{"179325":{"id":"179325","parent":"0","time":"1600272880","url":"http:\/\/cadtm.org\/Region-arabe-Les-mouvements-de-protestations-populaires-sont-le-seul-moyen-pour","category":"R\u00e9seau social","title":"R\u00e9gion arabe : Les mouvements de protestations populaires sont le seul moyen pour sortir de l'ab\u00eeme de l'endettement","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_179325_e310e7.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"region-arabe-les-mouvements-de-protestations-populaires-sont-le-seul-moyen-pour-sortir-de-l-abime-de-l-endettement","admin":"newsnet","views":"7","priority":"2","length":"18053","lang":"","content":"\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_179325_e310e7.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003EManfestation \u00e0 Beyrouth (Liban) en 2019 (CC - Wikimedia)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003ELe choix des r\u00e9gimes et gouvernements : l'endettement\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa crise de coronavirus a aggrav\u00e9 les probl\u00e8mes \u00e9conomiques et sociaux contre lesquels les populations de l'Afrique du Nord et du Moyen Orient (MENA) \/ r\u00e9gion arabe) se sont r\u00e9volt\u00e9s au cours des dix derni\u00e8res ann\u00e9es. Les principales recettes des budgets de l'\u00c9tat seront affect\u00e9es, surtout les entr\u00e9es en devise (le tourisme, les transferts des \u00e9migrant\u00b7es \u00e0 l'\u00e9tranger et les investissements directs \u00e9trangers (IDE). Les gouvernements et les r\u00e9gimes de la r\u00e9gion n'ont trouv\u00e9 d'autre choix que d'emprunter pour r\u00e9soudre cette crise financi\u00e8re, alors que les mouvements sociaux \u00e0 travers le monde revendiquent le report et\/ou l'annulation de la dette des pays pauvres du Sud global.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes r\u00e9percussions de la crise de Corona s'intensifieront sur les populations des pays \u00e0 revenu moyen et faible [\u003Ca href=\"#nb1\" name=\"nh1\"\u003E1\u003C\/a\u003E], notamment l'Alg\u00e9rie, l'\u00c9gypte, la Jordanie, le Liban, le Maroc, la Tunisie, le Soudan et la Mauritanie, sans parler des pays en situation de guerre comme la Syrie, l'Irak, la Palestine occup\u00e9e, le Y\u00e9men et la Libye. Les mesures des classes dominantes sont en faveur du grand capital. La classe ouvri\u00e8re et les couches pauvres de la population supportent le fardeau de la crise \u00e9conomique et sanitaire par une chute de leurs revenus et une augmentation du ch\u00f4mage des jeunes et des femmes. Les services de sant\u00e9 publique sont tr\u00e8s faibles : le taux de m\u00e9decins pour 1 000 habitants est dans la r\u00e9gion tr\u00e8s en-dessous du seuil recommand\u00e9 par l'OMS de 4,45 docteurs, infirmiers et sages-femmes pour 1 000 habitants, et atteint m\u00eame 0,72 au Maroc et 0,79 en \u00c9gypte [\u003Ca href=\"#nb2\" name=\"nh2\"\u003E2\u003C\/a\u003E].\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes causes des trag\u00e9dies sociales de nos populations sont patentes. Ce sont les diktats n\u00e9olib\u00e9raux des institutions financi\u00e8res internationales (IFI) et le despotisme politique dans nos pays. Depuis le d\u00e9clenchement de la vague de soul\u00e8vements dans la r\u00e9gion au d\u00e9but de 2011, les IFI ont tent\u00e9 d'occulter les causes r\u00e9elles, mettant l'accent sur l'absence de \u00ab bonne gouvernance \u00bb dans l'application des recettes de l'\u00e9conomie de march\u00e9. Ils ont alors mis en place des programmes pour soutenir l'int\u00e9gration des pays de MENA dans l'\u00e9conomie mondiale en encourageant les investissements priv\u00e9s, en d\u00e9veloppant des accords dits de libre-\u00e9change, en g\u00e9n\u00e9ralisant la flexibilit\u00e9 du travail et en accordant de nouveaux \u00ab pr\u00eats de politique de d\u00e9veloppement \u00bb. Ainsi, leur endettement ext\u00e9rieur total est pass\u00e9 d'environ 17 % du PIB r\u00e9gional en 2010 \u00e0 environ 26 % en 2017 [\u003Ca href=\"#nb3\" name=\"nh3\"\u003E3\u003C\/a\u003E].