{"181899":{"id":"181899","parent":"181436","time":"1605866493","url":"http:\/\/www.les-crises.fr\/?p=257168","category":"Latina","title":"\u00e9lection du pr\u00e9sident Luis Arce en Bolivie : une d\u00e9faite pitoyable pour les \u00e9tats-Unis","lead_image_url":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_181899_56b2a7.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"election-du-president-luis-arce-en-bolivie-une-defaite-pitoyable-pour-les-etats-unis","admin":"newsnet","views":"56","priority":"3","length":"11822","lang":"","content":"\u003Cp\u003ESource : \u003Ca href=\"https:\/\/consortiumnews.com\/2020\/11\/02\/patrick-lawrence-talk-of-another-pink-tide\"\u003EConsortiumNews, Patrick Lawrence\u003C\/a\u003E\u003Cbr \/\u003E\nTraduit par les lecteurs du site \u003Ca href=\"https:\/\/www.les-crises.fr\"\u003ELes Crises\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EAttendez-vous \u00e0 une orgie de stratag\u00e8mes am\u00e9ricains. S'il y a une chose que Washington supporte moins qu'une social-d\u00e9mocratie qui fonctionne, c'est bien une social-d\u00e9mocratie qui fonctionne en Am\u00e9rique latine.\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'\u00e9lection de Luis Arce en Bolivie le mois dernier a \u00e9t\u00e9 tr\u00e8s salu\u00e9e dans les cercles o\u00f9 se r\u00e9unissent les personnes de bonne volont\u00e9. C'est la r\u00e8gle : Arce \u00e9tait ministre de l'Economie et des Finances dans le gouvernement socialiste d'Evo Morales, et a \u00e9t\u00e9 le successeur choisi par le pr\u00e9sident violemment d\u00e9chu pour diriger son Movimiento al Socialismo, MAS.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa victoire d'Arce, par un score de 52 % contre 31, a contr\u00e9 l'un des plus audacieux et des plus odieux des nombreux coups d'\u00c9tat de droite en Am\u00e9rique latine que les \u00c9tats-Unis ont men\u00e9s, cultiv\u00e9s, foment\u00e9s, organis\u00e9s, etc. depuis les premi\u00e8res d\u00e9cennies du si\u00e8cle dernier. Et une d\u00e9faite pitoyable pour la clique qui m\u00e8ne la politique \u00e9trang\u00e8re de Washington, ce qui est somme toute une excellente nouvelle.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ETweet de l'ancien pr\u00e9sident bolivien Evo Morales c\u00e9l\u00e9brant la forte progression de son parti lors des \u00e9lections d'octobre.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAvons-nous entendu la derni\u00e8re fois les racistes Ladino (D\u00e9signe les m\u00e9tis ou hispanophones non indig\u00e8nes d'Am\u00e9rique latine, NdT) brandissant un crucifix qui ont men\u00e9 le coup d'\u00c9tat il y a un an ce mois-ci contre Morales, le premier pr\u00e9sident indig\u00e8ne de Bolivie ? Les \u00c9tats-Unis vont-ils maintenant se retirer, tout comme ces poux de l'Organisation des \u00c9tats am\u00e9ricains qui travaillent pour Washington ? La D\u00e9bauche de manipulation am\u00e9ricaine, c'est plut\u00f4t \u00e7a.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'adversaire conservateur d'Arce, Carlos Mesa, a eu la gentillesse de renoncer en se basant uniquement sur les sondages de satisfaction. Et le D\u00e9partement d'\u00c9tat, de fa\u00e7on assez grotesque, a eu le culot d'envoyer \u00e0 Arce un message de f\u00e9licitations sign\u00e9 du secr\u00e9taire d'\u00c9tat Mike Pompeo, notre putschiste globe-trotter.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EMais est-ce un post-scriptum ou une pr\u00e9face ? Nous ferions mieux d'y r\u00e9fl\u00e9chir, et de \u00ab penser avec l'histoire \u00bb, pour reprendre une phrase de Carl Schorske, le regrett\u00e9 et merveilleux historien de Princeton. Il y a une longue, tr\u00e8s longue histoire derri\u00e8re le coup d'\u00c9tat contre Morales et le retour du MAS. Ce n'est pas une belle histoire, elle fait honte aux \u00c9tats-Unis et l'indiff\u00e9rence de leurs consommateurs (qui \u00e9taient autrefois des citoyens). Nous avons peu de raisons de penser que cette histoire soit maintenant termin\u00e9e.