{"176145":{"id":"176145","parent":"0","time":"1593508169","url":"http:\/\/www.voltairenet.org\/article210374.html","category":"documentaires","title":"Comment les Deux Grands peuvent \u00e9tablir la paix au Grand Moyen-Orient","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_176145_4cd3cc.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"comment-les-deux-grands-peuvent-etablir-la-paix-au-grand-moyen-orient","admin":"newsnet","views":"27","priority":"3","length":"9662","lang":"","content":"\u003Cp\u003Epar Thierry Meyssan\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPour faire la paix, c'est assez simple\u00a0: il suffit d'arr\u00eater de se faire la guerre. Mais au Grand Moyen-Orient, c'est beaucoup plus compliqu\u00e9, parce qu'il y a une multitude d'acteurs pour qui une solution, quelle qu'elle soit, doit satisfaire les revendications contradictoires. Dans ces conditions, aucune paix ne peut \u00eatre totalement juste, mais elle peut au moins, et doit, garantir la s\u00e9curit\u00e9 de tous.\u003C\/p\u003E\u003Cblockquote\u003ECet article fait suite \u00e0\u00a0: \u00ab \u003Ca href=\"https:\/\/www.voltairenet.org\/article210259.html\"\u003EComment Washington entend triompher\u003C\/a\u003E \u00bb, par Thierry Meyssan, \u003Ci\u003ER\u00e9seau Voltaire\u003C\/i\u003E, 23 juin 2020.\u003C\/blockquote\u003E\u003Cfigure\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_176145_83d7ac.jpg\" \/\u003E\u003Cfigcaption\u003E\u003Cb\u003E\u00c0 Helsinki (Finlande), le 16 juillet 2018, les pr\u00e9sidents Trump et Poutine ont d\u00e9but\u00e9 des n\u00e9gociations directes sur la cogouvernance mondiale. La presse occidentale a imm\u00e9diatement d\u00e9velopp\u00e9 une pol\u00e9mique sur l'implication russe dans les \u00e9lections \u00e9tats-unienne de mani\u00e8re \u00e0 masquer les avanc\u00e9es de ce sommet.\u003C\/b\u003E\u003C\/figcaption\u003E\u003C\/figure\u003E\u003Cp\u003EDurant toute l'ann\u00e9e 2011 et le premier semestre 2012, les \u00c9tats-Unis et la Russie discut\u00e8rent en secret de leurs projets au Moyen-Orient \u00e9largi. Le Pentagone poursuivait la strat\u00e9gie Rumsfeld\/Cebrowski, c'est-\u00e0-dire le plan de destruction de toutes les structures \u00e9tatiques (Afghanistan, Iraq, Libye, Syrie...), mais le pr\u00e9sident Barack Obama cherchait un moyen de se retirer militairement de la r\u00e9gion de mani\u00e8re \u00e0 pouvoir transf\u00e9rer ses troupes dans l'oc\u00e9an Pacifique, autour de la Chine (\u00ab \u003Ci\u003EPivot to Asia\u003C\/i\u003E \u00bb). La Russie, quant \u00e0 elle, esp\u00e9rait retrouver son influence dans la r\u00e9gion en s'appuyant sur la population russophone d'Isra\u00ebl et sur la Syrie.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ENous ne connaissons pas le contenu de ces discussions qui furent difficiles. Une pol\u00e9mique opposa les deux puissances tout au long du mois de juin, chacun accusant l'autre d'\u00eatre du \u00ab mauvais c\u00f4t\u00e9 de l'Histoire \u00bb [\u003Ca href=\"#nb1\" name=\"nh1\"\u003E1\u003C\/a\u003E]. Quoi qu'il en soit, Washington et Moscou convoqu\u00e8rent ensemble une conf\u00e9rence internationale \u00e0 Gen\u00e8ve \u00e0 propos de la Syrie, mais sans aucun Syrien, le 30 juin 2012. Tous deux, conscients que la guerre en Syrie n'avait rien d'une guerre civile, conclurent un Trait\u00e9 de paix entre eux devant leurs alli\u00e9s respectifs comme t\u00e9moins. Tous crurent que, malgr\u00e9 l'in\u00e9galit\u00e9 militaire entre les deux protagonistes, un nouveau Yalta, un nouveau partage du monde, avait eu lieu et que ce Trait\u00e9 en \u00e9tait la premi\u00e8re manifestation [\u003Ca href=\"#nb2\" name=\"nh2\"\u003E2\u003C\/a\u003E].