{"175969":{"id":"175969","parent":"0","time":"1593162135","url":"http:\/\/reporterre.net\/La-derniere-usine-en-France-de-papier-100-recycle-menace-de-fermer","category":"\u00e9cologie","title":"La dernière usine en France de papier 100% recycl\u00e9 menac\u00e9e de fermeture","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_175969_e85049.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"la-derniegravere-usine-en-france-de-papier-100-recycle-menacee-de-fermeture","admin":"newsnet","views":"22","priority":"2","length":"13993","lang":"","content":"\u003Cp\u003ELa papeterie de la Chapelle Darblay, pr\u00e8s de Rouen, \u00e9tait la seule en France \u00e0 produire du papier 100 % recycl\u00e9. Mi-juin, elle a ferm\u00e9 ses portes. Ses 230 salari\u00e9s vont \u00eatre licenci\u00e9s. Mais un espoir subsiste : l'outil industriel sera pr\u00e9serv\u00e9 jusqu'en 2021, et les d\u00e9fenseurs de l'usine luttent ardemment pour que des repreneurs se manifestent.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cul\u003E\u003Cli\u003E\u003Ci\u003EGrand-Couronne (Seine-Maritime), reportage\u003C\/i\u003E\u003C\/li\u003E\u003C\/ul\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003E\u00ab Dans un monde r\u00e9solument tourn\u00e9 vers l'\u00e9cologie, comme le dit M. Macron, comment peut-on tol\u00e9rer la fermeture de la seule usine en France qui produit du papier journal avec de la fibre enti\u00e8rement issue des circuits de r\u00e9cup\u00e9ration ? \u00bb\u003C\/i\u003E, s'insurge Cyril Briffault, d\u00e9l\u00e9gu\u00e9 syndical CGT de l'usine UPM Chapelle Darblay de Grand-Couronne, pr\u00e8s de Rouen (Seine-Maritime).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00c0 l'int\u00e9rieur de la papeterie, n\u00e9e en 1927, le silence des rouleaux fig\u00e9s est assourdissant. \u003Ci\u003E\u00ab Habituellement, l'usine vrombit. Quand elle vibre, elle vit. L\u00e0, c'est mort... \u00bb\u003C\/i\u003E, souffle Cyril Briffault, chapeau sur la t\u00eate. Le 15 juin dernier, la machine \u00e0 papier de 120 m\u00e8tres s'est tue, l'usine n'ayant pas trouv\u00e9 de repreneur depuis sa mise en vente par le groupe finlandais UPM en septembre 2019. Le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) a pris fin sans qu'aucun accord de reprise n'ait \u00e9t\u00e9 trouv\u00e9. Le fabricant de cartons belge VPK Packaging s'\u00e9tait montr\u00e9 int\u00e9ress\u00e9 par le site mais a finalement renonc\u00e9 le 20 avril, en pleine crise sanitaire. Les 230 salari\u00e9s du site vont donc \u00eatre licenci\u00e9s dans les prochaines semaines.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe jeudi 25 juin, les \u003Ci\u003E\u00ab Pap Chap \u00bb\u003C\/i\u003E - c'est ainsi qu'ils se surnomment - \u00e9taient r\u00e9unis devant leur usine, sous un soleil de plomb. \u003Ci\u003E\u00ab En 2015, la fermeture d'une machine \u00e0 papier et le licenciement de 196 camarades nous avaient d\u00e9j\u00e0 mis un coup sur la t\u00eate. L\u00e0, on nous ach\u00e8ve... \u00bb\u003C\/i\u003E, dit Jean-Marie Provost en avivant les braises d'un barbecue. Il a pass\u00e9 26 ans de sa vie \u00e0 l'usine de Grand-Couronne, o\u00f9 il travaillait comme cariste. \u003Ci\u003E\u00ab Je m'occupais du