{"175430":{"id":"175430","parent":"175166","time":"1592213627","url":"http:\/\/www.les-crises.fr\/?p=246483","category":"documentaires","title":"Bolivie : La Fake News d'une fraude \u00e9lectorale, source d'un Coup d'\u00e9tat militaire","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_175430_3b5851.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"bolivie-la-fake-news-d-une-fraude-electorale-source-d-un-coup-d-etat-militaire","admin":"newsnet","views":"43","priority":"2","length":"11395","lang":"","content":"\u003Cp\u003ESource : \u003Ca href=\"https:\/\/www.nytimes.com\/2020\/06\/07\/world\/americas\/bolivia-election-evo-morales.html\"\u003ENew York Times - 07\/06\/2020\u003C\/a\u003E\u003Cbr \/\u003E\nTraduit par les lecteurs du site Les-Crises\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_175430_3b5851.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003E[\u003Ca onclick=\"SaveJ('popup_app__3_twit_call_1269979256890757121_tweet');\" class=\"txtx\"\u003E\u003Cspan class=\"philum ic-tw\" style=\"font-size:16px;\"\u003E\u003C\/span\u003E Source\u003C\/a\u003E]\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EUn examen attentif des donn\u00e9es \u00e9lectorales boliviennes sugg\u00e8re que la premi\u00e8re analyse de l'OEA (l'Organisation des \u00c9tats am\u00e9ricains) qui a soulev\u00e9 des questions de fraude \u00e9lectorale - et a contribu\u00e9 \u00e0 l'\u00e9viction d'un pr\u00e9sident - \u00e9tait erron\u00e9e.\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECette \u00e9lection \u00e9tait la plus serr\u00e9e depuis des d\u00e9cennies : Evo Morales, le premier pr\u00e9sident indig\u00e8ne de Bolivie, se pr\u00e9sentait pour un quatri\u00e8me mandat, face \u00e0 une opposition qui le consid\u00e9rait comme autoritaire et peu dispos\u00e9 \u00e0 abandonner le pouvoir.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELorsque le d\u00e9compte pr\u00e9liminaire des voix a commenc\u00e9, le 20 octobre 2019, les tensions \u00e9taient vives. Et lorsque le d\u00e9compte s'est arr\u00eat\u00e9 - soudainement et sans explication - avant de reprendre le lendemain, Evo Morales disposait tout juste du nombre suffisant de voix pour remporter la victoire.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAu milieu des soup\u00e7ons de fraude, des protestations ont \u00e9clat\u00e9 dans tout le pays, et la communaut\u00e9 internationale s'est tourn\u00e9e vers l'Organisation des \u00c9tats am\u00e9ricains - invit\u00e9e \u00e0 observer les \u00e9lections - pour obtenir son appr\u00e9ciation.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPour l'organisation, \u00ab \u003Ci\u003Eun changement inexplicable\u003C\/i\u003E \u00bb avait \u00ab \u003Ci\u003Emodifi\u00e9 radicalement le sort de l'\u00e9lection\u003C\/i\u003E\u00ab. Cela avait alors renforc\u00e9 les doutes sur l'\u00e9quit\u00e9 du vote, avant d'alimenter une s\u00e9rie d'\u00e9v\u00e9nements qui ont chang\u00e9 l'histoire de la nation sud-am\u00e9ricaine. L'opposition s'est empar\u00e9e de la d\u00e9claration de l'OEA pour intensifier les protestations, recueillir le soutien international et \u003Ca href=\"https:\/\/www.nytimes.com\/2019\/11\/10\/world\/americas\/evo-morales-bolivia.html\"\u003Epousser Evo Morales \u00e0 quitter le pouvoir\u003C\/a\u003E gr\u00e2ce au soutien de l'arm\u00e9e.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EAujourd'hui, \u003Ca href=\"https:\/\/papers.ssrn.com\/sol3\/papers.cfm?abstract_id=3621475\"\u003Eune \u00e9tude men\u00e9e par des chercheurs ind\u00e9pendants\u003C\/a\u003E, utilisant des donn\u00e9es obtenues par le \u003Ci\u003ENew York Times\u003C\/i\u003E aupr\u00e8s des autorit\u00e9s \u00e9lectorales boliviennes, a r\u00e9v\u00e9l\u00e9 que l'analyse statistique de l'Organisation des \u00c9tats am\u00e9ricains \u00e9tait elle-m\u00eame d\u00e9fectueuse.\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESelon les chercheurs, la conclusion selon laquelle les suffrages obtenus par Evo Morales ont fait un bond inexplicable reposait sur \u003Cb\u003Edes donn\u00e9es incorrectes\u003C\/b\u003E et \u003Cb\u003Edes techniques statistiques inappropri\u00e9es\u003C\/b\u003E.