{"165532":{"id":"165532","parent":"163190","time":"1575555255","url":"http:\/\/reporterre.net\/Chili-meme-sans-la-COP-les-ecolos-se-mobilisent","category":"R\u00e9seau social","title":"Chili : m\u00eame sans la Cop, les \u00e9colos se mobilisent","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_165532_74096f.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"chili-meme-sans-la-cop-les-ecolos-se-mobilisent","admin":"newsnet","views":"57","priority":"3","length":"12839","lang":"fr","content":"\u003Cp\u003ELa crise sociale qui agite le Chili depuis le 18 octobre a conduit le gouvernement \u00e0 annuler la COP25, privant les organisations environnementales d'une audience internationale. Cependant, elles semblent plus d\u00e9termin\u00e9es que jamais \u00e0 se faire entendre \u00e0 l'occasion de la r\u00e9forme de la Constitution.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cul\u003E\u003Cli\u003E\u003Ci\u003ESantiago (Chili), correspondance\u003C\/i\u003E\u003C\/li\u003E\u003C\/ul\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00c0 33 jours du lancement de la COP25, le pr\u00e9sident chilien, Sebastian Pi\u00f1era, a finalement d\u00e9cr\u00e9t\u00e9 le 30 octobre que \u003Ca href=\"https:\/\/reporterre.net\/Chili-bouscule-par-la-revolte-le-president-abandonne-la-COP25\"\u003Eles conditions de s\u00e9curit\u00e9 n'\u00e9taient pas r\u00e9unies pour accueillir\u003C\/a\u003E les quelque trente mille personnes attendues pour ce sommet mondial. Cette d\u00e9cision a eu l'effet d'un tsunami pour les environnementalistes chiliens, dont la plupart n'auront pas les moyens de se rendre \u00e0 Madrid (Espagne), \u003Ca href=\"https:\/\/reporterre.net\/L-Espagne-prepare-a-marche-forcee-la-COP25-sur-le-climat\"\u003Enouvelle ville h\u00f4te de la COP25\u003C\/a\u003E. Cet \u00e9v\u00e9nement \u00e9tait pour eux l'occasion de faire pression sur le gouvernement pour qu'il s'engage \u00e0 lutter activement contre la crise climatique, qui touche particuli\u00e8rement le Chili. En effet, l'\u003Ca href=\"https:\/\/reporterre.net\/IMG\/pdf\/indice_mondial_des_risques_climatiques_2017.pdf\" target=\"_blank\"\u003EIndice mondial de risque climatique 2017\u003C\/a\u003E explique que le pays andin r\u00e9unit sept des neuf caract\u00e9ristiques de vuln\u00e9rabilit\u00e9 d\u00e9finies par la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAlors que les cons\u00e9quences se font d\u00e9j\u00e0 sentir sur le territoire \u00e0 travers la \u003Ca href=\"https:\/\/reporterre.net\/L-industrie-miniere-ou-les-glaciers-le-Chili-va-devoir-choisir\"\u003Efonte des glaciers\u003C\/a\u003E ou la s\u00e9cheresse historique qui affecte la zone centrale du pays, pas question pour les organisations socio-environnementales de laisser le gouvernement manier l'agenda climatique. La Soci\u00e9t\u00e9 civile pour l'action climatique (Scac), qui r\u00e9unit plus de 130 associations, est claire \u00e0 ce sujet : le Sommet pour l'action climatique se tient contre vents et mar\u00e9es, du 2 au 13 d\u00e9cembre. De m\u00eame pour le Sommet des peuples, une initiative parall\u00e8le qui r\u00e9unit plus de 160 organisations citoyennes et territoriales du 2 au 11 d\u00e9cembre, au sein de l'universit\u00e9 de Santiago.