chargement des bobines de papier journal, les produits finis, juste avant qu'on les exp\u00e9die\u003C\/i\u003E, pr\u00e9cise-t-il. \u003Ci\u003EEt maintenant, \u00e0 55 ans, comment je vais faire pour retrouver du boulot ? \u00bb\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cfigure\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_175969_947935.jpg\" \/\u003E\u003Cfigcaption\u003E\u003Cb\u003EJean-Marie Provost, cariste \u00e0 l'usine UPM de Grande-Couronne\u003C\/b\u003E \u003C\/figcaption\u003E\u003C\/figure\u003E\u003Cp\u003ECes jours-ci, \u003Ci\u003E\u00ab les salari\u00e9s viennent un par un pour vider leur placard, repartent avec un sac sous le bras et des dizaines d'ann\u00e9es de souvenirs,\u003C\/i\u003E raconte Cyril Briffault. \u003Ci\u003EIls passent par le local syndical les yeux mouill\u00e9s, la gorge nou\u00e9e. Cette entreprise, c'est une grande part de nos vies... \u00bb\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUne grande banderole \u003Ci\u003E\u00ab Sauver la Chapelle Darblay, un geste simple pour l'environnement \u00bb\u003C\/i\u003E a \u00e9t\u00e9 d\u00e9ploy\u00e9e sur la fa\u00e7ade de l'usine. \u003Ci\u003E\u00ab L'enjeu, ce n'est pas juste nos emplois : on rendait un fier service \u00e0 la soci\u00e9t\u00e9 en donnant une seconde vie \u00e0 des papiers usag\u00e9s \u00bb\u003C\/i\u003E, affirme Nicolas Binet, op\u00e9rateur de maintenance pour qui \u003Ci\u003E\u00ab en fermant la Chapelle Darblay, UPM prive la France d'un maillon essentiel du recyclage \u00bb\u003C\/i\u003E.\u003C\/p\u003E\u003Cfigure\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_175969_251686.jpg\" \/\u003E\u003Cfigcaption\u003E\u003Cb\u003ENicolas Binet, op\u00e9rateur de maintenance \u00e0 l'usine UPM la Chapelle Darblay\u003C\/b\u003E \u003C\/figcaption\u003E\u003C\/figure\u003E\u003Cp\u003EEt pour cause : la papeterie de Grand-Couronne \u00e9tait l'un des deux seuls d\u00e9bouch\u00e9s fran\u00e7ais (avec la papeterie Norske Skog de Golbey, dans les Vosges) pour d\u00e9sencrer les vieux papiers - les journaux, les magazines, les brochures et les imprim\u00e9s publicitaires. La mati\u00e8re premi\u00e8re de l'usine \u00e9tait constitu\u00e9e \u00e0 100 % de papiers issus des collectes s\u00e9lectives d'\u00cele-de-France et d'un large secteur Grand Ouest. En 2019, le site en a trait\u00e9 350.000 tonnes, et dispose d'une capacit\u00e9 de recyclage de 480.000 tonnes par an, correspondant aux d\u00e9chets papiers tri\u00e9s par 24 millions d'habitants.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECette mati\u00e8re premi\u00e8re servait \u00e0 produire, chaque ann\u00e9e, 250.000 tonnes de papier journal 100 % recycl\u00e9. \u003Ci\u003E\u00ab Le site est un exemple : on arrivait \u00e0 valoriser les d\u00e9chets des Fran\u00e7ais, qui nous arrivaient en balles ou en vrac, le tout en produisant notre propre \u00e9nergie avec notre chaudi\u00e8re \u00e0 biomasse, et en nettoyant l'eau qu'on utilisait avec notre propre station d'\u00e9puration \u00bb\u003C\/i\u003E, r\u00e9sume Cyril Briffault. Si une partie des bobines ainsi fabriqu\u00e9es permettait d'alimenter la presse fran\u00e7aise, \u003Ci\u003E\u00ab malheureusement UPM les destinait principalement au grand export, tandis que les journaux fran\u00e7ais privil\u00e9gient l'achat de papier canadien, br\u00e9silien, russe... Mais avec la volont\u00e9 de renouer avec les circuits courts, \u00e7a pourrait changer, et on serait capables de faire du 100 % fran\u00e7ais ! \u00bb\u003C\/i\u003E dit Arnaud Dauxerre, repr\u00e9sentant sans \u00e9tiquette du coll\u00e8ge cadres au comit\u00e9 social et \u00e9conomique (CSE).