{"175658":{"id":"175658","parent":"156821","time":"1592601884","url":"http:\/\/www.legrandsoir.info\/peu-de-documents-beaucoup-de-mysteres-notre-enquete-devoile-le-traitement-douteux-de-l-affaire-julian-assange-la-repubblica.html","category":"documentaires","title":"Peu de documents, beaucoup de myst\u00e8res. Notre enqu\u00eate d\u00e9voile le traitement douteux de l'affaire Julian Assange (La Repubblica)","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_175658_ff15b8.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"peu-de-documents-beaucoup-de-mysteres-notre-enquete-devoile-le-traitement-douteux-de-l-affaire-julian-assange-la-repubblica","admin":"newsnet","views":"38","priority":"3","length":"14940","lang":"","content":"\u003Cimg style=\" width:263px;\" src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_175658_ff15b8.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003EStefania MAURIZI\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe litige relatif \u00e0 la loi sur la libert\u00e9 de l'information (FOIA) engag\u00e9 par notre journal est devenu un \u00e9l\u00e9ment central de l'affaire plaid\u00e9e aujourd'hui devant un tribunal londonien, fournissant des informations factuelles sur un sch\u00e9ma de destruction discutable de documents, sur les conseils juridiques douteux des autorit\u00e9s britanniques et sur le grand secret entourant les contacts possibles entre le Royaume-Uni et les \u00c9tats-Unis sur l'affaire Assange et WikiLeaks\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E[f\u00e9vrier 2018] Depuis pr\u00e8s de huit ans, son cas continue d'alimenter le d\u00e9bat entre partisans et d\u00e9tracteurs. Depuis pr\u00e8s de huit ans, Julian Assange, le seul \u00e9diteur occidental d\u00e9tenu arbitrairement au cœur de l'Europe, reste confin\u00e9 \u00e0 Londres. Qualifier sa condition de \"d\u00e9tention arbitraire\" n'est ni une exag\u00e9ration ni une opinion, c'est la d\u00e9cision du Groupe de travail des Nations unies (UNWGAD) qui \u00e9tablit qui est d\u00e9tenu arbitrairement et dont les conclusions sont consid\u00e9r\u00e9es comme faisant autorit\u00e9 par la Cour europ\u00e9enne des droits de l'homme. Quelque chose a mal tourn\u00e9 dans l'affaire Assange, mais quoi exactement ?\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEt qui a commis des erreurs ? A partir de ces questions, \u003Ci\u003ERepubblica\u003C\/i\u003E a tent\u00e9, par le biais d'une demande globale en vertu de la loi sur la libert\u00e9 de l'information, de reconstituer son dossier en obtenant des informations solides et factuelles : la correspondance officielle entre les autorit\u00e9s britanniques et su\u00e9doises en charge de son dossier. Aujourd'hui, certains de ces documents que nous avons obtenus dans le cadre de FOIA se sont r\u00e9v\u00e9l\u00e9s essentiels lors de l'audience devant le tribunal de premi\u00e8re instance de Westminster \u00e0 Londres, o\u00f9 un juge britannique a confirm\u00e9 un mandat d'arr\u00eat contre Assange. Il est bizarre qu'avant notre demande, aucun m\u00e9dia n'ait jamais essay\u00e9 d'acc\u00e9der \u00e0 l'ensemble des fichiers, alors que WikiLeaks et son fondateur ont \u00e9t\u00e9 au centre de milliers de reportages de la presse internationale pendant pr\u00e8s d'une d\u00e9cennie.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EUNE INTRIGUE INTERNATIONALE\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'affaire Assange est en effet tr\u00e8s complexe. Elle implique cinq juridictions : L'Australie, o\u00f9 le fondateur de WikiLeaks est n\u00e9 ; la Su\u00e8de, o\u00f9 il a abouti en ao\u00fbt 2010 \u00e0 une enqu\u00eate pour viol rejet\u00e9e le 19 mai 2017 ; le Royaume-Uni, o\u00f9 il se trouve depuis d\u00e9cembre 2010, date \u00e0 laquelle WikiLeaks a publi\u00e9 des centaines de milliers de documents secrets du gouvernement am\u00e9ricain ; les \u00c9tats-Unis, qui ont toujours r\u00e9agi avec fureur aux r\u00e9v\u00e9lations de WikiLeaks et enfin l'\u00c9quateur, qui a accord\u00e9 l'asile politique \u00e0 Assange apr\u00e8s qu'il se soit r\u00e9fugi\u00e9 \u00e0 l'ambassade \u00e9quatorienne de Knightsbridge, \u00e0 Londres, o\u00f9 il est rest\u00e9 confin\u00e9 depuis le 19 juin 2012.