{"171049":{"id":"171049","parent":"0","time":"1585218531","url":"http:\/\/mrmondialisation.org\/covid-19-une-crise-de-notre-modele-de-civilisation-selon-arthur-keller\/","category":"Alternatives","title":"Covid-19 : \u00ab Une crise de notre mod\u00e8le de civilisation \u00bb selon Arthur Keller","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_171049_668024.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"covid-19-une-crise-de-notre-modele-de-civilisation-selon-arthur-keller","admin":"newsnet","views":"74","priority":"3","length":"20386","lang":"","content":"\u003Cp\u003EAvant le d\u00e9but de la crise du coronavirus, nous avons interview\u00e9 Arthur Keller, sp\u00e9cialiste des limites et vuln\u00e9rabilit\u00e9s des soci\u00e9t\u00e9s humaines et des strat\u00e9gies de r\u00e9silience collective. Il nous a partag\u00e9 sa vision \u00e9clair\u00e9e des risques d'effondrement de nos soci\u00e9t\u00e9s mais aussi des solutions qu'il est, d\u00e8s aujourd'hui, possible de mettre en place. Apr\u00e8s nous avoir expos\u00e9 la profonde d\u00e9faillance du syst\u00e8me en place - qui, tel un ch\u00e2teau de cartes, para\u00eet sensible aux plus infimes disruptions - il a aujourd'hui d\u00e9cid\u00e9 de nous livrer une analyse compl\u00e9mentaire de la situation, contextualisant son approche et proposant des solutions substantielles. Il d\u00e9montre ainsi une fois de plus la n\u00e9cessit\u00e9 de profondes remises en question de nos soci\u00e9t\u00e9s et de ce qui les domine. La poursuite inlassable du profit imm\u00e9diat, la mondialisation, mais aussi et avant tout, l'Homme et le rapport qu'il entretient avec le reste de \u00eatres vivants - humains ou non humains...\u003C\/p\u003E\u003Cfigure\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_171049_668024.jpg\" \/\u003E\u003Cfigcaption\u003EArthur Keller, expert des risques syst\u00e9miques et des strat\u00e9gies de r\u00e9silience\u003C\/figcaption\u003E\u003C\/figure\u003E\u003Cp\u003ECette crise n'est pas une crise sanitaire. \u00c7a, c'est juste le premier sympt\u00f4me. Ce n'est rien de moins qu'une crise de notre mod\u00e8le de civilisation. Pour commencer, rappelons-nous que la cause primaire derri\u00e8re cette \u00e9pid\u00e9mie, c'est le rapport nocif, et m\u00eame psychopathologique, que l'Homme entretient vis-\u00e0-vis de \u00ab\u00a0la nature\u00a0\u00bb. En l'occurrence, sp\u00e9cifiquement les animaux. Ceux-ci sont les premi\u00e8res victimes, des victimes par milliards de l'exploitation tyrannique et d\u00e9sormais industrialis\u00e9e du vivant, et n'ont pas de voix pour les repr\u00e9senter hormis quelques activistes volontiers raill\u00e9s voire condamn\u00e9s par cette soci\u00e9t\u00e9. \u00c0 la base de l'apparition du virus, il y a ce march\u00e9 d'animaux vivants de Huanan (\u00e0 Wuhan) o\u00f9 l'on met en cage, maltraite et met \u00e0 mort des milliers d'animaux chaque jour, dont des chiens, des chats, et beaucoup d'animaux sauvages (renards, tortues, chauve-souris...) y compris des esp\u00e8ces prot\u00e9g\u00e9es (pangolins braconn\u00e9s alors que l'esp\u00e8ce est en danger critique d'extinction, tigres, rhinoc\u00e9ros, etc.). Ce n'est pas nouveau\u00a0: en 2002 d\u00e9j\u00e0, c'est d'un march\u00e9 comparable \u00e0 Guangzhou qu'\u00e9tait sorti le pr\u00e9c\u00e9dent SRAS.