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab \u003Ci\u003ENous avons examin\u00e9 attentivement les preuves statistiques de l'OEA et avons trouv\u00e9 \u003Cb\u003Edes probl\u00e8mes avec leurs m\u00e9thodes\u003C\/b\u003E\u003C\/i\u003E\u00ab, a d\u00e9clar\u00e9 Francisco Rodr\u00edguez, \u00e9conomiste et professeur d'\u00e9tudes latino-am\u00e9ricaines \u00e0 l'Universit\u00e9 de Tulane. \u00ab \u003Ci\u003EUne fois ces probl\u00e8mes corrig\u00e9s, les r\u00e9sultats de l'OEA disparaissent, ne laissant \u003Cb\u003Eaucune preuve statistique de fraude\u003C\/b\u003E\u003C\/i\u003E\u00ab.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EM. Rodr\u00edguez a men\u00e9 cette \u00e9tude avec Dorothy Kronick, experte en politique latino-am\u00e9ricaine \u00e0 l'Universit\u00e9 de Pennsylvanie, et Nicol\u00e1s Idrobo, doctorant dans la m\u00eame universit\u00e9 et co-auteur d'un manuel sur les m\u00e9thodes statistiques avanc\u00e9es. Leur \u00e9tude est un document de travail qui n'a pas encore fait l'objet d'un examen par les pairs.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes auteurs affirment que leur analyse ne porte que sur l'analyse statistique des r\u00e9sultats du vote par l'OEA et ne prouve pas que l'\u00e9lection a \u00e9t\u00e9 libre et \u00e9quitable. En fait, il y a eu beaucoup de probl\u00e8mes document\u00e9s concernant le vote.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans une tentative de r\u00e9primer les protestations d\u00e9clench\u00e9es lorsqu'il a revendiqu\u00e9 la victoire, Evp Morales a demand\u00e9 \u00e0 l'OEA de mener un audit \u00e9lectoral \u00ab contraignant \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe rapport de 100 pages qui en a r\u00e9sult\u00e9, publi\u00e9 en d\u00e9cembre, contenait \u003Ca href=\"https:\/\/www.nytimes.com\/2019\/12\/05\/world\/americas\/evo-morales-election.html\"\u003Edes preuves d'erreurs\u003C\/a\u003E, d'irr\u00e9gularit\u00e9s et d'une \u00ab s\u00e9rie d'op\u00e9rations malveillantes \u00bb visant \u00e0 alt\u00e9rer les r\u00e9sultats. Il s'agissait notamment de serveurs de donn\u00e9es cach\u00e9s, de re\u00e7us de vote manipul\u00e9s et de signatures falsifi\u00e9es, qui, selon l'organisation, l'emp\u00eachaient de valider les r\u00e9sultats de l'\u00e9lection.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'OEA a trouv\u00e9 des preuves de falsification d'au moins 38 000 votes. Evo Morales a revendiqu\u00e9 la victoire absolue avec une marge de 35 000 voix.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab \u003Ci\u003EIl y a eu fraude - mais nous ne savons tout simplement pas o\u00f9 et combien\u003C\/i\u003E\u00ab, a d\u00e9clar\u00e9 Calla Hummel, une experte bolivienne de l'Universit\u00e9 de Miami qui a assist\u00e9 \u00e0 l'\u00e9lection et analys\u00e9 les r\u00e9sultats de l'OEA.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab \u003Ci\u003ELe probl\u00e8me avec le rapport de l'OEA c'est qu'ils l'ont fait tr\u00e8s rapidement\u003C\/i\u003E\u00ab, a d\u00e9clar\u00e9 le Dr Hummel. Cela a fa\u00e7onn\u00e9 le r\u00e9cit de l'\u00e9lection avant que les donn\u00e9es ne puissent \u00eatre correctement analys\u00e9es, a-t-elle dit. Cette affirmation initiale de l'OEA est pr\u00e9cis\u00e9ment ce que les universitaires contestent dans leur \u00e9tude.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa chute d'Evo Morales a ouvert la voie \u00e0 un gouvernement int\u00e9rimaire de droite, dirig\u00e9 par Jeanine A\u00f1ez, qui n'a toujours pas rempli son mandat concernant la supervisation de nouvelles \u00e9lections. Le nouveau gouvernement a pers\u00e9cut\u00e9 les partisans de l'ancien pr\u00e9sident, \u00e9touff\u00e9 la dissidence et s'est efforc\u00e9 de consolider sa mainmise sur le pouvoir.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESept mois apr\u00e8s la chute d'Evo Morales, la Bolivie n'a pas de gouvernement \u00e9lu ni de date officielle pour les \u00e9lections.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'OEA a d\u00e9clar\u00e9 qu'elle s'en tenait \u00e0 son analyse statistique, car elle a r\u00e9ussi \u00e0 d\u00e9tecter les premiers signes de fraude.