{"175714":{"id":"175714","parent":"0","time":"1592699336","url":"http:\/\/www.legrandsoir.info\/comment-che-guevara-a-appris-a-cuba-a-faire-face-a-covid-19-the-monthly-review.html","category":"Histoire","title":"Comment Che Guevara a appris \u00e0 Cuba \u00e0 faire face \u00e0 Covid-19 (The Monthly Review)","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_175714_a379ec.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"comment-che-guevara-a-appris-a-cuba-a-faire-face-a-covid-19-the-monthly-review","admin":"newsnet","views":"94","priority":"3","length":"32763","lang":"fr","content":"\u003Cimg style=\" width:300px;\" src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_175714_a379ec.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003EDon FITZ\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00c0 partir de d\u00e9cembre 1951, Ernesto \"Che\" Guevara a fait une pause de neuf mois dans ses \u00e9tudes de m\u00e9decine pour voyager en moto \u00e0 travers l'Argentine, le Chili, le P\u00e9rou, la Colombie et le Venezuela. L'un de ses objectifs \u00e9tait d'acqu\u00e9rir une exp\u00e9rience pratique de la l\u00e8pre. Le soir de son vingt-quatri\u00e8me anniversaire, le Che se trouvait \u00e0 La Colonia de San Pablo au P\u00e9rou, traversant la rivi\u00e8re \u00e0 la nage pour rejoindre les l\u00e9preux. Il a march\u00e9 parmi six cents l\u00e9preux qui vivaient dans des huttes dans la jungle et veillaient sur eux-m\u00eames \u00e0 leur mani\u00e8re.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe Che ne se serait pas content\u00e9 d'\u00e9tudier et de sympathiser avec eux - il voulait \u00eatre avec eux et comprendre leur existence. Le fait d'\u00eatre en contact avec des gens pauvres et affam\u00e9s pendant qu'ils \u00e9taient malades a transform\u00e9 le Che. Il a imagin\u00e9 une nouvelle m\u00e9decine, avec des m\u00e9decins qui serviraient le plus grand nombre de personnes avec des soins pr\u00e9ventifs et une sensibilisation du public \u00e0 l'hygi\u00e8ne. Quelques ann\u00e9es plus tard, le Che a rejoint le Mouvement du 26 juillet de Fidel Castro en tant que m\u00e9decin et a fait partie des quatre-vingt-un hommes \u00e0 bord du Granma lors de son d\u00e9barquement \u00e0 Cuba le 2 d\u00e9cembre 1956.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003ELa m\u00e9decine r\u00e9volutionnaire\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EApr\u00e8s la victoire du 1er janvier 1959 qui a renvers\u00e9 Fulgencio Batista, la nouvelle constitution cubaine a inscrit le r\u00eave du Che de la gratuit\u00e9 des soins m\u00e9dicaux pour tous comme un droit de l'homme. La compr\u00e9hension des d\u00e9faillances des syst\u00e8mes sociaux d\u00e9connect\u00e9s a conduit le gouvernement r\u00e9volutionnaire \u00e0 construire des h\u00f4pitaux et des cliniques dans les parties mal desservies de l'\u00eele, en m\u00eame temps qu'il commen\u00e7ait \u00e0 s'attaquer aux crises de l'alphab\u00e9tisation, du racisme, de la pauvret\u00e9 et du logement. Cuba a r\u00e9nov\u00e9 ses cliniques en 1964 et en 1974 pour mieux rapprocher les communaut\u00e9s et les patients. En 1984, Cuba a introduit des \u00e9quipes de m\u00e9decins et d'infirmi\u00e8res qui vivent au sein des quartiers o\u00f9 ils exercent (consultorios).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes \u00c9tats-Unis devenant de plus en plus agressifs, les Cubains ont organis\u00e9 en 1960 des comit\u00e9s de d\u00e9fense de la r\u00e9volution pour d\u00e9fendre le pays. Ces comit\u00e9s sont pr\u00e9par\u00e9s \u00e0 d\u00e9placer les personnes \u00e2g\u00e9es, les handicap\u00e9s, les malades et les malades mentaux sur des terrains en hauteur \u00e0 l'approche d'un ouragan, ce qui permet d'imbriquer les soins de sant\u00e9 nationaux et les affaires de politique ext\u00e9rieure, un lien qui a persist\u00e9 tout au long de l'histoire de Cuba.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EComme la r\u00e9volution m\u00e9dicale cubaine \u00e9tait bas\u00e9e sur l'extension des soins m\u00e9dicaux au-del\u00e0 des grandes villes et dans les communaut\u00e9s rurales qui en avaient le plus besoin, il n'a pas fallu longtemps pour \u00e9tendre cette assistance \u00e0 d'autres pays. Le gouvernement r\u00e9volutionnaire a envoy\u00e9 des m\u00e9decins au Chili apr\u00e8s un tremblement de terre en 1960 et une brigade m\u00e9dicale en 1963 en Alg\u00e9rie, qui luttait pour son ind\u00e9pendance vis-\u00e0-vis de la France. Ces actions ont pr\u00e9par\u00e9 le terrain pour l'aide m\u00e9dicale internationale du pays, qui s'est d\u00e9velopp\u00e9e au cours des d\u00e9cennies et qui comprend maintenant l'aide au traitement de la pand\u00e9mie COVID-19.