{"170988":{"id":"170988","parent":"0","time":"1585156311","url":"http:\/\/cadtm.org\/La-gestion-calamiteuse-du-coronavirus-par-la-Banque-mondiale-et-le-FMI","category":"documentaires","title":"La gestion calamiteuse du coronavirus par la Banque mondiale et le Fmi","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_170988_e687f1.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"la-gestion-calamiteuse-du-coronavirus-par-la-banque-mondiale-et-le-fmi","admin":"newsnet","views":"86","priority":"3","length":"6225","lang":"","content":"\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_170988_e687f1.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003E(CC - Pixabay - nir_design)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUne opinion de Renaud Vivien, coordinateur du Service politique d'Entraide et Fraternit\u00e9.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab Le meilleur conseil \u00e0 donner \u00e0 l'Afrique est de se pr\u00e9parer au pire et de se pr\u00e9parer d\u00e8s aujourd'hui \u00bb. Cette d\u00e9claration du directeur g\u00e9n\u00e9ral de l'Organisation mondiale de la sant\u00e9 (OMS) du 18 mars nous rappelle que le coronavirus n'\u00e9pargne pas le Sud, dont le continent africain, particuli\u00e8rement vuln\u00e9rable face \u00e0 la pand\u00e9mie.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ED\u00e9j\u00e0 pr\u00e9sent dans une quarantaine de pays africains ce 24 mars, le virus se propage tellement vite que l'OMS s'inqui\u00e8te d\u00e9j\u00e0 du risque \u00e9lev\u00e9 de saturation des centres de sant\u00e9, avec comme premi\u00e8res victimes les femmes. Les femmes sont, en effet, particuli\u00e8rement expos\u00e9es aux \u00e9pid\u00e9mies car ce sont elles qui prennent soin des malades, tentant ainsi de pallier les services publics d\u00e9ficients voire inexistants dans leurs pays.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003EL'effet d\u00e9l\u00e9t\u00e8re des plans d'ajustement structurel\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELoin de se limiter \u00e0 une mauvaise gestion de l'argent public par les \u00e9lites locales, la crise permanente des services de sant\u00e9 est le r\u00e9sultat de pr\u00e8s de quarante ans de politiques d'ajustement structurel impos\u00e9es par la Banque mondiale, le Fonds mon\u00e9taire international (FMI) et leurs relais r\u00e9gionaux comme la Banque africaine de d\u00e9veloppement. Ces grands bailleurs de fonds ont conditionn\u00e9 leurs pr\u00eats \u00e0 des politiques qui ont d\u00e9t\u00e9rior\u00e9 les syst\u00e8mes de sant\u00e9 publique, en imposant des coupes budg\u00e9taires brutales. Suppression des postes de travail, des lits d'h\u00f4pitaux, augmentation du prix des m\u00e9dicaments, sous-investissements dans les infrastructures et les \u00e9quipements, privatisations sont autant de mesures qui ont \u00e9t\u00e9 appliqu\u00e9es par les gouvernements des pays d\u00e9biteurs afin de rembourser la dette publique.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECette dette, dont la l\u00e9gitimit\u00e9 voire la l\u00e9galit\u00e9 doivent \u00eatre s\u00e9rieusement questionn\u00e9es, n'a pas pourtant pas diminu\u00e9, en Afrique comme dans la plupart des autres pays du Sud. Entre 2000 et 2017, leurs dettes envers les cr\u00e9anciers \u00e9trangers a m\u00eame doubl\u00e9 (d'apr\u00e8s les donn\u00e9es de la Banque mondiale disponibles dans les rapports \u003Ci\u003EGlobal development finance\u003C\/i\u003E et l'\u003Ci\u003EInternational debt statistics\u003C\/i\u003E en ligne de la Banque mondiale) avec comme cons\u00e9quence une augmentation de la part des recettes publiques d\u00e9di\u00e9e \u00e0 son paiement.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003ELa dette tue\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EBien plus qu'une affaire de chiffres, la dette tue. Dans 46 pays class\u00e9s \u00ab \u00e0 faible revenu \u00bb, le budget annuel affect\u00e9 au paiement de la dette est sup\u00e9rieur aux d\u00e9penses publiques dans le secteur de la sant\u00e9. En 2018, ces pays consacraient, en moyenne, 7,8% de leur produit int\u00e9rieur brut (PIB) au remboursement de la dette contre 1,8% pour la sant\u00e9, soit pr\u00e8s de quatre fois plus ! (Daniel Munevar. EURODAD, \u003Ci\u003ECOVID-19 and debt in the global south : Protecting the most vulnerable in times of crisis I\u003C\/i\u003E, mars 2020). Peu importe donc l'\u00e9tat de d\u00e9labrement des syst\u00e8mes de sant\u00e9, les remboursements doivent se poursuivre co\u00fbte que co\u00fbte comme en Ha\u00efti, qui vient d'\u00eatre impact\u00e9 par le coronavirus et qui ne disposerait que d'une centaine de lits de soins intensifs pour une population de 12 millions d'habitants !