\u003C\/p\u003E\u003Cfigure\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_165532_ef3d47.jpg\" \/\u003E\u003Cfigcaption\u003E\u003Cb\u003EPendant une manifestation \u00e0 Valparaiso, au Chili : \u00ab Nous sommes le fleuve qui r\u00e9cup\u00e8re son lit. \u00bb\u003C\/b\u003E\u003C\/figcaption\u003E\u003C\/figure\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003E\u00ab Le probl\u00e8me n'est pas r\u00e9ellement la non-r\u00e9alisation de la COP25, puisque d\u00e8s le d\u00e9part les diff\u00e9rentes organisations ont travaill\u00e9 dans le but de cr\u00e9er un espace qui soit proprement citoyen,\u003C\/i\u003E explique Ezio Costa, directeur de Fima, une ONG sp\u00e9cialis\u00e9e en justice environnementale. \u003Ci\u003ELe probl\u00e8me est que l'annulation de cet \u00e9v\u00e9nement nous emp\u00eache d'engager un vrai dialogue avec les instances du pouvoir. En suspendant la COP25, le gouvernement dit \u00e9galement qu'il n'est pas pr\u00eat \u00e0 r\u00e9pondre aux requ\u00eates socio-environnementales \u00bb,\u003C\/i\u003E poursuit-il. Parmi les demandes populaires, le droit \u00e0 vivre dans un environnement sain, tel qu'il est inscrit dans la Constitution chilienne. L'article 8 affirme en effet que \u003Ci\u003E\u00ab le gouvernement se doit de veiller \u00e0 l'exercice de ce droit et \u00e0 la protection de l'environnement \u00bb\u003C\/i\u003E.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003E\u00ab Il est urgent de r\u00e9v\u00e9ler les injustices socio-environnementales dont nous sommes victimes \u00bb\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cfigure\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_165532_b0be11.jpg\" \/\u003E\u003Cfigcaption\u003E\u003Cb\u003ELors d'une manifestation \u00e0 Valparaiso au Chili : \u00ab Fini les zones de sacrifice. \u00bb\u003C\/b\u003E\u003C\/figcaption\u003E\u003C\/figure\u003E\u003Cp\u003EPourtant, vivre dans un environnement pollu\u00e9 est une r\u00e9alit\u00e9 dont peuvent t\u00e9moigner les habitantes et habitants des \u003Ca href=\"https:\/\/reporterre.net\/Engie-pollue-le-nord-du-Chili-avec-d-antiques-centrales-a-charbon\"\u003E\u00ab zones de sacrifice \u00bb\u003C\/a\u003E, ces six communes qui h\u00e9bergent \u00e0 elles seules les 28 centrales thermo\u00e9lectriques \u00e0 charbon du territoire chilien. \u00c0 Quintero et Puchuncav\u00ed, cela fait quasiment 50 ans que la population souffre des multiples cons\u00e9quences de la pollution. Ici, des purificateurs d'air ont d\u00fb \u00eatre install\u00e9s dans les salles de classe, notamment apr\u00e8s l'intoxication d'une quarantaine d'\u00e9l\u00e8ves et de professeurs qui a eu lieu en 2011 \u00e0 l'\u00e9cole La Greda, relocalis\u00e9e depuis lors.\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_165532_051e25.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003E\u00ab Le fait que la COP25 ne se r\u00e9alise pas au Chili nous rend invisibles aux yeux du monde,\u003C\/i\u003E dit Katta Alonso, fondatrice de l'organisation Femmes de zone de sacrifice en r\u00e9sistance (Muzosare). \u003Ci\u003EC'est pour cela que nous nous rendrons co\u00fbte que co\u00fbte \u00e0 Madrid : il est urgent de r\u00e9v\u00e9ler les injustices socio-environnementales dont nous sommes victimes \u00bb,\u003C\/i\u003E explique-t-elle, alors qu'un inconnu l'avait menac\u00e9e de br\u00fbler sa maison, le 8 octobre dernier.\u003C\/p\u003E\u003Cfigure\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_165532_d797c0.jpg\" \/\u003E\u003Cfigcaption\u003E\u003Cb\u003EUn \u00ab mural \u00bb peint par la chanteuse chilienne Mon Laferte, originaire de Valparaiso.