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00c0 la fin des ann\u00e9es 80 et au d\u00e9but des ann\u00e9es 90, deux catastrophes ont menac\u00e9 l'existence m\u00eame du pays. La premi\u00e8re victime du sida est morte en 1986. En d\u00e9cembre 1991, l'Union sovi\u00e9tique s'est effondr\u00e9e, mettant fin \u00e0 sa subvention annuelle de 5 milliards de dollars, perturbant le commerce international et provoquant l'effondrement de l'\u00e9conomie cubaine, ce qui a aggrav\u00e9 l'\u00e9pid\u00e9mie de sida. Une situation parfaite pour l'infection du sida est apparue \u00e0 l'horizon. Le taux d'infection par le VIH dans la r\u00e9gion des Cara\u00efbes \u00e9tait le deuxi\u00e8me plus \u00e9lev\u00e9 apr\u00e8s celui de l'Afrique australe, o\u00f9 un 300 000 Cubains s'\u00e9taient r\u00e9cemment rendus pendant les guerres angolaises [contre l'Afrique du Sud de l'arpatheid - NDT]. L'embargo sur l'\u00eele a r\u00e9duit la disponibilit\u00e9 des m\u00e9dicaments (y compris ceux pour le VIH\/SIDA), a rendu les produits pharmaceutiques existants scandaleusement chers et a perturb\u00e9 les infrastructures financi\u00e8res utilis\u00e9es pour l'achat de m\u00e9dicaments. Ayant d\u00e9sesp\u00e9r\u00e9ment besoin de fonds, Cuba a ouvert la porte au tourisme, entra\u00eenant une augmentation des \u00e9changes sexuels contre de l'argent.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe gouvernement a r\u00e9duit de mani\u00e8re drastique les services dans tous les domaines sauf deux : l'\u00e9ducation et les soins de sant\u00e9. En 1987, ses instituts de recherche ont mis au point un test de diagnostic du VIH propre \u00e0 Cuba. Plus de douze millions de tests ont \u00e9t\u00e9 r\u00e9alis\u00e9s en 1993. En 1990, lorsque les homosexuels sont devenus les principales victimes du VIH sur l'\u00eele, l'homophobie a \u00e9t\u00e9 officiellement combattue dans les \u00e9coles. Des pr\u00e9servatifs ont \u00e9t\u00e9 fournis gratuitement dans les cabinets m\u00e9dicaux et, malgr\u00e9 leur co\u00fbt, les m\u00e9dicaments antir\u00e9troviraux \u00e9galement.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'effort concert\u00e9 et bien planifi\u00e9 de Cuba pour faire face au VIH\/sida a port\u00e9 ses fruits. Au d\u00e9but des ann\u00e9es 1990, alors que Cuba comptait deux cents cas de sida, la ville de New York (avec \u00e0 peu pr\u00e8s la m\u00eame population) en comptait quarante-trois mille. (1) Bien que ne disposant que d'une petite fraction de la richesse et des ressources des \u00c9tats-Unis, Cuba avait surmont\u00e9 les effets d\u00e9vastateurs du blocus am\u00e9ricain et avait mis en place un programme de lutte contre le sida sup\u00e9rieur \u00e0 celui du pays qui cherchait \u00e0 le d\u00e9truire. Pendant cette p\u00e9riode sp\u00e9ciale, les Cubains ont connu une esp\u00e9rance de vie plus longue et un taux de mortalit\u00e9 infantile plus faible que ceux des \u00c9tats-Unis. Cuba a inspir\u00e9 aux soignants du monde entier la conviction qu'un pays dot\u00e9 d'un syst\u00e8me m\u00e9dical coh\u00e9rent et solidaire peut prosp\u00e9rer, m\u00eame contre vents et mar\u00e9es.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003ECOVID-19 frappe Cuba\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn surmontant les crises du VIH\/SIDA et de la p\u00e9riode sp\u00e9ciale, Cuba s'est pr\u00e9par\u00e9 \u00e0 la COVID-19. Conscient de l'intensit\u00e9 de la pand\u00e9mie, Cuba savait qu'il avait deux responsabilit\u00e9s ins\u00e9parables : prendre soin des siens avec un programme complet et partager ses comp\u00e9tences au niveau international.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe gouvernement a imm\u00e9diatement entrepris une t\u00e2che qui s'est av\u00e9r\u00e9e tr\u00e8s difficile dans une \u00e9conomie de march\u00e9 : modifier l'\u00e9quipement des usines nationalis\u00e9es (qui fabriquaient g\u00e9n\u00e9ralement des uniformes scolaires) pour fabriquer des masques. Celles-ci ont permis \u00e0 Cuba de disposer d'un approvisionnement suffisant d\u00e8s la mi-avril 2020, alors que les \u00c9tats-Unis, avec leur \u00e9norme capacit\u00e9 de production, souffraient encore d'une p\u00e9nurie.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDes discussions au plus haut niveau du minist\u00e8re cubain de la sant\u00e9 publique ont permis d'\u00e9laborer la politique nationale. Il fallait proc\u00e9der \u00e0 des tests massifs pour d\u00e9terminer qui avait \u00e9t\u00e9 infect\u00e9. Les personnes contamin\u00e9es devaient \u00eatre mises en quarantaine tout en s'assurant qu'elles disposaient de nourriture et d'autres produits de premi\u00e8re n\u00e9cessit\u00e9. La recherche des contacts serait utilis\u00e9e pour d\u00e9terminer qui d'autre aurait pu \u00eatre expos\u00e9. Le personnel m\u00e9dical devait faire du porte \u00e0 porte pour v\u00e9rifier la sant\u00e9 de chaque citoyen. Le personnel de Consultorio accorderait une attention particuli\u00e8re \u00e0 tous les habitants du quartier qui pourraient \u00eatre \u00e0 haut risque.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe 2 mars, Cuba a mis en place le Plan de pr\u00e9vention et de contr\u00f4le des nouveaux coronavirus (2). En quatre jours, le plan a \u00e9t\u00e9 \u00e9largi pour inclure la prise de temp\u00e9rature et \u00e9ventuellement l'isolement des voyageurs infect\u00e9s. Ces mesures ont \u00e9t\u00e9 prises avant le premier diagnostic confirm\u00e9 de COVID-19 \u00e0 Cuba, le 11 mars. Cuba a eu son premier d\u00e9c\u00e8s confirm\u00e9 par COVID-19 le 22 mars, avec trente-cinq cas confirm\u00e9s, pr\u00e8s de mille patients observ\u00e9s dans les h\u00f4pitaux et plus de trente mille personnes sous surveillance \u00e0 domicile. Le lendemain, elle a interdit l'entr\u00e9e d'\u00e9trangers non r\u00e9sidents, ce qui a eu un impact consid\u00e9rable sur les recettes touristiques du pays (3).