{"167358":{"id":"167358","parent":"166904","time":"1578870672","url":"http://www.mondialisation.ca/leurope-face-a-la-mort-de-qassem-soleimani/5640480","category":"documentaires","title":"L'Europe face à la mort de Qassem Soleimani","lead_image_url":"http://newsnet.fr/img/","hub":"newsnet","url-explicit":"l-europe-face-a-la-mort-de-qassem-soleimani","admin":"newsnet","views":"29","priority":"2","length":"6235","lang":"fr","content":"<img src="http://newsnet.fr//img/newsnet_167358_fc3a1e.png" /><p><i>Le 02 janvier 2020, l'armée américaine a, sur ordre direct du président Donald Trump, lâchement assassiné le général iranien Qassem Soleimani, et le vice-président du Hached Al-Chaabi Abou Mahdi Al-Mouhandis, ainsi que plusieurs de leurs compagnons, dans les environs de l'aéroport de Bagdad en Irak. Le monde entier a vivement réagi, pendant que l'Europe est restée quasiment silencieuse, donnant l'impression d'être embarrassée par ce qu'il venait de se produire.</i></p><p>Toutefois, sans trop tarder, le 5 janvier le président français Emmanuel Macron s'est entretenu avec son homologue américain, faisant part de son entière solidarité avec les alliés, en l'occurrence avec les États-Unis. Pendant que Moscou et la Chine présentaient leurs condoléances aux peuples et dirigeants Iraniens et Irakiens en rappelant les fondamentaux, tels que l'appel à la retenue de tous les acteurs, y compris les États-Unis.</p><p>Il convient de préciser que depuis son arrivée à la Maison Blanche, Donald Trump n'a jamais traité les Européens comme de vrais alliés. Ceci s'est illustré à plusieurs reprises et très récemment par l'opération «Source de paix» lancée au nord-est de la Syrie par le président turc Recep Tayyip Erdogan en concertation avec le président Trump, sans se référer aux alliés, notamment Européens.</p><p>Le 6 janvier les chefs de l'exécutif français, britannique et allemand publiaient un communiqué dans lequel ils reprochaient encore une fois le soi-disant rôle négatif joué par l'Iran au Moyen-Orient. Cela signifie tout simplement que les principaux pays européens persistent toujours dans leur logique de déni de la réalité, de soumission sans condition aux États-Unis et de manque de lucidité, ainsi que d'une vision politique juste.</p><p>Le raid américain contre le général Qassem Soleimani est venu également capoter tous les espoirs européens de négociations avec l'Iran autour de l'accord nucléaire, ou encore autour de sa puissance balistique. Donald Trump a enterré à jamais toutes les initiatives européennes visant une éventuelle solution diplomatique avec l'Iran. Il a encore une fois causé d'énormes torts à ses alliés Européens. Néanmoins, ceci s'inscrit indirectement dans le registre de la guerre déclarée par Donald Trump contre le vieux continent.</p><p>Donald Trump tente de trainer tout le monde vers une guerre généralisée au Moyen-Orient, voir dans le monde, pour des intérêts politiques et électoraux qui lui sont propres.</p><p>Toutefois, les réponses de l'Iran à l'assassinat du général Qassem Soleimani sont multiples et diverses. Ni les États-Unis, ni l'Europe, ni même l'ensemble des pays de l'OTAN pourront assimiler les représailles iraniennes.</p><p>Les dirigeants iraniens ont tout d'abord pris la décision d'enrichir l'uranium autant que leur besoin l'exige, tout en collaborant comme toujours avec l'Agence Internationale pour l'énergie atomique (AIEA).</p><p>Le chef de la diplomatie européenne Joseph Borrell a exprimé le 6 janvier son regret au sujet de la décision iranienne. Toutefois, ce qu'oublie M. Borrell est que l'administration Trump n'a laissé aucun choix à l'Iran et il est normal que cette dernière &oelig;uvre pour sa protection et pour la défense de sa souveraineté.</p><p>Cependant, une autre réponse a eu lieu dans la nuit du 7 au 8 janvier 2020 se traduisant par le bombardement depuis le territoire iranien des deux plus grandes bases militaires américaines en Irak, Ain Al-Asad et Erbil.</p><p>Il est nécessaire de préciser que d'un point de vue militaire, le système de défense et des radars américains les plus performants au monde ont révélé une grave défaillance technologique face aux missiles iraniens, chose qui fait réfléchir le Pentagone américain avant toutes éventuelles confrontations directes avec l'Iran.</p><p>Les britanniques ont été les premiers a condamné fermement les frappes iraniennes contre les bases militaires américaines en Irak, qualifiant cela d'irraisonnable et dangereux. Cependant, les Britanniques refusent toujours d'admettre que la dangerosité provient en premier lieu de leur allié étatsunien, de son comportement politique et de son arrogance sans nom.</p><p>Quant à la France qui semble être la cheville ouvrière dans les tentatives du rapprochement entre l'Iran et les États-Unis, elle a condamné les frappes iraniennes par la voie de son ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, considérant que «ces frappes visaient en premier lieu la coalition internationale qui combat Daech». Toutefois, de quel combat parle la France&nbsp;? Donald Trump chef suprême de cette coalition a déclaré qu'il en a fini avec «Daech». À titre d'exemple, cette même coalition internationale a fait plus de victime parmi les civils syriens dans la région de Deir Ez-Zor que les terroristes eux-mêmes.</p><p>L'Allemagne a condamné au même titre que la France et l'Angleterre les frappes iraniennes contre les bases militaires américaines et le chef de la diplomatie européenne Joseph Borrell a exprimé également son regret, appelant à maitriser l'escalade de la violence afin d'éviter toutes confrontations.</p><p>Pour conclure, nous constatons que les Européens adoptent toujours la mauvaise stratégie, celle de rester liés corps et âmes aux États-Unis qui les traitent comme des vassaux et non pas comme de vrais alliés.</p><p>Cette soumission littérale des européens à la volonté des États-Unis nuit fortement à leurs intérêts stratégiques dans le monde en général et au Moyen-Orient en particulier.</p><p>Les déclarations des Européens envers l'Iran révèlent qu'ils ont, et depuis très longtemps, pris le même choix que les américains, mais ils divergent avec eux sur l'application.</p><p>Il est regrettable que l'Europe rate une occasion historique que lui offre le contexte actuel et indirectement l'Iran, afin de tenter d'échapper à l'hégémonie américaine. Cependant, il paraît que les européens se complaisent dans cette démarche qui les pousse au bord du gouffre.</p><p>La source originale de cet article est <a href="https://www.french.alahednews.com.lb/33927/324">french.alahednews.com.lb</a><br /> Copyright © <a href="https://www.mondialisation.ca/author/antoine-charpentier">Antoine Charpentier</a>, <a href="https://www.french.alahednews.com.lb/33927/324">french.alahednews.com.lb</a>, 2020</p><p><a href="http://www.mondialisation.ca/leurope-face-a-la-mort-de-qassem-soleimani/5640480">mondialisation.ca</a></p>"}}