{"167383":{"id":"167383","parent":"0","time":"1578910713","url":"http:\/\/histoireetsociete.wordpress.com\/2020\/01\/13\/les-mirages-de-la-democratie-par-sergei-kojemiakine-observateur-politique-de-la-pravda\/","category":"documentaires","title":"Les mirages de la d\u00e9mocratie, par Sergei Kojemiakine, observateur politique de la Pravda","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_167383_65ba60.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"les-mirages-de-la-democratie-par-sergei-kojemiakine-observateur-politique-de-la-pravda","admin":"newsnet","views":"74","priority":"2","length":"14670","lang":"fr","content":"\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_167383_65ba60.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003ENo 1 (30933) 10-13 janvier 2020\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/kpu.life\/ru\/94949\/myrazhy_demokratyy\"\u003Ekpu.life\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'annonce des r\u00e9sultats de l'\u00e9lection pr\u00e9sidentielle n'a pas stabilis\u00e9 la situation politique int\u00e9rieure en Afghanistan. Le pays reste l'otage des int\u00e9r\u00eats \u00e9trangers et est utilis\u00e9 par les \u00c9tats-Unis pour perturber les projets de transport et d'infrastructure sous les auspices de la Chine.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EDes voix disparues\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes \u00e9lections en Afghanistan \u00e0 n'importe quel niveau sont toujours synonymes de crise aigu\u00eb. Elles donnent lieu \u00e0 de nombreux scandales, rassemblements et affrontements, sans compter les attaques des talibans qui tentent de perturber chaque campagne \u00e9lectorale. Sans surprise, le transfert automatique des proc\u00e9dures lib\u00e9rales-d\u00e9mocratiques, que l'on pr\u00e9sentait comme une panac\u00e9e, n'a pas \u00e9t\u00e9 un succ\u00e8s. Les tentatives de correction de ce m\u00e9canisme sont \u00e9galement inutiles, comme l'ont prouv\u00e9 les r\u00e9centes \u00e9lections pr\u00e9sidentielles.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EElles se sont d\u00e9roul\u00e9es, rappelons-le, en septembre de l'ann\u00e9e derni\u00e8re. Leur nouveaut\u00e9 aurait d\u00fb \u00eatre la transparence et l'ouverture. Du moins, selon les autorit\u00e9s afghanes, qui ont achet\u00e9 en Allemagne des appareils pour l'enregistrement biom\u00e9trique des \u00e9lecteurs. Mais le miracle ne s'est pas produit. La prouesse technique n'a pas pu arr\u00eater la lutte des factions et des clans, ni les marchandages secrets, ni l'intervention d'acteurs ext\u00e9rieurs, qui sont les v\u00e9ritables leviers de la politique afghane.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPar cons\u00e9quent, il est tout \u00e0 fait compr\u00e9hensible que 2.300 appareils se soient r\u00e9v\u00e9l\u00e9s d\u00e9fectueux le jour du scrutin, et que les employ\u00e9s de nombreux bureaux de vote n'avaient pas \u00e9t\u00e9 form\u00e9s pour travailler avec l'\u00e9quipement. Environ deux cents appareils ont compl\u00e8tement disparu sans laisser de trace lors de leur livraison dans la capitale. En cons\u00e9quence, avec un taux de participation officiel de 2,7 millions de personnes, seulement 1,9 million ont fait l'objet d'un enregistrement biom\u00e9trique.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EMais ce n'\u00e9tait que le d\u00e9but d'un long feuilleton. Les repr\u00e9sentants de la soci\u00e9t\u00e9 allemande ayant fourni l'\u00e9quipement ont r\u00e9v\u00e9l\u00e9 de nombreuses irr\u00e9gularit\u00e9s dans la collecte des donn\u00e9es. Les plus courantes \u00e9tant l'utilisation de fausses photographies et l'inscription des \u00e9lecteurs avant ou apr\u00e8s le jour du scrutin. Il y a eu pr\u00e8s de 300 000 de ces votes douteux, mais la plupart ont finalement \u00e9t\u00e9 compt\u00e9s.