\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa dette publique totale (ext\u00e9rieure et int\u00e9rieure) atteignait en 2018, par exemple, 74 % du PIB en Tunisie, 84 % au Maroc, 94 % en Jordanie, 99 % en \u00c9gypte et 170 % au Liban [\u003Ca href=\"#nb4\" name=\"nh4\"\u003E4\u003C\/a\u003E], troisi\u00e8me pays le plus endett\u00e9 au monde apr\u00e8s le Japon et la Gr\u00e8ce.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003ETableau de l'\u00e9volution de la dette ext\u00e9rieure publique et garantie des pays \u00e0 revenu interm\u00e9diaire et faible de MENA\u003C\/b\u003E [\u003Ca href=\"#nb5\" name=\"nh5\"\u003E5\u003C\/a\u003E]\u003C\/p\u003E\u003Ctable\u003E\u003Ctbody\u003E\u003Ctr\u003E\u003Ctd\u003EAnn\u00e9e\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E2010\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E2014\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E2018\u003C\/td\u003E\u003C\/tr\u003E\u003Ctr\u003E\u003Ctd\u003EMillions de dollars\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E Montant\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E %\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E Montant\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E %\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E Montant\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E %\u003C\/td\u003E\u003C\/tr\u003E\u003Ctr\u003E\u003Ctd\u003EEncours de la dette publique\u003Cbr \/\u003E\next\u00e9rieure et garantie par l'\u00c9tat\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 114 427\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 100\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 134 247\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 100\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 196 319\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 100\u003C\/td\u003E\u003C\/tr\u003E\u003Ctr\u003E\u003Ctd\u003EPart de la dette\u003Cbr \/\u003E\nmultilat\u00e9rale\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 36 558\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 32\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 43 185\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 32\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 57 588\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 29\u003C\/td\u003E\u003C\/tr\u003E\u003Ctr\u003E\u003Ctd\u003EPart de dette\u003Cbr \/\u003E\nbilat\u00e9rale\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 42 078\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 37\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 44 556\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 33\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 58 571\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 30\u003C\/td\u003E\u003C\/tr\u003E\u003Ctr\u003E\u003Ctd\u003ECr\u00e9anciers\u003Cbr \/\u003E\npriv\u00e9s\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 35 792\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 31\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 46 505\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 35\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 80 160\u003C\/td\u003E\u003Ctd\u003E 41\u003C\/td\u003E\u003C\/tr\u003E\u003C\/tbody\u003E\u003C\/table\u003E\u003Cp\u003EOn constate que la part de la dette ext\u00e9rieure multilat\u00e9rale et bilat\u00e9rale a diminu\u00e9 respectivement de 32 % et 37 % en 2010 \u00e0 29 % et 30 % en 2018. En revanche, la part de la dette \u00e0 l'\u00e9gard des cr\u00e9anciers priv\u00e9s (le march\u00e9 financier international et les banques commerciales) est pass\u00e9e de 31 % \u00e0 41 %.