{"169435":{"id":"169435","parent":"168742","time":"1582547492","url":"http:\/\/www.cetri.be\/Syrie-Ce-qui-se-passe-est","category":"War","title":"Syrie : \u00ab Ce qui se passe est monstrueux. Il n'y a pas d'\u00e9quivalent depuis le d\u00e9but de la guerre \u00bb","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/","hub":"newsnet","url-explicit":"syrie-ce-qui-se-passe-est-monstrueux-il-n-y-a-pas-d-equivalent-depuis-le-debut-de-la-guerre","admin":"newsnet","views":"124","priority":"1","length":"5716","lang":"fr","content":"\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"https:\/\/www.cetri.be\/_Luc-Mathieu_\"\u003ELuc Mathieu\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDes dizaines de milliers de personnes, femmes et enfants en majorit\u00e9, ont encore fui ces derniers jours leurs villes et villages pour remonter vers le nord et \u00e9chapper aux bombardements russes et \u00e0 l'avanc\u00e9e des troupes syriennes vers l'ouest. Elles partent en voiture quand elles le peuvent, \u00e0 pied sinon. Elles se retrouvent sans rien, sans abri, sous -5 \u00b0C la nuit. (Voir ci-dessous les t\u00e9moignages recueillis par Hala Kodmani.)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPlus de 875 000 personnes ont \u00e9t\u00e9 d\u00e9plac\u00e9es depuis d\u00e9cembre dans la province d'Idlib et dans celle voisine d'Alep, selon l'ONU. Des flots de population d'une ampleur comparable aux Rohingyas fuyant vers le Bangladesh voisin le nettoyage ethnique dans l'ouest de la Birmanie entre 2017 et 2018.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab \u003Ci\u003ECe qui se passe est monstrueux. Il n'y a pas d'\u00e9quivalent depuis le d\u00e9but de la guerre. Nous sommes compl\u00e8tement d\u00e9pass\u00e9s, nous ne savons plus quoi faire, dit un travailleur humanitaire syrien. Nous aurions pu g\u00e9rer 100 000 personnes suppl\u00e9mentaires, pas 800 000. Les gens dorment dans leur voiture, dans des tentes fabriqu\u00e9es avec des bouts de tissu. Ils br\u00fblent ce qu'ils peuvent, jusqu'\u00e0 des v\u00eatements, pour se r\u00e9chauffer. Mais des enfants meurent de froid.\u003C\/i\u003E \u00bb\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003E\u00ab Cessez-le-feu \u00bb\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe r\u00e9gime syrien a continu\u00e9 sa progression dimanche et lundi 16 et 17 f\u00e9vrier. Pr\u00e9c\u00e9d\u00e9 par les frappes a\u00e9riennes de son alli\u00e9 russe, il s'est empar\u00e9 d'une trentaine de villages dans la campagne de l'ouest d'Alep, sans avoir besoin de combattre. Les rebelles qui les contr\u00f4laient, parfois depuis 2012, se sont retir\u00e9s sans r\u00e9sister. L'offensive a permis \u00e0 Damas et \u00e0 son alli\u00e9 russe de s\u00e9curiser l'un de ses principaux objectifs : reprendre le contr\u00f4le de l'autoroute M5, qui relie Alep \u00e0 Damas, la capitale. La ville d'Alep est par ailleurs d\u00e9sormais hors de port\u00e9e des roquettes des groupes rebelles. Le minist\u00e8re syrien des Transports a annonc\u00e9 lundi la r\u00e9ouverture aux vols civils de l'a\u00e9roport de la ville.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'arm\u00e9e du r\u00e9gime ne s'est pas arr\u00eat\u00e9e pour autant. Elle a continu\u00e9 \u00e0 progresser vers la fronti\u00e8re turque. La ville de Darat Izza, \u00e0 une trentaine de kilom\u00e8tres au nord d'Alep, a \u00e9t\u00e9 bombard\u00e9e. Si elle venait \u00e0 tomber, les soldats syriens seraient en mesure de prendre le poste-fronti\u00e8re de Bab al-Hawa, par o\u00f9 transite une partie de l'aide humanitaire pour les camps de d\u00e9plac\u00e9s. Ils pourraient aussi couper la route qui m\u00e8ne au canton d'Afrine, et o\u00f9 tentent de se r\u00e9fugier des habitants chass\u00e9s d'Idlib.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIront-ils aussi loin ? \u00ab \u003Ci\u003ESi Bab al-Hawa est repris, c'est fini. Les rebelles et les forces turques ne pourront plus rien faire\u003C\/i\u003E \u00bb, explique Thomas Pierret, chercheur au CNRS. Si l'on en croit les d\u00e9clarations officielles, la Turquie, qui soutient la r\u00e9bellion contre le r\u00e9gime de Bachar al-Assad tout en m\u00e9nageant ses liens avec la Russie, ne laissera pas les troupes syriennes avancer autant.