{"167447":{"id":"167447","parent":"0","time":"1578996242","url":"http:\/\/reseauinternational.net\/notre-arrogance-nous-perdra-boeing-decrit-de-linterieur-par-des-salaries\/","category":"documentaires","title":"\u00ab Notre arrogance nous perdra \u00bb : Boeing d\u00e9crit de l'int\u00e9rieur par des salari\u00e9s","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_167447_6c7c0c.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"notre-arrogance-nous-perdra-boeing-decrit-de-l-interieur-par-des-salaries","admin":"newsnet","views":"107","priority":"3","length":"5571","lang":"fr","content":"\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_167447_6d0d9a.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003E\u003Ci\u003EM\u00e9pris des r\u00e9gulateurs, des compagnies a\u00e9riennes et de leurs propres collègues : une s\u00e9rie de messages embarrassants de salari\u00e9s de Boeing d\u00e9voil\u00e9s jeudi livre un portrait peu flatteur de l'avionneur et d\u00e9peint une culture interne marqu\u00e9e par « l'arrogance » et le souci de r\u00e9duire \u00e0 tout prix les coûts.\u003C\/i\u003E\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECes communications, au ton souvent acerbe et cavalier, montrent que les difficult\u00e9s actuelles de Boeing vont au-del\u00e0 du 737 MAX, en braquant les projecteurs sur des dysfonctionnements inimaginables dans une entreprise qui fabrique l'avion du pr\u00e9sident am\u00e9ricain Air Force One ou qui a d\u00e9mocratis\u00e9 le transport a\u00e9rien.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EOn y apprend que Boeing a minimis\u00e9 l'importance du système anti-d\u00e9crochage MCAS pour \u00e9viter une formation des pilotes sur simulateur jug\u00e9e plus coûteuse et susceptible d'allonger les d\u00e9lais d'approbation du MAX.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EC'est pourtant ce logiciel qui est en cause dans les deux accidents de Lion Air et d'Ethiopian Airlines ayant fait 346 morts et entraîn\u00e9 l'immobilisation au sol du MAX.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E« \u003Ci\u003ENous devons rester fermes sur le point qu'il n'y aura pas de formation sur simulateur. (...) Nous nous battrons contre tout r\u00e9gulateur qui essaiera d'en faire un pr\u00e9alable\u003C\/i\u003E », \u00e9crit un salari\u00e9 \u00e0 son collègue en mars 2017, peu avant l'homologation du MAX.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EQuelques mois plus tard, le même salari\u00e9, pilote d'essais, se vante d'avoir « \u003Ci\u003Epermis \u00e0 (Boeing) d'\u00e9conomiser des tas de dollars\u003C\/i\u003E ».\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESes messages sont contenus dans plus d'une centaine de pages de documents, datant de 2013 \u00e0 2018, transmis aux parlementaires am\u00e9ricains par Boeing et consult\u00e9s par l'\u003Ci\u003EAFP\u003C\/i\u003E. À quelques exceptions près, la plupart des noms des employ\u00e9s ont \u00e9t\u00e9 effac\u00e9s.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn 2018, plusieurs employ\u00e9s travaillant sur les simulateurs du MAX s'inquiètent de nombreuses difficult\u00e9s techniques rencontr\u00e9es et de leur origine.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E« \u003Ci\u003EMettrais-tu ta famille dans un simulateur MAX ? Moi, je ne le ferais pas\u003C\/i\u003E », \u00e9crit l'un d'eux en f\u00e9vrier, huit mois avant la première trag\u00e9die. « \u003Ci\u003ENon\u003C\/i\u003E », lui r\u00e9pond un collègue.\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_167447_6c7c0c.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003EDeux autres salari\u00e9s redoutent, eux, les cons\u00e9quences pour l'image de Boeing, alors que leurs dirigeants semblent obnubil\u00e9s, selon eux, par l'id\u00e9e de rattraper le retard pris sur l'A320Neo d'Airbus.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E« \u003Ci\u003ETous leurs messages ne parlent que du respect des d\u00e9lais et font peu \u00e9tat de la qualit\u00e9\u003C\/i\u003E », se d\u00e9sole l'un d'eux.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E« \u003Ci\u003ENous nous sommes mis tous seuls dans ce p\u00e9trin, en choisissant un sous-traitant \u00e0 bas coûts et en imposant des d\u00e9lais intenables. Pourquoi le sous-traitant low-cost le moins exp\u00e9riment\u00e9 a-t-il remport\u00e9 le contrat ? Simplement parce que c'\u00e9tait une question de dollars\u003C\/i\u003E », poursuit son collègue.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E« \u003Ci\u003EPr\u00e9senter des excuses ne suffira pas\u003C\/i\u003E », pr\u00e9vient Robert Clifford, avocat de familles de victimes d'Ethiopian Airlines.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes documents montrent \u00e9galement des employ\u00e9s de Boeing doutant des comp\u00e9tences des ing\u00e9nieurs de l'entreprise.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E« \u003Ci\u003ECeci est une plaisanterie\u003C\/i\u003E », \u00e9crit un employ\u00e9 en septembre 2016, en r\u00e9f\u00e9rence au 737 MAX. « \u003Ci\u003ECet avion est ridicule\u003C\/i\u003E ».\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E« \u003Ci\u003EDesign nul\u003C\/i\u003E », fustige un autre en avril 2017.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPourtant, Boeing a repr\u00e9sent\u00e9 pendant des d\u00e9cennies le nec plus ultra en matière d'ing\u00e9nierie. On lui doit le 747, surnomm\u00e9 « reine des Ciels », ainsi qu'une participation au programme Apollo ayant envoy\u00e9 le premier homme sur La Lune.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe g\u00e9ant de Seattle et son r\u00e9seau de sous-traitants sont des mastodontes de l'\u00e9conomie am\u00e9ricaine.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E« \u003Ci\u003EC'est un problème de culture. Cela prendra 5 \u00e0 12 ans au moins pour changer de culture\u003C\/i\u003E », \u00e9crit en mai 2018 un salari\u00e9.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E« \u003Ci\u003EC'est syst\u00e9mique\u003C\/i\u003E », opine un autre un mois plus tard. « \u003Ci\u003ENous avons une \u00e9quipe de dirigeants qui comprend très peu l'industrie mais nous impose des objectifs\u003C\/i\u003E » irr\u00e9alistes, ajoute-t-il tout en critiquant le fait que certains « \u003Ci\u003Ene rendent pas de comptes\u003C\/i\u003E ».\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EMichel Merluzeau, expert chez Air Insight Research, estime que « \u003Ci\u003EBoeing a besoin de r\u00e9examiner une culture op\u00e9rationnelle d'une autre \u00e9poque\u003C\/i\u003E ».\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E« \u003Ci\u003ECes documents ne reflètent pas le meilleur de Boeing. Le ton et le langage des messages sont inappropri\u00e9s, notamment quand il s'agit des probl\u00e9matiques aussi importantes\u003C\/i\u003E », regrette Greg Smith, le directeur g\u00e9n\u00e9ral par int\u00e9rim, dans un courrier adress\u00e9 vendredi aux salari\u00e9s et consult\u00e9 par l'\u003Ci\u003EAFP\u003C\/i\u003E.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes communications \u00e9gratignent aussi les r\u00e9gulateurs a\u00e9riens, \u00e0 commencer par l'agence f\u00e9d\u00e9rale de l'aviation (FAA), qui a approuv\u00e9 le MAX.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E« \u003Ci\u003EIl n'y a aucune certitude que la FAA comprend ce qu'elle approuve\u003C\/i\u003E » ou non, ironise un employ\u00e9 en f\u00e9vrier 2016.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes demandes des compagnies a\u00e9riennes sont jug\u00e9es au mieux d\u00e9raisonnables.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E« \u003Ci\u003EMaintenant, ces salauds de Lion Air vont peut-être avoir besoin d'un simulateur pour tester le MAX, et ceci \u00e0 cause de leur stupidit\u00e9\u003C\/i\u003E », \u00e9crit un salari\u00e9 en juin 2017. Quels « \u003Ci\u003EIdiots!\u003C\/i\u003E ».\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELucide, un autre conclut en f\u00e9vrier 2018 : « \u003Ci\u003ENotre arrogance nous perdra\u003C\/i\u003E ».\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003Esource : \u003Ca href=\"https:\/\/www.france24.com\/fr\/20200113-notre-arrogance-nous-perdra-boeing-d%C3%A9crit-de-l-int%C3%A9rieur-par-des-salari%C3%A9s\"\u003Efrance24.com\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/reseauinternational.net\/notre-arrogance-nous-perdra-boeing-decrit-de-linterieur-par-des-salaries\/\"\u003Ereseauinternational.net\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}