{"169449":{"id":"169449","parent":"169093","time":"1582562323","url":"http:\/\/www.cetri.be\/Algerie-Vendredi-21-fevrier-L-an-I","category":"Monde","title":"Alg\u00e9rie : Vendredi 21 f\u00e9vrier : \u00ab L'an I du hirak \u00bb","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/","hub":"newsnet","url-explicit":"algerie-vendredi-21-fevrier-l-an-i-du-hirak","admin":"newsnet","views":"38","priority":"2","length":"6974","lang":"fr","content":"\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"https:\/\/www.cetri.be\/_Abdelghani-Aichoun_\"\u003EAbdelghani Aichoun\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe nombre de manifestants \u00e9tait donc beaucoup plus important que lors des manifestations pr\u00e9c\u00e9dentes, rappelant m\u00eame les premiers vendredis ou ceux co\u00efncidant avec des dates importantes, comme le 5 juillet, f\u00eate de l'ind\u00e9pendance, ou le 1er Novembre, comm\u00e9morant le d\u00e9clenchement de la Guerre de Lib\u00e9ration nationale.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEt comme pour r\u00e9agir \u00e0 la d\u00e9cision de la pr\u00e9sidence de la R\u00e9publique d'instituer la date du 22 f\u00e9vrier comme une \u00ab \u003Ci\u003Ejourn\u00e9e nationale de la fraternit\u00e9 et de la coh\u00e9sion entre le peuple et l'ANP\u003C\/i\u003E (Arm\u00e9e nationale populaire) \u003Ci\u003Epour la d\u00e9mocratie\u003C\/i\u003E \u00bb, et estimant que c'\u00e9tait l\u00e0 - comme l'ont d\u00e9clar\u00e9 plusieurs manifestants ou mis noir sur blanc sur des pancartes brandies - une tentative de r\u00e9cup\u00e9rer l'\u00e9v\u00e9nement, les manifestants ont maintes fois scand\u00e9 : \u00ab \u003Ci\u003EMadjinach nahtaflou, djina bach tarahlou !\u003C\/i\u003E \u00bb (On est pas venus faire la f\u00eate, on est venus pour vous faire partir).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAinsi, ils \u00e9taient tr\u00e8s nombreux \u00e0 sortir dans la rue hier \u00e0 Alger et d\u00e8s les premi\u00e8res heures de la matin\u00e9e. Contrairement aux derniers vendredis o\u00f9 il y avait de moins en moins de manifestants avant 13h, notamment en raison de la r\u00e9pression que ces premiers marcheurs subissaient, en ce 53e vendredi, la marche a commenc\u00e9 tr\u00e8s t\u00f4t \u00e0 la rue Didouche Mourad. Des centaines de personnes se sont rassembl\u00e9es d\u00e8s 11h.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl faut dire que le dispositif s\u00e9curitaire mis en place \u00e9tait plus ou moins all\u00e9g\u00e9 [\u003Ca href=\"#nb1\" name=\"nh1\"\u003E1\u003C\/a\u003E]. En effet, il n'y avait pas, ou tr\u00e8s peu, de camions et de v\u00e9hicules de la police stationn\u00e9s entre la place Audin et la Grande-Poste, ou sur le boulevard Asselah Hocine, r\u00e9duisant consid\u00e9rablement la voie. M\u00eame la placette en face de la Grande-Poste a \u00e9t\u00e9, \u00e0 un certain moment, lib\u00e9r\u00e9e.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPourtant, plusieurs barrages filtrants de la Gendarmerie nationale ont \u00e9t\u00e9 install\u00e9s, depuis mercredi, au niveau des axes menant vers la capitale, ralentissant consid\u00e9rablement la circulation. Un proc\u00e9d\u00e9 utilis\u00e9 \u00e0 la veille de chaque vendredi, depuis l'\u00e9t\u00e9, pour dissuader les manifestants des wilayas limitrophes de se d\u00e9placer \u00e0 Alger. Ce qui n'a pas, bien s\u00fbr, emp\u00each\u00e9 ceux qui voulaient prendre part \u00e0 la marche de la capitale de faire le d\u00e9placement.