{"170735":{"id":"170735","parent":"0","time":"1584816813","url":"http:\/\/www.tlaxcala-int.org\/article.asp?reference=28399","category":"Alternatives","title":"Coronavirus : Non, tout n'ira pas bien...","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_170735_69aaab.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"coronavirus-non-tout-n-ira-pas-bien","admin":"newsnet","views":"41","priority":"3","length":"15373","lang":"","content":"\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.tlaxcala-int.org\/biographie.asp?ref_aut=7144&lg_pp=fr\"\u003EGian Luca Garetti\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003Esi, une fois termin\u00e9e cette p\u00e9riode sombre, tout reviendra comme avant et un changement de paradigme n'aura pas lieu. Cette pand\u00e9mie peut repr\u00e9senter une grande opportunit\u00e9 pour un \u003Cb\u003Evirage \u00e9cosocialiste\u003C\/b\u003E. La r\u00e9ponse ne peut pas \u00eatre que \"r\u00e9active\", soit limit\u00e9e aux m\u00e9dicaments, vaccins, subventions, \u00e0 la gentillesse des balcons. En ces tristes p\u00e9riodes qui s'appellent Anthropoc\u00e8ne et Capitaloc\u00e8ne, ou bien on transforme au niveau du changement climatique, du soin de l'environnement, au niveau social, \u00e9conomique, de la sant\u00e9, qui doit \u00eatre publique, ou bien les choses n'iront vraiment pas bien du tout.\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_170735_c101b2.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003ER\u00eave... R\u00eave...#Nousresterions\u00e0lamaison (allusion au hashtag #iostoacasa, #jereste\u00e0lamaison)-Dessin de Mauro Biani\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003E\u003Cspan style=\"color:#6b220b\"\u003ELa mort aussi doit \u00eatre \u00e9chelonn\u00e9e, comme les cong\u00e9s\u003C\/span\u003E\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe gros probl\u00e8me de cette pand\u00e9mie est que les cas d'urgence respiratoire arrivent tous en m\u00eame temps en r\u00e9animations, et notre syst\u00e8me sanitaire, qui dans les derni\u00e8res ann\u00e9es a \u00e9t\u00e9 de plus en plus privatis\u00e9 et r\u00e9duit, ne tient pas. Echelonn\u00e9es, les urgences et ensuite les morts passent dans l'oubli. Il suffit de penser que, selon ce que dit l'OMS, l'Organisation Mondiale de la Sant\u00e9, chaque ann\u00e9e environ 8 millions de personnes meurent de la pollution dans le monde. Rien qu'en Chine, le nombre de victimes est de plus d'un million. Il y a 80 000 cas en Italie de d\u00e9c\u00e8s caus\u00e9s par les particules, le dioxyde d'azote, l'ozone. On ne doit pas oublier que, dans les pays occidentaux, 91% des d\u00e9c\u00e8s sont provoqu\u00e9s par des maladies non transmissibles (les maladies cardio-vasculaires, les maladies respiratoires, les cancers), qui sont strictement li\u00e9es \u00e0 l'environnement empoisonn\u00e9 dans lequel nous vivons, alors que 9% sont provoqu\u00e9s par des maladies infectieuses. Pour qui souhaite avoir encore plus de donn\u00e9es n\u00e9gatives, rappelons qu'en Italie, chaque ann\u00e9e, \u00e0 cause de la cigarette il y a environ 90 000 d\u00e9c\u00e8s (dont 1000 \u00e0 2000 du fait du tabagisme passif) [\u003Ci\u003E6 millions dans le monde, dont 700 000 en Europe, NdE\u003C\/i\u003E], des accidents de la route 3 330 d\u00e9c\u00e8s et 243 000 bless\u00e9s, de la r\u00e9sistance aux antibiotiques environ 10 000 d\u00e9c\u00e8s. La r\u00e9sistance aux antibiotiques est une des urgences sanitaires les plus importantes. Chaque ann\u00e9e dans le monde meurent de ce fait 700 000 personnes. Une des causes est l'utilisation massive des antibiotiques dans les exploitations animales. En Italie, selon les derni\u00e8res informations de l'EMA (Agence Europ\u00e9enne du M\u00e9dicament), presque 70% des antibiotiques vendus sont destin\u00e9s aux animaux d'\u00e9levage.