{"174248":{"id":"174248","parent":"0","time":"1590130800","url":"http:\/\/orientxxi.info\/magazine\/la-danse-macabre-du-virus-et-des-politiques-de-repression,3851","category":"documentaires","title":"La danse macabre du virus et des politiques de r\u00e9pression","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_174248_45fa0e.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"la-danse-macabre-du-virus-et-des-politiques-de-repression","admin":"newsnet","views":"33","priority":"3","length":"15482","lang":"","content":"\u003Cp\u003ELe Covid-19 est le pain des chroniqueurs. Il fait l'actualit\u00e9, mais on oublie que les pand\u00e9mies ont jalonn\u00e9 l'histoire. Et que les r\u00e9gimes politiques en ont toujours profit\u00e9 pour consolider leur emprise sur les soci\u00e9t\u00e9s.\u003C\/p\u003E\u003Cfigure\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_174248_45fa0e.jpg\" \/\u003E\u003Cfigcaption\u003E\u003Cblockquote\u003E\u003Cblockquote\u003E\u003Ca href=\"https:\/\/www.flickr.com\/photos\/istolethetv\"\u003Eistolethetv\u003C\/a\u003E\/Flickr\u003C\/blockquote\u003E \u003C\/blockquote\u003E\u003C\/figcaption\u003E\u003C\/figure\u003E\u003Cp\u003EAu temps de la peste, de la variole, du chol\u00e9ra ou de la grippe espagnole, les gouvernants maniaient tout autant qu'aujourd'hui les fausses assurances, les impr\u00e9cisions, les mensonges, les manipulations ou la propagande. Dans leur souci - indubitablement r\u00e9el - de vouloir prot\u00e9ger les \u00eatres humains contre les maladies, ils mettaient en place un ensemble de proc\u00e9dures pour contr\u00f4ler leurs actes, leurs d\u00e9placements et leurs propos. Les lieux de leur r\u00e9sidence \u00e9taient quadrill\u00e9s, leurs mouvements surveill\u00e9s. Des couvre-feux \u00e9taient d\u00e9cr\u00e9t\u00e9s. Une censure s'assurait que personne ne nomme la maladie ou ne la r\u00e9v\u00e8le, ou n'en d\u00e9voile l'ampleur.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes soci\u00e9t\u00e9s apeur\u00e9es \u00e9tant ainsi disciplin\u00e9es, les r\u00e9gimes en profitaient pour consolider leur emprise. Sous couvert d'imp\u00e9rieuses n\u00e9cessit\u00e9s sanitaires, ils adoptaient dans l'urgence des r\u00e8glementations d\u00e9rogatoires du droit commun. Ils mettaient en place de nouveaux moyens de surveillance et de contr\u00f4le. La pand\u00e9mie pass\u00e9e, textes et mesures subsistaient quand bien m\u00eame les conditions de leur cr\u00e9ation n'existaient plus \u003Csup\u003E\u003Ca href=\"#nb1\" name=\"nh1\"\u003E1\u003C\/a\u003E\u003C\/sup\u003E. Les \u00eatres humains s'habituaient \u00e0 ces changements.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPoisons pour les uns, rem\u00e8des pour les autres, les pand\u00e9mies ont toujours jou\u00e9 un r\u00f4le transformateur dans l'histoire des soci\u00e9t\u00e9s. Des r\u00e9gimes en sont sortis confort\u00e9s, d'autres sont tomb\u00e9s. Dans les rides de ce pass\u00e9, on devrait lire notre avenir.