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003ELa contre-r\u00e9volution\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EOn peut d\u00e9j\u00e0 parler de contre-r\u00e9volution. Camila Escalante, correspondante de TeleSUR \u00e0 La Paz, a rapport\u00e9 jeudi dernier que le Pacte d'Unit\u00e9 de la nation, une alliance de groupes de travailleurs, d'indig\u00e8nes et de femmes, a d\u00e9clar\u00e9 un \u00e9tat d'urgence non officiel en r\u00e9ponse aux appels apparemment g\u00e9n\u00e9ralis\u00e9s en faveur d'un autre coup d'\u00e9tat, celui-ci avant m\u00eame la prise de fonction d'Arce le 8 novembre.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ENon sans rapport avec ce qui pr\u00e9c\u00e8de, nous avons maintenant des informations selon lesquelles, au cours du week-end, les \u00c9tats-Unis ont mis fin \u00e0 la lev\u00e9e des sanctions concernant les exportations de gazole de pays tiers vers le Venezuela pour des raisons humanitaires. Bien que cette mesure reste \u00e0 confirmer, elle est pr\u00e9vue au moins depuis l'\u00e9t\u00e9 dernier, lorsque la date limite de fin octobre a \u00e9t\u00e9 signal\u00e9e pour la premi\u00e8re fois. Quand elle arrivera, ce sera un nouveau coup de massue sur la t\u00eate des V\u00e9n\u00e9zu\u00e9liens.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EDes \u00e9lections d\u00e9cisives \u00e0 venir\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EC'est un moment important pour r\u00e9fl\u00e9chir \u00e0 ces deux nations, l'une ayant contrecarr\u00e9 un coup d'\u00c9tat et l'autre faisant face \u00e0 des efforts quotidiens pour destituer son pr\u00e9sident. Au cours de l'ann\u00e9e prochaine, des \u00e9lections d\u00e9cisives sont pr\u00e9vues en \u00c9quateur (f\u00e9vrier 2021), au P\u00e9rou (avril) et au Chili (novembre prochain). Les candidats sociaux-d\u00e9mocrates sont les principaux pr\u00e9tendants dans les trois cas.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EOn parle maintenant d'une nouvelle \u00ab mar\u00e9e rose \u00bb d\u00e9ferlant sur l'Am\u00e9rique latine. La premi\u00e8re au d\u00e9but des ann\u00e9es 2000, pour se perdre ensuite dans un retour aux r\u00e9gimes \u00e9conomiques n\u00e9olib\u00e9raux abusifs qui servaient les profits des multinationales et corrompaient leurs collaborateurs, tout en laissant les citoyens ordinaires dans un \u00e9tat de d\u00e9nuement quasiment total.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPl\u00e9biscite chilien se d\u00e9roulant \u00e0 Macul, le 25 octobre 2020. (Sgonzalezb, CC BY-SA 4.0, Wikimedia Commons)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa victoire d'Arce a une fois de plus attir\u00e9 l'attention du continent. Le pr\u00e9sident argentin Alberto Fern\u00e1ndez, qui a donn\u00e9 asile \u00e0 Morales depuis le coup d'\u00c9tat de l'an dernier, a fait l'\u00e9loge de Morales ainsi que de Arce. Tout comme Luis Ign\u00e1cio da Silva, \u00ab Lula \u00bb, le pr\u00e9sident br\u00e9silien qui incarnait la mar\u00e9e rose (et qui a \u00e9t\u00e9 destitu\u00e9 en 2010 pour ses efforts).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab F\u00e9licitations au MAS \u00bb, a d\u00e9clar\u00e9 Miguel D\u00edaz-Canel, le premier dirigeant cubain post-Castro. \u00ab L'id\u00e9al bolivarien rena\u00eet \u00bb. Nicol\u00e1s Maduro, le pr\u00e9sident du Venezuela assi\u00e9g\u00e9, partageait \u00e9galement ce sentiment.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPour mesurer l'\u00e9tat d'esprit dans la rue, les Chiliens ont vot\u00e9 lors d'un r\u00e9f\u00e9rendum \u00e0 la fin du mois dernier l'abandon de la constitution promulgu\u00e9e sous la dictature de Pinochet afin de pouvoir en r\u00e9diger une qui refl\u00e8te ce qu'ils sont au XXIe si\u00e8cle. Bravo pour les 78 % de votes favorables. Ce serait encore mieux s'ils avaient une statue d'Henry Kissinger \u00e0 abattre et \u00e0 jeter dans le Pacifique.