\u003C\/p\u003E\u003Cfigure\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_175969_936624.jpg\" \/\u003E\u003Cfigcaption\u003E\u003Cb\u003EArnaud Dauxerre, repr\u00e9sentant sans \u00e9tiquette du coll\u00e8ge cadres au comit\u00e9 social et \u00e9conomique (CSE)\u003C\/b\u003E \u003C\/figcaption\u003E\u003C\/figure\u003E\u003Cp\u003EPour Jean-Luc L\u00e9ger, pr\u00e9sident du Conseil \u00e9conomique, social et environnemental r\u00e9gional de Normandie (Ceser), la perte de la Chapelle Darblay va \u003Ci\u003E\u00ab fragiliser les centres de tri \u00bb\u003C\/i\u003E. Les collectivit\u00e9s territoriales \u003Ci\u003E\u00ab seront en difficult\u00e9 pour trouver des repreneurs de d\u00e9chets papier carton tri\u00e9s \u00bb\u003C\/i\u003E et \u003Ci\u003E\u00ab cela nous expose \u00e0 un risque d'augmentation de la taxe d'enl\u00e8vement des ordures m\u00e9nag\u00e8res pour les usagers \u00bb\u003C\/i\u003E, \u003Ca href=\"https:\/\/ceser.normandie.fr\/chapelle-darblay-est-un-test\"\u003Ea-t-il regrett\u00e9\u003C\/a\u003E lors de la derni\u00e8re assembl\u00e9e pl\u00e9ni\u00e8re du Ceser, le 18 juin dernier.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003E\u00ab On saccage toute possibilit\u00e9 de d\u00e9velopper une \u00e9conomie circulaire vertueuse en France \u00bb\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003E\u00ab Les professionnels disent que sans la Chapelle, ils vont \u00eatre oblig\u00e9s d'exporter, de br\u00fbler ou d'enfouir le papier \u00bb\u003C\/i\u003E, temp\u00eate Julien S\u00e9n\u00e9cal, secr\u00e9taire CGT au CSE et \u003Ci\u003E\u00ab enfant de la Chapelle \u00bb\u003C\/i\u003E, puisque son p\u00e8re \u00e9tait aussi salari\u00e9 de l'usine. En la fermant, \u003Ci\u003E\u00ab on saccage toute possibilit\u00e9 de d\u00e9velopper une \u00e9conomie circulaire vertueuse en France \u00bb\u003C\/i\u003E, insiste Arnaud Dauxerre. Patrice Dupray, maire communiste de Grand-Couronne et pr\u00e9sident du syndicat mixte d'\u00e9limination des d\u00e9chets de l'arrondissement de Rouen (Sm\u00e9dar), d\u00e9nonce \u003Ci\u003E\u00ab une h\u00e9r\u00e9sie \u00bb\u003C\/i\u003E. \u003Ci\u003E\u00ab D\u00e9sormais, tous les papiers de l'agglom\u00e9ration seront envoy\u00e9s dans les Vosges, et ne seront pas aussi bien valoris\u00e9s... \u00bb\u003C\/i\u003E d\u00e9plore-t-il.