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECela a mis en col\u00e8re les candidats de l'opposition qui ont accus\u00e9 la Commission \u00e9lectorale ind\u00e9pendante (NEC) de travailler pour le pr\u00e9sident sortant Ashraf Ghani. Des milliers de manifestations ont eu lieu \u00e0 Kaboul et dans d'autres villes. Les partisans de l'opposition ont \u00e9galement boycott\u00e9 le recomptage annonc\u00e9 dans un tiers des bureaux de vote. Selon eux, sous couvert de ce processus, le gouvernement entendait proc\u00e9der \u00e0 de nouvelles falsifications. Des incidents tels que la p\u00e9n\u00e9tration de forces sp\u00e9ciales dans le centre d'information de la NEC n'ont pas contribu\u00e9 \u00e0 instaurer la confiance. Selon les explications des officiels, les combattants avaient \u00e9t\u00e9 autoris\u00e9s \u00e0 entrer pour se r\u00e9chauffer.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPar cons\u00e9quent, les r\u00e9sultats des \u00e9lections publi\u00e9s fin d\u00e9cembre n'ont fait qu'aggraver la scission. Selon la NEC, Ashraf Ghani a gagn\u00e9. Son r\u00e9sultat est de 50,6%, soit 924 000 voix. Le principal opposant au pr\u00e9sident en exercice - le chef de l'ex\u00e9cutif, Abdullah Abdullah - en a re\u00e7u 39,5%. \u00abF\u00e9licitations \u00e0 tout le monde! C'est une victoire nationale! \u00bb, a d\u00e9clar\u00e9 Ghani lors d'une allocution t\u00e9l\u00e9vis\u00e9e aux citoyens. Selon lui, tout le monde devrait accepter les r\u00e8gles du jeu et se plier \u00e0 la loi.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECe dernier souhait \u00e9tait adress\u00e9 aux autres candidats, dont beaucoup n'ont pas accept\u00e9 les donn\u00e9es officielles. \u00ab Notre \u00e9quipe ne reconna\u00eet pas les r\u00e9sultats de ce vote frauduleux \u00bb, a d\u00e9clar\u00e9 Abdullah Abdullah. Il est soutenu par Gulbuddin Hekmatyar et Rahmatulla Nabil, qui ont respectivement occup\u00e9 les troisi\u00e8me et quatri\u00e8me places. Le si\u00e8ge du chef de l'ex\u00e9cutif a fait appel \u00e0 la Cour supr\u00eame, exigeant d'admettre qu'au moins 300 000 voix avaient \u00e9t\u00e9 vol\u00e9es au candidat.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003ESignes de d\u00e9composition\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EMais m\u00eame si ce recours n'est pas pris en compte, la l\u00e9gitimit\u00e9 de Ghani restera atteinte. Tant \u00e0 cause des violations massives, que parce que le pr\u00e9sident exprime la volont\u00e9 d'un petit nombre d'habitants. Avec une population de 37 millions d'habitants, seulement 9,6 millions, soit le quart des citoyens, sont inscrits sur les listes \u00e9lectorales. Parmi eux, moins de 19% sont venus dans les bureaux de vote, et seuls 9,6% ont vot\u00e9 pour Ghani. En d'autres termes, le pr\u00e9sident n'a obtenu le soutien que d'un citoyen sur quarante.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECela signifie un nouvel effondrement de l'\u00e9lite politique, dont les signes sont visibles \u00e0 l'œil nu. En d\u00e9cembre, une op\u00e9ration militaire \u00e0 grande \u00e9chelle a eu lieu \u00e0 Mazar-e-Sharif, le centre administratif de la province septentrionale de Balkh, avec la participation des forces sp\u00e9ciales de l'arm\u00e9e et de l'aviation. La cible de l'attaque n'\u00e9tait pas les islamistes, mais les partisans de Nizamuddin Kaisari. Ancien chef de police de l'un des comt\u00e9s, selon les autorit\u00e9s, il a cr\u00e9\u00e9 sa propre mini-arm\u00e9e, est coupable de meurtres et de corruption. Pendant l'op\u00e9ration, des dizaines de personnes ont \u00e9t\u00e9 tu\u00e9es, mais Kaisari lui-m\u00eame a disparu. Cet incident est particuli\u00e8rement spectaculaire, mais il n'est pas le seul signe des profondes divisions. Kaysari est l'associ\u00e9 le plus proche du vice-pr\u00e9sident Abdul Rashid Dostum, qui, \u00e0 son tour, a \u00e9chapp\u00e9 de justesse \u00e0 son arrestation et est pass\u00e9 dans l'opposition.