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAinsi, d\u00e8s 13h30, la rue Didouche Mourad \u00e9tait noire de monde. Deux manifestants ont brandi un \u00e9tendard noir, bien visible, sur lequel \u00e9tait dessin\u00e9e une bougie allum\u00e9e, pour comm\u00e9morer \u00ab l'an I du hirak \u00bb. Le ton \u00e9tait donc donn\u00e9.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes marches d\u00e9marrant de Belouizdad et de Bab El Oued \u00e9taient \u00e9galement plus imposantes. Vers 15h, les grands boulevards du centre d'Alger, Hassiba, Amirouche, Asselah, Didouche, \u00e9taient pleins \u00e0 craquer. Les manifestants ont voulu marquer comme il se doit l'\u00ab anniversaire \u00bb du hirak. Et quoi de mieux que de montrer que la mobilisation est toujours l\u00e0 et qu'elle est plus forte que jamais. \u00ab Je suis venu en famille montrer qu'on est toujours l\u00e0 pour r\u00e9clamer la d\u00e9mocratie et la libert\u00e9. On continuera encore pour une autre ann\u00e9e s'il le faut \u00bb, nous dira un manifestant, accompagn\u00e9 de ses trois enfants.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EBien \u00e9videmment, les marcheurs ont repris les slogans habituels du rejet du r\u00e9gime en place, comme \u00ab \u003Ci\u003EEchaab yourid isqat nidham !\u003C\/i\u003E \u00bb (Le peuple veut la chute du r\u00e9gime), \u00ab \u003Ci\u003EDawla madania machi askaria !\u003C\/i\u003E \u00bb (Etat civil, non militaire) ou r\u00e9clamant la lib\u00e9ration des d\u00e9tenus d'opinion.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EMais, comme \u00e0 chaque fois, ils ont entonn\u00e9 un nouveau slogan. \u00ab \u003Ci\u003EOh ya Ali, ouledek mahouch habsin, oh ya Ali 3el houria m3awlin\u003C\/i\u003E ! \u00bb (Oh Ali, tes enfants ne s'arr\u00eateront pas, oh Ali, d\u00e9cid\u00e9s \u00e0 arracher la libert\u00e9 - r\u00e9f\u00e9rence \u00e0 Ali la Pointe, combattant de la bataille d'Alger assassin\u00e9 par les parachutistes fran\u00e7ais en octobre 1957). Dans le m\u00eame ordre, beaucoup de manifestants ont brandi les portraits de d\u00e9tenus d'opinion, \u00e0 l'image de Karim Tabbou et Fodil Boumala, les deux \u00e9tant toujours en prison, en attente de leurs proc\u00e8s. Le portrait du jeune Ramzi Yettou, mort au mois d'avril dernier, lors d'une manifestation, et dont la famille r\u00e9clame toujours les conclusions de l'enqu\u00eate relative \u00e0 son d\u00e9c\u00e8s, \u00e9tait aussi pr\u00e9sent. L'\u00e9tendard amazigh a \u00e9galement refait surface \u00e0 Alger. Plusieurs manifestants l'ont brandi, sans \u00eatre inqui\u00e9t\u00e9s, contrairement aux vendredis pr\u00e9c\u00e9dents o\u00f9 les policiers tentaient d'interpeller quiconque portait cet \u00e9tendard (c'est valable depuis le mois de juin). D'ailleurs, plusieurs manifestants avaient \u00e9t\u00e9 mis en prison, entre juin et d\u00e9cembre, sous mandat de d\u00e9p\u00f4t et m\u00eame condamn\u00e9s pour \u00ab port de l'\u00e9tendard amazigh \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa manifestation d'hier a donc rappel\u00e9 celle des toutes premi\u00e8res semaines du hirak, et ce, sur tous les plans, y compris donc celui du nombre. Vers 17h, les rues d'Alger-Centre \u00e9taient toujours noires de monde. Et les marcheurs, dont certains \u00e9taient donc l\u00e0 d\u00e8s les premi\u00e8res heures de la journ\u00e9e, n'ont pas cess\u00e9, des heures durant, de scander leurs slogans de rejet du syst\u00e8me.