\u003C\/b\u003E\u003C\/figcaption\u003E\u003C\/figure\u003E\u003Cp\u003EL'abandon de l'\u00c9tat d\u00e9crit par Katta Alonso fait \u00e9cho \u00e0 l'embl\u00e9matique slogan \u003Ci\u003E\u00ab Ce ne sont pas 30 pesos, ce sont 30 ans \u00bb,\u003C\/i\u003E en r\u00e9f\u00e9rence \u00e0 \u003Ca href=\"https:\/\/reporterre.net\/Frappepar-une-secheresse-historique-le-Chili-se-revolte-contre-l-injustice-sociale\"\u003Ela mobilisation nationale qu'a provoqu\u00e9 l'augmentation du prix du billet de m\u00e9tro \u00e0 Santiago\u003C\/a\u003E. La ferveur des manifestations qui se d\u00e9roulent dans l'ensemble du pays depuis le 18 octobre n'a pas d\u00e9clin\u00e9, comme l'avait anticip\u00e9 le gouvernement au moment de suspendre la COP25, il y a un mois. \u00c0 Santiago, la capitale, l'air n'est pas plus agr\u00e9able que dans les zones de sacrifice : sur la place Italie, fra\u00eechement renomm\u00e9e place de la Dignit\u00e9 par les manifestantes et les manifestants, l'odeur de gaz lacrymog\u00e8ne est persistante. Tandis qu'au d\u00e9but du mois d'octobre, Sebastian Pi\u00f1era d\u00e9crivait le Chili comme une \u003Ci\u003E\u00ab vraie oasis, avec une d\u00e9mocratie stable \u00bb,\u003C\/i\u003E il semble falloir se rendre \u00e0 l'\u00e9vidence : ce n'\u00e9tait qu'un mirage.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes graffitis qui recouvrent les murs des villes sont \u00e9loquents, tout comme les pancartes install\u00e9es aux fen\u00eatres des maisons ou pr\u00e9sentes dans les manifestations. La crise qui affecte le pays est transversale : elle est sociale, politique, \u00e9conomique, morale, et \u00e9galement environnementale. Alors que cette derni\u00e8re dimension tend \u00e0 \u00eatre cach\u00e9e par les autres, on peut parfois lire, au milieu d'une manifestation ou au d\u00e9tour d'une rue, des messages comme \u003Ci\u003E\u00ab Pas plus de zones de sacrifices \u00bb, \u00ab Le droit humain \u00e0 l'eau est indispensable \u00bb\u003C\/i\u003E, ou \u003Ci\u003E\u00ab Ton oasis est \u00e0 sec \u00bb\u003C\/i\u003E. Dans le contexte de \u003Ca href=\"https:\/\/reporterre.net\/Frappepar-une-secheresse-historique-le-Chili-se-revolte-contre-l-injustice-sociale\"\u003Es\u00e9cheresse historique qui touche le centre du Chili\u003C\/a\u003E, l'acc\u00e8s \u00e0 l'eau est une demande urgente que s'efforcent de rendre visible les environnementalistes. C'est en effet le seul pays au monde qui privatise cette ressource naturelle : le dictateur Augusto Pinochet avait ouvert la voie \u00e0 la vente, la location et la sp\u00e9culation de l'eau, par le biais de la Constitution de 1980, toujours en vigueur.\u003C\/p\u003E\u003Cfigure\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_165532_a95c4a.jpg\" \/\u003E\u003Cfigcaption\u003E\u003Cb\u003EAu d\u00e9tour d'une maison de Valparaiso : \u00ab Le droit humain \u00e0 l'eau est indispensable pour une vie digne \u00bb ; \u00ab Nouvelle Constitution \u00bb ; \u00ab Lutter jusqu'\u00e0 la dignit\u00e9 \u00bb.