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDeux agences ont jou\u00e9 un r\u00f4le cl\u00e9 dans l'affaire : l'autorit\u00e9 su\u00e9doise du minist\u00e8re public (SPA) \u00e0 Stockholm, qui a enqu\u00eat\u00e9 sur les all\u00e9gations de viol, et le Crown Prosecution Service (CPS) \u00e0 Londres, qui a fourni une assistance judiciaire aux procureurs su\u00e9dois, puisque M. Assange faisait l'objet d'une enqu\u00eate en Su\u00e8de mais se trouve \u00e0 Londres depuis 2010.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EC'est contre ces deux organismes que nous nous sommes battus devant les tribunaux de Londres et de Stockholm pour obtenir l'acc\u00e8s aux documents, puisque dans le cas de la Su\u00e8de, deux ann\u00e9es de tentatives n'avaient produit qu'un acc\u00e8s tr\u00e8s limit\u00e9 aux dossiers, et un rejet complet par les autorit\u00e9s londoniennes. Gr\u00e2ce \u00e0 notre litige, qui est toujours en cours, nous n'avons obtenu que 519 pages de la SPA et 439 pages du CPS, en fait la partie \u00e9merg\u00e9e de l'iceberg si l'on consid\u00e8re que le CPS a estim\u00e9 que le dossier Assange complet contient entre 7 200 et 9 600 pages.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EToutefois, certains des documents qui nous ont \u00e9t\u00e9 communiqu\u00e9s dans le cadre de FOIA sont si importants qu'ils \u00e9taient au centre de l'audience tenue aujourd'hui devant le Westminster Magistrates' Court pour \u00e9tablir la proportionnalit\u00e9 de la d\u00e9cision de maintenir un mandat d'arr\u00eat britannique contre Assange pour violation des conditions de sa mise en libert\u00e9 sous caution en 2012, lorsqu'il s'est r\u00e9fugi\u00e9 \u00e0 l'ambassade \u00e9quatorienne.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes quelques documents que nous avons obtenus jusqu'\u00e0 pr\u00e9sent r\u00e9v\u00e8lent non seulement les efforts z\u00e9l\u00e9s des autorit\u00e9s britanniques pour poursuivre Assange, mais aussi leur r\u00f4le dans la cr\u00e9ation du bourbier judiciaire-diplomatique qui pi\u00e8ge Julian Assange depuis 2010.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003ELE R\u00d4LE DU MINIST\u00c8RE PUBLIC\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EC'est le minist\u00e8re public du Royaume-Uni qui a conseill\u00e9 aux magistrats su\u00e9dois de ne pas recourir \u00e0 la seule strat\u00e9gie juridique qui aurait pu conduire \u00e0 une solution rapide de l'affaire : interroger le fondateur de WikiLeaks \u00e0 Londres, au lieu d'essayer de l'extrader en Su\u00e8de simplement pour l'interroger sur des all\u00e9gations de viol.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDes documents confirment que depuis 2010, M. Assange ne s'\u00e9tait pas oppos\u00e9 \u00e0 la demande d'interrogatoire et que lui et ses avocats avaient essay\u00e9 de proposer diff\u00e9rentes options pour \u00e9viter le risque d'extradition vers la Su\u00e8de, qui, craignait-il, pourrait l'exposer au risque d'\u00eatre extrad\u00e9 vers les \u00c9tats-Unis et poursuivi pour des publications de WikiLeaks.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EMais l'avocat du CPS, M. Paul Close, s'est prononc\u00e9 d\u00e8s le d\u00e9but contre cette solution : \"\u003Ci\u003EMon premier conseil reste qu'\u00e0 mon avis, il ne serait pas prudent que les autorit\u00e9s su\u00e9doises tentent d'interroger l'accus\u00e9 au Royaume-Uni\u003C\/i\u003E\", a \u00e9crit M. Close aux procureurs su\u00e9dois le 25 janvier 2011, ajoutant que \"\u003Ci\u003Etoute tentative d'interrogation de l'accus\u00e9 dans le cadre du droit su\u00e9dois strict serait invariablement source de probl\u00e8mes\u003C\/i\u003E\". Il conclut donc : \"\u003Ci\u003EJe vous sugg\u00e8re donc de ne l'interroger qu'au moment de sa remise \u00e0 la Su\u00e8de et conform\u00e9ment \u00e0 la loi su\u00e9doise\u003C\/i\u003E\".