale, représentée par l'Allemagne, la France, l'Italie et l'Espagne (les Pays-Bas se situent entre l'influence germanique et anglo-saxonne), qui constitue le noyau prédominant de l'UE, résiste en revanche largement au nouveau rideau de fer érigé par l'OTAN en Europe de l'Est. L'Europe continentale, bien qu'elle se soit jointe aux sanctions contre la Russie, est néanmoins opposée à la rupture des liens tant historiques-culturels qu'économiques avec Moscou, car une telle rupture géopolitique affecterait négativement l'économie européenne dans une très large mesure et pourrait saper la propre suprématie économique de l'Allemagne. Il faut également tenir compte du fait que les pays d'Europe de l'Est sont en réalité des satellites économiques d'une Allemagne dont l'influence économique dominante ne s'accompagne pas d'une primauté politique correspondante, étant donné sa subordination à l'OTAN et aux États-Unis. Le rôle propre de l'UE est actuellement très affaibli et marginalisé par rapport à l'OTAN. Il suffit de mentionner le cas de la Pologne, un pays qui a été sanctionné par la Cour européenne de justice pour avoir violé l'État de droit. Ces sanctions ont été écartées en raison du rôle stratégique de premier plan joué par la Pologne dans l'expansion de l'OTAN à l'est. Enfin, il convient de noter que la prédominance de l'OTAN en Europe a complètement contrecarré les aspirations européennes à la création de sa propre autonomie stratégique.

La Hongrie d'Orban, bien que membre de l'OTAN, mène une politique autonome. La Hongrie n'a jamais rompu ses liens énergétiques avec la Russie et résiste aux sanctions occidentales contre Poutine.

La Turquie est un membre de l'OTAN qui poursuit néanmoins sa propre politique étrangère autoréférentielle. Elle ne s'est pas associée aux sanctions contre la Russie. Au contraire, elle a assumé un rôle de médiateur dans le conflit.

La création d'un nouveau "rideau d'acier" en Europe de l'Est, dans un esprit russophobe, a fait disparaître l'intérêt stratégique de l'OTAN pour la région méditerranéenne de l'Europe. Ces changements dans la stratégie géopolitique de l'OTAN impliquent directement l'Italie.

Cependant, dans la zone méditerranéenne, le désintérêt apparent de l'OTAN pour le front sud de l'Europe (déterminé par le désengagement américain au Moyen-Orient et en Afrique du Nord), s'est en fait transformé en un assentiment tacite à la politique d'expansion néo-ottomane d'Erdogan, avec la pénétration conséquente de la Turquie sur le continent africain, au détriment de l'Europe et surtout de l'Italie, qui a été évincée de la Libye. La Turquie est membre de l'OTAN, qui poursuit néanmoins une politique impérialiste en Méditerranée et en Afrique, mais les stratégies d'Erdogan ne sont jamais en contradiction avec celles de l'OTAN.

L'Europe est-elle en train d'imploser ?

Le conflit entre les États-Unis et la Russie en Ukraine a également une signification idéologique. La propagande dominante repropose le choc des civilisations entre l'Occident libéral-démocratique et les autocraties de la Russie et de la Chine. Ce qui émerge de cet affrontement, c'est la configuration du modèle occidental comme civilisation supérieure, comme expression de la primauté américaine dans le monde. Primauté en vertu de laquelle, les guerres américaines sont idéologiquement et moralement légitimées comme des missions de défense de la civilisation occidentale. Mais dans le modèle libéral-démocratique occidental, des facteurs de crise et de conflit apparaissent, qui conduiront finalement à la décadence progressive de l'Occident lui-même.

La crise du modèle occidental est évidente : l'UE elle-même a largement contribué au processus de désintégration progressive des institutions politiques des États européens.

L'Allemagne est la puissance économique dominante de l'UE, mais elle n'est pas pertinente sur le plan géopolitique en raison de son statut de pays à souveraineté limitée au sein de l'OTAN. Étant donné sa dépendance au gaz russe, une crise énergétique et une guerre pourraient mettre en péril sa propre primauté économique. Sur le plan interne, l'Allemagne apparaît divisée en trois zones culturellement et socio-économiquement diversifiées: la Bavière, qui est le pays le plus avancé économiquement et qui dispose également d'un large degré d'autonomie au sein de l'UE, la zone rhénane-hanséatique et la partie orientale correspondant à l'ancienne RDA.