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECet endettement ext\u00e9rieur croissant s'est accompagn\u00e9 d'un ensemble de r\u00e9formes d'aust\u00e9rit\u00e9 qui ont conduit \u00e0 une d\u00e9t\u00e9rioration du niveau de vie de la majorit\u00e9 de la population et \u00e0 l'\u00e9clatement d'une deuxi\u00e8me vague de soul\u00e8vements populaires dans la r\u00e9gion depuis octobre 2019.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa Banque mondiale (Bm) estime le co\u00fbt attendu de la crise r\u00e9sultant de la pand\u00e9mie Corona pour l'ensemble de la r\u00e9gion MENA \u00e0 116 milliards de dollars, soit 3,7 % du PIB r\u00e9gional pour 2019 [\u003Ca href=\"#nb6\" name=\"nh6\"\u003E6\u003C\/a\u003E].\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe Fonds mon\u00e9taire international (FMI) a indiqu\u00e9 que la relance de la croissance pourrait n\u00e9cessiter des financements sup\u00e9rieurs \u00e0 la somme consid\u00e9rable de 170 milliards de dollars envisag\u00e9e pour 2021, s'ajoutant aux besoins de financement d\u00e9j\u00e0 \u00e9lev\u00e9s de certains pays [\u003Ca href=\"#nb7\" name=\"nh7\"\u003E7\u003C\/a\u003E].\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ED'o\u00f9 viendra tout cet argent ? De l'endettement. Telle est la r\u00e9ponse de ces deux institutions financi\u00e8res et des classes dirigeantes de nos pays.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAinsi, par exemple, l'\u00c9gypte a re\u00e7u 2,77 milliards de dollars du FMI au mois de mai et 5,2 milliards de dollars en juin. Il a re\u00e7u 50 millions de dollars de la Bm en mai et 400 millions de dollars en juin. Elle a \u00e9galement vendu 5 milliards de dollars d'obligations sur le march\u00e9 financier international en mai.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe m\u00eame processus d'emprunt est en cours au Maroc, qui a obtenu une ligne de pr\u00e9caution et de liquidit\u00e9 du FMI d'environ 3 milliards de dollars (3 % du PIB) d\u00e9but avril 2020. Le m\u00eame mois, il a obtenu un pr\u00eat de la Bm d'un montant de 275 millions de dollars, puis 48 millions de dollars et 500 millions de dollars en juin. Cela s'ajoute \u00e0 de nombreux pr\u00eats des pays de l'Union europ\u00e9enne, et \u00e0 un pr\u00eat d'environ 127 millions de dollars am\u00e9ricains du Fonds mon\u00e9taire arabe en mai, et un autre de 211 millions de dollars en juin. Un pr\u00eat de 192,1 millions euros a \u00e9t\u00e9 sign\u00e9, le 28 avril, entre le Maroc et la banque BNP-Paribas pour financer un contrat d'armement entre la Direction de D\u00e9fense Nationale et la soci\u00e9t\u00e9 fran\u00e7aise MBDA France. La Banque europ\u00e9enne d'investissement vient d'approuver au d\u00e9but de septembre, un pr\u00eat de 300 millions d'euros en faveur du minist\u00e8re de l'Economie et des Finances.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ENous ajoutons \u00e9galement l'exemple de la Tunisie, qui a re\u00e7u de la Bm un pr\u00eat d'un montant de 15 millions de dollars, puis un autre d'un montant de 20 millions de dollars en avril, et un troisi\u00e8me de 175 millions de dollars en juin. Elle a \u00e9galement re\u00e7u 745 millions de dollars du FMI en avril. D\u00e9but juin, elle a obtenu deux pr\u00eats du Fonds mon\u00e9taire arabe : le premier d'un montant de 59 millions de dollars et le second de 98 millions de dollars. Elle a \u00e9galement obtenu un pr\u00eat de 91 millions de dollars de l'Agence fran\u00e7aise de d\u00e9veloppement et de 204 millions de dollars de la Banque africaine de d\u00e9veloppement.