{"128022":{"id":"128022","parent":"0","time":"1493283917","url":"http:\/\/www.mondialisation.ca\/la-mondialisation-et-la-politique-neoliberale-y-a-t-il-des-alternatives-au-pillage-de-la-terre-a-faire-la-guerre-et-a-detruire-la-planete\/5587157","category":"Alternatives","title":"La mondialisation et la politique n\u00e9olib\u00e9rale. Y a-t-il des alternatives au pillage de la terre, \u00e0 faire la guerre et \u00e0 d\u00e9truire la plan\u00e8te?","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/","hub":"newsnet","url-explicit":"","admin":"newsnet","views":"858","priority":"4","length":"113568","lang":"fr","content":"\u003Cp\u003EPar \u003Ca href=\"http:\/\/www.mondialisation.ca\/author\/claudia-von-werlhof\"\u003EProf. Claudia von Werlhof\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cimg style=\" width:137px;\" src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_128022_a02934.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003ECet article par l'auteure et scientifique politique, la Professeure Claudia von Werlhof, professeure en Etudes femmes et en Science politique \u00e0 l'Universit\u00e9 d'Innsbruck en Autriche, a \u003Ca href=\"http:\/\/www.globalresearch.ca\/the-consequences-of-globalization-and-neoliberal-policies-what-are-the-alternatives\/7973\"\u003Ed'abord \u00e9t\u00e9 publi\u00e9 en anglais\u003C\/a\u003E par le Centre de recherche sur la Mondialisation en 2008.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003E\u003Ci\u003EY a-t-il des alternatives au pillage de la terre, \u00e0 faire la guerre et \u00e0 d\u00e9truire la plan\u00e8te ?\u003C\/i\u003E\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECe texte est bas\u00e9 sur une pr\u00e9sentation d'un panel avec Ferdinand Lacina, ancien Ministre des finances autrichien et Ewald Nowotny, Pr\u00e9sident de la BAWAG-Bank pendant le conf\u00e9rence \"Dallinger Conference”, AK Vienne, Novembre 21, 2005.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe titre original en allemand : \u00ab : \"Alternativen zur neoliberalen Globalisierung, oder: Die Globalisierung des Neoliberalismus und seine Folgen, Wien, Picus 2007. \u003Ci\u003E(Traduction de l'allemand par Gabriel Kuhn)\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EIntroduction\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EY a-t-il une alternative au pillage de la terre ?\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EY a-t-il une alternative \u00e0 faire la guerre ?\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EY a-t-il une alternative \u00e0 d\u00e9truire la plan\u00e8te ?\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPersonne ne pose ces questions parce qu'elles semblent absurdes. Pourtant, personne ne peut y \u00e9chapper non plus. On doit les poser. L'absurdit\u00e9 ultime a saisi nos vies. Nous sommes non seulement entra\u00een\u00e9s vers une annihilation de monde - nous y sommes entra\u00een\u00e9s \u00e0 une vitesse croissante. La raison en est \u00ab la mondialisation \u00bb du \u00ab n\u00e9o-lib\u00e9ralisme \u00bb. Sa devise est TINA: \"There Is No Alternative!” \u003Ci\u003E(Il n'y a pas d'alternative).\u003C\/i\u003E C'est l'affaire des affaires, une grande f\u00eate, la bataille finale - Armageddon.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EFaux ? Exag\u00e9r\u00e9 ?\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECommen\u00e7ons par clarifier ce que sont la mondialisation et le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme, d'o\u00f9 ils viennent, qui les dirige, ce qu'ils pr\u00e9tendent, ce qu'ils font, pourquoi leurs effets sont si fatals, pourquoi ils \u00e9choueront, et pourquoi n\u00e9anmoins des gens s'y accrochent. Ensuite nous examinerons les r\u00e9ponses de ceux qui ne sont pas - ou ne seront pas - capables de vivre avec les cons\u00e9quences qu'ils provoquent.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003E1.Qu'est la \u00ab mondialisation n\u00e9o-lib\u00e9rale \u00bb ?\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003E1.1 TINA - Suppos\u00e9 sans alternative\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAvant de parler du sujet de ce panel - les alternatives \u00e0 la mondialisation n\u00e9olib\u00e9rale ou : la mondialisation du n\u00e9o-lib\u00e9ralisme - on doit reconna\u00eetre qu'il y a en effet un probl\u00e8me ici. Et pas seulement cela. On doit aussi d\u00e9finir quel est exactement le probl\u00e8me.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EC'est ici que les difficult\u00e9s commencent. Pour une bonne vingtaine d'ann\u00e9es maintenant, on nous a dit qu'il n'y avait pas d'alternatives \u00e0 la globalisation n\u00e9olib\u00e9rale\/ la mondialisation du n\u00e9o-lib\u00e9ralisme, et qu'en fait, qu'on n'avait besoin d'aucune alternative. Encore et encore, nous avons \u00e9t\u00e9 confront\u00e9 au concept TINA : \u00ab Il n'y a pas d'alternative ! \u00bb La \u00ab Dame de fer \u00bb, Margaret Thatcher, a \u00e9t\u00e9 une de ceux qui ont r\u00e9it\u00e9r\u00e9 sans fin cette croyance - c'est un embarras pour les femmes quand l'une d'entre elles affiche une politique d'une telle insensibilit\u00e9, une fois qu'elle arrive au pouvoir.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe concept TINA interdit toute pens\u00e9e. Il suit la logique qu'il n'y a aucune de raison d'analyser et de discuter le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme et la dite globalisation parce qu'ils sont in\u00e9vitables. Que nous cautionnons ce qui se passe ou non n'a pas d'importance, cela a lieu de toute fa\u00e7on. Il n'y a pas de raison d'essayer de comprendre. Donc: Adh\u00e9rez-y ! Tuer ou soyez tu\u00e9 !\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECertains vont aussi loin jusqu'\u00e0 sugg\u00e9rer que le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme et sa mondialisation - signifiant un syst\u00e8me \u00e9conomique sp\u00e9cifique qui s'est d\u00e9velopp\u00e9 dans des circonstances socio-historiques - n'est rien de moins qu'une loi de la nature. A son tour, \u00ab la nature humaine \u00bb est soi-disant refl\u00e9t\u00e9e par le caract\u00e8re des sujets \u00e9conomiques du syst\u00e8me : \u00e9go\u00efste, impitoyable, avide et froid. Ceci, nous dit-on, fonctionne au b\u00e9n\u00e9fice de tous.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa question reste, bien s\u00fbr, pourquoi \u00ab la main invisible \u00bb d'Adam Smith (qui soi-disant guide le processus \u00e9conomique vers le bien commun, m\u00eame si cela reste imperceptible pour l'individu, Binswanger 1998) est devenu \u00ab un poing visible \u00bb ? Alors qu'une minuscule minorit\u00e9 ramasse d'\u00e9normes b\u00e9n\u00e9fices dans le lib\u00e9ralisme \u00e9conomique d'aujourd'hui (dont rien ne restera bien s\u00fbr), la vaste majorit\u00e9 de la population de la terre, oui, la terre elle-m\u00eame, souffrent d'\u00e9preuves dans une mesure qui met leur survie m\u00eame en danger. Le dommage accompli semble irr\u00e9versible.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EToutes les \u00e9missions du monde - sp\u00e9cialement les stations TV - \u00e9vitent de traiter du probl\u00e8me. Une excuse commune est qu'il ne peut pas \u00eatre expliqu\u00e9 (Mies\/Werlhof 2003, p. 23ff, 36ff). La v\u00e9ritable raison est bien s\u00fbr, le contr\u00f4le des m\u00e9dias par les entreprises. Le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme signifie la politique entrepreneuriale.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EMalheureusement, ceci \u00e9chappe encore au public. Dans le plus grand nombre de pays occidentaux - comme, par exemple, en Autriche - \u00ab le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme \u00bb n'est m\u00eame pas g\u00e9n\u00e9ralement accept\u00e9 comme un terme, et m\u00eame \u00ab la mondialisation \u00bb lutte pour trouver une reconnaissance (Salmutter 1998, Dimmel\/Schmee 2005). Dans l'exemple autrichien, r\u00e8gne un curieux provincialisme qui pr\u00e9tend que le pays a \u00e9t\u00e9 en quelque sorte exclu de tout ce qui se passe autour de lui. Si quelqu'un \u00e9coutait l'ancien chancelier Sch\u00fcssel, cela r\u00e9sonnait comme si l'Autriche ne connaissait pas le moindre probl\u00e8me. La logique semble \u00eatre que s'il n'y a pas de terme, il n'y a pas de probl\u00e8me non plus. Innommable, indicible, impensable : n'existant pas. Heureuse Autriche.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EBien que la d\u00e9cision de l'Autriche de rejoindre l'Union europ\u00e9enne en 1995, apportait les m\u00eames cons\u00e9quences que le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme apporte partout, les connexions restent ignor\u00e9es. Ceci, malgr\u00e9 que fait que l'Union europ\u00e9enne est - \u00e0 c\u00f4t\u00e9, et en partie m\u00eame devant les US - la force dirigeant principale derri\u00e8re le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme et sa mondialisation. Mais empruntons un pas \u00e0 la fois...\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003E1.2 Que signifie \u00ab n\u00e9o \u00bb dans N\u00e9o-lib\u00e9ralisme ?\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe n\u00e9o-lib\u00e9ralisme comme politique \u00e9conomique a commenc\u00e9 au Chili en 1973. Son inauguration a consist\u00e9 en un coup d'\u00e9tat organis\u00e9 par les US contre un pr\u00e9sident socialiste \u00e9lu d\u00e9mocratiquement et l'installation d'une dictature militaire sanglante connue pour sa torture syst\u00e9matique. C'\u00e9tait la seule mani\u00e8re d'introduire en r\u00e9alit\u00e9 le mod\u00e8le n\u00e9olib\u00e9ral des \u00ab Chicago Boys \u00bb sous la direction de Milton Friedman - un \u00e9tudiant de Friedrich von Hayek, n\u00e9 en Autriche.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe pr\u00e9d\u00e9cesseur du mod\u00e8le n\u00e9olib\u00e9ral est le lib\u00e9ralisme \u00e9conomique du 18 \u003Csup\u003Ee\u003C\/sup\u003E et 19 \u003Csup\u003Ee\u003C\/sup\u003E si\u00e8cles et sa notion de \u00ab libre-\u00e9change \u00bb. L'estimation de Goethe, \u00e0 cette \u00e9poque, \u00e9tait : \u00ab Le libre-\u00e9change, une piraterie, une guerre- un trois ins\u00e9parable ! \u00bb (Faust 2)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAu centre, \u00e0 la fois dans l'ancien et le nouveau lib\u00e9ralisme se trouvent \u00ab l'int\u00e9r\u00eat personnel et l'individualisme ; une s\u00e9gr\u00e9gation des principes \u00e9thiques et des affaires \u00e9conomiques, en d'autres mots,: un processus pour \u00ab sortir du m\u00eame lit \u00bb l'\u00e9conomie de la soci\u00e9t\u00e9, une logique \u00e9conomique comme un simple calcul de co\u00fbt-b\u00e9n\u00e9fice et une maximisation du profit, une comp\u00e9tition comme la force dirigeante essentielle pour la croissance et le progr\u00e8s, une sp\u00e9cialisation et le remplacement de l'\u00e9conomie de subsistance avec le profit orient\u00e9 vers le commerce ext\u00e9rieur (avantage comparatif du co\u00fbt), et la proscription de l'interf\u00e9rence du public (de l'\u00e9tat) avec les forces du march\u00e9 \u00bb (Mies 2005, p. 34).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL\u00e0 o\u00f9 le nouveau lib\u00e9ralisme \u00e9conomique surpasse l'ancien c'est dans sa pr\u00e9tention globale. Le lib\u00e9ralisme \u00e9conomique d'aujourd'hui fonctionne comme un mod\u00e8le pour chacun et pour tous, toutes des parties de l'\u00e9conomie, tous des secteurs de la soci\u00e9t\u00e9, oui, de la vie\/la nature elle-m\u00eame. Comme cons\u00e9quence, l'\u00e9conomie, autrefois \u00ab sortie du lit \u00bb pr\u00e9tend maintenant \u00ab entrer dans le lit \u00bb tout, y compris le pouvoir politique. De plus, une nouvelle \u00ab \u00e9thique \u00e9conomique \u00bb entortill\u00e9e (et avec elle une certaine id\u00e9e de la \u00ab nature humaine \u00bb) \u00e9merge qui tourne en ridicule tout depuis \u00ab les faiseurs de bien \u00bb \u00e0 l'altruisme d'aide d\u00e9sint\u00e9ress\u00e9e de prendre soin d'autres jusqu'\u00e0 une notion de responsabilit\u00e9 (Gruen 1997).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECeci va si loin jusqu'\u00e0 pr\u00e9tendre que le bien commun d\u00e9pend enti\u00e8rement de l'\u00e9go\u00efsme incontr\u00f4l\u00e9 de l'individu et, sp\u00e9cialement, de la prosp\u00e9rit\u00e9 d'entreprises transnationales. La pr\u00e9tendue \u00ab libert\u00e9 \u00bb n\u00e9cessaire de l'\u00e9conomie - qui paradoxalement signifie uniquement la libert\u00e9 des entreprises - consiste donc en une libert\u00e9 de responsabilit\u00e9s et d'engagements envers la soci\u00e9t\u00e9. A son tour, le calcul rationnel co\u00fbt-b\u00e9n\u00e9fices visant \u00e0 maximaliser le profit sert non seulement comme un mod\u00e8le pour la production des entreprises et l'industrie de service et de commerce associ\u00e9e, mais aussi pour le secteur public qui jusqu'ici a \u00e9t\u00e9 exempt\u00e9 de telles demandes (en fait, il a \u00e9t\u00e9 historiquement d\u00e9fini par cette exception). Ceci vaut aussi pour le secteur de la reproduction, sp\u00e9cialement le m\u00e9nage.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa maximalisation du profit lui-m\u00eame doit avoir lieu dans le temps le plus court possible ; ceci signifie, de pr\u00e9f\u00e9rence par sp\u00e9culation et \u00ab la valeur de l'actionnaire \u00bb.Elle doit rencontrer aussi peu d'obstacles que possible. Aujourd'hui, les int\u00e9r\u00eats \u00e9conomiques globaux ont plus d'importance non seulement de pr\u00e9occupations extra-\u00e9conomiques mais aussi de consid\u00e9rations \u00e9conomiques nationales puisque les entreprises aujourd'hui se consid\u00e8rent au-dessus \u00e0 la fois de la communaut\u00e9 et de la nation. (Sassen 2000). Un \"niveau sur pied d'\u00e9galit\u00e9” est cr\u00e9\u00e9 qui offre aux joueurs globaux les meilleures conditions possibles. Ce niveau sur pied d'\u00e9galit\u00e9 ne conna\u00eet pas de \u00ab barri\u00e8res \u00bb l\u00e9gales, sociales, \u00e9cologiques, culturelles ou nationales (Mies\/Werlhof 2003, p. 24). Comme r\u00e9sultat, la concurrence \u00e9conomique se d\u00e9roule dans un march\u00e9 libre de toutes les influences de non-march\u00e9, extra-\u00e9conomiques ou \u00ab protectionnistes \u00bb - \u00e0 moins qu'elles ne servent les int\u00e9r\u00eats des \u00ab grands joueurs \u00bb (les entreprises), bien s\u00fbr. Les int\u00e9r\u00eats des entreprises - leur \u00ab croissance et \u00ab progr\u00e8s \u00bb maximum - constitue la priorit\u00e9 compl\u00e8te. Ceci est rationnalis\u00e9 en pr\u00e9tendant que leur bien-\u00eatre signifie le bien-\u00eatre de petites entreprises et d'ateliers aussi.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa diff\u00e9rence entre le nouveau et l'ancien lib\u00e9ralisme \u00e9conomique peut d'abord \u00eatre articul\u00e9e en termes quantitatifs : Apr\u00e8s que le capitalisme soit pass\u00e9 par une s\u00e9rie de ruptures et de contestations - provoqu\u00e9e par \u00ab les syst\u00e8mes de concurrence \u00bb, la crise du capitalisme le \u00ab Keynesianisme” d'apr\u00e8s guerre avec ses tendances sociales et d'\u00e9tat providence, la demande interne de la masse de consommateurs (le dit Fordisme), et l'objectif d'un plein emploi dans le Nord - les objectifs \u00e9conomiques lib\u00e9raux du pass\u00e9 sont maintenant non seulement ressuscit\u00e9s euphoriquement, mais ils sont aussi \u00ab globalis\u00e9s \u00bb. La raison principale est effectivement que la \u00ab concurrence des syst\u00e8mes \u00bb n'existe plus. Cependant, conclure que ceci confirme la victoire du \u00ab capitalisme \u00bb et de \u00ab l'Occident dor\u00e9 \u00bb sur \u00ab le sombre socialisme \u00bb n'est qu'une seule interpr\u00e9tation possible. Une autre - \u00e0 l'oppos\u00e9 - est de voir le \u00ab syst\u00e8me du monde moderne \u00bb (qui contient \u00e0 la fois le capitalisme et le socialisme, (Wallerstein 1979, 2004) comme ayant atteint une crise g\u00e9n\u00e9rale qui provoque une concurrence totale et sans merci sur les ressources globales tout en nivelant le moyen pour des opportunit\u00e9s \u00ab d'investissements \u00bb i.e. la valorisation du capital.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa mondialisation en cours de n\u00e9o-lib\u00e9ralisme d\u00e9montre quelle interpr\u00e9tation est juste. Pas moins, parce que les diff\u00e9rences entre l'ancien et le nouveau lib\u00e9ralisme \u00e9conomique ne peut pas seulement \u00eatre articul\u00e9 en termes quantitatifs mais en termes qualitatifs aussi. Ce dont on est t\u00e9moin, est un ph\u00e9nom\u00e8ne tout \u00e0 fait nouveaux : Au lieu d'une \u00ab concurrence compl\u00e8te \u00bb d\u00e9mocratique entre beaucoup de petites entreprises jouissant de \u00ab la libre entreprise \u00bb, seules les grandes entreprises font des gains. A tour de r\u00f4le, elles cr\u00e9ent de nouveaux oligopoles et des monopoles de march\u00e9 de dimension inconnue pr\u00e9c\u00e9demment. Le march\u00e9 reste donc seulement libre pour eux, alors qu'il est \u00ab non libre \u00bb pour toutes les autres qui sont condamn\u00e9es \u00e0 une existence de d\u00e9pendance (comme producteurs, travailleurs et consommateurs forc\u00e9s) ou carr\u00e9ment exclus du march\u00e9 (s'ils n'ont rien \u00e0 acheter ou \u00e0 vendre). Plus ou moins 50% de la population mondiale tombe dans ce groupe aujourd'hui, et le pourcentage cro\u00eet (George 2001).