{"175998":{"id":"175998","parent":"0","time":"1593206420","url":"http:\/\/www.tlaxcala-int.org\/article.asp?reference=29203","category":"documentaires","title":"Respirer ensemble, respirer libres. Dans le monde qui viendra Manifeste pour un programme de lutte europ\u00e9en","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_175998_4b8f6d.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"respirer-ensemble-respirer-libres-dans-le-monde-qui-viendra-manifeste-pour-un-programme-de-lutte-europeen","admin":"newsnet","views":"48","priority":"3","length":"35935","lang":"","content":"\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.tlaxcala-int.org\/biographie.asp?ref_aut=7274&lg_pp=fr\"\u003Eilmondocheverr\u00e0 theworldtocome lemondequiviendra elmundoquevendr\u00e1 diekommendewelt\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe texte ci-dessous est n\u00e9 de la discussion collective lanc\u00e9e le 9 avril par l'initiative #ilmondocheverr\u00e0 (le monde qui viendra) en Italie. Un programme et une partition ouverte pour les luttes \u00e0 venir.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EI.WELFARE (PROTECTION SOCIALE)\u003Cbr \/\u003E\nII. TRAVAIL\u003Cbr \/\u003E\nIII. SANT\u00c9\u003Cbr \/\u003E\nIV. \u00c9COLE ET UNIVERSIT\u00c9\u003Cbr \/\u003E\nV. MIGRATIONS\u003Cbr \/\u003E\nVI. LA TOILE\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab I can't breathe \u00bb : les derni\u00e8res paroles d\u00e9chirantes de George Floyd, sauvagement \u00e9touff\u00e9 par la police le 25 mai dernier dans la ville de Minneapolis, sont le slogan qui anime le mouvement anti-raciste le plus puissant des derni\u00e8res d\u00e9cennies. Aux USA, indiscutablement, mais avec une propagation mondiale qui continuera certainement \u00e0 nous \u00e9tonner. Des paroles qui, en m\u00eame temps que les mobilisations tr\u00e8s radicales qui enflamment l'Am\u00e9rique de Trump, vont au-del\u00e0 de la simple d\u00e9nonciation de la violence polici\u00e8re. On peut ne pas respirer de bien des fa\u00e7ons, sur cette plan\u00e8te boulevers\u00e9e par la pand\u00e9mie, le changement climatique et la crise \u00e9conomique la plus catastrophique du si\u00e8cle. Aux USA, les Afro-Am\u00e9ricains continuent \u00e0 mourir de racisme : depuis des mois, ils meurent aussi du COVID-19 ; depuis des mois, ils sont les plus touch\u00e9s par le \u00ab cataclysme du ch\u00f4mage \u00bb qui a investi le pays (40 millions de ch\u00f4meurs\u003Ci\u003E).\u003C\/i\u003E Les corps noirs, bruns et blancs qui inondent les rues depuis le 25 mai, avec des protestations qui ont explos\u00e9 dans pr\u00e8s de 200 villes, veulent respirer un autre monde, et commencent d\u00e9j\u00e0 \u00e0 le construire - multipliant des espaces d'intersection entre pratiques, luttes et sujets qui vivent de fa\u00e7ons diverses des exp\u00e9riences de domination et d'exploitation, mais qui s'insurgent dans une perspective commune.\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_175998_f763c2.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003ENous sommes tou\u00b7tes complices et solidaires de ces corps, de ces voix, Ce sont les villes des USA occup\u00e9es par les manifestants, c'est le monde qui rel\u00e8ve la t\u00eate et se rebelle, qui inspirent le texte que vous lisez. Son origine est situ\u00e9e : la pand\u00e9mie qui, en Italie, tout de suite apr\u00e8s la Chine, s'est traduite par le confinement et plus de 30 000 morts. Dans le temps suspendu de la quarantaine de masse, nous avons d\u00e9cid\u00e9 de briser la solitude par une assembl\u00e9e t\u00e9l\u00e9matique qui a vu la participation de centaines de femmes et d'hommes, jeunes et moins jeunes, avec des milliers d'autres qui regardaient en live. Cet \u00e9v\u00e9nement du 9 avril dernier a \u00e9t\u00e9 si inou\u00ef qu'il r\u00e9clamait une suite. #ilmondocheverr\u00e0 a \u00e9t\u00e9 et est un espace de convergence, r\u00e9fractaire \u00e0 des p\u00e9rim\u00e8tres et des identit\u00e9s \u00e9tablies ; il a tout de suite eu pour ambition d'\u00e9laborer un programme politique offensif, capable de r\u00e9gler les comptes avec le tournant historique que vit, depuis f\u00e9vrier, toute la plan\u00e8te \u00e0 cause de la pand\u00e9mie.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESans luttes, sans organisation des luttes, pas de programme. La d\u00e9finition d'une m\u00e9thode est d\u00e9cisive. Et, en effet, il ne s'est pas agi, durant les 4 actes qui ont suivi la premi\u00e8re assembl\u00e9e du 9 avril, de pr\u00e9parer l'habit \u00e9l\u00e9gant dans lequel enserrer les sujets qui luttent. Les germes du programme que vous allez lire et qui, rappelons-le, a \u00e9t\u00e9 le fruit d'une intense discussion collective avec une large participation, vivaient d\u00e9j\u00e0 avant le COVID-19. Le confinement, la fermeture des fronti\u00e8res et la crise \u00e9conomique qui est d\u00e9j\u00e0 et sera (encore plus \u00e0 partir de septembre) l'effet de tout cela, ont rendu explosifs des probl\u00e8mes qui concernent depuis longtemps notre monde violent\u00e9 par la globalisation n\u00e9o-lib\u00e9rale et sa torsion autoritaire.