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans ces lieux abjects, des animaux sauvages y sont entass\u00e9s dans des cages o\u00f9 ils peuvent \u00e0 peine bouger, les animaux dans les cages du bas re\u00e7oivent les d\u00e9jections des animaux situ\u00e9s au-dessus\u00a0; ces pauvres b\u00eates ont \u00e9t\u00e9 captur\u00e9es dans leur milieu naturel puis affam\u00e9es et maltrait\u00e9es, et se retrouvent \u00e9gorg\u00e9es ou d\u00e9pec\u00e9es vivantes, parfois br\u00fbl\u00e9es ou \u00e9bouillant\u00e9es vives sous les yeux de leurs cong\u00e9n\u00e8res. Comment peut-on en \u00eatre arriv\u00e9 \u00e0 un tel degr\u00e9 de d\u00e9connexion pour tol\u00e9rer ce genre de choses, pour laisser faire en consid\u00e9rant que ce n'est pas une cause justifiant une mobilisation\u00a0? Ces march\u00e9s mettent en lumi\u00e8re la d\u00e9liquescence psychologique et morale qui r\u00e8gne dans cette civilisation. Notre surdit\u00e9 au long cri de la nature promet d'\u00eatre notre d\u00e9fectuosit\u00e9 fatidique. Car c'est bien cet injustifiable d\u00e9samour de la nature qui explique la plupart des d\u00e9r\u00e8glements du syst\u00e8me Terre qui nous mettent aujourd'hui en danger. Cette obstination de l'Homme \u00e0 vouloir faire s\u00e9cession du reste du vivant, si elle n'est pas corrig\u00e9e rapidement, scellera notre sort collectivement. Si l'\u00eatre humain n'entreprend pas de renouer le lien naturel et affectif avec le vivant non humain, il sciera jusqu'au bout la branche de l'arbre phylog\u00e9n\u00e9tique au bout de laquelle il est apparu. Il faut d'ailleurs \u00e9tendre la probl\u00e9matique \u00e0 toutes les logiques de domination vis-\u00e0-vis de tous les \u00ab\u00a0vuln\u00e9rables\u00a0\u00bb, qu'il s'agisse des femmes, des \u00e9trangers, des gens \u00ab\u00a0diff\u00e9rents\u00a0\u00bb, etc. Il faut affirmer fort notre volont\u00e9 de mobiliser tous nos savoir-faire pour inspirer, promouvoir et valoriser, tout le temps et en toute chose, les comportements constructifs et de bienveillance et pour refuser les comportements individualistes et \u00ab\u00a0bourrins\u00a0\u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'h\u00e9catombe de la qu\u00eate incessante du profit imm\u00e9diat\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAu-del\u00e0 de la cause derri\u00e8re l'\u00e9ruption du virus, qui a donc \u00e0 voir avec notre d\u00e9sint\u00e9r\u00eat pour l'\u00e9cologie, notre anthropocentrisme et notre lacune d'empathie en tant que construit culturel, quelle est la raison pour laquelle cette \u00e9pid\u00e9mie entra\u00eene une crise sanitaire et humanitaire majeure\u00a0? C'est notre impr\u00e9paration, elle-m\u00eame sympt\u00f4me d'une culture enlis\u00e9e dans des visions pu\u00e9rilement utopiques de l'avenir o\u00f9 il est jug\u00e9 normal de n'envisager l'avenir qu'\u00e0 partir des \u00e9l\u00e9ments qui nous font envie, sans prise en compte des risques majeurs, et o\u00f9 il est m\u00eame devenu usuel de m\u00e9priser et de se payer la t\u00eate des \u00e9claireurs qui attirent l'attention sur ces risques. R\u00e9sultat\u00a0: le syst\u00e8me hospitalier est totalement incapable de faire face \u00e0 une situation exceptionnelle. Pourtant il y avait eu maints avertissements, des experts ont alert\u00e9 et propos\u00e9 la mise en place de dispositifs permettant de mieux g\u00e9rer une \u00e9ventuelle \u00e9pid\u00e9mie... Mais \u00e7a n'a jamais \u00e9t\u00e9 pris en compte. Le cygne noir est toujours consid\u00e9r\u00e9 par les instances d\u00e9cisionnaires comme trop improbable pour \u00eatre pris au s\u00e9rieux\u00a0: cela revient \u00e0 refuser de mettre des canots de sauvetage sur un bateau de croisi\u00e8re sous pr\u00e9texte que le naufrage est statistiquement peu probable. C'est de l'obscurantisme, et de la part des \u00ab\u00a0responsables\u00a0\u00bb c'est de l'incomp\u00e9tence caract\u00e9ris\u00e9e.