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003EHaro sur les \u00ab rumeurs pessimistes \u00bb\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EOfficiellement, l'\u00c9gypte se sort plut\u00f4t bien de la crise sanitaire mondiale. Et gare \u00e0 ceux qui pr\u00e9tendraient le contraire. Ruth Michaelson, journaliste qui travaillait pour le \u003Ci\u003EGuardian\u003C\/i\u003E, l'a appris \u00e0 ses d\u00e9pens. Elle a \u00e9t\u00e9 expuls\u00e9e du pays pour avoir pr\u00e9tendu que les chiffres officiels de personnes infect\u00e9es par le virus ne correspondaient pas \u00e0 la r\u00e9alit\u00e9. Declan Walsh, chef du bureau du \u003Ci\u003ENew York Times\u003C\/i\u003E au Caire, a \u00e9t\u00e9 \u00ab r\u00e9primand\u00e9 \u00bb pour un tweet reprenant les m\u00eames \u00ab rumeurs \u00bb. Atef Hasballah, \u00e9diteur en chef d'\u003Ci\u003EAlkararPress\u003C\/i\u003E a \u00e9t\u00e9 mis \u00e0 l'\u00e9cart pendant plusieurs semaines pour avoir contest\u00e9 les chiffres officiels de contamination.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECes mesures s'inscrivent dans une politique de contr\u00f4le traditionnelle de tous ceux qui, en \u00c9gypte, contestent l'action ou la parole du pouvoir. Mais en p\u00e9riode d'\u00e9pid\u00e9mie, journalistes, militants, d\u00e9fenseurs des droits humains ou Fr\u00e8res musulmans ont plus \u00e0 craindre qu'en temps normal. En Jordanie, une loi d'urgence de d\u00e9fense militaire donne d\u00e9sormais au premier ministre, Omar Razzaz, tout pouvoir pour faire preuve de \u00ab fermet\u00e9 \u00bb \u00e0 l'\u00e9gard de ceux qui diffuseraient \u003Ci\u003E\u00ab des rumeurs, des inventions et des fausses nouvelles qui r\u00e9pandraient la panique \u00bb.\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003ECriminaliser les \u00ab fausses nouvelles \u00bb\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESi l'on en croit la presse turque, le pr\u00e9sident Recep Tayyip Erdogan a indiqu\u00e9 qu'il fallait \u003Ci\u003E\u00ab non seulement combattre le Covid-19, mais aussi tous les virus politiques et m\u00e9diatiques \u00bb\u003C\/i\u003E. Les journalistes sont accus\u00e9s de diffuser de \u003Ci\u003E\u00ab fausses informations \u00bb\u003C\/i\u003E et des \u003Ci\u003E\u00ab contre-v\u00e9rit\u00e9s \u00bb\u003C\/i\u003E lorsqu'ils traitent de la situation sanitaire, sapant ainsi \u003Ci\u003E\u00ab le moral de la nation \u00bb\u003C\/i\u003E. Et le pr\u00e9sident de leur promettre des lendemains qui ne chanteront pas. Des centaines de citoyens auxquels il est fait reproche de diffuser sur les r\u00e9seaux des informations \u003Ci\u003E\u00ab fausses et provocantes \u00bb\u003C\/i\u003E de nature \u00e0 \u003Ci\u003E\u00ab provoquer la panique \u00bb\u003C\/i\u003E ont \u00e9t\u00e9 emprisonn\u00e9s. Tel a \u00e9t\u00e9 le sort de Ismet \u00c7igit et G\u00fcng\u00f6r Aslan du site SES Kocaeli auxquels on a fait comprendre qu'il valait mieux ne plus \u00e9voquer le \u00ab sujet \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe parlement alg\u00e9rien vient d'adopter une loi qui criminalise les \u003Ci\u003E\u00ab fausses nouvelles \u00bb\u003C\/i\u003E qui sont de nature \u00e0 troubler \u003Ci\u003E\u00ab l'ordre public et la s\u00e9curit\u00e9 de l'\u00c9tat \u00bb,\u003C\/i\u003E formule suffisamment vague qui pourrait servir \u00e0 d'autres fins. De fait, m\u00eame si le mouvement de protestation populaire d\u00e9clench\u00e9 en f\u00e9vrier 2019, le Hirak, \u003Ca href=\"https:\/\/orientxxi.info\/magazine\/algerie-le-hirak-au-peril-du-coronavirus,3738\"\u003Ea suspendu ses activit\u00e9s\u003C\/a\u003E par pr\u00e9caution sanitaire, les autorit\u00e9s du pays n'ont pas r\u00e9pondu par une pause similaire. Elles continuent d'\u00e9grener convocations polici\u00e8res, arrestations, emprisonnements et condamnations \u00e0 l'encontre des protestataires. Des prisonniers ont pu b\u00e9n\u00e9ficier d'un pardon pr\u00e9sidentiel : aucun des protestataires du Hirak n'en a fait partie.