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab \u003Ci\u003EC'est un point discutable\u003C\/i\u003E\u00ab, a d\u00e9clar\u00e9 le chef des observations \u00e9lectorales de l'organisation, Gerardo De Icaza, en r\u00e9ponse aux questions soulev\u00e9es par la nouvelle \u00e9tude. \u00ab \u003Ci\u003ELes statistiques ne prouvent ni ne r\u00e9futent la fraude. Les preuves tangibles comme les d\u00e9clarations de sondages falsifi\u00e9es et les structures informatiques cach\u00e9es le font. Et c'est ce que nous avons trouv\u00e9\u003C\/i\u003E\u00ab.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'accusation initiale de l'organisation est venue juste apr\u00e8s les \u00e9lections les plus contest\u00e9es en Bolivie depuis le retour de la d\u00e9mocratie dans les ann\u00e9es 1980. Pour se pr\u00e9senter pour un quatri\u00e8me mandat, Evo Morales a \u003Ca href=\"https:\/\/www.nytimes.com\/2018\/01\/28\/world\/americas\/bolivia-evo-morales-elections.html\"\u003Econtourn\u00e9 les lois\u003C\/a\u003E, a rempli le conseil \u00e9lectoral de loyalistes et a \u003Ca href=\"https:\/\/www.nytimes.com\/2016\/02\/24\/world\/americas\/a-setback-for-bolivias-leader.html\"\u003Eignor\u00e9 les r\u00e9sultats\u003C\/a\u003E d'un r\u00e9f\u00e9rendum qui lui interdisait de se repr\u00e9senter.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPr\u00e9tendant que les r\u00e9sultats des \u00e9lections d'octobre n'\u00e9taient pas fiables, certains dirigeants de l'opposition ont d\u00e9clar\u00e9 qu'ils paralyseraient le pays si Evo Morales d\u00e9clarait la victoire.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPour leur part, les partisans d'Evo Morales, en grande partie indig\u00e8nes - craignant un retour des politiciens conservateurs d'origine europ\u00e9enne - ont jur\u00e9 de d\u00e9fendre leurs acquis politiques \u00e0 tout prix.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe d\u00e9partement d'\u00c9tat am\u00e9ricain a rapidement r\u00e9agi \u00e0 la d\u00e9claration de l'OEA, accusant les responsables \u00e9lectoraux de tenter de \u00ab subvertir la d\u00e9mocratie bolivienne \u00bb. Carlos Mesa, le principal candidat de l'opposition, et Luis Fernando Camacho, l'un des principaux chefs de file des manifestations, ont tous deux cit\u00e9 la d\u00e9claration de l'organisation pour justifier leurs appels \u00e0 l'action de rue.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab \u003Ci\u003EL'OEA, en tant qu'observateur, a ratifi\u00e9 les doutes que tous les Boliviens avaient et l'inqui\u00e9tude que leur vote ait \u00e9t\u00e9 viol\u00e9\u003C\/i\u003E\u00ab, a d\u00e9clar\u00e9 M. Camacho dans une allocution vid\u00e9o le 22 octobre.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAlors que les manifestations s'intensifiaient, Evo Morales a commenc\u00e9 \u00e0 perdre le soutien des forces de s\u00e9curit\u00e9. Un filet de d\u00e9fections gouvernementales s'est transform\u00e9 en une inondation.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEvo Morales, visiblement hagard, est pass\u00e9 \u00e0 la t\u00e9l\u00e9vision nationale pour proposer de nouvelles \u00e9lections, mais il \u00e9tait alors trop tard. Le m\u00eame jour, les militaires lui demandaient de se retirer. Il a fui en exil peu de temps apr\u00e8s.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab \u003Ci\u003EL'OEA a fini par noyer toute l\u00e9gitimit\u00e9 que les r\u00e9sultats du vote auraient pu avoir\u003C\/i\u003E\u00ab, a d\u00e9clar\u00e9 Gonzalo Mendieta, un \u00e9minent chroniqueur bolivien.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans son audit des \u00e9lections, l'organisation a d\u00e9clar\u00e9 avoir trouv\u00e9 une \u00ab \u003Ci\u003Etendance tr\u00e8s improbable dans les derniers 5 % du d\u00e9compte\u003C\/i\u003E \u00bb qui a pouss\u00e9 Evo Morales au-dessus du seuil de la victoire directe, sans second tour.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes auteurs de la nouvelle \u00e9tude ont d\u00e9clar\u00e9 qu'ils n'\u00e9taient pas en mesure de reproduire les r\u00e9sultats de l'OEA. Ils ont d\u00e9clar\u00e9 qu'un changement soudain de tendance n'apparaissait que lorsqu'ils excluaient les r\u00e9sultats des isoloirs \u00e0 traitement manuel et \u00e0 d\u00e9claration tardive.