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDes lois anti-trust ont perdu tout pouvoir depuis que les entreprises transnationales \u00e9tablissent les normes. Ce sont les entreprises - pas \u00ab le march\u00e9 \u00bb comme un m\u00e9canisme anonyme ou \u00ab la main invisible \u00bb - qui d\u00e9terminent aujourd'hui les r\u00e8gles du commerce, par exemple les prix et les r\u00e9gulations l\u00e9gales. Ceci se passe en dehors de tout contr\u00f4le politique. Des sp\u00e9culations avec une moyenne de marge de profit de 20% (Altvater 2005) poussent vers la sortie d'honn\u00eates producteurs qui deviennent \u00ab non profitables \u00bb. L'argent devient trop pr\u00e9cieux pour des projets comparativement non profitables, des projets \u00e0 long terme ou des projets qui \u00ab uniquement \u00bb - combien audacieux ! - servent une bonne vie. L'argent au lieu de cela, \u00ab voyage vers le haut \u00bb et dispara\u00eet. Le capital financier d\u00e9termine toujours plus ce que sont et font les march\u00e9s (Altvater\/Mahnkopf 1996). En fait, il est maintenant - par la s\u00e9paration entre le dollar et le niveau de l'or par Nixon en 1971 - \u00ab \u00e9mancip\u00e9 \u00bb du capital productif et forme sa propre \u00ab bulle fiscale \u00bb multipliant le volume de l'argent qui est couvert par la production de nombreux (Lietaer 2006, Kennedy 1990). De plus, ces jours-ci, la plupart d'entre nous - exactement comme tous les gouvernements - avons des dettes. C'est le capital financier qui a tout l'argent - nous n'en avons pas (Creutz 1995).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003ELes cons\u00e9quences du n\u00e9o-lib\u00e9ralisme sont :\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes petites, moyennes et m\u00eame parfois de plus grandes entreprises sont pouss\u00e9es hors du march\u00e9, forc\u00e9es de dispara\u00eetre ou aval\u00e9es par des entreprises transnationales parce que leurs performances sont \u00ab en dessous de la moyenne \u00bb en comparaison avec les gains de la sp\u00e9culation -\u003Ci\u003E(\u003C\/i\u003E \u003Ci\u003Ejeu de mot en anglais plut\u00f4t :\u003C\/i\u003E \u003Ci\u003Espookulation).\u003C\/i\u003E Le secteur public qui a \u00e9t\u00e9 d\u00e9fini historiquement comme un secteur d'\u00e9conomie de non-profit et d'administration, \u00ab ont minci \u00bb et ses parties \u00ab profitables \u00bb (\u00ab joyaux \u00bb) remis aux entreprises (privatis\u00e9es). Comme cons\u00e9quence, des services sociaux qui sont n\u00e9cessaires pour notre existence disparaissent. De petits et moyens business priv\u00e9s - qui, jusqu'\u00e0 r\u00e9cemment employaient 80% de la force de travail et procuraient \u00ab des conditions de travail normales \u00bb - sont aussi affect\u00e9s par ces d\u00e9veloppements. La suppos\u00e9e corr\u00e9lation entre la croissance \u00e9conomique et la s\u00e9curit\u00e9 de l'emploi est fausse. L\u00e0 o\u00f9 la croissance \u00e9conomique signifie uniquement la fusion de business, des emplois sont perdus. (Mies\/Werlhof 2003, p. 7ff);\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ES'il y a de nouveaux emplois, le plus grand nombre est \"pr\u00e9caire”, signifiant qu'ils ne sont accessibles que temporairement et mal pay\u00e9s. Un seul emploi n'est habituellement pas suffisant pour un train de vie (Ehrenreich 2001). Cela signifie que les conditions de travail dans le Nord deviennent analogues \u00e0 celles du Sud et les conditions de travail des hommes analogues \u00e0 celles des femmes - une tendance diam\u00e9tralement oppos\u00e9e \u00e0 ce qu'on nous a toujours dit. Les entreprises s'en vont maintenant pour le Sud (ou l'Est) pour employer du travail bon march\u00e9 et particuli\u00e8rement f\u00e9minin sans \u00ab affiliation syndicale \u00bb. Ceci s'est d\u00e9j\u00e0 pass\u00e9 depuis les ann\u00e9es 1970 dans les \u00ab Zones libres de production \u00bb (FPZs, usines de march\u00e9 mondiales\u00bb ou \"maquiladoras”), o\u00f9 sont produit le plus de puces d'ordinateur, de baskets, de v\u00eatements et de marchandises \u00e9lectroniques du monde (Fr\u00f6bel\/Heinrichs\/Kreye 1977). Les FPZs se trouvent dans des r\u00e9gions o\u00f9 des conditions coloniales, capitalistes, et patriarcalement autoritaires vieilles d'un si\u00e8cle, garantissent la disponibilit\u00e9 n\u00e9cessaire d'un travail bon march\u00e9 (Bennholdt-Thomsen\/Mies\/Werlhof 1988). Le passage r\u00e9cent d'opportunit\u00e9s de business des biens des consommateurs aux armements est un d\u00e9veloppement particuli\u00e8rement inqui\u00e9tant (Chossudovsky 2003).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECe n'est pas seulement la production de marchandises qui est \u00ab externalis\u00e9e \u00bb et situ\u00e9e dans des FPZs, mais des industries de service, aussi. Ceci est le r\u00e9sultat de la \u00ab Troisi\u00e8me R\u00e9volution industrielle \u00bb, signifiant le d\u00e9veloppement de nouvelles technologies d'information et de communication. Beaucoup de boulots ont enti\u00e8rement disparus \u00e0 cause de l'informatisation, aussi dans les domaines administratifs (Fr\u00f6bel et al. 1977). La combinaison des principes \u00ab haute techno \u00bb et \u00ab bas salaires \u00bb (toujours ni\u00e9e par les enthousiastes du \u00ab progr\u00e8s \u00bb) garantit \u00ab un avantage de co\u00fbt comparatif\u00bb dans le commerce ext\u00e9rieur. Ceci conduira finalement \u00e0 des \u00ab salaires chinois \u00bb en Occident. Une perte potentielle de consommateurs occidentaux n'est pas consid\u00e9r\u00e9e comme une menace. Une \u00e9conomie entrepreneuriale ne se soucie pas si les consommateurs sont europ\u00e9ens, chinois ou indien.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes moyens de production se concentrent dans de moins en moins de mains, surtout depuis que la capital financier - rendu pr\u00e9caire lui-m\u00eame - contr\u00f4lent la valeur de l'actif encore plus agressivement. De nouvelles formes de propri\u00e9t\u00e9 priv\u00e9e sont cr\u00e9\u00e9es, pas le moins par le \u00ab d\u00e9gagement \u00bb de la propri\u00e9t\u00e9 publique et la transformation d'anciens services publics et de services priv\u00e9s d'industries de petite dimension, vers un secteur du business d'entreprises. Ceci concerne surtout les domaines qui ont \u00e9t\u00e9 longtemps (du moins en partie) exclus de la logique du profit - ex : l'\u00e9ducation, la sant\u00e9, l'\u00e9nergie ou la fourniture\/ le traitement de l'eau. De nouvelles formes \u00ab d'enclos \u00bb \u00e9mergent de la commercialisation totale d'anciens services et industries publics et priv\u00e9s de petite dimension, \u00ab pour tous \u00bb et de ressources naturelles comme les oc\u00e9ans, des jungles, des r\u00e9gions de diversit\u00e9 g\u00e9n\u00e9tique ou d'int\u00e9r\u00eat g\u00e9opolitique (ex. les routes potentielles de pipelines) etc.; (Isla 2005). Dans la mesure o\u00f9 fonctionnent les nouveaux espaces virtuels et r\u00e9seaux de communication, on est t\u00e9moin d'efforts fr\u00e9n\u00e9tiques pour les mettre aussi sous contr\u00f4le priv\u00e9 (Hepburn 2005).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EToutes ces nouvelles formes de propri\u00e9t\u00e9 sont essentiellement cr\u00e9\u00e9es par (plus ou moins) des formes d'appropriation pr\u00e9datrice. Dans ce sens, ce sont une continuation modifi\u00e9e de l'histoire de \u00ab l'accumulation originale \u00bb (Werlhof 1991, 2003a) qui s'est \u00e9tendue globalement en suivant la devise : \u00ab La croissance par l'expropriation ! \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa plupart des gens ont de moins en moins acc\u00e8s aux moyens de production, et ainsi augmente la d\u00e9pendance \u00e0 un travail rare et sous-pay\u00e9. La destruction de l'\u00e9tat providence d\u00e9truit aussi la notion que des individus peuvent compter sur la communaut\u00e9 pour s'occuper d'eux \u00e0 des moments de n\u00e9cessit\u00e9. Notre existence d\u00e9pend exclusivement du priv\u00e9, i.e. co\u00fbteux, des services qui sont souvent de beaucoup plus mauvaise qualit\u00e9 et beaucoup moins fiables que les services publics. (C'est un mythe que le priv\u00e9 est toujours sup\u00e9rieur au public). Ce que nous exp\u00e9rimentons est une p\u00e9nurie seulement connue autrefois par le Sud colonial. La vieille affirmation que le Sud se d\u00e9veloppera finalement en Nord s'est av\u00e9r\u00e9e fausse. C'est le Nord qui de plus en plus se d\u00e9veloppe en Sud. Nous sommes t\u00e9moins de la derni\u00e8re forme de \u00ab d\u00e9veloppement \u00bb : \u00e0 savoir, un syst\u00e8me mondial de sous-d\u00e9veloppement (Frank 1969).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe d\u00e9veloppement et le sous-d\u00e9veloppement vont la main dans la main (Mies 2005). Ceci pourrait m\u00eame bient\u00f4t appara\u00eetre une \u00ab aide au d\u00e9veloppement \u00bb des travailleurs.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECe sont habituellement les femmes qui sont appel\u00e9es \u00e0 compenser le sous-d\u00e9veloppement par une augmentation du travail \u00ab pourvoir aux besoins \u00bb du m\u00e9nage. Comme r\u00e9sultat, le poids du travail et sous-pay\u00e9 des femmes prend des dimensions horribles : elles font du travail non pay\u00e9 \u00e0 la maison et un travail \u00ab m\u00e9nag\u00e9ris\u00e9 \u00bb, pauvrement pay\u00e9, \u00e0 l'ext\u00e9rieur. (Bennholdt-Thomsen et al. 1988). Pourtant, la commercialisation ne stoppe pas devant les portes des maisons non plus. M\u00eame le travail \u00e0 domicile est commercialement co-opt\u00e9 (\u00ab la question de la nouvelle bonne \u00bb), avec pratiquement aucun b\u00e9n\u00e9fice pour les femmes qui font le travail (Werlhof 2004).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPas le moins \u00e0 cause de cela, des femmes sont de plus en plus forc\u00e9es dans la prostitution (Isla 2003, 2005), une des plus grandes industries globales d'aujourd'hui. Ceci illustre deux choses : a) combien peu \u00ab l'\u00e9mancipation \u00bb des femmes conduit en r\u00e9alit\u00e9 \u00e0 \u00ab des conditions \u00e9gales\u00bb avec les hommes, et b) que le \u00ab d\u00e9veloppement capitaliste \u00bb n'implique pas une \u00ab libert\u00e9 \u00bb accrue dans les relations de salaire du travail, comme la gauche l'a longtemps pr\u00e9tendu (Wallerstein 1979). Si c'\u00e9tait le cas, alors le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme signifierait la fin volontaire du capitalisme une fois qu'il a atteint son extension la plus lointaine. Ceci, cependant, ne semble pas probable.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAujourd'hui, des centaines de millions de quasi-esclaves, plus que jamais avant, existent dans le \u00ab syst\u00e8me mondial \u00bb. (Bales 2001). Le mod\u00e8le autoritaire des \"Zones libres de production ” conquiert l'Est et menace le Nord. La redistribution de la richesse va toujours plus - et avec une vitesse toujours acc\u00e9l\u00e9r\u00e9e - de la base au sommet. Le foss\u00e9 entre les riches et les pauvres n'a jamais \u00e9t\u00e9 aussi grand. La classe moyenne dispara\u00eet. C'est la situation \u00e0 laquelle nous sommes confront\u00e9s.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl devient \u00e9vident que le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme ne marque pas la fin du colonialisme, mais au contraire la colonisation du Nord. Cette nouvelle \u00ab colonisation du monde \u00bb (Mies 2005) renvoie aux d\u00e9buts du \u00ab syst\u00e8me mondiale moderne \u00bb dans le \u00ab long 16 \u003Csup\u003Ee\u003C\/sup\u003Esi\u00e8cle \u00bb (Wallerstein 1979, Frank 2005, Mies 1986), quand la conqu\u00eate des Am\u00e9riques, leur exploitation et leur transformation coloniale a permis la mont\u00e9e et le \u00ab d\u00e9veloppement \u00bb de l'Europe. Les dite \u00ab maladies des enfants \u00bb de la modernit\u00e9 continue \u00e0 l'obs\u00e9der, m\u00eame dans le pass\u00e9. Elles sont, en fait, la principale caract\u00e9ristique du dernier stade de la modernit\u00e9. Elles se r\u00e9pandent au lieu de dispara\u00eetre.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EO\u00f9 il n'y a pas de Sud, il n'y a pas de Nord ; o\u00f9 il n'y a pas de p\u00e9riph\u00e9rie, il n'y a pas de centre ; o\u00f9 il n'y a pas de colonie, il n'y a pas - en tout cas de civilisation \u00ab occidentale \u00bb (Werlhof 2007a).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'Autriche aussi fait partie du syst\u00e8me mondial. Elle devient de plus en plus une colonie d'entreprises (particuli\u00e8rement d'entreprises allemandes). Ceci, pourtant, ne l'emp\u00eache pas d'\u00eatre une colonisatrice active elle-m\u00eame, sp\u00e9cialement dans l'Est (Hofbauer 2003, Salzburger 2006).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes consid\u00e9rations sociales, culturelles, traditionnelles et \u00e9cologiques sont abandonn\u00e9es et engendre une mentalit\u00e9 de pillage. Toutes les ressources globales que nous avons encore - des ressources naturelles, des for\u00eats, de l'eau, des fonds g\u00e9n\u00e9tiques - ont \u00e9t\u00e9 transform\u00e9s en objets \u00ab d'utilisation \u00bb. Une destruction \u00e9cologique rapide par \u00e9puisement en est la cons\u00e9quence. Quand on fait plus de profits en coupant des arbres qu'en les plantant, alors, il n'y a pas de raison de ne pas les couper (Lietaer 2006). Ni le public, ni l'\u00e9tat n'interf\u00e8re, malgr\u00e9 le r\u00e9chauffement global et le fait \u00e9vident que le d\u00e9blaiement des quelques for\u00eats tropicales qui restent d\u00e9truiront irr\u00e9versiblement le climat de la terre - sans m\u00eame parler des nombreux autres effets n\u00e9gatifs d'une telle action (Raggam 2004). Le climat, l'animal, les plantes, l'humain et les droits g\u00e9n\u00e9raux \u00e9cologiques ne valent rien compar\u00e9s aux int\u00e9r\u00eats des entreprises - est sans importance que les for\u00eats tropicales ne sont pas une ressource renouvelable et que l'\u00e9cosyst\u00e8me entier de la terre en d\u00e9pend. Si l'avidit\u00e9 - et le rationalisme avec lequel elle est \u00e9conomiquement renforc\u00e9e - \u00e9tait vraiment un trait anthropologique inh\u00e9rent, nous ne serions m\u00eame jamais arriv\u00e9 \u00e0 ce jour.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa commandante de la navette de l'espace qui tournait autour de la terre en 2005 a remarqu\u00e9 que \u00ab le centre de l'Afrique br\u00fblait \u00bb. Elle voulait dire le Congo, dans lequel la derni\u00e8re grande for\u00eat tropicale du continent est localis\u00e9e. Sans elle, il n'y aura plus de nuages de pluie au-dessus des sources du Nil. Pourtant, elle doit dispara\u00eetre afin que les entreprises aient un libre acc\u00e8s aux ressources naturelles du Congo qui sont la raison des guerres qui meurtrissent la r\u00e9gion aujourd'hui. Apr\u00e8s tout, on a besoin de p\u00e9trole, de diamants et de coltan pour les t\u00e9l\u00e9phones mobiles.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes for\u00eats d'Asie ont aussi br\u00fbl\u00e9 pendant de nombreuses ann\u00e9es, et \u00e0 la fin de 205, le parlement br\u00e9silien a approuv\u00e9 le d\u00e9blaiement de 50% du reste de l'Amazone. Entre-temps, des rumeurs abondent que le Br\u00e9sil et le Venezuela ont d\u00e9j\u00e0 vendu leurs droits sur ce qui reste de la plus grande for\u00eat de la terre - pas aux Am\u00e9ricains US mais aux Chinois soi-disant \u00ab de gauche \u00bb qui souffrent d'une p\u00e9nurie chronique de bois et ne peuvent pas maintenir leur \u00e9norme croissance \u00e9conomique et leurs ambitions \u00e9conomiques de superpuissance sans obtenir des ressources globales.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EVu la course d'aujourd'hui pour les derni\u00e8res ressources de la terre, on se demande ce que pensaient les repr\u00e9sentants de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) quand ils ont accept\u00e9 la Chine comme un nouveau membre en 2001. Ils avaient probablement dans l'esprit le march\u00e9 g\u00e9ant chinois mais pas la concurrence g\u00e9ante chinoise. Apr\u00e8s tout, un quart de la population mondiale vit en Chine. Bien s\u00fbr, il a d\u00e9j\u00e0 \u00e9t\u00e9 \u00e9tabli depuis longtemps qu'une continuation de l'expansion du style de vie occidental conduira \u00e0 un effondrement \u00e9cologique global- le plus vite, le plus t\u00f4t. (Sarkar 2001).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAujourd'hui, tout sur terre est transform\u00e9 en marchandise, i.e. tout devient un objet \u00ab commercial \u00bb et la commercialisation (qui signifie r\u00e9ellement la \u00ab liquidation \u00bb : la transformation de tout, en argent liquide). Dans son \u00e9tape n\u00e9olib\u00e9rale, il ne suffit pas pour le capitalisme de poursuivre globalement une production de marchandises moins co\u00fbteuse et de pr\u00e9f\u00e9rence \u00ab sans salaire \u00bb. L'objectif est de transformer chacun et tout en marchandises (Wallerstein 1979), y compris la vie elle-m\u00eame. Nous nous pr\u00e9cipitons aveugl\u00e9ment vers la conclusion violente et absolue de ce \u00ab mode de production \u00bb, \u00e0 savoir la capitalisation\/ la liquidation totale par la \u00ab mon\u00e9tarisation \u00bb (Genth 2006).