{"167218":{"id":"167218","parent":"166202","time":"1578581806","url":"http:\/\/www.investigaction.net\/fr\/nous-sommes-ceux-qui-feront-se-lever-laube\/","category":"Justice","title":"\u00ab Nous sommes ceux qui feront se lever l'aube \u00bb","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_167218_186cf5.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"nous-sommes-ceux-qui-feront-se-lever-l-aube","admin":"newsnet","views":"145","priority":"4","length":"13695","lang":"fr","content":"\u003Cp\u003E09 Jan 2020\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EArticle de : \u003Ca href=\"https:\/\/www.investigaction.net\/fr\/author\/vijay-prashad\"\u003EVijay Prashad\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca onclick=\"SaveBf('photo_newsnet*167218*186cf5(dot)jpg_950_534_')\"\u003E\u003Cimg src=\"https:\/\/www.investigaction.net\/wp-content\/uploads\/2020\/01\/1.-Vyshakh-T-Aishe-Ghosh-student-leader-Delhi-9-December-2019-640x360.jpg\" \/\u003E\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EDes millions de personnes manifestent en Inde. Un vent de protestation qui donne \u00e9cho aux nombreuses autres mobilisations qui ont vu le jour un peu partout dans le monde, du Chili \u00e0 la France en passant par l'Alg\u00e9rie, Ha\u00efti ou l'\u00c9quateur. Si chaque mouvement a ses sp\u00e9cificit\u00e9s, l'aspiration \u00e0 des conditions de vie meilleure unit les masses de manifestants. La tendance ne devrait pas faiblir. Et pour cause, comme le pointe Vijay Prashad, le capitalisme ne peut pas fournir ce que la d\u00e9mocratie implique. Les politiques d'aust\u00e9rit\u00e9 n\u00e9olib\u00e9rales ont en effet entra\u00een\u00e9 une crise de la d\u00e9mocratie lib\u00e9rale, avec pour cons\u00e9quences\u003C\/b\u003E une ins\u00e9curit\u00e9 \u00e9conomique \u00e9lev\u00e9e et une col\u00e8re croissante contre le syst\u00e8me. Prashad a bien cern\u00e9 le probl\u00e8me et r\u00e9sume la contradiction profonde qui traverse notre \u00e9poque. (IGA)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EBrusquement, dans toutes les r\u00e9gions de l'Inde, des gens ordinaires non affili\u00e9s aux partis politiques de la gauche indienne, sont descendus dans la rue pour exiger le retrait d'une \u003Ca href=\"https:\/\/www.epw.in\/journal\/2019\/49\/editorials\/interrogating-citizenship-amendment-bill.html\"\u003Eloi\u003C\/a\u003E fasciste qui ferait des musulmans des \u00ab non-citoyens \u00bb. Cette \u003Ca href=\"https:\/\/www.newsclick.in\/people-take-streets-challenge-modis-bigoted-dishonest-govt\"\u003Eimmense vague\u003C\/a\u003E grossit m\u00eame lorsque le gouvernement essaie de d\u00e9clarer que les manifestations sont ill\u00e9gales, et m\u00eame lorsque le gouvernement ferme l'Internet. Jusqu'\u00e0 pr\u00e9sent, vingt personnes ont \u00e9t\u00e9 tu\u00e9es par les forces de l'ordre. Rien n'a arr\u00eat\u00e9 les gens, qui ont d\u00e9clar\u00e9 haut et fort qu'ils n'accepteraient pas d'\u00eatre \u00e9touff\u00e9s par l'extr\u00eame-droite. La population continue \u00e0 se soulever de mani\u00e8re massive et impr\u00e9vue.