\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EOr, une semaine plus tard, le pr\u00e9sident fran\u00e7ais, Fran\u00e7ois Hollande, organisait \u00e0 Paris une r\u00e9union des \u00ab Amis de la Syrie \u00bb pour relancer le conflit [\u003Ca href=\"#nb3\" name=\"nh3\"\u003E3\u003C\/a\u003E]. Les alli\u00e9s de l'Otan, en pr\u00e9sence et avec la complicit\u00e9 de la secr\u00e9taire d'\u00c9tat Hillary Clinton [\u003Ca href=\"#nb4\" name=\"nh4\"\u003E4\u003C\/a\u003E], faisaient \u00e9chouer les n\u00e9gociations Obama-Poutine. Le ma\u00eetre de c\u00e9r\u00e9monie de la conf\u00e9rence de Gen\u00e8ve et ancien secr\u00e9taire g\u00e9n\u00e9ral de l'Onu, Kofi Annan, d\u00e9non\u00e7ait le double jeu d'un des protagonistes et d\u00e9missionnait avec fracas de sa charge d'envoy\u00e9 sp\u00e9cial des Nations Unies pour la Syrie, le 2 ao\u00fbt. Inqui\u00e8tes une partie des Non-align\u00e9s [\u003Ca href=\"#nb5\" name=\"nh5\"\u003E5\u003C\/a\u003E], puis la Chine [\u003Ca href=\"#nb6\" name=\"nh6\"\u003E6\u003C\/a\u003E], propos\u00e8rent de recoller les morceaux sans y parvenir.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E9 ans de guerre suivirent.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn 2020, alors que le Pentagone poursuit avec constance la strat\u00e9gie Rumsfeld\/Cebrowski, le pr\u00e9sident Donald Trump n\u00e9gocie secr\u00e8tement non seulement avec ses homologues Vladimir Poutine et Bachar el-Assad, et avec les deux premiers ministres Benjamin Netanyahu et Benny Gantz, mais probablement avec bien d'autres.\u003C\/p\u003E\u003Cfigure\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_176145_c2aafe.jpg\" \/\u003E\u003Cfigcaption\u003E\u003Cb\u003ELe 20 f\u00e9vrier 2019, le pr\u00e9sident Poutine r\u00e9v\u00e9lait devant l'Assembl\u00e9e f\u00e9d\u00e9rale russe, les performances de ses nouvelles armes. La Russie avait r\u00e9cup\u00e9r\u00e9 son statut de Grande Puissance.\u003C\/b\u003E\u003C\/figcaption\u003E\u003C\/figure\u003E\u003Cp\u003EContrairement \u00e0 une id\u00e9e r\u00e9pandue, les contradictions de la partie US ne sont pas nouvelles puisqu'elles existaient d\u00e9j\u00e0 il y a 9 ans, sous Barack Obama. Elles ne sont donc pas dues \u00e0 Donald Trump, mais \u00e0 une crise profonde et ancienne des \u00c9tats-Unis que les Occidentaux refusent de consid\u00e9rer. \u00c0 la diff\u00e9rence de son pr\u00e9d\u00e9cesseur, il ne cherche pas \u00e0 d\u00e9placer ses pions d'une r\u00e9gion \u00e0 l'autre de l'\u00e9chiquier mondial, mais \u00e0 ramener ses troupes \u00e0 la maison. Les exigences russes, quant \u00e0 elles, ont consid\u00e9rablement augment\u00e9. Moscou s'est investi militairement en Syrie et y a montr\u00e9 la puissance de son industrie militaire renaissante et de sa nouvelle arm\u00e9e. La Russie, jadis en ruine \u00e0 l'effondrement de l'URSS et au pillage int\u00e9rieur de Boris Elstine [\u003Ca href=\"#nb7\" name=\"nh7\"\u003E7\u003C\/a\u003E], est redevenue une Grande Puissance, en se donnant de la capacit\u00e9 non seulement de se d\u00e9fendre, mais aussi de d\u00e9truire son rival US ce qu'elle est le seul \u00c9tat au monde \u00e0 pouvoir envisager. Nous parlons de la gouvernance mondiale, il s'agit bien de rapports de force.