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ENous sommes mu\u00b7es par un sentiment d'urgence, notre temporalit\u00e9 est celle que nous reprenons du mouvement \u00e9cologiste le plus radical, qui nous intime d'agir maintenant. Croissance des in\u00e9galit\u00e9s et appauvrissement, recrudescence du patriarcat et racisme, privatisation de la protection sociale et des ressources naturelles, saccage et d\u00e9vastation de l'environnement : ce sont des ph\u00e9nom\u00e8nes que nous connaissions bien, et qui inspirent depuis des ann\u00e9es les luttes du syndicalisme social, du mouvement f\u00e9ministe transnational, des mouvements anti-raciste et \u00e9cologiste. Il s'agissait, et il s'agit - c'est la raison de cette tentative -, de conqu\u00e9rir un espace d'intersection, de convergence entre des hommes et des femmes nombreux\u00b7ses et diff\u00e9rent\u00b7es - \u00e0 partir d'une base solide, et en particulier de la force avec laquelle les mouvements f\u00e9ministe et \u00e9cologiste ont d\u00e9fini concr\u00e8tement un horizon programmatique (que nous faisons n\u00f4tre sans consacrer \u00e0 ces th\u00e8mes des points sp\u00e9cifiques).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EMais ce programme est forc\u00e9ment une partition. De celles dont le rythme est donn\u00e9 - de temps en temps - par ceux qui jouent en live. Mat\u00e9riau utile pour une jam session, en somme. La virtuosit\u00e9 \u00e0 laquelle il pr\u00e9tend est celle de l'orchestre, non du solo. Des luttes de ces derni\u00e8res ann\u00e9es au programme, du programme aux luttes qui viendront. Il nous a sembl\u00e9 jusqu'ici, et il nous semble, que si, d'un c\u00f4t\u00e9, la solution de discontinuit\u00e9 des mois que nous venons de vivre aggrave la catastrophe n\u00e9o-lib\u00e9rale qui se pr\u00e9sente de plus en plus sous les traits autoritaires de Trump et Bolsonaro, Modi et Poutine, de l'autre, elle permet de repenser radicalement la soci\u00e9t\u00e9. Face au traumatisme que vivent des milliards de femmes et d'hommes dans le monde entier, et nous avec eux, la violence capitaliste fait tomber ses voiles, exhibe sa brutalit\u00e9, se donne pour ce qu'elle est : la catastrophe, la vraie. Un programme offensif pour les luttes \u00e0 venir est une fa\u00e7on de r\u00e9p\u00e9ter que la normalit\u00e9 \u00e9tait le probl\u00e8me, et que seule une alternative au capitalisme peut nous sauver. La richesse est commune, de m\u00eame que le savoir, les institutions de la protection sociale : commun ne rime pas avec p\u00e9nurie et comp\u00e9tition, mais avec usage, partage, bonheur. Oui, battre la tristesse et la solitude : c'est ce dont nous avons aussi et surtout besoin, dans le monde qui viendra - que les luttes doivent construire.\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_175998_080daf.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003EEn Italie, nous avons discut\u00e9 ; dans la conscience, d\u00e8s le premier moment, qu'on ne peut pas renvoyer \u00e0 plus tard la conqu\u00eate de l'espace politique europ\u00e9en. L'Europe des trait\u00e9s n'a jamais \u00e9t\u00e9 et ne sera jamais la n\u00f4tre. Les \u00c9tats et leur path\u00e9tique ambition souveraine sont les ennemis de la d\u00e9mocratie et de la libert\u00e9. Entre l'une et les autres, il y a une prairie de luttes \u00e0 faire cro\u00eetre : parce que c'est en Europe que la richesse est produite, en Europe que s'imposent hi\u00e9rarchies et exclusions, coupes et appauvrissements, monnaie et travail. Contre l'Europe des trait\u00e9s, seule l'Europe des mouvements sociaux anticapitalistes pourra faire la diff\u00e9rence. Le mouvement f\u00e9ministe, capable de s'\u00e9tendre dans le monde entier, a d\u00e9j\u00e0 concr\u00e8tement montr\u00e9 que l'Etat est indissolublement li\u00e9 \u00e0 la logique patriarcale et ne repr\u00e9sente nullement un rempart contre le n\u00e9ofascisme. Les structures de l'Etat peuvent certes \u00eatre valoris\u00e9es dans la perspective de la construction de politiques sociales, mais \u00e0 partir d'une mobilisation, de politiques et de luttes que l'\u00c9tat ne peut pr\u00e9tendre repr\u00e9senter et contenir. Et la pression migratoire contre fronti\u00e8res et murs, dans le courage et la souffrance, nous rappelle chaque jour \u003Ci\u003Eque\u003C\/i\u003E la d\u00e9mocratie est une forme politique en expansion ou n'est pas. Pour la premi\u00e8re fois apr\u00e8s la crise des dettes souveraines et la Tro\u00efka, le Recovery Fund introduit un budget communautaire : les ressources sont insuffisantes et arriveront trop tard, c'est vrai ; mais d\u00e9cider o\u00f9 il faut les faire atterrir, dans les poches des multinationales ou pour soutenir la reproduction sociale de la vie (soin, sant\u00e9, \u00e9cole et Universit\u00e9, reconversion \u00e9cologique, etc.), c'est le d\u00e9fi que nous devons et pouvons nous fixer.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa COVID-19 ne s'est pas affaiblie, la pand\u00e9mie n'est pas termin\u00e9e. Elle ne le sera qu'avec l'arriv\u00e9e d'un vaccin qui, pour le moment, se pr\u00e9sente sous le signe n\u00e9faste de la ru\u00e9e concurrentielle mondiale vers l'or- en particulier entre les USA et la Chine. L'automne europ\u00e9en ressemblera peut-\u00eatre \u00e0 l'automne fran\u00e7ais de l'ann\u00e9e derni\u00e8re, celui des Gilets Jaunes. Peut-\u00eatre. La crise \u00e9conomique sera \u00e0 coup s\u00fbr dramatique, avec des licenciements de masse et une impr\u00e9paration de la protection sociale. Le reste d\u00e9pendra des luttes, de leur capacit\u00e9 de convergence, \u00e0 \u00e9chelle aussi bien locale que continentale et globale. C'est maintenant le moment de nous r\u00e9approprier l'espace public, pour l'habiter et le transformer, en tirant profit du savoir du soin pratiqu\u00e9 dans les maisons pendant le confinement. Le programme que nous avons \u00e9t\u00e9 nombreux\/ses \u00e0 r\u00e9diger, articul\u00e9 autour de six axes th\u00e9matiques, est fond\u00e9 sur cet espoir. Pour recommencer \u00e0 respirer, pour le faire ensemble, dans le monde qui viendra.