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa d\u00e9mocratie a \u00e9t\u00e9 encha\u00een\u00e9e par le pouvoir capitaliste. Si la souverainet\u00e9 n'\u00e9tait qu'une question de nombre, les ouvriers et les paysans, les pauvres des villes et les jeunes seraient repr\u00e9sent\u00e9s par des gens qui font passer leurs int\u00e9r\u00eats en premier et seraient capables d'avoir la ma\u00eetrise sur le fruit de leur travail. La d\u00e9mocratie promet que les gens pourront contr\u00f4ler leur destin\u00e9e. Le capitalisme, d'autre part, est structur\u00e9 pour permettre aux capitalistes - les d\u00e9tenteurs de la propri\u00e9t\u00e9 - d'avoir le pouvoir sur l'\u00e9conomie et la soci\u00e9t\u00e9. Du point de vue du capitalisme, il n'est pas possible de permettre tout ce que la d\u00e9mocratie implique. Si la d\u00e9mocratie obtenait ce qu'elle veut, les moyens de produire la richesse seraient d\u00e9mocratis\u00e9s ; ce serait un attentat contre la propri\u00e9t\u00e9, et c'est pourquoi la d\u00e9mocratie est restreinte.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes syst\u00e8mes d\u00e9mocratiques lib\u00e9raux se d\u00e9veloppent autour de l'\u00c9tat, mais on ne peut pas permettre que ces syst\u00e8mes deviennent \u003Ci\u003Etrop d\u00e9mocratiques\u003C\/i\u003E. Ils doivent \u00eatre frein\u00e9s par l'appareil r\u00e9pressif d'\u00c9tat, qui pr\u00e9tend limiter la d\u00e9mocratie au nom de \u00ab la loi et l'ordre \u00bb, ou la s\u00e9curit\u00e9. La s\u00e9curit\u00e9, ou \u00ab la loi et l'ordre \u00bb deviennent des barri\u00e8res contre la pleine d\u00e9mocratie. Plut\u00f4t que de dire que la d\u00e9fense de la propri\u00e9t\u00e9 est le but de l'\u00c9tat, on dit que son but est de maintenir l'ordre, qui revient \u00e0 faire passer les pratiques d\u00e9mocratiques les plus \u00e9tendues pour de la d\u00e9linquance et de la criminalit\u00e9. Demander la fin de l'appropriation priv\u00e9e de la richesse sociale - qui est elle-m\u00eame du vol - est appel\u00e9 vol ; ce sont les socialistes, et non les capitalistes, qui sont d\u00e9finis comme des criminels, non contre la Propri\u00e9t\u00e9, mais contre la D\u00e9mocratie.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPar ce tour de passe-passe, par le financement des m\u00e9dias priv\u00e9s et d'autres institutions, la bourgeoisie est en mesure de montrer de mani\u00e8re convaincante que c'est \u003Ci\u003Eelle\u003C\/i\u003E qui est le d\u00e9fenseur de la d\u00e9mocratie ; elle en vient donc \u00e0 la d\u00e9finir comme se r\u00e9duisant exclusivement aux \u00e9lections et \u00e0 la libert\u00e9 de la presse - qui peuvent \u00eatre achet\u00e9es comme n'importe quelle autre marchandise - et non comme la d\u00e9mocratisation de la soci\u00e9t\u00e9 et de l'\u00e9conomie. Les relations \u00e9conomiques et sociales sont exclues de la dynamique de la d\u00e9mocratie. Les syndicats - l'instrument pour la d\u00e9mocratisation des relations \u00e9conomiques - sont discr\u00e9dit\u00e9s ouvertement et leurs droits sont restreints ; les mouvements sociaux et politiques sont caricatur\u00e9s et des ONG \u00e9mergent, qui r\u00e9duisent souvent leur programme \u00e0 de petites r\u00e9formes plut\u00f4t que de contester les rapports de propri\u00e9t\u00e9.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe mur qui s\u00e9pare les \u00e9lections de l'\u00e9conomie, r\u00e9duisant la politique aux \u00e9lections et emp\u00eachant la d\u00e9mocratisation de l'\u00e9conomie, donne un sentiment de futilit\u00e9. La crise du cadre repr\u00e9sentatif de la d\u00e9mocratie lib\u00e9rale en est l'illustration. La baisse de la participation \u00e9lectorale est un sympt\u00f4me, mais il y a aussi l'utilisation cynique de l'argent et des m\u00e9dias pour d\u00e9placer l'attention de toute discussion substantielle sur les probl\u00e8mes \u003Ci\u003Er\u00e9els\u003C\/i\u003E vers des probl\u00e8mes \u003Ci\u003Eimaginaires\u003C\/i\u003E, la faire passer de la d\u00e9couverte de questions communes aux dilemmes sociaux \u00e0 l'invention de faux probl\u00e8mes