Cette dernière zone, en ce qui concerne l'approvisionnement énergétique, n'est pas reliée à l'Occident, car elle est approvisionnée en pétrole russe par l'oléoduc Druzhba, qui traverse le Belarus et la Pologne. Par conséquent, les Länder de l'Est auront du mal à se libérer de la dépendance énergétique russe et resteront exposés aux éventuelles représailles de Poutine contre l'Ouest et aux éventuelles actions de désintégration de la Pologne en fonction anti-russe. Ajoutez à cela le fait que la réunification allemande a eu lieu par l'annexion de l'ancienne RDA à la RFA, avec l'accaparement par cette dernière des ressources économiques et la déconstruction du tissu industriel de l'ancienne Allemagne de l'Est. Les Länder de l'Est ont subi un fort déclin démographique et leurs conditions économiques et sociales actuelles sont bien inférieures à celles des citoyens de l'Ouest. Les Allemands de l'Est (les Ossis) sont largement convaincus qu'ils vivent dans un état d'inégalité économique et politique flagrant, et la réunification allemande est considérée comme une occupation des territoires de l'Est par l'Allemagne de l'Ouest. Ainsi, les sentiments pro-russes sont largement répandus au sein de la population de l'ancienne RDA, par opposition aux terres occidentales qui ont toujours été alignées sur l'Occident et l'OTAN. Avec la guerre, cette ligne de fracture entre l'Est et l'Ouest pourrait s'accentuer.

Un réarmement de l'Allemagne avec des investissements de 100 milliards a été prévu dans le cadre de la stratégie de l'OTAN pour s'opposer à la Russie. L'Allemagne devra donc détourner des ressources considérables des investissements dans l'économie et les infrastructures sociales pour les affecter à l'armement. La hausse des prix de l'énergie, l'inflation et la pénurie de semi-conducteurs sont des facteurs qui pourraient nuire à la compétitivité de l'industrie allemande et européenne basée sur l'exportation. Il est toutefois très douteux qu'une population décimée par la récession économique imminente puisse accepter cette transformation du statut géopolitique de l'Allemagne d'une puissance économique dominante à une puissance militaire en fonction de la politique américaine d'endiguement de la Russie. L'opinion publique allemande est actuellement très critique à l'égard de la "coalition des feux de signalisation" du gouvernement Scholz en ce qui concerne la politique économique et le rôle de l'Allemagne dans la crise ukrainienne.

En France, la crise institutionnelle s'est manifestée de plein fouet. Le mécontentement social qui a déjà explosé avec les gilets jaunes ces dernières années est appelé à s'étendre et l'abstentionnisme est désormais majoritaire aux élections générales. Ces phénomènes mettent en évidence le détachement total entre le peuple français et ses institutions. L'ingouvernabilité actuelle de la France de Macron, qui résulte des résultats des dernières élections, en est une démonstration claire.

En Italie aussi, l'abstention de vote est endémique. Les gouvernements techniques, ou en tout cas les gouvernements non représentatifs des orientations exprimées par le corps électoral, se succèdent depuis plus d'une décennie. Les gouvernements techniques et/ou d'unité nationale tels que ceux de Draghi et de Macron représentent la prévalence de pouvoirs technocratiques légitimés par l'UE qui priment sur la volonté du peuple. Les gouvernements pilotés par le pilote automatique européen ont progressivement subverti les institutions démocratiques et profondément affecté la souveraineté même des États.

En outre, un processus de décomposition de l'État s'est manifesté depuis longtemps en Europe avec l'émergence du phénomène de l'autonomisme/séparatisme. L'Espagne (avec la Catalogne) et la Grande-Bretagne (avec l'Écosse et l'Irlande du Nord) sont en état de dissolution avancée. Dans l'UE, un système de division territoriale par zones économiques homogènes a été imposé au détriment de l'unité et de l'indépendance des États-nations.

Ce n'est certainement pas Poutine qui provoquera la dissolution de l'Europe, qui pourrait au contraire imploser de l'intérieur, déchirée par les inégalités sociales ou entre États et par les égoïsmes régionaux, nationaux ou de classe.

L'occidentalisation prédatrice de l'Ukraine

La solidarité occidentale avec l'Ukraine s'avère cynique et hypocrite. Lors de leur rencontre à Kiev avec M. Zelensky, Macron, Draghi et Scholz ont soutenu la candidature de l'Ukraine à l'adhésion à l'UE, qui pourrait se concrétiser dans une décennie. Mais l'entrée de l'Ukraine dans l'UE n'est rien d'autre que son intégration dans le système capitaliste occidental.