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECela sugg\u00e8re que \u003Cb\u003El'organisation a utilis\u00e9 un ensemble de donn\u00e9es incorrect pour parvenir \u00e0 sa conclusion\u003C\/b\u003E, ont d\u00e9clar\u00e9 les chercheurs. La diff\u00e9rence est significative : les 1 500 isoloirs exclus repr\u00e9sentent la majeure partie des votes finaux que l'analyse statistique de l'OEA juge suspects.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDe plus, les universitaires ont d\u00e9clar\u00e9 que \u003Cb\u003El'organisation a utilis\u00e9 une m\u00e9thode statistique inappropri\u00e9e qui a artificiellement cr\u00e9\u00e9 l'apparence d'une rupture dans la tendance de vote\u003C\/b\u003E.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe consultant de l'OEA qui a effectu\u00e9 leur analyse statistique, le professeur Irfan Nooruddin de l'universit\u00e9 de Georgetown, a d\u00e9clar\u00e9 que la nouvelle \u00e9tude pr\u00e9sentait ses travaux sous un faux jour et \u00e9tait erron\u00e9e. Il n'a pas fourni de d\u00e9tails et n'a pas partag\u00e9 ses m\u00e9thodes ou ses donn\u00e9es avec les auteurs de l'\u00e9tude, malgr\u00e9 des demandes r\u00e9p\u00e9t\u00e9es.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPour sa part, M. De Icaza, de l'OEA, a d\u00e9clar\u00e9 que, d'une mani\u00e8re g\u00e9n\u00e9rale, les donn\u00e9es des derni\u00e8res \u00e9lections en Bolivie \u00e9taient trop imparfaites pour tirer des conclusions significatives.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab \u003Ci\u003EVous faites un exercice statistique sur des documents qui sont falsifi\u00e9s\u003C\/i\u003E\u00ab, a-t-il d\u00e9clar\u00e9. \u00ab \u003Ci\u003ELa question n'est pas de savoir si les faux chiffres s'additionnent. La question est de savoir s'ils sont faux ou non - et ils le sont\u003C\/i\u003E\u00ab.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESource : \u003Ca href=\"https:\/\/www.nytimes.com\/2020\/06\/07\/world\/americas\/bolivia-election-evo-morales.html\"\u003ENew York Times - 07\/06\/2020\u003C\/a\u003E\u003Cbr \/\u003E\nTraduit par les lecteurs du site Les-Crises\u003C\/p\u003E\u003Chr \/\u003E\u003Cbig\u003ECEPR : \u00ab Que s'est-il pass\u00e9 lors du d\u00e9pouillement des voix en Bolivie en 2019 ? \u00bb\u003C\/big\u003E\u003Cp\u003ESource : \u003Cb\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/cepr.net\/images\/stories\/reports\/bolivia-elections-2019-11.pdf?v=3\" target=\"_blank\"\u003ECEPR - The Role of the OAS Electoral Observation Mission\u003C\/a\u003E\u003C\/b\u003E, Novembre 2019\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECe document pr\u00e9sente les r\u00e9sultats de l'analyse statistique des rapports \u00e9lectoraux et des feuilles de pointage des \u00e9lections du 20 octobre en Bolivie. Cette analyse ne trouve aucune preuve que des irr\u00e9gularit\u00e9s ou des fraudes aient affect\u00e9 le r\u00e9sultat officiel qui a permis au Pr\u00e9sident Evo Morales de remporter le premier tour. Le document pr\u00e9sente une ventilation \u00e9tape par \u00e9tape de ce qui s'est pass\u00e9 avec le d\u00e9pouillement du vote en Bolivie (\u00e0 la fois le d\u00e9pouillement rapide non officiel et le d\u00e9pouillement officiel plus lent), dans le but de dissiper toute confusion sur le processus. Le rapport inclut les r\u00e9sultats de 500 simulations qui montrent que la victoire de Morales au premier tour n'\u00e9tait pas seulement possible, mais probable, d'apr\u00e8s les r\u00e9sultats des 83,85 % de votes obtenus au d\u00e9pouillement rapide.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EVoir le document ici : \u003Cb\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/cepr.net\/images\/stories\/reports\/bolivia-elections-2019-11.pdf?v=3\" target=\"_blank\"\u003EThe Role of the OAS Electoral Observation Mission\u003C\/a\u003E\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESource : \u003Cb\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/cepr.net\/images\/stories\/reports\/bolivia-elections-2019-11.pdf?v=3\" target=\"_blank\"\u003ECEPR - The Role of the OAS Electoral Observation Mission\u003C\/a\u003E\u003C\/b\u003E, Novembre 2019\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.les-crises.fr\/?p=246483\"\u003Eles-crises.fr\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}