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans cet article j' analyse l'urgence sanitaire du moment, notamment les cons\u00e9quences des relations proches au monde animal, \u00e0 cause des changements climatiques et sur la synergie pervertie pollution - Covid-19.\u003C\/p\u003E\u003Cimg style=\" width:274px;\" src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_170735_de1b5b.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003E\u003Cspan style=\"color:#6b220b\"\u003ELa pollution peut-elle exacerber la virulence du Covid-19 ?\u003C\/span\u003E\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00c7a saute tout de suite aux yeux que les deux plus grands foyers de cette pand\u00e9mie, la Chine et la Plaine du P\u00f4, sont deux chambres \u00e0 gaz, zones industrielles \u00e0 haut niveau de pollution atmosph\u00e9rique. Ce serait surprenant de d\u00e9couvrir que la pollution atmosph\u00e9rique n'a pas affect\u00e9 le risque de tomber malade et de mourir pour le Covid-19, vu que la seule exposition aux particules est, en soi, cause de d\u00e9c\u00e8s, surtout chez les personnes avec des maladies pr\u00e9existantes.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECe qu'on devra \u00e9valuer, dans les mois \u00e0 venir, est combien l'exposition aux polluants atmosph\u00e9riques, comme les particules (PM2,5, 10), les oxydes d'azote (NOX), l'ozone (O3) a affect\u00e9 n\u00e9gativement le diagnostic de Covid-19.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans une int\u00e9ressante \u00e9tude sur la SARS, une \u00e9pid\u00e9mie, comme on a vu, similaire au Covid-19, intitul\u00e9e \u003Ca href=\"https:\/\/ehjournal.biomedcentral.com\/articles\/10.1186\/1476-069X-2-15\"\u003E\" #a97453olor Pollution atmosph\u00e9rique et fatalit\u00e9 des cas de SARS dans la R\u00e9publique populaire de Chine: une \u00e9tude \u00e9cologique\"\u003C\/a\u003E de Yan Cui, on affirme que \"\u003Cb\u003E\u003Ci\u003Ela pollution atmosph\u00e9rique est associ\u00e9e \u00e0 une augmentation de la mortalit\u00e9 des patients avec SARS dans la population chinoise\"...\u003C\/i\u003E \u003C\/b\u003E\u003Ci\u003EL'explication biologique est que l'exposition \u00e0 court ou long terme \u00e0 certains polluants atmosph\u00e9riques peut compromettre le fonctionnement des poumons, et augmenter ainsi la mortalit\u00e9 SARS\"\u003C\/i\u003E. Cette \u00e9tude, en plus, a reli\u00e9 le diff\u00e9rent pourcentage de d\u00e9c\u00e8s de SARS avec le niveau de pollution de l'air : \u003Cb\u003Eles malades de SARS habitant dans les r\u00e9gions qui pr\u00e9sentent une mauvaise qualit\u00e9 de l'air, pr\u00e9sentent un risque de mort de 84% plus \u00e9lev\u00e9.\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes particules ultrafines peuvent agir comme \u003Ci\u003Ecarrier (transporteur)\u003C\/i\u003E du virus, en le transportant jusqu'aux alv\u00e9oles pulmonaires, et ainsi en exacerbant sa virulence.