{"176054":{"id":"176054","parent":"0","time":"1593330131","url":"http:\/\/www.tlaxcala-int.org\/article.asp?reference=29218","category":"Justice","title":"Accus\u00e9 \u00e0 tort par un algorithme : 30 heures en prison \u00e0 cause d'une erreur de reconnaissance faciale","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_176054_a8bd9e.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"accuse-a-tort-par-un-algorithme-30-heures-en-prison-a-cause-d-une-erreur-de-reconnaissance-faciale","admin":"newsnet","views":"23","priority":"2","length":"17720","lang":"","content":"\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.tlaxcala-int.org\/biographie.asp?ref_aut=7299&lg_pp=fr\"\u003EKashmir Hill\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans ce qui pourrait \u00eatre le premier cas connu de ce genre, une erreur de reconnaissance faciale a conduit \u00e0 l'arrestation d'un homme du Michigan pour un d\u00e9lit qu'il n'avait pas commis.\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_176054_a8bd9e.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003E\u00ab Ce n'est pas moi \u00bb, a d\u00e9clar\u00e9 Robert Julian-Borchak Williams aux enqu\u00eateurs. \u00ab Vous pensez que tous les hommes noirs se ressemblent ? \u00bb Photo Sylvia Jarrus pour le New York Times\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUn jeudi apr\u00e8s-midi de janvier, Robert Julian-Borchak Williams \u00e9tait dans son bureau dans une entreprise de fournitures automobiles lorsqu'il a re\u00e7u un appel du d\u00e9partement de police de Detroit lui disant de se rendre au poste pour \u00eatre arr\u00eat\u00e9. Il a d'abord pens\u00e9 qu'il s'agissait d'une blague.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUne heure plus tard, lorsqu'il est arriv\u00e9 dans son all\u00e9e dans un quartier calme de Farmington Hills, Michigan, une voiture de police s'est arr\u00eat\u00e9e derri\u00e8re lui, le bloquant. Deux policiers sont sortis et ont menott\u00e9 M. Williams sur sa pelouse de devant, devant sa femme et ses deux jeunes filles, qui \u00e9taient d\u00e9sempar\u00e9es. La police n'a pas voulu dire pourquoi il \u00e9tait arr\u00eat\u00e9, mais lui a seulement montr\u00e9 un morceau de papier avec sa photo et les mots \u00ab mandat d'arr\u00eat pour d\u00e9lit \u00bb et \u00ab vol \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESa femme, Melissa, a demand\u00e9 o\u00f9 il \u00e9tait emmen\u00e9. \u00ab Cherchez sur Google \u00bb, lui a r\u00e9pondu un des agents.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa police a conduit M. Williams dans un centre de d\u00e9tention. Il a \u00e9t\u00e9 photographi\u00e9, ses empreintes digitales et son ADN ont \u00e9t\u00e9 pr\u00e9lev\u00e9s, et IL a \u00e9t\u00e9 d\u00e9tenu jusqu'au lendemain. Vers midi le vendredi, deux inspecteurs l'ont emmen\u00e9 dans une salle d'interrogatoire et ont pos\u00e9 trois morceaux de papier sur la table, face cach\u00e9e.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab Quand \u00eates-vous all\u00e9 dans un magasin Shinola pour la derni\u00e8re fois ? \u00bb a demand\u00e9 l'un des inspecteurs, selon les souvenirs de M. Williams. Shinola est une boutique haut de gamme qui vend des montres, des v\u00e9los et des articles en cuir dans le quartier branch\u00e9 de Midtown, \u00e0 Detroit. M. Williams a d\u00e9clar\u00e9 que lui et sa femme avaient visit\u00e9 le magasin lors de son ouverture en 2014.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'inspecteur a retourn\u00e9 le premier papier. Il s'agissait d'une image fixe tir\u00e9e d'une vid\u00e9o de surveillance, montrant un homme corpulent, v\u00eatu de noir et portant une casquette rouge des St. Louis Cardinals, debout devant un \u00e9talage de montres. Cinq montres, d'une valeur de 3 800 $, ont \u00e9t\u00e9 vol\u00e9es \u00e0 l'\u00e9talage.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab C'est vous ? \u00bb, a demand\u00e9 l'inspecteur.