{"176105":{"id":"176105","parent":"0","time":"1593425920","url":"http:\/\/www.entelekheia.fr\/2020\/06\/29\/pourquoi-le-new-york-times-raconte-t-il-que-les-russes-offrent-des-primes-aux-talibans-pour-tuer-des-americains\/","category":"m\u00e9dias","title":"Pourquoi le New York Times raconte-t-il que les Russes offrent des primes aux Talibans pour tuer des Am\u00e9ricains ?","image":"","hub":"newsnet","url-explicit":"pourquoi-le-new-york-times-raconte-t-il-que-les-russes-offrent-des-primes-aux-talibans-pour-tuer-des-americains","admin":"newsnet","views":"42","priority":"3","length":"13273","lang":"","content":"\u003Cp\u003EIl y a une bonne raison \u00e0 la derni\u00e8re fausse nouvelle du \u003Ci\u003ENew York Times.\u003C\/i\u003E..\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPar Scott Ritter\u003Cbr \/\u003E\nParu sur \u003Ca href=\"https:\/\/www.rt.com\/op-ed\/493174-nyt-report-russia-afghanistan\"\u003ERT\u003C\/a\u003E sous le titre \u003Ci\u003ENew York Times takes anti-Russian hysteria to new level with report on Russian 'bounty' for US troops in Afghanistan\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe \u003Ci\u003ENew York Times\u003C\/i\u003E a publi\u00e9 un article affirmant que la Russie versait des primes aux talibans pour tuer des soldats am\u00e9ricains en Afghanistan. Il y a juste un probl\u00e8me - rien de ce qu'il a rapport\u00e9 n'est vrai.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPar rapport au commun des publications de presse, \u003Ca href=\"https:\/\/www.nytimes.com\/2020\/06\/26\/us\/politics\/russia-afghanistan-bounties.html\"\u003El'article du New York Times\u003C\/a\u003E all\u00e9guant qu'une unit\u00e9 top-secr\u00e8te au sein des services de renseignements militaires russes, le GRU, a offert une prime aux talibans pour chaque soldat am\u00e9ricain tu\u00e9 en Afghanistan, \u00e9tait de la dynamite. L'histoire a rapidement \u00e9t\u00e9 \u00ab confirm\u00e9e \u00bb par le \u003Ci\u003EWashington Post\u003C\/i\u003E, le \u003Ci\u003EWall Street Journal\u003C\/i\u003E et d'autres journaux, et a ensuite pris d'assaut les r\u00e9seaux sociaux. Twitter s'est enflamm\u00e9, avec des experts en col\u00e8re, d'anciens fonctionnaires et des politiciens anti-Trump (et leurs arm\u00e9es respectives de partisans) qui d\u00e9non\u00e7aient le pr\u00e9sident Trump comme un \u003Ci\u003E\u00ab tra\u00eetre \u00bb\u003C\/i\u003E et exigeaient une action imm\u00e9diate contre la Russie.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUn seul probl\u00e8me : rien dans le \u003Ci\u003ENew York Times\u003C\/i\u003E ne pouvait \u00eatre corrobor\u00e9. En effet, il n'y a aucune diff\u00e9rence entre les reportages originaux du \u003Ci\u003ENew York Times\u003C\/i\u003E et les \u003Ca href=\"https:\/\/eu.azcentral.com\/story\/opinion\/op-ed\/ej-montini\/2020\/06\/27\/russia-puts-bounty-american-troops-and-trump-does-nothing\/3272420001\"\u003Ereportages\u003C\/a\u003E de \u00ab confirmation \u00bb publi\u00e9s par le \u003Ci\u003EWashington Post\u003C\/i\u003E et le \u003Ci\u003EWall Street Journal\u003C\/i\u003E. Tous les reportages contiennent des r\u00e9serves telles que \u00ab si c'est confirm\u00e9 \u00bb et \u00ab si c'est vrai \u00bb, tout en n'offrant aucune analyse sur la v\u00e9racit\u00e9 potentielle des informations utilis\u00e9es pour \u00e9tayer le rapport - des d\u00e9briefings pr\u00e9sum\u00e9s de criminels et de militants afghans - ou sur la logique sous-jacente, ou l'absence de logique, des informations elles-m\u00eames.