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans une autre \u00e9tude scientifique, intitul\u00e9e \" \u003Ca href=\"https:\/\/ehjournal.biomedcentral.com\/articles\/10.1186\/1476-069X-2-15\"\u003EL'impact du PM2.5 sur le syst\u00e8me respiratoire humain #a97453olor\u003C\/a\u003E\u003Ci\u003E\"\u003C\/i\u003E de Yu-Fei Xing, on affirme quels d\u00e9g\u00e2ts du PM2.5 aux cellules pulmonaires sont provoqu\u00e9s par les interactions entre cellules inflammatoires et cytokines, d'une fa\u00e7on absolument similaire et synergique au Covid-19 (voir plus bas \"temp\u00eate de cytokines\").\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans l'\u00e9tude scientifique de Wei Su et au. intitul\u00e9e \" \u003Ca href=\"https:\/\/bmcpublichealth.biomedcentral.com\/articles\/10.1186\/s12889-019-7607-2\"\u003ELes effets \u00e0 court terme de six polluants atmosph\u00e9riques #a97453olor PM2.5, dont PM10, NO 2, O 3, CO e SO 2 #a97453olor\u003C\/a\u003E \u003Ci\u003Esur le syndrome pseudo-grippal (ILI)\",\u003C\/i\u003E on explique que \u003Cb\u003Eles polluants atmosph\u00e9riques peuvent augmenter l'incidence du syndrome pseudo-grippal\u003C\/b\u003E, soit en diminuant les d\u00e9fenses immunitaires, soit du fait de la production alt\u00e9r\u00e9e de cytokines: \"\u003Ci\u003EL'exposition au PM2.5 n'a pas seulement provoqu\u00e9 des l\u00e9sions \u00e9pith\u00e9liales des voies a\u00e9riennes et d\u00e9faillance de la barri\u00e8re, mais aussi a r\u00e9duit la capacit\u00e9 des macrophages de phagocyter les virus, augmentant la susceptibilit\u00e9 d'un individus aux virus\"\u003C\/i\u003E et encore, \"l\u003Ci\u003Ees l\u00e9sions tissulaires provoqu\u00e9es par le PM 2.5 peuvent \u00eatre li\u00e9es \u00e0 la production alt\u00e9r\u00e9e de cytokines. Le PM 2.5 peut compromettre l'activit\u00e9 phagocytaire des macrophages alv\u00e9olaires\".\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl n'est pas risqu\u00e9 de dire que la \u003Cb\u003Esynergie pervertie entre le virus SARS-COV-2 et la pollution atmosph\u00e9rique,\u003C\/b\u003E est une des causes de l'importante gravit\u00e9 et diffusion de la pand\u00e9mie de Covid-19, en Chine, dans la Plaine du P\u00f4, en Cor\u00e9e du Sud, c'est-\u00e0-dire dans des \u003Cb\u003Ezones qui ont en commun un taux \u00e9lev\u00e9 de pollution\u003C\/b\u003E. Mais, on le sait, la pollution est omnipr\u00e9sente. Il est indispensable de se d\u00e9cider d'adopter tout de suite des mesures drastiques pour r\u00e9duire le niveau de polluants atmosph\u00e9riques, mais pas seulement. \u003Cb\u003EUn autre type d'\u00e9conomie est indispensable\u003C\/b\u003E. Cette pand\u00e9mie est un coup d'essai de comment le n\u00e9olib\u00e9ralisme, avec la pollution, le changement climatique, l'aggravation des in\u00e9galit\u00e9s, nous conduit tout droit vers la sixi\u00e8me extinction massive. On ne peut pas se fier uniquement \u00e0 la m\u00e9t\u00e9o ou aux pand\u00e9mies pour nettoyer l'air.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003E\u003Cspan style=\"color:#6b220b\"\u003EMaladies infectieuses \u00e9mergentes, et bond inter-esp\u00e8ce\u003C\/span\u003E\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUne grande partie des maladies infectieuses \u00e9mergentes (EID), sont zoonoses, c'est-\u00e0-dire ont d\u00e9but\u00e9 chez des animaux, et ensuite ont \u00ab saut\u00e9 \u00bb dans l'homme. Beaucoup de virus d'origine animale ont fait un bond inter-esp\u00e8ce (\u003Ci\u003Espillover\u003C\/i\u003E), c'est-\u00e0-dire sont pass\u00e9s des oiseaux (migrateurs ou s\u00e9dentaires dans des \u00e9levages ou des march\u00e9s), suite