30/03/2024 arretsurinfo.ch  10 min #245830

Annelle Sheline: « Pourquoi je démissionne du Ministère des Affaires Étrangères »

Par  Annelle Sheline

Lettre d'opinion d'Annelle Sheline, ex-responsable des affaires étrangères au Bureau des affaires du Proche-Orient au sein du Ministère des Affaires Étrangères États-Unien.

Par Annelle Sheline, le 27 mars 2024

Depuis l'attaque du Hamas le 7 octobre, Israël a utilisé des bombes américaines dans sa guerre à Gaza, qui a tué plus de  32 000 personnes - dont  13 000 enfants - et d'innombrables autres ont été ensevelies sous les décombres, selon le ministère de la santé de Gaza. Selon le rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l'alimentation, Israël est accusé, à juste titre,  d'affamer les deux millions de personnes restantes ; un groupe de responsables d'organisations caritatives avertit que, sans une aide adéquate, des  centaines de milliers d'autres personnes rejoindront bientôt les rangs des morts.

Pourtant, Israël prévoit toujours d'envahir Rafah, où la  majorité des habitants de Gaza ont fui ; des fonctionnaires de l'ONU ont qualifié le carnage qui devrait s'ensuivre de «  dépassant l'imagination«. En Cisjordanie, des colons armés et des soldats israéliens ont tué des Palestiniens, y compris des  citoyens américains. Ces actions, qui, selon les experts en génocide, relèvent du crime de génocide, sont menées avec le soutien diplomatique et militaire du gouvernement américain.

L'année dernière, j'ai travaillé pour le bureau chargé de promouvoir les droits de l'homme au Moyen-Orient. Je crois fermement à la mission et au travail important de ce bureau. Cependant, en tant que représentant d'un gouvernement qui permet directement l'avènement de ce que la Cour internationale de justice a déclaré être un  risque plausible de génocide à Gaza, ce travail est devenu presque impossible. Incapable de servir une administration qui permet de telles atrocités, j'ai décidé de démissionner de mon poste au Ministère des Affaires Étrangères.

La crédibilité dont jouissaient les États-Unis en tant que défenseurs des droits de l'homme a  presque entièrement disparu e depuis le début de la guerre. Les membres de la société civile ont refusé de répondre à mes efforts pour les contacter. Notre bureau cherche à soutenir les journalistes au Moyen-Orient ; pourtant, lorsque des ONG m'ont demandé si les États-Unis pouvaient apporter leur aide lorsque des journalistes palestiniens sont détenus ou tués à Gaza, j'ai été déçu que mon gouvernement ne fasse pas plus d'efforts pour les protéger. Selon le Comité pour la protection des journalistes,  90 journalistes palestiniens ont été tués à Gaza au cours des cinq derniers mois. C'est le nombre  le plus élevé enregistré au cours d'un seul conflit depuis que le CPJ a commencé à collecter des données en 1992.

En démissionnant publiquement, je suis attristé de savoir que je me prive probablement d'un avenir au Ministère des Affaires Étrangères. Au départ, je n'avais pas prévu de démissionner publiquement. En raison de la brièveté de mon séjour au département d'État - j'ai été engagée pour un contrat de deux ans - je ne pensais pas être suffisamment importante pour annoncer publiquement ma démission. Cependant, lorsque j'ai commencé à informer mes collègues de ma décision de démissionner, la réponse que j'ai entendue à plusieurs reprises a été : « Parle pour nous ».

Dans l'ensemble du gouvernement fédéral, des employés comme moi ont essayé pendant des mois d'influencer la politique, à la fois en interne et,  en cas d'échec, publiquement. Mes collègues et moi-même avons assisté avec horreur à la  livraison par cette administration de milliers de munitions guidées avec précision, de bombes, d'armes légères et d'autres aides mortelles à Israël, et nous en avons autorisé des milliers d'autres, en  contournant même le Congrès pour ce faire. Nous sommes consternés par le mépris flagrant de l'administration pour les lois américaines qui  interdisent aux États-Unis de fournir une assistance aux armées étrangères qui se livrent à des violations flagrantes des droits de l'homme ou qui  restreignent l'acheminement de l'aide humanitaire.

