{"168992":{"id":"168992","parent":"156821","time":"1581639476","url":"http:\/\/www.investigaction.net\/fr\/geoffroy-de-lagasnerie-le-sort-de-snowden-manning-harrison-et-assange-devrait-susciter-la-meme-indignation-mondiale-que-celle-de-mandela\/","category":"Justice","title":"Geoffroy de Lagasnerie: \u00ab Le sort de Snowden, Manning, Harrison et Assange devrait susciter la m\u00eame indignation mondiale que celle de Mandela \u00bb","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_168992_fa74d0.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"geoffroy-de-lagasnerie-le-sort-de-snowden-manning-harrison-et-assange-devrait-susciter-la-meme-indignation-mondiale-que-celle-de-mandela","admin":"newsnet","views":"99","priority":"3","length":"12391","lang":"fr","content":"\u003Cp\u003E13 F\u00e9v 2020\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EArticle de : \u003Ca href=\"https:\/\/www.investigaction.net\/fr\/author\/geoffroy-de-lagasnerie\"\u003EGeoffroy de Lagasnerie\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_168992_fa74d0.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003EL'association Carta Academica a remis le 29 janvier \u00e0 Bruxelles ses premiers Academic Honoris Causa \u00e0 Julian Assange, Chelsea Manning, Edward Snowden et Sarah Harrison. Durant la c\u00e9r\u00e9monie, le philosophe Geoffroy de Lagasnerie a expliqu\u00e9 qu'ils incarnent tous les quatre ce que Derrida appelle le \u00ab destin de l'humanit\u00e9 \u00bb. \u00ab Est-ce que le destin de ces individus ne monterait pas que nous arrivons aujourd'hui \u00e0 la fin d'une certaine histoire de la d\u00e9mocratie? \u00bb, interroge le philosophe. (IGA)\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans un texte publi\u00e9 en 1986, Jacques Derrida avance qu'il y a des moments de l'humanit\u00e9 o\u00f9 des individus ou des situations particuli\u00e8res en viennent \u00e0 incarner quelque chose de beaucoup plus grand qu'eux. Ils incarnent ce qu'il appelle le \u00ab destin de l'humanit\u00e9 \u00bb, le tout du monde, une situation dans laquelle chacun sent qu'il en va de la gouvernementalit\u00e9 g\u00e9n\u00e9rale, de l'\u00e9conomie des forces \u00e0 l'œuvre dans le monde et \u00e0 laquelle chacun d'entre nous est, malgr\u00e9 soi, expos\u00e9.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDerrida affirme que, alors qu'il \u00e9crit ce texte en 1986, celui dont la vie synth\u00e9tise ce tout du monde, c'est Nelson Mandela. Il mentionne aussi ce qui se passe en Palestine-Isra\u00ebl. Je pense que ce qui se passe aujourd'hui autour des figures que nous honorons, Edward Snowden, Chelsea Manning, Sarah Harrison et Julian Assange repr\u00e9sente ce type de situation o\u00f9 le destin de l'humanit\u00e9 est en jeu. Le sort de ses quatre individus est aussi important et devrait susciter la m\u00eame indignation mondiale que celle de Neslon Mandela. Il en va aussi dans ce combat de la protection de la vie et de la mise \u00e0 mort, de la guerre et de l'Etat, de la vie priv\u00e9e et de l'exposition au pouvoir, de ce qu'on appelle parfois la d\u00e9mocratie.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe texte de Jacques Derrida s'appelle \u00ab Les Lois de la r\u00e9flexions \u00bb. Car ces moments o\u00f9 une situation sp\u00e9cifique en vient \u00e0 synth\u00e9tiser des forces globales sont souvent des situations o\u00f9 une tradition se retourne contre elle-m\u00eame, o\u00f9 tout le monde utilise les m\u00eames mots et les m\u00eames valeurs, se revendiquent de traditions identiques, en sorte que le conflit produit une autodestruction de la culture institu\u00e9e, qui oblige \u00e0 en r\u00e9inventer les fondements et les pratiques. Mandela \u00e9tait avocat, et il a utilis\u00e9 la tradition du lib\u00e9ralisme occidental pour combattre ses oppresseurs qui eux aussi se revendiquaient de l'occident.