\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_175998_b537b6.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003EI.WELFARE (PROTECTION SOCIALE)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa crise a une fois de plus rendu \u00e9vidente l'importance des institutions qui op\u00e8rent dans le cadre du soin, de la sant\u00e9 (physique et psychique) en premier lieu, mais, plus g\u00e9n\u00e9ralement, de la reproduction des rapports sociaux (\u00e9ducation, formation, assistance, services, culture). C'est sur ce terrain, sur le terrain de la protection sociale, que se jouent des parties d\u00e9cisives pour le monde qui viendra. Il est possible aujourd'hui d'inverser la tendance \u00e0 la privatisation et \u00e0 la r\u00e9duction s\u00e8che des investissements qui a caract\u00e9ris\u00e9 les derni\u00e8res d\u00e9cennies. Nous devons nous mobiliser pour que cela se fasse, sans oublier toutefois que le \u003Ci\u003Ewelfare\u003C\/i\u003E peut signifier beaucoup de choses : autoritarisme et paternalisme ont aussi caract\u00e9ris\u00e9 les exp\u00e9riences d\u00e9mocratiques d'\u00c9tat social les plus avanc\u00e9es au XXe si\u00e8cle. Requalifier les structures publiques (d'\u00c9tat) n'est donc pas suffisant : un principe diff\u00e9rent d'organisation de la protection sociale doit \u00eatre affirm\u00e9, ce principe du commun qui na\u00eet de l'organisation et de la capacit\u00e9 de d\u00e9cision collective aussi bien des travailleur\u00b7ses que des citoyen\u00b7nes (des \u00ab usager\u00b7\u00e8res \u00bb). En particulier, dans le cadre des activit\u00e9s culturelles, il est n\u00e9cessaire de critiquer la logique qui les voit comme une simple production de services \u00e0 la consommation, pour en r\u00e9affirmer la centralit\u00e9 sociale et la vocation essentielle \u00e0 \u00eatre un instrument du commun, afin d'en valoriser les potentialit\u00e9s intrins\u00e8ques d'opposition. C'est de ce point de vue que les exp\u00e9riences de mutualisme, d'auto-organisation et de services ind\u00e9pendants non \u00e9tatiques (de protection sociale depuis le bas), qui ont prolif\u00e9r\u00e9 dans les principales villes italiennes pendant la pand\u00e9mie, sont d'une importance cruciale. Pr\u00e9cieuses par elles-m\u00eames, ces exp\u00e9riences indiquent aussi des crit\u00e8res op\u00e9rationnels, une accumulation de savoirs et pratiques fondamentaux pour les luttes des prochains mois. Notre objectif est de rendre durables ces exp\u00e9riences, en en faisant une trame diffuse de contre-pouvoirs, car, en m\u00eame temps que la r\u00e9partition des ressources financi\u00e8res, nous d\u00e9sirons une r\u00e9partition de pouvoir vers le bas.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe principe du \u00ab soin \u00bb, red\u00e9fini dans le sens indiqu\u00e9 par le d\u00e9bat f\u00e9ministe autour du \u00ab travail reproductif \u00bb, offre un point de vue fondamental sur la r\u00e9organisation de la protection sociale. Historiquement, les politiques de protection sociale sont indissolublement li\u00e9es au travail. Nous, nous affirmons avec force qu'avant le travail, il y a le droit \u00e0 avoir une vie digne, ind\u00e9pendamment du fait qu'on travaille ou non et des possibilit\u00e9s concr\u00e8tes d'emploi.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUne condition indispensable pour la vie digne, c'est la possibilit\u00e9 pour toutes et tous de jouir d'un espace domestique, habitable, d'une maison. La pand\u00e9mie a mis en lumi\u00e8re, s'il en \u00e9tait encore besoin, la dramatique situation de pr\u00e9carit\u00e9 o\u00f9 se trouvent les personnes qui n'ont pas un domicile, ou ont un domicile pr\u00e9caire, tout comme la violence de genre a montr\u00e9 son visage sauvage dans les maisons ferm\u00e9es par le confinement. Revenu, maison et lutte contre la violence de genre sont donc pour nous trois terrains essentiels dans le programme et dans la lutte.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAvant le travail salari\u00e9 ou autonome, il y a un travail de soin, peut-\u00eatre invisible, la plupart du temps \u00e0 la charge des femmes, qui rend en fait possible la reproduction de notre soci\u00e9t\u00e9. Il faut donc des institutions capables de garantir les diverses pratiques du soin. Diverses luttes ont signal\u00e9, durant ces derni\u00e8res ann\u00e9es et dans ces mois d'urgence, la centralit\u00e9 de ces institutions, du mouvement f\u00e9ministe global de ces derni\u00e8res ann\u00e9es aux nombreuses luttes particuli\u00e8res, comme celles du personnel m\u00e9dical dans la phase aigu\u00eb de la pand\u00e9mie. C'est dans ce contexte que se place notre demande d'une plus grande d\u00e9pense publique pour la Sant\u00e9, l'Instruction, la Recherche, la Culture, et autres services essentiels. En m\u00eame temps, nous sommes conscients, encore une fois, que demander plus de ressources ne suffit pas. Il est n\u00e9cessaire d'ouvrir une lutte pour la d\u00e9mocratisation des institutions de la protection sociale (et, en particulier, dans le cas des institutions culturelles, pour une ouverture, de leur part, au dialogue avec les organisations sociales et \u00e0 la conversation avec l'Histoire). En m\u00eame temps que le d\u00e9financement, nous avons subi un processus coh\u00e9rent d'entrepreneurisation des services, qui a entra\u00een\u00e9 de nouvelles exclusions sociales et de fortes limitations dans la d\u00e9cision d\u00e9mocratique. Nous sommes aussi convaincu\u00b7es qu'assumer la dimension politique du soin au centre de nos luttes sur le travail et pour une politique sociale universelle et d\u00e9mocratique signifie assumer jusqu'au bout la n\u00e9cessit\u00e9 de repenser radicalement les modes de production et reproduction sociale dans le sens de leur reconversion \u00e9cologique (en valorisant des exp\u00e9riences comme les \u00e9codistricts et des pratiques \u00e9cologiques comme l'agro\u00e9cologie).