{"167439":{"id":"167439","parent":"166904","time":"1578994179","url":"http:\/\/www.wsws.org\/fr\/articles\/2020\/01\/14\/pers-j14.html","category":"USA","title":"L'assassinat de Qassem Suleimani et la criminalisation de la politique de l'\u00c9tat am\u00e9ricain","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_167439_9572ad.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"l-assassinat-de-qassem-suleimani-et-la-criminalisation-de-la-politique-de-l-etat-americain","admin":"newsnet","views":"119","priority":"3","length":"10017","lang":"fr","content":"\u003Cp\u003EPar Andre Damon\u003Cbr \/\u003E\n14 janvier 2020\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDimanche, le \u003Ci\u003ENew York Times\u003C\/i\u003E a publi\u00e9 un compte rendu d\u00e9taill\u00e9, bas\u00e9 sur des sources de haut niveau au sein du gouvernement am\u00e9ricain. Le sujet \u00e9tait la d\u00e9cision de l'Administration Trump d'assassiner le g\u00e9n\u00e9ral iranien Qassem Suleimani le 3 janvier 2020.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe rapport du \u003Ci\u003ETimes\u003C\/i\u003E indique clairement que, loin d'\u00eatre une d\u00e9cision impromptue de Trump, le meurtre de Suleimani a b\u00e9n\u00e9fici\u00e9 d'un large soutien au sein de l'ex\u00e9cutif et des agences de renseignement, qui avaient pr\u00e9par\u00e9 ce crime au cours des 18 derniers mois. Le compte rendu implique l'ancien conseiller \u00e0 la s\u00e9curit\u00e9 nationale John Bolton, le secr\u00e9taire d'\u00c9tat Mike Pompeo et la directrice de la CIA Gina Haspel dans la promotion et la mise au point du meurtre.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe rapport du \u003Ci\u003ETimes\u003C\/i\u003E pr\u00e9sente l'image d'un \u00c9tat criminel, dans lequel les violations les plus flagrantes de la loi sont trait\u00e9es comme une routine. Il t\u00e9moigne du degr\u00e9 de criminalisation de la politique \u00e9trang\u00e8re am\u00e9ricaine apr\u00e8s pr\u00e8s de deux d\u00e9cennies de \u00abguerre contre le terrorisme\u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'article indique clairement que les motifs de l'Administration Trump pour le meurtre de Suleimani n'avaient rien \u00e0 voir avec une menace pr\u00e9tendument \u00abimminente\u00bb, comme le pr\u00e9tendent les responsables de la Maison Blanche. Au contraire, les \u00c9tats-Unis voulaient exercer des repr\u00e9sailles contre Suleimani pour une s\u00e9rie de revers de la politique am\u00e9ricaine dont l'\u00c9tat am\u00e9ricain le tenait pour responsable.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe \u003Ci\u003ETimes\u003C\/i\u003E \u00e9crit:\u003C\/p\u003E\u003Cblockquote\u003E\u00c0 la fin de 2019, le g\u00e9n\u00e9ral Suleimani pouvait se vanter d'un certain nombre de r\u00e9alisations iraniennes: M. Assad, un alli\u00e9 de longue date de l'Iran, \u00e9tait au pouvoir \u00e0 Damas, la capitale de la Syrie. il r\u00e9gnait sur une guerre civile sanglante et sur plusieurs fronts qui a dur\u00e9 des ann\u00e9es, et la Force Quds avait une pr\u00e9sence permanente \u00e0 la fronti\u00e8re isra\u00e9lienne. Un certain nombre de milices que le g\u00e9n\u00e9ral Suleimani avait contribu\u00e9 \u00e0 encourager recevaient des salaires du gouvernement irakien et exer\u00e7aient le pouvoir dans le syst\u00e8me politique irakien.