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECe jour-l\u00e0, la d\u00e9fense civile cubaine est pass\u00e9e en alerte pour r\u00e9pondre rapidement au COVID-19 et le Conseil de d\u00e9fense de La Havane a d\u00e9cid\u00e9 qu'il y avait un grave probl\u00e8me dans le quartier Vedado de la ville, c\u00e9l\u00e8bre pour \u00eatre le plus grand foyer de visiteurs \u00e9trangers non touristes qui \u00e9taient plus susceptibles d'avoir \u00e9t\u00e9 expos\u00e9s au virus. Le 3 avril, le quartier a \u00e9t\u00e9 ferm\u00e9. Comme Merriam Ansara l'a constat\u00e9, \"toute personne devant entrer ou sortir doit prouver qu'elle a \u00e9t\u00e9 test\u00e9e et qu'elle est exempte de COVID-19\". La d\u00e9fense civile a veill\u00e9 \u00e0 ce que les magasins soient approvisionn\u00e9s et que toutes les personnes vuln\u00e9rables subissent des contr\u00f4les m\u00e9dicaux r\u00e9guliers. (4)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EVedado a eu huit cas confirm\u00e9s, ce qui est beaucoup pour une petite zone. Les autorit\u00e9s sanitaires cubaines voulaient que le virus reste au stade de \"propagation locale\", lorsqu'il peut \u00eatre retrac\u00e9 d'une personne \u00e0 l'autre. Ils ont cherch\u00e9 \u00e0 l'emp\u00eacher d'entrer dans la phase de \"propagation communautaire\", lorsque la tra\u00e7abilit\u00e9 n'est pas possible parce qu'il \u00e9chappe \u00e0 tout contr\u00f4le. Alors que les professionnels de la sant\u00e9 am\u00e9ricains mendiaient des \u00e9quipements de protection individuelle (EPI) et que les tests \u00e9taient si rares aux \u00c9tats-Unis que les gens devaient demander \u00e0 \u00eatre test\u00e9s (plut\u00f4t que les travailleurs de la sant\u00e9 testant les contacts des patients infect\u00e9s), Cuba disposait de suffisamment de kits de test rapide pour tracer les contacts des personnes ayant contract\u00e9 le virus.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EFin mars et d\u00e9but avril, les h\u00f4pitaux cubains ont \u00e9galement modifi\u00e9 leurs m\u00e9thodes de travail pour minimiser la contagion. Les m\u00e9decins de La Havane se rendent \u00e0 l'h\u00f4pital Salvador Allende pour quinze jours, passant la nuit dans une zone r\u00e9serv\u00e9e au personnel m\u00e9dical. Ensuite, ils se rendent dans une zone s\u00e9par\u00e9e des patients o\u00f9 ils vivent pendant quinze jours suppl\u00e9mentaires et subissent des tests avant de rentrer chez eux. Ils restent chez eux sans sortir pendant quinze jours suppl\u00e9mentaires et sont test\u00e9s avant de reprendre la pratique. Cette p\u00e9riode d'isolement de quarante-cinq jours a \u00e9vit\u00e9 que le personnel m\u00e9dical n'apporte des maladies \u00e0 la communaut\u00e9 par ses d\u00e9placements quotidiens pour se rendre au travail et en revenir.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe syst\u00e8me m\u00e9dical du consultorio couvre toutes les familles cubaines. Les \u00e9tudiants en m\u00e9decine de troisi\u00e8me, quatri\u00e8me et cinqui\u00e8me ann\u00e9e sont assign\u00e9s par les m\u00e9decins du consultorio \u00e0 se rendre chaque jour dans des foyers sp\u00e9cifiques. Leurs t\u00e2ches consistent notamment \u00e0 obtenir des donn\u00e9es d'enqu\u00eate aupr\u00e8s des r\u00e9sidents ou \u00e0 effectuer des visites suppl\u00e9mentaires aux personnes \u00e2g\u00e9es, aux nourrissons et aux personnes souffrant de probl\u00e8mes respiratoires. Ces visites permettent de recueillir des donn\u00e9es de m\u00e9decine pr\u00e9ventive qui sont ensuite prises en compte par les personnes occupant les plus hauts postes de d\u00e9cision du pays. Lorsque les \u00e9tudiants apportent leurs donn\u00e9es, les m\u00e9decins utilisent un stylo rouge pour marquer les points chauds o\u00f9 des soins suppl\u00e9mentaires sont n\u00e9cessaires. Les m\u00e9decins de quartier se r\u00e9unissent r\u00e9guli\u00e8rement dans les cliniques pour parler de ce que chaque m\u00e9decin fait, de ce qu'il d\u00e9couvre, des nouvelles proc\u00e9dures adopt\u00e9es par le minist\u00e8re cubain de la sant\u00e9 publique et de l'impact de ce travail intense sur le personnel m\u00e9dical.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAinsi, chaque citoyen cubain et chaque travailleur de la sant\u00e9, des m\u00e9decins de quartier aux instituts de recherche les plus r\u00e9put\u00e9s, joue un r\u00f4le dans la d\u00e9termination de la politique de sant\u00e9. Cuba compte actuellement quatre-vingt-neuf mille m\u00e9decins, quatre-vingt-quatre mille infirmi\u00e8res et neuf mille \u00e9tudiants qui devraient obtenir leur dipl\u00f4me de m\u00e9decine en 2020. Le peuple cubain ne tol\u00e9rerait pas que le chef du pays ignore les conseils m\u00e9dicaux, dise des absurdit\u00e9s et d\u00e9termine une politique bas\u00e9e sur ce qui serait le plus profitable pour les entreprises.