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ENous ne sommes pas seulement t\u00e9moins de l'\u00e9loge perp\u00e9tuel du march\u00e9 - nous sommes t\u00e9moins de ce qu'on peut d\u00e9crire comme un \u00ab fondamentalisme du march\u00e9 \u00bb. Les gens croient dans le march\u00e9 comme si c'\u00e9tait un dieu. Il semble y avoir le sentiment que rien ne pourrait jamais se produire sans lui. Une accumulation totale d'argent\/de capital, globale et maximis\u00e9e comme une richesse abstraite devient le seul but de l'activit\u00e9 \u00e9conomique. Un march\u00e9 mondial \u00ab libre \u00bb pour tout doit \u00eatre \u00e9tabli - un march\u00e9 mondial qui fonctionne conform\u00e9ment aux int\u00e9r\u00eats des entreprises et de l'argent capitaliste. L'installation d'un tel march\u00e9 se d\u00e9roule \u00e0 une vitesse impressionnante. Il cr\u00e9e des de nouvelles possibilit\u00e9s profits o\u00f9 ils n'ont pas exist\u00e9s avant, par ex ; l'Irak, l'Europe de l'Est ou la Chine.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUne chose reste g\u00e9n\u00e9ralement n\u00e9glig\u00e9e : La richesse abstraite cr\u00e9\u00e9e pour l'accumulation implique la destruction de la nature comme richesse concr\u00e8te. Le r\u00e9sultat est \u00ab un trou dans la terre \u00bb (Galtung), et \u00e0 c\u00f4t\u00e9 une d\u00e9charge de d\u00e9chets avec des marchandises utilis\u00e9es, des machines d\u00e9pass\u00e9es et l'argent sans valeur. Cependant, une fois que toute la richesse concr\u00e8te (qui aujourd'hui consiste principalement dans les derni\u00e8res ressources naturelles) sera \u00e9puis\u00e9e, la richesse abstraite dispara\u00eetra aussi. Elle \u00ab s'\u00e9vaporera \u00bb pour employer les mots de Marx. Le fait que la richesse abstraite n'est pas une richesse r\u00e9elle deviendra \u00e9vident, et il en va de m\u00eame pour la r\u00e9ponse \u00e0 la question quelle richesse l'activit\u00e9 \u00e9conomique moderne a-t-elle r\u00e9ellement cr\u00e9\u00e9e. A la fin ce n'est rien que de la richesse mon\u00e9taire (et m\u00eame elle existe principalement virtuellement ou sur des comptes) qui constitue une \u00ab monoculture \u00bb contr\u00f4l\u00e9e par une infime minorit\u00e9. La diversit\u00e9 est asphyxi\u00e9e et des millions de gens sont laiss\u00e9s qui se demandent comment ils vont survivre. Et, r\u00e9ellement ; comme survivre sans ressources, sans moyens de production ni d'argent ?\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe nihilisme de notre syst\u00e8me \u00e9conomique est \u00e9vident. Le monde entier sera transform\u00e9 en argent - et ensuite il \u00ab dispara\u00eetra \u00bb. Apr\u00e8s tout, l'argent, on ne peut pas le manger. Ce que personne ne semble prendre en consid\u00e9ration est le fait qu'il est impossible de retransformer des marchandises, l'argent, le capital et la machinerie en richesse de la nature ou concr\u00e8te. Il semble qu'\u00e9tant sous-jacent \u00e0 tout d\u00e9veloppement \u00e9conomique se trouve l'hypoth\u00e8se que les \u00ab ressources \u00bb, les \u00ab sources de la richesse \u00bb (Marx), sont renouvelables et \u00e9ternelles - juste comme la \u00ab croissance \u00bb qu'elles cr\u00e9ent (Werlhof 2001 a). La perfidie de cette hypoth\u00e8se devient de plus en plus dure \u00e0 nier. Par exemple, le \u00ab pic \u00bb dans la production de p\u00e9trole vient juste d'\u00eatre pass\u00e9 - signifiant que nous sommes au-del\u00e0 de l'exploitation des 50% de tout ce qu'il y a.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPourtant, ironiquement, il semble que comme la perspective de certaines ressources touchant \u00e0 leur fin ne fait qu'acc\u00e9l\u00e9rer la course \u00e9conomique. Tout ce qui est naturel est commercialis\u00e9 dans des dimensions jamais vues avant, \u00e0 une vitesse sans pr\u00e9c\u00e9dent et par toujours plus de moyens de technologie avanc\u00e9e. Le but ultime reste de cr\u00e9er de nouvelles possibilit\u00e9s d'investissement et de profit, en d'autres mots, de nouvelles possibilit\u00e9s de croissance capables de cr\u00e9er de nouvelles possibilit\u00e9s d'accumulation - futures inclues.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes limites mat\u00e9rielles d'une telle politique deviennent plus claires chaque jour : l'effondrement global \u00e9cologique, \u00e9conomique, mon\u00e9taire, social et politique (Diamond 2005) qui entra\u00eene in\u00e9vitablement \u00e0 ce qui a d\u00e9j\u00e0 commenc\u00e9. \u00ab La fin de l'Occident global \u00bb. \"Global West End.”\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EComment sinon peut-on comprendre le fait qu'au moment o\u00f9 la civilisation a atteint son pr\u00e9tendu z\u00e9nith, un \u00eatre humain meure chaque seconde (Ziegler 2004)? Comment une telle politique peut-elle \u00eatre prise au s\u00e9rieux ? C'est dans tous les sens, un crime. Malheureusement, la fa\u00e7ade de \u00ab la rationalit\u00e9 \u00bb banale - ce que Hannah Arendt a appel\u00e9 \u00ab la banalit\u00e9 du mal \u00bb - derri\u00e8re laquelle elle op\u00e8re, la rend invisible pour beaucoup. Les gens ne reconnaissent pas son v\u00e9ritable caract\u00e8re. Ceci est le r\u00e9sultat de l'\u00e9norme crise en esprit et en \u00e2me qui accompagne la crise mat\u00e9rielle dont beaucoup d'entre nous restent inconscients : notamment, l'annihilation de la mati\u00e8re par sa transformation en marchandises, que nous, par illusion, appelons \u00ab le mat\u00e9rialisme (Je l'appelle \u00ab patriarcat \u00bb Werlhof 2001 a). La richesse initiale de la mati\u00e8re (\u00ab la m\u00e8re-terre \u00bb) devient maintenant un terrain vague st\u00e9rile qui ne sera pas reconnu par beaucoup aussi longtemps que leur croyance dans le \u00ab progr\u00e8s \u00bb bloquera ces visions. La derni\u00e8re phase du patriarcat et du capitalisme n'a non seulement pas de sens mais elle sera bient\u00f4t aussi sans vie : la Kaputalisme.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl semble impossible de ne pas se demander comment l'enti\u00e8re \u00e9conomie en soit venue \u00e0 suivre un seul motif : le monisme de faire de l'argent. Sp\u00e9cialement depuis que cela ne s'applique pas seulement \u00e0 l'\u00e9conomie mais aussi \u00e0 la politique, \u00e0 la science, aux arts et m\u00eame \u00e0 nos relations sociales.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa notion que le capitalisme et la d\u00e9mocratie sont un est prouv\u00e9 \u00eatre un mythe par le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme et son \u00ab totalitarisme mon\u00e9taire \u00bb (Genth 2006). La primaut\u00e9 de la politique sur l'\u00e9conomie a \u00e9t\u00e9 perdue. Les politiciens et tous les partis l'ont abandonn\u00e9e. Ce sont les entreprises qui dictent la politique. Quand les int\u00e9r\u00eats des entreprises sont concern\u00e9s, il n'y a pas de place pour une convention d\u00e9mocratique ou un contr\u00f4le communautaire. L'espace public dispara\u00eet. La \"res publica” devient une \"res privata”, ou - comme on pourrait le dire aujourd'hui - une \"res privata transnationale” (dans sa signification latine, \u00ab privare \u00bb signifie priver). Uniquement ceux au pouvoir ont encore des droits. Ils se donnent les licences dont ils ont besoin, depuis \u00ab la licence de piller \u00bb jusqu'\u00e0 la \u00ab licence de tuer \u00bb (Mies\/Werlhof 2003, Mies 2005). Ceux qui se mettent sur leur chemin ou contestent leurs \u00ab droits \u00bb sont diffam\u00e9s, criminalis\u00e9s et \u00e0 des degr\u00e9s croissants, d\u00e9finis comme \u00ab terroristes \u00bb, ou dans le cas de gouvernements d\u00e9fiants, comme \u00ab \u00e9tats voyous \u00bb une qualification qui implique habituellement une menace d'attaque ou une attaque militaire r\u00e9elle, comme on peut le voir dans le cas de la Yougoslavie, de l'Afghanistan et de l' Iraq, et peut-\u00eatre de la Syrie et de l'Iran, dans un prochain avenir. Le Pr\u00e9sident US Bush a m\u00eame parl\u00e9 de la possibilit\u00e9 de frappes nucl\u00e9aires \u00ab pr\u00e9ventive \u00bb si les US se sentaient mis en danger par des armes de destruction massive (Chossudovsky 2005). L'Union europ\u00e9enne n'a pas fait d'objections (Chossudovsky 2006).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe n\u00e9o-lib\u00e9ralisme et la guerre sont les deux c\u00f4t\u00e9s d'une m\u00eame pi\u00e8ce (Altvater\/Chossudovsky\/Roy\/Serfati 2003, Mies 2005). Le libre-\u00e9change, la piraterie et la guerre sont encore toujours \u00ab les trois ins\u00e9parables \u00bb - aujourd'hui peut-\u00eatre plus que jamais. La guerre n'est pas seulement \u00ab bonne pour l'\u00e9conomie \u00bb (Hendersen 1996), mais est, en effet sa force principale et peut \u00eatre comprise comme \u00ab la continuation de l'\u00e9conomie par d'autres moyens \u00bb. La guerre et l'\u00e9conomie sont devenus presque indistinguables (Werlhof 2005 b). Des guerres pour des ressources (Klare 2001) - sp\u00e9cialement le p\u00e9trole et l'eau - ont d\u00e9j\u00e0 commenc\u00e9. Les Guerres du Golfe en sont les exemples les plus \u00e9vidents. Le militarisme, une fois de plus, appara\u00eet comme \u00ab l'ex\u00e9cuteur du capital d'accumulation \u00bb (Luxemburg 1970) - potentiellement partout et durablement.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes droits humains et les droits \u00e0 la souverainet\u00e9 on \u00e9t\u00e9 transf\u00e9r\u00e9 du peuple, des communaut\u00e9s et des gouvernements aux entreprises (Clarke 1998). La notion du peuple comme un organe souverain a pratiquement \u00e9t\u00e9 aboli. On a \u00e9t\u00e9 t\u00e9moin de coups de la sorte. Les syst\u00e8mes politiques en Occident et les \u00e9tats-nations comme garanties pour la division du travail dans le syst\u00e8me mondial moderne et son expression se dissolvent de plus en plus (Sassen 2000). Les \u00e9tats-nations se d\u00e9veloppent en \u00ab \u00e9tats de la p\u00e9riph\u00e9rie \u00bb conform\u00e9ment au r\u00f4le inf\u00e9rieur qu'ils jouent dans le \u00ab Nouvel ordre mondial \u00bb proto-despotique (Hardt\/Negri 2001, Chomsky 2003). La d\u00e9mocratie appara\u00eet d\u00e9su\u00e8te. Apr\u00e8s tout, \u00ab elle g\u00eane le business \u00bb (Werlhof 2005 a).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe \"Nouvel ordre mondial” implique une nouvelle division du travail qui ne fait plus de distinction entre le Nord et le Sud, l'Est et l'Ouest - aujourd'hui, c'est partout le Sud. Une loi internationale conforme est \u00e9tablie qui fonctionne effectivement du sommet vers la base (\"top-down”) et elle \u00e9limine tous les droits communaux locaux et r\u00e9gionaux. Et pas seulement cela : beaucoup de tels droits sont rendus invalides \u00e0 la fois r\u00e9troactivement et pour le futur (cf. les clauses \"roll back” \u003Ci\u003E(??? casser les prix)\u003C\/i\u003E et \"stand still” \u003Ci\u003E(??? s'arr\u00eater)\u003C\/i\u003E dans les accords de l'OMC, Mies\/Werlhof 2003).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa logique du n\u00e9o-lib\u00e9ralisme comme une sorte de n\u00e9omercantilisme totalitaire est que toutes les ressources, tous les march\u00e9s, tout l'argent, tous les profits, tous les moyens de production, toutes \u00ab les possibilit\u00e9s d'investissement \u00bb, tous les droits, et tout le pouvoir appartiennent seulement aux entreprises. Pour paraphraser Richard Sennett (2005): \u00ab Tout aux entreprises ! \u00bb on pourrait ajouter \u00ab maintenant ! \u00bb\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes entreprises sont libres de faire tout ce qu'elles veulent avec ce qu'elles obtiennent. Personne n'est autoris\u00e9 \u00e0 interf\u00e9rer. Ironiquement, on attend de nous de compter sur elles pour trouver le moyen de sortir de la crise dans laquelle nous sommes.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECeci met le globe entier en danger puisque la responsabilit\u00e9 est quelque chose que les entreprises n'ont pas ou ne connaissent pas. Le temps des contrats sociaux est pass\u00e9 (Werlhof 2003 a). En fait, rien que signaler la crise est devenue un crime et toute critique sera bient\u00f4t d\u00e9finie comme \u00ab terreur \u00bb et pers\u00e9cut\u00e9e comme telle (Chossudovsky 2005).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EI.3 La politique n\u00e9olib\u00e9rale en action\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa logique du n\u00e9o-lib\u00e9ralisme de demeure pas dans la sph\u00e8re \u00e9conomique seulement. Au lieu de cela, elle entre dans la politique et la transforme et donc - depuis les \u00e9v\u00e9nements au Chili en 1973 - elle cr\u00e9e une injustice globale. Les ex\u00e9cuteurs d'injustice sont les gouvernements occidentaux, les entit\u00e9s entrepreneuriales (comme la Chambre de commerce internationale, (ICC), la Table ronde europ\u00e9enne des industriels (ERT), l'Organisation de coop\u00e9ration \u00e9conomique et de d\u00e9veloppement (OCDE), le R\u00e9seau des services europ\u00e9ens (ESN),la Coalition US du service des industries (USCSI), etc.), et les institutions Bretton-Woods post Seconde guerre mondiale comme la Banque mondiale (BM), le Fonds mon\u00e9taire international (FMI) et l'Organisation du commerce mondial (OCM - la continuation de l'Accord g\u00e9n\u00e9ral sur les tarifs et le commerce, GATT, aboli en 1994) (Perkins 2004).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa th\u00e9orie du capitalisme incarnant \u00ab une loi naturelle \u00bb re\u00e7oit un soutien massif \u00e0 l'\u00e9poque n\u00e9olib\u00e9rale. Ceci non seulement aide \u00e0 mondialiser le pouvoir du capitalisme, mais acc\u00e9l\u00e8re aussi la mondialisation du n\u00e9o-lib\u00e9ralisme. \"Speed kills” \u003Ci\u003E(??? la vitesse neutralise)\u003C\/i\u003E est le slogan obsc\u00e8ne utilis\u00e9 pour d\u00e9crire ce d\u00e9veloppement par beaucoup de politiciens occidentaux. Ceci confirme qu'ils sont conscients de ce qui se passe et de ce qu'ils font. Le slogan laisse entendre le fait qu'une fois que les \u00ab r\u00e9formes \u00bb (qui en r\u00e9alit\u00e9 \u00ab d\u00e9forment \u00bb) acqui\u00e8rent un certain \u00e9lan, il devient impossible pour les gens affect\u00e9s de continuer avec ce qui se passe - les r\u00e9formes sont d\u00e9cid\u00e9es au-dessus de leur t\u00eate et mises en œuvre derri\u00e8re leur dos. Une fois que les cons\u00e9quences entrent en action - ce qui se passe g\u00e9n\u00e9ralement dans un court d\u00e9lai - ceux qui sont responsables sont partis depuis longtemps et\/ou il n'y a pas de moyen l\u00e9gal pour \u00ab rectifier \u00bb quoi que ce soit (Werlhof 2005 a). A cause d'un jeu aussi infect, la protestation et la r\u00e9sistance viennent toujours trop tard. Une fois qu'elles surgissent, tout est d\u00e9j\u00e0 devenu irr\u00e9vocablement une r\u00e9alit\u00e9 - cela semble comme si une \u00ab catastrophe \u00ab naturelle \u00bb avait pris place.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECe sont les m\u00eames politiciens qui nous disent qu'il n'y a pas d'arr\u00eat \u00e0 la mondialisation et que \u00ableur \u00ab politique de r\u00e9formes \u00bb est la solution et pas le probl\u00e8me, et qui ont, en fait, introduit et renforc\u00e9 le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme global qu'ils d\u00e9crivent comme une partie in\u00e9luctable de l'histoire. Ils ont fait cela \u00e0 l'int\u00e9rieur de la politique de l'\u00e9tat-nation ainsi que par la participation aux organes de l'UE et de l'OMC, la Banque mondiale et du FMI. Bien s\u00fbr, nous n'avons jamais entendu une explication v\u00e9ritable pour le pourquoi ils ont fait cela (et, en fait, continuent \u00e0 faire). Ceci est apparemment le cas pour tous les partis politiques - sans exception (?) - qui conservent une sorte de pouvoir ou qui sont nich\u00e9s dans sa proximit\u00e9 (Dimmel\/Schmee 2005). Certains d'entre eux semblent m\u00eame avoir oubli\u00e9 que juste peu de temps avant, ils connaissaient encore des alternatives et tenaient des visions oppos\u00e9es. Que leur est-il arriv\u00e9 ? Ont-ils \u00e9t\u00e9 achet\u00e9s ? Menac\u00e9s ? Extorqu\u00e9s ? \u00ab Ont-ils eu un lavage de cerveau \u00bb ?\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUne chose est claire : Les politiciens ne souffrent pas de la mis\u00e8re qu'ils cr\u00e9ent et justifient chaque jour. Ils agissent comme des employ\u00e9s d'entreprises et prennent soin de la politique de business de chaque jour dont les entreprises ne peuvent pas ou ne veulent pas s'occuper eux-m\u00eames. Mais de nouveau, examinons un pas \u00e0 la fois...\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDepuis les ann\u00e9es 1980, ce sont surtout les Programmes d'ajustement structurel, les SAPs de la Banque mondiale et du FMI qui agissent comme renforceurs du n\u00e9o-lib\u00e9ralisme. Ces programmes sont impos\u00e9s contre les pays du Sud qui peuvent \u00eatre extorqu\u00e9es \u00e0 cause de leurs dettes. Entre-temps, de nombreuses interventions militaires et des guerre aident \u00e0 prendre possession des biens qui restent encore, \u00e0 assurer des ressources, \u00e0 installer le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme comme politique \u00e9conomique globale, \u00e0 briser la r\u00e9sistance de mouvements (qualifi\u00e9s cyniquement de \u00ab r\u00e9bellions FMI \u00bb) et \u00e0 faciliter le business lucratif de reconstruction (Chossudovsky 2002, Mies 2005, Bennholdt-Thomsen\/Faraclas\/Werlhof 2001).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans les ann\u00e9es 1980, Ronald Reagan et Margaret Thatcher ont introduit le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme en Anglo-Am\u00e9rique. En 1989, \"le Consensus de Washington” a \u00e9t\u00e9 formul\u00e9. Il affirmait qu'il conduirait \u00e0 une libert\u00e9, une prosp\u00e9rit\u00e9 et une croissance \u00e9conomique globales, par \u00ab la d\u00e9r\u00e9gulation, la lib\u00e9ralisation et la privatisation \u00bb. Ceci est devenu le credo et la promesse de tous les n\u00e9olib\u00e9raux. Aujourd'hui, on sait que la promesse n'est devenue vraie que pour les entreprises - pour personne d'autre.