La future Ukraine, en tant que membre de l'UE, sera en fait incorporée à l'Europe de l'Est, c'est-à-dire à la zone de domination économique allemande, en tant que fournisseur de matières premières et de main-d'œuvre bon marché, et deviendra un territoire pour les délocalisations industrielles de l'Occident. L'adhésion de l'Ukraine à l'UE représenterait donc l'intégration d'un pays (vivant déjà en Occident dans un statut de subalternité politique), dans un système d'expansion économique incontrôlée, d'inégalités, dominé par les oligarchies financières de l'UE.

Cependant, l'Ukraine est un pays dont les ressources ont déjà été pillées par les multinationales de l'Ouest. Après l'effondrement de l'URSS, l'indépendance de l'Ukraine a vu la mise en œuvre de programmes de privatisation de ses ressources agricoles et industrielles, sous l'égide du FMI, qui a accordé des financements liés à l'imposition de la rigueur budgétaire et de politiques d'austérité. L'Ukraine compte 32 millions d'hectares cultivés et produit annuellement 64 millions de tonnes de céréales et de graines, ainsi que de l'orge et de l'huile de tournesol, dont elle est l'un des principaux exportateurs mondiaux. L'Ukraine, qui est devenue l'un des plus importants marchés agroalimentaires du monde, a fait l'objet de gigantesques vagues spéculatives suite aux réformes ultralibérales imposées par l'Occident. De grands fonds d'investissement, tels que Black Rock, ont rapidement acquis les actifs agroalimentaires de l'Ukraine. Selon les estimations d'Open Democracy, 10 entreprises privées contrôlent aujourd'hui 71 % du marché agricole ukrainien. Outre les oligarques ukrainiens, des multinationales telles que Monsanto, Cargill, Archer Daniels Midland et Dupont détiennent la gestion des usines de reproduction, des usines d'engrais et de l'infrastructure commerciale d'exportation.

Une crise alimentaire aux effets dévastateurs est en cours, notamment dans le tiers monde, en raison de la pénurie de denrées alimentaires exportées d'Ukraine et de Russie. Mais la crise concerne moins la guerre que la spéculation financière. Une interview récente dans il Manifesto de l'économiste français Frédéric Mousseau, intitulée "Le blé est là, la spéculation sur les prix provoque la crise", révèle ce qui suit : "La FAO a déclaré début mai que les stocks mondiaux de céréales sont relativement stables. La Banque mondiale confirme que les stocks de céréales sont proches des records historiques et que les trois quarts des récoltes russes et ukrainiennes avaient déjà été livrées avant le début de la guerre. Nous pouvons dire qu'il n'y a pas de pénurie imminente mais plutôt une forte spéculation sur les marchés à terme pariant sur des augmentations de prix et des famines futures afin de maximiser les profits"... "Il est clair qu'il y a une crise alimentaire, avec des millions ou des centaines de millions de personnes dans le monde en état d'insécurité, sans accès à une nourriture adéquate ou dépendant des réseaux d'aide sociale, mais cela existe indépendamment de la guerre. Il y a une crise alimentaire, mais c'est une crise sans réelle pénurie de nourriture".

Le commerce rapace de la reconstruction de l'Ukraine

Alors que la guerre s'éternise, la perspective d'une planification commerciale pour la reconstruction de l'Ukraine devient de plus en plus d'actualité en Europe. Lors de la "Conférence pour la reconstruction de l'Ukraine" qui s'est tenue récemment à Lugano, Zelensky a présenté un plan de 750 milliards pour la décennie 2023-2032. Cela soulève la question de trouver les fonds nécessaires. Dans l'UE, des dons sont envisagés, des émissions d'euro-obligations comme pour le NGEU (mais il ne sera pas facile de surmonter l'hostilité des pays frugaux), ou la levée de fonds par l'utilisation des 300 milliards d'actifs et de capitaux russes gelés par les gouvernements occidentaux (dont la confiscation ne sera probablement pas autorisée par les tribunaux).

Quelles garanties l'Ukraine peut-elle offrir contre un tel financement ? Peut-on prévoir un endettement de l'Ukraine qui entraînera l'expropriation de ses ressources par les créanciers de l'Occident ? Toutefois, une répartition des zones de reconstruction entre les États occidentaux a été prévue. L'Italie s'est vu attribuer Donetsk, qui est toutefois désormais aux mains des Russes. C'est un territoire occupé depuis 2014 par les séparatistes russes. Et le paradoxe est que la reconstruction se ferait sur un territoire bombardé par les Ukrainiens afin de le reconquérir.