aux \u00ab pressions \u00bb non naturelles, de leur r\u00e9servoir animal \/ naturel \u00e0 l'\u00eatre humain. Dans les vingt derni\u00e8res ann\u00e9es, diff\u00e9rentes \u00e9pid\u00e9mies virales ont \u00e9t\u00e9 enregistr\u00e9es: le syndrome respiratoire aigu grave (SARS-CoV) en 2002-2003 et la grippe H1N1 en 2009. Plus r\u00e9cemment, le syndrome respiratoire du Moyen Orient coronavirus (MERS-CoV), identifi\u00e9 pour la premi\u00e8re fois en Arabie Saoudite en 2012 et Ebola, d\u00e9sormais en totale r\u00e9mission. Le virus de la pand\u00e9mie actuelle a \u00e9t\u00e9 d\u00e9nomm\u00e9 SARS-CoV-2 car il est tr\u00e8s similaire \u00e0 celui qui a provoqu\u00e9 l'\u00e9pid\u00e9mie de SARS (SARS-CoV). Tous ces virus sont potentiellement pand\u00e9miques, c'est-\u00e0-dire provoquent mortalit\u00e9 et morbidit\u00e9 \u00e0 large \u00e9chelle, et ont comme effets collat\u00e9raux l'interruption des r\u00e9seaux commerciaux et de voyages, provoquent des d\u00e9sordres civiques et des effets \u00e9conomiques d\u00e9vastateurs.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003E\u003Cspan style=\"color:#6b220b\"\u003EManifestations cliniques\u003C\/span\u003E\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe COVID-19 peut se manifester en maladie l\u00e9g\u00e8re (81% des cas), mod\u00e9r\u00e9e (14% de cas) ou grave (5% des cas). Parmi les manifestations cliniques les plus graves, on trouve la pneumonie grave, ARDS (syndrome de d\u00e9tresse respiratoire), d\u00e9faillance multiple des organes (MOD), septic\u00e9mie et choc septique. Des donn\u00e9es pr\u00e9liminaires sugg\u00e8rent que le taux de mortalit\u00e9 connu varie de 1% \u00e0 2%, selon les \u00e9tudes et les pays. La plupart de d\u00e9c\u00e8s est survenue chez les patients \u00e0 partir de 50 ans. Les jeunes enfants sont l\u00e9g\u00e8rement infect\u00e9s mais peuvent transmettre la maladie.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003E\u003Cspan style=\"color:#6b220b\"\u003ELa temp\u00eate de cytokines\u003C\/span\u003E\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans les trois principales pand\u00e9mies du si\u00e8cle dernier, dues aux Orthomyxovirus grippaux qui ont fait un bond inter-esp\u00e8ce entre les oiseaux et l'\u00eatre humain, la soi-disant espagnole (de H1N1\/1918 1920), la soi-disant asiatique (de H2N2\/1952) et la soi-disant de Hong Kong (de H3N2\/1968), il y a eu des millions de d\u00e9c\u00e8s, surtout \u00e0 cause de pneumonies dues \u00e0 la surinfection bact\u00e9rienne (et donc th\u00e9oriquement soignables avec des antibiotiques). Dans ces maladies infectieuses \u00e9mergentes, les pneumonies, au contraire, sont provoqu\u00e9es directement par un m\u00e9canisme auto-immun, par un \u00ab feu ami \u00bb. Covid-19 a une \u00e9volution similaire \u00e0 celle du SARS, qui attaquait les poumons en trois phases : r\u00e9plication virale, hyperactivit\u00e9 immunitaire et destruction du poumon. Dans la deuxi\u00e8me phase entre en jeu le syst\u00e8me immunitaire, qui d\u00e9termine les r\u00e9ponses par exc\u00e8dent, les soi-disant \u00ab incendies viraux \u00bb ou \u00ab \u003Cb\u003Etemp\u00eates de cytokines\u003C\/b\u003E \u00bb, ou \u00ab syndrome de relargage de cytokines \u00bb (CRS). Alarm\u00e9 par la pr\u00e9sence d'une invasion virale, le syst\u00e8me immunitaire se d\u00e9p\u00eache de combattre la maladie avec la lib\u00e9ration dans les poumons de cytokines, des prot\u00e9ines qui ont la t\u00e2che d'\u00e9liminer les d\u00e9g\u00e2ts et r\u00e9parer le tissu pulmonaire. Par contre, ce processus tombe parfois en panne et ces cellules tuent tout ce qu'elles croisent, y compris le tissu sain (comme dans les \u00ab bombardements chirurgicaux \u00bb). La temp\u00eate de cytokines peut ensuite se reverser dans le syst\u00e8me circulatoire et cr\u00e9er de graves probl\u00e8mes au niveau syst\u00e9mique dans plusieurs organes.