\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDepuis plus de sept ans maintenant, Assange est rest\u00e9 \u00e0 Londres, d'abord en r\u00e9sidence surveill\u00e9e pendant un an et demi, essayant par tous les moyens l\u00e9gaux de contester le mandat d'arr\u00eat europ\u00e9en \u00e9mis par la Su\u00e8de. Lorsqu'il a \u00e9puis\u00e9 toutes les options l\u00e9gales pour \u00e9viter l'extradition vers la Su\u00e8de, il s'est r\u00e9fugi\u00e9 \u00e0 l'ambassade d'\u00c9quateur, o\u00f9 il est toujours en \u00e9tat de d\u00e9tention arbitraire aujourd'hui, dont la Su\u00e8de et le Royaume-Uni sont responsables, selon la d\u00e9cision des Nations unies.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EC'est seulement apr\u00e8s que la Cour d'appel de Stockholm (Svea Hovr\u00e4tt) a critiqu\u00e9 le manque de progr\u00e8s dans l'enqu\u00eate - qui est rest\u00e9e en phase pr\u00e9liminaire d'ao\u00fbt 2010 \u00e0 mai 2017 - et seulement apr\u00e8s la d\u00e9cision de l'ONU que les procureurs su\u00e9dois l'ont interrog\u00e9 \u00e0 Londres, en novembre 2016, et ont finalement d\u00e9cid\u00e9 de rejeter leur enqu\u00eate le 19 mai 2017. \"Bien qu'il se soit rendu indisponible pour \u00eatre remis (aux autorit\u00e9s su\u00e9doises qui voulaient l'extrader), M. Assange est n\u00e9anmoins rest\u00e9 \u00e0 tout moment dispos\u00e9 et disponible pour \u00eatre interrog\u00e9 afin de faire avancer l'enqu\u00eate su\u00e9doise\", affirment dans leurs notes ses avocats, Gareth Peirce et Mark Summers, qui le repr\u00e9sentent devant le tribunal de premi\u00e8re instance de Westminster. Les avocats d'Assange ajoutent : \"La raison pour laquelle l'interrogatoire requis n'a pas eu lieu avant la fin de 2016 est, il appara\u00eet, sur les conseils du CPS. Une fois l'interrogatoire effectu\u00e9, la proc\u00e9dure a \u00e9t\u00e9 rapidement abandonn\u00e9e\".\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EUN CAS PARTICULIER ?\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUne grande partie des informations qui ont \u00e9merg\u00e9 de notre FOIA sont devenues partie int\u00e9grante de l'affaire judiciaire. Par exemple, le message \u00e9lectronique dans lequel l'avocat Paul Close sugg\u00e8re que l'affaire Assange semble tout \u00e0 fait unique : \"\u003Cb\u003ENe pensez pas que l'affaire est trait\u00e9e comme une simple demande d'extradition de plus\u003C\/b\u003E\", \u00e9crit-il le 13 janvier 2011. Malheureusement, les documents qui nous ont \u00e9t\u00e9 communiqu\u00e9s jusqu'\u00e0 pr\u00e9sent ne permettent pas de comprendre ce qui fait la sp\u00e9cificit\u00e9 de cette affaire.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes courriels n'indiquent pas la moindre inqui\u00e9tude de la part des autorit\u00e9s britanniques quant \u00e0 l'impact d'une r\u00e9clusion prolong\u00e9e sur la sant\u00e9 de Julian Assange et la proportionnalit\u00e9 de cette r\u00e9clusion.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\"\u003Ci\u003EJ'ai entendu le reportage de la BBC World service radio plus t\u00f4t ce matin sur sa sant\u00e9\u003C\/i\u003E\", \u00e9crit le CPS le 29 novembre 2012, ajoutant \"Il n'est pas question qu'il soit autoris\u00e9 \u00e0 sortir de l'ambassade \u00e9quatorienne, soign\u00e9 puis autoris\u00e9 \u00e0 y retourner. Il sera arr\u00eat\u00e9 d\u00e8s que cela sera appropri\u00e9. Ses inqui\u00e9tudes semblent provenir du fait qu'il vit dans un espace confin\u00e9 [certainement une bonne pratique], qu'il a tr\u00e8s peu de lumi\u00e8re du jour \u00e0 Londres et qu'il a besoin de beaucoup d'air frais (encore une pratique utile pour aller dans le pays le plus sain du monde).