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'\u00e9quipe est au complet, et c'est bien. Mais ne consid\u00e9rons pas la victoire d'Arce, ou les perspectives \u00e9lectorales prometteuses ailleurs en Am\u00e9rique latine, \u00e0 travers des verres teint\u00e9s, roses ou pas. Il est certain qu'aucun des dirigeants que nous venons de citer ne porte de telles lunettes. On est s\u00fbr qu'ils connaissent tous la longue histoire de leur peuple et les le\u00e7ons \u00e0 en tirer. Examinons-les.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EUne \u00e8re de l'ind\u00e9pendance d'apr\u00e8s-guerre\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EJ'ai longtemps port\u00e9 un int\u00e9r\u00eat \u00e0 \u00ab l'\u00e8re de l'ind\u00e9pendance \u00bb, ces d\u00e9cennies d'apr\u00e8s-guerre o\u00f9 des dizaines de nouvelles nations ont vu le jour, chacune d\u00e9bordant d'aspirations. Les leaders charismatiques de cette \u00e9poque - Nehru, Nasser, N'krumah, Nyerere (les quatre N) - ainsi que Sukarno, Lumumba, \u00c1rbenz, Mossadegh, avaient quelque chose de remarquablement \u00e9lev\u00e9. Il y en a eu d'autres. Ces personnages hors du commun exprimaient des id\u00e9aux que seul un cr\u00e9tin pouvait ne pas admirer : la parit\u00e9 entre les nations, le non-alignement, l'\u00e9l\u00e9vation de leurs peuples, les ressources nationales au profit de ceux qui les poss\u00e8dent l\u00e9gitimement, une forme de social-d\u00e9mocratie en somme.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECela a pris du temps, mais la fr\u00e9n\u00e9sie de coups d'\u00c9tat, d'assassinats et d'ultimatums exigeant de prendre position pour ou contre nous, a fini par \u00e9touffer ces aspirations et ces id\u00e9aux.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe Tanzanien Julius Kambarage Nyerere en 1985. (Rob Bogaerts, CC0, Wikimedia Commons)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe\u00e7on n\u00b01 : S'il est une chose que les \u00c9tats-Unis craignent plus que n'importe quelle \u00ab menace \u00bb communiste, c'est une social-d\u00e9mocratie qui fonctionne et qui incitera d'autres nations \u00e0 suivre la m\u00eame voie.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESupprim\u00e9 au lieu d'\u00eatre \u00e9teint : c'est pr\u00e9cis\u00e9ment la vision inspir\u00e9e partag\u00e9e par les dirigeants d'apr\u00e8s-guerre que l'on vient de noter qui a refait surface, une fois que les polarit\u00e9s destructrices de la Guerre froide ont finalement perdu leur pertinence. Lula, Morales et maintenant Arce, Hugo Ch\u00e1vez et maintenant Maduro, le Mexicain Andr\u00e9s Manuel L\u00f3pez Obrador, tous ces candidats de gauche aux \u00e9lections de l'ann\u00e9e prochaine : ce sont les descendants des g\u00e9ants de l'\u00e9poque de l'ind\u00e9pendance. Ils d\u00e9fendent les m\u00eames valeurs.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe\u00e7on n\u00b02 : Selon toute vraisemblance, ils sont confront\u00e9s \u00e0 la m\u00eame r\u00e9sistance vicieuse et au m\u00eame stratag\u00e8me des \u00c9tats-Unis : s'il y a une chose que Washington ne peut supporter plus qu'une social-d\u00e9mocratie qui fonctionne, c'est bien une social-d\u00e9mocratie qui fonctionne en Am\u00e9rique latine. Demandez-le aux Cubains, ou aux Nicaraguayens, ou (plus loin) aux Argentins, aux Chiliens, ou aux Guat\u00e9malt\u00e8ques.\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_181899_81d785.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003E\u00ab Evo-Alvaro, encore 500 ans. \u00bb Fresque en Bolivie en 2015 pour exprimer le soutien au pr\u00e9sident et au vice-pr\u00e9sident. (Flickr, Fran\u00e7oise Gaujour, CC BY-NC-ND 2.0)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn 2013, alors qu'il \u00e9tait le secr\u00e9taire d'\u00c9tat de Barack Obama, John Kerry a d\u00e9clar\u00e9 pompeusement lors d'un discours \u00e0 l'OEA, prononc\u00e9 \u00e0 Rio de Janeiro : \u00ab L'\u00e8re de la doctrine Monroe est termin\u00e9e. \u00bb En d'autres termes, plus d'interventions r\u00e9voltantes. Nous, les Nord-Am\u00e9ricains, sommes d\u00e9sormais \u00ab des partenaires \u00e9gaux. \u00bb En pensant au Honduras, au V\u00e9nezuela, au Nicaragua et \u00e0 la Bolivie, on peut se demander si les Latino-am\u00e9ricains devaient rire ou pleurer. (Doctrine Monroe : \u00e9nonc\u00e9e par le pr\u00e9sident am\u00e9ricain James Monroe d\u00e8s 1823 contre les puissances coloniales \u00ab l'Am\u00e9rique aux am\u00e9ricains \u00bb s'est traduit dans les faits comme l'Am\u00e9rique aux Etats-Uniens qui n'ont cess\u00e9 depuis d'intervenir dans les affaires int\u00e9rieures latino-am\u00e9ricaines.