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAu Moyen-Orient, le soutien occidental \u00e0 Saddam Hussein dans la guerre entre l'Irak et l'Iran dans les ann\u00e9es 1980, et la Guerre du Golfe du d\u00e9but de 1990, a annonc\u00e9 la pr\u00e9sence permanente US dans la r\u00e9gion du p\u00e9trole la plus contest\u00e9e du monde.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn Europe continentale, le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme a commenc\u00e9 avec la crise en Yougoslavie caus\u00e9e par les SAPs de la Banque mondiale et du FMI. Le pays \u00e9tait lourdement exploit\u00e9, s'est d\u00e9sagr\u00e9g\u00e9, et a finalement \u00e9t\u00e9 assailli par une guerre civile pour ses derni\u00e8res ressources restantes (Chossudovsky 2002). Depuis la guerre de l'OTAN en 1999 (Richter\/Schn\u00e4hling\/Spoo 2000), les Balkans sont fragment\u00e9s, occup\u00e9s et g\u00e9opolitiquement sous contr\u00f4le n\u00e9olib\u00e9ral. La r\u00e9gion est d'une principale importance strat\u00e9gique pour le transport futur de p\u00e9trole et de gaz du Caucase vers l'Occident (par exemple le \u00ab Nabucco \u00bb, un pipeline de gaz qui est suppos\u00e9 d\u00e9buter \u00e0 op\u00e9rer de la Mer Caspienne par la Turquie et les Balkans en 2011, Lietaer 2006). La reconstruction des Balkans est exclusivement dans les mains d'entreprises occidentales.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EBeaucoup de contrats de l'UE - par exemple ceux de Maastricht et d'Amsterdam - sont n\u00e9olib\u00e9raux de fa\u00e7on flagrante (Boulboull\u00e9 2003). Ils d\u00e9clarent l'Europe une zone n\u00e9olib\u00e9rale et ne fournissent pas d'alternatives. Tous les gouvernements, qu'ils soient de gauche, de droite, lib\u00e9raux ou verts, l'acceptent. Il n'y a pas d'analyse de la connexion entre la politique du n\u00e9o-lib\u00e9ralisme, son histoire, ses ant\u00e9c\u00e9dents et ses effets sur l'Europe et d'autres parties du monde. De m\u00eame, il n'y a pas d'analyse de sa connexion avec le nouveau militarisme.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESi on prend l'exemple de l'Autriche, approximativement 66% de sa population a vot\u00e9 pour rejoindre l'UE en 1995 sans recevoir aucune information sur ce que cela signifiait vraiment. Comme cons\u00e9quence, nous avons eu d'abord \u00ab le colis d'aust\u00e9rit\u00e9 \u00bb, un \u00e9quivalent d'un SAP qui a commenc\u00e9 la redistribution de la richesse de la base vers le sommet. Ensuite ont suivi des r\u00e9forme des imp\u00f4ts, des privatisations, la r\u00e9forme su syst\u00e8me des pensions. Finalement, l'euro a caus\u00e9 une inflation de plus de 30% et une perte de revenu concordante du jour au lendemain (un fait qui est encore ni\u00e9 officiellement). Aujourd'hui les taux de ch\u00f4mage montent et les conditions de travail se d\u00e9t\u00e9riorent dans le pays (Sozialministerium 2005). 80% de toutes les lois qui r\u00e8glent la vie en Autriche sont pass\u00e9es \u00e0 Bruxelles. Le pouvoir r\u00e9el du gouvernement autrichien est minimal et il a pratiquement renonc\u00e9 \u00e0 sa responsabilit\u00e9 pour la population. Pourtant, plus de 10 ans apr\u00e8s avoir rejoint l'UE, il n'y a toujours pas de d\u00e9bat public sur ce que le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme a \u00e0 voir avec l'UE, ou ce que l'Autriche a \u00e0 voir avec le Chili ou le Congo.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EQuand l'OMC a \u00e9t\u00e9 cr\u00e9\u00e9e en 1995, les \u00e9tats-membres de l'UE ont adapt\u00e9s unanimement tous les accords de l'OMC \u00e0 un renforcement n\u00e9olib\u00e9ral. Ces accords comprenaient : L'Accord multilat\u00e9ral sur les investissements (AMI), l'Accord g\u00e9n\u00e9ral du commerce dans les services (GATS), l'Accord sur les aspects li\u00e9s au commerce des droits de propri\u00e9t\u00e9 intellectuels (TRIPS) et l'Accord sur l'agriculture (AoA) qui entre-temps a eu un suppl\u00e9ment avec l'Accord sur l'acc\u00e8s au march\u00e9 non-agricole (NAMA) Tous ces accords visent \u00e0 une mise en œuvre globale rapide du r\u00e8gne des entreprises.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'AMI, par exemple, r\u00e9clamait une lib\u00e9ration totale de toutes les activit\u00e9s entrepreneuriales (d\u00e9finies comme \u00ab investissements \u00bb). Ces activit\u00e9s devaient \u00eatre lib\u00e9r\u00e9es de toute interf\u00e9rence, de toute obligation l\u00e9gale ou de r\u00e9gulations \u00e9tatiques. Ceci aurait d\u00fb \u00eatre appliqu\u00e9 \u00e0 tous les 29 \u00e9tats-membres de l'OCDE, et ensuite \u00e9tendu \u00e0 tous les 150 pays assembl\u00e9s dans l'OMC (Mies\/Werlhof 2003). En r\u00e9alit\u00e9, il s'est av\u00e9r\u00e9 qu'il \u00e9tait impossible d'appliquer l'accord sous la forme con\u00e7ue. La plus grande partie de son contenu, a cependant \u00e9t\u00e9 mise en œuvre plus tard par d'autres moyens (voir II).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EJamais avant, m\u00eame \u00e0 l'\u00e9poque coloniale, ces pouvoirs ont \u00e9t\u00e9 si compl\u00e8tement \u00ab lib\u00e9r\u00e9s \u00bb des responsabilit\u00e9s de leurs actions. Pas \u00e9tonnant que les n\u00e9gociations de l'AMI soient rest\u00e9es secr\u00e8tes pendant des ann\u00e9es. N\u00e9anmoins, les syndicats \u00e9taient au courant, puisqu'ils ont fait partie des n\u00e9gociations via le Comit\u00e9 d'avis syndical (TUAC) qui avait pris part aux conf\u00e9rences de l'OCDE \u00e0 Paris quand l'AMI a \u00e9t\u00e9 discut\u00e9.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes informations concernant l'AMI ont fui dans le public en 1997. M\u00eame alors beaucoup d'organes politiques, comme le minist\u00e8re autrichien de l'Economie ont simplement essay\u00e9 de le minimiser et a accus\u00e9 ses critiques de \u00ab l\u00e2chet\u00e9 \u00bb (puisqu'apparemment ils avaient peur de \u00ab quelque chose de nouveau \u00bb), de \u00ab x\u00e9nophobie \u00bb (envers les multinationales !) et de \u00ab th\u00e9ories de conspiration \u00bb. Personne n'a jamais parl\u00e9 de \u00ab th\u00e9ories \u00bb pourtant : les contenus de l'AMI - qui v\u00e9ritablement transcendent les imaginations les plus sauvages - ne sont pas des th\u00e9ories mais la pratique du n\u00e9o-lib\u00e9ralisme. Et personne n'a parl\u00e9 de \u00ab conspirations \u00bb non plus - parce qu'il n'y en avait pas ; les gouvernements faisaient partie de l'accord, ainsi que certaines ONGs, et bien s\u00fbr les entreprises, et m\u00eame les syndicats. Alors, de nouveau, si tous les repr\u00e9sentants du pouvoir peuvent former leur propre conspiration, celle-ci en \u00e9tait vraiment une. De toute fa\u00e7on, les gens de cette plan\u00e8te qui portent le poids de l'accord n'ont pas \u00e9t\u00e9 inform\u00e9s - et encore moins invit\u00e9s \u00e0 participer.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans une large mesure, les contenus de l'AMI sont devenus r\u00e9alit\u00e9 par des trait\u00e9s bilat\u00e9raux et l'Accord nord-am\u00e9ricain de libre \u00e9change (NAFTA), sign\u00e9 par les US, le Canada et le Mexique en 1994. La tentative d'entra\u00eener toutes les Am\u00e9riques dans une zone de libre \u00e9change, le FTAA, a \u00e9chou\u00e9 jusqu'ici, \u00e0 cause de la r\u00e9sistance de la plupart des gouvernements latino-am\u00e9ricains - ceci, sans aucun doute fournit de l'espoir.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes n\u00e9gociations du GATS, l'Accord g\u00e9n\u00e9ral sur le commerce des services, ont aussi \u00e9t\u00e9 tenus secret depuis la fin des ann\u00e9es 1990. Le GATS repose sur une totale \u00ab privatisation \u00bb et \u00ab commercialisation \u00bb entrepreneuriale de la vie, et la transformation de toutes les dimensions de la vie en \u00ab rapport avec le commerce \u00bb, signifiant : des services ou des marchandises \u00ab commerciales \u00bb (Mies\/Werlhof 2003, p. 7ff). Le GATS peut \u00eatre compris comme un processus global de \u00ab lib\u00e9ralisations \u00bb successives de services. Des suggestions sont collect\u00e9es dans tous les \u00e9tats-membres de l'OMC et les demandes consenties leur sont renvoy\u00e9es. Il est souvent impossible d'avoir une vue sur ce que ces demandes contiennent vraiment. Des zones \u00ab sensibles \u00bb comme l'\u00e9ducation, la sant\u00e9 ou la fourniture d'eau sont, d'apr\u00e8s ce qu'on dit, exclues des n\u00e9gociations, ce qui est un mensonge av\u00e9r\u00e9. En Autriche, par exemple, la fondation des universit\u00e9s m\u00e9dicale est une claire indication pour la privatisation des services de sant\u00e9, et l'Universit\u00e9 de Droit de 2002, le UG02 est une indication de la privatisation de l'\u00e9ducation au niveau tertiaire (Werlhof 2005 a). De telles privatisations ont d\u00e9j\u00e0 eu lieu internationalement depuis des ann\u00e9es. Beaucoup en Autriche ont vu le d\u00e9veloppement comme une expression de la droite conservatrice \u00ab noir-bleu \u00bb, une coalition gouvernementale et pas une politique n\u00e9olib\u00e9rale - comme si on avait pu attendre autre chose d'un gouvernement \u00ab rouge-vert \u00bb. En tout cas, les cons\u00e9quences ont \u00e9t\u00e9 parmi d'autres, l'abolition de l'acc\u00e8s gratuit \u00e0 l'universit\u00e9, de droits d\u00e9mocratiques \u00e9tudiants et des emplois titulaires. Au lieu de cela, des minervaux \u00e0 l'universit\u00e9 et des structures entrepreneuriales autoritaires ont \u00e9t\u00e9 introduits - ces derni\u00e8res d\u00e9montrant un absolutisme n\u00e9olib\u00e9ral bien cach\u00e9. Le financement pour les humanit\u00e9s a \u00e9t\u00e9 diminu\u00e9 et un syst\u00e8me \u00ab d'\u00e9valuation \u00bb acad\u00e9mique model\u00e9 d'apr\u00e8s les crit\u00e8res des business priv\u00e9s, appliqu\u00e9 (Progress 2002-2004). La r\u00e9organisation et l'\u00e9conomisation de la recherche et de l'enseignement acad\u00e9miques au nom de possibilit\u00e9s plus \u00e9lev\u00e9es d'investissement et la profitabilit\u00e9 de l'industrie de l'\u00e9ducation transnationale battent leur plein. La logique qui est entr\u00e9e dans nos universit\u00e9s est que la bonne recherche est celle qui rapporte de l'argent. Ceci est v\u00e9ritablement une d\u00e9claration de faillite intellectuelle.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa privatisation a \u00e9t\u00e9 une principale caract\u00e9ristique dans la politique autrichienne depuis de nombreuses ann\u00e9es, maintenant, sp\u00e9cialement concernant l'infrastructure du pays. Le d\u00e9veloppement est exemplifi\u00e9 par les contrats de leasing transfrontalier (CBL) qui ont \u00e9t\u00e9 sign\u00e9s entre beaucoup de villes autrichiennes et des investisseurs US (R\u00fcgemer 2004, Oberh\u00f6ller 2006). Ces contrats donnaient aux villes le \"Barwertvorteil” (\u00ab l'avantage de la valeur pr\u00e9sente \u00bb), un payement imm\u00e9diat que les investisseurs US fournissaient comme une r\u00e9duction de leurs exemptions d'imp\u00f4ts pour un investissement \u00e9tranger direct - en retour, des parties de l'infrastructure des villes leur \u00e9taient \u00ab lou\u00e9es \u00bb. Cependant, ces parties \u00e9taient imm\u00e9diatement \u00ab lou\u00e9es de retour \u00bb parce que c'\u00e9tait encore les villes qui \u00e9taient cens\u00e9es maintenir l'infrastructure - mais maintenant pour des propri\u00e9taires \u00e9trangers. Ce qui s'est pass\u00e9 avec les payements, personne ne le sait. Ce qu'on sait c'est que le vide juridique dans la loi de taxation US qui les avaient rendus possibles a pris fin et que tous les contrats CBL ont r\u00e9troactivement \u00e9t\u00e9 d\u00e9clar\u00e9s ill\u00e9gaux au d\u00e9but de 2004 (Der Standard 2005). Il semble honn\u00eate d'assumer que beaucoup d'affaires semblables vont finalement \u00eatre r\u00e9v\u00e9l\u00e9s. Les Autrichiens pourraient finalement arriver \u00e0 savoir combien d'argenterie a \u00e9t\u00e9 vendu ainsi que l'\u00e9tendue et les formes de corruption impliqu\u00e9es - un trait caract\u00e9ristique dans les privatisations (Barlow\/Clarke 2003, Shiva 2003).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans le GATS, les services sont d\u00e9finis comme \u00ab tout ce qui ne peut pas tomber sur votre pied \u00bb, comme quelqu'un l'a une fois remarqu\u00e9 ironiquement. Ceci signifie qu'ils ne sont plus r\u00e9duits aux services traditionnels mais aussi \u00e9tendus aux pens\u00e9es, aux sentiments et aux actions humaines. M\u00eame les \u00e9l\u00e9ments - l'air, l'eau, la terre, le feu (l'\u00e9nergie) - sont de plus en plus transform\u00e9s en marchandises (dans certains endroits ce processus est d\u00e9j\u00e0 achev\u00e9) afin de faire du profit du fait que nous devons respirer, boire, \u00eatre debout et bouger (Barlow 2001, Isla 2003).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAu Nicaragua, il existe des plans de privatisation de l'eau qui comprend des amendes pouvant aller jusqu'\u00e0 10 mois de salaire si quelqu'un donne un seau d'eau \u00e0 une voisine assoiff\u00e9e qui ne peut pas se permettre sa propre connexion \u00e0 l'eau (S\u00fcdwind 2003). Si cela d\u00e9pendait des entreprises de l'eau - dont les plus grandes sont fran\u00e7aise et allemande (Vivendi Universal, Suez, RWE), ce qui signifie que la privatisation de l'eau est surtout un business europ\u00e9en - alors la voisine allait plut\u00f4t mourir de soif. Apr\u00e8s tout, la compassion contrarie seulement le business.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn Inde, des rivi\u00e8res enti\u00e8res ont \u00e9t\u00e9 vendues. Des r\u00e9cits parlent de femmes qui sont venues au bord de la rivi\u00e8re avec des bisons, des enfants et leur linge, comme elles l'avaient fait pendant des g\u00e9n\u00e9rations, pour seulement \u00eatre appel\u00e9es \u00ab voleuses d'eau \u00bb et chass\u00e9es par la police. Il y a m\u00eame des plans pour vendre \u00ab la sainte m\u00e8re le Ganges \u00bb (Shiva 2003).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'eau douce (juste \u00e0 peu pr\u00e8s 2% des r\u00e9serves d'eau de la terre) est en tant que telle ni renouvelable ni augmentable et d'une telle importance essentielle pour des \u00e9cosyst\u00e8mes locaux qu'il semble tout \u00e0 fait absurde de la traiter comme une marchandise qu'on peut supprimer par sa commercialisation (Barlow\/Clarke 2003, Shiva 2003). N\u00e9anmoins, ceci se passe d\u00e9j\u00e0. Les effets sont bien s\u00fbr horribles. Coca-Cola a laiss\u00e9 des parties du sud de l'\u00e9tat indien de Kerala comme un d\u00e9sert virtuel en exploitant enti\u00e8rement leurs r\u00e9serves d'eau de la nappe phr\u00e9atique.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ED'apr\u00e8s la d\u00e9finition intentionnellement \u00ab faible \u00bb des entreprises du terme, m\u00eame \u00ab des investissements \u00bb peuvent aujourd'hui \u00eatre consid\u00e9r\u00e9s comme \u00ab services \u00bb. Il y a, par exemple, beaucoup de discussions au sujet \u00ab des services financiers \u00bb - ce qui signifie aussi que l'AMI a simplement \u00e9t\u00e9 incorpor\u00e9 dans le GATS. Le GATS, est, pour ainsi dire, l'AMI pour le monde entier. (Il y a aussi des tentatives actuelles pour r\u00e9introduire l'AMI au niveau de l'OCDE.)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa \"Directive Bolkestein” (nomm\u00e9e d'apr\u00e8s l'ancien Commissaire UE Bolkestein, cf. Dr\u00e4ger 2005) peut \u00eatre consid\u00e9r\u00e9e comme une des derni\u00e8res versions du GATS. Elle vise \u00e0 une sorte de privatisation des salaires \u00e0 l'int\u00e9rieur de l'UE. Ceci signifie que les travailleurs migrants \u00e0 l'int\u00e9rieur de l'UE sont pay\u00e9s en fonction des salaires de leurs pays d'origine, sans tenir compte des normes salariales des pays o\u00f9 ils travaillent. Une fois cette directive en fonction, tous les obstacles \u00e0 des \u00ab conditions de travail chinoises) ont disparu, et les syndicats europ\u00e9ens seront en gros devenus obsol\u00e8tes. Ceci rend le fait qu'ils aient montr\u00e9 si peu de r\u00e9sistance au n\u00e9o-lib\u00e9ralisme encore plus curieux.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe GATS peut \u00eatre consid\u00e9r\u00e9 come l'expression la plus radicale du n\u00e9o-lib\u00e9ralisme militant jusqu'ici parce qu'il formule son ambition ultime d'une mani\u00e8re qui n'a pas \u00e9t\u00e9 formul\u00e9e avant, notamment qu'aucun secteur social, culturel, public ou naturel ne devrait rester en dehors du contr\u00f4le et de l'exploitation \u00e9conomiques - sans exception. Le GATS doit donc \u00eatre compris comme la tentative de transformer absolument tout dans ce monde en \u00ab marchandises \u00bb ou \u00ab services \u00bb commerciaux afin d'en extraire du profit. Ceci s'applique \u00e0 la nature enti\u00e8re (les animaux et les plantes autant que les \u00e9l\u00e9ments naturels et les paysages), \u00e0 l'\u00eatre humain en entier (y compris sa peau, ses cheveux etc.) et tous les aspects de la vie humaine : le travail et les loisirs, la sexualit\u00e9 et la grossesse, la naissance et la mort, la maladie et la d\u00e9tresse, la paix et la guerre, le d\u00e9sir et la volont\u00e9, l'esprit et l'\u00e2me (Frauennetz Attac 2003).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EQue va-t-il se passer quand il n'y aura plus de domaines non-commerciaux ? Quoi, si la division entre \u00ab la vie avec valeur \u00bb et \u00ab la vie sans valeur \u00bb devient une pratique sociale normale ? (Cette division a d'abord \u00e9t\u00e9 annonc\u00e9e dans National Socialism comme un concept quasi futuriste, Ruault 2006. Pas de retard mental ici !) Quoi, si la mani\u00e8re de traiter les humains comme \u00ab du capital humain \u00bb se met \u00e0 d\u00e9finir la vie de tous les jours ? Que va-t-il se passer quand tout sera devenu marchandise ? Est-ce m\u00eame possible ?