L'Ukraine est un pays dévasté non seulement par la guerre, mais aussi et surtout par les politiques néolibérales imposées par l'Occident. Après 30 ans d'indépendance, les revenus et la qualité de vie sont inférieurs aux normes des années 1990. Sur le plan démographique, l'Ukraine connaît une baisse marquée du taux de natalité et un taux de mortalité infantile élevé, tout en étant décimée par l'émigration. La migration est considérée comme une grande opportunité pour les pays capitalistes, car la mobilité de la main-d'œuvre augmente l'"armée industrielle de réserve" et favorise la compression des salaires. Mais l'émigration prive les pays d'origine de ressources humaines. Les migrations en provenance d'Europe de l'Est, un phénomène corrélé à l'expansion de l'OTAN en Eurasie, révèlent le destin tragique auquel de nombreux peuples sont tombés avec l'avènement de la mondialisation. En effet, l'Occident a transformé des millions d'individus, qui occupaient souvent des positions sociales très différentes dans leur État d'origine, en un peuple de soignants, de travailleurs et de parias.

La situation de la reconstruction de l'Ukraine est bien décrite par Fabio Mini, co-auteur avec Franco Cardini du livre Ucraina, la guerre e la storia, PaperFist 2022 : "Entre-temps, l'UE a déjà déboursé 600 millions sur le milliard accordé pour l'aide. La Banque mondiale a déjà accordé un prêt supplémentaire de 350 millions et une garantie pour 139 millions supplémentaires. Le Fonds monétaire international (FMI) prévoit une allocation de 2,2 milliards. La Pologne, l'Allemagne et la France sont déjà en première ligne dans la course à la reconstruction. Mais l'inventaire de reconstruction pourrait prendre des années. L'Ukraine "libérée" se prépare à être un État esclave de la dette aux mains d'une troïka qui ne fera de remise à personne (Grèce docet). Sur le plan démographique, l'Ukraine est déjà un pays au bord de la capitulation avec un déclin constant de 7 pour mille et une forte émigration. Dans une nation dévastée par la guerre, les gens ne reviennent pas volontiers et le pays devient dépendant des transferts de fonds des émigrants (ce qu'est déjà l'Ukraine), et la proie des profiteurs d'après-guerre qui contrôlent généralement les gouvernements et n'enrichissent certainement pas la population".

L'Occident et le nouveau multilatéralisme

Cette guerre a fait apparaître un profond clivage dans la géopolitique mondiale, qui n'est pas celui entre l'Ouest et l'Est de la guerre froide. Au contraire, un contraste marqué est apparu entre l'Occident et le reste du monde, c'est-à-dire le non-Occident. La mondialisation a donc échoué, en tant que phénomène d'expansion économique et financière illimitée qui a conduit parallèlement à l'exportation mondiale d'un système néo-libéral anglo-saxon. Ce n'est pas une coïncidence si la disparition de la mondialisation coïncide avec le déclin de la puissance américaine. La mondialisation n'a pas généré le dialogue, la pacification et le développement entre les peuples, mais a, au contraire, fait naître des contrastes de plus en plus marqués et produit des conflits sans fin.

La ligne de faille d'incommunicabilité de plus en plus profonde qui sépare l'Occident des peuples des autres continents est de nature idéologique et culturelle. L'identité assumée par l'Occident au cours des trois derniers siècles découle de la culture des Lumières, qui est à l'origine de la société libérale et donc de la domination capitaliste au niveau mondial. Le modèle occidental est fondé sur un individualisme abstrait qui conduit à l'éradication des identités historiques et culturelles des peuples, en vue d'un progrès illimité et irréversible. Par conséquent, en vertu d'une idéologie qui postule le dogme a priori de la nécessité historique du progrès, l'Occident s'est légitimé pour imposer sa supériorité morale (coïncidant parfaitement avec la doctrine américaine de la "destinée manifeste", selon laquelle les valeurs et les intérêts des États-Unis sont identifiés aux destinées du monde), avec l'exportation au monde d'un modèle de société néolibéral qui implique l'annulation du sens et de la conscience de l'histoire des peuples.