\u003C\/blockquote\u003E\u003Cp\u003ELe \u003Ci\u003ETimes\u003C\/i\u003E poursuit: \u00abAu cours des 18 derniers mois, selon les responsables, il y a eu des discussions sur l'opportunit\u00e9 de cibler le g\u00e9n\u00e9ral Suleimani\u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl d\u00e9clare:\u003C\/p\u003E\u003Cblockquote\u003EAu moment o\u00f9 les tensions avec l'Iran ont atteint un sommet en mai avec les attaques contre quatre p\u00e9troliers, John R. Bolton, alors conseiller du pr\u00e9sident en mati\u00e8re de s\u00e9curit\u00e9 nationale, a demand\u00e9 \u00e0 l'arm\u00e9e et aux services de renseignements de produire de nouvelles options pour dissuader l'agression iranienne. Parmi celles pr\u00e9sent\u00e9es \u00e0 M. Bolton figurait l'assassinat du g\u00e9n\u00e9ral Suleimani et d'autres dirigeants des Gardiens de la r\u00e9volution. \u00c0 ce moment-l\u00e0, le travail de suivi des d\u00e9placements du g\u00e9n\u00e9ral Suleimani s'est intensifi\u00e9.\u003C\/blockquote\u003E\u003Cp\u003EEn septembre, le Commandement central des \u00c9tats-Unis et le Commandement des op\u00e9rations sp\u00e9ciales conjointes ont \u00e9t\u00e9 associ\u00e9s au processus de planification d'une \u00e9ventuelle op\u00e9ration.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EQuelques jours avant d'\u00eatre tu\u00e9, Suleimani a rencontr\u00e9 le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, au Liban. Nasrallah l'a averti, selon le \u003Ci\u003ETimes\u003C\/i\u003E, \u00abque les m\u00e9dias am\u00e9ricains se concentraient sur lui et publiaient sa photo\u00bb. Le journal cite Nasrallah: \u00abC'\u00e9tait une pr\u00e9paration m\u00e9diatique et politique \u00e0 son assassinat.\u00bb\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESelon le \u003Ci\u003ETimes\u003C\/i\u003E, dans les jours qui ont pr\u00e9c\u00e9d\u00e9 la gr\u00e8ve, la directrice de la CIA, Gina Haspel, a plaid\u00e9 pour le meurtre. Elle avan\u00e7ait que \u00ables cons\u00e9quences de ne pas frapper le g\u00e9n\u00e9ral Suleimani \u00e9taient plus dangereuses que d'attendre\u00bb. Haspel a pr\u00e9sid\u00e9 un centre de torture \u00absite noir\u00bb de la CIA sous George W. Bush. Elle se trouvait impliqu\u00e9e dans la destruction de bandes de la CIA qui montraient des d\u00e9tenus soumis \u00e0 la torture par l'eau.\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_167439_9572ad.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003ELa directrice de la CIA, Gina Haspel, arrive pour faire des expos\u00e9s aux membres du Congr\u00e8s sur l'assassinat du commandant militaire sup\u00e9rieur de l'Iran, le g\u00e9n\u00e9ral Qassem Soleimani, le mercredi 8 janvier 2020. C'\u00e9tait la semaine derni\u00e8re au Capitole \u00e0 Washington. (AP Photo\/Jose Luis Magana)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EParmi les \u00e9l\u00e9ments les plus r\u00e9v\u00e9lateurs du rapport, on trouve la phrase suivante \u00abIl [Trump] a dit \u00e0 certains associ\u00e9s qu'il voulait pr\u00e9server le soutien des faucons r\u00e9publicains au S\u00e9nat dans le proc\u00e8s de destitution \u00e0 venir.\u00bb En d'autres termes, si le r\u00e9cit du \u003Ci\u003ETimes\u003C\/i\u003E est vrai, les calculs de politique int\u00e9rieure ont jou\u00e9 un r\u00f4le important dans ce crime.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'assassinat viole la Constitution et le droit am\u00e9ricain, ainsi que le droit international. La D\u00e9claration des droits stipule sp\u00e9cifiquement que \u00abNul ne peut \u00eatre priv\u00e9 de la vie, de la libert\u00e9 ou de la propri\u00e9t\u00e9 sans un proc\u00e8s \u00e9quitable.