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ENous ne savons pas plus qu'en 2011 la teneur des n\u00e9gociations entre la Maison-Blanche et le Kremlin, mais nous pouvons d\u00e9duire ce qui est en jeu \u00e0 partir des \u00e9v\u00e9nements actuels. Soit la guerre qui d\u00e9chire un \u00e0 un tous les \u00c9tats de la r\u00e9gion se poursuit, soit les Deux Grands se partagent la r\u00e9gion en zones distinctes, soit ils la g\u00e8rent ensemble. Il est \u00e9videmment possible de mixer ces options\u00a0: appliquer l'une de ces trois formules dans toute la r\u00e9gion ou plusieurs selon les pays.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ETout accord doit se fonder sur une analyse r\u00e9aliste du Grand Moyen-Orient et non pas sur les titres des journaux. Les m\u00e9dias ne rendent pas compte des v\u00e9ritables rapports de force dans la r\u00e9gion car ils traitent les conflits comme s'ils \u00e9taient distincts les uns des autres ce qui n'est absolument pas le cas. Tout accord ici a des cons\u00e9quences sur les autres de sorte que la paix pour les uns peut signifier un d\u00e9sastre pour d'autres.\u003C\/p\u003E\u003Cfigure\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_176145_4cd3cc.jpg\" \/\u003E\u003Cfigcaption\u003E\u003Cb\u003EEn juin 2919, un nouveau sommet sur la gouvernance mondiale se r\u00e9unissait \u00e0 J\u00e9rusalem au niveau des conseillers nationaux de s\u00e9curit\u00e9 (ici Nikola\u00ef Patrouchev et John Bolton).\u003C\/b\u003E\u003C\/figcaption\u003E\u003C\/figure\u003E\u003Cp\u003EContrairement \u00e0 une id\u00e9e re\u00e7ue, ni les Palestiniens, ni les Kurdes ne sont aujourd'hui centraux. Ils ont perdu leur cause l\u00e9gitime en pr\u00e9tendant construire des \u00c9tats nationaux en dehors de leurs territoires historiques. Ni les Turcs, ni les Iraniens ne repr\u00e9sentent de danger, ils sont toujours pr\u00eats \u00e0 n\u00e9gocier sous la table. Le probl\u00e8me qui fait tout \u00e9chouer depuis quarante ans est la volont\u00e9 de certains Anglo-Saxons de poursuivre la colonisation de la r\u00e9gion via Isra\u00ebl et la r\u00e9sistance de certains arabes via le Hezbollah libanais. Or, la faction coloniale d'Isra\u00ebl conduite par Benjamin Netayanhu est aujourd'hui en perte de vitesse face \u00e0 la faction nationaliste conduite par Benny Gantz. D'autre part, le Hezbollah ne peut plus compter sur ses deux parrains\u00a0: la Syrie qui est tr\u00e8s affaiblie et l'Iran qui vient de pactiser avec les Britanniques au Y\u00e9men, de s'entendre avec les \u00c9tats-Unis en Iraq et de s'allier militairement aux Fr\u00e8res musulmans en Libye.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPar cons\u00e9quent, toute solution durable passe \u00e0 la fois par\u00a0:\u003Cbr \/\u003E\nune cogestion d'Isra\u00ebl par les \u00c9tats-Unis et la Russie et par\u003Cbr \/\u003E\nune gestion du Liban et de la Syrie par la Russie, sous surveillance des \u00c9tats-Unis.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECette \u00e9volution aura lieu t\u00f4t ou tard, malgr\u00e9 l'opposition d'une partie des Isra\u00e9liens, des Libanais et des Syriens, parce qu'elle est la seule qui puisse garantir la s\u00e9curit\u00e9 de tous.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ED'ores et d\u00e9j\u00e0, la partie russe s'est r\u00e9organis\u00e9e en ce sens. L'ambassadeur russe pour le Levant, Alexandre Zaspikine, se concentre d\u00e9j\u00e0 sur le seul Liban o\u00f9 il est en poste, tandis que le nouvel ambassadeur russe \u00e0 Damas, Alexander Efimov, a acquis la possibilit\u00e9 d'en r\u00e9f\u00e9rer directement au pr\u00e9sident Poutine sans passer par son minist\u00e8re, o\u00f9 son pr\u00e9d\u00e9cesseur en Syrie, Alexander Kinshchak, supervisera la r\u00e9gion.