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes mesures de protection sociale adopt\u00e9es par le gouvernement ces derniers mois - parmi les amortisseurs sociaux, les mesures exceptionnelles en faveur des autonomes et le Revenu d'urgence (REM) - sont des instruments provisoires et caract\u00e9ris\u00e9s par une logique fortement cat\u00e9gorielle, qui produit d'autres formes d'exclusion des instituts de protection pour des millions de personnes. Il faut aller dans la direction oppos\u00e9e, rompre avec les conditions et segmentations : il est donc urgent d'introduire un sch\u00e9ma de Revenu de base individuel et sans conditions, d\u00e9tach\u00e9 de la citoyennet\u00e9 et des statuts de s\u00e9jour, en tant que mesure permanente, proc\u00e9dant au moyen d'une profonde r\u00e9vision de la norme actuelle de ce qu'on appelle le \u00ab Revenu de citoyennet\u00e9 \u00bb. Le crit\u00e8re de l'universalit\u00e9 des mesures de soutien au revenu doit \u00eatre affirm\u00e9 avec force pour lutter contre la fragmentation des logiques mis\u00e9rabilistes et de pure assistance des secours.\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_175998_047cec.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003EII. TRAVAIL\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ENous avons appris \u00e0 reconna\u00eetre, pendant la crise, les \u00ab travailleurs essentiels \u00bb. Et nous avons assist\u00e9 \u00e0 la tentative de la Confindustria (conf\u00e9d\u00e9ration paatronale) d'\u00e9largir cette cat\u00e9gorie, pour r\u00e9tablir le mod\u00e8le productif et les rythmes \u00ab normaux \u00bb d'exploitation. Les r\u00e9sistances et les luttes de travailleur\u00b7ses n'ont pas manqu\u00e9, et c'est \u00e0 ces luttes et \u00e0 ces r\u00e9sistances que nous nous rattachons en premier lieu.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ENous savons que l'initiative patronale ne va pas s'arr\u00eater dans les prochains mois, avec l'objectif d'attaquer garanties et salaires, d'autant plus que nous sommes dans une situation de crise sociale sans pr\u00e9c\u00e9dents. C'est justement en gardant \u00e0 l'esprit cette crise que nous affirmons avec force qu'il n'y a aujourd'hui aucune contradiction entre lutte sur le revenu et lutte sur le salaire. La lutte sur le revenu est m\u00eame la condition n\u00e9cessaire pour que la crise sociale ne puisse \u00eatre utilis\u00e9e comme \u00e9l\u00e9ment de chantage et de pression sur le salaire !\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDeux objectifs fondamentaux \u00e9mergent ici, \u00e0 unir avec un revenu de base sans conditions et avec la multiplication des luttes sur les contrats et les conditions de travail : l'introduction d'une norme sur le salaire minimum horaire et sur la \u00ab r\u00e9mun\u00e9ration minimum \u00bb pour les travailleur\u00b7ses autonomes. Et il faut poser avec force la question fiscale : il n'est pas possible que, comme il l'a encore fait dans sa derni\u00e8re manœuvre, le gouvernement continue \u00e0 d\u00e9taxer les entreprises, recourant \u00e0 diverses formes de cr\u00e9dit d'imp\u00f4ts pour les revenus du capital. Le r\u00e9sultat, c'est que la d\u00e9pense publique, n\u00e9cessaire pour la protection sociale et le welfare, continuera \u00e0 \u00eatre principalement financ\u00e9e par les salaires. Il faut introduire une forte taxation sur les patrimoines (mobiliers et immobiliers), en commen\u00e7ant par les grandes concentrations de richesses, pour financer les services universels et pour soutenir l'in\u00e9vitable augmentation de la dette publique dans les prochaines ann\u00e9es. A c\u00f4t\u00e9 de cela, il faut une progressivit\u00e9 plus forte dans le syst\u00e8me de pr\u00e9l\u00e8vement sur les revenus, afin que ce soient les riches qui financent majoritairement les institutions collectives.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'importance tout \u00e0 fait concr\u00e8te de la question de la d\u00e9mocratie syndicale \u00e9merge ensuite en pleine lumi\u00e8re aujourd'hui. Le recours massif au \u003Ci\u003Esmart- working\u003C\/i\u003E pendant la crise, sans aucune n\u00e9gociation syndicale, unie \u00e0 l'organisation \u00ab d'urgence \u00bb du travail, annonce d\u00e9j\u00e0 l'\u00e9mergence d'un nouveau droit du travail. Cela vaut en particulier pour celles et ceux qui, dans les secteurs tertiaires, continuent \u00e0 travailler depuis leur domicile, dans une situation qui rend encore plus \u00e9vidente la confusion entre temps de vie et temps de travail. Dans ce contexte, o\u00f9 l'organisation du travail \u00e9merge imm\u00e9diatement comme terrain de conflit, on ne peut plus renvoyer \u00e0 plus tard une lutte pour la \u00ab d\u00e9mocratie syndicale \u00bb : il est n\u00e9cessaire de conqu\u00e9rir et d'imposer de nouvelles r\u00e8gles sur la repr\u00e9sentation syndicale, propres \u00e0 assurer concr\u00e8tement la libre organisation des travailleur\u00b7ses, actuellement brid\u00e9e par des normes con\u00e7ues pour favoriser le contr\u00f4le par les organisations syndicales conf\u00e9d\u00e9rales.