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAu Liban, le FMI fait toujours pression pour imposer ses conditions en \u00e9change de l'octroi de pr\u00eats de sauvetage. Le pays est au bord de la faillite depuis son d\u00e9faut de paiement de sa dette ext\u00e9rieure en mars 2020 [\u003Ca href=\"#nb8\" name=\"nh8\"\u003E8\u003C\/a\u003E]. La monnaie libanaise a enregistr\u00e9 une baisse record, son prix sur le march\u00e9 parall\u00e8le variant entre 7 000 et 8 000 livres par dollar. Les prix des produits de base sont mont\u00e9s en fl\u00e8che et les m\u00e9nages vivent au bord de la famine. Les manifestations populaires ont repris depuis avril, appelant au d\u00e9part de toute la classe politique corrompue et au d\u00e9mant\u00e8lement du pouvoir des banques. Le seul espoir pour sauver le Liban r\u00e9side dans le d\u00e9veloppement des mobilisations pour atteindre ces objectifs d'expulser l'oligarchie au pouvoir, nationaliser les banques et promulguer un programme \u00e9conomique et social qui r\u00e9ponde aux besoins des populations.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ENous pouvons \u00e9galement ajouter l'exemple de l'Irak, qui n\u00e9gocie avec le FMI pour emprunter 5 milliards de dollars.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECes exemples illustrent le nouveau cycle d'emprunt entam\u00e9 par les pays de la r\u00e9gion arabe dans le contexte de la crise de coronavirus. Le nombre d'emprunts a augment\u00e9 au cours des quatre derniers mois, avec une absence de donn\u00e9es pr\u00e9cises sur les taux d'int\u00e9r\u00eat, la dur\u00e9e et les conditions. Les r\u00e9gimes et les gouvernements profitent de l'\u00e9tat d'exception sanitaire pour contracter ces dettes sans consultation d\u00e9mocratique. Les institutions l\u00e9gislatives de la plupart des pays de la r\u00e9gion n'expriment pas les aspirations des peuples, mais sont plut\u00f4t con\u00e7ues pour l\u00e9gitimer le despotisme et les politiques lib\u00e9rales.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECet endettement massif entra\u00eenera une augmentation spectaculaire du service de la dette qui p\u00e8se d\u00e9j\u00e0 lourdement sur les budgets sociaux : le service de la dette est \u00e9gal \u00e0 10 fois le budget de la sant\u00e9 publique au Maroc, 7 fois en \u00c9gypte et 4 fois en Tunisie. Il absorbe \u00e9galement une part importante du budget de l'enseignement, des investissements publics et freine tout d\u00e9veloppement \u00e9conomique et social.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003ELe choix populaire : abolition de la dette publique\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes r\u00e9gimes et les gouvernements en place nous conduisent vers l'ab\u00eeme. Ces dettes avec leurs conditionnalit\u00e9s constituent un syst\u00e8me d'asservissement de nos peuples par les institutions imp\u00e9rialistes et le grand capital local. Ce sont des dettes ill\u00e9gitimes, ill\u00e9gales, odieuses et insoutenables. Leur abolition est une condition fondamentale pour notre \u00e9mancipation. Ce qui n\u00e9cessite une large mobilisation politique pour l'audit de la dette et son annulation. Beaucoup d'exp\u00e9riences internationales en mati\u00e8re d'audit de la dette peuvent nous inspirer, comme l'Argentine \u00e0 la fin de d\u00e9cembre 2001, l'\u00c9quateur en d\u00e9cembre 2008, puis la Gr\u00e8ce en 2015, mais aussi en mati\u00e8re d'analyses et des m\u00e9thodologies.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00c0 l'\u00e9chelle de la r\u00e9gion arabe, des campagnes ont \u00e9t\u00e9 men\u00e9es pour annuler les dettes odieuses en \u00c9gypte et en Tunisie apr\u00e8s le renversement des dictateurs Ben Ali et Moubarak : campagne populaire pour annuler la dette (\u00ab ouvre tes yeux, le remboursement de la dette se fait de ta poche \u00bb) en 2012 dans le premier pays, et deux initiatives de projet loi \u00e0 l'assembl\u00e9e nationale portant sur l'audit de la dette publique ext\u00e9rieure dans le second en 2012 et 2016. Dans le mouvement de protestation qui a commenc\u00e9 en octobre 2019 au Liban, des groupes militants ont revendiqu\u00e9 la suspension du remboursement de la dette et l'adoption d'un programme de r\u00e9formes qui garantisse la s\u00e9curit\u00e9 sociale, alimentaire et de sant\u00e9 des habitants.