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAujourd'hui, c'est naturellement Joe Biden qui entre en jeu.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUn projet de politique \u00e9trang\u00e8re fourni en juillet dernier \u00e0 The Intercept, o\u00f9 des sentiments pro-Biden d\u00e9mesur\u00e9s l'obligent \u00e0 censurer toute critique du candidat d\u00e9mocrate, promet de mettre fin \u00e0 notre culture du coup d'\u00c9tat - \u00ab changement de r\u00e9gime \u00bb, et \u00ab guerres sans fin \u00bb \u00e9tant les euph\u00e9mismes les plus courants.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EJake Sullivan, membre de l'\u00e9quipe de politique \u00e9trang\u00e8re de Joe Biden, en 2012, lors d'une discussion en ligne avec les m\u00e9dias du d\u00e9partement d'\u00c9tat. (D\u00e9partement d'\u00c9tat, Ben Chang)\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00c0 la fin du mois dernier, Jake Sullivan, chef de cabinet adjoint d'Hillary Clinton \u00e0 l'\u00e9poque o\u00f9 elle \u00e9tait le pr\u00e9d\u00e9cesseur de Kerry \u00e0 la t\u00eate des Affaires \u00e9trang\u00e8res et maintenant un poids lourd de l'\u00e9quipe de politique \u00e9trang\u00e8re de Biden, avait ceci \u00e0 dire sur l'Am\u00e9rique centrale, o\u00f9 la politique am\u00e9ricaine a eu ses cons\u00e9quences les plus sanglantes au cours des d\u00e9cennies d'apr\u00e8s-guerre : \u00ab Le vice-pr\u00e9sident croit fondamentalement que les \u00c9tats-Unis devraient agir dans le respect mutuel et le sens de la responsabilit\u00e9 partag\u00e9e. \u00bb\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ETrop d'histoire p\u00e8se pour le moment pour que tout cela puisse \u00eatre prouv\u00e9. Tant qu'il y aura un empire, c'est tout simplement impossible.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECe qui est remarquable chez ces gens, apr\u00e8s tout ce que les \u00c9tats-Unis ont fait et tout ce qui se profile devant nous maintenant, c'est qu'ils attendent toujours des autres qu'ils prennent au s\u00e9rieux la vieille Am\u00e9rique-m\u00e8re-nourici\u00e8re.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EOn esp\u00e8re que Luis Arce ne le fera pas. Nicol\u00e1s Maduro ne le peut pas. Quant aux candidats de la nouvelle vague rose, qui s'affrontent en \u00c9quateur, au P\u00e9rou et au Chili, on esp\u00e8re qu'ils vont tenir la distance et gagner, gagner, gagner - et ensuite se pr\u00e9parer pour les autres comp\u00e9titions \u00e0 venir.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPatrick Lawrence, correspondant \u00e0 l'\u00e9tranger depuis de nombreuses ann\u00e9es, principalement pour l'International Herald Tribune, est chroniqueur, essayiste, auteur et conf\u00e9rencier. Son dernier livre s'intitule \u003Ci\u003ETime No Longer : Americans After the American Century\u003C\/i\u003E (Yale). Suivez le sur Twitter \u003Ca onclick=\"SaveJ('popup_app__3_twit_call_@thefloutist_ban');\" class=\"txtx\"\u003E@thefloutist\u003C\/a\u003E, son site web est Patrick Lawrence. Soutenez son travail via son site Patreon.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESource : \u003Ca href=\"https:\/\/consortiumnews.com\/2020\/11\/02\/patrick-lawrence-talk-of-another-pink-tide\"\u003EConsortiumNews, Patrick Lawrence\u003C\/a\u003E, 02-11-2020\u003Cbr \/\u003E\nTraduit par les lecteurs du site \u003Ca href=\"https:\/\/www.les-crises.fr\"\u003ELes Crises\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_181899_3cafe7.jpg\" \/\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_181899_56b2a7.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.les-crises.fr\/?p=257168\"\u003Eles-crises.fr\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}