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'initiative sur le terrain du travail ne peut en tout cas pas \u00e9viter de prendre en compte la v\u00e9ritable explosion des formes du travail avec la fragmentation et la pr\u00e9carisation favoris\u00e9es par les contre-r\u00e9formes des derni\u00e8res ann\u00e9es. Le \u00ab capitalisme des plates-formes \u00bb et l'\u00ab industrie 4.0 \u00bb, loin de rem\u00e9dier \u00e0 cette situation, l'ont encore aggrav\u00e9e. La domination du capital devient plus envahissante \u00e0 travers m\u00e9triques et algorithmes, tandis que les analyses de la \u00ab f\u00e9minisation du travail \u00bb montrent de fa\u00e7on convaincante comment la domination du capital se conjugue avec la domination patriarcale. Ensuite, les modalit\u00e9s du travail migrant dans l'agriculture sont le sympt\u00f4me de processus de plus grande port\u00e9e, dans lesquels l'exploitation s'entrecroise avec la racialisation. La d\u00e9couverte de processus d'organisation et de lutte \u00e0 la hauteur de cet agglom\u00e9rat h\u00e9t\u00e9rog\u00e8ne du travail vivant est un objectif fondamental sur lequel nous nous proposons de travailler.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDepuis longtemps, la pauvret\u00e9 n'est pas hors du travail, mais le traverse et le divise : dans la crise sociale des prochains mois, cette tendance est destin\u00e9e \u00e0 s'approfondir, et nous devons la combattre par tout moyen n\u00e9cessaire, conjuguant lutte pour le salaire et lutte pour le revenu, en exigeant des interventions publiques et en relan\u00e7ant les r\u00e9seaux mutualistes qui se sont d\u00e9velopp\u00e9s pendant la pand\u00e9mie. Mais la pauvret\u00e9 peut aussi \u00eatre une base pour des luttes expansives, pour la construction de larges coalitions capables de mettre en question le mod\u00e8le productif dans son ensemble - \u00e0 commencer par le lancement d'une bataille strat\u00e9gique pour r\u00e9duire l'horaire de travail et lib\u00e9rer le temps de vie. Soixante ans sont pass\u00e9s depuis la derni\u00e8re r\u00e9duction d'horaires par la loi, des d\u00e9cennies o\u00f9 les augmentations de productivit\u00e9 et les innovations technologiques ne se sont faites qu'\u00e0 l'avantage des entreprises. Ici aussi, il s'agit d'inverser la tendance - tout en \u00e9tant conscients qu'il est \u00e0 la fois n\u00e9cessaire et difficile de conqu\u00e9rir la r\u00e9duction du temps de travail pour des formes de travail qui effectuent leurs prestations hors des rapports contractuels r\u00e9glementaires.\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_175998_ed27c7.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003EIII. SANT\u00c9\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ENous descendons maintenant davantage dans le d\u00e9tail du discours sur le \u003Ci\u003EWelfare\u003C\/i\u003E. La question de la sant\u00e9 s'impose \u00e9videmment comme prioritaire. Les luttes pendant la crise se sont oppos\u00e9es avec force et souvent avec efficacit\u00e9 au chantage de l'alternative entre travail et sant\u00e9 (entre production et reproduction), qui se repr\u00e9sente pourtant sans cesse dans le conflit politique et social.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPuis, la question de la sant\u00e9 pose imm\u00e9diatement celle de la science qui, dans la crise, a connu une exposition publique sans pr\u00e9c\u00e9dents (\u00e0 vrai dire, elle n'a pas toujours offert la fiabilit\u00e9 des donn\u00e9es \u00e9pid\u00e9miologiques, autour desquelles se sont d\u00e9velopp\u00e9es des disputes entre scientifiques pas vraiment \u00e9difiantes). Revendiquer la priorit\u00e9 du droit \u00e0 la sant\u00e9 signifie aussi revendiquer la d\u00e9mocratisation de la science, travailler \u00e0 la construction des conditions n\u00e9cessaires pour que les scientifiques, hommes et femmes, puissent s'engager dans des projets de reconstruction d'une citoyennet\u00e9 consciente et inform\u00e9e.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa priorit\u00e9 de la sant\u00e9 comme pratique publique est en effet souvent affirm\u00e9e dans l'abstrait, puis ni\u00e9e, enfermant ces pratiques dans une conception disciplinaire et de prestations des \u00ab services \u00bb, marqu\u00e9e par une id\u00e9e de sant\u00e9 publique hi\u00e9rarchisante, patriarcale et coloniale. Nous, nous affirmons la priorit\u00e9 de la recherche, du suivi, de la sant\u00e9 territoriale (en soulignant encore que le soin de la sant\u00e9 ne peut \u00eatre s\u00e9par\u00e9 du soin de l'environnement) - mais aussi, en m\u00eame temps, la priorit\u00e9 de la lutte pour la r\u00e9appropriation d'une id\u00e9e non gestionnaire et non disciplinaire de la sant\u00e9 ; hors de la logique de la prestation et de la distinction abstraite entre usagers et op\u00e9rateurs, pour reprendre l'histoire des luttes qui ont d\u00e9mocratis\u00e9 et transform\u00e9 le syst\u00e8me sanitaire, avant que la contre-r\u00e9volution n\u00e9o-lib\u00e9rale ne le d\u00e9mant\u00e8le.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa reprise des luttes pour la centralit\u00e9 et la transformation de la sant\u00e9 constitue aussi la voie royale pour amorcer une critique efficace et praticable de la d\u00e9l\u00e9gation des savoirs experts, et la construction de luttes pour la r\u00e9appropriation d\u00e9mocratique de ces savoirs.