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003EQuant \u00e0 sa perte de poids, il y a beaucoup de gens de ma connaissance [\u00e9videmment juste des femmes] qui seraient toujours heureux d'en b\u00e9n\u00e9ficier. Je crois que son \u00e9tat le plus grave reste l'atteinte durable \u00e0 son ego, maintenant qu'il s'agit bien s\u00fbr d'un \u00e9tat m\u00e9dical masculin tr\u00e8s grave\u003C\/i\u003E\". C'est ainsi que le minist\u00e8re public a rejet\u00e9 la demande de d\u00e9tention prolong\u00e9e de Julian Assange.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EM\u00eame les procureurs su\u00e9dois semblaient \u00e0 un moment donn\u00e9 douter de la strat\u00e9gie juridique consistant \u00e0 insister sur l'extradition vers la Su\u00e8de \u00e0 tout prix. En octobre 2013, la procureure su\u00e9doise Marianne Ny \u00e9crit : \"\u003Ci\u003ELa loi su\u00e9doise exige que les mesures coercitives soient proportionn\u00e9es. Le temps qui passe, les co\u00fbts et la gravit\u00e9 du crime doivent \u00eatre pris en compte, ainsi que l'intrusion ou le pr\u00e9judice caus\u00e9 au suspect. Dans ce contexte, nous avons \u00e9t\u00e9 oblig\u00e9s d'envisager la lev\u00e9e de la mesure de d\u00e9tention (d\u00e9cision de justice) et le retrait du mandat d'arr\u00eat europ\u00e9en\u003C\/i\u003E\". Il a cependant fallu quatre ans pour mettre fin \u00e0 l'enqu\u00eate su\u00e9doise apr\u00e8s ce courriel.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes r\u00e9sultats sont limpides : de 2010 \u00e0 2017, l'enqu\u00eate est rest\u00e9e au stade pr\u00e9liminaire et a finalement \u00e9t\u00e9 abandonn\u00e9e. Rien que de juin 2012 \u00e0 juin 2015, Scotland Yard a d\u00e9pens\u00e9 11,1 millions de livres sterling des contribuables britanniques pour maintenir l'ambassade \u00e9quatorienne sous surveillance 24 heures sur 24. Alors que Julian Assange, qui m\u00eame s'il avait \u00e9t\u00e9 inculp\u00e9 en Su\u00e8de aurait risqu\u00e9 une peine maximale de dix-huit mois - comme l'a d\u00e9clar\u00e9 publiquement Marianne Ny - a pass\u00e9 cinq ans et demi confin\u00e9 dans un b\u00e2timent, sans m\u00eame une heure de sortie par jour. Pour la premi\u00e8re fois de son histoire, la Su\u00e8de a \u00e9t\u00e9 jug\u00e9e par l'ONU comme d\u00e9tenant arbitrairement un individu, tandis que l'Angleterre a tent\u00e9 d'\u00e9viter cette d\u00e9cision embarrassante en faisant appel, mais a perdu. Depuis lors, les autorit\u00e9s britanniques ont tout simplement ignor\u00e9 la d\u00e9cision de l'ONU.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EPEU DE DOCUMENTS, DES MILLIERS DE QUESTIONS\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EQu'est-ce qui a mal tourn\u00e9 dans l'affaire Assange et qui a commis des erreurs ? Il est impossible de r\u00e9pondre \u00e0 ces questions sans un acc\u00e8s complet aux documents, que nous continuons \u00e0 poursuivre car nous avons besoin de r\u00e9ponses \u00e0 de nombreuses questions. Par exemple, pourquoi le minist\u00e8re public a-t-il d\u00e9truit les courriers \u00e9lectroniques de M. Paul Close, qui a assist\u00e9 les procureurs su\u00e9dois d\u00e8s le d\u00e9but ? Le tribunal de premi\u00e8re instance de Londres, pr\u00e9sid\u00e9 par le juge Andrew Bartlett QC, qui a rejet\u00e9 notre appel pour l'acc\u00e8s aux documents en d\u00e9cembre dernier, \u00e9crit dans son verdict : \"\u003Ci\u003ENous concluons qu'il n'y avait rien de f\u00e2cheux dans la suppression du compte de courrier \u00e9lectronique\u003C\/i\u003E\". Le juge a-t-il ordonn\u00e9 une enqu\u00eate ? Sinon, comment a-t-il d\u00e9cid\u00e9 qu'aucun document n'avait \u00e9t\u00e9 ind\u00fbment d\u00e9truit, consid\u00e9rant que m\u00eame le CPS ne semble pas savoir ce qu'il a d\u00e9truit exactement ?\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EComment est-il possible que des centaines de courriels ne contiennent pas une seule mention des pr\u00e9occupations d'Assange concernant l'extradition vers les Etats-Unis, consid\u00e9rant que lorsque l'affaire su\u00e9doise a \u00e9clat\u00e9, WikiLeaks venait juste de commencer \u00e0 publier des documents explosifs comme les journaux de guerre afghan et irakien ? Les courriels montrent que les autorit\u00e9s anglaises et su\u00e9doises ont discut\u00e9 de toutes sortes de choses : les week-ends, le temps libre, la magie de la neige en Su\u00e8de.