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes repr\u00e9sentant-e-s de nombreux mouvements sociaux dans la r\u00e9gion arabe (Moyen-Orient et Afrique du Nord) ont lanc\u00e9 un appel revendiquant l'annulation de la dette publique et l'abandon des accords de libre-\u00e9change pour faire face aux r\u00e9percussions \u00e9conomiques et sociales de la propagation de la pand\u00e9mie de coronavirus sur les peuples de la r\u00e9gion [\u003Ca href=\"#nb9\" name=\"nh9\"\u003E9\u003C\/a\u003E]. Plus de 100 associations, organisations et r\u00e9seaux ont sign\u00e9 l'appel en Mauritanie, au Maroc, en Alg\u00e9rie, en Tunisie, en \u00c9gypte, au Soudan, en Palestine, au Liban, en Jordanie et en Iraq. Ce sont des organisations de d\u00e9fense des droits des paysan\u00b7nes, des associations anti-dette, des partis politiques, des centres de recherche, des coalitions, des syndicats, des organisations \u00e9tudiantes et f\u00e9ministes et des associations de d\u00e9fense des personnes ayant des besoins sp\u00e9ciaux et autres. La d\u00e9claration a \u00e9galement \u00e9t\u00e9 soutenus par plus de 100 associations, organisations et r\u00e9seaux d'Afrique, d'Asie, d'Europe et d'Am\u00e9rique latine. D'autres actions et activit\u00e9s seront pr\u00e9vues pour concr\u00e9tiser les objectifs de l'appel.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl d\u00e9coule de ces exp\u00e9riences la n\u00e9cessit\u00e9 d'une d\u00e9cision politique souveraine et unilat\u00e9rale appuy\u00e9e par une mobilisation citoyenne exceptionnelle pour cr\u00e9er un rapport de force contre les pressions des cr\u00e9anciers. L'abolition de la dette doit faire partie d'un programme global de changement radical qui comprend la socialisation des banques, l'imposition d'un imp\u00f4t progressif sur les fortunes et un programme \u00e9conomique, social et environnemental bas\u00e9 sur la souverainet\u00e9 populaire et la souverainet\u00e9 alimentaire.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003EAnnulation des dettes priv\u00e9es des m\u00e9nages pauvres\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes dettes publiques sont pay\u00e9es au d\u00e9triment des conditions sociales de la majorit\u00e9 des salari\u00e9\u00b7es et des couches populaires. Ces derni\u00e8res s'endettent aupr\u00e8s des banques et des institutions de cr\u00e9dit au logement et \u00e0 la consommation et des microcr\u00e9dits \u00e0 des taux d'int\u00e9r\u00eat \u00e9lev\u00e9s. Dans le contexte de la crise \u00e9conomique exacerb\u00e9e par la pand\u00e9mie de coronavirus, les pertes d'emplois et le taux de ch\u00f4mage vont augmenter les difficult\u00e9s \u00e0 couvrir les frais de subsistance, de sant\u00e9 et d'\u00e9ducation ainsi que les paiements des \u00e9ch\u00e9ances. Apr\u00e8s l'instauration de l'\u00e9tat d'urgence sanitaire Maroc, l'association ATTAC\/CADTM Maroc a organis\u00e9 une campagne de sensibilisation pour exiger un report de paiement des \u00e9ch\u00e9ances des microcr\u00e9dits pour une dur\u00e9e minimale de 6 mois renouvelable avec exon\u00e9ration de tous les int\u00e9r\u00eats. Elle a revendiqu\u00e9 aussi une allocation d'une indemnit\u00e9, au moins \u00e9gale au salaire minimum l\u00e9gal, au profit des victimes de microcr\u00e9dit dont les projets ont fait faillite ou qui ont perdu leur emploi. Le harc\u00e8lement des institutions de microcr\u00e9dit s'intensifie et elles essayent d'imposer de nouveaux pr\u00eats pour r\u00e9\u00e9chelonner les pr\u00eats. Les victimes du microcr\u00e9dit vivent une situation quotidienne de pression et d'angoisse.