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EHassan Abyaba, ministre de la culture et porte-parole du gouvernement du Maroc a mis en garde la presse accus\u00e9e de diffuser de fausses informations sur la propagation de la maladie.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ETout le monde se souvient d'avoir vu \u00e0 la t\u00e9l\u00e9vision le vice-ministre iranien de la sant\u00e9, Iraj Harirchi, qui tentait de minimiser l'ampleur de la maladie alors que lui-m\u00eame suait \u00e0 grosses gouttes face aux cam\u00e9ras, ignorant \u00e0 ce moment-l\u00e0 qu'il \u00e9tait infect\u00e9 par le Covid-19. Bagdad a suspendu les activit\u00e9s de l'agence Reuters qui a fait savoir que les chiffres officiels d'infection et de contagion \u00e9taient tr\u00e8s en de\u00e7\u00e0 de la r\u00e9alit\u00e9.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EQuant aux pays dits d\u00e9mocratiques, ils n'\u00e9chappent pas \u00e0 ce contr\u00f4le de l'information. Si l'omnipr\u00e9sent pr\u00e9sident Donald Trump a nomm\u00e9 son vice-pr\u00e9sident Mike Pence pour superviser tout ce qui concerne la lutte contre le virus, c'est essentiellement pour qu'il contr\u00f4le ce qui pourrait \u00eatre dit sur cette maladie par les responsables sanitaires ou par les scientifiques am\u00e9ricains. La politique de l'\u00e9teignoir ne distingue pas toujours entre les r\u00e9gimes.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003ELe cas isra\u00e9lien\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EQui aurait pu imaginer il y a trois ou quatre mois que ce serait un virus qui garantirait \u003Ca href=\"https:\/\/orientxxi.info\/magazine\/israel-le-coronavirus-au-secours-de-netanyahou,3741\"\u003Ela survie politique\u003C\/a\u003E du premier ministre isra\u00e9lien Benyamin N\u00e9tanyahou ? En mars 2020, il aurait d\u00fb \u00eatre jug\u00e9 pour corruption, fraude et abus de confiance. En \u00e9change de quoi, il a ferm\u00e9 le les tribunaux et a autoris\u00e9 les services de s\u00e9curit\u00e9 int\u00e9rieure du pays \u00e0 se servir des donn\u00e9es des t\u00e9l\u00e9phones portables pour contr\u00f4ler les mouvements de ses concitoyens \u003Csup\u003E\u003Ca href=\"#nb2\" name=\"nh2\"\u003E2\u003C\/a\u003E\u003C\/sup\u003E. Ces d\u00e9cisions ont \u00e9t\u00e9 prises sans consultation parlementaire, au nom de la lutte contre le Covid-19. Il est vrai que le gouvernement isra\u00e9lien peut s'appuyer sur des textes remontant au mandat britannique qui, en p\u00e9riode d'urgence, lui donne une tr\u00e8s grande latitude d'action.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPar un autre tour de force, le premier ministre a convaincu son adversaire politique (mais finalement alli\u00e9) Benny Gantz, \u00e0 former un gouvernement d'urgence d'unit\u00e9 nationale, toujours au nom de la situation sanitaire et \u00e0 concentrer le pouvoir entre ses mains. Tout en d\u00e9criant le judiciaire et les m\u00e9dias, N\u00e9tanyahou a r\u00e9ussi \u00e0 appara\u00eetre comme le \u00ab p\u00e8re de la Nation \u00bb, un p\u00e8re malmenant la d\u00e9mocratie aux yeux de certains, mais un p\u00e8re salvateur \u00e0 qui tout ou presque est pardonn\u00e9 en p\u00e9riode de \u00ab danger national \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn Isra\u00ebl comme ailleurs, ce qui caract\u00e9rise l'ins\u00e9curit\u00e9, c'est bien la peur ; la