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe conflit entre soin\/reproduction d'un c\u00f4t\u00e9, et propri\u00e9t\u00e9\/capital de l'autre se r\u00e9v\u00e8le \u00eatre un terrain de conflit fondamental dans la recherche du soin, en conflit avec la logique propri\u00e9taire du syst\u00e8me pharmaceutique : c'est le terrain que nous voulons appeler \u00ab vaccin du commun \u00bb, comme centralit\u00e9 de la reproduction sociale dans le d\u00e9veloppement d'un nouveau mod\u00e8le radicalement d\u00e9mocratique de protection et s\u00e9curit\u00e9, sanitaire et social. Soin et vaccin hors de la logique propri\u00e9taire - des entreprises et des Etats-nations - et hors des brevets ! L'exemple d'Act Up, de l'activisme li\u00e9 au HIV, est pour nous fondamental par sa capacit\u00e9 \u00e0 politiser la ligne de conflit entre soin et reproduction d'un c\u00f4t\u00e9, propri\u00e9t\u00e9 et capital de l'autre.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa r\u00e9appropriation de la sant\u00e9 vit dans les pratiques collectives - dans les pratiques conflictuelles m\u00eames qui marqueront les luttes des prochains mois. S'affirme comme centrale une exp\u00e9rimentation collective de formes de l'\u00eatre ensemble en sant\u00e9, pratiques performatives qui construisent un nouveau r\u00e9gime de visibilit\u00e9 expression, en m\u00eame temps, de soin de soi\/des autres et d'urgence conflictuelle, (laissant aux fascistes les brutales manifestations de rues qui visent \u00e0 rompre le soin individuel et collectif), pratiques de luttes et en m\u00eame temps de soutien r\u00e9ciproque et collectif, propres \u00e0 ne pas \u00e9vacuer le deuil mais, en m\u00eame temps, \u00e0 rendre visible la force de la relation. Bref, pour le dire en quelques mots, l'exact oppos\u00e9 du \u00ab mod\u00e8le lombard \u00bb si c\u00e9l\u00e9br\u00e9 ces derni\u00e8res ann\u00e9es, et qui s'est r\u00e9v\u00e9l\u00e9 si lamentablement inadapt\u00e9 (pour ne pas dire pire) pour affronter la pand\u00e9mie.\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_175998_33ba4a.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003EIV. \u00c9COLE ET UNIVERSIT\u00c9\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe monde de l'instruction (les \u00e9coles de tous ordres et niveaux, de m\u00eame que l'Universit\u00e9) a \u00e9t\u00e9 frapp\u00e9 de fa\u00e7on sp\u00e9cialement violente par la pand\u00e9mie, en particulier du fait des retomb\u00e9es de l'enseignement \u00e0 distance sur des millions de familles (et donc du fait des retomb\u00e9es de l'impact direct sur la reproduction sociale). Le monde de l'\u00e9cole s'est mobilis\u00e9 de bien des fa\u00e7ons : protestations de rue, lettres ouvertes, constitution de comit\u00e9s dans toute l'Italie, croisant parfois les pratiques f\u00e9ministes construites ces derni\u00e8res ann\u00e9es, et reconnaissant la position du travail de soin comme centrale dans la phase du confinement.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'absence de l'\u00e9cole dans l'agenda du gouvernement en ce qui concerne la r\u00e9ouverture - de m\u00eame que la confusion qui dure quant aux examens, \u00e0 la rentr\u00e9e de septembre, au concours pour la titularisation des pr\u00e9caires - est significative de ses orientations. Affirmer la priorit\u00e9 de l'\u00e9cole contre ce silence assourdissant signifie repenser tout le r\u00e9seau des interventions \u00e9ducatives et scolaires, \u00e0 partir des maternelles, qui souffrent d'une absence structurale de soutien de la part de l'Etat, qu'il faut repenser en termes de qualit\u00e9 et de gratuit\u00e9.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn ce moment, en effet, l'urgence revendicative, la n\u00e9cessit\u00e9 de faire acte de pr\u00e9sence dans la rue, affirme simultan\u00e9ment une exigence de transformation : que ce soit sur le front des demandes de programmation et d'intervention, ou dans les mod\u00e8les et les relations impliqu\u00e9s dans l'\u00e9cole, dans les relations entre ses diverses composantes. Ainsi donc, il est n\u00e9cessaire de repenser l'\u00e9cole comme corps organique dont les composantes, \u00e9tudiants, enseignants, parents, personnel ATA (ATOS) et \u00e9ducateurs recommencent \u00e0 dialoguer sur de nouvelles bases. La lutte est donc, en m\u00eame temps, cr\u00e9ation de nouvelles connexions entre les subjectivit\u00e9s, sous le signe ici aussi du d\u00e9passement des distinctions abstraites entre \u00ab travailleurs et travailleuses de service \u00bb et \u00ab usagers \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl s'agit de critiquer radicalement un mod\u00e8le d'institution enti\u00e8rement fond\u00e9 sur la logique de prestation et de disciplines, de lutter pour un programme de transformation et pour affirmer une \u00e9cole diff\u00e9rente, qui ne craigne pas le conflit et qui sache m\u00eame le valoriser dans la perspective d'une v\u00e9ritable participation de toutes ses composantes. La r\u00e9ouverture est conception de projets et transformation : et elle requiert le renversement du mod\u00e8le fond\u00e9 sur l'\u00e9valuation et sur la hi\u00e9rarchisation, suivant le mod\u00e8le d'entreprise qui s'est peu \u00e0 peu affirm\u00e9.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa contradiction dans laquelle se trouve l'Universit\u00e9 est bien \u00e9vidente : d'un c\u00f4t\u00e9, elle a fait l'objet de mesures de financement certes non suffisantes, mais quantitativement non n\u00e9gligeables, fruit d'une \u00e9vidente impossibilit\u00e9 d'en ignorer la centralit\u00e9. D'un autre c\u00f4t\u00e9, on est frapp\u00e9 par le manque absolu d'un plan d'ensemble pour un nouveau d\u00e9part : un peu comme si, dans ce contexte, les co\u00fbts de la mise en place d'un projet pour un nouveau d\u00e9part dans les espaces physiques \u00e9taient consid\u00e9r\u00e9s, somme toute, comme \u00e9vitables. Le risque d'une perp\u00e9tuation de l'urgence est particuli\u00e8rement \u00e9vident dans l'Universit\u00e9. La pand\u00e9mie risque en effet de produire une nouvelle acc\u00e9l\u00e9ration des lignes de restructuration de l'Universit\u00e9 d'apr\u00e8s la r\u00e9forme : encore plus de hi\u00e9rarchisation, d'individualisation de la vie universitaire et de la recherche, de renforcement du dispositif d'\u00e9valuation. La r\u00e9activation des assembl\u00e9es de la recherche pr\u00e9caire est maintenant le lieu le plus fort d'opposition \u00e0 ce processus : les plates-formes revendicatives, outre qu'elles r\u00e9v\u00e8lent \u00e0 quel point la crise p\u00e8se de fa\u00e7on in\u00e9gale et frappe particuli\u00e8rement le pr\u00e9cariat, indiquent, dans les garanties de protection sociale et de continuit\u00e9 de revenu, dans la n\u00e9cessit\u00e9 in\u00e9luctable d'un recrutement stable et en dehors de la succession des \u00ab plans extraordinaires \u00bb, dans la valorisation de la recherche comme activit\u00e9 autonome et collective, dans le droit \u00e0 l'acc\u00e8s aux structures et \u00e0 leur gestion comme infrastructures de l'intelligence collective, la direction \u00e0 suivre pour former un nouveau projet d'Universit\u00e9 plurielle et coop\u00e9rative.\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_175998_4b8f6d.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003EV. MIGRATIONS\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans la crise, les migrants et les migrantes ont continu\u00e9 \u00e0 lutter. Prenons deux exemples tr\u00e8s diff\u00e9rents:la gr\u00e8ve g\u00e9n\u00e9rale du 21 mai dans l'agriculture, et la t\u00e9nacit\u00e9 avec laquelle des centaines de migrants ont d\u00e9fi\u00e9 le r\u00e9gime des fronti\u00e8res dans la M\u00e9diterran\u00e9e malgr\u00e9 les ports \u00ab ferm\u00e9s pour pand\u00e9mie \u00bb.Puis, \u00e0 l'int\u00e9rieur des fronti\u00e8res italiennes, les mobilisations des 6 et 7 juin pour le meurtre de George Floyd (# BlackLivesMatter) ont r\u00e9v\u00e9l\u00e9 une extraordinaire capacit\u00e9 d'initiative de la part de gar\u00e7ons et filles qui sont n\u00e9s et ont grandi en Italie - mais \u00e0 qui, dans leur tr\u00e8s grande majorit\u00e9, est refus\u00e9e la citoyennet\u00e9. La relance de la bataille pour le \u00ab jus soli \u00bb loi du sol) appara\u00eet de ce point de vue comme indispensable, \u00e0 l'int\u00e9rieur de la bataille antiraciste plus g\u00e9n\u00e9rale. Ce qui est en jeu, c'est l'autorepr\u00e9sentation de la soci\u00e9t\u00e9 italienne, l'affirmation une fois pour toutes de son caract\u00e8re h\u00e9t\u00e9rog\u00e8ne et heureusement m\u00e9lang\u00e9, irr\u00e9ductible \u00e0 tout narratif nationaliste.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa migration restera de toute fa\u00e7on un terrain durement conflictuel dans les prochains mois, aussi bien en Italie que sur les confins maritimes europ\u00e9ens.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEt on peut sans aucun doute consid\u00e9rer que les migrant\u00b7es feront partie de ceux\u00b7celles qui paieront le plus lourdement la crise, \u00e9tant donn\u00e9 le r\u00f4le essentiel qu'ils\u00b7elles jouent dans la reproduction sociale (pensons par exemple au r\u00f4le essentiel des travailleur\u00b7ses migrant\u00b7es dans les fili\u00e8res agro-alimentaires, logistiques et de la distribution, de m\u00eame que dans le travail domestique et de soin, avec une forte sp\u00e9cificit\u00e9 de genre). Il est essentiel, dans l'imm\u00e9diat, de lutter par tout moyen n\u00e9cessaire pour \u00e9largir les mailles de la r\u00e9gularisation en cours, et pour obtenir des canaux de r\u00e9gularisation permanente. Il faut lutter contre un mod\u00e8le utilitariste et de clair caract\u00e8re colonial, qui hi\u00e9rarchise les corps migrants \u00e0 partir de crit\u00e8res de vuln\u00e9rabilit\u00e9, de \u00ab d\u00e9portabilit\u00e9 \u00bb et de fonctionnalit\u00e9. L'acte de r\u00e9gularisation m\u00eame, qui tourne autour du syst\u00e8me de la \u00ab plantation \u00bb et du \u00ab foyer domestique \u00bb, rentre dans ce mod\u00e8le. L'imagination d'un monde qui viendra ne peut, selon nous, se passer des luttes des migrant\u00b7es sur le terrain du travail et sur celui des droits, pour un processus de r\u00e9gularisation permanente, et pour la libert\u00e9 de mouvement.