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe gouvernement cubain a approuv\u00e9 la distribution gratuite du m\u00e9dicament hom\u00e9opathique PrevengHo-Vir aux r\u00e9sidents de La Havane et de la province de Pinar del Rio. (5) Susana Hurlich \u00e9tait l'une des nombreuses personnes \u00e0 le recevoir. Le 8 avril, le Dr Yaisen, l'un des trois m\u00e9decins de la consultorio situ\u00e9e \u00e0 deux blocs de son domicile, est venu \u00e0 la porte avec une petite bouteille de PrevengHo-Vir et a expliqu\u00e9 comment l'utiliser. Les instructions avertissent qu'il renforce le syst\u00e8me immunitaire mais qu'il ne remplace pas l'interf\u00e9ron Alpha 2B et qu'il ne s'agit pas non plus d'un vaccin. M. Hurlich estime que ce qui est important \"dans le syst\u00e8me m\u00e9dical cubain, c'est qu'au lieu d'\u00eatre \u00e0 deux vitesses, comme c'est souvent le cas dans d'autres pays, avec la\"m\u00e9decine classique\"d'un c\u00f4t\u00e9 et la\"m\u00e9decine alternative\"de l'autre, Cuba a UN seul syst\u00e8me de sant\u00e9 qui englobe tout cela. Quand on \u00e9tudie pour devenir m\u00e9decin, on apprend aussi la m\u00e9decine hom\u00e9opathique sous toutes ses formes\". (6)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003ELa solidarit\u00e9 mondiale \u00e0 l'heure de la COVID-19\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUn mod\u00e8le puissant : L'\u00e9l\u00e9ment le plus critique de l'internationalisme m\u00e9dical de Cuba pendant la crise COVID-19 a peut-\u00eatre \u00e9t\u00e9 d'utiliser ses d\u00e9cennies d'exp\u00e9rience pour cr\u00e9er un exemple de la fa\u00e7on dont un pays peut affronter le virus avec un plan humain et comp\u00e9tent. Les responsables de la sant\u00e9 publique du monde entier ont \u00e9t\u00e9 inspir\u00e9s par les actions de Cuba.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ETransfert de connaissances : Lorsque les virus responsables du virus Ebola, que l'on trouve principalement en Afrique subsaharienne, ont augment\u00e9 de fa\u00e7on spectaculaire \u00e0 l'automne 2014, une grande partie du monde a paniqu\u00e9. Tr\u00e8s vite, plus de vingt mille personnes ont \u00e9t\u00e9 infect\u00e9es, plus de huit mille sont mortes, et on craignait que le nombre de d\u00e9c\u00e8s ne se chiffre en centaines de milliers. Les \u00c9tats-Unis ont apport\u00e9 un soutien militaire ; d'autres pays ont promis de l'argent. Cuba a \u00e9t\u00e9 la premi\u00e8re nation \u00e0 r\u00e9pondre par ce qui \u00e9tait le plus n\u00e9cessaire : elle a envoy\u00e9 103 infirmi\u00e8res et 62 m\u00e9decins volontaires \u00e0 la Sierra Leone. Comme de nombreux gouvernements ne savaient pas comment r\u00e9agir \u00e0 la maladie, Cuba a form\u00e9 des volontaires d'autres nations \u00e0 l'Institut de m\u00e9decine tropicale Pedro Kour\u00ed de La Havane. Au total, Cuba a enseign\u00e9 \u00e0 13 000 Africains, 66 000 Latino-Am\u00e9ricains et 620 Carib\u00e9ens comment traiter le virus Ebola sans qu'ils soient eux-m\u00eames infect\u00e9s. Le partage des connaissances sur la mani\u00e8re d'organiser un syst\u00e8me de sant\u00e9 est le plus haut niveau de transfert de connaissances.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe Venezuela a tent\u00e9 de reproduire des aspects fondamentaux du mod\u00e8le de sant\u00e9 cubain au niveau national, ce qui a bien servi le Venezuela dans la lutte contre le COVID-19. En 2018, les habitants d'Altos de Lidice ont organis\u00e9 sept conseils communaux, dont un pour la sant\u00e9 communautaire. Un r\u00e9sident a mis un espace de sa maison \u00e0 la disposition de l'initiative du syst\u00e8me de sant\u00e9 communautaire afin que le Dr Gutierrez puisse avoir un bureau. Il coordonne les collectes de donn\u00e9es pour identifier les r\u00e9sidents \u00e0 risque et rend visite \u00e0 tous les r\u00e9sidents chez eux pour leur expliquer comment \u00e9viter l'infection par COVID-19. L'infirmi\u00e8re del Valle Marquez est une Chavista qui a aid\u00e9 \u00e0 mettre en place le Barrio Adentro lorsque les premiers m\u00e9decins cubains sont arriv\u00e9s. Elle se souvient que les r\u00e9sidents n'avaient jamais vu de m\u00e9decin dans leur communaut\u00e9, mais quand les Cubains sont arriv\u00e9s, \"nous avons ouvert nos portes aux m\u00e9decins, ils ont v\u00e9cu avec nous, ils ont mang\u00e9 avec nous et ils ont travaill\u00e9 parmi nous\". (7)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDes histoires comme celle-ci impr\u00e8gnent le Venezuela. Suite \u00e0 la mise en place d'un syst\u00e8me de type cubain, teleSUR a rapport\u00e9 qu'au 11 avril 2020, le gouvernement v\u00e9n\u00e9zu\u00e9lien avait effectu\u00e9 181 335 tests d'amplification en cha\u00eene par polym\u00e9rase \u00e0 temps pour avoir le plus faible taux d'infection en Am\u00e9rique latine. Le Venezuela n'avait que 6 infections par million de citoyens alors que le Br\u00e9sil voisin en avait 104 par million. (8)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELorsque Rafael Correa \u00e9tait pr\u00e9sident de l'\u00c9quateur, plus de mille m\u00e9decins cubains formaient l'\u00e9pine dorsale de son syst\u00e8me de sant\u00e9. L\u00e9nine Moreno fut \u00e9lu en 2017 et les m\u00e9decins cubains furent bient\u00f4t expuls\u00e9s, laissant la m\u00e9decine publique dans le chaos. Moreno a suivi les recommandations du Fonds mon\u00e9taire international de r\u00e9duire le budget de la sant\u00e9 de l'\u00c9quateur de 36 %, le laissant sans professionnels de la sant\u00e9, sans EPP et, surtout, sans un syst\u00e8me de sant\u00e9 coh\u00e9rent. Alors