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPour sa part, le gouvernement russe a vigoureusement \u003Ca href=\"https:\/\/www.facebook.com\/RusEmbUSA\/posts\/1343011085909278\"\u003Eni\u00e9 ces all\u00e9gations\u003C\/a\u003E, notant que le rapport \u003Ci\u003E\u00ab d\u00e9montre clairement les faibles capacit\u00e9s intellectuelles des propagandistes des services de renseignement am\u00e9ricains, qui doivent inventer de telles absurdit\u00e9s au lieu de concevoir quelque chose de plus cr\u00e9dible \u00bb.\u003C\/i\u003E Les talibans ont \u003Ca href=\"https:\/\/nypost.com\/2020\/06\/27\/dems-outraged-over-report-russia-offered-taliban-bounties-to-kill-us-troops\"\u003E\u00e9galement ni\u00e9\u003C\/a\u003E avoir re\u00e7u des primes des Russes pour avoir pris pour cible des soldats am\u00e9ricains, notant qu'avec l'accord de paix actuel, \u003Ci\u003E\u00ab leurs vies sont en s\u00e9curit\u00e9 et nous ne les attaquons pas \u00bb.\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPlus r\u00e9v\u00e9lateur encore est le fait que l'actuel directeur du renseignement national, John Ratcliffe, est \u003Ca href=\"https:\/\/www.washingtonexaminer.com\/news\/spy-chief-ratcliffe-says-trump-never-briefed-on-russia-offering-taliban-bounties\"\u003Evenu contredire\u003C\/a\u003E un \u00e9l\u00e9ment cl\u00e9 du rapport du \u003Ci\u003ENew York Times\u003C\/i\u003E, \u00e0 savoir que le pr\u00e9sident aurait \u00e9t\u00e9 inform\u00e9 des renseignements en question. \u003Ci\u003E\u00ab J'ai confirm\u00e9 que ni le pr\u00e9sident ni le vice-pr\u00e9sident n'ont jamais \u00e9t\u00e9 inform\u00e9s des renseignements all\u00e9gu\u00e9s par le New York Times dans son reportage d'hier \u00bb\u003C\/i\u003E, a d\u00e9clar\u00e9 Ratcliffe. \u003Ci\u003E\u00ab Le reportage du New York Times, et tous les autres reportages ult\u00e9rieurs sur un briefing pr\u00e9sum\u00e9 de ce type sont inexacts. \u00bb\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEt un autre petit probl\u00e8me : Trump a confirm\u00e9 qu'il n'avait pas eu non plus de briefing de cette sorte.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe plus grand indice de la fragilit\u00e9 du rapport du \u003Ci\u003ENew York Times\u003C\/i\u003E est peut-\u00eatre la seule phrase qu'il donne sur sa source : \u003Ci\u003E\u00ab L'\u00e9valuation des renseignements serait fond\u00e9e au moins en partie sur des interrogatoires de militants et de criminels afghans captur\u00e9s \u00bb\u003C\/i\u003E. Cette phrase contient presque tout ce qu'il faut savoir sur les renseignements en question, y compris le fait que la source de l'information est tr\u00e8s probablement le gouvernement afghan rapport\u00e9 par les canaux de la CIA.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl fut un temps o\u00f9 l'arm\u00e9e am\u00e9ricaine s'occupait de la majeure partie des d\u00e9briefings des d\u00e9tenus en Afghanistan. Cela a chang\u00e9 en 2014, avec la signature de \u003Ca href=\"https:\/\/www.justsecurity.org\/15843\/u-s-afghanistan-bilateral-security-agreement\"\u003El'Accord de s\u00e9curit\u00e9 bilat\u00e9ral\u003C\/a\u003E. Cet accord interdit \u00e0 l'arm\u00e9e am\u00e9ricaine d'arr\u00eater ou de d\u00e9tenir des Afghans, ou de diriger des centres de d\u00e9tention en Afghanistan. En cons\u00e9quence, la capacit\u00e9 de l'arm\u00e9e am\u00e9ricaine \u00e0 interagir avec les d\u00e9tenus a \u00e9t\u00e9 pratiquement \u00e9limin\u00e9e, ce qui fait du Pentagone une source peu probable pour l'information utilis\u00e9e par le \u003Ci\u003ENew York Times\u003C\/i\u003E dans son reportage.