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe pic de la crise sanitaire n'est pas encore pass\u00e9, loin s'en faut, le plus rude reste \u00e0 venir. Or notre syst\u00e8me de sant\u00e9 n'est pas arm\u00e9 pour faire face. Pour trois raisons principales\u00a0:\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Col\u003E\u003Cli\u003EOn n'a pas anticip\u00e9 et mis en place les dispositifs, personnels, \u00e9quipements et stocks de fournitures et produits n\u00e9cessaires\u00a0: on n'a pas assez de masques, pas assez de respirateurs, pas assez de lits, bient\u00f4t pas assez d'oxyg\u00e8ne\u00a0: c'est objectivement calamiteux, et je souris jaune \u00e0 chaque fois que j'entends quelqu'un s'extasier sur \u00ab\u00a0l'excellence\u00a0\u00bb du syst\u00e8me de soins fran\u00e7ais.\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EOn est d\u00e9pendant pour notre survie de cha\u00eenes d'approvisionnement en provenance d'Asie pour la plupart. Et \u00e7a, \u00e7a fait longtemps que je fais partie de ceux qui alertent sur les vuln\u00e9rabilit\u00e9s induites par ces sch\u00e9mas de d\u00e9pendance mondialis\u00e9e totalement irresponsables.\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003ELe syst\u00e8me \u00e9tait dans une situation de tension intenable avant l'arriv\u00e9e de ce SRAS en raison de d\u00e9cennies accumul\u00e9es de m\u00e9pris total pour les services publics les plus essentiels. Le corps m\u00e9dical \u00e9tait d\u00e9j\u00e0 en crise bien avant l'arriv\u00e9e du virus, avec des gens ext\u00e9nu\u00e9s qui, aujourd'hui, sont en premi\u00e8re ligne et re\u00e7oivent des charges virales extr\u00eames en raison de l'absence de protections adapt\u00e9es. Cons\u00e9quence\u00a0: le personnel hospitalier est d\u00e9j\u00e0 \u00e9reint\u00e9 alors qu'il n'a fait que les 5 premiers kilom\u00e8tres d'un marathon...\u003C\/li\u003E\u003C\/ol\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EVoil\u00e0 o\u00f9 on en est. Et les cons\u00e9quences sanitaires et humanitaires de tout cela vont \u00eatre tragiques, c'est \u00e9crit. Cette situation met en lumi\u00e8re une forme d'irresponsabilit\u00e9 culturelle, syst\u00e9mique. Notre soci\u00e9t\u00e9 est organis\u00e9e dans un seul but (pour sch\u00e9matiser \u00e0 l'extr\u00eame)\u00a0: l'optimisation financi\u00e8re et la maximisation des profits \u00e0 court terme. Ainsi, tout ce qui est insuffisamment profitable - comme les services publics, l'\u00e9ducation, la sant\u00e9 - est graduellement sap\u00e9, les flux tendus sont privil\u00e9gi\u00e9s et les stocks limit\u00e9s au maximum... ce qui induit des vuln\u00e9rabilit\u00e9s grandissantes, notamment vis-\u00e0-vis de possibles discontinuit\u00e9s de cha\u00eenes logistiques. Un tel syst\u00e8me pr\u00e9sente une efficience maximale tant que tout va bien en situation d'abondance... mais n'est pas solide face \u00e0 des ruptures de ravitaillement, est inapte \u00e0 g\u00e9rer efficacement du gravillon dans les rouages. L'optimisation \u00e0 court terme entra\u00eene un d\u00e9ficit de r\u00e9silience \u00e0 plus long terme que seules les crises r\u00e9v\u00e8lent, c'est-\u00e0-dire qu'on r\u00e9alise le probl\u00e8me quand il est d\u00e9j\u00e0 trop tard. C'est exactement pareil dans le monde de la finance\u00a0: \u00e0 l'exception de quelques visionnaires qu'on n'\u00e9coute pas, on ne voit pas arriver les krachs. Notre soci\u00e9t\u00e9 est devenue inapte \u00e0 int\u00e9grer les risques qui ne portent pas sur les int\u00e9r\u00eats \u00e0 court terme des grands actionnaires.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDes soci\u00e9t\u00e9s individualistes et donc vuln\u00e9rables\u00a0: quid de nos valeurs humaines\u00a0?