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECe qui se joue aujourd'hui a d\u00e9j\u00e0 \u00e9chou\u00e9 un tr\u00e8s grand nombre de fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais la r\u00e9gion a \u00e9volu\u00e9 et les Grandes Puissances aussi. Donald Trump est tr\u00e8s r\u00e9aliste tandis que Vladimir Poutine a un sens aigu du Droit international. S'ils parviennent tous deux \u00e0 rapprocher leurs points de vue sur le Grand Moyen-Orient, cela aura aura imm\u00e9diatement des cons\u00e9quences positives en Extr\u00eame-Orient.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"https:\/\/www.voltairenet.org\/auteur29.html?lang=fr\"\u003EThierry Meyssan\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cblockquote\u003E[\u003Ca href=\"#nh1\" name=\"nb1\"\u003E1\u003C\/a\u003E] \u00ab \u003Ca href=\"https:\/\/www.voltairenet.org\/article174670.html\"\u003EDu bon c\u00f4t\u00e9 de l'Histoire\u003C\/a\u003E \u00bb, par Sergue\u00ef Lavrov, \u003Ci\u003ER\u00e9seau Voltaire\u003C\/i\u003E, 17 juin 2012.\u003Cp\u003E[\u003Ca href=\"#nh2\" name=\"nb2\"\u003E2\u003C\/a\u003E] \u00ab \u003Ca href=\"https:\/\/www.voltairenet.org\/article174865.html\"\u003ECommuniqu\u00e9 final du Groupe d'action pour la Syrie\u003C\/a\u003E \u00bb, \u003Ci\u003ER\u00e9seau Voltaire\u003C\/i\u003E, 30 juin 2012.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E[\u003Ca href=\"#nh3\" name=\"nb3\"\u003E3\u003C\/a\u003E] \u00ab \u003Ca href=\"https:\/\/www.voltairenet.org\/article174994.html\"\u003EDiscours de Fran\u00e7ois Hollande \u00e0 la 3\u00e8me r\u00e9union du Groupe des amis du peuple syrien\u003C\/a\u003E \u00bb, par Fran\u00e7ois Hollande, \u003Ci\u003ER\u00e9seau Voltaire\u003C\/i\u003E, 6 juillet 2012.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E[\u003Ca href=\"#nh4\" name=\"nb4\"\u003E4\u003C\/a\u003E] \"\u003Ca href=\"https:\/\/www.voltairenet.org\/article174969.html\"\u003EClinton at Friends of Syrian People Ministerial Meeting\u003C\/a\u003E\", by Hillary Clinton, \u003Ci\u003EVoltaire Network\u003C\/i\u003E, 6 July 2012.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E[\u003Ca href=\"#nh5\" name=\"nb5\"\u003E5\u003C\/a\u003E] \"\u003Ca href=\"https:\/\/www.voltairenet.org\/article175400.html\"\u003EFinal Statement from Tehran Consultative Meeting on Syria\u003C\/a\u003E\", \u003Ci\u003EVoltaire Network\u003C\/i\u003E, 9 August 2012.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E[\u003Ca href=\"#nh6\" name=\"nb6\"\u003E6\u003C\/a\u003E] \u00ab \u003Ca href=\"https:\/\/www.voltairenet.org\/article176474.html\"\u003ELa solution chinoise\u003C\/a\u003E \u00bb, par Thierry Meyssan, \u003Ci\u003ETichreen\u003C\/i\u003E (Syrie), \u003Ci\u003ER\u00e9seau Voltaire\u003C\/i\u003E, 5 novembre 2012.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E[\u003Ca href=\"#nh7\" name=\"nb7\"\u003E7\u003C\/a\u003E] Toutes les grandes entreprises de l'URSS \u00e9taient publiques. Le pr\u00e9sident Boris Elstine rassembla des amis autour d'une table et leur distribua les joyaux industriels. Tandis que les amis du pr\u00e9sident devinrent instantan\u00e9ment milliardaires, l'esp\u00e9rance de vie des Russes chuta brutalement de 15 ans. Il aura fallu une d\u00e9cennie au pr\u00e9sident Vladimir Poutine pour restaurer le niveau de vie de ses concitoyens et le statut de son pays.\u003C\/blockquote\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.voltairenet.org\/article210374.html\"\u003Evoltairenet.org\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}