\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESi oui, alors la vie s'arr\u00eaterait essentiellement. Plus rien ne pourrait plus \u00eatre transform\u00e9 en marchandise et le monde marchandis\u00e9 s'effondrerait et d\u00e9c\u00e9derait - y compris nous, les humains. Ceci signifierait la mort g\u00e9n\u00e9rale - une mort sans nouvelle vie qui suivrait. Puisque la marchandise n'a pas de vie par elle-m\u00eame, mais est seulement \u00ab la vie qui existait autrefois \u00bb elle ne peut pas produire une nouvelle vie (Werlhof 2006).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EC'est seulement \u00e0 cause des milliers d'ann\u00e9e de pens\u00e9e patriarcale \u00ab alchimique \u00bb (Werlhof 2001 a) que la (pr\u00e9tendue \u00ab cr\u00e9ative \u00bb) transformation de la nature et des cr\u00e9atures vivantes en choses artificielles (partiellement ou compl\u00e8tement) n'est pas con\u00e7ue comme leur destruction. Au lieu de cela, c'est compris comme produisant quelque chose de plus \u00ab \u00e9lev\u00e9', de \u00ab plus noble \u00bb et de \u00ab meilleur \u00bb. A cause de son application globale et potentiellement compl\u00e8te, le dernier stade de cette transformation, \u00e0 savoir la production moderne de marchandises, r\u00e9v\u00e8le comment la plupart des gens ont effectivement succomb\u00e9 \u00e0 cette \u00ab croyance alchimique en miracles \u00bb et son soi-disant \u00ab progr\u00e8s \u00bb. C'est une forme de croyance religieuse que nous d\u00e9crivons ici - une croyance qui a \u00e9t\u00e9 capable d'emp\u00eacher beaucoup de gens de reconna\u00eetre la violence qui est une partie imminente du processus qu'ils soutiennent. Nous avons donc \u00e9t\u00e9 incapables de le stopper. Prenons le GATS comme un exemple : pas encore compl\u00e8tement appliqu\u00e9 pour le moment, il est d\u00e9j\u00e0 responsable pour d'\u00e9normes dommages -et en partie irr\u00e9parables - \u00e0 la terre et \u00e0 nous tous.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe TRIPS chevauche le GATS dans la mesure qu'il essaie de coopter la pens\u00e9e et l'exp\u00e9rience de cultures mill\u00e9naires, signifiant \u00ab leur h\u00e9ritage spirituel \u00bb. Le but, bien s\u00fbr est d'\u00eatre pay\u00e9. Les cultures pr\u00e9c\u00e9demment pers\u00e9cut\u00e9es deviennent maintenant int\u00e9ressantes comme source de profit d'entreprise. Ironiquement, les droits de propri\u00e9t\u00e9 intellectuelle \u00ab li\u00e9s au commerce \u00bb sont \u00e9tablis non pas pour prot\u00e9ger les h\u00e9ritages de ces cultures mais leur exploitation intellectuelle. Et pas seulement cela : les m\u00eames droits de propri\u00e9t\u00e9 intellectuelle sont aussi utilis\u00e9s pour imposer la pens\u00e9e et l'exp\u00e9rience occidentales \u00e0 d'autres - si n\u00e9cessaire par la violence.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes droits sur les brevets sont utilis\u00e9s pour prot\u00e9ger les int\u00e9r\u00eats qui y sont li\u00e9s. Les \u00ab brevets pour la vie \u00bb adoptent une signification sp\u00e9ciale dans ce contexte car ils vont la main dans la main avec le d\u00e9veloppement rapide de l'ing\u00e9nierie g\u00e9n\u00e9tique (Shiva 2004). Ce qui se passe est qu'une fois qu'a eu lieu une manipulation g\u00e9n\u00e9tique, quelque chose de \u00ab nouveau \u00bb a \u00e9t\u00e9 invent\u00e9 sur laquelle quelqu'un peut \u00e9mettre une pr\u00e9tention l\u00e9gale. Parfois, cependant, on n'estime m\u00eame pas cela n\u00e9cessaire. Les g\u00e8nes de plantes, d'animaux, m\u00eame d'humains, sont parfois vol\u00e9s, pr\u00e9tendus comme \u00ab ayant \u00e9t\u00e9 d\u00e9couvert \u00bb et fait la propre \u00ab propri\u00e9t\u00e9 \u00bb l\u00e9gale de quelqu'un. Cette \u00ab bio-piraterie \u00bb (Thaler 2004) exploite les potentiels de profit de toutes les ressources en imposant des prix de monopole \u00e0 d'autres pour les utiliser. Il y a maintenant un brevet sur le riz \u00ab Basmati \u00bb. Une revendication de brevet sur l'arbre indien neem est presque pass\u00e9e.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'exemple le plus connu d'une compagnie vendant \u00ab ses inventions \u00bb est le cas de Monsanto. Monsanto essaie que tous les paysans et fermiers de la plan\u00e8te d\u00e9pendent de ses semences g\u00e9n\u00e9tiquement modifi\u00e9es qui, intentionnellement ne sont fertiles qu'une seule fois (les semences terminator \u00bb). Cela signifie que les paysans doivent acheter de nouvelles semences \u00e0 la compagnie, chaque ann\u00e9e. Ceci se passe d\u00e9j\u00e0 dans la plupart des r\u00e9gions de l'Inde o\u00f9 des milliers de paysans ont \u00e9t\u00e9 forc\u00e9s d'abandonner leur activit\u00e9 agricole qui, \u00e0 son tour, a entra\u00een\u00e9 un nombre choquant de suicides (Shiva 2004). La physicienne indienne, \u00e9cologiste et critique de la mondialisation Vandana Shiva appelle ce processus \u00ab commercialiser le fin de nos vies \u00bb (Shiva 1995). En Cor\u00e9e, \u00ab l'OMC tue les paysans ! \u00bb est devenu un slogan populaire parmi beaucoup de communaut\u00e9s paysannes.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes entreprises agro-industrielles transnationales discutent m\u00eame maintenant d'une interdiction g\u00e9n\u00e9rale des m\u00e9thodes agricoles \u00ab traditionnelles \u00bb (arte 2005). Des fermiers irakiens ont d\u00e9j\u00e0 \u00e9t\u00e9 forc\u00e9s de br\u00fbler toutes leurs semences depuis l'invasion US et d'utiliser \u00e0 la place \u00ab les semences terminator \u00bb - ceci en M\u00e9sopotamie, \u00ab le berceau de l'agriculture \u00bb (Junge Welt 2004). Ce que ces d\u00e9veloppements montrent clairement est que l'ing\u00e9nierie g\u00e9n\u00e9tique ne concerne pas une vie meilleure mais l'installation de monopoles globaux. Ceci devient le plus \u00e9vident dans les tentatives actuelles de mettre en œuvre un contr\u00f4le monopolistique sur des produits et des services de base dont d\u00e9pend la vie de chaque \u00eatre humain. Maintenant, on comprend la signification des cris de rally (???) \u00ab l'Agro-business est le plus grand business ! \u00bb ou \u00ab Le bl\u00e9 devient une arme ! \u00bb (Krieg 1980)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEntre-temps, les probl\u00e8mes avec les organismes g\u00e9n\u00e9tiquement modifi\u00e9s, les OGMs, sont en augmentation partout. Des semences g\u00e9n\u00e9tiquement modifi\u00e9es, par exemple, sont chers, vuln\u00e9rables et de mauvaise qualit\u00e9 (Gr\u00f6ssler 2005). Ils ont constamment besoin de plus - au lieu de moins - de pesticides. Ils \u00ab polluent \u00bb aussi, ce qui signifie qu'ils d\u00e9truisent les esp\u00e8ces non-modifi\u00e9es - alors qu'ils ne sont pas capables de se reproduire eux-m\u00eames - ou seulement partiellement, Verhaag 2004). Il devient de plus en plus difficile de nier que les OGMs causent une destruction irr\u00e9versible d'une partie encore inconnue de la flore et -d\u00e9pendant de la mani\u00e8re dont c'est utilis\u00e9,- de la faune. Une nouvelle infertilit\u00e9 entre dans le monde au lieu d'une nouvelle cr\u00e9ation. La cons\u00e9quence est une mort cr\u00e9\u00e9e artificiellement - une mort non suivie de vie. Personne ne semble savoir comment l'emp\u00eacher (Werlhof 2006).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ETout ceci sonne comme un cauchemar. Malheureusement, c'est la r\u00e9alit\u00e9. Par exemple, il n'y a plus de graines de colza naturelles au Canada. En Argentine et en Chine, des millions d'hectares sont ensemenc\u00e9s avec des semences OGM. Des fournitures d'urgence \u00e0 des r\u00e9gions affect\u00e9es par la famine consistent presque exclusivement de telles semences. En Allemagne, des vaches qui ont \u00e9t\u00e9 nourries avec de la nourriture OGM sont morte d'une mort horrible apr\u00e8s deux ans et demi (Gl\u00f6ckner 2005). M\u00eame en Autriche, o\u00f9 les gens s'enorgueillissent d'\u00eatre conscients \u00e9cologiquement, pas de nourriture OGM gratuite pour animaux ne reste sur le march\u00e9, et des graines de colza OGM sont plant\u00e9es malgr\u00e9 les exp\u00e9riences n\u00e9gatives (Karg 2005).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl est dur de saisir ce qui se passe. De la nourriture est produite qui tue - pourtant des gens sont forc\u00e9s de la manger. Et pas seulement cela : ils doivent payer plein d'argent pour cela aussi ! Une distorsion de vie plus grossi\u00e8re est difficilement imaginable. Parmi les exemples les plus ridicules est l'id\u00e9e de distribuer du bl\u00e9 OGM contraceptif, d\u00e9velopp\u00e9 par la compagnie suisse Syngenta, dans des r\u00e9gions qui souffrent de soi-disant \u00ab surpopulation \u00bb (Reiter 2005). Ceci signifie g\u00e9nocide, meurtre et business, le tout en un !\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'id\u00e9e d'un progr\u00e8s technologique qui suit la notion d'une technologie de machine ne peut jamais offrir la moindre perspective - m\u00eame quand des gens pensent bien agir au lieu de tuer. La destruction de cycles de vie et la manipulation de certains de ses composants ne peuvent jamais cr\u00e9er un substitut \u00e0 une vie non-manipul\u00e9e - en tout cas, pas une vie qui serait sup\u00e9rieure (Werlhof 1997).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl est caract\u00e9ristique que les vaches qui sont mortes en Allemagne sont mortes de formes diff\u00e9rentes de ruptures circulatoires. Elles avaient, en un sens, perdu les cycles corporels (et spirituels ?) sur lesquels leur existence \u00e9tait bas\u00e9e (on peut aussi penser aux sympt\u00f4mes de BSE, \u00ab la maladie de la vache folle \u00bb). Ce qui a d\u00e9concert\u00e9 le plus leur propri\u00e9taire, cependant, a \u00e9t\u00e9 que ni des politiciens ni des scientifiques n'ont \u00e9t\u00e9 int\u00e9ress\u00e9 par ce qui \u00e9tait arriv\u00e9.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEntre temps, les US ont obtenu que l'UE pouvait \u00eatre forc\u00e9e d'introduire et d'utiliser des produits OGM (Felber 2005). Certains politiciens comme le Ministre de l'agriculture allemand actuel, Seehofer, travaille d\u00e9j\u00e0 fort \u00e0 mettre en œuvre ces demandes (Alt 2005). En le faisant, ils ignorent simplement le fait que la majorit\u00e9 des consommateurs europ\u00e9ens ont jusqu'ici rejet\u00e9 clairement la \u00ab nourriture \u00bb OGM (Greenpeace 2004).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe AoA, l'accord de l'OMC pour l'agriculture, est un excellent exemple de comment \u00ab la libre entreprise \u00bb n'a s\u00fbrement pas la m\u00eame signification pour chacun. D'une part, il permet au Nord d'imposer son surplus agricole dans le Sud au moyen de prix r\u00e9duits par des moyens de subsidiation \u00e9lev\u00e9s, d\u00e9truisant ainsi les march\u00e9s nationaux et les opportunit\u00e9s de vente pour les paysans locaux, d'autre part, des produits du Sud sont \u00e9cart\u00e9s des march\u00e9s du Nord par des barri\u00e8res de taxes. Comme trois milliards des gens du monde travaillent encore comme petits paysans (Amin 2004), le AoA menace la survie de plus de la moiti\u00e9 de la population mondiale. Ce n'est pas seulement parce que l'AoA change les march\u00e9s en faveur des entreprises agricoles, l'AoA \u00e9rode aussi - en combinaison avec le TRIPS - la base existentielle des paysans du monde par d'autres moyens. Pour commencer, beaucoup de leurs terres sont acquises - toujours plus rapidement - par des compagnies \u00e9trang\u00e8res. Celles-ci mettent en œuvre leurs nouvelles semences, et souvent se focalisent seulement sur des produits de luxe (comme des crevettes ou des fleurs) pour les march\u00e9s des riches sans aucune consid\u00e9ration pour les besoins locaux (Widerspruch 2004). La r\u00e9alit\u00e9 ressemble \u00e0 celle de la p\u00e9riode coloniale, sauf que le dommage occasionn\u00e9 maintenant est pire puisque la production de la subsistance elle-m\u00eame est victime de la destruction n\u00e9ocoloniale (Bennholdt-Thomsen\/Mies\/Werlhof 1988). Apr\u00e8s tout, il n'y a pas de profit faisable avec la production de subsistance. Comme cons\u00e9quence, de plus en plus de paysans se tournent vers la production de marchandises pour le march\u00e9 mondial. Cependant, ceci ne les aide pas non plus. Le profit est toujours fait par d'autres (Shiva 2004).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes n\u00e9gociations du NAMA \u00e9taient fortement impliqu\u00e9es dans le sommet de l'OMC \u00e0 Hong Kong en d\u00e9cembre 2005. Avec d'autres accords de l'OMC, chaque activit\u00e9 li\u00e9e \u00e0 la nature a \u00e9t\u00e9 d\u00e9finie comme \u00e9conomiquement exploitable m\u00eame si elle n'\u00e9tait pas directement li\u00e9e \u00e0 l'agriculture mais, par exemple, la p\u00eache, la sylviculture, ou m\u00eame le contr\u00f4le de l'oxyg\u00e8ne (Isla 2005). Bref, une commercialisation totale \u00e9tait proclam\u00e9e. Une des cons\u00e9quences la plus imm\u00e9diate a \u00e9t\u00e9 la perte d'espace de vie pour des peuples indig\u00e8nes. Entre-temps, leur r\u00e9sistance a \u00e9t\u00e9 criminalis\u00e9e et ils ont \u00e9t\u00e9 accus\u00e9s d'essayer \u00ab d'exproprier \u00bb des entreprises et d e \u00bbvioler \u00bb leurs droits (Goldman 1998).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl est raisonnable d'appeler tous les accords de l'OMC criminels. Ils sont bas\u00e9s exclusivement sur les int\u00e9r\u00eats des entreprises. Ils n'ont pas de consid\u00e9ration pour la vie. La vie existe seulement pour l'exploitation et l'annihilation.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EQuand ils concernent les int\u00e9r\u00eats des entreprises (l'investissement, le service, la propri\u00e9t\u00e9 intellectuelle), toutes les r\u00e9gulations de l'OMC sont vagues, s'accommodant largement et ouvertes \u00e0 l'interpr\u00e9tation - quand il s'agit de contester ces int\u00e9r\u00eats (\u00ab des obstacles \u00bb ou une \u00ab expropriation insidieuse \u00bb ou de quelque sorte qu'elle soit), ils deviennent tr\u00e8s pr\u00e9cis et inflexibles.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EStigmatiser des gens qui prennent \u00e0 partie les entreprises comme \u00ab expropriateurs \u00bb est simplement cynique. En r\u00e9alit\u00e9, ce sont les entreprises qui exproprient les gens. Au sommet de ceci, la seule sauvegarde qui concerne les entreprises est la leur. Dans tous autre cas, les sauvegardes sont consid\u00e9r\u00e9es comme du \u00ab protectionnisme \u00bb et fortement condamn\u00e9es. La m\u00eame chose vaut pour les droits de douane ou des subsides. Le \u00ab lib\u00e9ralisme \u00bb des entreprises consiste \u00e0 attendre des autres qu'ils rel\u00e2chent toute surveillance. Il n'y a pas de lib\u00e9ralisme en dehors de ce qui sert les int\u00e9r\u00eats des entreprises.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAujourd'hui, les droits des entreprises sont mieux prot\u00e9g\u00e9s que ceux des individus humains. On peut m\u00eame dire que les \u00ab droits humains \u00bb ne s'appliquent qu'aux entreprises. Apr\u00e8s tout, des individus affirmeront toujours en vain leurs droits dans des conflits avec des entreprises. Seules les entreprises ont le pouvoir de poursuivre effectivement quelqu'un qui compromet leurs int\u00e9r\u00eats.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'OMC d\u00e9montre lui-m\u00eame comment l'emporter contre la r\u00e9sistance par de tels moyens. Il contient le \u00ab M\u00e9canisme de r\u00e8glement de dispute \u00bb, une sorte de tribunal international qui permet de faire ex\u00e9cuter ses accords et r\u00e9solutions, si n\u00e9cessaire par des moyens punitifs s\u00e9v\u00e8res, sp\u00e9cialement financier. Dans ce tribunal, - qui exactement comme l'OMC n'a enti\u00e8rement aucune l\u00e9gitimation d\u00e9mocratique - les entreprises et leurs repr\u00e9sentants peuvent affirmer les \u00ab droits \u00bb que les accords de l'OMC leur accordent contre des gouvernements et d'autres organes nationaux ou communaux. G\u00e9n\u00e9ralement, elles gagnent. Des proc\u00e9dures contraires sont impossibles : aucun gouvernement d'\u00e9tat ou d'autres organes nationaux - sans m\u00eame mentionner les communaut\u00e9s qui ne sont pas d\u00e9finies par l'\u00e9tat-nation - n'a m\u00eame le droit de poursuivre des entreprises. Donc, essentiellement, ceci signifie que les droits autres que ceux des entreprises n'existent plus- m\u00eame pas sur papier (Werlhof 2003 a).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EComment peut-on expliquer une telle politique aux gens et obtenir qu'ils soient d'accord avec elle ? Pas du tout, bien s\u00fbr. C'est pourquoi rien n'est jamais expliqu\u00e9. Le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme ne s'embarrasse pas d'id\u00e9ologie. Le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme est une trahison consciente des int\u00e9r\u00eats de 99% des gens de cette plan\u00e8te. Il justifie le cambriolage et le pillage. C'est \u00e0 la fois dans son intention et dans ses effets une v\u00e9ritable \u00ab arme de destruction massive \u00bb - m\u00eame quand des guerres imm\u00e9diates ne sont pas men\u00e9es. Combien de vies sont-elles sacrifi\u00e9es au n\u00e9o-lib\u00e9ralisme ? Certains estiment que ce nombre va d\u00e9j\u00e0 jusqu'aux centaines de millions (Ziegler 2004, Widerspruch 2004).