que le Venezuela et Cuba ont enregistr\u00e9 27 d\u00e9c\u00e8s COVID-19, la plus grande ville d'Equateur, Guayaquil, a enregistr\u00e9 un nombre de d\u00e9c\u00e8s estim\u00e9 \u00e0 7 600 (9)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ER\u00e9ponse m\u00e9dicale internationale : La m\u00e9decine cubaine est peut-\u00eatre mieux connue pour son internationalisme. Un exemple clair est le tremblement de terre d\u00e9vastateur qui a secou\u00e9 Ha\u00efti en 2010. Cuba a envoy\u00e9 du personnel m\u00e9dical qui a v\u00e9cu parmi les Ha\u00eftiens et est rest\u00e9 des mois ou des ann\u00e9es apr\u00e8s le tremblement de terre. Les m\u00e9decins am\u00e9ricains, cependant, ne dormaient pas l\u00e0 o\u00f9 les victimes ha\u00eftiennes se blottissaient. Ils rentraient plut\u00f4t dans des h\u00f4tels de luxe la nuit et repartaient au bout de quelques semaines. John Kirk a invent\u00e9 le terme \"tourisme de catastrophe\" pour d\u00e9crire la fa\u00e7on dont de nombreux pays riches r\u00e9pondent aux crises m\u00e9dicales dans les pays pauvres.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'engagement dont le personnel m\u00e9dical cubain fait preuve \u00e0 l'\u00e9chelle internationale s'inscrit dans la continuit\u00e9 des efforts d\u00e9ploy\u00e9s par le syst\u00e8me de sant\u00e9 du pays qui a pass\u00e9 trois d\u00e9cennies \u00e0 trouver le meilleur moyen de renforcer les liens entre les professionnels de la sant\u00e9 et ceux qu'ils servent. En 2008, Cuba avait envoy\u00e9 plus de 120 000 professionnels de la sant\u00e9 dans 154 pays, ses m\u00e9decins avaient soign\u00e9 plus de 70 millions de personnes dans le monde, et pr\u00e8s de 2 millions de personnes devaient leur vie aux services m\u00e9dicaux cubains dans leur pays.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'Associated Press a rapport\u00e9 que lorsque COVID-19 s'est r\u00e9pandu dans le monde, Cuba comptait trente-sept mille travailleurs m\u00e9dicaux dans soixante-sept pays. Elle a rapidement d\u00e9ploy\u00e9 des m\u00e9decins suppl\u00e9mentaires au Suriname, en Jama\u00efque, \u00e0 la Dominique, au Belize, \u00e0 Saint-Vincent-et-les-Grenadines, \u00e0 Saint-Christophe-et-Nevis, au Venezuela et au Nicaragua. (10) Le 16 avril, Granma a rapport\u00e9 que \"21 brigades de professionnels de la sant\u00e9 ont \u00e9t\u00e9 d\u00e9ploy\u00e9es pour se joindre aux efforts nationaux et locaux dans 20 pays\". (11) Le m\u00eame jour, Cuba a envoy\u00e9 deux cents personnels de sant\u00e9 au Qatar. (12)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe nord de l'Italie \u00e9tant devenu l'\u00e9picentre des cas de COVID-19, l'une des villes les plus touch\u00e9es a \u00e9t\u00e9 Crema, dans la r\u00e9gion de Lombardie. Le service des urgences de son h\u00f4pital \u00e9tait rempli \u00e0 pleine capacit\u00e9. Le 26 mars, Cuba a envoy\u00e9 cinquante-deux m\u00e9decins et infirmi\u00e8res qui ont mis en place un h\u00f4pital de campagne avec trois lits en unit\u00e9 de soins intensifs et trente-deux autres lits avec oxyg\u00e8ne. Cette nation des Cara\u00efbes, plus petite et plus pauvre, est l'une des rares \u00e0 aider une grande puissance europ\u00e9enne. L'intervention de Cuba a fait des ravages. Le 17 avril, trente de ses professionnels de la sant\u00e9 partis \u00e0 l'\u00e9tranger ont \u00e9t\u00e9 test\u00e9s positifs au COVID-19. (13)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EFaire venir le monde \u00e0 Cuba : Le revers de la m\u00e9daille de l'envoi de personnel m\u00e9dical cubain \u00e0 travers le monde est la population qu'il a amen\u00e9e sur l'\u00eele - \u00e0 la fois des \u00e9tudiants et des patients. Lorsque les m\u00e9decins cubains se trouvaient en R\u00e9publique du Congo en 1966, ils ont vu des jeunes gens \u00e9tudier de fa\u00e7on ind\u00e9pendante la nuit \u00e0 l'\u00e9clairage public et ont pris des dispositions pour qu'ils viennent \u00e0 La Havane. Ils ont fait venir encore plus d'\u00e9tudiants africains pendant les guerres angolaises de 1975-88 et ont ensuite fait venir un grand nombre d'\u00e9tudiants latino-am\u00e9ricains pour \u00e9tudier la m\u00e9decine apr\u00e8s les ouragans Mitch et Georges. Le nombre d'\u00e9tudiants venant \u00e0 Cuba pour \u00e9tudier s'est encore accru en 1999, lorsque l'\u00eele a ouvert des classes \u00e0 l'\u00c9cole latino-am\u00e9ricaine de m\u00e9decine (ELAM). En 2020, l'ELAM avait form\u00e9 trente mille m\u00e9decins originaires de plus de cent pays.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECuba a \u00e9galement l'habitude de faire venir des patients \u00e9trangers pour se faire soigner. Apr\u00e8s l'effondrement nucl\u00e9aire de Tchernobyl en 1986, vingt-cinq mille patients, pour la plupart des enfants, sont venus se faire soigner sur l'\u00eele, certains y restant des mois ou des ann\u00e9es. Cuba a ouvert ses portes, des lits d'h\u00f4pitaux et un camp d'\u00e9t\u00e9 pour les jeunes.