peur qui laisse le champ libre aux d\u00e9cisions politiques hors normes et qui renforce l'autorit\u00e9 des r\u00e9gimes. Le premier ministre a su en jouer en \u00e9voquant la guerre de 1967 et en promettant que les Isra\u00e9liens, tous r\u00e9unis, allaient \u00ab sauver des dizaines de milliers de vies \u00bb. N\u00e9tanyahou a r\u00e9ussi sa parade politique, s'est empar\u00e9 du pouvoir malgr\u00e9 trois non-r\u00e9ussites lors des trois derni\u00e8res \u00e9lections et a \u00e9chapp\u00e9 \u00e0 tout et \u00e0 tous. Le survivant est le souverain.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003EDe l'Alg\u00e9rie \u00e0 l'\u00c9gypte\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn mars, le gouvernement libanais a d\u00e9clar\u00e9 l'\u00e9tat d'urgence, instaur\u00e9 des mesures de confinement, interdit les transports publics, ferm\u00e9 les commerces, etc. D'un jet de mesures, il faisait deux coups : il prenait des d\u00e9cisions de protection qui sont celles de tout le monde, mais renvoyait aussi chez eux les manifestants qui depuis le 17 octobre 2019 contestaient l'enti\u00e8ret\u00e9 de la classe politique jug\u00e9e excessivement corrompue. Dans la mesure o\u00f9 la notion d'\u00c9tat est \u00e0 peu pr\u00e8s vide de substance au Liban, ce sont les partis politiques et confessionnels qui se refont actuellement une virginit\u00e9 en apportant \u00e0 leurs membres et affili\u00e9s l'aide alimentaire et m\u00e9dicale dont ils ont besoin et que l'\u00c9tat est bien incapable de leur fournir. Ici, ils organisent des visites de journalistes pour attester de leurs efforts en faveur de la population ; l\u00e0, ils m\u00e8nent des campagnes de sensibilisation pour mettre en valeur les interventions de leur groupe confessionnel dans leur pr\u00e9 carr\u00e9 territorial ou \u00e9lectoral.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes autorit\u00e9s \u00e9gyptiennes ont prolong\u00e9 l'\u00e9tat d'urgence d\u00e9j\u00e0 en vigueur dans le pays depuis avril 2017, ce qui permet au pr\u00e9sident Abdel Fattah Al-Sissi de continuer \u003Ca href=\"https:\/\/orientxxi.info\/magazine\/egypte-le-president-sissi-survivra-t-il-aux-soubresauts-de-l-economie,3704\"\u003E\u00e0 gouverner par d\u00e9cret\u003C\/a\u003E. L'arm\u00e9e, charg\u00e9e de d\u00e9sinfecter les rues, veille au respect du confinement de la population, mais, par la m\u00eame occasion, pr\u00e9vient tout rassemblement qui pourrait s'apparenter \u00e0 une manifestation. Le pr\u00e9sident a pris quelques mesures d'urgence d'ordre financier : r\u00e9duction des taxes pour la communaut\u00e9 marchande, pour le tourisme et abaissement du co\u00fbt de l'\u00e9nergie pour les industriels, mais elles ne concernent pas directement la part la plus pauvre de la soci\u00e9t\u00e9, notamment celle qui vit au jour le jour. Renflouer le monde des affaires, c'est consolider le monde des affaires de l'arm\u00e9e, c'est renforcer le pouvoir.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDeux des figures alg\u00e9riennes du Hirak, Karim Tabbou et Abdelouahab Farsaoui ont \u00e9t\u00e9 condamn\u00e9s pour \u003Ci\u003E\u00ab atteinte \u00e0 l'unit\u00e9 nationale \u00bb\u003C\/i\u003E, une formulation qui pr\u00eate \u00e0 toutes les interpr\u00e9tations. Le gouvernement marocain a d\u00e9cr\u00e9t\u00e9 \u00ab l'\u00e9tat d'urgence m\u00e9dicale \u00bb qui, au-del\u00e0 de ses objectifs, a conduit \u00e0 une plus grande s\u00e9curisation et militarisation de la soci\u00e9t\u00e9 aux d\u00e9pens des politiques. Ceux-ci regardent passer le train s\u00e9curitaire n'ayant plus qu'\u00e0 approuver les d\u00e9cisions prises par l'entourage du roi. La gestion de la crise sanitaire est essentiellement le fait de l'arm\u00e9e, rempart contre toute d\u00e9stabilisation sociale ou \u00e9conomique.