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAvec l'effondrement probable du soi-disant gouvernement d'unit\u00e9 nationale, dirig\u00e9 par le pr\u00e9sident et Abdullah Abdullah, il y aura davantage de tels conflits. Au milieu de l'assaut continu des talibans *, ils peuvent avoir des cons\u00e9quences fatales. Les positions rebelles au cours de l'ann\u00e9e \u00e9coul\u00e9e se sont encore renforc\u00e9es. Des provinces jadis consid\u00e9r\u00e9es comme relativement calmes (par exemple, Balkh ou Herat), sont d\u00e9sormais plong\u00e9es dans la violence, des affrontements ont lieu dans la banlieue sud de Kaboul Chahar Asyab. Des sites \u00e0 premi\u00e8re vue fortement s\u00e9curis\u00e9s comme le quartier des ambassades dans la capitale ou les bases militaires am\u00e9ricaines sont attaqu\u00e9s.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECes menaces forcent Kaboul \u00e0 des manœuvres d\u00e9sesp\u00e9r\u00e9es, parfois mutuellement exclusives. D'une part, les autorit\u00e9s revendiquent une lutte impitoyable contre l'extr\u00e9misme jusqu'\u00e0 ce qu'il soit compl\u00e8tement vaincu. Il n'y a pas si longtemps, Ghani a annonc\u00e9 une \u00abvictoire compl\u00e8te\u00bb sur \u00abl'\u00c9tat islamique\u00bb *. C'\u00e9tait apr\u00e8s la reddition aux forces de s\u00e9curit\u00e9 de 800 personnes dans la province de Nangarhar. Seulement les deux tiers d'entre eux \u00e9taient des \u00e9pouses et des enfants de combattants, alors que l'effectif total de l'Etat islamique en Afghanistan est estim\u00e9 de trois \u00e0 cinq mille.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ED'un autre c\u00f4t\u00e9, Kaboul appelle les talibans \u00e0 n\u00e9gocier. L'entourage de Ghani a d\u00e9voil\u00e9 une feuille de route en sept points, comprenant un large dialogue pacifique impliquant le gouvernement, les rebelles, les \u00c9tats-Unis et les pays de la r\u00e9gion, ainsi que la lutte contre la corruption, le renforcement des structures du pouvoir, etc. Ce document controvers\u00e9 a \u00e9t\u00e9 rejet\u00e9 par Abdullah Abdullah, sans parler des Am\u00e9ricains qui jouent leur propre jeu.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWashington est motiv\u00e9 par deux facteurs. Le premier est li\u00e9 \u00e0 la prochaine \u00e9lection pr\u00e9sidentielle et au d\u00e9sir de Donald Trump d'appara\u00eetre sous la forme d'un politicien qui tient ses promesses. Parmi celles-ci, rappelons-le, la cessation de la participation aux campagnes militaires \u00e9trang\u00e8res. En d\u00e9cembre, les \u00c9tats-Unis ont repris les n\u00e9gociations avec les talibans, interrompues trois mois plus t\u00f4t. Cela a \u00e9t\u00e9 pr\u00e9c\u00e9d\u00e9 par la visite inattendue de Trump en Afghanistan. Le pr\u00e9sident a rencontr\u00e9 Ashraf Ghani et a visit\u00e9 la base de Bagram, afin de souhaiter aux militaires une bonne f\u00eate de Thanksgiving. \u00abNous nous replions de l'Afghanistan\u00bb, a annonc\u00e9 Trump.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECependant, il existe de grands doutes quant \u00e0 sa sinc\u00e9rit\u00e9. Comme l'a reconnu le secr\u00e9taire am\u00e9ricain \u00e0 la D\u00e9fense, Mark Esper, le Pentagone n'a pas encore l'intention de r\u00e9duire le contingent. Et, a-t-il ajout\u00e9, le retrait des troupes n'aura lieu que lorsque l'Afghanistan cessera d'\u00eatre \u00ab un refuge pour les terroristes qui peuvent frapper les Etats-Unis \u00bb. Le maximum auquel la Maison Blanche se r\u00e9soudra est une r\u00e9duction partielle de sa pr\u00e9sence. Le dialogue avec les talibans, qui appellent au retrait complet des troupes \u00e9trang\u00e8res comme condition pr\u00e9alable \u00e0 un accord de paix, sonne comme un faux pr\u00e9texte.