sur la soci\u00e9t\u00e9. L'utilisation de questions sociales qui divisent permet de d\u00e9tourner l'attention de la faim et du d\u00e9sespoir. C'est ce que le philosophe marxiste Ernst Bloch a appel\u00e9 \u00ab l'escroquerie de l'\u00e9panouissement \u00bb. Le b\u00e9n\u00e9fice de la production sociale, \u00e9crit Bloch, \u00ab est r\u00e9colt\u00e9 par la couche sup\u00e9rieure des grands capitalistes, qui utilise les r\u00eaves gothiques contre les r\u00e9alit\u00e9s prol\u00e9tariennes \u00bb. L'industrie du divertissement \u00e9rode la culture prol\u00e9tarienne avec l'acide d'aspirations qui ne peuvent pas \u00eatre satisfaites dans le syst\u00e8me capitaliste. Mais ces aspirations sont suffisantes pour \u00e9carter tout projet de la classe ouvri\u00e8re.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl est dans l'int\u00e9r\u00eat de la bourgeoisie de d\u00e9truire tout projet des classes ouvri\u00e8re et paysanne. Elle peut le faire par la violence, la loi, \u00ab l'escroquerie de l'\u00e9panouissement \u00bb, notamment par la cr\u00e9ation d'aspirations au sein du capitalisme qui d\u00e9truisent le programme politique visant \u00e0 une soci\u00e9t\u00e9 post-capitaliste. Les partis de la classe ouvri\u00e8re et de la paysannerie sont ridiculis\u00e9s pour leur \u00e9chec \u00e0 cr\u00e9er une utopie dans les limites du capitalisme ; ils sont moqu\u00e9s pour leurs projets d\u00e9cr\u00e9t\u00e9s irr\u00e9alistes. L'escroquerie de l'\u00e9panouissement, les r\u00eaves gothiques sont consid\u00e9r\u00e9s comme r\u00e9alistes, alors que la n\u00e9cessit\u00e9 du socialisme est pr\u00e9sent\u00e9e comme irr\u00e9aliste.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'ordre bourgeois a cependant un probl\u00e8me. La d\u00e9mocratie exige un soutien de masse. Pourquoi les masses soutiendraient-elles des partis dont le programme ne satisfait pas les besoins imm\u00e9diats de la classe ouvri\u00e8re et de la paysannerie ? C'est l\u00e0 que la culture et l'id\u00e9ologie jouent un r\u00f4le important. \u00ab L'escroquerie de l'accomplissement \u00bb est une autre mani\u00e8re de penser l'h\u00e9g\u00e9monie - la fa\u00e7on dont la conscience sociale de la classe ouvri\u00e8re et de la paysannerie est fa\u00e7onn\u00e9e uniquement par leurs exp\u00e9riences, ce qui leur permet de reconna\u00eetre l'escroquerie, mais \u00e9galement par l'id\u00e9ologie de la classe dominante qui s'insinue dans leur conscience par le biais des m\u00e9dias, des institutions \u00e9ducatives et des formations religieuses.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'escroquerie grandit encore lorsque les structures de base du bien-\u00eatre social - impos\u00e9es aux gouvernements par les peuples - sont d\u00e9bit\u00e9es en petits morceaux. Pour att\u00e9nuer la duret\u00e9 de l'in\u00e9galit\u00e9 sociale r\u00e9sultant de l'appropriation priv\u00e9e de la richesse sociale par la bourgeoisie, l'\u00c9tat est contraint par le peuple de mettre en place des programmes sociaux - la sant\u00e9 publique et des \u00e9coles, ainsi que des programmes de protection sociale pour les indigents et les travailleurs pauvres. Si ces programmes ne sont pas accessibles, les gens commenceront \u00e0 mourir en grand nombre dans les rues, ce qui remettrait en question \u00ab l'escroquerie de l'\u00e9panouissement \u00bb. Mais, cons\u00e9quence de la crise de rentabilit\u00e9 \u00e0 long terme, ces programmes ont \u00e9t\u00e9 supprim\u00e9s au cours de ces derni\u00e8res d\u00e9cennies. Le r\u00e9sultat de cette crise de la d\u00e9mocratie lib\u00e9rale due \u00e0 la politique d'aust\u00e9rit\u00e9 n\u00e9olib\u00e9rale est une ins\u00e9curit\u00e9 \u00e9conomique \u00e9lev\u00e9e et une col\u00e8re croissante contre le syst\u00e8me. La crise de la rentabilit\u00e9 devient une crise de l\u00e9gitimit\u00e9 politique.