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EMercredi, le pr\u00e9sident Recep Tayyip Erdogan a menac\u00e9 Damas et exig\u00e9 que ses troupes reculent sur plusieurs fronts r\u00e9cemment conquis. Des renforts de v\u00e9hicules blind\u00e9s, dont des chars, et de soldats des forces sp\u00e9ciales sont r\u00e9guli\u00e8rement envoy\u00e9s en Syrie. Le gouvernement turc multiplie les rencontres avec des repr\u00e9sentants de Moscou pour qu'il exige de Damas un arr\u00eat des attaques. \u00ab \u003Ci\u003EIl est n\u00e9cessaire d'\u00e9tablir un ultime cessez-le-feu qui ne devra pas \u00eatre viol\u00e9\u003C\/i\u003E \u00bb, a d\u00e9clar\u00e9 dimanche le ministre des Affaires \u00e9trang\u00e8res, Mevlut Cavusoglu.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EMais en r\u00e9alit\u00e9, les troupes syriennes continuent \u00e0 progresser et les avions russes ne cessent pas leurs frappes. \u00ab \u003Ci\u003ELa Turquie a une marge de manœuvre tr\u00e8s limit\u00e9e. Elle sait que si les camps de d\u00e9plac\u00e9s le long de sa fronti\u00e8re sont bombard\u00e9s, cela provoquera un nouvel afflux de r\u00e9fugi\u00e9s sur son territoire. Elle n'est pas en mesure de reprendre le terrain perdu ces derni\u00e8res semaines\u003C\/i\u003E \u00bb, poursuit Thomas Pierret.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003E\u00ab Lignes rouges \u00bb\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELundi, la Turquie a annonc\u00e9 que les pourparlers avec la Russie se prolongeraient jusqu'\u00e0 mardi. L'hypoth\u00e8se d'un retour \u00e0 l'accord pr\u00e9c\u00e9dent, sign\u00e9 en 2018 \u00e0 Sotchi, est exclue. Celui-ci pr\u00e9voyait une zone \u00ab d\u00e9militaris\u00e9e \u00bb le long de l'autoroute M5 qui passait par un retrait des jihadistes de Hayat Tahrir al-Sham (HTS), majoritaires \u00e0 Idlib, et l'installation de postes d'observation turcs. La majorit\u00e9 de ces bases militaires sont aujourd'hui derri\u00e8re les lignes de front. Ankara ne peut plus d\u00e9sormais que tenter d'obtenir \u00ab une d\u00e9sescalade \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab \u003Ci\u003ENous faisons confiance \u00e0 la Turquie depuis le d\u00e9but, mais pour quel r\u00e9sultat ? Il y a sans arr\u00eat des \"lignes rouges\" qui sont franchies. Erdogan menace, mais sans rien sur le terrain au-del\u00e0 des discours,\u003C\/i\u003E dit le travailleur humanitaire. \u003Ci\u003ELa Turquie a m\u00eame ordonn\u00e9 aux groupes rebelles de se retirer et de ne pas r\u00e9sister aux avanc\u00e9es des troupes syriennes \u00e0 l'ouest d'Alep. Nous n'avons m\u00eame pas obtenu la cr\u00e9ation d'une zone prot\u00e9g\u00e9e le long de la fronti\u00e8re o\u00f9 les d\u00e9plac\u00e9s pourraient s'installer en sachant qu'ils ne seront pas attaqu\u00e9s. Cela ressemblerait \u00e0 Gaza mais \u00e7a ne pourrait pas \u00eatre pire qu'aujourd'hui. Nous avons besoin de savoir, les familles qui arrivent nous le demandent sans arr\u00eat : \"O\u00f9 pouvons-nous aller pour ne plus \u00eatre bombard\u00e9s ?\"\u003C\/i\u003E \u00bb (Publi\u00e9 dans le quotidien Lib\u00e9ration, le 18 f\u00e9vrier 2020)\u003C\/p\u003E\u003Ctable\u003E\u003Ctbody\u003E\u003Ctr\u003E\u003Ctd\u003E\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E \u003Cb\u003EVoir en ligne\u003C\/b\u003E\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E \u003Ca href=\"http:\/\/alencontre.org\/moyenorient\/syrie\/syrie-ce-qui-se-passe-est-monstrueux-il-ny-a-pas-dequivalent-depuis-le-debut-de-la-guerre.html\"\u003ESyrie. \u00ab Ce qui se passe est monstrueux. Il n'y a pas d'\u00e9quivalent depuis le d\u00e9but de la guerre \u00bb\u003C\/a\u003E\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E \u003C\/td\u003E\u003C\/tr\u003E\u003C\/tbody\u003E\u003C\/table\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.cetri.be\/Syrie-Ce-qui-se-passe-est\"\u003Ecetri.be\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}