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EN'est-ce pas exactement une situation identique qui se d\u00e9roule sous nos yeux, o\u00f9 les 4 figures auxquelles nous rendons hommage se revendiquent des m\u00eames valeurs que les gouvernements qui les menacent, celles du droit, de la d\u00e9mocratie, du respect de la Loi.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EComme vous le savez, Il y a une diff\u00e9rence notable entre Edward Snowden et par exemple Julian Assange. Assange est d'une sensibilit\u00e9 libertaire, anarchiste, il a toujours epxirm\u00e9 une forme d'opposition par rapport \u00e0 la raison d'\u00c9tat alors que, comme il le raconte dans ses m\u00e9moires et comme il suffit de l'\u00e9couter pour le savoir, Snowden est plut\u00f4t un conservateur.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EC'est quelque chose de tr\u00e8s classique chez les lanceurs d'alerte. Car ce sont par d\u00e9finition des individus plut\u00f4t conformistes \u00e0 la base. Ils \u00e9taient int\u00e9gr\u00e9s au syst\u00e8me, ils croyaient au syst\u00e8me.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans ses conf\u00e9rences, Snowden ne cesse d'employer des mots ou des concepts extr\u00eamement classiques, peut-\u00eatre m\u00eame conservateurs, mais paradoxalement c'est ce conservatisme axiologique qui le pousse \u00e0 se trouver dans une position de frontalit\u00e9 par rapport \u00e0 ce que l'on appelle l'ordre d\u00e9mocratique lib\u00e9ral et par rapport aux gouvernement qui sont cens\u00e9s en repr\u00e9senter les valeurs.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEt voil\u00e0 alors la question qui se pose \u00e0 nous. Est-ce que le destin de ces individus ne monteraient pas que nous arrivons aujourd'hui \u00e0 la fin d'une certaine histoire de la d\u00e9mocratie, c'est-\u00e0-dire \u00e0 un moment o\u00f9 toutes les valeurs sont en crise? Nous ne pouvons que tr\u00e8s difficilement d\u00e9fendre ces figures en invoquant les valeurs d'\u00c9tat de droit puisque ce sont pr\u00e9cis\u00e9ment des \u00e9tats qui se r\u00e9clament de ses valeurs qui les pers\u00e9cutent. L'emprisonnement de Assange est l\u00e9gal et conforme \u00e0 l'\u00e9tat de droit, la torture de Chelsea Manning et son nouvel emprisonnement sont l\u00e9gaux, la menace de la prison pour Snowden et la privation par les tribunaux am\u00e9rcians de sa capacit\u00e9 de percevoir les droits d'auteur de son livre sont fond\u00e9s l\u00e9galement. Et ces d\u00e9cisions sont rendues non pas pas des gouvernements mais par des magistrats que nous disons ind\u00e9pendants et dont nous nous battons souvent pour prot\u00e9ger l'ind\u00e9pendance. Nous pouvons avoir des interpr\u00e9tations diff\u00e9rentes mais cela est le cas dans \u00e0 peu pr\u00e8s tous les d\u00e9bats judiciaires qui se passent tous les jours devant les tribunaux.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ENous ne nous situons pas ici dans un \u00e9tat d'exception mais dans une manifestation de l'\u00e9tat du droit dans des d\u00e9mocraties. On voit par exemple comment l'\u00c9tat de droit n'a pas du tout aboli la probl\u00e9matique de l'arbitraire souverain comme on le dit parfois quand on constate que avec les m\u00eames lois, les \u00c9tats-Unis avaient pu d\u00e9cider sous Obama de ne pas poursuivre Assange alors que maintenant ils le menacent de plusieurs centaines d'ann\u00e9es de prison.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAutrement dit Nous arrivons aujourd'hui \u00e0 un moment politique assez terrifiant parce que, je crois, ne savons pas vraiment encore sur quelles valeurs fonder nos pratiques de r\u00e9sistance.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPar exemple, nous devons nous m\u00e9fier de notre utilisation de la cat\u00e9gorie de l\u00e9galit\u00e9 et de crime. Mettre en question les ill\u00e9galismes d'Etat est efficace mais nous ne devons pas oublier qu'il y a sans doute aussi des illegalismes commis de notre c\u00f4t\u00e9, que la fronti\u00e8re n'est pas clair et que par cons\u00e9quent nous devons fonder nos actions et nos crit\u00e8res d'\u00e9valuations sur d'autres modalit\u00e9s que le l\u00e9galisme.