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa d\u00e9mocratie est un jeu de nombres. Les oligarchies sont contraintes, par la mise en place de syst\u00e8mes d\u00e9mocratiques, de respecter le fait que les masses doivent participer \u00e0 la vie politique. Les masses doivent \u00eatre politiques, mais - du point de vue de la bourgeoisie - elles ne doivent pas \u00eatre autoris\u00e9es \u00e0 contr\u00f4ler la dynamique politique ; elles doivent \u00eatre politiques et d\u00e9politis\u00e9es en m\u00eame temps. Elles doivent \u00eatre suffisamment agit\u00e9es, mais pas au point de remettre en cause la fine membrane qui prot\u00e8ge l'\u00e9conomie et la soci\u00e9t\u00e9 de la d\u00e9mocratie. Une fois que cette membrane est d\u00e9chir\u00e9e, la fragile l\u00e9gitimit\u00e9 capitaliste prend fin. La d\u00e9mocratie ne peut pas \u00eatre permise dans l'ar\u00e8ne de l'\u00e9conomie et de la soci\u00e9t\u00e9 ; elle doit rester au niveau politique, o\u00f9 elle doit \u00eatre limit\u00e9e aux processus \u00e9lectoraux.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes r\u00e9gimes d'aust\u00e9rit\u00e9 nuisent \u00e0 la vie des masses. On ne peut pas leur faire croire qu'elles ne souffrent pas des restrictions et du ch\u00f4mage. L'aust\u00e9rit\u00e9 dissipe le brouillard de l'illusion ; l'escroquerie de l'accomplissement n'est plus aussi convaincante qu'elle l'\u00e9tait avant les coupes op\u00e9r\u00e9es dans les biens de premi\u00e8re n\u00e9cessit\u00e9. La bourgeoisie pr\u00e9f\u00e8re que les gens soient regroup\u00e9s en \u00ab masses \u00bb plut\u00f4t qu'en \u00ab classes \u00bb, en groupes d'int\u00e9r\u00eats indistincts et conflictuels qui peuvent \u00eatre fa\u00e7onn\u00e9s en fonction du cadre cr\u00e9\u00e9 par la bourgeoisie plut\u00f4t que par leurs propres positions et leurs int\u00e9r\u00eats de classe. Alors que les n\u00e9olib\u00e9raux voient leur projet politique s'\u00e9puiser tandis que leurs r\u00eaves d'accomplissement autour de termes tels que \u00ab l'esprit d'entreprise \u00bb se transforment en cauchemars de ch\u00f4mage et de faillite, l'extr\u00eame-droite \u00e9merge comme le champion du moment.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'extr\u00eame-droite ne s'int\u00e9resse pas aux complexit\u00e9s du moment. Elle s'attaque aux principaux probl\u00e8mes sociaux - le ch\u00f4mage et l'ins\u00e9curit\u00e9 - mais elle ne prend pas en compte le contexte de ces probl\u00e8mes ni ne se penche s\u00e9rieusement sur les contradictions effectives qui doivent \u00eatre abord\u00e9es pour que les gens puissent les surmonter. La vraie contradiction est entre le caract\u00e8re social du travail et l'accumulation priv\u00e9e ; la crise du ch\u00f4mage ne peut \u00eatre r\u00e9solue que si cette contradiction est d\u00e9pass\u00e9e au nom du travail social. Comme c'est innommable pour la bourgeoisie, elle ne cherche plus \u00e0 r\u00e9soudre la contradiction mais met en place une strat\u00e9gie de leurre par substitution - on peut parler du ch\u00f4mage, par exemple, mais il n'est pas n\u00e9cessaire d'en accuser le capital priv\u00e9 ; au contraire, il faut accuser les immigr\u00e9s ou d'autres boucs \u00e9missaires.