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003EQuelle unit\u00e9 nationale ?\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe cas de la Tunisie est particulier en ce sens qu'\u00e0 peine apr\u00e8s avoir obtenu un vote de confiance des parlementaires, la toute neuve coalition gouvernementale se retrouvait face \u00e0 la pand\u00e9mie. Le Covid-19 a donn\u00e9 l'occasion aux institutions d'\u00c9tat, \u00e9clat\u00e9es en trois p\u00f4les d\u00e9cisionnels - pr\u00e9sidence, gouvernement et Parlement - de se mesurer l'une l'autre et de tester leurs capacit\u00e9s \u00e0 influer sur le cours des \u00e9v\u00e9nements. Des mesures exceptionnelles ont \u00e9t\u00e9 prises : le pr\u00e9sident Ka\u00efs Sa\u00efed a fait jouer l'article 80 de la Constitution qui lui donne des pouvoirs \u00e9largis pour \u00e9viter que \u003Ci\u003E\u00ab le fonctionnement normal de l'\u00c9tat \u00bb\u003C\/i\u003E soit entrav\u00e9 (instauration d'un couvre-feu, red\u00e9ploiement de l'arm\u00e9e, \u00e9tat d'urgence prolong\u00e9).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe gouvernement a pris des d\u00e9crets pour pr\u00e9ciser les modalit\u00e9s du confinement des Tunisiens et demand\u00e9 au Parlement la possibilit\u00e9 de prendre des d\u00e9crets-lois \u00e0 \u00ab caract\u00e8re l\u00e9gislatif \u00bb, ce qui a finalement \u00e9t\u00e9 accept\u00e9 apr\u00e8s un premier refus du pr\u00e9sident de l'Assembl\u00e9e des repr\u00e9sentants du peuple, Rached Ghannouchi. En d'autres termes, le pr\u00e9sident et le chef du gouvernement, Elyes Fakhfakh, d\u00e9tiennent l'un et l'autre des pouvoirs exceptionnels qui sont \u00e0 la crois\u00e9e de l'ex\u00e9cutif et du l\u00e9gislatif. L'avenir proche dira si la pand\u00e9mie a favoris\u00e9 une bonne entente entre ces ob\u00e9diences politiques diff\u00e9rentes ou si, au contraire, elle r\u00e9v\u00e9lera des contradictions pr\u00e9judiciables \u00e0 la d\u00e9mocratie naissante de la Tunisie.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn Malaisie et aux Philippines, la sanction est clairement \u00e9nonc\u00e9e : qui ne respecte pas le confinement ou le couvre-feu se retrouvera arr\u00eat\u00e9 et \u00e9ventuellement incarc\u00e9r\u00e9. Des dizaines de milliers de personnes ont eu \u00e0 subir cette r\u00e8gle d'airain. Le pr\u00e9sident Rodrigo Duterte a \u00e9t\u00e9 on ne peut plus clair : \u00ab [J'ai donn\u00e9] \u003Ci\u003Emes ordres \u00e0 la police et \u00e0 l'arm\u00e9e, ceux qui cr\u00e9eraient des troubles\u003C\/i\u003E [de nature \u00e0 mettre] \u003Ci\u003Eleurs vies en danger : abattez-les ! \u00bb\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003ED\u00e9fense d'entrer\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl y a les passagers des bateaux de tourisme qui sont maintenus au large, les \u00e9trangers qui sont renvoy\u00e9s dans leur pays, les citoyens et les \u00e9migr\u00e9s qu'on rapatrie, les prisonniers qui sont rendus \u00e0 leur famille, les migrants qui ne peuvent plus accoster, les restrictions de voyage qui sont impos\u00e9es \u00e0 tous, les fronti\u00e8res qui se ferment : tout concourt \u00e0 ce que les pays se claquemurent et \u00e0 ce que les \u00c9tats se \u00ab renationalisent \u00bb. Les nations sont des clo\u00eetres qui se rendent inabordables.