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EParadoxalement, l'OMC et ses accords sont ancr\u00e9s dans le droit international alors qu'il cambriole et pille les gens dont les droits sont suppos\u00e9s \u00eatre prot\u00e9g\u00e9s par ce droit. Des violations contre des accords de l'OMC comptent donc contre des violations contre un droit qui se situe au-dessus des r\u00e9gulations nationales et r\u00e9gionales. Comme cons\u00e9quence, des cas l\u00e9gaux qui d\u00e9fient la loi de comptabilit\u00e9 de l'OMC (ou de l'UE) par des constitutions nationales ont de mani\u00e8re r\u00e9p\u00e9t\u00e9e \u00e9t\u00e9 rejet\u00e9es en Autriche, aussi r\u00e9cemment qu'en 2005.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'OMC et ses accords agissent effectivement comme une constitution oligarchique globale. Ils sont la premi\u00e8re tentative pour installer \u00ab une gouvernance globale des entreprises \u00bb n\u00e9o-totalitaire - ou m\u00eame un \u00ab gouvernement entrepreneurial global \u00bb. C'est comme un despotisme qui s'\u00e9tablit de nouveau lui-m\u00eame mais cette fois-ci globalement. Ce ont on est t\u00e9moin pourrait \u00eatre surnomm\u00e9 une nouvelle forme \u00ab d'AMP \u00bb l'ancien \u00ab Mode de production asiatique \u00bb - sauf que ses origines sont maintenant am\u00e9ricaine au lieu d'\u00eatre asiatique. Je crois qu'une d\u00e9nomination plus exacte pour l'OMC devrait \u00eatre WWO \"World War Order” \u003Ci\u003E(Ordre mondial de guerre)\u003C\/i\u003E. Ou sinon W.K.O. : \"World Knock Out” \u003Ci\u003E(Mettre KO le monde)\u003C\/i\u003E. En tout cas, l'organisation balaie le globe comme un tsunami, prenant tout avec elle qui promet un profit.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003E1.4. Le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme et le militarisme de l'Union europ\u00e9enne\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAu niveau europ\u00e9en, l'UE fonctionne comme l'\u00e9quivalent continental de l'OMC. Le trait\u00e9 de constitution europ\u00e9en - une base l\u00e9gale pour un gouvernement centralis\u00e9 europ\u00e9en - suit des normes de principe n\u00e9olib\u00e9ral. C'est en fait, la premi\u00e8re constitution qui inclut un engagement l\u00e9gal \u00e0 un ordre \u00e9conomique sp\u00e9cifique - l'ordre n\u00e9olib\u00e9ral - ainsi qu'un engagement \u00e0 un armement et \u00e0 des op\u00e9rations militaires (Oberansmayr 2004).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUne fois de plus, le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme et le militarisme apparaissent comme des jumeaux siamois (Lechthaler 2005). L'\u00e9conomie est comprise comme une sorte de guerre (\u00e0 la fois \u00e0 l'int\u00e9rieur et \u00e0 l'ext\u00e9rieur), et la \u00ab d\u00e9fense \u00bb militaire comme une partie de l'\u00e9conomie. Ceci s'applique, avec les mots du Ministre de la d\u00e9fense allemand Struck, \u00ab \"even to the Hindu Kush” \u003Ci\u003E(m\u00eame au Kush hindou).\u003C\/i\u003E Non pas qu'on devrait \u00eatre surpris.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'\u00e9bauche de la constitution de l'UE promet de faire partie d'un effort pour assurer la paix. Ceci suit une logique particuli\u00e8re, notamment une logique qui se r\u00e9f\u00e8re \u00e0 des actes de guerre comme \u00ab des interventions humanitaires \u00bb (sinon comme des \u00ab actes de d\u00e9fense \u00bb - m\u00eame s'il n'y a jamais eu d'agression) qui permet de pr\u00e9tendre que des guerres comme la guerre de l'OTAN contre la Yougoslavie n'en \u00e9tait pas une, et est capable de faire le portrait de l'UE comme \u00ab un ordre de paix \u00bb (Attac EU-AG Stuttgart und Region 2005). Tout ceci avec l'arri\u00e8re plan qu'il y aura bient\u00f4t un d\u00e9ploiement d'armes nucl\u00e9aires en Europe (Galtung 1993, p. 145, Oberansmayr 2004, p. 114ff). Entre temps, toute r\u00e9sistance aux niveaux gouvernementaux contre abriter des armes nucl\u00e9aires a cess\u00e9, sp\u00e9cialement en France, mais aussi l'Allemagne, l'Autriche gardent aussi le silence. Les politiciens, partout ont renonc\u00e9 \u00e0 une notion qui \u00e9tait aitrefois sacro-sainte (guernica 2006).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUn exemple particuli\u00e8rement choquant de la mani\u00e8re europ\u00e9enne de fusionner le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme avec la guerre a \u00e9t\u00e9 expos\u00e9 dans le film documentaire \u00ab Le cauchemar de Darwin \u00bb (Sauper 2005). Le film d\u00e9crit le d\u00e9veloppement d'une industrie de p\u00eache moderne - financ\u00e9e par l'UE - au Lac Victoria en Tanzanie. La perche du Nil, un poisson qui atteint la taille d'un \u00eatre humain a \u00e9t\u00e9 l\u00e2ch\u00e9 dans le lac dans les ann\u00e9es 1950. Maintenant il a provoqu\u00e9 l'extinction de toutes les autres esp\u00e8ces du lac et ce n'est plus qu'une question de temps pour que le plus grand lac tropical du monde soit mort. La majorit\u00e9 des p\u00eacheurs locaux sont sans travail et sans revenus. Les femmes sont forc\u00e9es de se prostituer. Le VIH et le sida sont rampants et des jeunes organisent des gangs. Des pilotes de l'ancienne Union sovi\u00e9tique transportent les filets de poissons emball\u00e9s en usine \u00e0 leurs consommateurs europ\u00e9ens dans de grands avions Ilyushin. Quand ils reviennent ils apportent des armes qui entrent en contrebande au Congo et d'autres r\u00e9gions africaines secou\u00e9es par un conflit militaire - oubliez les dites \u00ab guerres tribales \u00bb !\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'autoportrait trompeur de l'UE comme un \u00ab ordre de paix \u00bb a de curieuses implications. Il permet, par exemple, au gouvernement autrichien de pr\u00e9tendre que l'Autriche est encore toujours un pays neutre. En fait, le 50 \u003Csup\u003Ee\u003C\/sup\u003E anniversaire de la neutralit\u00e9 du pays a \u00e9t\u00e9 c\u00e9l\u00e9br\u00e9 en 2005. Ceci malgr\u00e9 le fait que d\u00e9j\u00e0 en 1998, le paragraphe \u00a723f a \u00e9t\u00e9 ajout\u00e9 \u00e0 la constitution autrichienne : un paragraphe assurant l'engagement de l'Autriche de contribuer avec des soldats \u00e0 une action militaire ex\u00e9cut\u00e9e par l'UE (certains l'appellent le \u00ab paragraphe d'autorisation de guerre \u00bb, Oberansmayr 2004, p. 46f). Le public n'a pratiquement pas not\u00e9 ceci. Les euro-combattants sont minimis\u00e9s comme de simples moyens de prot\u00e9ger l'espace a\u00e9rien autrichien, alors que qu'un futur engagement autrichien dans des guerres dans tout le globe est d\u00e9crit comme un engagement \u00e0 \u00ab des missions de paix \u00bb (ex\u00e9cut\u00e9es, ironiquement par des \u00ab troupes de combat \u00bb de l'UE) Les d\u00e9penses militaires en Autriche ont augment\u00e9 de 30% entre 2004 et 2007 (Werkstatt Frieden und Solidarit\u00e4t 2005). Au moins, dans ce cas il est difficile d'argumenter qu'un tas d'argent a \u00e9t\u00e9 gagn\u00e9. N\u00e9anmoins, cela signifie que l'Autriche contribue significativement (en fait, depuis 2001) \u00e0 faire l'EADS, la D\u00e9fense europ\u00e9enne a\u00e9ronautique et la Compagnie de l'espace, un g\u00e9ant europ\u00e9en de l'armement et un joueur \u00e0 grand pouvoir sur le continent (Oberansmayr 2004, p. 126ff). C'est comme un truc habituel de pr\u00e9tendre simplement l'oppos\u00e9 de ce qui est vrai. Les sens des mots sont tourn\u00e9s sens dessus dessous.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'\u00e9bauche de la constitution de l'UE contient aussi des r\u00e9f\u00e9rences aux \u00ab droits \u00e9l\u00e9mentaires \u00bb du citoyen. Comment ceux-ci peuvent \u00eatre affirm\u00e9s face aux pierres angulaires de la constitution - le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme et le militarisme - restent cependant peu clair, pour dire le moins. Donc, \u00e9tablir la liste de ces droits appara\u00eet comme un plus qu'une fa\u00e7ade (\u00ab guirlandes \u00bb) qui essaie de gagner l'approbation publique pour ce qui se passe derri\u00e8re elle et que personne ne conna\u00eet r\u00e9ellement. Sinon, une approbation serait tr\u00e8s difficile \u00e0 obtenir. L'id\u00e9e semble \u00eatre de faire appara\u00eetre un fl\u00e9au comme une b\u00e9n\u00e9diction de sorte que m\u00eame la victime consentira.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EBien s\u00fbr, personne ne semble avoir une r\u00e9ponse sur ce qui va se passer si la politique d'\u00e9conomie n\u00e9olib\u00e9rale \u00e9choue puisque personne n'a m\u00eame pens\u00e9 \u00e0 une alternative. Quoi, pourtant, si par exemple l'arm\u00e9e sera utilis\u00e9e \u00e0 l'int\u00e9rieur ?\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe rejet de la constitution de l'UE par les gens de France et des Pays-Bas est d'autant plus remarquable en consid\u00e9rant le fait que l'UE emp\u00eache toute discussion g\u00e9n\u00e9rale critique et a toujours minimis\u00e9 la signification de la constitution. En Autriche et en Allemagne, l'opinion des gens n'a m\u00eame pas \u00e9t\u00e9 demand\u00e9e. On se demande quels auraient \u00e9t\u00e9 les r\u00e9sultats dans ces pays. En tout cas, la D\u00e9claration de Lisbonne de 2007 de l'UE a d\u00e9cid\u00e9 de faire de la d\u00e9claration une loi europ\u00e9enne de toute fa\u00e7on - approuv\u00e9e seulement par les parlements nationaux.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPourquoi une constitution autrichienne qui a longtemps \u00e9t\u00e9 rendue inefficace a encore besoin d'\u00eatre \u00ab r\u00e9form\u00e9e \u00bb, est une autre question qui reste sans r\u00e9ponse. L'id\u00e9e est probablement de cacher son inefficacit\u00e9 actuelle en l'adaptant aux principes de l'UE et de l'OMC.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EA quel point est profonde la crise de l'UE ? Est-ce que sa politique n\u00e9olib\u00e9rale peut atteindre ses limites (Widerspruch 2005)? Combien de plus que les 30 millions de ch\u00f4meurs peut-elle g\u00e9rer ? Combien de plus que les 70 millions qui vivent en dessous du seuil de pauvret\u00e9 (Armutskonferenz)? Et combien d'\u00e9checs de plus de la privatisation, comme celui du syst\u00e8me de chemins de fer britanniques, peuvent \u00eatre sauv\u00e9s par des \u00ab Partenariats priv\u00e9s-publics \u00bb (PPPs) qui acheminent l'argent d'imp\u00f4ts vers les entreprises ? Que se passera-t-il une fois que les biens de toutes les nations auront \u00e9t\u00e9 vendus ? Jusqu'o\u00f9 l'UE peut-elle aller avec sa destruction des classes moyennes ? Comme va-t-elle se d\u00e9brouiller avec les jeunes hommes frustr\u00e9s qui ont perdu toute perspective - m\u00eame quand ils sont blancs ? Est-ce que les r\u00e9voltes de 2005 dans les banlieues fran\u00e7aises signifient-elles que la guerre civile a d\u00e9j\u00e0 commenc\u00e9 dans le Nord de l'Europe ? Comment l'UE va-t-elle aborder le danger de l'extr\u00eame-droite ? Que va faire l'Europe quand les prix du p\u00e9trole et de gaz exploseront ? Que va-t-elle faire quand le p\u00e9trole (comme c'est d\u00e9j\u00e0 le cas dans le Sud de l'Europe \u00e0 cause du r\u00e9chauffement) et l'eau potable deviennent rares ? Que va-t-elle faire quand ni l'industrie ni l'agriculture, ni le transport, ni les stations d'\u00e9nergie nucl\u00e9aire ne peuvent plus \u00eatre maintenus, sp\u00e9cialement aussi longtemps que l'\u00e9nergie solaire reste une solution non viable pour la crise de l'\u00e9nergie (Sarkar 2001)? Comment l'UE, vu ses \u00ab valeurs \u00e9thiques \u00bb proclam\u00e9es expliquera-t-elle une possible action militaire non seulement \u00e0 l'ext\u00e9rieur mais \u00e0 l'int\u00e9rieur de l'union ? Devra-t-elle justifier sa propre politique par la terreur (Chossudovsky 2003)? L'UE n'est pas inconsciente de tous ces probl\u00e8mes pendants. A la Conf\u00e9rence de s\u00e9curit\u00e9 europ\u00e9enne de 2005, elle a d\u00e9j\u00e0 discut\u00e9 de sc\u00e9narios de r\u00e9voltes de pauvres (Genth 2006).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAujourd'hui, nous sommes confront\u00e9s \u00e0 une menace de rien de moins qu'une guerre nucl\u00e9aire possible de l'Occident contre l'Iran (Chossudovsky 2006, Petras 2006). Cette guerre serait entreprise pour gagner le contr\u00f4le des entreprises occidentales sur les r\u00e9serves de p\u00e9trole et de gaz de l'Asie centrale - un contr\u00f4le qui est non seulement mis en cause par la Russie, mais l'Inde et sp\u00e9cialement la Chine, aussi.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECombien de temps sera-t-il possible d'apaiser la population tout en imposant les int\u00e9r\u00eats de quelqu'un derri\u00e8re ses rideaux ferm\u00e9s ?\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EII.Les alternatives \u00e0 la mondialisation du n\u00e9o-lib\u00e9ralisme\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl semble ironique que le magistrat de Vienne nous invite en novembre 2005 pour discuter \u00ab d'Alternatives \u00e0 la globalisation n\u00e9olib\u00e9rale \u00bb alors que personne n'a m\u00eame reconnu officiellement un probl\u00e8me jusqu'ici. Sans surprise, les discussions ne vont pas tr\u00e8s loin, m\u00eame si les 300 personnes r\u00e9unies ici auraient s\u00fbrement \u00e9t\u00e9 int\u00e9ress\u00e9es d'entendre des id\u00e9es r\u00e9confortantes. Elles exp\u00e9rimentent dans leur vie quotidienne ce que repr\u00e9sente la politique n\u00e9olib\u00e9rale, elles cherchent une explication et un espoir de changement. Cependant, rien de tout cela ne viendra de ceux \u00ab qui sont au sommet \u00bb Ca c'est clair. Jamais rien de positif ne vient jamais de ceux qui sont \u00ab au sommet \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe d\u00e9bat r\u00e9el au sujet d'alternatives \u00e0 la mondialisation n\u00e9olib\u00e9rale a commenc\u00e9 le 1 \u003Csup\u003Eer\u003C\/sup\u003E janvier 1994 avec le soul\u00e8vement des Indios bien organis\u00e9s de la jungle mexicaine du sud (Topitas 1994). Des hommes, des femmes et des enfants de \u00ab l'Arm\u00e9e nationale zapatiste de lib\u00e9ration \u00bb nomm\u00e9 d'apr\u00e8s le paysan mexicain et dirigeant avec succ\u00e8s de la R\u00e9volution mexicaine de 1910, Emiliano Zapata, ont occup\u00e9 sans utiliser la force, certaines zones centrales de l'\u00e9tat de Chiapas. Ils ont d\u00e9clar\u00e9 combattre l'int\u00e9gration du Mexique dans le NAFTA, l'Accord de libre \u00e9change nord am\u00e9ricain n\u00e9olib\u00e9ral avec les US et le Canada. Le NAFTA a \u00e9t\u00e9 inaugur\u00e9 le m\u00eame jour. Un des orateurs du mouvement, fameux maintenant mondialement, le \"Subcommandante Marcos”, a d\u00e9clar\u00e9 que le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme \u00e9tait \u00ab une guerre mondiale dirig\u00e9e par le pouvoir financier contre l'humanit\u00e9 \u00bb et une expression de la crise mondiale du capitalisme, pas son succ\u00e8s. Les Indios avaient d\u00e9cid\u00e9 de ne pas en faire partie. Ils ont choisi de r\u00e9sister. Leur id\u00e9e d'une vie alternative \u00e9tait claire et ils l'ont pratiqu\u00e9e malgr\u00e9 l'hostilit\u00e9 qu'ils recevaient du gouvernement et de l'arm\u00e9e (Rodriguez 2005). Leur r\u00e9sistance \u00e9tait bas\u00e9e sur une version indig\u00e8ne de \u00ab bonne gouvernance \u00bb : une d\u00e9mocratie directe, un \u00e9galitarisme et une \u00e9conomie de subsistance non exploitante, implant\u00e9e dans une ind\u00e9pendance locale et le respect de la dignit\u00e9 de chaque individu (Werlhof 2007 a) - un concept qui d\u00e9rivait de l'exp\u00e9rience pr\u00e9coloniale, du \u00ab Mexique profond \u00bb, un h\u00e9ritage culturel et spirituel maintenu au cours des si\u00e8cles.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans le Nord, ce n'est pas avant 1997-98 que le mouvement social contre le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme a recueilli un \u00e9lan avec la lutte contre la ratification de l'AMI. Le premier succ\u00e8s du mouvement a \u00e9t\u00e9 l'\u00e9chec de l'AMI gr\u00e2ce au refus de la France de le ratifier. Le mouvement s'est alors r\u00e9pandu largement et rapidement sur le globe et a mobilis\u00e9 un total sup\u00e9rieur \u00e0 15 millions de personnes qui ont manifest\u00e9 contre les guerres en Yougoslavie, en Afghanistan, et en Iraq. En 2002 et 2003, la lutte s'est focalis\u00e9e sur la campagne \"Stop GATS!” dirig\u00e9e par des groupes internationaux comme Attac. Le soutien \u00e9tait large. Des \u00ab Forums sociaux \u00bb ont commenc\u00e9 \u00e0 s'organiser et chaque ann\u00e9e, des individus, des groupes et des organisations critiquant la mondialisation n\u00e9olib\u00e9rale se rencontraient r\u00e9gionalement, nationalement, continentalement et mondialement. Les \u00ab Forums sociaux mondiaux \u00bb ont r\u00e9uni jusqu'\u00e0 100.000 personnes et plus, du monde entier avec le slogan : \u00ab Un autre monde est possible ! \u00bb\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDes militants venaient aussi r\u00e9guli\u00e8rement ensemble aux sommets de l'OMC, du WEF (Forum \u00e9conomique mondial), du G8 ou de la Banque mondiale. Ils ont r\u00e9ussi \u00e0 faire \u00e9chouer deux conf\u00e9rences de l'OMC, \u00e0 Seattle et \u00e0 Cancun, ce qui a donn\u00e9 un grand coup \u00e0 l'organisation (Shiva 2005).