\u003C\/p\u003E\u003Cfigure\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_175969_82a877.jpg\" \/\u003E\u003Cfigcaption\u003E\u003Cb\u003EBalles de d\u00e9chets papier re\u00e7ues \u00e0 l'usine UPM de Grand-Couronne\u003C\/b\u003E \u003C\/figcaption\u003E\u003C\/figure\u003E\u003Cp\u003ELa direction d'UPM, contact\u00e9e par \u003Ci\u003EReporterre\u003C\/i\u003E, justifie la fermeture de l'usine par \u003Ci\u003E\u00ab la baisse structurelle de la vente de journaux et de magazines \u00bb\u003C\/i\u003E : \u003Ci\u003E\u00ab Depuis de nombreuses ann\u00e9es, la consommation de journaux papiers s'effondre,\u003C\/i\u003E explique l'entreprise finlandaise, par la voix d'un professionnel de la communication. \u003Ci\u003ED'autant que depuis 2018 le march\u00e9 est sous tension, la Chine ayant cess\u00e9 d'acheter les vieux papiers europ\u00e9ens. Si le march\u00e9 \u00e9tait rest\u00e9 stable, on n'aurait pas mis l'usine en vente, mais les volumes ont encore baiss\u00e9 de 10 % en 2019, au profit de la digitalisation. \u00bb\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPour les d\u00e9fenseurs de la Chapelle, un espoir subsiste : la CGT a conditionn\u00e9 son feu vert sur le PSE au maintien en l'\u00e9tat de l'outil industriel - le site, la maintenance et les machines - jusqu'en juin 2021. Le temps, pour la commission de r\u00e9industrialisation - compos\u00e9e de l'ensemble des fili\u00e8res de recyclage papier carton et \u00e9nergie, de la r\u00e9gion et des services de l'\u00c9tat - d'imaginer une solution de recours. \u003Ci\u003E\u00ab C'est une premi\u00e8re bataille gagn\u00e9e pour l'avenir du site \u00bb\u003C\/i\u003E, se r\u00e9jouit Cyril Briffault. \u003Ci\u003E\u00ab Nous ne pouvions pas laisser UPM envoyer l'outil \u00e0 la casse sans avoir tout explor\u00e9 !\u003C\/i\u003E dit Arnaud Dauxerre. \u003Ci\u003EImaginez d\u00e9truire, mettre \u00e0 la ferraille de tels investissements structurants de la fili\u00e8re de recyclage, c'est juste inaudible pour le citoyen. \u00bb\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EC'est pourtant d\u00e9j\u00e0 arriv\u00e9. C'\u00e9tait en France, avant l'\u00e9t\u00e9 2017. La direction d'UPM avait donn\u00e9 l'ordre de saboter les machines install\u00e9es dans son usine de Docelles, dans les Vosges, \u00e0 l'arr\u00eat depuis 2014. Les uns apr\u00e8s les autres, les cylindres de m\u00e9tal utilis\u00e9s pour transformer la p\u00e2te en papier avaient \u00e9t\u00e9 perc\u00e9s. \u003Ci\u003E\u00ab Bien s\u00fbr que cette histoire trotte dans nos t\u00eates, nous ne faisons confiance \u00e0 personne \u00bb\u003C\/i\u003E, dit Cyril Briffault. \u003Ci\u003E\u00ab Ces \u00e9quipements allaient \u00eatre vendus aux ench\u00e8res pour leur ferraille, nous les avons rendus inop\u00e9rants afin qu'ils ne se retrouvent pas au march\u00e9 noir, qu'ils ne puissent pas \u00eatre d\u00e9mont\u00e9s et reconstruits ailleurs,\u003C\/i\u003E pr\u00e9cise \u00e0 \u003Ci\u003EReporterre\u003C\/i\u003E la direction d'UPM. \u003Ci\u003ESi nous avions ferm\u00e9 l'usine, c'\u00e9tait pour r\u00e9duire les surcapacit\u00e9s. Pas pour les retrouver ailleurs. \u00bb\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cfigure\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_175969_565b8f.jpg\" \/\u003E\u003Cfigcaption\u003E\u003Cb\u003ECyril Briffault et sa famille, lors du rassemblement du jeudi 25 juin devant l'usine UPM de Grand-Couronne\u003C\/b\u003E \u003C\/figcaption\u003E\u003C\/figure\u003E\u003Cp\u003EEn tout cas, le maintien provisoire de l'outil industriel de Grand-Couronne \u003Ci\u003E\u00ab laisse la possibilit\u00e9 \u00e0 plusieurs acteurs du recyclage de se