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECe n'est que vers 17h30 que les rues ont commenc\u00e9 \u00e0 se vider. Et contrairement, aussi au moins \u00e0 vendredi dernier, les policiers anti\u00e9meute ne sont pas intervenus pour obliger les derniers manifestants \u00e0 quitter les lieux. En somme, le 53e vendredi, marquant l'an I du hirak, a tenu ses promesses. Il renseigne aussi sur la d\u00e9termination des manifestants \u00e0 maintenir la pression jusqu'\u00e0 la satisfaction de leurs revendications.\u003Cbr \/\u003E\n(Article publi\u00e9 par El Watan en date du 22 f\u00e9vrier 2020)\u003C\/p\u003E\u003Ctable\u003E\u003Ctbody\u003E\u003Ctr\u003E\u003Ctd\u003E\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E \u003Cb\u003EVoir en ligne\u003C\/b\u003E\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E \u003Ca href=\"http:\/\/alencontre.org\/laune\/algerie-vendredi-21-fevrier-lan-i-du-hirak.html\"\u003EAlg\u00e9rie : Vendredi 21 f\u00e9vrier : \u00ab L'an I du hirak \u00bb\u003C\/a\u003E\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E \u003C\/td\u003E\u003C\/tr\u003E\u003C\/tbody\u003E\u003C\/table\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003ENotes\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Csmall\u003E[\u003Ca href=\"#nh1\" name=\"nb1\"\u003E1\u003C\/a\u003E] Le 19 f\u00e9vrier, les services de la DRAG (Direction de la r\u00e9glementation et affaires g\u00e9n\u00e9rales) de la wilaya d'Alger ont refus\u00e9 d'autoriser une r\u00e9union nationale des \u00ab activistes du hirak \u00bb. Elle devait se r\u00e9unir le 20 f\u00e9vrier. Les animateurs de cette r\u00e9union, parmi lesquels la Ligue alg\u00e9rienne pour la d\u00e9fense des droits de l'homme (LADDH) ont d\u00e9clar\u00e9 : \u00ab \u003Ci\u003ENous condamnons avec force ces agissements qui sont en contradiction avec le discours officiel qui salue \"le hirak b\u00e9ni\"\u003C\/i\u003E [formule utilis\u00e9e par le pr\u00e9sident Abdelmadjdid Tebboune qui combine la r\u00e9pression et les tentatives de cooptation], \u003Ci\u003Etout en pr\u00e9tendant vouloir lever les contraintes devant les activit\u00e9s politiques et associatives. Le r\u00e9gime d\u00e9montre, \u00e0 travers ces pratiques, qu'il est fid\u00e8le \u00e0 sa nature autoritaire et dictatoriale, en mettant \u00e0 profit l'arsenal juridique arbitraire pour emp\u00eacher les Alg\u00e9riens d'exercer pleinement leur droit \u00e0 la r\u00e9union dans des salles publiques. Nous renouvellerons \u00e9galement notre soutien \u00e0 la r\u00e9volution populaire jusqu'\u00e0 la r\u00e9alisation enti\u00e8re de ses objectifs, afin d'imposer la volont\u00e9 populaire consistant \u00e0 mettre en place une v\u00e9ritable transition d\u00e9mocratique\u003C\/i\u003E \u00bb. (R\u00e9d.)\u003C\/small\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.cetri.be\/Algerie-Vendredi-21-fevrier-L-an-I\"\u003Ecetri.be\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}