\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00c0 la question des int\u00e9r\u00eats financiers, on peut rajouter une superficialisation tragique des r\u00e9f\u00e9rentiels de valeurs de certaines soci\u00e9t\u00e9s modernes, dont la soci\u00e9t\u00e9 fran\u00e7aise. Soulignons par exemple le d\u00e9litement de la citoyennet\u00e9 et du civisme\u00a0: la plupart des gens ne se sentent plus responsabilis\u00e9s dans la vie du collectif et s'enferment dans des individualismes qui peuvent conduire \u00e0 des attitudes antisociales. Ils se gargarisent de triomphalismes faciles et c\u00e8dent \u00e0 la superficialit\u00e9 qu'on leur vend sur toutes les ondes\u00a0; ils se complaisent dans une posture d'indiff\u00e9rence \u00e0 tout qui est une d\u00e9g\u00e9n\u00e9rescence culturelle lourde d'implications.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn somme, en n'anticipant pas on se vuln\u00e9rabilise sans le savoir, et on accro\u00eet la gravit\u00e9 des crises\u00a0; par la suite, l'impr\u00e9paration face \u00e0 ces crises g\u00e9n\u00e8re de la panique et du chaos\u00a0; un contexte dans lequel \u00e9mergent des comportements individualistes plut\u00f4t que des dynamiques d'entraide\u00a0; et le fait de ne pas travailler ensemble favorise les replis, on cultive la m\u00e9fiance plut\u00f4t que la confiance et les rapports de force et de domination prennent le pas sur la solidarit\u00e9 et le respect mutuel entre personnes\u00a0; on reste alors dans le paradigme de la rivalit\u00e9 \u00e0 la mode n\u00e9olib\u00e9rale, ce qui entra\u00eene des conflits au lieu de permettre la co-construction d'un avenir souhaitable pour le plus grand nombre. Cette spirale augmente le risque de violence et de barbarie. Voil\u00e0 o\u00f9 nous m\u00e8ne notre tendance \u00e0 ne pas nous pr\u00e9parer collectivement \u00e0 des crises syst\u00e9miques devenues probables. Et ceux qui pr\u00e9tendent qu'exposer les risques graves auxquels on s'expose quand on d\u00e9passe certaines limites physiques est synonyme de d\u00e9rive liberticide sont prisonniers d'un dogme simpliste\u00a0: c'est ne pas respecter ces limites qui conduit irr\u00e9m\u00e9diablement les soci\u00e9t\u00e9s dans des situations tragiques et oppressives pour une proportion toujours plus grande des gens.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ENous vivons une sorte de d\u00e9liquescence culturelle. Les in\u00e9galit\u00e9s, clivages id\u00e9ologiques et divergences d'imaginaires ont atteint une telle intensit\u00e9, la souffrance et la frustration sociales ont atteint de tels sommets que le tissu de notre soci\u00e9t\u00e9 se d\u00e9chire dans tous les sens. Ce d\u00e9chirement n'est pas une fatalit\u00e9 absolue, s'il advient c'est parce que la France a \u00e9chou\u00e9 \u00e0 installer les conditions du dialogue et de l'\u00e9coute plut\u00f4t que de la querelle facile, du respect plut\u00f4t que de l'hostilit\u00e9, de la r\u00e9flexion plut\u00f4t que de la pulsion, de l'ouverture plut\u00f4t que de l'obscurantisme, de l'\u00e9ducation plut\u00f4t que du divertissement cr\u00e9tinisant, de la citoyennet\u00e9 plut\u00f4t que du chacun-pour-soi, de la culture de l'int\u00e9r\u00eat g\u00e9n\u00e9ral plut\u00f4t que de la culture de la concurrence, de l'amour pour le reste du vivant plut\u00f4t que du m\u00e9pris pour la nature... L'instabilit\u00e9 grandissante de notre soci\u00e9t\u00e9 tient au fait que nous avons \u00e9chou\u00e9 - les uns par avidit\u00e9, calcul et inconscience\u00a0; les autres par d\u00e9sint\u00e9r\u00eat, myopie et n\u00e9gligence - \u00e0 cr\u00e9er un socle culturel commun bas\u00e9 sur des valeurs d\u00e9centes. Et cela est d\u00fb \u00e0 deux choses\u00a0: primo, au fait que depuis des g\u00e9n\u00e9rations les dirigeants, les gouvernements, les puissants de