positionner sur le site pour en faire un \u00e9cop\u00f4le industriel du recyclage, avec la fabrication de papier journal, mais aussi de p\u00e2te recycl\u00e9e, pour des applications dans l'emballage, l'essuie-tout ou encore les bo\u00eetes \u00e0 œufs\u003C\/i\u003E, imagine Arnaud Dauxerre. \u003Ci\u003EEn ce moment, on parle beaucoup d'isolation thermique : on pourrait aussi produire des grandes quantit\u00e9s de ouate de cellulose\u003C\/i\u003E [un mat\u00e9riau de construction isolant tr\u00e8s pris\u00e9 en \u00e9coconstruction]\u003Ci\u003E. L'\u00e9crin est pr\u00eat ! \u00bb\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDu c\u00f4t\u00e9 d'UPM, qui s'est engag\u00e9 \u00e0 assurer la maintenance et le gardiennage de l'usine jusqu'\u00e0 juin 2021, la direction assure avoir d\u00e9j\u00e0 contact\u00e9 plus de 230 soci\u00e9t\u00e9s durant les neuf derniers mois : \u003Ci\u003E\u00ab En vain... Malheureusement, il ne faut pas penser que le simple fait de passer en phase de revitalisation va cr\u00e9er une solution de r\u00e9industrialisation. Mais si des repreneurs cr\u00e9dibles sont int\u00e9ress\u00e9s, nous les accueillerons bien \u00bb\u003C\/i\u003E, promet-elle. Arnaud Dauxerre en doute : \u003Ci\u003E\u00ab Le groupe UPM n'a pas int\u00e9r\u00eat \u00e0 ce que sa machine \u00e0 papier red\u00e9marre, au risque qu'un concurrent puisse profiter de la capacit\u00e9 de production de cette machine. C'est pourquoi l'\u00c9tat doit faire pression pour forcer UPM \u00e0 l\u00e2cher le site et \u00e0 ne pas le ferrailler. \u00bb\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cfigure\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_175969_7cbea4.jpg\" \/\u003E\u003Cfigcaption\u003E\u003Cb\u003E\u00ab Sauver la Chapelle Darblay... Un geste simple pour l'environnement ! \u00bb\u003C\/b\u003E \u003C\/figcaption\u003E\u003C\/figure\u003E\u003Cp\u003EPlusieurs \u00e9lus locaux se sont mobilis\u00e9s pour tenter de sauver la papeterie, sommant le gouvernement de peser de tout son poids pour sauver ce fleuron hexagonal. \u003Ci\u003E\u00ab O\u00f9 va \u00eatre recycl\u00e9 ce papier collect\u00e9 par des dizaines d'agglom\u00e9rations ? Toutes ne vont pas pouvoir trouver des accords avec le dernier site restant. Au final, il sera moins valoris\u00e9 ou tout simplement incin\u00e9r\u00e9 ou enterr\u00e9. Est-ce cela le nouveau monde de l'apr\u00e8s confinement ? \u00bb\u003C\/i\u003E a \u00e9crit l'\u00e9lu socialiste Nicolas Mayer-Rossignol, dans un courrier adress\u00e9 au Premier ministre \u00c9douard Philippe. Le 12 mai, les parlementaires communistes de Seine-Maritime ont propos\u00e9 \u00e0 l'\u00c9tat \u003Ci\u003E\u00ab l'expropriation temporaire du site et de ses \u00e9quipements \u00bb\u003C\/i\u003E, afin de \u003Ci\u003E\u00ab pr\u00e9server l'outil productif \u00bb\u003C\/i\u003E pour emp\u00eacher UPM de sacrifier son usine fran\u00e7aise par peur de la laisser \u00e0 un concurrent.