{"169617":{"id":"169617","parent":"168511","time":"1582878494","url":"http:\/\/www.mondialisation.ca\/syrie-le-dernier-avertissement-de-la-turquie\/5642109","category":"War","title":"Syrie: le dernier avertissement de la Turquie?","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_169617_e7bb89.png","hub":"newsnet","url-explicit":"syrie-le-dernier-avertissement-de-la-turquie","admin":"newsnet","views":"117","priority":"2","length":"4972","lang":"fr","content":"\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_169617_e7bb89.png\" \/\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003ELes relations entre la Turquie et la Russie deviennent vraiment tendues ces derniers temps. Les forces gouvernementales syriennes soutenues par l'aviation russe ont remport\u00e9 une victoire \u00e9crasante en 2020 contre l'Arm\u00e9e nationale syrienne alli\u00e9e aux Turcs dans la zone de d\u00e9sescalade d'Idlib, en pla\u00e7ant le pr\u00e9sident Recep Erdogan et ses partisans dans une position tr\u00e8s difficile.\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDepuis le d\u00e9but du conflit arm\u00e9 en Syrie en 2011, le dirigeant turc \u00e9tait hostile envers le pr\u00e9sident Bachar al-Assad et son gouvernement. Et sa position n'a pas chang\u00e9 \u00e0 ce jour.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn menant des op\u00e9rations \u00e0 Afrin et au nord de la Syrie Recep Erdogan cherchait formellement \u00e0 garantir la s\u00e9curit\u00e9 de la fronti\u00e8re sud de son pays contre les unit\u00e9s des forces d'autod\u00e9fense kurdes. Dans l'ensemble cette mission \u00e9tait assur\u00e9e par les groupes arm\u00e9s de radicaux musulmans syriens et d'opposants de l'Arm\u00e9e syrienne libre contr\u00f4l\u00e9s par les Turcs.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAnkara a r\u00e9ussi \u00e0 rejoindre la coalition de Moscou et de T\u00e9h\u00e9ran ayant pour objectif principal de neutraliser les groupes arm\u00e9s ill\u00e9gaux sur le territoire syrien. Conform\u00e9ment aux accords d'Astana, tous les groupes sans exception, l'opposition y compris, doivent \u00eatre d\u00e9sarm\u00e9s. O\u00f9 qu'ils se trouvent.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn conformit\u00e9 avec les accords de Sotchi de 2018 conclus avec la Russie, la Turquie s'est engag\u00e9e \u00e0 s\u00e9parer dans les plus brefs d\u00e9lais dans la zone de d\u00e9sescalade d'Idlib les forces antigouvernementales d'opposition mod\u00e9r\u00e9es des groupes islamistes radicaux, \u00e0 saisir tous les armements lourds et \u00e0 ouvrir d'ici la fin de l'ann\u00e9e deux autoroutes. Rien de cela n'a \u00e9t\u00e9 fait.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ERecep Erdogan comptait utiliser ces forces pour combattre le gouvernement syrien et garder le nord du pays sous contr\u00f4le turc. Mais en vain. D'abord parce que les Am\u00e9ricains l'ont devanc\u00e9 et ont pris le contr\u00f4le de la plupart des champs p\u00e9troliers contest\u00e9s par le dirigeant turc. Puis c'est la Russie qui a constitu\u00e9 un obstacle insurmontable, dont la pr\u00e9sence militaire en Syrie est devenue un facteur d\u00e9terminant du comportement de Recep Erdogan.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans peu de temps ce dernier devra prendre une d\u00e9cision: faire la guerre contre la Syrie ou non.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECette guerre ne serait pas soutenue par les puissances d'Europe occidentales (la France et l'Allemagne). Malgr\u00e9 la menace turque d'ouvrir aux 2-3 millions de r\u00e9fugi\u00e9s accumul\u00e9s en Turquie la porte du Vieux Continent. La direction de l'Otan a d\u00e9clar\u00e9 qu'elle \u00e9tait du c\u00f4t\u00e9 de la Turquie et qu'elle prendrait sa d\u00e9fense en cas de guerre contre la Syrie. Cependant, il est peu probable que les alli\u00e9s europ\u00e9ens de l'Otan partent en guerre. Premi\u00e8rement, ce n'est pas pr\u00e9vu par la charte: les Turcs combattraient sur un territoire \u00e9tranger. Deuxi\u00e8mement, la perspective d'\u00eatre confront\u00e9e face \u00e0 face \u00e0 la Russie ne s\u00e9duit pas tellement les Europ\u00e9ens.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans ce cas il est possible que les pays y participent dans le cadre d'accords bilat\u00e9raux clos. Mais qui serait le sponsor des participants?\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EWashington s'est sinc\u00e8rement r\u00e9joui des dures d\u00e9clarations antisyriennes de Recep Erdogan et, par cons\u00e9quent, d'une d\u00e9t\u00e9rioration significative des relations avec la Russie. Le Pentagone a imm\u00e9diatement r\u00e9agi \u00e0 la requ\u00eate d'Ankara de d\u00e9ployer dans les r\u00e9gions au sud de la Turquie frontali\u00e8res avec la Syrie deux batteries de syst\u00e8mes antia\u00e9riens am\u00e9ricains Patriot. Selon des informations non v\u00e9rifi\u00e9es, le d\u00e9chargement d'avions de transport avec de tels syst\u00e8mes a commenc\u00e9 \u00e0 la base a\u00e9rienne turque d'Incirlik.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECertes, Recep Erdogan est capable de prendre une autre d\u00e9cision irr\u00e9fl\u00e9chie et d'ouvrir un nouveau front de bataille contre Bachar al-Assad. Mais dans ce cas les forces turques feraient l'objet d'une riposte non seulement du c\u00f4t\u00e9 de la Syrie, mais \u00e9galement de la Russie. Et cette frappe serait tr\u00e8s douloureuse pour la Turquie.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe calcul que la Russie d\u00e9pend consid\u00e9rablement de la pr\u00e9servation de ses int\u00e9r\u00eats \u00e9conomiques et politiques de la position turque est compl\u00e8tement erron\u00e9. Apr\u00e8s une action militaire intransigeante les Turcs devront quitter la Syrie, et les sanctions \u00e9conomiques russes qui suivront, comme apr\u00e8s la destruction du Su-24 russe dans le ciel syrien en 2016, auraient un impact impr\u00e9visible sur l'\u00e9conomie turque.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EC'est pourquoi les partisans du pr\u00e9sident turc doivent peser les cons\u00e9quences \u00e9ventuelles d'une nouvelle aventure et chercher des solutions indolores qui existent encore au probl\u00e8me, tout en comptant sur la bonne volont\u00e9 des politiques de Moscou. Or ils connaissent le prix de la guerre et ne la souhaitent pas.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa source originale de cet article est \u003Ca href=\"http:\/\/www.observateurcontinental.fr\/?module=articles&action=view&id=1414\"\u003EObservateur continental\u003C\/a\u003E\u003Cbr \/\u003E\nCopyright \u00a9 \u003Ca href=\"https:\/\/www.mondialisation.ca\/author\/observateur-continental\"\u003EObservateur Continental\u003C\/a\u003E, \u003Ca href=\"http:\/\/www.observateurcontinental.fr\/?module=articles&action=view&id=1414\"\u003EObservateur continental\u003C\/a\u003E, 2020\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.mondialisation.ca\/syrie-le-dernier-avertissement-de-la-turquie\/5642109\"\u003Emondialisation.ca\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}