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa seule solution r\u00e9side dans la suspension du paiement de ces diverses dettes priv\u00e9es des familles \u00e0 faible revenu, des petits producteurs et paysans, et l'organisation d'une campagne citoyenne pour enqu\u00eater sur toutes les formes d'abus de ces institutions et examiner les fondements de l'ill\u00e9gitimit\u00e9 et l'ill\u00e9galit\u00e9 de ces pr\u00eats pour exiger leur annulation.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa bataille contre les dettes priv\u00e9es ill\u00e9gitimes des familles pauvres fait partie de la bataille contre la dette publique ill\u00e9gitime. La lutte contre l'endettement s'articule avec la lutte contre les accords dits de libre-\u00e9change comme instruments de domination imp\u00e9rialiste. Ce sont les batailles de nos peuples contre le trio : la Banque mondiale, le Fonds mon\u00e9taire international et l'Organisation du commerce.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003ELe mouvement de protestation populaire est notre salut\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes conditions d'une nouvelle vague de soul\u00e8vements populaires s'accumulent. Ces derniers ont \u00e9t\u00e9 stopp\u00e9s depuis d\u00e9but mars 2020 par le coronavirus apr\u00e8s avoir connu un nouveau souffle au Soudan (d\u00e9cembre 2018), au Liban et en Irak (octobre et novembre 2019), mais aussi en Alg\u00e9rie, parall\u00e8lement \u00e0 la comm\u00e9moration du premier anniversaire du d\u00e9but du Hirak (f\u00e9vrier 2019). Ces mouvements ont marqu\u00e9 le d\u00e9but de la deuxi\u00e8me phase du processus r\u00e9volutionnaire dans la r\u00e9gion arabe apr\u00e8s sa premi\u00e8re phase qui a commenc\u00e9 avec le d\u00e9clenchement de la r\u00e9volution en Tunisie fin 2010 et d\u00e9but 2011, puis en \u00c9gypte, au Y\u00e9men, en Libye et en Syrie, et ensuite dans presque tous les pays de la r\u00e9gion. Les revendications sont sociales (emploi stable, revenu digne, vie d\u00e9cente, r\u00e9partition des richesses...) et politiques (renverser le despotisme, condamnation des voleurs et des corrompus au pouvoir, \u00e9largir les libert\u00e9s publiques...).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECette deuxi\u00e8me vague de mobilisations dans la r\u00e9gion arabe a co\u00efncid\u00e9 avec de nombreuses mobilisations populaires dans plusieurs autres pays du monde contre les cons\u00e9quences des m\u00eames politiques n\u00e9olib\u00e9rales dict\u00e9es par les IFI et mises en œuvre par les classes dirigeantes qui g\u00e9n\u00e9ralisent la r\u00e9pression.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECes mouvements de contestation constituent des exp\u00e9riences de lutte sur le terrain, et ont accumul\u00e9 des acquis qui peuvent servir dans la nouvelle phase de l'apr\u00e8s Covid et permettre de progresser vers la r\u00e9alisation des revendications. Les populations ont bris\u00e9 le mur de la peur malgr\u00e9 la r\u00e9pression f\u00e9roce (plus de 460 manifestant\u00b7es tu\u00e9\u00b7es dans le mouvement populaire en Irak). Elles ont appris que leur unit\u00e9 et leur solidarit\u00e9 dans les rues et les places constituent leur force devant l'appareil r\u00e9pressif de l'\u00c9tat auquel ont courageusement r\u00e9sist\u00e9 les femmes et les jeunes. Les luttes sociales s'articuleront \u00e9troitement avec les luttes politiques, tous les gouvernements et r\u00e9gimes existants ayant pris des mesures pour sauver le Capital et att\u00e9nuer les effets de la crise de Corona sur les profits, \u00e0 un moment o\u00f9 la corruption et le pillage se sont