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa CIA, cependant, n'est pas couverte par cet accord. En effet, la CIA, gr\u00e2ce \u00e0 ses \u003Ca href=\"https:\/\/www.reuters.com\/article\/us-afghanistan-rights-report-idUSKBN1XA0DU\"\u003Erelations \u00e9tendues\u003C\/a\u003E avec la Direction nationale de la s\u00e9curit\u00e9 afghane (NDS), est dans une position unique pour interagir avec elle \u00e0 chaque phase des op\u00e9rations avec les d\u00e9tenus, de la capture initiale au d\u00e9briefing. [\u00ab Debriefing \u00bb est ici un mot pudique qui signifie confession souvent obtenue par la torture, NdT]\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EComme toute bureaucratie, la CIA est une cr\u00e9ature p\u00e9trie d'habitudes. Henry \u00ab Hank \u00bb Crumpton, qui, au lendemain du 11 septembre, dirigeait les op\u00e9rations de la CIA en Afghanistan, \u003Ca href=\"http:\/\/www.spyculture.com\/secret-cia-reports-on-torture-and-the-cia-in-afghanistan-by-producer-of-state-of-affairs\"\u003Ea \u00e9crit que\u003C\/a\u003E :\u003C\/p\u003E\u003Cblockquote\u003ELa Direction des op\u00e9rations [de la Central Intelligence Agency] (DO) ne devrait pas avoir pour mission de g\u00e9rer des prisons ou des centres de d\u00e9tention temporaire. La DO devrait se concentrer sur sa mission principale : les op\u00e9rations de renseignement clandestines. En cons\u00e9quence, la DO devrait continuer \u00e0 chasser, capturer et incarc\u00e9rer des cibles, puis les exploiter pour le renseignement et des pistes op\u00e9rationnelles une fois en d\u00e9tention. La gestion de leur incarc\u00e9ration et de leur interrogatoire devrait toutefois \u00eatre assur\u00e9e par des agents des forces de l'ordre am\u00e9ricaines ayant l'exp\u00e9rience requise, car c'est leur charte et ils ont la formation et l'exp\u00e9rience n\u00e9cessaires \u00bb.\u003C\/blockquote\u003E\u003Cp\u003EApr\u00e8s 2014, l'expression \u003Ci\u003E\u00ab agents des forces de l'ordre am\u00e9ricaines \u00bb\u003C\/i\u003E a \u00e9t\u00e9 effectivement remplac\u00e9e par \u003Ci\u003E\u00ab agents de renseignement afghans \u00bb\u003C\/i\u003E - la NDS. Mais la mission de la CIA est rest\u00e9e la m\u00eame : exploiter les prisonniers pour obtenir des renseignements et des pistes op\u00e9rationnelles.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'administration Trump \u003Ca href=\"https:\/\/www.nytimes.com\/2019\/09\/02\/us\/politics\/trump-cia-afghanistan.html\"\u003Ea fait pression\u003C\/a\u003E pour que la NDS et d'autres milices soutenues par la CIA aient une mission plus large et servent de force antiterroriste qui emp\u00eacherait l'\u00c9tat islamique (IS, anciennement ISIS) et Al-Qaida de prendre pied en Afghanistan une fois que les troupes am\u00e9ricaines et \u00e9trang\u00e8res auront achev\u00e9 leur retrait pr\u00e9vu en 2021. Mais la CIA a soulev\u00e9 des objections \u00e0 tout plan de cette sorte, faisant remarquer que la NDS et autres ressources contr\u00f4l\u00e9es par la CIA \u00e9taient compl\u00e8tement d\u00e9pendantes de la puissance a\u00e9rienne militaire am\u00e9ricaine et d'autres ressources de soutien des services de combat, et que toute tentative d'\u00e9tendre l'arm\u00e9e secr\u00e8te de la CIA en Afghanistan apr\u00e8s un retrait militaire am\u00e9ricain se solderait par un d\u00e9sastre. Il n'est pas exag\u00e9r\u00e9 d'imaginer que la NDS aurait pu fabriquer ou exag\u00e9rer des rapports de d\u00e9tenus pour maintenir l'engagement des \u00c9tats-Unis en Afghanistan.