la finance et de l'\u00e9conomie et autres m\u00e9diocrates nous prennent pour des guignols et disloquent impun\u00e9ment - et de mani\u00e8re de plus en plus d\u00e9complex\u00e9e, avec l'aide des grands m\u00e9dias - les fondamentaux d\u00e9mocratiques \u00e0 coups de d\u00e9cisions prises sur l'autel du dieu Business dans une optique de maximisation des gains financiers \u00e0 court terme\u00a0; secundo, au fait que les gens sont d\u00e9sesp\u00e9r\u00e9ment incurieux et nonchalants et se complaisent dans des postures - des replis, des haines, des caricatures, des croyances, des th\u00e9ories douteuses, des mysticismes, des communautarismes, des sectarismes et un f\u00e9tichisme malsain pour les rumeurs sensationnalistes et les conspirationnismes - et dans un individualisme consommatoire plut\u00f4t que de chercher \u00e0 am\u00e9liorer le monde. \u00c0 ce stade ce n'est plus une d\u00e9ch\u00e9ance culturelle, c'est une agonie. Si l'on rajoute \u00e0 cela la mont\u00e9e en puissance des haines d'extr\u00eame droite qui cr\u00e9e les conditions de l'inhumanit\u00e9 et nous pr\u00e9pare un monde invivable, on peut d\u00e9cemment craindre que se profilent \u00e0 l'horizon de nouvelles heures sombres de l'Histoire.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EQuelles strat\u00e9gies mettre en place pour s'en tirer au mieux\u00a0?\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EHeureusement, l'aptitude collective \u00e0 la solidarit\u00e9 peut se fa\u00e7onner culturellement. Quand des bandes de petites frappes pillent une sup\u00e9rette ou embusquent des camions de produits frais, il nous faut plus que jamais r\u00e9agir en manifestant sans d\u00e9tour notre volont\u00e9 de vivre dans une soci\u00e9t\u00e9 de fraternit\u00e9 - et quelle tristesse d'avoir \u00e0 rappeler que cette valeur fondatrice de la R\u00e9publique fran\u00e7aise doit \u00eatre d\u00e9fendue et r\u00e9affirm\u00e9e. C'est un pr\u00e9alable absolu \u00e0 la d\u00e9mocratie, et si aujourd'hui nous ne vivons plus en d\u00e9mocratie c'est surtout parce qu'on a l\u00e2chement cess\u00e9 de faire les efforts qu'exige la pr\u00e9servation d'une culture de fraternit\u00e9. Il est temps de se mobiliser pour \u00e9crire ensemble le prochain chapitre de l'Histoire du monde, et le r\u00e9cit au centre de ce chapitre c'est celui d'un vrai grand projet collectif, port\u00e9 politiquement, visant \u00e0 repenser int\u00e9gralement le vivre-ensemble et \u00e0 affirmer par les actes des valeurs fortes de libert\u00e9 collective, d'\u00e9galit\u00e9 et d'\u00e9quit\u00e9, de fraternit\u00e9 et de solidarit\u00e9, de responsabilit\u00e9 et de r\u00e9silience, de diversit\u00e9 et de sagesse. C'est un basculement paradigmatique, rien de moins, mais il est vital et il n'y a qu'une certitude\u00a0: \u00e7a n'adviendra que si l'on y travaille de fa\u00e7on proactive et d\u00e9termin\u00e9e. Cette crise est l'occasion de montrer qu'il est possible d'instaurer une culture mature de la solidarit\u00e9, que nous valons mieux que les caricatures \u00ab\u00a0hobbesiennes\u00a0\u00bb auxquelles les imb\u00e9ciles, les ultralib\u00e9raux, les libertariens et les n\u00e9ofascistes veulent r\u00e9duire tout le monde.