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'une des questions que posent les lanceurs d'alerte est la probl\u00e9matique du hors \u00e9tat; est-il possible de cr\u00e9er un r\u00e9gime du discours qui ne soit pas pr\u00e9alablemnt pr\u00e9-constitu\u00e9 par l'Etat, qui \u00e0 la fois puisse \u00e9chapper \u00e0 l'Etat et s'opposer \u00e0 l'\u00e9tat. De la m\u00eame mani\u00e8re que Gayatri Spivak se posait la question de savoir si les subalternes peuvent parler, on peut se demdaner si les anarchistes, si celles et ceux qui veulent combattre l'Etat peuvent parler. En fait avoir la possibilit\u00e9 de dire la v\u00e9rit\u00e9 \u00e0 l'\u00c9tat exigerait qu'existe quelque chose comme un dehors de l'Etat, qui nous prot\u00e8ge de l'\u00c9tat. Si Snowden est oblig\u00e9 de r\u00e9sider en Russie c'est parce qu'aucune instance internationale ne peut le prot\u00e9ger des forces etatiques. Snowden, Assange, Manning et Harrison me semblent devoir \u00eatre les points de d\u00e9part d'une r\u00e9g\u00e9n\u00e9ration de quelque chose commme une communaut\u00e9 internationale, de quelque chose qui prot\u00e9ge les prises de parole qui se situent au-del\u00e0 des \u00e9tats. Qu'est-ce que serait une citoyennet\u00e9 de l'ONU dont pourraient b\u00e9n\u00e9ficier des individus qui sont en frontalit\u00e9 avec la raison d'\u00c9tat.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab Je pr\u00e9f\u00e8re ne pas avoir de pays que ne pas avoir de voix \u00bb a dit une fois Snowden Quand on pense \u00e0 la sc\u00e8ne o\u00f9 Sarah Harrison est all\u00e9e chercher Snowden \u00e0 Hong Kong avec l'aide de WikiLeaks, on a vu se mettre en place une sorte d'alliance cosmopolite contre la raison d'Etat, et peut-\u00eatre cette sc\u00e8ne est-elle la forme contemporaine de l'id\u00e9al marxiste de l'internationale.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EQue soit remis \u00e0 Snowden et \u00e0 ces 3 autres figures une distinction \u00e0 connotation universitaire a selon moi d'autant plus de sens que, en fait, leur projet s'inscrit au sens large dans le projet qui d\u00e9finit l'univers acad\u00e9mique.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ETrop souvent on compare ou on assimile les lanceurs d'alertes \u00e0 des journalistes mais je crois que cette comparaison est fausse et j'y reviendrai. En fait il me semble que nous pouvons remarquer que tous les jours sont distribu\u00e9s \u00e0 l'universit\u00e9 des doctorats d'histoire \u00e0 des gens qui ouvrent les archives de l'\u00e9tat et qui nous apprennent la v\u00e9rit\u00e9 sur les pratiques gouvernementales ou \u00e9tatiques. Il y a quelque chose de bizarrre avec l'\u00e9tat et l'archive car tout se passe comme s'il fallait attendre 100 ans, comme sil fallait attendre d'\u00eatre mort et que des historiens ouvrent les archives pour que nous puissions enfin savoir la v\u00e9rit\u00e9 du monde dans lequel nous vivons et des logiques qui nous gouvernent. Selon moi en ouvrant la bo\u00eete noire de l'\u00e9tat, les figures comme Snowden posent la question de savoir pourquoi nous devrions attendre d'\u00eatre mort pour savoir la v\u00e9rit\u00e9 de nos \u00e9tats. Ils travaillent en ce sens un peu comme des historiens du pr\u00e9sents qui ouvrent d\u00e8s aujourd'hui les archives de l'\u00e9tat et permettent d'acc\u00e9der \u00e0 une connaissance r\u00e9alistes des pratiques gouvernementales. C'est donc bien un projet en rapport avec les concepts de connaissance, d'archives, de v\u00e9rit\u00e9 qui est en jeu et qui fait d'eux des figures \u00e9minemment acad\u00e9miques.