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EN\u00e9anmoins, l'euphorie serait d\u00e9plac\u00e9e. Une alternative n\u00e9olib\u00e9rale ne se cr\u00e9e pas par une analyse et des manifestations seulement. Une alternative au lib\u00e9ralisme doit \u00eatre pratiqu\u00e9e. Les opinions sur comment le faire, diff\u00e8rent. Certains discutent \u00ab d'alternatives \u00ab qui n'en sont pas : une r\u00e9forme de l'OMC, un \u00ab contr\u00f4le \u00bb de la mondialisation par des ONGs, un retour au Keyn\u00e9sianisme, une restauration du \u00ab march\u00e9 \u00e9conomique social \u00bb, ou m\u00eame une r\u00e9surrection du socialisme. De telles id\u00e9es ignorent la r\u00e9alit\u00e9 et banalisent le probl\u00e8me. Beaucoup plus est en jeu - le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme montre cela tous les jours.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe n\u00e9o-lib\u00e9ralisme est une apocalypse, une \u00ab r\u00e9v\u00e9lation \u00bb. Il n'y a plus moyen de nier cela plus longtemps. Il est impossible pour le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme de se justifier lui-m\u00eame par la r\u00e9alit\u00e9 qu'il cr\u00e9\u00e9. Plus personne ne peut plus \u00eatre bern\u00e9 bob plus en appelant les entreprises des \u00ab joueurs \u00bb inoffensifs. Les choses sont devenues s\u00e9rieuses. Il n'y a pas d'ambigu\u00eft\u00e9. Comme cons\u00e9quence, les auteurs de la politique n\u00e9olib\u00e9rale mentent simplement sur ce qui se passe.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans un certain sens, on peut dire que la seule bonne chose au sujet du n\u00e9o-lib\u00e9ralisme est qu'il r\u00e9v\u00e8le la v\u00e9rit\u00e9 sur \u00ab la civilisation occidentale \u00bb et \u00ab les valeurs europ\u00e9ennes \u00bb. Cela signifie que les gens ont \u00e0 pr\u00e9sent une chance de tirer les justes conclusions sur ce qui est vraiment n\u00e9cessaire.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECe qui est vraiment n\u00e9cessaire, bien s\u00fbr, est rien de moins qu'une civilisation diff\u00e9rente. Seulement une \u00e9conomie diff\u00e9rente, ou une soci\u00e9t\u00e9 ou une culture diff\u00e9rente ne suffiront pas. Nous avons besoin d'une civilisation qui est l'exact oppos\u00e9 au n\u00e9o-lib\u00e9ralisme et le syst\u00e8me mondial patriarcal capitaliste dans lequel elle est enracin\u00e9e. La logique de notre alternative doit en \u00eatre une qui mine compl\u00e8tement la logique du n\u00e9o-lib\u00e9ralisme (Werlhof 2007 b).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe n\u00e9o-lib\u00e9ralisme a transform\u00e9 tout ce qui pouvait assurer une bonne vie \u00e0 tous les \u00eatres sur cette plan\u00e8te, sens dessus, dessous. Beaucoup de gens ont encore de grosses de difficult\u00e9s \u00e0 comprendre que l'horreur que nous exp\u00e9rimentons est effectivement une r\u00e9alit\u00e9 - une r\u00e9alit\u00e9 produite volontairement, maintenue et justifi\u00e9e par \u00ab nos \u00bb politiciens. Mais m\u00eame si l'alternative \u00e9tait \u00e0 moiti\u00e9 chemin - fini les pillages, l'exploitation, la destruction, la violence, les guerres, la coercition, d'\u00eatre impitoyable, l'accumulation, l'avidit\u00e9, la corruption - nous retrouverions encore tous les dommages dont la terre a d\u00e9j\u00e0 souffert.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa terre n'est pas le paradis qu'elle \u00e9tait (du moins dans beaucoup d'endroits) il y a 500 ans, 200 ans ou m\u00eame100 ans. La d\u00e9vastation a \u00e9t\u00e9 incroyable : une grande partie de notre eau potable est en train de dispara\u00eetre principalement \u00e0 cause de la fonte des glaciers et des calottes glaci\u00e8res polaires, notre climat a chang\u00e9 dramatiquement provoquant des turbulences et des catastrophes, notre atmosph\u00e8re n'est plus prot\u00e9g\u00e9e de radiations ultra-violets (\u00ab le probl\u00e8me de la couche d'ozone \u00bb), beaucoup d'esp\u00e8ces de notre faune et de notre flore se sont \u00e9teintes, beaucoup de cultures et leur connaissance sont d\u00e9truites, une grande partie des ressources naturelles \u00e9puis\u00e9es. Et tout ceci se passe \u00e0 ce qui revient seulement \u00e0 une nanoseconde de l'histoire de la terre.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ENous devons installer une nouvelle \u00e9conomie et une nouvelle technologie, une nouvelle relation avec la nature, une nouvelle relation entre les hommes et les femmes qui sera finalement d\u00e9finie par un respect mutuel, une nouvelle relation entre les g\u00e9n\u00e9rations qui atteint m\u00eame plus que le \u00ab \u003Ci\u003Esepti\u00e8me \u00bb (??? that reaches even further than to the \"seventh”)\u003C\/i\u003E et une nouvelle compr\u00e9hension politique bas\u00e9e sur l'\u00e9galitarisme et la reconnaissance de la dignit\u00e9 de chaque individu. Mais m\u00eame une fois que nous avons r\u00e9alis\u00e9 cela, on devra encore toujours \u00e9tablir une \u00ab spiritualit\u00e9 \u00bb appropri\u00e9e par rapport \u00e0 la terre (Werlhof 2007 c). Les religions dominantes ne peuvent pas nous aider ici. Elles ont \u00e9chou\u00e9 mis\u00e9rablement.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ENous devons r\u00e9parer au moins certains des torts et de la violence commis contre la terre. Personne ne sait jusqu'\u00e0 quel degr\u00e9, et m\u00eame si c'est encore possible. Ce qui est certain, cependant, est que si nous voulons avoir la moindre chance de r\u00e9ussir, nous avons besoin pour cela d'une toute nouvelle \u00ab cultura \u00bb d'une relation \u00ab attentionn\u00e9e \u00bb avec la terre bas\u00e9e sur des qualit\u00e9s \u00e9motionnelles qui ont \u00e9t\u00e9 supprim\u00e9es et d\u00e9truites au nom de la production de marchandises et \u00ab le progr\u00e8s \u00bb. Nous devons retrouver l'aptitude de ressentir, de r\u00e9sister \u00e0 la douleur, de perdre la peur et d'aimer d'une mani\u00e8re qui semble inconcevable aujourd'hui (Anders 1994, Vaughan 1997). Si cela arrive une nouvelle vie sur et avec notre terre pourrait r\u00e9ellement \u00eatre possible. De toute fa\u00e7on, c'est la seule terre que nous ayons.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EHeureusement, il y a des signes pointant dans la bonne direction. Dans beaucoup de r\u00e9gions du Sud, des mouvements indig\u00e8nes se sont lev\u00e9s suivant les pas des Zapatistes (Esteva 2001). Sp\u00e9cialement les Indios en Am\u00e9rique latine sont retourn\u00e9s (ou, en m\u00eame temps \u00ab ont avanc\u00e9 \u00bb) \u00e0 des modes d'agriculture et de subsistance qui ont \u00e9t\u00e9 pratiqu\u00e9s pendant des millions d'ann\u00e9es et ont produit une diversit\u00e9 de richesse concr\u00e8te. Les Indios ont aussi install\u00e9 des mini-march\u00e9s pour commercialiser les produits dont ils n'ont pas besoin eux-m\u00eames. En faisant cela, ils assurent \u00e0 la fois la survie sociale et \u00e9cologique de leur environnement imm\u00e9diat (et \u00e9tendu) (Bennholdt-Thomsen\/Mies 1999, Bennholdt-Thomsen\/Holzer\/M\u00fcller 1999). Le mouvement paysan global \"Via Campesina” d\u00e9fend les droits des petits paysans dans le monde entier. Il compte des millions de membres aujourd'hui. La \u00ab localisation \u00bb (Norberg-Hodge 2001) de la politique et de l'\u00e9conomie augmentent partout. De nouvelles communaut\u00e9s, ainsi que de nouveaux \u00ab lieux communs \u00bb et de nouvelles coop\u00e9ratives sont form\u00e9s. Des conseils locaux organisent et cr\u00e9ent des r\u00e9seaux r\u00e9gionaux. En Inde, on appelle cela \u00ab la d\u00e9mocratie vivante \u00bb - une d\u00e9mocratie qui inclut la terre et qu'on peut donc appeler aussi une \u00ab d\u00e9mocratie de la terre \u00bb (Shiva in Werlhof 2001 b).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans le Nord, des milliers de r\u00e9seaux locaux existent o\u00f9 de \u00ab l'argent gratuit \u00bb remplace l'argent qui vient avec un int\u00e9r\u00eat, qui accumule la valeur et sert comme moyen pour la sp\u00e9culation plut\u00f4t que le commerce (Lietaer 1999). Une \u00ab \u00e9conomie de solidarit\u00e9 \u00bb et une \u00ab \u00e9conomie verte \u00bb se r\u00e9pandent globalement contestant \u00ab l'\u00e9conomie de profit \u00bb qui pr\u00e9vaut (Milani 2000). Dans le Nord comme dans le Sud, des gens exp\u00e9rimentent des \u00ab budgets de participation \u00bb dans lesquels les habitants de quartiers ou de villes enti\u00e8res d\u00e9cident de la mani\u00e8re d'utiliser l'argent des imp\u00f4ts. M\u00eame le concept d'\u00e9conomie de dons dans une soci\u00e9t\u00e9 post-capitaliste et post-patriarcale est discut\u00e9e (Vaughan 2004, 2006). En tout cas, fondamentalement, de nouvelles exp\u00e9riences communales au-del\u00e0 de l'\u00e9go\u00efsme sont recherch\u00e9es. Des communaut\u00e9s sont cr\u00e9\u00e9es dans lesquelles des gens se soutiennent les uns, les autres, permettant \u00e0 chaque individu de penser, de sentir et d'agir diff\u00e9remment.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAucune alternative n'est jamais venue du \u00ab sommet \u00bb. Des alternatives naissent o\u00f9 des gens, seuls ou en groupe, d\u00e9cident de prendre l'initiative afin de contr\u00f4ler leur destin\u00e9e (Korten 1996). De la base de la soci\u00e9t\u00e9 (Mies 2001), un nouveau sentiment de vie, une nouvelle \u00e9nergie et une nouvelle solidarit\u00e9 se r\u00e9pandent et renforcent chacune et toutes les personnes impliqu\u00e9es. Comme r\u00e9sultat, les gens sont capables de se d\u00e9livrer eux-m\u00eames d'une notion \u00ab d'individualit\u00e9 \u00bb qui les r\u00e9duit \u00e0 \u00eatre \u00ab des marchandises dou\u00e9es de sensation \u00bb ou m\u00eame pire, de \u00ab machines fonctionnant \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes exemples de r\u00e9sistance et les alternatives mentionn\u00e9es minent v\u00e9ritablement le n\u00e9o-lib\u00e9ralisme et sa mondialisation. Les gens qui y sont engag\u00e9s trouvent un moyen tout \u00e0 fait diff\u00e9rent de penser. Ils ont perdu la foi dans \u00ab le d\u00e9veloppement \u00bb et ont saisi le jeu. Pour eux, le \u00ab d\u00e9veloppement \u00bb est devenu un affront ou un objet de ridicule. On s'attend \u00e0 ce que les politiciens \u00ab se perdent \u00bb comme on l'a vu r\u00e9cemment en Argentine : \"Que se vayan todos!” Il est devenu clair que personne ne veut plus avoir quelque chose \u00e0 voir avec une politique conventionnelle et des politiciens. Des gens ont r\u00e9alis\u00e9 que la politique comme \u00ab syst\u00e8me \u00bb n'est jamais \u00e0 leur service mais les trahit et les divisent. Certaines personnes ont d\u00e9velopp\u00e9 presque des r\u00e9actions allergiques \u00e0 la politique conventionnelle. Elles ont exp\u00e9riment\u00e9 suffisamment longtemps que la domination nie in\u00e9vitablement la vie.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl y a bien s\u00fbr des alternatives \u00e0 piller la terre, \u00e0 faire la guerre et \u00e0 d\u00e9truire la plan\u00e8te. Une fois qu'on r\u00e9alise cela quelque chose d'autre commence d\u00e9j\u00e0 \u00e0 prendre forme. Il est obligatoire de le laisser \u00e9merger avant que le boomerang de l'arrogance d\u00e9mesur\u00e9e nous trouve tous.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EClaudia von Werlhof\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EArticle original en anglais :\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.globalresearch.ca\/the-consequences-of-globalization-and-neoliberal-policies-what-are-the-alternatives\/7973\"\u003E\u003Cimg style=\" width:51px;\" src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_128022_a1904c.jpg\" \/\u003E\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.globalresearch.ca\/the-consequences-of-globalization-and-neoliberal-policies-what-are-the-alternatives\/7973\"\u003EGlobalization and Neoliberal Policies. Are there Alternatives to Plundering the Earth, Making War and Destroying the Planet?\u003C\/a\u003E,\u003C\/b\u003E le 8 f\u00e9vrier 2008, publi\u00e9 de nouveau le 17 avril 2017.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003ETraduction de l'allemand par Gabriel Kuhn.\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003ENotes\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E1.In Austrian party politics, the color \"black” stands for the conservative Austrian People's Party, \"blue” for the extreme right-wing Freedom Party. (GK)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E2.\"Red” stands for the Social Democratic Party of Austria, \"green” for the Green Alternative. (GK)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E3.In 2003, the Austrian government signed a controversial contract to purchase 18 Typhoon Eurofighters from the Eurofighter Jagdflugzeug GmbH. (GK)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EBibliographie\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAlt, Franz, 2005, CDU\/CSU setzen sich bei Gentechnik durch, in Sonnenseite, 13.11.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAltvater, Elmar, 2005, Das Ende des Kapitalismus, wie wir ihn kennen, M\u00fcnster, Westf\u00e4lisches Dampfboot\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAltvater, Elmar und Mahnkopf, Birgit, 1996, Grenzen der Globalisierung. \u00d6konomie, \u00d6kologie und Politik in der Weltgesellschaft, M\u00fcnster, Westf\u00e4lisches Dampfboot\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAltvater \/ Chossudovsky \/ Roy \/ Serfati, 2003, Globalisierung und Krieg, in Sand im Getriebe 17, Internationaler deutschsprachiger Rundbrief der ATTAC- Bewegung, Sonderausgabe zu den Anti-Kriegs-Demonstrationen am 15.2.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAmin, Samir, 2004, Die neue Agrarfrage. Drei Milliarden B\u00e4uerinnen und,Bauern sind bedroht, in Widerspruch 47, p. 25-30\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAnders, G\u00fcnther, 1994, Die Antiquiertheit des Menschen, Bd.1: \u00dcber die Seele im Zeitalter der zweiten industriellen Revolution, M\u00fcnchen, Beck\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003Earte - Sender, 2005, US-Firmen patentieren Nutzpflanzen und wollen traditionellen Anbau verbieten, 15.11.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAttac EU-AG Stuttgart und Region (Hg), 2005, EU global - fatal?1 Ergebnisse der Europa-Konferenz, Stuttgart\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EBales, Kevin, 2001, Die neue Sklaverei. M\u00fcnchen, Kunstmann\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EBarlow, Maude, 2001, The Last Frontier, in The Ecologist, Februar, London\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EBarlow, Maude und Clarke, Tony, 2003, Blaues Gold. Das globale Gesch\u00e4ft mit dem Wasser, M\u00fcnchen, Kunstmann\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EBennholdt-Thomsen, Veronika, Mies, Maria und Werlhof, Claudia von, 1988, Women, the Last Colony, London\/ New Delhi, Zed Books\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EBennholdt-Thomsen, Veronika, Holzer, Brigitte und M\u00fcller, Christa (Hg), 1999, Das Subsistenzhandbuch. Widerstandskulturen in Europa, Asien und Lateinamerika, Wien, Promedia\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EBennholdt-Thomsen, Veronika and Mies, Maria, 1999, The Subsistence Perspective. Beyond the Globalised Economy, London, Zed Books\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EBennholdt-Thomsen, Veronika, Mies, Maria and Werlhof, Claudia von (Eds.): There is an Alternative. Subsistence and Worldwide Resistance to Corporate Globalization, London, Zed Books\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EBinswanger, Hans Christoph, 1998, Die Glaubensgemeinschaft der \u00d6konomen; M\u00fcnchen, Gerling Akademie Verlag\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EBoulboull\u00e9, Carla, 2003, Das MAI vor dem Hintergrund der Maastrichter und Amsterdamer Vertr\u00e4ge, in Mies \/ Werlhof; p. 108-115\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EChomsky, Noam, 2003, Hybris. Die endg\u00fcltige Sicherstellung der globalen -Vormachtstellung der USA, Hamburg-Wien, Europaverlag\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EChossudovsky, Michel, 2005, Americas \"War on Terrorism\", Ottawa\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EChossudovsky, Michel, 2002, Global Brutal. Der entfesselte Welthandel, die Armut, der Krieg, Frankfurt, Zweitausendeins\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EChossudovsky, Michel, 2003, War and Globalization. The Truth behind September 11th, Ottawa\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EChossudovsky, Michel, 2006, Nuclear War against Iran, in Global \u003Ca href=\"http:\/\/research.ca\"\u003EResearch.ca\u003C\/a\u003E, Center for Research on Globalization, Ottawa 13.1.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EClarke, Tony, 2003, Der Angriff auf demokratische Rechte und Freiheiten, in Mies\/Werlhof, p. 80-94\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECreutz, Helmut, 1995, Das Geldsyndrom. Wege zur krisenfreien Marktwirtschaft, Frankfurt, Ullstein\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDer Standard, 2005, Tirol: Zittern um Cross- Border- Leasing-Vertr\u00e4ge, 5.3.