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECe qui soul\u00e8ve la question de l'implication de la Russie. En septembre 2015, les talibans ont captur\u00e9 la ville de Konduz, dans le nord de l'Afghanistan, et l'ont gard\u00e9e pendant 15 jours. Cela a provoqu\u00e9 une onde de choc dans toute la Russie, incitant Moscou \u00e0 reconsid\u00e9rer son approche envers l'insurrection afghane. La Russie a commenc\u00e9 \u00e0 tendre la main aux talibans, engageant des pourparlers visant \u00e0 mettre fin au conflit en Afghanistan. La Russie \u00e9tait \u00e9galement motiv\u00e9e par d'autres int\u00e9r\u00eats. \u003Ca href=\"https:\/\/www.washingtonpost.com\/gdpr-consent\/?next_url=https%3a%2f%2fwww.washingtonpost.com%2fnews%2fworldviews%2fwp%2f2015%2f12%2f23%2frussia-is-sharing-information-with-the-taliban-to-fight-the-islamic-state%2f\"\u003ESelon Zamir Kabulov\u003C\/a\u003E, repr\u00e9sentant sp\u00e9cial du pr\u00e9sident Vladimir Poutine pour l'Afghanistan, \u003Ci\u003E\u00ab l'int\u00e9r\u00eat des talibans co\u00efncide objectivement avec le n\u00f4tre \u00bb\u003C\/i\u003E dans la lutte contre l'\u00c9tat Islamique, qui, \u00e0 l'\u00e9t\u00e9 2014, s'\u00e9tait empar\u00e9 d'immenses \u00e9tendues de territoire en Syrie et en Irak, dont Mossoul, la deuxi\u00e8me ville d'Irak.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn 2017, les services de renseignements afghans et am\u00e9ricains \u003Ca href=\"https:\/\/afghanistan.asia-news.com\/en_GB\/articles\/cnmi_st\/features\/2017\/10\/24\/feature-02\"\u003Eavaient concoct\u00e9 un r\u00e9cit\u003C\/a\u003E d'assistance russe all\u00e9gu\u00e9e aux talibans qui comprenait la fourniture d'armes avanc\u00e9es, d'entra\u00eenement et un soutien financier. Bien que la Russie ait ni\u00e9 avoir fourni un quelconque soutien militaire direct aux talibans, elle a maintenu que les talibans \u00e9taient les mieux plac\u00e9s pour faire face \u00e0 la menace croissante de l'\u00c9tat Islamique. Mais m\u00eame si les rapports des \u00c9tats-Unis \u00e9taient corrects et que la Russie esp\u00e8re une victoire des talibans en Afghanistan, la derni\u00e8re chose que la Russie voudrait logiquement serait que les \u00c9tats-Unis restent en Afghanistan, surtout apr\u00e8s avoir tant insist\u00e9 pour une paix n\u00e9goci\u00e9e. Les int\u00e9r\u00eats de la Russie en Afghanistan \u00e9taient - et sont - servis au mieux par une stabilit\u00e9 afghane, l'antith\u00e8se de la r\u00e9alit\u00e9 afghane tant que les \u00c9tats-Unis et l'OTAN y resteront engag\u00e9s. La position russe est de faire partir les \u00c9tats-Unis d'Afghanistan - et non de les y maintenir - et tout officier de la CIA digne de ce nom le sait pertinemment.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAucun besoin d'\u00eatre un g\u00e9nie pour lire entre les lignes du rapport du \u003Ci\u003ENew York Times\u003C\/i\u003E. La NDS, avec ou sans la connaissance ou le consentement de la CIA, a fourni des rapports de renseignement fond\u00e9s sur des confessions de d\u00e9tenus, con\u00e7us pour cr\u00e9er et maintenir une raison de rester en Afghanistan pour les forces militaires am\u00e9ricaines apr\u00e8s 2021. Les agents de la CIA charg\u00e9s de collecter ces rapports envoient consciencieusement des c\u00e2bles au quartier g\u00e9n\u00e9ral de la CIA, qui concoctent l'essentiel des all\u00e9gations, \u00e0 savoir que la Russie aurait mis \u00e0 prix les vies des soldats am\u00e9ricains. Mais il n'y a aucune confirmation, rien qui permettrait de transformer ce \u00ab renseignement \u00bb brut en produit de renseignement digne de ce nom.