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDes sentiments nationalistes et x\u00e9nophobes s'expriment sans retenue. Isolationnistes am\u00e9ricains et eurosceptiques ne boudent pas leur plaisir. \u00ab America first \u00bb devient \u00ab America only \u00bb. L'Europe retrouve sa pr\u00e9dilection pour les digues-fronti\u00e8res ; l'espace Schengen est au plus mal. Au Liban, Samir Geagea, le chef des Forces libanaises, s'en est pris aux r\u00e9fugi\u00e9s syriens et palestiniens \u003Csup\u003E\u003Ca href=\"#nb3\" name=\"nh3\"\u003E3\u003C\/a\u003E\u003C\/sup\u003E lors d'une conf\u00e9rence de presse (13 mars) laissant entendre qu'ils finiraient par \u00eatre ceux qui v\u00e9hiculeraient le virus dans le pays. Des municipalit\u00e9s lui ont emboit\u00e9 le pas et d\u00e9cr\u00e9t\u00e9 des mesures discriminatoires \u00e0 l'encontre des r\u00e9fugi\u00e9s syriens. D'autres responsables locaux leur ont impos\u00e9 des couvre-feux plus longs que ceux que doivent respecter les Libanais.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIci ou l\u00e0, des mesures exceptionnelles sont prises au nom de l'int\u00e9r\u00eat national. Au mois de mars, les autorit\u00e9s saoudiennes ont boucl\u00e9 la r\u00e9gion de Qatif essentiellement peupl\u00e9e de chiites et consid\u00e9r\u00e9e comme un foyer de contestation par Riyad. Des centaines de prisonniers pakistanais ont \u00e9t\u00e9 expuls\u00e9s de Duba\u00ef par avions sp\u00e9ciaux qui, au retour, ont rapatri\u00e9 les diplomates \u00e9miratis en poste au Pakistan. Abou Dhabi a averti les \u00c9tats qu'ils devront \u00e9vacuer leurs ressortissants des \u00c9mirats quand ceux-ci souhaiteront revenir dans leur pays d'origine. Oman ne d\u00e9livre plus de visas aux non-nationaux. Les \u00eatres humains se confinent, les \u00c9tats se barricadent. \u00ab D\u00e9fense d'entrer \u00bb est le slogan du jour au fronton des demeures et des nations.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESi l'on \u00e9largit le champ d'investigation \u00e0 l'ensemble de la communaut\u00e9 internationale, on constate que 82 pays ont fait des d\u00e9clarations d'urgence, 27 ont pris des mesures qui r\u00e9duisent l'expression publique, 94 ont pris des d\u00e9cisions qui affectent les Parlements et 23 pays se sont donn\u00e9 les moyens de s'ing\u00e9rer dans la sph\u00e8re priv\u00e9e des personnes \u003Csup\u003E\u003Ca href=\"#nb4\" name=\"nh4\"\u003E4\u003C\/a\u003E\u003C\/sup\u003E.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAu sortir de la crise, il y a fort \u00e0 parier que les gouvernants ne reviendront pas facilement sur l'\u00e9ventail des mesures exceptionnelles qu'ils auront prises dans le cadre de leurs politiques sanitaires s\u00e9curitaires. La question est de savoir si les peuples finiront par les absoudre des atteintes \u00e0 leurs libert\u00e9s ou si, fatigu\u00e9s de faire cr\u00e9dit aux politiques de leur confiance alors que ceux-ci ne leur rendent que d'encourageantes promesses, ils exigeront des changements radicaux.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"https:\/\/orientxxi.info\/magazine\/la-danse-macabre-du-virus-et-des-politiques-de-repression,3851\"\u003Eorientxxi.info\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}