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe 12 mars, pr\u00e8s de cinquante membres d'\u00e9quipage et passagers du navire de croisi\u00e8re britannique MS Braemar avaient soit le COVID-19, soit pr\u00e9sentaient des sympt\u00f4mes \u00e0 l'approche des Bahamas, une nation du Commonwealth britannique. Comme le Braemar battait pavillon des Bahamas en tant que navire du Commonwealth, il n'aurait pas d\u00fb y avoir de probl\u00e8me pour d\u00e9barquer les personnes \u00e0 bord pour les soigner et les ramener au Royaume-Uni. Mais le minist\u00e8re des transports des Bahamas a d\u00e9clar\u00e9 que le navire de croisi\u00e8re \"ne serait pas autoris\u00e9 \u00e0 accoster dans un port des Bahamas et que personne ne serait autoris\u00e9 \u00e0 d\u00e9barquer du navire\". (14) Au cours des cinq jours suivants, les \u00c9tats-Unis, la Barbade (une autre nation du Commonwealth) et plusieurs autres pays des Cara\u00efbes ont refus\u00e9 le Braemar. Le 18 mars, Cuba est devenu le seul pays \u00e0 autoriser l'accostage des plus de mille membres d'\u00e9quipage et passagers du Braemar. Des soins dans les h\u00f4pitaux cubains ont \u00e9t\u00e9 offerts \u00e0 ceux qui se sentaient trop malades pour prendre l'avion. La plupart d'entre eux se rendaient en bus \u00e0 l'a\u00e9roport international Jos\u00e9 Mart\u00ed pour prendre un vol de retour vers le Royaume-Uni. Avant le d\u00e9part, les membres de l'\u00e9quipage du Braemar ont affich\u00e9 une banni\u00e8re sur sa page Facebook, sur laquelle on pouvait lire \"I love you Cuba\" (15) : \"Ils nous ont fait sentir non seulement tol\u00e9r\u00e9s, mais aussi bienvenus\" (16).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EM\u00e9decine pour tous : En 1981, l'\u00eele a connu une \u00e9pid\u00e9mie particuli\u00e8rement grave de dengue transmise par les moustiques, qui frappe l'\u00eele tous les deux ou trois ans. \u00c0 l'\u00e9poque, beaucoup pour la premi\u00e8re fois ont entendu parler du tr\u00e8s haut niveau des instituts de recherche cubains qui ont cr\u00e9\u00e9 l'interf\u00e9ron Alpha 2B pour traiter avec succ\u00e8s la dengue. Comme le souligne Helen Yaffe, \"l'interf\u00e9ron cubain a d\u00e9montr\u00e9 son efficacit\u00e9 et sa s\u00e9curit\u00e9 dans le traitement de maladies virales, notamment l'h\u00e9patite B et C, le zona, le VIH-SIDA et la dengue\". (17) Il a permis d'\u00e9viter des complications qui pourraient aggraver l'\u00e9tat du patient et entra\u00eener son d\u00e9c\u00e8s. L'efficacit\u00e9 du m\u00e9dicament a persist\u00e9 pendant des d\u00e9cennies et, en 2020, il est devenu d'une importance vitale en tant que traitement potentiel de la COVID-19. Ce qui a \u00e9galement surv\u00e9cu, c'est l'empressement de Cuba \u00e0 d\u00e9velopper une multitude de m\u00e9dicaments et \u00e0 les partager avec d'autres nations.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECuba a cherch\u00e9 \u00e0 travailler en coop\u00e9ration pour le d\u00e9veloppement de m\u00e9dicaments avec des pays tels que la Chine, le Venezuela et le Br\u00e9sil. La collaboration avec le Br\u00e9sil a permis de mettre au point des vaccins contre la m\u00e9ningite \u00e0 un co\u00fbt de 95 centimes au lieu de 15 \u00e0 20 dollars par dose. Enfin, Cuba apprend aux autres pays \u00e0 produire eux-m\u00eames des m\u00e9dicaments afin qu'ils n'aient pas \u00e0 les acheter \u00e0 des pays plus riches.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPour faire face efficacement \u00e0 la maladie, les m\u00e9dicaments sont fr\u00e9quemment recherch\u00e9s dans trois buts : des tests pour d\u00e9terminer les personnes infect\u00e9es, des traitements pour aider \u00e0 pr\u00e9venir ou \u00e0 gu\u00e9rir les probl\u00e8mes et des vaccins pour pr\u00e9venir les infections. D\u00e8s que les tests rapides d'amplification en cha\u00eene par polym\u00e9rase ont \u00e9t\u00e9 disponibles, Cuba a commenc\u00e9 \u00e0 les utiliser \u00e0 grande \u00e9chelle dans toute l'\u00eele. Cuba a d\u00e9velopp\u00e9 l'interf\u00e9ron Alpha 2B (une prot\u00e9ine recombinante) et le PrevengHo-Vir (un m\u00e9dicament hom\u00e9opathique). TeleSUR a indiqu\u00e9 qu'au 27 mars, plus de quarante-cinq pays avaient demand\u00e9 l'interf\u00e9ron cubain afin de contr\u00f4ler puis d'\u00e9liminer le virus (18).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe Centre cubain de g\u00e9nie g\u00e9n\u00e9tique et de biotechnologie cherche \u00e0 cr\u00e9er un vaccin contre le COVID-19. Son directeur de la recherche biom\u00e9dicale, le Dr Gerardo Guill\u00e9n, a confirm\u00e9 que son \u00e9quipe collabore avec des chercheurs chinois \u00e0 Yongzhou, dans la province du Hunan, pour cr\u00e9er un vaccin qui stimule le syst\u00e8me immunitaire et qui peut \u00eatre pris par le nez, qui est la voie de transmission du COVID-19. Quoi que Cuba d\u00e9veloppe, il est certain qu'il sera partag\u00e9 avec d'autres pays \u00e0 faible co\u00fbt, contrairement aux m\u00e9dicaments am\u00e9ricains qui sont brevet\u00e9s aux frais des contribuables afin que les g\u00e9ants pharmaceutiques priv\u00e9s puissent vendre \u00e0 prix d'or \u00e0 ceux qui en ont besoin.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDes pays qui n'ont pas appris \u00e0 partager : Les missions de solidarit\u00e9 cubaines font preuve d'une r\u00e9elle pr\u00e9occupation qui semble souvent faire d\u00e9faut aux syst\u00e8mes de sant\u00e9 d'autres pays. Les associations m\u00e9dicales du Venezuela, du Br\u00e9sil et d'autres pays sont souvent hostiles aux m\u00e9decins cubains. Pourtant, ils ne trouvent pas assez de m\u00e9decins pour voyager dans des conditions dangereuses ou se rendre dans des zones pauvres et rurales, \u00e0 dos d'\u00e2ne ou en cano\u00eb si n\u00e9cessaire, comme le font les m\u00e9decins cubains.