La société européenne vit dans la dimension de la post-histoire depuis le milieu du siècle dernier. L'Europe actuelle est en effet dépourvue de mémoire historique, éloignée des événements géopolitiques du présent et incapable de concevoir des projets d'avenir. La dimension de la non-histoire dans laquelle se débat l'Europe actuelle est bien décrite par Romano Ferrari Zumbini dans un article intitulé "L'Occident dans le piège de Narcisse", paru dans le numéro 5/2022 de Limes : "La société occidentale du XXIe siècle est imprégnée de rationalisme. Les Lumières sont immanentes à la société contemporaine. Pensez à la fascination du mot <révolutionnaire> : quel annonceur n'utilise pas l'adjectif <révolutionnaire> pour propager avec emphase la meilleure qualité (plus ou moins réelle) d'un nouveau produit à lancer sur le marché ? Le neuf est toujours une garantie de mieux. Ce faisant, on efface le passé et on hypothèque le présent, destiné à succomber face à l'avenir".

La guerre russo-ukrainienne est en fait un conflit géopolitique entre les États-Unis et la Russie destiné à transformer l'ordre mondial. Son issue et surtout ses conséquences sont imprévisibles. Dans ce conflit, il faut faire la distinction entre un agresseur tactique, qui a matériellement provoqué la guerre (la Russie), et un agresseur stratégique, qui a rendu la guerre inévitable (les États-Unis). Dans le livre susmentionné "Ukraine, guerre et histoire", Franco Cardini propose à nouveau une interprétation des événements tirée de la culture classique : le "piège de Thucydide". Selon Franco Cardini : "Le piège qui porte son nom se déclenche lorsqu'une grande puissance, qui se sent pourtant menacée par la décadence, croit pouvoir arrêter ce processus négatif en attaquant une puissance subordonnée et périphérique. Les Athéniens l'ont fait avec Delos à l'origine de l'événement connu sous le nom de <guerre du Péloponnèse>. Mais derrière la fragile Délos se cachait la grande Sparte : et c'est là l'origine de la ruine de la Grèce antique".

Alors, Poutine est-il tombé dans le piège qui, en attaquant l'Ukraine, a provoqué une intervention américaine qui, à long terme, usera et déstabilisera la Russie, ou bien Biden est-il tombé dans le piège qui, avec la guerre, provoquera une alliance entre la Russie et la Chine qui mettra fin à la suprématie américaine dans le monde ? Toute réponse est impossible pour le moment, étant donné l'imprévisibilité de l'histoire.

Cependant, un nouvel ordre mondial inspiré par le multilatéralisme est en train de prendre forme. Un sommet des pays BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) s'est tenu entre le 23 et le 24 juin, d'où sont sorties les lignes directrices d'un nouvel ordre mondial. Ces pays représentent un tiers de la masse continentale du monde, 43% de la population mondiale et 25% du PIB mondial, et détiennent une grande partie des matières premières de la planète. Cette adhésion est appelée à se développer. L'Argentine, puissance agricole condamnée à la cessation de paiement par l'impérialisme américain, et l'Iran, grand producteur de pétrole, sous embargo américain et soumis à la criminalisation internationale pour n'avoir jamais cédé à la puissance américaine, veulent adhérer.

Les BRICS sont des pays très divers dans leurs cultures et leurs intérêts. Cependant, ils sont capables de générer une opposition géopolitique mondiale aux États-Unis. Dans ce nouveau contexte multilatéral, l'Occident apparaît isolé et réduit dans son rôle géopolitique hégémonique dans le monde. Andrea Zhok, dans un article récent intitulé "The Upside Down of the World We Have Come to Know" (L'envers du décor du monde que nous avons appris à connaître), l'exprime ainsi : "Bien sûr, les BRICS auront toujours du mal à évoluer harmonieusement, car ils sont issus d'une pluralité de traditions et de cultures différentes, mais tant que l'empire américain et ses brimades internationales existeront, ils auront à la fois une forte incitation à le faire et un guide clair sur ce qu'il faut faire.

Ainsi, malgré les revers, ce sera le scénario émergent, qui submergera et bouleversera le monde que nous avons connu. Il faudra quelques décennies pour en voir pleinement les effets économiques et démographiques, mais un effet sera visible immédiatement : les provinces de l'empire américain devront faire face à l'effondrement de leur propre structure idéologique, celle qui les a amenées à élever la théorie économique néolibérale et la théorie éthique libérale au rang de seule vision du monde.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter