{"168932":{"id":"168932","parent":"0","time":"1581519190","url":"http:\/\/francais.rt.com\/international\/71225-crypto-ag-societe-suisse-qui-a-permis-a-cia-d-espionner-plus-de-100-pays","category":"internet","title":"Crypto Ag, la soci\u00e9t\u00e9 suisse qui a permis \u00e0 la Cia d'espionner plus de 100 pays pendant quarante ans","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/","hub":"newsnet","url-explicit":"crypto-ag-la-societe-suisse-qui-a-permis-a-la-cia-d-espionner-plus-de-100-pays-pendant-quarante-ans","admin":"newsnet","views":"58","priority":"2","length":"5128","lang":"fr","content":"\u003Cp\u003ELa CIA a utilis\u00e9 la Suisse comme base arri\u00e8re pour mener certaines de ses activit\u00e9s de renseignement des ann\u00e9es 1960 \u00e0 2010. Elle a intercept\u00e9 des documents confidentiels via une soci\u00e9t\u00e9 bas\u00e9e \u00e0 Zoug. Le Conseil f\u00e9d\u00e9ral a d\u00e9cid\u00e9 d'ouvrir une enqu\u00eate.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"https:\/\/www.washingtonpost.com\/graphics\/2020\/world\/national-security\/cia-crypto-encryption-machines-espionage\"\u003EUne enqu\u00eate publi\u00e9e par le Washington Post\u003C\/a\u003E, le 11 f\u00e9vrier, r\u00e9v\u00e8le que la \u003Ci\u003ECentral Intelligence Agency\u003C\/i\u003E (CIA) et le service de renseignement ext\u00e9rieur ouest-allemand (\u003Ci\u003EBundesnachrichtendienst\u003C\/i\u003E, BND) ont men\u00e9 des activit\u00e9s de renseignement, intercept\u00e9 des milliers de documents confidentiels et d\u00e9chiffrer les messages cod\u00e9s de plus de 100 pays entre les ann\u00e9es 1960 et les ann\u00e9es 2000, en utilisant l'entreprise suisse \u003Ca href=\"https:\/\/www.crypto.ch\/en\"\u003ECrypto AG\u003C\/a\u003E, sp\u00e9cialis\u00e9e dans la fabrication de dispositifs de chiffrement, notamment pour garantir sur le terrain le secret des communications des agents de renseignement de nombreux pays.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn r\u00e9ponse aux r\u00e9centes d\u00e9couvertes, le Conseil f\u00e9d\u00e9ral suisse, l'organe ex\u00e9cutif de la Conf\u00e9d\u00e9ration suisse, a d\u00e9cid\u00e9 d'ouvrir une enqu\u00eate. La Suisse a \u00e9galement suspendu, en d\u00e9cembre, la licence g\u00e9n\u00e9rale d'exportation accord\u00e9e aux soci\u00e9t\u00e9s ayant succ\u00e9d\u00e9 \u00e0 Crypto AG \u00abjusqu'\u00e0 ce que les clarifications qui s'imposent aient \u00e9t\u00e9 effectu\u00e9es\u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EUn \u00abpartenariat hautement confidentiel\u00bb\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa r\u00e9v\u00e9lation est capitale puisque, pendant plus de quarante ans, des dizaines de gouvernements du monde entier ont achet\u00e9 et utilis\u00e9 les dispositifs mis au point par Crypto AG, pour assurer la confidentialit\u00e9 des communications de leurs agents, espions, soldats et diplomates. Sauf que la soci\u00e9t\u00e9 suisse, vendue en 2018 \u00e0 une entreprise su\u00e9doise, \u00e9tait secr\u00e8tement noyaut\u00e9e par la CIA et le BND.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAinsi, les deux agences \u00abont truqu\u00e9 les \u00e9quipements de la soci\u00e9t\u00e9 afin de casser facilement les codes que les pays -et clients- utilisaient pour envoyer des messages crypt\u00e9s\u00bb ; leur permettant donc d'espionner leurs ennemis mais aussi leurs alli\u00e9s.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'\u003Ca href=\"https:\/\/francais.rt.com\/international\/67445-afghanistan-milices-soutenues-par-cia-tuent-toute-impunite-selon-hwr\"\u003EAgence am\u00e9ricaine de renseignement\u003C\/a\u003E a achet\u00e9 des parts de la soci\u00e9t\u00e9 suisse Crypto AG bas\u00e9e \u00e0 Zoug en 1971, en passant par une fondation du Liechtenstein, dans le cadre d'un \u00abpartenariat hautement confidentiel\u00bb avec son homologue allemand, et \u003Ci\u003Evia\u003C\/i\u003E un montage de soci\u00e9t\u00e9s bas\u00e9es dans des paradis fiscaux, selon le \u003Ci\u003EWashington Post\u003C\/i\u003E, la t\u00e9l\u00e9vision allemande ZDF et la radio-t\u00e9l\u00e9vision suisse SRF.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDevenue apr\u00e8s la Seconde Guerre mondiale le leader sur le march\u00e9 des machines portables de cryptage, Crypto a vendu pour des \u00abmillions de dollars\u00bb de mat\u00e9riel \u00e0 plus de 120 pays, rapporte l'AFP. Parmi ses clients, on trouve l'Iran, les juntes militaires d'Am\u00e9rique latine, l'Inde, le Pakistan, l'Arabie saoudite, la Libye et le Vatican, explique le quotidien am\u00e9ricain.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes machines vendues aux alli\u00e9s des Etats-Unis \u00e9taient s\u00e9curis\u00e9es, tandis que d'autres pouvaient \u00eatre craqu\u00e9es par les espions am\u00e9ricains. Elles ont ainsi permis de surveiller la crise des otages \u00e0 l'ambassade am\u00e9ricaine de T\u00e9h\u00e9ran en 1979, fourni des informations sur l'arm\u00e9e argentine \u00e0 la Grande-Bretagne pendant la guerre des Malouines en 1982 ou suivi les campagnes d'assassinats des dictateurs sud-am\u00e9ricains, affirme le \u003Ci\u003EWashington Post\u003C\/i\u003E.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa CIA a \u00e9galement eu rapidement la preuve de l'implication de la Libye dans l'attentat contre une discoth\u00e8que \u00e0 Berlin-Ouest en 1986, qui avait tu\u00e9 deux soldats am\u00e9ricains.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'op\u00e9ration, nomm\u00e9e \u00abThesaurus\u00bb, puis \u00abRubicon\u00bb, a \u00e9t\u00e9 \u00able coup du si\u00e8cle\u00bb en mati\u00e8re de renseignement, se f\u00e9licite la CIA dans un rapport de 2004 consult\u00e9 par les auteurs de l'enqu\u00eate. Ces derniers ont \u00e9galement eu acc\u00e8s \u00e0 des documents rassembl\u00e9s par les services de renseignement allemands en 2008.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00abLes gouvernements \u00e9trangers payaient de belles sommes aux Etats-Unis et \u00e0 l'Allemagne de l'Ouest pour le privil\u00e8ge d'avoir leurs communications les plus secr\u00e8tes lues par au moins deux (et peut-\u00eatre jusqu'\u00e0 cinq ou six) pays \u00e9trangers\u00bb, explique l'Agence am\u00e9ricaine, en r\u00e9f\u00e9rence \u00e0 son alliance avec les services secrets britanniques, australiens, canadiens et n\u00e9o-z\u00e9landais (\u003Ci\u003EUKUSA\u003C\/i\u003E puis \u003Ci\u003EFive eyes\u003C\/i\u003E).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EA partir de 1970, la CIA et l'Agence de surveillance \u003Ci\u003ENational Security Agency\u003C\/i\u003E (NSA) \u00abont contr\u00f4l\u00e9 pratiquement tous les aspects des op\u00e9rations de Crypto, prenant avec leurs partenaires allemands les d\u00e9cisions concernant les embauches, la technologie, sabotant les algorithmes et ciblant les acheteurs\u00bb, \u00e9crit le Washington Post.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe programme avait toutefois ses limites : les principaux rivaux des Etats-Unis, l'Union des r\u00e9publiques socialistes sovi\u00e9tique (URSS) et la Chine notamment, n'\u00e9taient pas clients de la firme suisse helv\u00e9tique.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"https:\/\/francais.rt.com\/international\/16577-services-americains-font-appels-hackers\"\u003ELire aussi : Les services am\u00e9ricains font appels \u00e0 des hackers pour tester la s\u00e9curit\u00e9 de leurs sites\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/francais.rt.com\/international\/71225-crypto-ag-societe-suisse-qui-a-permis-a-cia-d-espionner-plus-de-100-pays\"\u003Efrancais.rt.com\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}