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELors de mon s\u00e9jour au P\u00e9rou en 2010, j'ai visit\u00e9 le Pisco policl\u00ednico. Son directeur cubain, Leopoldo Garc\u00eda Mej\u00edas, m'a expliqu\u00e9 que le pr\u00e9sident de l'\u00e9poque, Alan Garc\u00eda, ne voulait pas de m\u00e9decins cubains suppl\u00e9mentaires et qu'ils devaient se taire pour pouvoir rester au P\u00e9rou. Cuba est bien consciente qu'elle doit adapter chaque mission m\u00e9dicale au climat politique.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl y a au moins une exception au fait que les m\u00e9decins cubains restent dans un pays selon les caprices des dirigeants politiques. Cuba a commenc\u00e9 \u00e0 fournir des soins m\u00e9dicaux au Honduras en 1998. Durant les dix-huit premiers mois des efforts de Cuba au Honduras, le taux de mortalit\u00e9 infantile du pays est pass\u00e9 de 80,3 \u00e0 30,9 d\u00e9c\u00e8s pour 1 000 naissances vivantes. Les humeurs politiques ont chang\u00e9 et, en 2005, le ministre hondurien de la sant\u00e9, Merlin Fern\u00e1ndez, a d\u00e9cid\u00e9 de mettre \u00e0 la porte les m\u00e9decins cubains. Cependant, cette d\u00e9cision a suscit\u00e9 une telle opposition que le gouvernement a chang\u00e9 de cap et a permis aux Cubains de rester.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUn exemple d\u00e9sastreux et remarquable de refus d'une offre d'aide cubaine par un pays se trouve au lendemain de l'ouragan Katrina. Apr\u00e8s le passage de l'ouragan en 2005, 1 586 professionnels de sant\u00e9 cubains \u00e9taient pr\u00eats \u00e0 se rendre \u00e0 la Nouvelle-Orl\u00e9ans. Le pr\u00e9sident George W. Bush a cependant rejet\u00e9 l'offre, agissant comme s'il valait mieux que les citoyens am\u00e9ricains meurent plut\u00f4t que d'admettre la qualit\u00e9 de l'aide cubaine.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EBien que le gouvernement am\u00e9ricain n'appr\u00e9cie pas les \u00e9tudiants de l'ELAM, ils sont toujours capables d'appliquer ce qu'ils apprennent \u00e0 leur retour \u00e0 la maison. En 1988, Kathryn Hall-Trujillo, d'Albuquerque, au Nouveau-Mexique, a fond\u00e9 le Birthing Project USA, qui forme des militants \u00e0 travailler avec les femmes afro-am\u00e9ricaines et \u00e0 \u00e9tablir des liens avec elles pendant la premi\u00e8re ann\u00e9e de la vie de l'enfant. Elle est reconnaissante du partenariat du Birthing Project avec Cuba et du soutien que de nombreux \u00e9tudiants de l'ELAM ont apport\u00e9. En 2018, elle m'a dit : \"Nous sommes un lieu de retrouvailles pour les \u00e9tudiants de l'ELAM - ils voient le fait de travailler avec nous comme un moyen de mettre en pratique ce qu'ils ont appris \u00e0 l'ELAM\".\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe m\u00e9decin cubain Julio L\u00f3pez Ben\u00edtez a rappel\u00e9 en 2017 que lorsque le pays a r\u00e9organis\u00e9 ses cliniques en 1974, l'ancien mod\u00e8le de clinique \u00e9tait celui des patients qui se rendent dans les cliniques, mais le nouveau mod\u00e8le est celui des cliniques qui vont aux patients. De m\u00eame, lorsque le Dr Melissa Barber, dipl\u00f4m\u00e9e de l'ELAM, a examin\u00e9 son quartier du sud du Bronx lors de COVID-19, elle a r\u00e9alis\u00e9 que si la plupart des \u00c9tats-Unis disent aux gens d'aller dans des agences, ce dont les gens ont besoin, c'est d'une approche communautaire qui recrute des organisateurs pour aller vers les gens. Le Dr Barber travaille dans une coalition avec South Bronx Unite, les Mott Haven Mamas et de nombreuses associations locales de locataires. Comme \u00e0 Cuba, ils tentent d'identifier les membres de la communaut\u00e9 qui sont vuln\u00e9rables, notamment \"les personnes \u00e2g\u00e9es, les personnes qui ont des nourrissons et des enfants en bas \u00e2ge, les personnes confin\u00e9es \u00e0 la maison, les personnes qui ont de multiples pathologies et qui sont vraiment sensibles \u00e0 un virus comme celui-ci\".19\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELorsqu'ils d\u00e9couvrent qui a besoin d'aide, ils cherchent des ressources pour les aider, comme des produits alimentaires, des EPI, des m\u00e9dicaments et des traitements. En bref, l'approche de la coalition consiste \u00e0 se rendre dans les foyers pour s'assurer que les gens ne passent pas entre les mailles du filet. En revanche, la politique nationale am\u00e9ricaine veut que chaque \u00c9tat et chaque municipalit\u00e9 fasse ce qu'il a envie de faire, ce qui signifie qu'au lieu d'avoir quelques fissures par lesquelles quelques personnes passent, il y a d'\u00e9normes gouffres o\u00f9 de grands groupes se retrouvent abandonn\u00e9s. Ce dont les pays \u00e0 \u00e9conomie de march\u00e9 ont besoin, ce sont des actions comme celles men\u00e9es dans le sud du Bronx et \u00e0 Cuba \u00e0 l'\u00e9chelle nationale.