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EJe voudrais conclure par un dernier mot. Je sais bien que beaucoup des enjeux qui tournent autour ce qui se passe aujourd'hui autour de WikiLeaks ou de Glenn Greenwald maintenant pose aussi le probl\u00e8me de la presse, du secret des sources et de la capacit\u00e9 des journaux \u00e0 publier des informations secr\u00e8tes. Mais dans le m\u00eame temps je pense qu'il est important de se m\u00e9fier de la tendance \u00e0 assimiler la figure du lanceur d'alerte \u00e0 la figure du journaliste. Wikileaks par exemple s'est historiquement constitu\u00e9 dans le cadre d'une critique radicale des pratiques ordinaires et institutionnelles du journalisme, des censures qu'il op\u00e8re dans l'acc\u00e8s aux documents et \u00e0 l'espace public. On se souvient des critiques tr\u00e8s dures d'Assange contre le traitement m\u00e9diatique des Panama papers. D'autre part, ce que l'on appelle les lanceurs d'alerte ne sont pas des journalistes, m\u00eame si ce sont peut-\u00eatre parfois des sources.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EJe parle de cette question car je voudrais conclure en parlant parler d'imaginaire. Il existe aujourd'hui dans la gauche une sorte de retour un peu \u00e9trange \u00e0 la croyance dans le journalisme comme pratique positive, comme horizon fantasmatique, comme image de soi valorisante comme si \u00e9tre journaliste \u00e9tait une activit\u00e9 dot\u00e9e de valeur, alors que cette pratique a toujours \u00e9t\u00e9 consid\u00e9r\u00e9e par la th\u00e9orie critique comme l'une des formes d'exercice de la censure et de propagation de l'id\u00e9ologie dominante. Le devenir journaliste c'est pour un sujet un devenir t\u00e9moin et passif - et c'est une \u00e9trange mani\u00e8re de se d\u00e9finir quand on s'inscrit dans le camp progressiste.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPour moi la figure du lanceur d'alerte renverrait plut\u00f4t au contraire \u00e0 une figure active - et aussi \u00e0 une figure trouble qui renvoie \u00e0 la figure de celui qui, dans une institution, agit contre l'institution : c'est la figure de l'action directe, de l'infiltr\u00e9, du saboteur. Si le pouvoir s'acharne sur les lanceurs d'alerte alors qu'il ne s'acharnait pas aussi violemment contre les journalistes - que l'on pense \u00e0 Daniel Ellsberg - c'est bien parce que c'est une figure plus dangereuse un plus sulfureuse et inqui\u00e9tante.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes lanceurs d'alerte sont peut \u00eatre encore des figures inconnues et il faut veiller \u00e0 ne pas les domestiquer en les assimilant aux formes connues de la politique et de la vie \u00e0 travers des valeurs trop consensuelles pour au contraire en d\u00e9multiplier l'\u00e9tranget\u00e9 et la capacit\u00e9 de contestation. C'est pour moi \u00e0 honorer cette \u00e9mergence de l'inconnu dans le pr\u00e9sent et cette r\u00e9ouverture de l'histoire politique que contribue aujourd'hui la distinction accord\u00e9e \u00e0 Edward Snowden et avec lui Sarah Harrison, Julian Assange et Chelsea Manning.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECe matin, \u00e0 l'h\u00f4tel puis sur le chemin vers ce palais, nous avons parl\u00e9 avec le p\u00e8re de Julian Assange, John Shipton, de philosophie fran\u00e7aise et il m'a dit beaucoup aim\u00e9 Michel Foucault et notamment son livre sur la folie. Je voudrais alors conclure en citant un vers du po\u00e8te Rene Char que Foucault aimait \u00e0 citer et qui me semble \u00eatre une parfaite illustration de l'\u00e9thique que les lanceurs d'alerte adressent \u00e0 nous aujourd'hui.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab Compagnons path\u00e9tiques qui murmurez \u00e0 peine, Allez la lampe \u00e9teinte et rendez les bijoux.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUn myst\u00e8re nouveau chante dans vos os.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ED\u00e9veloppez votre \u00e9tranget\u00e9 l\u00e9gitime. \u00bb\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESource: \u003Ca href=\"https:\/\/www.cartaacademica.org\/copie-de-ahc-2020-les-videos\"\u003ECarta Academica\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.investigaction.net\/fr\/geoffroy-de-lagasnerie-le-sort-de-snowden-manning-harrison-et-assange-devrait-susciter-la-meme-indignation-mondiale-que-celle-de-mandela\/\"\u003Einvestigaction.net\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}