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECela ne veut pas dire que quelqu'un, au tr\u00e9fonds des entrailles de la CIA, ayant une dent contre les plans de retrait de Trump d'Afghanistan, ou qui serait oppos\u00e9 aux efforts de Trump pour normaliser les relations avec la Russie, n'a pas essay\u00e9 de donner vie \u00e0 ces rapports de d\u00e9tenus. En effet, un \u00ab produit \u00bb fini peut avoir \u00e9t\u00e9 donn\u00e9 au personnel du Conseil national de s\u00e9curit\u00e9 - et ailleurs - o\u00f9 il aurait re\u00e7u le traitement qu'il m\u00e9ritait : \u00eatre rapidement \u00e9cart\u00e9 en tant que rumeur sans fondement et indigne de l'attention pr\u00e9sidentielle.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00c0 ce moment-l\u00e0, frustr\u00e9 par l'inattention du \u00ab syst\u00e8me \u00bb envers le \u00ab renseignement \u00bb, un fonctionnaire anonyme a pu contacter le \u003Ci\u003ENew York Times\u003C\/i\u003E et divulguer l'information, en la tournant de la mani\u00e8re la plus infamante possible pour la Russie. Le \u003Ci\u003ENew York Times\u003C\/i\u003E a m\u00eal\u00e9 le rapport des d\u00e9tenus et ses propres reportages pr\u00e9c\u00e9dents sur le GRU pour produire un r\u00e9cit de manigances russes fabriqu\u00e9 de toutes pi\u00e8ces, et visant \u00e0 d\u00e9nigrer le pr\u00e9sident Trump au milieu d'une campagne de r\u00e9\u00e9lection tr\u00e8s contest\u00e9e.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ETrop tir\u00e9 par les cheveux ? Cette \u00e9valuation est bien plus \u00e9toff\u00e9e par les faits et la logique que tout ce que le \u003Ci\u003ENew York Times\u003C\/i\u003E ou ses imitateurs des m\u00e9dias mainstream ont pr\u00e9sent\u00e9. Et pour ceux qui pensent encore que le \u003Ci\u003ENew York Times\u003C\/i\u003E est au-dessus de la fabrication de fausses nouvelles en faveur d'une guerre, un simple rappel du nom de \u003Ca href=\"https:\/\/nymag.com\/nymetro\/news\/media\/features\/9226\"\u003EJudith Miller\u003C\/a\u003E et des armes de destruction massive irakiennes devrait suffire \u00e0 y mettre bon ordre. Le reportage du \u003Ci\u003ENew York Times\u003C\/i\u003E all\u00e9guant l'existence d'une prime russe sur la vie des soldats am\u00e9ricains en Afghanistan est du m\u00eame tonneau que les balivernes d'avant-guerre en Irak. Comme ce fut le cas pour l'Irak, la classe bavarde [les journalistes\/m\u00e9dias, NdT] adresse ces nouveaux mensonges \u00e0 un public am\u00e9ricain pr\u00e9programm\u00e9 pour accepter sans examen tout reportage n\u00e9gatif sur la Russie. C'est l'\u00e9tat de ce qui passe pour du journalisme en Am\u00e9rique aujourd'hui, et ce n'est pas beau \u00e0 voir.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003EScott Ritter est un ancien officier du renseignement du corps des Marines am\u00e9ricains. Il a servi en Union sovi\u00e9tique en tant qu'inspecteur charg\u00e9 de la mise en œuvre du trait\u00e9 FNI, dans l'\u00e9tat-major du g\u00e9n\u00e9ral Schwarzkopf pendant la guerre du Golfe et de 1991 \u00e0 1998, il \u00e9tait inspecteur en d\u00e9sarmement aux Nations-Unies.\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ETraduction Entelekheia\u003Cbr \/\u003E\nPhoto Pixabay\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.entelekheia.fr\/2020\/06\/29\/pourquoi-le-new-york-times-raconte-t-il-que-les-russes-offrent-des-primes-aux-talibans-pour-tuer-des-americains\/\"\u003Eentelekheia.fr\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}