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EDes obstacles au corridor\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ETrump jouera la montre par tous les moyens, abreuvant les rebelles et son propre \u00e9lectorat de promesses, tout en gardant le contr\u00f4le de l'Afghanistan. Il a une autre raison \u00e0 cela. Sa pr\u00e9sence dans le pays est n\u00e9cessaire pour contrecarrer la strat\u00e9gie de la Chine \u00abLa Ceinture et la Route\u00bb. Le volet cl\u00e9 de ce projet est le corridor \u00e9conomique sino-pakistanais (CPEC), qui comprend la pose de milliers de kilom\u00e8tres de routes et de voies ferr\u00e9es, de pipelines, la construction de centrales \u00e9lectriques, ainsi que la cr\u00e9ation du port en eau profonde de Gwadar, qui deviendra le plus grand point de transbordement de la r\u00e9gion.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn octobre de l'ann\u00e9e derni\u00e8re, P\u00e9kin et Islamabad ont annonc\u00e9 le passage \u00e0 la deuxi\u00e8me phase du CPEC. Si le premier \u00e9tait ax\u00e9 sur les infrastructures - une sorte de squelette de d\u00e9veloppement \u00e9conomique, l'accent sera d\u00e9sormais mis sur des projets communs dans l'industrie, l'agriculture et la sph\u00e8re socio-\u00e9conomique. Pour cela, neuf zones \u00e9conomiques sp\u00e9ciales sont en cours de cr\u00e9ation. La premi\u00e8re - \u00ab Allah Iqbal \u00bb dans la province du Punjab - a \u00e9t\u00e9 inaugur\u00e9e le 3 janvier. Le lancement de deux autres est pr\u00e9vu pour avril.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EChacune des zones \u00e9conomiques deviendra un puissant complexe de production territoriale. Allama Iqbal, par exemple, comprendra des entreprises des secteurs l\u00e9ger, alimentaire, pharmaceutique, chimique et m\u00e9tallurgique avec 290 000 emplois. La grande majorit\u00e9 des personnes employ\u00e9es seront des Pakistanais, pour lesquels le syst\u00e8me d'enseignement professionnel est en cours d'am\u00e9lioration. Le ministre pakistanais des Affaires \u00e9trang\u00e8res, Shah Mehmud Qureshi, a qualifi\u00e9 le CPEC de \u00abpriorit\u00e9 absolue du Pakistan\u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECes perspectives effrayent visiblement les \u00c9tats-Unis, qui sont habitu\u00e9s \u00e0 consid\u00e9rer Islamabad comme un satellite ob\u00e9issant et observent avec inqui\u00e9tude la transformation de la Chine en puissance \u00e9conomique mondiale. Pour perturber le CPEC, la m\u00e9thode habituelle pour semer la zizanie a \u00e9t\u00e9 choisie. La sous-secr\u00e9taire d'\u00c9tat am\u00e9ricaine pour l'Asie du Sud et l'Asie centrale, Alice Wells, a fait une d\u00e9claration claire. Selon elle, P\u00e9kin entra\u00eene Islamabad dans une boucle de la dette, et les projets conjoints n'aident pas le Pakistan, mais, interf\u00e9rant avec les r\u00e9formes, ont un impact n\u00e9gatif sur la croissance \u00e9conomique et le niveau de vie. Ne se limitant pas \u00e0 la critique, Wells a exig\u00e9 qu'Islamabad cr\u00e9e les conditions les plus favorables pour les investisseurs am\u00e9ricains.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EHabitu\u00e9s comme ils sont \u00e0 mentir et \u00e0 manipuler les chiffres, les \u00c9tats-Unis sont rest\u00e9s fid\u00e8les \u00e0 eux-m\u00eames. Comme l'a soulign\u00e9 le gouvernement pakistanais, les pr\u00eats repr\u00e9sentent moins de 20% du financement du CPEC par P\u00e9kin. Tout le reste est un investissement direct et des subventions. Dans le m\u00eame temps, Islamabad devra restituer les fonds dans 20 ans, ce qui, tr\u00e8s probablement, ne constituera pas un probl\u00e8me, car la coop\u00e9ration avec la Chine est ax\u00e9e sur le d\u00e9veloppement du secteur r\u00e9el de l'\u00e9conomie. Il faut y ajouter des conditions pr\u00e9f\u00e9rentielles pour les exportations pakistanaises. Le 1er d\u00e9cembre, un accord de libre-\u00e9change est entr\u00e9 en vigueur. Aujourd'hui, Islamabad fournit \u00e0 la Chine plus d'un millier d'articles sans droits de douane.