La  politique de l'administration Biden stipule que « la légitimité et le soutien public des transferts d'armes parmi la population des États-Unis et les pays bénéficiaires, dépendent de la protection des civils, et les États-Unis se distinguent des autres sources potentielles de transferts d'armes en accordant une grande importance à la protection des civils ». Pourtant, cette noble déclaration est en contradiction directe avec les actions du président qui l'a promulguée.

Le président Joe Biden lui-même admet indirectement qu'Israël  ne protège pas les civils palestiniens. Sous la pression de certains démocrates du Congrès, l'administration a publié une  nouvelle règl e visant à garantir que les transferts militaires à l'étranger ne violent pas les lois nationales et internationales pertinentes.

Pourtant, tout récemment, le Ministère des Affaires Étrangères a affirmé qu'Israël  respectait le droit international dans la conduite de la guerre et dans la fourniture de l'aide humanitaire. Dire cela alors qu'Israël  empêche l'entrée adéquate de l'aide humanitaire et que les États-Unis sont contraints de  larguer de la nourriture par avion aux Gazaouis affamés, c'est se moquer des prétentions de l'administration à se préoccuper de la loi ou du sort des Palestiniens innocents.

 Certains ont affirmé que les États-Unis manquaient d'influence sur Israël. Pourtant, le général de division israélien à la retraite Yitzhak Brick  a fait remarquer en novembre que les missiles, les bombes et les avions d'Israël provenaient tous des États-Unis. « Dès qu'ils ferment le robinet, on ne peut plus continuer à se battre », a-t-il déclaré. « Tout le monde comprend que nous ne pouvons pas mener cette guerre sans les États-Unis. Un point c'est tout ».

Aujourd'hui encore, Israël  envisage d'envahir le Liban, ce qui accroît le risque d'un conflit régional qui  serait catastrophique. Les États-Unis ont cherché à empêcher cette issue, mais ils ne sont pas disposés à couper le transfert d'armes offensives d'Israël pour l'obliger à une plus grande retenue au Liban ou à Gaza. Le soutien de M. Biden au gouvernement israélien d'extrême droite risque donc de déclencher une conflagration plus large dans la région, qui pourrait bien mettre les troupes américaines en danger.

Beaucoup de mes collègues se sentent trahis. J'écris en mon nom personnel, mais je parle au nom de beaucoup d'autres, y compris Feds United for Peace, un groupe qui se mobilise pour un cessez-le-feu permanent à Gaza et qui représente les travailleurs fédéraux à titre personnel dans tout le pays, et dans 30 agences et départements fédéraux. Après quatre années d'efforts du président Donald Trump pour  paralyser le département, les employés de l'État ont adhéré à la  promesse de M. Biden de reconstruire la diplomatie américaine. Pour certains, le soutien des États-Unis à l'Ukraine contre l'occupation illégale et les bombardements de la Russie a semblé rétablir le leadership moral de l'Amérique. Pourtant, l'administration continue de permettre l'occupation illégale et la destruction de Gaza par Israël.

Je suis hantée par le dernier  message publié sur les réseaux sociaux par  Aaron Bushnell, le militaire de l'armée de l'air américaine âgé de 25 ans qui s'est immolé devant l'ambassade d'Israël à Washington le 25 février : « Beaucoup d'entre nous aiment se demander : « Que ferais-je si j'étais encore en vie pendant l'esclavage ? Ou du temps de Jim Crow dans le Sud ? Ou de l'apartheid ? Que ferais-je si mon pays commettait un génocide ? » La réponse est que vous êtes en train de le faire. En ce moment même ».

Je ne peux plus continuer ce que je faisais. J'espère que ma démission pourra contribuer aux nombreux efforts visant à pousser l'administration à retirer son soutien à la guerre d'Israël, dans l'intérêt des deux millions de Palestiniens dont la vie est menacée et dans l'intérêt de la position morale de l'Amérique dans le monde.

Annelle Sheline, PhD, a travaillé pendant un an en tant que responsable des affaires étrangères au Bureau des affaires du Proche-Orient au sein du Bureau de la démocratie, des droits de l'homme et du travail du Ministère des Affaires Étrangères États-Unien.

Source CNN: edition.cnn.com

Traduction ED pour l' Agence Média Palestine

 arretsurinfo.ch

 Commenter