\u003C\/b\u003E\u003C\/figcaption\u003E\u003C\/figure\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003E\u00ab Qu'il y ait beaucoup de fleurs, mais un seul jardin \u00bb\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EOr, cette situation pourrait bient\u00f4t changer. Le 10 novembre, le gouvernement a annonc\u00e9 \u003Ci\u003E\u00ab s'\u00eatre mis d'accord pour se mettre en chemin vers une nouvelle Constitution \u00bb\u003C\/i\u003E. Bien que le Congr\u00e8s constituant propos\u00e9 par l'ex\u00e9cutif soit majoritairement critiqu\u00e9 par la soci\u00e9t\u00e9 civile, notamment pour la faible repr\u00e9sentation qu'il permettra aux minorit\u00e9s, c'est l'occasion de faire bouger les lignes. Jorge Coloma, responsable du Forum parall\u00e8le de la soci\u00e9t\u00e9 civile, insiste : \u003Ci\u003E\u00ab En tant qu'organisations, nous devons coordonner nos actions, qu'il y ait beaucoup de fleurs, mais un seul jardin \u00bb,\u003C\/i\u003E lance-t-il, sourire aux l\u00e8vres. L'objectif du Forum parall\u00e8le est en effet de pr\u00e9senter un plan d'action de justice climatique, destin\u00e9 \u00e0 attaquer conjointement les diff\u00e9rents aspects responsables de la crise climatique.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPour lui, l'\u00e9ducation populaire est un \u00e9l\u00e9ment clef dans le processus constituant qui s'est mis en place : \u003Ci\u003E\u00ab Nous cherchons \u00e0 sensibiliser l'ensemble de la soci\u00e9t\u00e9 dans le but d'avoir des mod\u00e8les de pens\u00e9e distincts, notamment une vision du monde qui ne soit pas anthropocentrique \u00bb,\u003C\/i\u003E explique-t-il. Et le processus sera long, \u003Ci\u003E\u00ab \u00e0 l'image des n\u00e9gociations de la COP, qui ont d\u00e9but\u00e9 il y a un quart de si\u00e8cle \u00bb\u003C\/i\u003E. Cela dit, des initiatives \u00e9ducatives ont d\u00e9j\u00e0 \u00e9t\u00e9 mises en place, telles que l'universit\u00e9 socioenvironnementale de Cerrillos, une commune situ\u00e9e au sud-ouest de Santiago. Durant un mois, des cours \u00e0 th\u00e9matiques environnementales et \u00e9cologiques ont \u00e9t\u00e9 offerts \u00e0 toute personne souhaitant s'y inscrire. \u003Ci\u003E\u00ab Malgr\u00e9 les probl\u00e8mes de locomotion qui ont surgi avec la mobilisation sociale, la r\u00e9ception a \u00e9t\u00e9 tr\u00e8s bonne \u00bb,\u003C\/i\u003E confie Ezio Costa.\u003C\/p\u003E\u003Cfigure\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_165532_74096f.jpg\" \/\u003E\u003Cfigcaption\u003E\u003Cb\u003E\u00c0 la Cumbre de los Pueblos, \u00e0 Santiago le 3 d\u00e9cembre 2019.\u003C\/b\u003E\u003C\/figcaption\u003E\u003C\/figure\u003E\u003Cp\u003ETant et si bien que la Scac a pour ambition de cr\u00e9er une universit\u00e9 socioenvironnementale itin\u00e9rante, qui se r\u00e9aliserait dans diff\u00e9rents secteurs de la capitale. Finalement, tandis que la non-r\u00e9alisation de la COP25 au Chili a ferm\u00e9 la porte \u00e0 la discussion avec le gouvernement, l'annonce d'une nouvelle Constitution en a ouvert une autre, par laquelle se sont d'ores et d\u00e9j\u00e0 engouffr\u00e9es les organisations sociales et environnementales. Le nouveau pacte social annonc\u00e9 par le gouvernement n'est pas suffisant \u00e0 leurs yeux, tel que l'affirme Jorge Coloma : \u003Ci\u003E\u00ab Nous voulons un pacte social et environnemental qui nous permette de vivre dans une soci\u00e9t\u00e9 plus juste. \u00bb\u003C\/i\u003E C'est-\u00e0-dire, une soci\u00e9t\u00e9 o\u00f9 tout le monde aurait acc\u00e8s \u00e0 l'eau et o\u00f9 les politiques n\u00e9olib\u00e9rales ne l'emporteraient pas sur les droits humains.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/reporterre.net\/Chili-meme-sans-la-COP-les-ecolos-se-mobilisent\"\u003Ereporterre.net\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}