\u00bb\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn 1975, une commission s\u00e9natoriale sous l'\u00e9gide de Frank Church d'Idaho a mis au jour des complots d'assassinat de la CIA contre un certain nombre de dirigeants \u00e9trangers. Ceci a forc\u00e9 le pr\u00e9sident, Gerald Ford, \u00e0 signer le d\u00e9cret 11905, qui d\u00e9clare: \u00abAucun employ\u00e9 du gouvernement des \u00c9tats-Unis ne doit se livrer ou conspirer \u00e0 un assassinat politique.\u00bb\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESuleimani \u00e9tait un haut fonctionnaire d'un \u00c9tat souverain. En tant que g\u00e9n\u00e9ral, il \u00e9tait un pair des chefs militaires am\u00e9ricains dans la lutte contre l'\u00c9tat islamique. Il a \u00e9t\u00e9 assassin\u00e9 dans un pays tiers, l'Irak, alors qu'il agissait \u00e0 titre officiel pour rencontrer le Premier ministre irakien. C'\u00e9tait un crime de guerre et un acte de guerre.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'Administration Bush a utilis\u00e9 les attaques encore inexpliqu\u00e9es du 11 septembre 2001 pour mener une attaque de grande envergure contre les droits d\u00e9mocratiques et le droit international. Elle a cr\u00e9\u00e9 un syst\u00e8me de surveillance int\u00e9rieure massive sans mandat (en violation du quatri\u00e8me amendement de la Constitution) et a tortur\u00e9 des milliers de personnes (en violation du huiti\u00e8me amendement).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes \u00c9tats-Unis ont envahi ill\u00e9galement l'Irak au m\u00e9pris des Nations Unies. Le Secr\u00e9taire g\u00e9n\u00e9ral de l'ONU, Kofi Annan, a d\u00e9clar\u00e9: \u00abDe notre point de vue et de celui de la Charte des Nations unies, c'\u00e9tait ill\u00e9gal.\u00bb\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'Administration Obama s'est \u00e9tendue sur les crimes de l'administration Bush. Il a effectu\u00e9 plus de 500 frappes de drones dans tout le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, le nombre de morts se comptant par milliers ou par dizaines de milliers. Dans le cadre d'un rituel connu sous le nom de \u00abMardi de la terreur\u00bb, Obama choisissait personnellement les personnes qui seraient r\u00e9duites en pi\u00e8ces par les missiles lanc\u00e9s par les drones.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EObama a pris la mesure extraordinaire d'assassiner un citoyen am\u00e9ricain, Anwar al-Awlaki, suivi de son fils, un citoyen am\u00e9ricain de 16 ans, deux semaines plus tard. \u00c0 l'\u00e9poque, le minist\u00e8re de la Justice d'Obama a affirm\u00e9 le droit de tuer des citoyens am\u00e9ricains, y compris \u00e0 l'int\u00e9rieur des fronti\u00e8res des \u00c9tats-Unis.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00c0 chaque meurtre, l'enjeu monte. Le meurtre d'\u00c9tat joue un r\u00f4le de plus en plus important dans la vie politique des \u00c9tats-Unis.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa forme contemporaine des \u00abmeurtres cibl\u00e9s\u00bb a \u00e9t\u00e9 lanc\u00e9e par Isra\u00ebl. Selon les mots du journaliste isra\u00e9lien Ronen Bergman, \u00abdepuis la Seconde Guerre mondiale, Isra\u00ebl a eu recours \u00e0 l'assassinat et au meurtre cibl\u00e9 plus que tout autre pays en Occident.\u00bb\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPendant la deuxi\u00e8me Intifada, au d\u00e9but des ann\u00e9es 2000, le gouvernement isra\u00e9lien a r\u00e9guli\u00e8rement envoy\u00e9 des escadrons d'assassins ou des h\u00e9licopt\u00e8res de combat pour assassiner des militants et des personnalit\u00e9s politiques palestiniennes.