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003E\u003Cspan style=\"color:#6b220b\"\u003EUn espoir\u003C\/span\u003E\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPour \u00e9chapper \u00e0 la temp\u00eate l\u00e9tale de cytokines, un espoir vient du \u003Cb\u003Etocilizumab\u003C\/b\u003E (nom commercial Actemra), un m\u00e9dicament d\u00e9velopp\u00e9 par Roche, pour la polyarthrite rhumato\u00efde, qui inhibe les niveaux \u00e9lev\u00e9s d'Interleukine 6 (IL-6), une des cytokines impliqu\u00e9es dans ladite temp\u00eate.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003E\u003Cspan style=\"color:#6b220b\"\u003EChauves-souris et C0V\u003C\/span\u003E\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes coronavirus (CoV) ont eu origine probablement dans les chauves-souris et ensuite se sont transf\u00e9r\u00e9s dans d'autres h\u00f4tes mammif\u00e8res (h\u00f4tes interm\u00e9diaires) : la civette de palmier d'Himalaya pour le SARS-CoV et le dromadaire pour le MERS-CoV - avant de passer aux humains. Les analyses g\u00e9nomiques sugg\u00e8rent que le SARS-CoV-2 aussi, le virus de l'actuelle pand\u00e9mie, a eu ses origines chez les chauves-souris, et a d\u00fb faire le bond inter-esp\u00e8ce ou \u003Ci\u003Espillover\u003C\/i\u003E, sans h\u00f4te interm\u00e9diaire. En effet les premiers cas de la maladie CoVID-19 \u00e9taient li\u00e9s \u00e0 l'exposition directe dans le march\u00e9 de gros des fruits de mer de Huanan \u00e0 Wuhan [\u003Ci\u003Eselon plusieurs sources, les premiers porteurs du virus \u00e9taient des membres de l'\u00e9quipe US aux Jeux militaires mondiaux de Wuhan d'octobre 2019, NdE\u003C\/i\u003E]. Toutefois, les cas successifs n'ont pas \u00e9t\u00e9 associ\u00e9s \u00e0 ce m\u00e9canisme d'exposition et il a \u00e9t\u00e9 conclu que le virus peut aussi \u00eatre transmis d'homme \u00e0 homme. Les personnes symptomatiques sont la source la plus fr\u00e9quente de diffusion de COVID-19, mais les \u00e9tudes sugg\u00e8rent que 2% de la population est porteur sain d'un CoV. La SARS-CoV a provoqu\u00e9 une \u00e9pid\u00e9mie \u00e0 large \u00e9chelle d\u00e9but\u00e9e en Chine et ensuite diffus\u00e9e dans une vingtaine de pays avec environ 8 000 cas et 800 d\u00e9c\u00e8s ; le MERS-CoV, d\u00e9but\u00e9 en Arabie Saoudite a provoqu\u00e9 environ 2 500 cas et 800 d\u00e9c\u00e8s et encore provoque des cas occasionnels. Les origines du virus Nipah en Malesie en 1998, et les virus Ebola ont \u00e9t\u00e9 reconduits aux chauves-souris. [\u003Ci\u003EPour le Covid-19, on est le 21 mars \u00e0 275 000 cas et 11 402 morts, NdE\u003C\/i\u003E]\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003E\u003Cspan style=\"color:#6b220b\"\u003ELe changement climatique et les interactions avec les animaux\u003C\/span\u003E\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes animaux sauvages peuvent \u00eatre porteurs sains du virus. Dans un monde normal il n'y aurait pas de contact avec l'homme. \u003Cb\u003ELe changement climatique oblige l'esp\u00e8ce \u00e0 se mettre en contact avec les autres esp\u00e8ces\u003C\/b\u003E, qui pourraient \u00eatre vuln\u00e9rables aux infections. Nous nous rapprochons trop des animaux, nous envahissons leur habitat, augmentant ainsi notre exposition aux diff\u00e9rents agents infectieux. M\u00eame le changement d'utilisation du sol, comme la transformation des for\u00eats en champs cultiv\u00e9s, pour assurer la nourriture aux \u00e9levages intensifs ou pour les bio-carburants, ou la chasse, peuvent \u00eatre responsables d'un lien alt\u00e9r\u00e9 avec la faune. Au contraire, en pr\u00e9servant les \u00e9cosyst\u00e8mes, en r\u00e9duisant au maximum les \u00e9levages intensifs, une vraie plaie pour la plan\u00e8te, on r\u00e9duirait les probabilit\u00e9s de contact et transmission d'agents pathog\u00e8nes entre homme, b\u00e9tail et faune sauvage.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003E\u003Cspan style=\"color:#6b220b\"\u003ELe pr\u00e9sent : l'interface trop proche avec la faune sauvage\u003C\/span\u003E\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E70% environ des maladies infectieuses \u00e9mergentes et la presque totalit\u00e9 des pand\u00e9mies r\u00e9centes, proviennent des animaux (la plupart de la \u003Cb\u003Efaune sauvage\u003C\/b\u003E) et l'urgence vient des complexes interactions entre animaux sauvages et\/ou animaux domestiques et humains. L'urgence de la maladie se relie \u00e0 la densit\u00e9 de la population humaine et la diversit\u00e9 de la faune sauvage, et est guid\u00e9e par des changements d'origine humaine comme la d\u00e9forestation et l'expansion des terrains agricoles (c'est-\u00e0-dire le changement de l'utilisation du sol), l'intensification de la production de b\u00e9tail et une augmentation de la chasse et du commerce de la faune sauvage. \u003Ci\u003E(\u003C\/i\u003EMoreno Di Marco et al. \u003Ca href=\"https:\/\/www.pnas.org\/content\/117\/8\/3888\"\u003EOpinion: le d\u00e9veloppement durable doit tenir compte du risque de pand\u00e9mie-PNAS #a97453olor\u003C\/a\u003E 25 f\u00e9vrier 2020).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003E\u003Cspan style=\"color:#6b220b\"\u003ELe futur : tout n'ira pas bien\u003C\/span\u003E\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ES'il n'y aura pas un \u003Cb\u003Echangement de paradigme\u003C\/b\u003E, la croissance de la population - environ 11 milliards en 2030 - aura besoin de toujours plus de production agricole et animale qui n\u00e9cessitera l'utilisation agricole d'antibiotiques, eau, pesticides et fertilisants et un contact intensif entre humains et animaux sauvages et domestiques, et le tout entrainera l'apparition et la diffusion d'agents infectieux\u003Ci\u003E.(\u003C\/i\u003EJason R. Rohr, et au\u003Ci\u003E- Maladies infectieuses humaines \u00e9mergentes et liens avec la production alimentaire globale).\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_170735_69aaab.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003ECourtesy of \u003Ca href=\"http:\/\/tlaxcala-int.org\"\u003ETlaxcala\u003C\/a\u003E\u003Cbr \/\u003E\nSource: \u003Ca href=\"https:\/\/www.perunaltracitta.org\/2020\/03\/16\/non-andra-tutto-bene\"\u003Eperunaltracitta.org\u003C\/a\u003E\u003Cbr \/\u003E\nPublication date of original article: 16\/03\/2020\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.tlaxcala-int.org\/article.asp?reference=28399\"\u003Etlaxcala-int.org\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}