\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDix ans apr\u00e8s le s\u00e9isme ayant caus\u00e9 plus de 230 000 d\u00e9c\u00e8s et l'arriv\u00e9e du chol\u00e9ra qui a tu\u00e9 plus de 9000 Ha\u00eftiens, ne serait-il pas criminel de la part des cr\u00e9anciers de continuer \u00e0 exiger le paiement de la dette ha\u00eftienne et le respect de l'accord conclu avec le FMI qui impose au pays de r\u00e9duire son d\u00e9ficit budg\u00e9taire ? Plus largement, face \u00e0 cette crise du coronavirus, est-il normal que tous les pays continuent \u00e0 payer la dette alors que l'urgence est de d\u00e9bloquer des moyens humains et financiers pour sauver des vies ? Poser la question c'est d\u00e9j\u00e0 y r\u00e9pondre. La suspension du paiement de la dette (avec gel des int\u00e9r\u00eats) devrait compter parmi les mesures urgentes \u00e0 prendre face \u00e0 la pand\u00e9mie.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003EDe nouvelles dettes pour endiguer la pand\u00e9mie\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa Banque mondiale et le FMI font pourtant l'inverse. Au lieu de suspendre les remboursements, elles alourdissent la dette des pays qu'ils pr\u00e9tendent aider. Sur les 64 milliards de dollars d'\u00ab aide \u00bb promise, la quasi-totalit\u00e9 correspond \u00e0 des pr\u00eats. Seulement 400 millions de dollars (soit 0,6% du total) pourraient \u00eatre donn\u00e9s \u00e0 certains pays r\u00e9pondant \u00e0 des crit\u00e8res stricts et \u00e0 la condition expresse que les fonds servent \u00e0 rembourser les dettes du FMI arrivant \u00e0 \u00e9ch\u00e9ance !\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EC'est la m\u00eame formule qui a \u00e9t\u00e9 utilis\u00e9e par ces institutions internationales pour \u00ab aider \u00bb Ha\u00efti apr\u00e8s le s\u00e9isme meurtrier de 2010 ainsi que trois pays africains (la Guin\u00e9e, le Liberia et la Sierra Leone) frapp\u00e9s par l'\u00e9pid\u00e9mie d'Ebola en 2014.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAujourd'hui, ces quatre pays sont confront\u00e9s au Coronavirus. Il leur manque toujours des budgets vitaux pour affronter les \u00e9pid\u00e9mies car ils sont somm\u00e9s par leurs cr\u00e9ancier de r\u00e9duire leur d\u00e9ficit budg\u00e9taire pour payer une dette insoutenable qui r\u00e9sulte en partie de l'intervention du FMI et de la Banque mondiale.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003ERompre avec l'aust\u00e9rit\u00e9\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESi l'\u00e9mergence des virus para\u00eet in\u00e9vitable, ses cons\u00e9quences fatales ne le sont pas \u00e0 condition d'y mettre les moyens humains et financiers. Nul doute que les dons priv\u00e9s faits aux h\u00f4pitaux ne suffisent pas et que les pouvoirs publics doivent imp\u00e9rativement les refinancer.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EFace \u00e0 la marchandisation des soins de sant\u00e9, le renforcement du service public de la sant\u00e9 et des syst\u00e8mes de protection sociale doit constituer la priorit\u00e9 des gouvernements du Sud comme du Nord. Cela qui n\u00e9cessite d'augmenter durablement les d\u00e9penses publiques, tout en stoppant l'h\u00e9morragie de la fuite des capitaux li\u00e9es au paiement des dettes ill\u00e9gitimes ainsi qu'\u00e0 la fraude et l'\u00e9vasion fiscales. Autant de mesures fondatrices d'une nouvelle coop\u00e9ration internationale pla\u00e7ant les vies humaines au-dessus des int\u00e9r\u00eats financiers.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPour cela, il est temps de se lib\u00e9rer du carcan dogmatique promu par le FMI, la Banque mondiale et l'Union europ\u00e9enne. Puisse le Coronavirus \u00eatre l'\u00e9l\u00e9ment d\u00e9clencheur de la rupture avec les politiques d'aust\u00e9rit\u00e9.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/cadtm.org\/La-gestion-calamiteuse-du-coronavirus-par-la-Banque-mondiale-et-le-FMI\"\u003Ecadtm.org\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}