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPour pratiquer cette strat\u00e9gie, l'extr\u00eame-droite doit aller \u00e0 l'encontre d'un autre courant de pens\u00e9e du lib\u00e9ralisme classique : la protection des minorit\u00e9s. Les Constitutions d\u00e9mocratiques ont toutes \u00e9t\u00e9 conscientes de la \u00ab tyrannie de la majorit\u00e9 \u00bb, mettant des limites \u00e0 ce pouvoir de la majorit\u00e9 au moyen de lois et de r\u00e8glements qui prot\u00e8gent les droits et les cultures des minorit\u00e9s. Ces lois et ces r\u00e8glements ont \u00e9t\u00e9 essentiels \u00e0 l'\u00e9largissement de la d\u00e9mocratie de la soci\u00e9t\u00e9. Cependant la \u003Ci\u003Ed\u00e9mocratie\u003C\/i\u003E de l'extr\u00eame-droite n'est pas bas\u00e9e sur ces protections mais sur leur destruction. Elle cherche \u00e0 enflammer la majorit\u00e9 contre la minorit\u00e9 afin d'amener les masses \u00e0 ses c\u00f4t\u00e9s, mais pas de permettre les classes en leur sein de d\u00e9velopper leur propre politique. L'extr\u00eame-droite n'est pas fid\u00e8le aux traditions et aux r\u00e8gles de la d\u00e9mocratie lib\u00e9rale. Elle utilisera les institutions tant que celles-ci sont utiles, empoisonnant la culture du lib\u00e9ralisme, qui avait d'importantes limites, mais qui au moins accordait un espace \u00e0 la contestation politique. Cet espace se restreint aujourd'hui tandis qu'une d\u00e9fense violente de l'extr\u00eame-droite est de plus en plus l\u00e9gitim\u00e9e.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes minorit\u00e9s sont priv\u00e9es de leurs droits au nom de la d\u00e9mocratie ; la violence est lib\u00e9r\u00e9e au nom des sentiments de la majorit\u00e9. La citoyennet\u00e9 est limit\u00e9e et r\u00e9duite aux d\u00e9finitions de la majorit\u00e9 ; on dit aux gens d'accepter la culture de la majorit\u00e9. C'est ce que le gouvernement BJP (du parti Bharatiya Janata) a fait en Inde avec l'amendement \u00e0 la loi sur la citoyennet\u00e9 de 2019. C'est ce que le peuple rejette.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPar l'escroquerie du pouvoir de la majorit\u00e9, l'extr\u00eame-droite peut appara\u00eetre comme d\u00e9mocratique quand elle agit pour prot\u00e9ger la membrane qui s\u00e9pare la politique (au sens purement \u00e9lectoral) et la soci\u00e9t\u00e9 ainsi que l'\u00e9conomie. La protection de cette membrane est essentielle, l'abolition de toute extension potentielle de la d\u00e9mocratie dans la soci\u00e9t\u00e9 et l'\u00e9conomie \u00e9tant interdite. La fiction de la d\u00e9mocratie est maintenue tandis que la promesse de d\u00e9mocratie est \u00e9vacu\u00e9e.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EC'est cette promesse qui fait descendre les peuples dans les rues en Inde, au Chili, en \u00c9quateur, en Ha\u00efti et ailleurs.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EVijay Prashad, historien, journaliste et commentateur indien, est directeur de Tricontinental: Institute for Social Research et r\u00e9dacteur en chef de Left Word Books.\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003ECet article a \u00e9t\u00e9 publi\u00e9 en anglais par\u003C\/i\u003E \u003Ca href=\"http:\/\/thetricontinental.org\"\u003ETricontinental: Institute for Social Research\u003C\/a\u003E.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ETraduit par Diane Gilliard pour \u003Ca href=\"https:\/\/www.investigaction.net\/fr\/nous-sommes-ceux-qui-feront-se-lever-laube\"\u003EInvestig'Action\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.investigaction.net\/fr\/nous-sommes-ceux-qui-feront-se-lever-laube\/\"\u003Einvestigaction.net\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}