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe 10 juin, \u003Ca href=\"https:\/\/www.francebleu.fr\/infos\/economie-social\/fermeture-annoncee-de-chapelle-darblay-a-plus-de-90-ans-la-papeterie-de-grand-couronne-en-a-vu-d-1591976959\"\u003Eau micro de France Bleu Normandie\u003C\/a\u003E, le ministre de l'\u00e9conomie Bruno Le Maire a dit penser \u003Ci\u003E\u00ab que nous pouvons retrouver une solution de reprise pour la Chapelle Darblay \u00bb\u003C\/i\u003E : \u003Ci\u003E\u00ab Ce site a des atouts, ses atouts sont r\u00e9els, donc il ne faut pas baisser les bras. On va reprendre, \u00e9videmment on a perdu quatre mois \u00e0 cause de la crise du coronavirus, les perspectives de plan de charge ne sont pas les m\u00eames apr\u00e8s la crise qu'avant, c'est \u00e9videment plus compliqu\u00e9, je ne le cache pas, mais une reprise est possible et nous continuons \u00e0 y travailler. \u00bb\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe 1\u003Csup\u003Eer\u003C\/sup\u003E juillet, les \u003Ci\u003E\u00ab Pap Chap \u00bb\u003C\/i\u003E vont tenter de faire pression pour que le gouvernement agisse. Cyril Briffault les a appel\u00e9s \u00e0 \u003Ci\u003E\u00ab red\u00e9corer Bercy\u003C\/i\u003E [le si\u00e8ge du minist\u00e8re de l'\u00e9conomie et des finances] \u003Ci\u003Epour leur montrer \u00e0 quoi va ressembler leur ville\u003C\/i\u003E [Paris] \u003Ci\u003Esans la Chapelle Darblay pour traiter leurs d\u00e9chets \u00bb\u003C\/i\u003E.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003ELes salari\u00e9s avaient occup\u00e9 l'usine pendant trois mois dans les ann\u00e9es 1980\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans les ann\u00e9es 1980, d\u00e9j\u00e0, la papeterie \u003Ca href=\"https:\/\/www.francebleu.fr\/infos\/economie-social\/fermeture-annoncee-de-chapelle-darblay-a-plus-de-90-ans-la-papeterie-de-grand-couronne-en-a-vu-d-1591976959\"\u003Eavait lutt\u00e9 pour sa survie\u003C\/a\u003E. Ses salari\u00e9s avaient occup\u00e9 l'usine pendant trois mois, continu\u00e9 \u00e0 faire tourner la machine et livr\u00e9 directement le papier dans les imprimeries parisiennes. La direction d'alors avait renonc\u00e9 \u00e0 la fermeture et fait moderniser l'usine, o\u00f9 a ensuite \u00e9t\u00e9 invent\u00e9 le proc\u00e9d\u00e9 de d\u00e9sencrage et de recyclage des journaux.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003E\u00ab On a derri\u00e8re nous 90 ans d'histoire et de luttes : on veut que la Chapelle Darblay f\u00eate ses 100 ans en 2027 ! \u00bb\u003C\/i\u003E tonne Julien S\u00e9n\u00e9cal dans le micro gr\u00e9sillant. Derri\u00e8re lui, l'usine est muette, mais encore enti\u00e8re. Combien de temps encore ?\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_175969_e85049.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003ELes \u00ab Pap Chap \u00bb s'inscrivent \u00e0 l'action du 1\u003Csup\u003Eer\u003C\/sup\u003E juillet, visant le minist\u00e8re de l'\u00e9conomie et des finances\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Chr \/\u003E\u003Cb\u003ESource et photos :\u003C\/b\u003E \u00a9 Alexandre-Reza Kokabi pour \u003Ci\u003EReporterre\u003C\/i\u003E\u003Cbr \/\u003E\nchap\u00f4 : Nicolas Binet, op\u00e9rateur de maintenance \u00e0 l'usine UPM la Chapelle Darblay.\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/reporterre.net\/La-derniere-usine-en-France-de-papier-100-recycle-menace-de-fermer\"\u003Ereporterre.net\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}