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEst-il cr\u00e9dible qu'elles n'aient jamais discut\u00e9 des pr\u00e9occupations l\u00e9gitimes du fondateur de WikiLeaks d'\u00eatre extrad\u00e9 vers les \u00c9tats-Unis et poursuivi pour la publication des fichiers secrets am\u00e9ricains ? Et si les autorit\u00e9s britanniques n'ont jamais eu aucun contact avec les \u00c9tats-Unis au sujet d'une demande d'extradition, pourquoi ne pas le dire clairement, comme l'ont fait les Su\u00e9dois ? Enfin, s'il existe un mandat d'arr\u00eat secret am\u00e9ricain en raison des publications de WikiLeaks, le minist\u00e8re public est-il d\u00e9termin\u00e9 \u00e0 aider les \u00c9tats-Unis \u00e0 extrader Assange et le personnel de WikiLeaks, comme il l'a fait pour la Su\u00e8de, malgr\u00e9 le fait que le tribunal de premi\u00e8re instance ait reconnu WikiLeaks comme une organisation m\u00e9diatique dans son verdict sur notre appel de FOIA ?\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EApr\u00e8s le rejet de notre appel par le tribunal de Londres, nous avons demand\u00e9 l'autorisation de faire appel aupr\u00e8s de la Cour supr\u00eame. Estelle Dehon, une avocate londonienne du cabinet Cornerstone Barristers qui nous repr\u00e9sente avec l'avocate Jennifer Robinson de Doughty Street Chambers, d\u00e9clare \u00e0 la Repubblica : \"\u003Ci\u003ELes tribunaux du Royaume-Uni et d'Europe ont reconnu que la presse et les autres m\u00e9dias occupent une place particuli\u00e8re dans une soci\u00e9t\u00e9 d\u00e9mocratique en tant que transmetteurs d'informations et gardiens de l'ordre public. Les lois sur la libert\u00e9 d'information jouent un r\u00f4le crucial dans le soutien de ce r\u00f4le. Il est encourageant que le processus de FOIA ait abouti \u00e0 la divulgation d'un certain nombre de courriels concernant l'affaire Assange. Le Tribunal a reconnu le grand int\u00e9r\u00eat du public pour cette divulgation. Mais d'autres informations pourraient et devraient \u00eatre divulgu\u00e9es, c'est pourquoi l'autorisation de faire appel a \u00e9t\u00e9 demand\u00e9e\u003C\/i\u003E\".\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EJennifer Robinson convient que les courriels obtenus dans le cadre de notre litige Foia sont \"\u003Ci\u003Edevenus centraux dans cette affaire\u003C\/i\u003E\" et \"\u003Ci\u003Ecela d\u00e9montre le r\u00f4le important jou\u00e9 par les journalistes qui utilisent la libert\u00e9 d'information pour apprendre la v\u00e9rit\u00e9 et tenir les autorit\u00e9s publiques responsables de leurs actions\u003C\/i\u003E\". Robinson souligne que gr\u00e2ce \u00e0 ces efforts, \"\u003Ci\u003Enous comprenons mieux maintenant comment et pourquoi l'affaire de M. Assange a tra\u00een\u00e9 en longueur et le r\u00f4le que le CPS a jou\u00e9 en pla\u00e7ant le Royaume-Uni en violation de ses obligations internationales\u003C\/i\u003E\".\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EStefania MAURIZI\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E13 f\u00e9vrier 2018\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003ETraduction \"sous chaque caillou soulev\u00e9, une irr\u00e9gularit\u00e9 de plus\" par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00bb\u00bb \u003Ca href=\"https:\/\/www.repubblica.it\/esteri\/2018\/02\/13\/news\/few_documents_many_mysteries_how_our_foia_case_is_unveiling_the_questionable_handling_of_the_julian_assange_case-188758273\"\u003Erepubblica.it\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.legrandsoir.info\/peu-de-documents-beaucoup-de-mysteres-notre-enquete-devoile-le-traitement-douteux-de-l-affaire-julian-assange-la-repubblica.html\"\u003Elegrandsoir.info\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}