g\u00e9n\u00e9ralis\u00e9s. C'est ce qui a \u00e9t\u00e9 d\u00e9montr\u00e9 par la vague de protestations contre le racisme aux \u00c9tats-Unis, en Europe et en Australie, ainsi que par le mouvement de protestation populaire actuel au Liban. C'est la continuation des mobilisations qui nous permettra de clarifier l'alternative politique et les formes d'organisation ad\u00e9quates pour un changement r\u00e9volutionnaire. Les slogans : \u00ab A bas la corruption. A bas le despotisme \u00bb, \u00ab dignit\u00e9, libert\u00e9 la justice sociale \u00bb, que les masses ont scand\u00e9s dans les rues et sur les places au cours des dix derni\u00e8res ann\u00e9es sont devenus plus urgents.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E14 septembre 2020\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003ENotes\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E[\u003Ca href=\"#nh1\" name=\"nb1\"\u003E1\u003C\/a\u003E] \u003Ca href=\"https:\/\/blogs.worldbank.org\/fr\/opendata\/nouvelle-classification-des-pays-en-fonction-de-leur-revenu-actualisation-2019-2020\"\u003Eblogs.worldbank.org\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E[\u003Ca href=\"#nh2\" name=\"nb2\"\u003E2\u003C\/a\u003E] Organisation mondiale de la sant\u00e9, donn\u00e9es de l'Observatoire mondial de la sant\u00e9, \"Density of physicians (total number per 1000 population, latest available year)\".\u003Cbr \/\u003E\n\u003Ca href=\"https:\/\/www.who.int\/gho\/health_workforce\/physicians_density\/en\"\u003Ewho.int\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E[\u003Ca href=\"#nh3\" name=\"nb3\"\u003E3\u003C\/a\u003E] \u003Ca href=\"http:\/\/datatopics.worldbank.org\/debt\/ids\/regionanalytical\/MNA\"\u003Edatatopics.worldbank.org\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E[\u003Ca href=\"#nh4\" name=\"nb4\"\u003E4\u003C\/a\u003E] Les chiffres sont tir\u00e9s des rapports des banques centrales de ces trois ces pays.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E[\u003Ca href=\"#nh5\" name=\"nb5\"\u003E5\u003C\/a\u003E] \u003Ca href=\"http:\/\/datatopics.worldbank.org\/debt\/ids\/regionanalytical\/MNA\"\u003Edatatopics.worldbank.org\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E[\u003Ca href=\"#nh6\" name=\"nb6\"\u003E6\u003C\/a\u003E] Banque mondiale : Moyen-Orient & Afrique du Nord - Vue d'ensemble. 21 mai 2020.\u003Cbr \/\u003E\n\u003Ca href=\"https:\/\/www.banquemondiale.org\/fr\/region\/mena\/overview\"\u003Ebanquemondiale.org\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E[\u003Ca href=\"#nh7\" name=\"nb7\"\u003E7\u003C\/a\u003E] Fonds mon\u00e9taire international : Perspectives \u00e9conomiques r\u00e9gionales Moyen-Orient et Asie centrale. Avril 2020.\u003Cbr \/\u003E\n\u003Ca href=\"https:\/\/www.imf.org\/~\/media\/Files\/Publications\/REO\/MCD-CCA\/2020\/April\/French\/mreo0420-full-report-french.ashx\"\u003Eimf.org\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E[\u003Ca href=\"#nh8\" name=\"nb8\"\u003E8\u003C\/a\u003E] Communiqu\u00e9 de presse du CADTM international : Le CADTM soutient la lutte du peuple libanais pour se lib\u00e9rer de l'injustice sociale et du fardeau des dettes ill\u00e9gitimes. 9 mars 2020.\u003Cbr \/\u003E\n\u003Ca href=\"https:\/\/www.cadtm.org\/Le-CADTM-soutient-la-lutte-du-peuple-libanais-pour-se-liberer-de-l-injustice\"\u003Ecadtm.org\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E[\u003Ca href=\"#nh9\" name=\"nb9\"\u003E9\u003C\/a\u003E] Voir l'appel en plusieurs langues sur le lien : \u003Ca href=\"https:\/\/callofpeoples.wordpress.com\"\u003Ecallofpeoples.wordpress.com\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/cadtm.org\/Region-arabe-Les-mouvements-de-protestations-populaires-sont-le-seul-moyen-pour\"\u003Ecadtm.org\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}