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/youtube.com\/watch?v=9CSuuEdpEuI\" target=\"_blank\"\u003E\u003Cspan class=\"philum ic-chain\"\u003E\u003C\/span\u003E youtube\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPour l'instant il faut respecter le confinement, mais cela ne doit pas nous emp\u00eacher d'imaginer des dispositifs d'entraide \u00e0 l'\u00e9gard des travailleurs des secteurs les plus critiques\u00a0: les routiers, le personnel hospitalier, les petits producteurs d'alimentation ou d'\u00e9nergie, les petits commerces, les employ\u00e9s des services essentiels... Et il va falloir les aider au-del\u00e0 du confinement, car ce seront surtout eux qui auront du mal \u00e0 se remettre de cette onde de choc, or on a absolument besoin d'eux pour l'avenir. Nous fon\u00e7ons t\u00eate baiss\u00e9e vers une d\u00e9pression \u00e9conomique et sociale, et faute de nous y \u00eatre pr\u00e9par\u00e9s avec clairvoyance nous allons devoir naviguer \u00e0 vue dans une descente \u00e9nerg\u00e9tique et mat\u00e9rielle temp\u00e9tueuse. \u00c0 nous de faire en sorte qu'au-del\u00e0 de la calamit\u00e9 que cette crise va \u00eatre pour nombre de foyers et d'employeurs, elle soit aussi l'opportunit\u00e9 d'une r\u00e9action de bon sens, l'\u00e9lectrochoc qui stimule une m\u00e9tamorphose culturelle de nos soci\u00e9t\u00e9s vers davantage de dignit\u00e9 et de r\u00e9silience, c'est-\u00e0-dire notamment d'ind\u00e9pendance en mati\u00e8re de production de biens et services essentiels et de capacit\u00e9s d'anticipation de crises futures. \u00c7a ne se fera pas tout seul\u00a0: la responsabilit\u00e9 de ce sursaut nous appartient, \u00e0 nous citoyens. M\u00eame si nous ne sommes pas directement coupables du contexte de vuln\u00e9rabilit\u00e9 actuel, c'est \u00e0 nous de nous mobiliser pour pr\u00e9parer d\u00e8s \u00e0 pr\u00e9sent un grand sursaut au sortir du confinement. Afin que les syndicats puis les entreprises puis les m\u00e9dias puis l'\u00c9tat puis le monde financier n'aient pas d'autre choix que de suivre le mouvement impuls\u00e9 avec vigueur et t\u00e9nacit\u00e9.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EApr\u00e8s cette crise, nous allons avoir droit au sempiternel couplet sur l'imp\u00e9ratif de sauvetage des institutions financi\u00e8res, aux d\u00e9pens des simples citoyens bien entendu\u00a0; il faudra le refuser, comme ont su le faire les Islandais, nationaliser les banques et prendre les mesures qui s'imposent pour stopper les d\u00e9rives sp\u00e9culatives\u00a0; il faudra se mobiliser pour que des services publics de qualit\u00e9 soient garantis et prot\u00e9g\u00e9s des logiques de march\u00e9 en tant que Communs, de m\u00eame que l'acc\u00e8s aux ressources de base\u00a0; il faudra imposer une relocalisation de tout ce qui peut l'\u00eatre en mati\u00e8re de production de biens et de services essentiels, en construisant une solidarit\u00e9 interterritoriale\u00a0; il faudra entrer en r\u00e9sistance contre les grands projets inutiles, l'exploitation industrialis\u00e9e du vivant, les accords de libre-\u00e9change, les lobbys et la duplicit\u00e9 des \u00e9lites, contre la sacralisation aveugle et l'emprise toxique de l'innovation technologique, contre la financiarisation de tout y compris de la Nature, contre l'hyperd\u00e9pendance au p\u00e9trole et \u00e0 des cha\u00eenes d'approvisionnement nous rendant tributaires d'industries install\u00e9es dans des contr\u00e9es \u00e9loign\u00e9es qu'elles pillent\u00a0; il faudra sanctionner les dirigeants pour leur criminelle inaptitude \u00e0 l'anticipation\u00a0; il faudra d\u00e9montrer que d'autres mani\u00e8res de vivre, au service de la qualit\u00e9 de vie pour tous et non de la quantit\u00e9 d'argent pour quelques-uns, sont possibles et permettent plus de liens, plus de bien-\u00eatre et plus de r\u00e9silience \u00e0 la fois, tout en \u00e9loignant le spectre de la barbarie.