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe deuxi\u00e8me morceau de papier \u00e9tait un gros plan. La photo \u00e9tait floue, mais il est clair que ce n'\u00e9tait pas M. Williams. Il a pris l'image et l'a tenue \u00e0 c\u00f4t\u00e9 de son visage.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab Non, ce n'est pas moi \u00bb, a dit M. Williams. \u00ab Vous pensez que tous les hommes noirs se ressemblent ? \u00bb\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EM. Williams savait qu'il n'avait pas commis le d\u00e9lit en question. Ce qu'il ne pouvait pas savoir, alors qu'il \u00e9tait assis dans la salle d'interrogatoire, c'est que son cas pourrait \u00eatre la premi\u00e8re histoire connue d'un USAm\u00e9ricain arr\u00eat\u00e9 \u00e0 tort sur la base d'une correspondance erron\u00e9e d'un algorithme de reconnaissance faciale, selon les experts en technologie et en droit.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EUn syst\u00e8me d\u00e9faillant\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUn d\u00e9bat national fait rage sur le racisme dans les forces de l'ordre. Dans tout le pays, des millions de personnes protestent non seulement contre les actions de certains agents, mais aussi contre les pr\u00e9jug\u00e9s des syst\u00e8mes utilis\u00e9s pour surveiller les communaut\u00e9s et identifier les personnes \u00e0 poursuivre.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes syst\u00e8mes de reconnaissance faciale sont utilis\u00e9s par les forces de police depuis plus de deux d\u00e9cennies. Des \u00e9tudes r\u00e9centes du M.I.T. et du National Institute of Standards and Technology, ou NIST, ont r\u00e9v\u00e9l\u00e9 que si la technologie fonctionne relativement bien sur les hommes blancs, les r\u00e9sultats sont moins pr\u00e9cis pour d'autres groupes d\u00e9mographiques, en partie \u00e0 cause du manque de diversit\u00e9 des images utilis\u00e9es pour \u00e9laborer les bases de donn\u00e9es sous-jacentes.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'ann\u00e9e derni\u00e8re, lors d'une audition publique sur l'utilisation de la reconnaissance faciale \u00e0 Detroit, un chef de police adjoint a fait partie de ceux qui ont exprim\u00e9 leurs inqui\u00e9tudes. \u00ab Sur la question des faux positifs - c'est absolument factuel, et c'est bien document\u00e9 \u00bb, a d\u00e9clar\u00e9 James White. \u00ab Cela me concerne donc en tant qu'homme afro-am\u00e9ricain. \u00bb\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECe mois-ci, Amazon, Microsoft et IBM ont annonc\u00e9 qu'ils arr\u00eateraient ou mettraient en pause leurs offres de reconnaissance faciale pour les forces de l'ordre. Les gestes \u00e9taient largement symboliques, \u00e9tant donn\u00e9 que les entreprises ne sont pas de grands acteurs de l'industrie. La technologie que les services de police utilisent est fournie par des soci\u00e9t\u00e9s qui ne sont pas des noms connus, comme Vigilant Solutions, Cognitec, NEC, Rank One Computing et Clearview AI.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EClare Garvie, avocate au Center on Privacy and Technology de l'universit\u00e9 de Georgetown, a \u00e9crit sur les probl\u00e8mes li\u00e9s \u00e0 l'utilisation de la reconnaissance faciale par le gouvernement. Elle soutient que les images de recherche de faible qualit\u00e9 - comme une image fixe provenant d'une vid\u00e9o de surveillance granuleuse - devraient \u00eatre interdites, et que les syst\u00e8mes actuellement utilis\u00e9s devraient \u00eatre test\u00e9s rigoureusement pour en v\u00e9rifier l'exactitude et la partialit\u00e9.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab Il y a des algorithmes m\u00e9diocres et il y en a de bons, et les forces de l'ordre ne devraient acheter que les bons \u00bb, a d\u00e9clar\u00e9 Mme Garvie.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00c0 propos de l'exp\u00e9rience de M. Williams dans le Michigan, elle a ajout\u00e9 : \u00ab Je soup\u00e7onne fortement que ce n'est pas la premi\u00e8re fois qu'on identifie mal quelqu'un pour l'arr\u00eater pour un crime qu'il n'a pas commis. C'est juste la premi\u00e8re fois que nous en avons connaissance \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_176054_00b639.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003EEn octobre 2018, quelqu'un a vol\u00e9 cinq montres, d'une valeur de 3 800 dollars, dans un magasin Shinola de Detroit. Photo Sylvia Jarrus pour le New York Times\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EDans une parade perp\u00e9tuelle\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe cas de M. Williams combine une technologie d\u00e9fectueuse et un mauvais travail de police, illustrant comment la reconnaissance faciale peut mal tourner.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe vol \u00e0 l'\u00e9talage chez Shinola a eu lieu en octobre 2018. Katherine Johnston, une enqu\u00eatrice de Mackinac Partners, une entreprise de pr\u00e9vention des pertes, a examin\u00e9 la vid\u00e9o de surveillance du magasin et a envoy\u00e9 une copie \u00e0 la police de Detroit, selon leur rapport.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECinq mois plus tard, en mars 2019, Jennifer Coulson, une examinatrice d'images num\u00e9riques pour la police d'\u00c9tat du Michigan, a t\u00e9l\u00e9charg\u00e9 une \u00ab image de sonde \u00bb - une photo de la vid\u00e9o, montrant l'homme \u00e0 la casquette des Cardinals - dans la base de donn\u00e9es de reconnaissance faciale de l'\u00c9tat. Le syst\u00e8me a d\u00fb cartographier le visage de l'homme et rechercher des images similaires dans une collection de 49 millions de photos.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa technologie de l'\u00c9tat est fournie pour 5,5 millions de dollars par une soci\u00e9t\u00e9 appel\u00e9e DataWorks Plus. Fond\u00e9e en Caroline du Sud en 2000, cette soci\u00e9t\u00e9 a d'abord propos\u00e9 un logiciel de gestion des photos d'identit\u00e9 judiciaire, a d\u00e9clar\u00e9 Todd Pastorini, directeur g\u00e9n\u00e9ral. En 2005, la soci\u00e9t\u00e9 a commenc\u00e9 \u00e0 d\u00e9velopper le produit, en y ajoutant des outils de reconnaissance faciale d\u00e9velopp\u00e9s par des fournisseurs ext\u00e9rieurs.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELorsque l'un de ces sous-traitants d\u00e9veloppe un algorithme de reconnaissance des visages, DataWorks tente de juger de son efficacit\u00e9 en effectuant des recherches \u00e0 partir d'images de mauvaise qualit\u00e9 d'individus dont elle sait qu'ils sont pr\u00e9sents dans un syst\u00e8me. \u00ab Nous avons test\u00e9 beaucoup de d\u00e9chets \u00bb, a d\u00e9clar\u00e9 M. Pastorini. Ces v\u00e9rifications, a-t-il ajout\u00e9, ne sont pas \u00ab scientifiques \u00bb - DataWorks ne mesure pas formellement la pr\u00e9cision ou la partialit\u00e9 des syst\u00e8mes.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab Nous sommes devenus des pseudo-expert sde la technologie \u00bb, a d\u00e9clar\u00e9 M. Pastorini.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans le Michigan, le logiciel DataWorks utilis\u00e9 par la police d'\u00c9tat int\u00e8gre des composants d\u00e9velopp\u00e9s par le g\u00e9ant technologique japonais NEC et par Rank One Computing, bas\u00e9 dans le Colorado, selon M. Pastorini et une porte-parole de la police d'\u00c9tat. En 2019, les algorithmes des deux soci\u00e9t\u00e9s ont \u00e9t\u00e9 inclus dans une \u00e9tude f\u00e9d\u00e9rale portant sur plus de 100 syst\u00e8mes de reconnaissance faciale qui a r\u00e9v\u00e9l\u00e9 qu'ils \u00e9taient biais\u00e9s, identifiant faussement les visages afro-am\u00e9ricains et asiatiques de 10 \u00e0 100 fois plus que les visages caucasiens.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe directeur g\u00e9n\u00e9ral de Rank One, Brendan Klare, a d\u00e9clar\u00e9 que la soci\u00e9t\u00e9 avait d\u00e9velopp\u00e9 un nouvel algorithme devant \u00eatre examin\u00e9 par le NIST qui \u00ab resserre les diff\u00e9rences de pr\u00e9cision entre les diff\u00e9rentes cohortes d\u00e9mographiques \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EApr\u00e8s que Mme Coulson, de la police d'\u00c9tat, eut lanc\u00e9 sa recherche sur l'image de sonde, le syst\u00e8me aurait fourni une s\u00e9rie de r\u00e9sultats g\u00e9n\u00e9r\u00e9s par le NEC et une s\u00e9rie de Rank One, ainsi que des marges de confiance. La photo du permis de conduire de M. Williams figurait parmi les r\u00e9sultats. Mme Coulson l'a envoy\u00e9e \u00e0 la police de Detroit en tant que \u00ab Rapport de piste d'enqu\u00eate \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab Ce document n'est pas une identification positive \u00bb, peut-on lire en majuscules et en gras en haut du dossier. \u00ab l s'agit uniquement d'une piste d'enqu\u00eate et ne constitue pas une cause probable d'arrestation \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EC'est ce que les fournisseurs de technologie et les forces de l'ordre soulignent toujours lorsqu'ils d\u00e9fendent la reconnaissance faciale : elle est cens\u00e9e n'\u00eatre qu'un indice dans l'affaire, pas une preuve irr\u00e9futable. Avant d'arr\u00eater M. Williams, les enqu\u00eateurs auraient pu rechercher d'autres preuves qu'il avait commis le vol, comme un t\u00e9moignage oculaire, les donn\u00e9es de localisation de son t\u00e9l\u00e9phone ou la preuve qu'il \u00e9tait propri\u00e9taire des v\u00eatements que le suspect portait.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans ce cas, cependant, selon le rapport de police de Detroit, les enqu\u00eateurs ont simplement inclus la photo de M. Williams dans une \u00ab parade d'un pack de 6 photos \u00bb qu'ils ont cr\u00e9\u00e9 et montr\u00e9 \u00e0 Mme Johnston, la sous-traitante en pr\u00e9vention des pertes de Shinola, et elle l'a identifi\u00e9. (Mme Johnston a refus\u00e9 de commenter).\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_176054_55e3e1.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003ELe Centre de d\u00e9tention de Detroit. M. Williams a \u00e9t\u00e9 d\u00e9tenu pendant 30 heures. Photo Sylvia Jarrus pour le New York Times\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003E\u00ab Je suppose que l'ordinateur s'est plant\u00e9 \u00bb\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EM. Pastorini a \u00e9t\u00e9 stup\u00e9fait lorsque la proc\u00e9dure lui a \u00e9t\u00e9 d\u00e9criet. \u00ab Cela semble mince sur toute la ligne \u00bb, a-t-il dit.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EM. Klare, de Rank One, a critiqu\u00e9 le r\u00f4le de Mme Johnston dans le processus. \u00ab Je ne suis pas s\u00fbr que cela les qualifie comme t\u00e9moin oculaire, ou que cela donne plus de poids \u00e0 leur exp\u00e9rience que d'autres personnes qui ont pu voir cette m\u00eame vid\u00e9o apr\u00e8s coup \u00bb, a-t-il d\u00e9clar\u00e9. John Wise, un porte-parole de NEC, a d\u00e9clar\u00e9 : \u00ab Une correspondance utilisant uniquement la reconnaissance faciale n'est pas un moyen d'identification positive \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe vendredi o\u00f9 M. Williams \u00e9tait assis dans une salle d'interrogatoire de la police de Detroit \u00e9tait la veille de son 42e anniversaire. Ce matin-l\u00e0, sa femme a envoy\u00e9 un courriel \u00e0 son patron pour lui dire qu'il allait s'absenter du travail en raison d'une urgence familiale ; cela a cass\u00e9 son record de quatre ans d'assiduit\u00e9 parfaite.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans les souvenirs de M. Williams, apr\u00e8s avoir tenu la capture de la vid\u00e9o de surveillance \u00e0 c\u00f4t\u00e9 de son visage, les deux inspecteurs se sont pench\u00e9s en arri\u00e8re dans leurs chaises et se sont regard\u00e9s l'un l'autre. L'un d'eux, qui semblait chagrin\u00e9, a dit \u00e0 son partenaire : \u00ab Je suppose que l'ordinateur s'est plant\u00e9. \u00bb\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIls ont retourn\u00e9 un troisi\u00e8me morceau de papier, qui \u00e9tait une autre photo de l'homme du magasin Shinola \u00e0 c\u00f4t\u00e9 du permis de conduire de M. Williams. M. Williams a de nouveau fait remarquer qu'il ne s'agissait pas de la m\u00eame personne.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EM. Williams a demand\u00e9 s'il \u00e9tait libre de partir. \u00ab Malheureusement non \u00bb, a r\u00e9pondu un inspecteur.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EM. Williams a \u00e9t\u00e9 maintenu en d\u00e9tention jusqu'\u00e0 ce soir-l\u00e0, 30 heures apr\u00e8s avoir \u00e9t\u00e9 arr\u00eat\u00e9, et lib\u00e9r\u00e9 contre une caution personnelle de 1 000 $. Il a attendu dehors sous la pluie pendant 30 minutes que sa femme puisse venir le chercher. Lorsqu'il est rentr\u00e9 \u00e0 22 heures, sa fille de cinq ans \u00e9tait encore \u00e9veill\u00e9e. Elle a dit qu'elle l'attendait parce qu'il avait dit, lors de son arrestation, qu'il reviendrait tout de suite.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDepuis, elle s'est mise \u00e0 jouer aux \u00ab flics et aux voleurs \u00bb et accuse son p\u00e8re de voler des choses, insistant pour l' \u00ab enfermer \u00bb dans le salon.\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_176054_d376de.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003EM. Williams avec sa femme, Melissa, et leurs filles \u00e0 la maison \u00e0 Farmington Hills, Mich. Photo Sylvia Jarrus pour le New York Times\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EObtenir de l'aide\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa famille Williams a contact\u00e9 des avocats de la d\u00e9fense, dont la plupart, selon eux, supposaient que M. Williams \u00e9tait coupable du d\u00e9lit et ont \u00e9voqu\u00e9 des prix d'environ 7 000 dollars pour le repr\u00e9senter. Mme Williams, directrice du marketing immobilier et blogueuse alimentaire, a \u00e9galement tweet\u00e9 \u00e0 l'American Civil Liberties Union of Michigan, qui s'est imm\u00e9diatement int\u00e9ress\u00e9e \u00e0 la question.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab Nous avons activement tent\u00e9 de tirer la sonnette d'alarme autour de la reconnaissance faciale, \u00e0 la fois comme une menace pour la vie priv\u00e9e quand elle fonctionne et comme une menace raciste pour tout le monde quand elle ne fonctionne pas \u00bb, a d\u00e9clar\u00e9 Phil Mayor, un avocat de l'organisation. \u00ab Nous savons que ces histoires existent, mais elles sont difficiles \u00e0 entendre car les gens ne se rendent g\u00e9n\u00e9ralement pas compte qu'ils ont \u00e9t\u00e9 victimes d'une mauvaise recherche de reconnaissance faciale \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDeux semaines apr\u00e8s son arrestation, M. Williams a pris un jour de vacances pour compara\u00eetre devant un tribunal du comt\u00e9 de Wayne pour une mise en accusation. Lorsque l'affaire a \u00e9t\u00e9 appel\u00e9e, le procureur a demand\u00e9 un non-lieu, mais \u00ab sans pr\u00e9judice \u00bb, ce qui signifie que M. Williams pourrait plus tard \u00eatre \u00e0 nouveau inculp\u00e9.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EMaria Miller, porte-parole du procureur, a d\u00e9clar\u00e9 qu'un deuxi\u00e8me t\u00e9moin s'\u00e9tait rendu au magasin en 2018 lorsque le vol \u00e0 l'\u00e9talage a eu lieu, mais qu'on ne lui avait pas demand\u00e9 de regarder une s\u00e9ance de photos. Si l'individu fait une identification \u00e0 l'avenir, a-t-elle dit, le bureau d\u00e9cidera s'il y a lieu de porter des accusations.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUne porte-parole de la police de Detroit, Nicole Kirkwood, a d\u00e9clar\u00e9 que pour l'instant, le d\u00e9partement \u00ab a accept\u00e9 la d\u00e9cision du procureur de classer l'affaire \u00bb. Elle a \u00e9galement d\u00e9clar\u00e9 que le d\u00e9partement a mis \u00e0 jour sa politique de reconnaissance faciale en juillet 2019 afin qu'elle ne soit utilis\u00e9e que pour enqu\u00eater sur les crimes violents.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe d\u00e9partement, a-t-elle dit dans une autre d\u00e9claration, \u00ab ne proc\u00e8de pas \u00e0 des arrestations bas\u00e9es uniquement sur la reconnaissance faciale \u00bb. L'enqu\u00eateuse a examin\u00e9 des vid\u00e9os, interrog\u00e9 des t\u00e9moins, proc\u00e9d\u00e9 \u00e0 une s\u00e9ance de parade photographique \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EMercredi, l'A.C.L.U. du Michigan a d\u00e9pos\u00e9 une plainte contre de la ville, demandant un rejet absolu de l'affaire, des excuses et le retrait des informations de M. Williams des bases de donn\u00e9es criminelles de Detroit.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe d\u00e9partement de police de Detroit \u00ab devrait cesser d'utiliser la technologie de reconnaissance faciale comme outil d'enqu\u00eate \u00bb, a \u00e9crit M. Mayor dans la plainte, ajoutant que \u00ab es faits de l'affaire de M. Williams prouvent \u00e0 la fois que la technologie est d\u00e9fectueuse et que les enqu\u00eateurs du DPD ne sont pas comp\u00e9tents pour utiliser cette technologie \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'avocat de M. Williams, Victoria Burton-Harris, a d\u00e9clar\u00e9 que son client est \u00ab chanceux \u00bb, malgr\u00e9 ce qu'il a subi.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab Il est vivant \u00bb, a d\u00e9clar\u00e9 Mme Burton-Harris. \u00ab C'est un homme tr\u00e8s grand. Mon exp\u00e9rience, en tant qu'avocate de la d\u00e9fense, est que lorsque des policiers interagissent avec de tr\u00e8s grands hommes, de tr\u00e8s grands hommes noirs, ils agissent imm\u00e9diatement par peur. Ils ne savent pas comment d\u00e9samorcer une situation \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003E\u00ab C'\u00e9tait humiliant \u00bb\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EM. Williams et sa femme n'ont pas parl\u00e9 \u00e0 leurs voisins de ce qui s'est pass\u00e9. Ils se demandent s'ils doivent faire suivre une th\u00e9rapie \u00e0 leurs filles. Le patron de M. Williams lui a conseill\u00e9 de ne le dire \u00e0 personne au travail.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab Ma m\u00e8re n'est pas au courant. Ce n'est pas quelque chose dont je suis fier \u00bb, a d\u00e9clar\u00e9 M. Williams. \u00ab C'est humiliant. \u00bb\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDepuis, il s'est rappel\u00e9 ce qu'il faisait le soir du vol \u00e0 l'\u00e9talage. Il rentrait chez lui en voiture apr\u00e8s le travail et avait post\u00e9 une vid\u00e9o sur son Instagram priv\u00e9 parce qu'une chanson qu'il aimait \u00e9tait pass\u00e9e - \"We Are One\" de 1983, de Maze et Frankie Beverly. Les paroles disent :\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003EJe ne comprends pas\u003Cbr \/\u003E\nPourquoi nous nous traitons ainsi\u003Cbr \/\u003E\n\u00c0 perdre du temps\u003Cbr \/\u003E\nAvec les jeux stupides que nous jouons\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESi la police de Detroit avait recherch\u00e9 un alibi, il en avait un.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAaron Krolik a contribu\u00e9 \u00e0 ce reportage\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ENote : En r\u00e9ponse \u00e0 cet article, le bureau du procureur du comt\u00e9 de Wayne a d\u00e9clar\u00e9 que Robert Julian-Borchak Williams pourrait faire effacer l'affaire et ses donn\u00e9es d'empreintes digitales. \u00ab Nous nous excusons \u00bb, a d\u00e9clar\u00e9 le procureur, Kym L. Worthy, dans une d\u00e9claration, ajoutant : \u00ab Cela ne compense en aucun cas les heures que M. Williams a pass\u00e9es en prison. \u00bb\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECourtesy of \u003Ca href=\"http:\/\/tlaxcala-int.org\"\u003ETlaxcala\u003C\/a\u003E\u003Cbr \/\u003E\nSource: \u003Ca href=\"https:\/\/www.nytimes.com\/2020\/06\/24\/technology\/facial-recognition-arrest.html\"\u003Enytimes.com\u003C\/a\u003E\u003Cbr \/\u003E\nPublication date of original article: 24\/06\/2020\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.tlaxcala-int.org\/article.asp?reference=29218\"\u003Etlaxcala-int.org\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}