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EC'est ce qu'envisageait Che Guevara en 1951. Des d\u00e9cennies avant que COVID-19 ne se transmette de personne \u00e0 personne, la vision du Che s'est transmise de m\u00e9decin \u00e0 m\u00e9decin. Ou peut-\u00eatre que beaucoup partageaient leurs propres visions si largement que, apr\u00e8s 1959, Cuba a apport\u00e9 la m\u00e9decine r\u00e9volutionnaire partout o\u00f9 elle le pouvait. De toute \u00e9vidence, le Che n'a pas con\u00e7u les rouages complexes du syst\u00e8me m\u00e9dical cubain actuel. Mais il a \u00e9t\u00e9 suivi par des soignants qui ont tiss\u00e9 des motifs suppl\u00e9mentaires dans un tissu qui se d\u00e9ploie maintenant sur tous les continents. \u00c0 certains moments de l'histoire, des milliers ou des millions de personnes voient des images similaires d'un autre avenir. Si leurs id\u00e9es se r\u00e9pandent assez largement \u00e0 l'heure o\u00f9 les structures sociales se d\u00e9sint\u00e8grent, alors une id\u00e9e r\u00e9volutionnaire peut devenir une force mat\u00e9rielle dans la construction d'un nouveau monde.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EDon Fitz\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003ETraduction \"ce n'est pas nous qui aidons Cuba, mais Cuba qui nous aide\" par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EEN COMPLEMENT :\u003C\/b\u003E\u003Cbr \/\u003E\nInterview de Paula Andrea, M\u00e9decin Colombienne, form\u00e9e \u00e0 Cuba \u003Ca href=\"https:\/\/www.legrandsoir.info\/sin-embargo-paroles-cubaines-sur-le-blocus-et-le-reste-aussi-11-13-paula-andrea.html\"\u003Elegrandsoir.info\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00bb\u00bb \u003Ca href=\"https:\/\/monthlyreview.org\/2020\/06\/01\/how-che-guevara-taught-cuba-to-confront-covid-19\"\u003Emonthlyreview.org\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Col\u003E\u003Cli\u003ENancy Scheper-Hughes, \"AIDS, Public Policy, and Human Rights in Cuba,\" Lancet 342, no. 8877 (1993), 965-67.\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EPascual Serrano, \"Cuba en Tiempos de Coronavirus,\" cuartopoder, March 21, 2020.\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EHelen Yaffe, \"Cuban Medical Science in the Service of Humanity,\" CounterPunch, April 10, 2020.\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EMerriam Ansara, \"John Lennon in Quarantine : A Letter From Havana,\" CounterPunch, April 9, 2020.\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EHeidy Ram\u00edrez V\u00e1zquez, \"Medicamento Homeop\u00e1tico a Ciudadanos en Cuba,\" Infomed al D\u00eda, April 12, 2020.\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003ESusana Hurlich, \"Door by Door the Cuban Government Delivers Immune Boosting Medicine to the People,\" Resumen-English, April 9, 2020.\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003ECira Pascual Marquina, \"A Caracas Commune Prepares for the Coronavirus Crisis : Four Voices from the Altos de Lidice Communal Healthcare System,\" Venezuela Analysis, April 11, 2020.\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003E\"Venezuela Has the Lowest Contagion Rate in Latin America,\" teleSUR, April 14, 2020.\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EAlan MacLeod, \"Bodies in the Streets : IMF Imposed Measures Have Left Ecuador Unable to Cope with Coronavirus,\" MintPress News, April 13, 2020.\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003E\"Cuban Docs Fighting Coronavirus Around World, Defying US,\" Associated Press, April 3, 2020.\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EMinistry of Foreign Affairs Statement, \"The COVID-19 Pandemic Makes Clear the Need to Cooperate Despite Political Differences,\" Granma, April 16, 2020.\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003E\u00c1ngel Guerra Cabrera, \"Cuba : El Interfer\u00f3n Salva Vidas,\" La Jornada, April 16, 2020.\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EFarooque Chowdhury, \"Undaunted Cuba Defies the Empire and Extends Hands of Solidarity to Continents,\" Countercurrents, April 17, 2020.\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EPeter Kornbluh, \"Cuba's Welcome to a Covid-19-Stricken Cruise Ship Reflects a Long Pattern of Global Humanitarian Commitment,\" Nation, March 21, 2020.\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EAmy Goodman with Peter Kornbluh, \"'Humanitarian Solidarity' : Even Under U.S. Sanctions, Cuba Sends Doctor Brigade to Italy and More,\" Democracy Now !, March 24, 2020.\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EKornbluh, \"Cuba's Welcome to a Covid-19-Stricken Cruise Ship.\"\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EHelen Yaffe, \"Cuba's Contribution to Combating COVID-19,\" Links International Journal of Socialist Renewal, March 14, 2020.\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003E\"Over 45 Countries Ask Cuba for Interferon to Treat Covid-19,\" teleSUR, March 27, 2020.\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EJohn Tarleton, \"Cuban-Trained Doctor Helps Mobilize Pandemic Response in Her South Bronx Community,\" Indypendent, April 11, 2020.\u003C\/li\u003E\u003C\/ol\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.legrandsoir.info\/comment-che-guevara-a-appris-a-cuba-a-faire-face-a-covid-19-the-monthly-review.html\"\u003Elegrandsoir.info\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}