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn m\u00eame temps, nous continuerons \u00e0 nous engager sur terre et sur mer pour que la M\u00e9diterran\u00e9e cesse d'\u00eatre une mer de mort et que s'ouvrent enfin des corridors et passages pour hommes et femmes en fuite (en premier lieu depuis la Libye et les camps o\u00f9 ils sont enferm\u00e9s). En nous rattachant \u00e0 l'activisme transnational sur les fronti\u00e8res (et en particulier \u00e0 Mediterranea Saving Humans), nous nous engagerons en particulier pour que les migrant\u00b7es qui r\u00e9ussissent \u00e0 arriver en Italie re\u00e7oivent un accueil digne et aient la possibilit\u00e9 de voir reconnue leur demande d'asile. Nous serons partout dans la rue pour manifester contre les centres de d\u00e9tention (CPR) et, plus g\u00e9n\u00e9ralement, nous nous battrons pour que la logique de la d\u00e9tention soit d\u00e9finitivement exclue de la gouvernance des migrations (m\u00eame quand elle se pr\u00e9sente de fa\u00e7on \u00ab masqu\u00e9e \u00bb comme dans les hotspots). C'est \u00e0 partir de l\u00e0 que nous nous promettons de reprendre aussi l'intervention sur la prison, o\u00f9 les migrant\u00b7es sont notoirement surrepr\u00e9sent\u00e9\u00b7es, et sur les profondes injustices structurales qui traversent forces de l'ordre et appareil judiciaire.\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_175998_4e266f.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003EVI. LA TOILE\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAu temps du confinement, notre vie, nos relations ont \u00e9t\u00e9 colonis\u00e9es par les plates-formes : nos corps ont chang\u00e9, l'int\u00e9gration entre corps et machine s'est approfondie, au moment m\u00eame o\u00f9 le corps a montr\u00e9 enti\u00e8re sa vuln\u00e9rabilit\u00e9 \u00e0 la lumi\u00e8re de la pand\u00e9mie. Dans l'exceptionnalit\u00e9 de ce temps, a \u00e9merg\u00e9 sous des formes extr\u00eames un caract\u00e8re fondateur du pr\u00e9sent. La privatisation du r\u00e9seau est une tendance longue, qui a entre autres donn\u00e9 lieu \u00e0 l'\u00e9mergence du \u00ab capitalisme de plate-forme \u00bb. L'extraction et la manipulation des donn\u00e9es sont \u00e0 l'origine de vertigineux processus de valorisation du capital qui, loin de rendre obsol\u00e8te l'exploitation (il suffit de penser aux \u003Ci\u003Eriders\u003C\/i\u003E qui travaillent pour les plates-formes de livraison de nourriture), la redoublent en quelque sorte par des processus de d\u00e9possession (des donn\u00e9es, de la possibilit\u00e9 d'acc\u00e9der \u00e0 des espaces digitaux sp\u00e9cifiques). Ces processus, acc\u00e9l\u00e9r\u00e9s par la crise (qui a d\u00e9termin\u00e9 une augmentation spectaculaire de la valeur boursi\u00e8re de nombreuses plates-formes) continueront \u00e0 se d\u00e9ployer dans les prochains mois et ann\u00e9es.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe \u003Ci\u003Esmart-working\u003C\/i\u003E, en particulier, deviendra probablement central dans notre fa\u00e7on de produire dans le proche avenir : il sera donc n\u00e9cessaire de formuler des exp\u00e9riences de critique et d'offensive pour une r\u00e9appropriation des temps de vie soustraits au temps de travail toujours plus \u00e9norme. Son utilisation sans aucune n\u00e9gociation syndicale annonce d\u00e9j\u00e0, comme on le disait plus haut, un nouveau droit du travail \u00e9mergent : l'organisation en r\u00e9seau implique ainsi profond\u00e9ment la question syndicale, aussi bien du c\u00f4t\u00e9 des revendications que du c\u00f4t\u00e9 des modalit\u00e9s d'organisation m\u00eames du syndicat. Les luttes dans les plates-formes, avec les exp\u00e9riences de mutualisme et conflit qui, l\u00e0 aussi, apparaissent, constituent le terrain appropri\u00e9 pour repenser radicalement la structure syndicale m\u00eame. Il est n\u00e9cessaire de r\u00e9pondre \u00e0 cet ensemble de probl\u00e8mes par un accroissement de la conscience critique \u00e0 l'\u00e9gard des pi\u00e8ges et des possibilit\u00e9s qu'offre Internet, en pr\u00eatant attention aux mod\u00e8les alternatifs et en pensant \u00e0 la relation entre activisme et monde digital, aux d\u00e9finitions du corps collectif et de l'espace public, aux exp\u00e9riences de monnaies alternatives, \u00e0 la red\u00e9finition du corps naturel\/artificiel \u00e0 travers la dimension on line - en tenant compte aussi de l'asym\u00e9trie constitutive entre les pratiques d'auto-organisation et de coop\u00e9ration sociale et le capitalisme de plate-forme.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes Intelligences Artificielles classifient au moyen de cat\u00e9gories invisibles aux yeux humains : les codes cr\u00e9ent des classes dans lesquelles nos subjectivit\u00e9s sont encadr\u00e9es, souvent sans que nous en fassions l'exp\u00e9rience directe, ni des n\u00f4tres ni de celles d'autrui. De plus en plus, Internet est non seulement un instrument, mais un terrain de lutte et de conqu\u00eate, \u00e0 travers lequel exp\u00e9rimenter des formes de coop\u00e9ration et d'infrastructures pour le commun. En attendant, il en ressort deux revendications fondamentales : l'acc\u00e8s \u00e0 Internet doit \u00eatre gratuit et garanti pour tou\u00b7tes, de m\u00eame que l'acc\u00e8s aux savoirs critiques du num\u00e9rique, au moyen de parcours d'autoformation. Sur ces points et d'autres, nous appelons \u00e0 la lutte mais aussi \u00e0 des exp\u00e9rimentations au niveau municipal.\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_175998_ba38a7.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003ECourtesy of \u003Ca href=\"http:\/\/tlaxcala-int.org\"\u003ETlaxcala\u003C\/a\u003E\u003Cbr \/\u003E\nSource: \u003Ca href=\"http:\/\/tlaxcala-int.org\/article.asp?reference=29140\"\u003Etlaxcala-int.org\u003C\/a\u003E\u003Cbr \/\u003E\nPublication date of original article: 17\/06\/2020\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.tlaxcala-int.org\/article.asp?reference=29203\"\u003Etlaxcala-int.org\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}