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EC'est possible\u00a0! Mais cela requiert bien entendu un sursaut de grande magnitude, et cela se pr\u00e9pare. Cela se pr\u00e9pare d\u00e8s aujourd'hui, chacun chez soi en lien avec les autres via les r\u00e9seaux de communication. Chacun doit se demander comment jouer un r\u00f4le dans le changement et\/ou un r\u00f4le au sein de sa collectivit\u00e9, pas juste comment s'en sortir individuellement. Chacun doit rejoindre ou cr\u00e9er un r\u00e9seau de discussion et d'entraide pour pr\u00e9parer la suite\u00a0: lancer partout des projets d\u00e9montrant d'autres mani\u00e8res de vivre et engager des actions fortes de r\u00e9sistance contre un monde fou qui nous met tous en danger et montre enfin au grand jour son vrai visage, son intrins\u00e8que vuln\u00e9rabilit\u00e9. Et puis j'invite chacun \u00e0 en profiter aussi pour r\u00e9fl\u00e9chir \u00e0 la mani\u00e8re dont on se comporte vis-\u00e0-vis des \u00eatres vivants non humains\u00a0: la faune sauvage est-elle juste une ressource\u00a0? Avons-nous le droit de nous servir dans la nature comme on veut\u00a0? Est-il possible de persister \u00e0 revendiquer l'indiff\u00e9rence comme une posture acceptable face aux effroyables souffrances inflig\u00e9es et aux catastrophes \u00e9cologiques provoqu\u00e9es\u00a0? La possibilit\u00e9 pour une personne de g\u00e9n\u00e9rer un profit justifie-t-elle la capture, le martyre et la mort de milliers d'\u00eatres sensibles\u00a0? Cette crise est le meilleur moment pour reposer ce type de questions culturelles et philosophiques, il ne faut pas que nos r\u00e9actions soient strictement techniques, la crise est syst\u00e9mique et les r\u00e9ponses ne seront susceptibles de changer la donne pour le meilleur que si elles sont elles-m\u00eames syst\u00e9miques, ce qui inclut une introspection et une remise \u00e0 plat culturelle.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa culture actuelle pousse \u00e0 consid\u00e9rer la commis\u00e9ration comme une faiblesse... pourtant elle est une force\u00a0: la vraie grandeur s'exprime pr\u00e9cis\u00e9ment quand on aide le plus vuln\u00e9rable que soi au lieu de l'\u00e9craser. L'inaptitude \u00e0 la limite et l'obsession pour les volupt\u00e9s \u00e9go\u00efstes constituent des faiblesses et des m\u00e9diocrit\u00e9s, alors que la respectabilit\u00e9 provient de la disposition \u00e0 ne pas faire quelque chose qu'on peut faire quand cette chose n'est pas la bonne chose \u00e0 faire. La soci\u00e9t\u00e9 dans laquelle nous vivons fabrique des d\u00e9ficients affectifs \u00e0 la cha\u00eene, des atrophi\u00e9s de l'empathie, des quasi-psychopathes capables d'un d\u00e9tachement terrifiant\u00a0; la sacralisation de l'humain et l'absence de compassion pour les autres formes de vie sont des pathologies graves.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EC'est pourquoi nous r\u00e9inventer culturellement est notre seule chance\u00a0: une R\u00e9sistance cr\u00e9ative doit jaillir, une r\u00e9silience collaborative et une bascule audacieuse de nos inconscients collectifs. Fabriquons des canots de sauvetage tant qu'on le peut encore, relions-les entre eux pour former une flotte d'envergure suffisante pour pouvoir accueillir dans la dignit\u00e9 les passagers de ce grand navire qui prend l'eau de toute part et pour pouvoir g\u00e9rer les violences et les autoritarismes en leur opposant une autre vision, un autre r\u00e9cit, un autre projet apte \u00e0 inspirer le plus grand nombre. Le moment de la r\u00e9volution des imaginaires et des actes est arriv\u00e9, saisissons-le vaillamment.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003EArthur Keller\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/mrmondialisation.org\/covid-19-une-crise-de-notre-modele-de-civilisation-selon-arthur-keller\/\"\u003Emrmondialisation.org\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}