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa politique des investisseurs occidentaux est fondamentalement diff\u00e9rente. Un pr\u00eat du FMI (autant dire, les \u00c9tats-Unis) a \u00e9t\u00e9 conclu l'an dernier pour un montant de 6 milliards de dollars. Le Pakistan doit le rembourser dans les trois ans. De plus, selon les termes des financiers, le pays est contraint de r\u00e9duire les d\u00e9penses budg\u00e9taires, d'augmenter les taxes et les prix du carburant. Ce n'est pas la premi\u00e8re fois que l'Occident essaie d'accuser la Chine de ses propres p\u00e9ch\u00e9s. Par exemple, au Sri Lanka, qui est souvent consid\u00e9r\u00e9 comme une \u00abvictime de l'expansion chinoise\u00bb, P\u00e9kin ne repr\u00e9sente que 10% de la dette ext\u00e9rieure.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWashington ne s'inqui\u00e8te pas seulement du CPEC, mais aussi de la possibilit\u00e9 que des pays voisins le rejoignent. Par exemple, l'Iran, avec qui les relations sont au plus mal. T\u00e9h\u00e9ran a invit\u00e9 la Chine et le Pakistan \u00e0 d\u00e9velopper conjointement le port de Chabahar, en le reliant \u00e0 Gwadar par rail et par ferry. L'Afghanistan a \u00e9galement sign\u00e9 un accord avec P\u00e9kin dans le cadre de la \u00abCeinture et la route\u00bb. L'automne dernier, le troisi\u00e8me cycle de n\u00e9gociations entre P\u00e9kin, Islamabad et Kaboul sur l'adh\u00e9sion du pays au CPEC a eu lieu. Le premier projet \u00e0 grande \u00e9chelle pourrait \u00eatre la construction de l'autoroute Peshawar-Kaboul. Soit dit en passant, la liaison ferroviaire de fret entre l'Afghanistan et la Chine a d\u00e9j\u00e0 \u00e9t\u00e9 \u00e9tablie. Le 30 d\u00e9cembre, le Tadjikistan a sign\u00e9 un accord sur la pose d'un chemin de fer avec Kaboul. Comme indiqu\u00e9, il pourrait faire partie de la route de la Chine \u00e0 l'Iran.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl n'est pas surprenant que les \u00c9tats-Unis se soient fix\u00e9 pour objectif non seulement d'\u00e9loigner Kaboul de P\u00e9kin, mais aussi de l'utiliser pour des activit\u00e9s subversives. Avec l'intervention de Washington, les n\u00e9gociations inter-afghanes sous l'\u00e9gide de la RPC ont \u00e9t\u00e9 interrompues. Le Mouvement islamique du Turkestan oriental (MITO), un groupe qui plaide pour la s\u00e9paration de la r\u00e9gion autonome ou\u00efgoure du Xinjiang de la Chine, refait surface \u00e0 point nomm\u00e9 pour les \u00c9tats-Unis. Ses bases sont situ\u00e9es dans la province afghane de Badakhshan, \u00e0 la fronti\u00e8re de la RPC. Au cours des derni\u00e8res semaines, des proclamations ont fait leur apparition sur Internet dans lesquels des militants mena\u00e7aient de multiplier les activit\u00e9s terroristes. Pour sa part, le Congr\u00e8s am\u00e9ricain et le Parlement europ\u00e9en ont adopt\u00e9 presque simultan\u00e9ment des r\u00e9solutions mena\u00e7ant P\u00e9kin de sanctions pour violation des droits de l'homme au Xinjiang.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWashington ne se permettra pas de perdre une ressource g\u00e9opolitique aussi pr\u00e9cieuse que l'Afghanistan. Par cons\u00e9quent, le pays est destin\u00e9 \u00e0 rester longtemps parmi les \u00abpoints chauds\u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ETraduction MD pour H&S\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/histoireetsociete.wordpress.com\/2020\/01\/13\/les-mirages-de-la-democratie-par-sergei-kojemiakine-observateur-politique-de-la-pravda\/\"\u003Ehistoireetsociete.wordpress.com\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}