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDiamond, Jared, 2005, Kollaps. Warum Gesellschaften \u00fcberleben oder untergehen, Frankfurt, Fischer\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDimmel, Nikolaus und Schmee, Josef (Hg), 2005, Politische Kultur in \u00d6sterreich 2000-2005, Wien, Promedia\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDr\u00e4ger, Klaus, 2005, Bolkesteins Hammer. Projekt Dienstleistungsbinnenmarkt 2010, in Infobrief gegen Konzernherrschaft und neoliberale Politik, 19: T\u00e4ter EU - Raubz\u00fcge in Ost und West, K\u00f6ln, p. 17-22\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEhrenreich, Barbara, 2001, Arbeit poor. Unterwegs in der Dienstleistungsgesellschaft, M\u00fcnchen, Kunstmann\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEsteva, Gustavo, 2001, Mexico: Creating Your Own Path at the Grassroots, in: Bennholdt-Thomsen\/ Faraclas\/Werlhof, p. 155-166\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EFelber, Christian, 2005, WTO-Entscheidung im Gentech- Streit. USA besiegen EU, Kurier, Wien 29.11.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EFrank, Andre Gunder, 1969, Die Entwicklung der Unterentwicklung, in ders. u.a.: Kritik des b\u00fcrgerlichen Antiimperialismus, Berlin, Wagenbach\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EFrank, Andre Gunder, 2005, Orientierung im Weltsystem. Von der Neuen Welt zum Reich der Mitte, Wien, Promedia\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EFrauennetz Attac (Hg), 2003, Dienste ohne Grenzen? GATS, Privatisierung und die Folgen f\u00fcr Frauen, Dokumentation des Internationalen Kongresses, 9.-11.5.03 in K\u00f6ln, Frankfurt\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EFr\u00f6bel, Folker, Heinrichs, J\u00fcrgen und Kreye, Otto, 1977, Die neue internationale Arbeitsteilung. Strukturelle Arbeitslosigkeit in den Industriel\u00e4ndern und die Industrialisierung der Entwicklungsl\u00e4nder, Reinbek, Rowohlt\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EGaltung, Johan;1993, Eurotopia. Die Zukunft eines Kontinents, Wien, Promedia\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EGenth, Renate, 2006, Die Bedrohung der Demokratie durch die \u00d6konomisierung der Politik, feature f\u00fcr den Saarl\u00e4ndischen Rundfunk am 4.3.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EGeorge, Susan, 2001, im Vortrag, Treffen von Gegnern und Bef\u00fcrwortern der Globalisierung im Rahmen der Tagung des WEF (World Economic Forum), Salzburg\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EGl\u00f6ckner, Gottfried, 2005, Der Genmais und das gro\u00dfe Rindersterben, in Gr\u00f6ssler, p. 25-37\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EGoldman, Michael, 1998, Privatizing Nature. Poitical Struggles for the Global Commons, London, Pluto Press\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EGreenpeace, 2004, Kein Markt f\u00fcr umstrittenen Gentech- Mais, in Begegnungszentrum f\u00fcr aktive Gewaltlosigkeit, 113.Rundbrief, Bad Ischl, p. 15\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EGr\u00f6ssler, Manfred (Hg), 2005, Gefahr Gentechnik. Irrweg und Ausweg. Experten kl\u00e4ren auf, Graz; Concord\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EGruen, Arno, 1997, Der Verlust des Mitgef\u00fchls. \u00dcber die Politik der Gleichg\u00fcltigkeit, M\u00fcnchen, dtv\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003Eguernica, Zeitung f\u00fcr Frieden und Solidarit\u00e4t, Neutralit\u00e4t und EU-Opposition, 2006, Nr.1 (Linz)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EHardt, Michael und Negri, Antonio, 2001, Empire, Cambridge, Harvard Univ. Press\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EHendersen, Hazel, 1996, Building a Win-Win World. Life Beyond Global Economic Warfare, San Francisco\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EHepburn John, 2005, Die R\u00fcckeroberung von Allmenden - von alten und von neuen, \u00fcbers. Vortrag bei \"Other Worlds Conference\"; Univ.of Pennsylvania; 28.\/29.4.; verbreitet von \u003Ca href=\"http:\/\/www.mondialisation.ca\/cdn-cgi\/l\/email-protection\"\u003Eemail protected\u003C\/a\u003E, 14.11.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EHofbauer, Hannes, 2003, Osterweiterung. Vom Drang nach Osten zur peripheren EU-Integration, Wien, Promedia\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIsla, Ana; 2003, Women and Biodiversity as Capital Accumulation: An Eco-Feminist View, in Socialist Bulletin, Vol. 69, Winter, p. 21-34\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIsla, Ana, 2005, The Tragedy of the Enclosures: An Eco-Feminist Perspective on Selling Oxygen and Prostitution in Costa Rica, Man., Brock Univ., Sociology Dpt.., St. Catherines, Ontario, Canada\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EJunge Welt, 2004, Die gr\u00fcne Kriegsfront. USA verordnen dem von ihrem Milit\u00e4r besetzten Irak den Anbau von genmanipuliertem Getreide. Millionen Kleinbauern droht der Ruin, 29.11.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EKarg, Jens, 2005, Tr\u00fcgerische Sch\u00f6nheit, in Global News. Das Umweltmagazin von global 2000, p. 7\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EKennedy, Margrit, 1990, Geld ohne Zinsen und Inflation, Steyerberg, Permakultur\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EKlare, Michael T., 2001, Resource Wars. The New Landscape of Global Conflict, New York, Henry Holt and Company\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EKorten, David, 1996, When Corporations Rule the World, San Francisco, Berret-Koehler\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EKrieg, Peter, 1980, Septemberweizen, Film, Freiburg\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELechthaler, Boris, 2005, Friedensvolksbegehren und EU-Verfassung, in Attac EU-AG Stuttgart, p. 30-34\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELietaer, Bernard, 1999, Das Geld der Zukunft. \u00dcber die destruktive Wirkung des existierenden Geldsystems und die Entwicklung von Komplement\u00e4rw\u00e4hrungen, M\u00fcnchen, Riemann\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELietaer, Bernard, 2006, Jenseits von Gier und Knappheit, Interview mit Sarah van Gelder, \u003Ca href=\"http:\/\/www.transaction.net\/press\/interviews\/Lietaer0497.html\"\u003Etransaction.net\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELuxemburg, Rosa, 1970, Die Akkumulation des Kapitals, Frankfurt\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EMies, Maria,1986, Patriarchy and Accumulation on a World Scale. Women in the International Division of Labour, London, Zed Books\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EMies, Maria; 2001, Globalisierung von unten. Der Kampf gegen die Herrschaft der Konzerne, Hamburg, Rotbuch\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EMies, Maria, 2005, Krieg ohne Grenzen. Die neue Kolonisierung der Welt, K\u00f6ln, PapyRossa\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EMies, Maria und Werlhof, Claudia von (Hg), 2003 (1998); Lizenz zum Pl\u00fcndern. Das Multilaterale Abkommen \u00fcber Investitionen \"MAI\". Globalisierung der Konzernherrschaft - und was wir dagegen tun k\u00f6nnen, Hamburg, EVA\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EMilani, Brian, 2000, Designing the Green Economy. The Postindustrial Alternative to Corporate Globalization, Lanham, Rowman & Littlefield\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ENorberg-Hodge, Helena, 2001, Local Lifeline: Rejecting Globalization - Embracing Localization, in: Bennholdt-Thomsen\/ Faraclas\/Werlhof, p. 178-188\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EOberansmayr, Gerald; 2004, Auf dem Weg zur Supermacht. Die Militarisierung der europ\u00e4ischen Union, Wien, Promedia\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EOberh\u00f6ller, Verena, 2006, Wasserlos in Tirol. Gemein - \u00f6ffentlich -privatisiert?, Frankfurt - New York, Peter Lang Verlag\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPerkins, John, 2004, Confessions of an Economic Hit Man, San Francisco, Berret-Koehler\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPetras, James, 2006, Israel's War Deadline: Iran in the Crosshairs, in Global Research. Ca, Center for Research on Globalization, Ottawa, 13.1.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EProgress, 2002-2004, Zeitschrift der \u00d6sterreichischen Hochsch\u00fclerschaft, Wien\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ERaggam, August 2004, Klimawandel. Biomasse als Chance gegen Klimakollaps und globale Erw\u00e4rmung, Graz, Gerhard Erker\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EReiter, Gerhard, 2005, GEN OZID, Flugblatt der bioBauern Sch\u00e4rding, ProLeben Ober\u00f6sterreich, November\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ERichter, Wolfgang, Schm\u00e4hling, Elmar und Spoo, Eckart (Hg), 2000, Die Wahrheit \u00fcber den NATO-Krieg gegen Jugoslawien, Schkeuditz, Schkeuditzer Buchverlag\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ERichter, Wolfgang, Schm\u00e4hling, Elmar und Spoo, Eckart(Hg), 2000, Die deutsche Verantwortung f\u00fcr den NATO-Krieg gegen Jugoslawien, Schkeuditz, Schkeuditzer Buchverlag\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ERodriguez, Sergio, interviewt von Miguel Romero, 2005, The Zapatista Approach to Politics, in Viento Sur, Nr. 83, online: \u003Ca href=\"http:\/\/auto_sol.tao.ca\/node\/view\/1649\"\u003Eauto_sol.tao.ca\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ERuault, Franco, 2006, \"Neusch\u00f6pfer des deutschen Volkes\": Julius Streicher im Kampf gegen \"Rassenschande\"; Frankfurt- New York, Peter Lang Verlag\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ER\u00fcgemer, Werner, 2004, Cross Border Leasing. Ein Lehrst\u00fcck zur globalen Enteignung der St\u00e4dte, M\u00fcnster, Westf\u00e4lisches Dampfboot\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESalmutter, Hans (Hg); 1998, Wie viel Globalisierung vertr\u00e4gt unser Land? Zw\u00e4nge und Alternativen, Wien, \u00d6GB Verlag\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESalzburger, Andrea, 2006, Zur\u00fcck in die Zukunft des Kapitalismus. Kommerz und Verelendung in Polen, Frankfurt- New York, Peter Lang Verlag\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESarkar, Sharal, 2001, Sustainable Development: Rescue Operation for a Dying Illusion, in: Bennholdt-Thomsen\/Faraclas\/Werlhof, p. 41-54\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESassen Saskia, 2000, Machtbeben. Wohin f\u00fchrt die Globalisierung?, Stuttgart-M\u00fcnchen, DVA\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESauper, Hubert, 2005, Darwin's Nightmare, Film\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESennett, Richard, zit. In Einladung zu den Wiener Vorlesungen, 21.11.2005: Alternativen zur neoliberalen Globalisierung\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EShiva, Vandana, 1995, Trading our Lives Away. An Ecological and Gender Analysis of \"Free Trade” and the WTO, New Delhi, Research Foundation for Science, -technology and Natural Resource Policy\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EShiva, Vandana, 2003, Der Kampf um das blaue Gold. Ursachen und Folgen der Wasserverknappung, Z\u00fcrich, Rotpunktverlag\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EShiva, Vandana, 2004, Geraubte Ernte. Biodiversit\u00e4t und Ern\u00e4hrungspolitik, Z\u00fcrich, Rotpunktverlag\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EShiva, Vandana, 2005, From Doha to Hong Kong via Canc\u00fan. Will WTO Shrink or Sink? \u003Ca href=\"http:\/\/web-mail2.uibk.ac.at\/horde\/imp\/message.php?index=22627\"\u003Eweb-mail2.uibk.ac.at\/horde\/imp\/message.php?index=22627\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESozialministerium, 2005, Armutsbericht, Wien\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ES\u00fcdwind,2003, Nicaragua: Ausverkauf auf Kosten der Menschen, Fliugblatt, 12.11.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EThaler, Barbara, 2004, Biopiraterie und indigener Widerstand, Frankfurt, New York., Peter Lang Verlag\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ETopitas (Hg) 1994, \"Ya basta!\" Der Aufstand der Zapatistas, Hamburg, Libert\u00e4re Assoziation\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EVaughan, Genevieve; 1997, For- Giving. A Feminist Criticism of Exchange, Austin, Anomaly Press\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EVaughan, Genevieve (Hg), 2004,The Gift, Il Donno, Athanor; Anno XV, nuova serie, n.8\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EVaughan, Genevieve (Hg), 2006, A Radically Different World View is Posssible. The Gift Economy Inside and Outside Patriarchal Capitalism, Inanna Press (Fr\u00fchjahr)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EVerhaag, 2004, Leben au\u00dfer Kontrolle, M\u00fcnchen, Denkmalfilm\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWallerstein, Immanuel, 1979, Aufstieg und k\u00fcnftiger Niedergang des kapitalistischen Weltsystems, in Senghaas, Dieter: Kapitalistische Welt\u00f6konomie. Kontroversen \u00fcber ihren Ursprung und ihre Entwicklungsdynamik, Frankfurt, Suhrkamp\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWallerstein, Immanuel (Hg), 2004, The Modern World-System in the Longue Dur\u00e9e, Boulder\/ London; Paradigm Publishers\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWerkstatt Frieden und Solidarit\u00e4t, 2005, Brief zum Vereinsjahr 2004-2005, Linz\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWerlhof, Claudia von, 1991, Was haben die H\u00fchner mit dem Dollar zu tun? Frauen und \u00d6konomie; M\u00fcnchen, Frauenoffensive\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWerlhof, Claudia von, 1997, Sch\u00f6pfung aus Zerst\u00f6rung? Die Gentechnik als moderne Alchemie und ihre ethisch-religi\u00f6se Rechtfertigung, in Baier, Wilhelm (Hg), Genetik.Einf\u00fchrung und Kontroverse, Graz, p. 79-115\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWerlhof, Claudia von, 2001 a, Loosing Faith in Progress: Capitalist Patriarchy as an 'Alchemical System', in: Bennholdt-Thomsen et.al.(Eds.): There is an Alternative, p. 15-40\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWerlhof, Claudia von, 2001 b, Globale Kriegswirtschaft oder Earth Democracy?, in Gr\u00fcne Bildungswerkstatt (Hg.) Die Gewalt des Zusammenhangs. Neoliberalismus - Militarismus - Rechtsextremismus, Wien, Promedia, p. 125-142\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWerlhof, Claudia von, 2003 a, MAInopoly: Aus Spiel wird Ernst, in Mies\/Werlhof, p. 148-192\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWerlhof, Claudia von, 2003 b, GATS und Bildung, in Frauennetzwerk, p. 42-45\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWerlhof, Claudia von, 2004, Frauen und \u00d6konomie. Reden, Vortr\u00e4ge...2002-2004, Themen GATS, Globalisierung.., Mechernich, Gerda-Weiler-Stiftung\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWerlhof, Claudia von, 2005 a, \"Speed kills!\", in Dimmel\/Schmee, 2005, p. 284-292\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWerlhof, Claudia von 2005 b, Vom Wirtschaftskrieg zur Kriegswirtschaft. Die Waffen der \"Neuen-Welt-Ordnung\", in Mies 2005, p. 40-48\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWerlhof, Claudia von, 2005 c, Wider die Vernichtung unserer Existenzgrundlagen, in Dietl, Claudia und Krondorfer, Birge (Hg), Widerstand - quo vadis?; Wien; AUFedition, p. 48-52\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWerlhof, Claudia von, 2006, The Utopia of a Motherless World. Patriarchy as \"War-System”, in G\u00f6ttner-Abendroth, Hieide (Hg.): Societies of Peace. Contributions to the 2nd World Congress of Matriarchal Studies, Toronto, Inanna (planned for 2008)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWerlhof, Claudia von, 2007a, Questions to Ramona, in: Corinne Kumar (Ed.): Asking, we walk. The south as new political imaginary, Vol. 2, Bangalore, Streelekha, p.2149-268\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWerlhof, Claudia von, 2007b, Capitalist Patriarchy and the Negation of Matriarchy: The Struggle for a \"Deep” Alternative, in: Genevieve Vaughan (Ed.): Women and the Gift Economy, a radically different world view is possible, Toronto, Inanna, p. 139-153\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWerlhof, Claudia von, 2007c, The Interconnectedness of All Being: A New Spirituality for a New Civilization, in: Corinne Kumar (Ed.): Asking, we walk. The south as new political imaginary, Vol.2, Bangalore, Streelekha, p. 379-386\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWiderspruch, Beitr\u00e4ge zu sozialistischer Politik, 47\/ 2004, Agrobusiness - Hunger und Recht auf Nahrung, Z\u00fcrich\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWiderspruch,.Beitr\u00e4ge zu sozialistischer Politik, 48\/ 2005, Europa Sozial, Z\u00fcrich\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EZiegler, Jean, 2004, Das t\u00e4gliche Massaker des Hungers, in Widersrpuch 47, p. 19-24\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EArticle original en anglais :\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.globalresearch.ca\/the-consequences-of-globalization-and-neoliberal-policies-what-are-the-alternatives\/7973\"\u003Eglobalresearch.ca\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EClaudia von\u003C\/b\u003E-\u003Cb\u003EWerlhof\u003C\/b\u003E est professeure \u00e0 l,univerisit\u00e9 d'Innsbruck, Autriche.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa source originale de cet article est Mondialisation.ca\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.mondialisation.ca\/la-mondialisation-et-la-politique-neoliberale-y-a-t-il-des-alternatives-au-pillage-de-la-terre-a-faire-la-guerre-et-a-detruire-la-planete\/5587157\"\u003Emondialisation.ca\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}