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUne commission d'enqu\u00eate de l'ONU a conclu que ces assassinats constituaient \u00abde graves violations de la quatri\u00e8me Convention de Gen\u00e8ve, article 147, et du droit international humanitaire.\u00bb A cette \u00e9poque, les \u00c9tats-Unis et leurs alli\u00e9s europ\u00e9ens ont pris leurs distances par rapport \u00e0 la politique d'assassinat isra\u00e9lienne.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00abCertains responsables de l'Administration Bush ont critiqu\u00e9 les escouades d'assassins\u00bb. Cependant, Joe Biden, le \u00abprincipal porte-parole des d\u00e9mocrates en mati\u00e8re de politique \u00e9trang\u00e8re a d\u00e9fendu sans ambigu\u00eft\u00e9 l'utilisation par Isra\u00ebl de ces assassinats extrajudiciaires\u00bb, a not\u00e9 le Conseil de la politique du Moyen-Orient.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAujourd'hui, les principales \u00abd\u00e9mocraties occidentales\u00bb du monde ont adopt\u00e9 les pratiques d'Isra\u00ebl - un \u00c9tat paria du point de vue du droit international. Non seulement les \u00c9tats-Unis, mais aussi la France et la Grande-Bretagne ont leur propre \u00abliste de mise \u00e0 mort\u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl convient de noter que, malgr\u00e9 les critiques de Bernie Sanders, Elizabeth Warren et d'autres sur l'opportunit\u00e9 de tuer Suleimani, aucun R\u00e9publicain ou D\u00e9mocrate n'a publiquement qualifi\u00e9 ce meurtre de crime ou exig\u00e9 que Trump soit mis en accusation ou poursuivi pour cette grave violation de la Constitution am\u00e9ricaine.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPersonne ne devrait croire que le recours ouvert \u00e0 l'ex\u00e9cution extrajudiciaire par l'\u00c9tat restera confin\u00e9 aux r\u00e9gions situ\u00e9es en dehors des fronti\u00e8res des \u00c9tats-Unis. T\u00f4t ou tard, les \u00c9tats-Unis invoqueront une \u00abmenace imminente\u00bb d'assassiner un de leurs propres citoyens \u00e0 l'int\u00e9rieur de leurs fronti\u00e8res.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDe guerres sans fin et d\u00e9sastreuses n'ont pas r\u00e9ussi \u00e0 inverser le d\u00e9clin de la position mondiale de l'imp\u00e9rialisme am\u00e9ricain. En outre, cette derni\u00e8re s'aggrave avec l'instabilit\u00e9 \u00e9conomique, l'in\u00e9galit\u00e9 sociale galopante et la croissance de la lutte des classes. La classe dirigeante voit dans son tournant vers la criminalit\u00e9 ouverte, le seul moyen de garantir ses int\u00e9r\u00eats sociaux et \u00e9conomiques. Ce qu'elle craint par-dessus tout, c'est la croissance de l'opposition populaire de masse, \u00e0 laquelle elle r\u00e9pondra par la violence.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe meurtre de Qassem Suleimani a montr\u00e9 une fois de plus qu'une faction des D\u00e9mocrates ou des R\u00e9publicains qui d\u00e9fend les droits d\u00e9mocratiques n'existe pas. La d\u00e9fense des droits les plus fondamentaux \u00e9num\u00e9r\u00e9s dans la Constitution et la d\u00e9faite de la campagne de la classe dirigeante pour la guerre et la dictature exigent la mobilisation massive de la classe ouvri\u00e8re. Un tel mouvement doit viser d'abord et avant tout le syst\u00e8me capitaliste que l'Administration Trump personnifie.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E(Article paru d'abord en anglais le 13 janvier 2020)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.wsws.org\/fr\/articles\/2020\/01\/14\/pers-j14.html\"\u003Ewsws.org\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}